Ouvrir le menu principal

Le Drennec

commune française du département du Finistère
Ne pas confondre avec le Lac du Drennec, situé en Sizun et Commana, ni avec la chapelle du Drennec, située en Clohars-Fouesnant.

Le Drennec
Le Drennec
L'église du Drennec.
Blason de Le Drennec
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Lesneven
Intercommunalité Pays des Abers
Maire
Mandat
Laurent Chardon
2014-2020
Code postal 29860
Code commune 29047
Démographie
Gentilé Drennécois
Population
municipale
1 818 hab. (2016 en augmentation de 1,39 % par rapport à 2011)
Densité 191 hab./km2
Population
aire urbaine
37 226 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 09″ nord, 4° 22′ 11″ ouest
Superficie 9,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Le Drennec

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Le Drennec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Drennec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Drennec
Liens
Site web site de la commune

Le Drennec [lə dʁɛnɛk] (en breton : An Dreneg) est une commune française du département du Finistère, en région Bretagne.

GéographieModifier

 
Carte de la commune du Drennec.

Le Drennec est situé sur le plateau granitique du Léon et fait partie traditionnellement du pays de Léon. La commune, d'une superficie de 950 ha, s'étend majoritairement entre Plabennec et Ploudaniel. Le Drennec bénéficie d'une situation géographique intéressante, proche des principaux centres urbains : à 5 km de Lesneven, à 15 km de Landerneau, à 5 km de Plabennec, à 18 km de Brest.

Le Drennec présente traditionnellement un paysage de bocage avec un habitat dispersé entre de nombreux hameaux et fermes isolées ; le bourg est excentré dans la partie est du finage communal. La commune se voit traversée par l'axe de communication principal du secteur, la RD 788 (ancienne Route nationale 788 déclassée en route départementale) qui relie Lesneven à Brest.

Le relief général de la commune est peu varié, l'altitude maximale atteint 82 m dans le secteur de Lestanet et décline légèrement vers l'Aber-Wrac'h au Nord et l'Aber-Benoît à l'Est. Le niveau le plus bas se situe dans le secteur du Mingant (28 m).

Les rives boisées des deux abers permettent d’agréables promenades à pied, particulièrement le vallon du Coat et le sentier de randonnée dans la vallée de l’Aber-Wrac'h, le site de Lok Mazé et le bois du Leuhan.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes du Drennec
Loc-Brévalaire Lanarvily
Plabennec   Ploudaniel
Kersaint-Plabennec

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Spinetum en 1291, ecclesia de Spineto en 1470, Le Dreanneuc en 1428.

Le Drennec vient du breton draenek (« buisson d’épines »).

HistoireModifier

Préhistoire et AntiquitéModifier

Située entre deux abers, l’Aber-Wrac'h et l’Aber-Benoît, la commune du Drennec témoigne d’une occupation humaine dès le Néolithique. Sous l'occupation romaine, une voie romaine dans l’axe nord-sud fut tracée pour rejoindre Landerneau au port de l’Aber-Wrac'h.

Moyen ÂgeModifier

Sous l’Ancien régime, la paroisse du Drennec, qui dépendait de l'archidiaconé d'Ac'h, se composait de deux paroisses et d’une trève : la trève de Landouzen (ou Landouzan), la paroisse de Bréventec (ancien prieuré de l’abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre qui, pour le temporel, dépendait de la seigneurie de Coatelez)[1], et celle du Drennec. Les seigneurs du Drennec habitaient le Coat. Ils disparurent lors de la Révolution française.

Époque moderneModifier

La paroisse de Le Drennec possédait quatre familles nobles comme l’indiquent les armoiries figurant sur le blason dont celles de la famille Le Ny de Coatelez (du château de Coatelez construit au XVIe siècle ne subsiste qu'un portail voûté de style Louis XIII)[2]. La famille Le Ny est représentée aux réformations et montres entre 1429 et 1534 ; son membre le plus connu fut Salomon Le Ny, chambellan du duc de Bretagne Jean IV en 1380[1].

En 1597, alors que la peste ravageait le Léon, la paroisse du Drennec fut la seule à n'avoir aucun mort à déplorer. En reconnaissance à Notre-Dame, les habitants firent le vœu de venir processionnellement chaque année, le premier dimanche d'août, au sanctuaire du Folgoët. Le journal La Croix indique qu'en 1927 « malgré le temps et le vent soufflant en tempête, les enfants du Drennec ont tenu cette année, une fois de plus, la promesse faite par leurs pères il y a plus de trois cents ans, et à laquelle il ne fut, d'ailleurs, jamais manqué »[3].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse du Drenec [Drennec] de fournir 3 hommes et de payer 19 livres et sa trève de Landouzan fournir 4 hommes et payer 26 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[4].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Le Drennec en 1778 :

« Le Drenec ; à 6 lieues et demie au sud-sud-ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché ; à 43 lieues et demie de Rennes ; et à une lieue et demie de Lesneven, sa subdélégation et son ressort. On y compte 700 communiants[5], y compris ceux de Landouzan, autrefois sa trève, qui ne forme maintenant, avec celle du Drenec, qu'une seule paroisse, dont la cure est présentée par l'Évêque. Le Drenec est très ancien : il avait titre de paroisse du temps de saint Pol, premier évêque de ce diocèse, qui y allait très souvent. Elle renferme les maisons nobles de Bon-Yvon, Kerbue, Launay-Pontreff, et la maison de Coatelez qui est fort ancienne. On n'y voit plus maintenant qu'un village, qui est sur la route de Brest à Lesneven. Ce territoire, coupé de plusieurs petits ruisseaux, renferme des terres bien cultivées et fertiles en grains et lin, de bons pâturages et peu de landes ; on y voit beaucoup de bois comme presque partout ailleurs[6]. »

La cure de Bréventec était en 1786 l'une des plus pauvres du diocèse de Léon avec moins de 300 livres de revenu, pas plus que la portion congrue à cette date[7].

Le XIXe siècleModifier

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Le Drennec en 1843 :

« Le Drenec (sous l'invocation de saint Derien, chevalier breton) : commune formée par l'ancienne paroisse du même nom, aujourd'hui succursale (...). Principaux villages : Kerévet, Kerdéozen, Keroulé, Kerzulgar, Kervaziou, Lestandet. Maisons remarquables : manoirs de Landouzen, Coat-Elez et Créac'h. Superficie totale : 880 hectares, dont (...) terres labourables 480 ha, prés et pâtures 45 ha, vergers et jardins 7 ha, bois 25 ha, landes et incultes 271 ha (...). Moulins : 3 ( Goueziou, Coat, Locmazé). (...). Géologie : granite au bourg ; gneiss au nord. On parle le français[8]. »

En 1844 six communes du Finistère (Rumengol, Guipronvel, Lanneuffret, Le Drennec, Loc-Eguiner et Tréouergat) refusèrent d'ouvrir une école, refusant d'appliquer la loi Guizot de 1833[9].

En avril 1874, le Conseil municipal vote l'acquisition d'une maison destinée à devenir l'école des filles au Drennec, mais demande une subvention au Conseil général car « depuis plusieurs années, les habitants du Drennec n'ont reculé devant aucun sacrifice, les riches ont donné leur argent, les autres leurs bras et leurs charrettes dernièrement encore pour la construction d'un presbytère »[10].

Le XXe siècleModifier

La Belle ÉpoqueModifier

Le Drennec fut desservi par une gare située sur la ligne ferroviaire à voie métrique des chemins de fer départementaux du Finistère allant de Brest à Saint-Pol-de-Léon, mise en service au tout début du XXe siècle et qui ferma en 1946.

Jean-Louis Jestin, maire du Drennec, fit partie des onze maires du canton de Plabennec qui adressèrent en octobre 1902 une protestation au préfet du Finistère à propos de la circulaire interdisant l'usage de la langue bretonne dans les églises[11].

Les mesures de laïcisation décidées par le gouvernement provoquent des réactions au Drennec : l'inventaire des biens d'église se passe difficilement si l'on en croit cet article du journal L'Ouest-Éclair en date du  :

« MM. Agier, commissaire de police et Robier, sous-inspecteur de l'enregistrement, se sont rendus au Drennec avec la même escorte que la veille. La porte de l'église a dû être enfoncée. Au départ des troupes, des paysans ont assailli la voiture où se trouvaient les serruriers et en ont brisé les carreaux à coups de bâtons et à coups de pierres. La cavalerie a dû déblayer le terrain[12]. »

Le journal Le Petit Parisien ajoute que des procès-verbaux ont été dressés contre la femme et la fille du maire, M. Jestin, pour outrages à la gendarmerie[13].

L'interdiction des crucifix dans les salles de classe des écoles laïques suscite aussi l'indignation de la population locale : le , « sur les instructions de l'autorité académique, M. Rungoat, instituteur du Drennec, avait (...) enlevé le crucifix de sa classe. Le , le maire, accompagné de son conseil municipal et d'environ 20 personnes, est venu replacer le crucifix. Sur de nouvelles instructions de l'inspecteur, cet emblème fut de nouveau enlevé, mais le maire, assisté de trois personnes, le replaça pour la deuxième fois et défendit formellement à l'instituteur d'y toucher. Le 6 janvier, le crucifix fut également enlevé de l'école des filles, et le 9 janvier, il y fut replacé. Pour ces motifs, l'administration préfectorale vient de suspendre de ses fonctions M. Louis Jestin, maire du Drennec »[14].

La Première Guerre mondialeModifier

 
Monument aux morts de 14-18

Le monument aux morts du Drennec porte les noms de 26 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, un au moins (François Rozec) est mort en Belgique lors des combats de Maissin dès 1914, un (Adrien Le Guen) en Serbie en 1917 dans le cadre de l'expédition de Salonique, un (Adrien Refloc'h) est un marin mort accidentellement en mer, un (Goulven Habasque) est mort alors qu'il était prisonnier en Allemagne ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français[15].

L'Entre-deux-guerresModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Seconde Guerre mondialeModifier

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1801 1801 Madec    
1801 1804 Ursin Kerouanton[a]   Cultivateur.
1807 1818 Yves Le Roux[b]   Cultivateur.
1818 1830 Ursin Kerouanton   Déjà maire entre 1801 et 1804.
1830 1837 René Le Goff[c]   Habitait le manoir de Landouzan.
1837 1838 François Anton[d]   Cultivateur.
1838 1838 Étienne Anton[e]   Maire de février à août 1838. Fils de François Anton, maire précédent.
1839 1844 Pierre Le Gall[f]   Cultivateur.
1844 1846 Étienne Anton   Déjà maire entre février et août 1838.
1846 1876 Goulven Jacopin[g]   Cultivateur.
1876 1884 François Jestin[h]   Cultivateur.
1884 1907 Jean-Louis Jestin[i]   Fils de François Jestin, maire précédent. Cultivateur.
1907 1927 Gabriel Gélébart[j]   Cultivateur.
1927 1952 François-Marie Kerboul[k]   Cultivateur.
1953 1969 Louis Abhervé[l]   Employé de laiterie.
1969 1983 Hervé Coz[m]   Agriculteur à Coatelez.
1983 2001 Jean Steunou    
2001 2014 Pierre Coz   Fils d'Hervé Coz, maire entre 1969 et 1983. Agriculteur à Coatelez.
2014 En cours Laurent Chardon DVD Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

JumelagesModifier

MonumentsModifier

  • La Chapelle de Landouzen : le site est, selon la tradition, le lieu de rencontre de Hoarvian et de Riwanon, les parents de saint Hervé ; en tout cas il est occupé depuis fort longtemps comme l'atteste la présence de stèles datant de l'Âge du fer]. La chapelle tréviale, construite en 1526, elle fut remise en état et le clocher terminé vers 1780. Du calvaire de Landouzen daté de 1597, ne restent que la porte monumentale et le fût. Il a été transféré au bourg du Drennec lors de la mission de 1884. La cuve baptismale très curieuse correspond peut-être à la réutilisation d’une cuve gallo-romaine. À l’extérieur de la chapelle, on note plusieurs pierres antiques dont une stèle hexagonale profondément entaillée. Sous l’impulsion des « Mignoned Landouzan », la chapelle fermée au culte depuis 1952 et en ruine, reprenait vie en 1969.

La stèle située près du porche possède une entaille qui, selon la légende, aurait été creusée par la chaîne avec laquelle un saint par ailleurs inconnu, saint Ursin[n], dit aussi saint Thouzan (la chapelle est consacrée à ce saint et le nom de Landouzen en provient), aurait attaché le dragon qui terrorisait la région. Ensuite le saint aurait noyé le monstre dans le marais voisin.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La paroisse de Bréventec possédait une très petite église (dédiée à Santez Ventroc, invoquée contre les maux de ventre) disparue depuis longtemps, sur l’emplacement de la place publique (cadastre de 1830). L’ancien missel de Bréventec, livre manuscrit réalisé par les moines de l’abbaye de « San Vazé de Fine de Terre » au XIe ou XIIe siècle se trouve à la bibliothèque Mazarine à Paris.
  • La Chapelle de Loc-Mazé (Locmazé) est un ancien prieuré construit au XVIIe siècle sur un promontoire rocheux au bord de l'Aber-Benoît, sur la paroisse de Bréventec. Elle dépendait de l'abbaye de « San Vazé de Fine de Terre ». Cette chapelle servit d'église à la paroisse de Bréventec après la disparition de l'église de Bréventec et jusqu'en 1792, date du rattachement de Bréventec à la paroisse du Drennec. Son clocher imposant, frappé par la foudre en 1842, fut reconstruit plus modestement. Tombée en ruine au début du XXe siècle, la chapelle a été restaurée à partir de 1979, par les jeunes de la MLC de Plabennec puis par l'association "Buhez Ha Plijadur e Lok Maze". Son pardon est célébré le dernier dimanche du mois d'août[16].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • L' Église Saint-Drien : cette église paroissiale est dédiée à saint Drien, plus connu sous le nom de saint Derien; l'église actuelle a été construite entre 1844 et 1849 et possède notamment des statues de saint Derrien et de Notre-Dame du Roncier, ainsi que les retables de l'ancienne église, en particulier l'autel du Rosaire, qui date du début du XVIIIe siècle[1]. Un calvaire, souvenir de la mission de 1884, se trouve à proximité[17].

ÉvénementsModifier

Gouel Lok Mazé. Une fête se déroule à la chapelle de Lok Mazé (Paroisse de Bréventec) tous les étés, l'avant dernier dimanche du mois d'août, organisé par "Buhez Ha Plijadur e Lok Maze". Des jeux bretons dont un tournoi de rugby strobet y sont pratiqués.

HéraldiqueModifier

 
Le blason de la commune du Drennec

Le poisson représente les Seigneurs du Drennec qui habitaient le Coat ; la famille disparut après la révolution, le château et le moulin furent acquis par les familles Jestin et Huguen.

La tête de lièvre avec les quintefeuilles représente la famille Le Ny de Coatéles. Après la révolution, le château fut la propriété de la famille Bigot d’Engente.

L’arbre représente la famille de Coatéozen ou de Boisyvon, qui s’est fondue dans la famille de Kerouartz de Lannilis. En 1783, Jacques Louis de Kerouartz et son épouse Charlotte furent parrain et marraine de la grande cloche de Landouzen.

Les deux faces et le lambel sont des Barbier de Landouzen, branche cadette des Barbier de Kerjean et des Barbier de Lescoat.

Terre d'HortensiasModifier

L'un des 7 jardins de "Terre d'Hortensias" se situe sur la commune du Drennec à l'aire de jeux de Kerfeunteun.

Devenu une des plantes emblématiques de la Bretagne, l'hortensia ou hydrangea, originaire d'Asie, ne fleurit dans notre pays que depuis le XVIIIe siècle, époque des grandes expéditions maritimes scientifiques à la découverte de terres inconnues. Le premier hortensia est introduit en France par le botaniste Philibert de Commerson qui embarque avec Bougainville pour un tour du monde à bord de "La Bouseuse", partie de Brest en 1766.

Omniprésent dans les jardins des particuliers et les bourgs de nos communes, l'hydrangea a été privilégié pour valoriser notre patrimoine architectural et paysager du pays des Abers-Côte des Légendes dans le projet "Terre d'Hortensias".

Plus que de simples fleurissements, "Terre d'Hortensias" présente en 7 jardins une découverte thématique de 50 variétés d'hortensias.

Les autres jardins de "Terre d'Hortensias" : la chapelle de Guicquelleau au Folgoët, la chapelle Notre-Dame de la Clarté à Kernouës, la salle des fêtes à Lanarvily, le sémaphore à Landéda, le dolmen de Lilia à Plouguerneau, la salle multifonctions à Saint-Méen. L'entrée dans les jardins est libre.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2016, la commune comptait 1 818 habitants[Note 1], en augmentation de 1,39 % par rapport à 2011 (Finistère : +0,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
893763647503575614593591633
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
686678652635666638639674690
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
691692701652667623606679769
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8809741 2061 5291 5991 5271 7071 7331 759
2013 2016 - - - - - - -
1 7721 818-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

LégendeModifier

Le château de Coat-Elez ("Bois des Anges") se rattache à une légende : « On dit que, fuyant un époux irrité qui la croyait adultère, une femme, nouvelle Geneviève, chercha un asile dans ce bois. Un seigneur des environs l'y rencontra, et voulait assouvir sur elle sa passion, quand deux anges la protégèrent, et ordonnèrent à Even de reconduite cette femme à son mari, le comte Siffroi, et de les réconcilier, car elle était innocente »[8].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  1. Ursin Kerouanton, né le au Drennec, décédé le à Ploudaniel.
  2. Yves Le Roux, né le à Plouvien, décédé le au Drennec.
  3. René Le Goff, né le à Traon Riou en Guissény, décédé le au manoir de Landouzan en Le Drennec.
  4. François Anton, né le à Guicquelleau, décédé le au Drennec.
  5. Étienne Anton, né le au Drennec, décédé le à Ploudaniel.
  6. Pierre Louis Marie Le Gall, né le à Kervasiou en Le Drennec, décédé le à Coatelez en Le Drennec.
  7. Goulven Jacopin, né le au Drennec, décédé le à Lestanet en Le Drennec.
  8. François Jestin, né le au Drennec, décédé le à Coat Elez en Le Drennec.
  9. Jean-Louis Jestin, né le au Drennec, décédé le au Drennec.
  10. Gabriel Gélébart, né le à Milizac ; demeurait au bourg du Drennec ; tué dans un accident d'automobile survenu le au carrefour des Trois-Curés en Milizac.
  11. François-Marie Kerboul, né le au Drennec, décédé le au Drennec.
  12. Louis Abhervé, né le à Lamarzant en Ploudaniel, décédé le au Drennec.
  13. Hervé Coz, né le , décédé en septembre 2009 au Drennec, voir http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/plabennec/ledrennec/necrologie-herve-coz-ancien-maire-23-09-2009-563893.php
  14. Saint Ursin serait un évêque (du moins sa statue située dans la chapelle le représente comme tel) dont le nom devait être primitivement Eude, Eudon, Eozen, ou Yvon ; le manoir voisin était celui des seigneurs de Coeteozen ou de Boisyvon, qui avaient fondé une chapellenie à Landouzan, voir http://www.infobretagne.com/drennec.htm

RéférencesModifier

  1. a b et c http://www.infobretagne.com/drennec.htm
  2. Chevalier de Fréminville, "Antiquités de la Bretagne", tome "Finistère", 1832, consultable https://books.google.fr/books?id=d04bAAAAYAAJ&pg=PA214&lpg=PA214&dq=Coatelez&source=bl&ots=Y6_W28EMCJ&sig=5SueGW4WVwZyfITDfA0BosJ6iLc&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjIp4mIuZ3bAhWkI8AKHUr1DGcQ6AEIRzAH#v=onepage&q=Coatelez&f=false
  3. Journal La Croix, n° du 21 août 1927, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k411906c/f1.image.r=drennec?rk=579402;0
  4. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  5. Personnes en âge de communier
  6. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, (lire en ligne)
  7. Jean Rohou, Catholiques et Bretons toujours ? : essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne, Brest, Dialogues, (ISBN 978-2-91813-537-1).
  8. a et b A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjGo4jt_ZrbAhUHIcAKHcQhCqkQ6AEIMjAC#v=snippet&q=Le%20Drennec&f=false
  9. Louis Ogès, "L'Instruction primaire dans le Finistère sous le régime de la loi Guizot, 1833-1850", 1935, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3339264j.r=Guipronvel?rk=836914;0
  10. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", avril 1874, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55620363/f212.image.r=drennec?rk=450646;0
  11. Journal L'Univers, n° du 30 octobre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k711249b/f4.image.r=drennec?rk=858373;2
  12. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 novembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6412604/f4.image.r=Drennec?rk=85837;2
  13. Journal Le Petit Parisien, n° du 22 novembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k562339c/f1.image.r=drennec?rk=515024;0
  14. Journal Le XIXe siècle, n° du 23 janvier 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7573450r/f3.image.r=Drennec?rk=407727;2
  15. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=16662
  16. https://www.ouest-france.fr/bretagne/le-drennec-29860/ferveur-et-animations-au-pardon-de-locmaze-2785890
  17. http://www.guidedutourisme.net/tourisme/eglise-sant-drien-le-drennec-2573.html
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

BibliographieModifier

  • Jorda et Ronan Caerleon : Landouzan : au cœur des siècles bretons, publié par les Mignoned Landouzan, 1979.

Liens internesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :