Ouvrir le menu principal

Le Castéra

commune française du département de la Haute-Garonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castéra.

Le Castéra
Le Castéra
Entrée du village.
Blason de Le Castéra
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Léguevin
Intercommunalité Communauté de communes Save Garonne Coteaux de Cadours
Maire
Mandat
Yvan Gonzalez
2014-2020
Code postal 31530
Code commune 31120
Démographie
Gentilé Castérois, Castéroises
Population
municipale
750 hab. (2016 en diminution de 7,18 % par rapport à 2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 24″ nord, 1° 08′ 18″ est
Altitude Min. 125 m
Max. 284 m
Superficie 16,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Le Castéra

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Le Castéra

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Castéra

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Castéra
Liens
Site web Site officiel de la mairie

Le Castéra est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Castérois.

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans le pays de Rivière-Verdun à 30 km au nord-ouest de Toulouse et 15 km au sud-est de Cadours. Elle fait partie du pays Tolosan.

Communes limitrophesModifier

Le Castéra est limitrophe de six autres communes.

 
Carte de la commune de Le Castéra et de ses proches communes.

Lieux-dits et hameauxModifier

Deux hameaux, Larmont et Pradère, font partie de la commune.

HydrographieModifier

La commune est située dans la vallée de la Save qui forme une limite naturelle avec les communes voisines de Pradère-les-Bourguets et de Lévignac-sur-Save.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 1 671 hectares ; son altitude varie de 125 à 284 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

En termes de route, la D24 permet de rejoindre Bellegarde-Sainte-Marie (à l'ouest) et Lévignac (à l'est). De plus, la D93 rejoint Thil (au nord).

Pour le train, la gare de Mérenvielle, sur la ligne Toulouse - Auch est accessible grâce à la D93, puis la D42 et enfin la D42b.

Enfin, pour l'avion, l'aéroport de Toulouse-Blagnac peut être rejoint depuis le Castéra grâce à la D93 puis la D1 ou encore en rejoignant l'Isle-Jourdain pour ensuite prendre la voie rapide jusqu'à Toulouse.

ToponymieModifier

Castrum, qui signifie place romaine fortifiée, est à l'origine du nom de la commune[3].

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[4],[5].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la sixième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Save Garonne Coteaux de Cadours et du canton de Léguevin (avant le redécoupage départemental de 2014, Le Castéra faisait partie de l'ex-canton de Cadours) et avant le 1er janvier 2017 de la communauté de communes des Coteaux de Cadours.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Yvan Gonzalez PS Retraité
mars 2001 2008 Yvan Vignères    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 750 habitants[Note 1], en diminution de 7,18 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 120850983985954900890840808
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
805840840792732739686628569
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
512496495424458435413381371
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
362322305395455597715808750
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 219 233 189 211 182 191 187 185
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

ÉconomieModifier

Commune rurale avec une agriculture basée sur la culture de céréales (maïs, blé…) mais tend à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine.

EnseignementModifier

Le Castéra fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal avec les communes de Bellegarde-Sainte-Marie et Garac pour les classes de la maternelle au primaire. Dans la commune se trouve l'école Jean Louis Étienne qui accueille les enfants de la maternelle et du cours préparatoire[14]. De plus, les collégiens vont à Cadours.

SantéModifier

Centre communal d'action sociale,

Activités sportivesModifier

Pétanque, chasse, cyclisme, circuits de randonnées,

Culture et festivitéModifier

Belote, comité des fêtes, fête locale, vide grenier,

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des Coteaux de Cadours[15].

Une déchetterie est présente sur la commune de Cadours[16],[17].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : Dazur au lion d'or armé et lampassé d'argent, au chef cousu de gueules chargé de trois besants d'or.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Vidal, Hospitaliers et Templiers en France méridionale : Le Grand Prieuré de Toulouse de l’Ordre de Malte – Guide de recherche historique, archivistique et patrimoniale, Toulouse, CNRS FRAMESPA, (ISBN 978-2-9074-1624-5, présentation en ligne)
  • Antoine du Bourg, Ordre de Malte : Histoire du grand prieuré de Toulouse et des diverses possessions de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans le sud-ouest de la France..., Toulouse, L. Sistac et J. Boubée, (présentation en ligne), p. 237-245, disponible sur Gallica

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. L'église primitive donnée en 1221 aux templiers fût détruite par les Hospitaliers en 1544 pour en édifier une nouvelle (Bourg 1883, p. 237,241).

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Site de la mairie.
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031261.html.
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. http://www.mairie-lecastera31.fr/fr/vivre-a-le-castera/enfance-jeunesse.html
  15. « http://www.coteauxcadours31.fr/fr/environnement/environnement.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  16. http://www.mairie-lecastera31.fr/fr/vos-demarches/collecte-des-dechets.html
  17. « http://www.coteauxcadours31.fr/fr/environnement/dechetterie-de-cadours.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  18. Site de la mairie.