Ouvrir le menu principal

Langue d'Espagne

liste d'un projet Wikimedia
Page d'aide sur l'homonymie Pour la question des langues parlées en Espagne, voir Langues en Espagne.

La Langue d'Espagne était, avec celles de Provence, d'Italie, d'Angleterre, de France, d'Allemagne et d'Auvergne, l'une des sept premières langues (ou provinces) des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Sommaire

HistoriqueModifier

La langue d'Espagne est créée en 1301 par Guillaume de Villaret afin de regrouper les chevaliers d'origine ibérique avec à sa tête un pilier à qui revenait de facto la fonction de grand drapier (à partir de 1340). Cette langue regroupait donc les grands prieurés de la péninsule alors qu'auparavant ces prieurés dépendaient du grand commandeur des royaumes d'Espagne[1]. Puis en 1462 la langue d'Espagne est scindée en deux langues, la langue d'Aragon et la langue de Castille.

Grand prieuré de Castille et LeónModifier

À la suite du procès de l'ordre du Temple, la destinée des biens templiers en Castille et León fut remise à plus tard car Ferdinand IV de Castille en avait déjà donné une partie à d'autres ordres religieux ainsi qu'à la noblesse. Le 14 mars 1319, le pape Jean XXII décide que ceux de Castille seront tout de même dévolus aux Hospitaliers sous peine d'excommunication mais ce ne fut pas le cas[2].

Liste des prieursModifier

  • Pedro de Areas[36] / de Arlés / de las Heras (Petrus de Aries, Pierre d'Arles?) (1178-1182) [per Hispaniam magister / prior][N 28]
  • Pedro Ovárez (1220-1221)[37]
  • Juan Sánchez (1223-1225, 1232-1237)[37]
  • Fernando Rodriguez (1238-1249)[37]
  • Ruy Pérez (1253-1255)[37]
  • Álvaro Peláez (1277-1278)[37]
  • Fernán Pérez Mosejo († 1293), prieur de Castille et León (1280-1286)[38] et grand commandeur des cinq royaumes d'Espagne (1286-1293)[39],[40]
  • Garci Perez (1295)[37]
  • Vasco Lourenço (1296)[41]
  • Diego Gómez de Roa (1297)[37], tenant lieu de grand commandeur d'Espagne en 1294[41]
  • Vasco Lourenço (1298-1299)[41]
  • Ruy Fernández (1310-1312)
  • Fernán Rodríguez de Valbuena (1312-1333)[42]

Châtellenie d'AmpostaModifier

La châtellenie d'Amposta (ca), bien que son nom ne l'indique pas, était le prieuré originel regroupant les commanderies situées dans la couronne d'Aragon au sein de la langue d'Espagne. En 1317, il fut divisé en deux avec la création du prieuré de Catalogne (ca) suite à la dévolution des biens de l'ordre du Temple. Par ailleurs, les commanderies hospitalières du royaume de Valence furent transférées en 1319 à l'ordre de Montesa sauf une petite commanderie centrée sur Valence et ses alentours[43].

De nombreux grands maîtres de l'ordre furent d'abord châtelains d'Amposta (ca) tels que:

Liste des commanderiesModifier

Liste des châtelains d'AmpostaModifier

Langue d'EspagneModifier
  1. Gaufred de Bresol 1157[61]-1158
  2. Arbert de Petra 1164-1165
  3. Pere de Besora 1164-1165
  4. Ramon de Verdú 1173
  5. Alfons 1174-1178
  6. Bernat d'Altés 1179-1180
  7. Hermangard d'Asp 1180-1182
  8. Pedro Simén de Luna 1184
  9. García de Lisa 1185-1188
  10. Pedro López de Luna 1188
  11. Fortún Cabeza 1188-1198
  12. Martín de Aibar 1198-1200
  13. Ximén de Labata 1201-1205
  14. Martín de Andos 1206-1211
  15. Berenguer de Miralles 1213
  16. Ramon d'Iscles 1216-1217
  17. Garcia Artiga 1218-1221
  18. Folch de Tornell (ca) 1221-1227
  19. Bermon de Montearenyo 1225
  20. Ramon d'Alsamora 1228
  21. Hug de Follalquer (ca) 1230-1244
  22. Guerau Amic 1245
  23. Pere d'Alcalà 1246-1252
  24. Pere de Granyena 1253-1254
  25. Gueau Amic 1255-1258
  26. Guiu de la Guespa 1261-1264
  27. Ramon de Ribelles 1276-1282
  28. Galceran de Timor 1286
  29. Bernenguer d'Almenara 1289
  30. Ramon de Ribelles 1299-1301
  31. Pere de Soler 1306[61]-1309
  32. Ramon d'Empúries 1314
  33. Martí Pere d'Orós (1316-1319), châtelain d'Amposta[62]
  34. Ramon d'Empúries (ca) (1319-1323)
  35. Sanç d'Aragó 1328-1341
  36. Juan Fernández de Heredia 1346-1376
  37. Martín de Lihori 1379-1392
  38. Pedro Rodrigo de Moros 1397-1409
  39. Berenguer de Castelló 1415
  40. Gonzalvo de Funes (1417-† 1420)[N 35]
  41. Pedro de Liñán 1420-1421
  42. Dalmau Ramon de Xetmar (ca) 1421-1427
  43. Joan de Vilagut (ca) 1427-1444
  44. Pere Ramon Sacosta 1446-1461
Langue d'AragonModifier
  1. Bernat Hug de Rocabertí (ca) 1461-1485
  2. Pedro Fernández de Heredia 1488-1490
  3. Diomedes de Vilaragut 1492-1496
  4. Lope Días de Escorón 1505-1506
  5. Joan d'Aragó 1506-1517
  6. Francesc de Montserrat 1518-1519
  7. Jeroni Canell 1522-1524
  8. Joan d'Aragó 1535
  9. Miguel Juan del Castellar 1560-1564
  10. Luis de Talavera 1570-1573
  11. Francisco Pomar 1583
  12. Luprecio del Poyo 1594
  13. Jerónimo de Foces 1600
  14. Frederic de Meca 1602
  15. Martín de Ferreira 1605
  16. Felipe de Bardaxí 1625
  17. Jerónimo de Medina 1649
  18. Vicent Carròs 1655-1658
  19. Jaume de Bellvís 1664
  20. Pedro Dávalos Maza y Rocamora 1674-1702
  21. Félix de Ayerbe 1717
  22. Gaspar de la Figuera 1723
  23. Manuel de Sada y Antillón 1732-1755
  24. Miquel Dolz 1765-1774
  25. Vicente de la Figuera 1776-1787
  26. Antonio Lores 1790-1791
  27. Pérez de Sarrión 1796-1798
  28. Francesc de Paula de Borbó 1827-1851

Grand prieuré de CatalogneModifier

Ce prieuré fut créé en 1317 par séparation avec la châtellenie d'Amposta et le prieur de Catalogne (ca) résidait généralement à Barcelone. La limite sud de ce prieuré étant matérialisée par l'Èbre avec pour commanderie la plus méridionale, celle de Tortosa.

Amposta, chef-lieu de la châtellenie du même nom, se trouvant à peine 10 kilomètres au sud de cette dernière.

Liste des commanderiesModifier

(ca): comanda hospitalera, (es): Encomienda hospitalera

 
Les commanderies catalanes de l'Hôpital avant la dévolution des biens du Temple.

La commanderie de Renau-Pinós (1727) n'existait pas à cette époque, elle est postérieure à l'instauration de la langue d'Aragon.

Liste des prieursModifier

La liste ci-dessous correspond à celle publiée par monsieur Miret y Sans en 1910[65] sauf mention contraire indiquée en référence:

Langue d'EspagneModifier
  1. Martí Pere d'Orós (1318), châtelain d'Amposta[62]
  2. Ramon d'Empúries (ca) (1319-1323)
  3. Sanxo d'Aragó (1325)
  4. Arnau d'Alòs (1328-1336)
  5. Pere Alquer (1337-1346)[N 37]
  6. Pere Arnau de Peirestortes (1347-1360)
  7. Ramon de Vilademany (1363).
  8. Vidal Alquer (usurpateur), (1365)
  9. Pere Guillem d'Olms, (1365-1372)
  10. Juan Fernández de Heredia, (1372-1379)[67]
  11. Guillem de Guimerà i d'Abella (ca) (1379-1396)[68]
  12. Pere de Vilafranca (1396-1404)[69]
  13. Pere Despomer (1404-1409)[69]
  14. Gracià de Maissen, (1409-...)[69]
  15. Gonzalvo de Funes, (1412-1414)
  16. Jofre de Canadal, (1415-1423)
  17. Lluís de Gualbes, (1427-1439)[70]
  18. Rafael Saplana, (1439-1445)
  19. Felip d'Ortals, (1446-1448)
  20. Gilabert de Loscós, (1449-1460)
Langue d'AragonModifier
  1. Jaume de la Geltrú (ca), (1460-1481)
  2. Ferran d'Aragó i Conejo (ca), (1487-1495)
  3. Francesc de Boxols, (1495-1501)
  4. Bernat Guerau de Requesens (ca) (1501-1517)
  5. Anton de Santmartí, (1517-1525)
  6. Jaume Gibert, (1525)
  7. Ramon Marquet, (1525-1529)
  8. Francesc Castelló, (1529-1536)
  9. Miquel de Ferrer i de Marimon (ca), (1537-1550)[N 38]
  10. Gaspar Ferrer (1552-1562)
  11. Dimes de Requesens (ca), (1562-1567)
  12. Pere de Junyent, (1568-1578)
  13. Agustí d'Argensola, (1580-1587)
  14. Adrià Maymó, (1587-1601)
  15. Frederic de Meca, (1601-1602)
  16. Ramon de Veri, (1602-1609)
  17. Miquel d'Alentorn, (1609)
  18. Ramon de Berga, (1609-1617)
  19. Francesc d'Oluja, (1617-1622)
  20. Nicolau Cotoner i Sureda, (1623).[4]
  21. Miquel Xatmar, (1624-1627)
  22. Pere Jordi Puigdorfila, (1632)
  23. Onofre d'Hospital, (1632-1639)
  24. Felip Sabater, (1639-1654)
  25. Miquel de Torrelles (1655-1680)
  26. Arnau de Serralta, (1680-1696)
  27. Diego de Serralta, (1696-1715)
  28. Geroni de Ribes, (1715-1721)
  29. Josep de Vilallonga, (1721-1734)
  30. Francesc de Cahors, (1750-1767)
  31. Manuel de Montoliu, (1767-1779)
  32. Llorenç Despuig, (1780)
  33. Nicolau Abrí Descatllar, (1783-1790)
  34. Ignasi Desbrull, (1803-1805)

Grand prieuré de NavarreModifier

On dénombre 21[71] ou 22[72] maisons de l'Hôpital (domus Hospitalis) avant la fin du XIIIe siècle puis 28 commanderies au XIVe siècle[73] et enfin 15 commanderies principales au commencement de l'époque moderne[74] dont 2 seulement proviennent des Templiers:

Les commanderies de San Juan de Arramele[N 42] (commune de Tolosa) et de Santa Catalina (commune de Saint-Sébastien) appartenant initialement au prieuré de Navarre forment une baillie mais celle-ci parait dépendre du prieuré de Castille au début de l'époque moderne. Après la création de la langue d'Aragon, ce litige entre les hospitaliers de Castille et ceux de Navarre n'est toujours pas résolu (1478)[81]. On retrouve finalement San Juan de Ramel parmi les membres de la commanderie d'Induráin au XVIe siècle[82].

Liste des prieursModifier

  • Frère Guillaume de Belmes (1142-1153)[83]
  • Frère Mir, prieur de Navarre et en Aragon (1163 - nov. 1167)[84]
  • Garciá Ramirez, prieur d'Aragon et de Navare (1172-1174)[85]
  • Ximenès de Morieta (1210)[86]
  • García Artiga (?-1240)[87]
  • Juan Martínez de Mañeru (1240-1250)[87],[88]
  • Jordan de Caudérac (1298)
  • Guy de Severach (1302-1312)[75]
  • Pedro de Chalderac (1312-1316)[75]
  • Pierre de Chaudeyrac, commandeur de Navarre (1317)[89] [tenant lieu de maître]
  • Gerenton d'Orchan (1332-1342)[90]
  • Garin de Châteauneuf (? - 1347)[91]
  • Marquès de Gozon (1347-1348), ensuite prieur de Toulouse (1351-1366)[91]
  • Astorg de Caylus (1351)[91]
  • Monteolivo de Laya (1358-1381/83)[92]
  • Martín Martínez de Olloqui (1383-1433/35)[93]
  • Jean de Beaumont (es) (1435-1487)[94],[95], dernier prieur de Navarre avant la création de la langue d'Aragon[N 43]

Grand prieuré de PortugalModifier

À partir du XVIe siècle, plus d'un siècle après la création de la langue de Castille, on dénombre 29 commanderies[104].

Liste des prieursModifier

Le grand prieur de Portugal portait le titre de prieur de Leça puis de prieur de Crato (pt) dès lors que le siège du prieuré fut établi dans cette ville (1340).

Notes et référencesModifier

  1. Unique mention de cette commanderie en 1251. Le commandeur d'Almança est présent au chapitre provincial qui s'est tenu à Fresno Viejo (Ayala Martínez 1999, p. 29, note 164). Il pourrait très bien s'agir de celui d'Almazán mal orthographié. 4 juin 1251: « Fernando Ruiz, comendador mayor de la Orden de San Juan, orden a Pedro Martínez, comendador de Olmos, que confirme las cartas de los Prados y los fueros a los vecinos de Humanes… Testes: don Pero Martinez, comendador de Olmos; e don Roy Perez, comendador de Consuegra; e don Gutier Perez, comendador de Sant Miguel del Pino; e Gonçalo Perez, comendador de Bamba; e frey Domingo, comendador de Poblacion; e don Gomez Fernandez, comendador de Sant Juan del Camino; e Alfonso Roiz, comendador de Almança; e don Bernaldo, comendador d'Avila »
  2. 1243: G. Roderici, commandeur des maisons de l'Hôpital de Almazán, Soria et Agreda par ordre de Riombardi, grand commandeur des maisons de l'Hôpital en Espagne.
  3. dont dépend l'église san Martín à l'entrée de San Román de Danber (San Román de Cameros).
  4. Faisaient partie du territoire de Fregenal de la Sierra. Ce n'est qu'après la création de la langue de Castille que l'on trouve un commandeur de El Bodonal et La Higuera (1479).
  5. Le chapitre général de la province (du prieuré) y a eu lieu en 1238, 1251 et en 1254 (Ayala Martínez 1999, p. 6 (note 17), 29 (note 162 et 164)). En page 6 (note 17), l'auteur indique l'emplacement de quelques chapitres provinciaux entre 1191 et 1238.
  6. Don de la reine Urraque Ire de León en 1116: « Bóveda quae est in valle de Garoña … cum omnibus suis aldeis pertinentibus ad ipsam Vobatam id est Algodre et Holmo et Vallesa et Ordeño ac Villaralvo, et Castrello de Villavite et Vadelo et Fonte de illa paenna et Villa Ascusa et Cañizar ».
  7. Fuentelapeña ne semble obtenir le statut de commanderie qu'à partir de 1504 lorsqu'elle est démembrée de la chambre priorale de Castronuño.
  8. Le couvent Santa María de los Villares, dont l'emplacement exact est ignoré mais à l'extérieur des murs de la ville, fut supprimé en 1536 et les sœurs de l'ordre furent transférées à Zamora.
  9. Ordeño devait se trouver à proximité de Villaralbo.
  10. Cette année là, le prieur Juan Sanchez reçoit l'église Santa María de Costantín sur la commune de Baralla en présence de plusieurs frères de l'ordre dont don Suerio Pelagio et don Fernando Meléndez, respectivement commandeurs de Limia et de Lemos. C'est l'unique mention d'une commanderie dite de Lemos qui pourrait être en fait celle d'O Incio ou celle de Quiroga (García Tato 2004, p. 36). Il s'agirait alors du commandeur des biens de l'ordre situés dans le comté de Lemos (es).
  11. En 1323, on trouve une commandeur de la baillie de Burgos et Logroño (Ayala Martínez 1999, p. 30).
  12. Il y avait une commanderie de l'ordre du Temple à Mayorga.
  13. À l'ouest d'El Viso de San Juan. Fait ensuite partie de la commanderie magistrale d'El Viso. Carlos de Ayala Martínez omet cette commanderie dans sa publication de 1999 alors qu'elle apparait dans le livre des privilèges de l'ordre en Castille et León publié par le même auteur (Ayala Martinez 1995, p. 202 (doc. 51), 529). Entre autres 1251 où son commandeur est le frère Pedro Martinez.
  14. Cedillo del Condado appartenait aux Hospitaliers en 1211 mais pas en 1152 lorsque Alphonse VII de León et Castille concède une charte de peuplement. La villa fut échangée en 1227 avec Riosequillo (es) au nord de San Nicolás del Real Camino qui appartenait au seigneur laïque Abril García (Lucas Alvarez 1997, p. 501).
  15. Au Moyen Âge, El Viso n'est d'abord qu'une dépendance d'Olmos avant que les Hospitaliers ne déplacent le chef-lieu de la commanderie et en fasse une chambre/commanderie magitrale.
  16. Mentionnée en 1284 (Josserand 2017, p. 327).
  17. Vérifier la date à laquelle les Hospitaliers sont en possession de Ledesma. On retrouve Ledesma réunie à Salamanque et San Gil de Zamora au sein de la langue de Castille.
  18. Localisation à préciser mais cette commanderie se trouvait au nord de Valladolid si on se réfère à la carte de Monsieur Ayala Martinez. À priori au sud-est de Medina de Rioseco[25]. Le commandeur de San Miguel de Posada fait l'acquisition de Fuenteungrillo (es) en 1203 et cette commanderie a eu le rang de baillie à l'époque du commandeur frey Arias alfonso (es). Ne pas confondre avec San Miguel de Posada del Río près de Ponferrada.
  19. Les Hospitaliers héritent des biens de l'ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem en 1489 dont l'église du Saint-Sépulcre (es) de Toro qui devient le siège d'une baillie de l'ordre au sein de la langue de Castille.
  20. Compte tenu de la taille de ce village et vu qu'il n'y avait qu'un monastère, il paraît peu plausible que les Hospitaliers aient été présents à Tábara à la même époque que les templiers or Tábara figure sur la carte des commanderies hospitalières au XIIIe siècle publiée par Ayala Martínez. L'auteur n'indique rien d'autre dans le contenu de l'article. Si les Hospitaliers ont été présents, ce serait plutôt après le procès de l'ordre du Temple et de façon probablement éphémère.
  21. Il y a eu un commandeur Hospitalier de San Pantaleón en 1226. La maison de l'Hôpital de San Pantaleón jouxtait l'ermitage de San Pantaleón de Losa (es) et fut détruite en 1535.
  22. Villafilar est un toponyme disparu. La commanderie se trouvait à l'emplacement de l'actuel ermitage (ermita) del Santo Cristo del Amparo, commune de Cisneros. 42° 14′ 09″ N, 4° 52′ 52″ O.
  23. Ne pas confondre avec Villar del Pozo qui a également appartenu aux Hospitaliers de Castille et León et qui fut une commanderie du prieuré de la Mancha (chambre priorale) (Ayala Martínez 1995, p. 48).
  24. Villacevala est un toponyme disparu qui se trouvait à proximité de Villamayor de Campos et de Villar de Fallaves.
  25. La izcalina est un lieu-dit au nord-ouest de la commune de Valdelosa. 41° 12′ 31″ N, 5° 49′ 17″ O.
  26. Zamocino, lieu-dit qui se trouve sur la commune de Zamayón.
  27. Le titre de maître et de prieur d'Espagne devait à cette époque correspondre aux trois royaumes d'Espagne excluant de fait la châtellenie d'Amposta (Aragon et Catalogne) et la Navarre. Dans Les archives de l'Ordre de l'Hôpital dans la Péninsule Ibérique de Delaville le Roulx, l'auteur l'appelle Pierre de las Eras et lui donne le titre de grand commandeur d'Espagne entre 1170 et 1181 or on le rencontre littéralement en tant que maître d'Espagne (per Hispaniam magister), prieur d'Espagne (per Hispaniam prior), prieur de toute l'Espagne (prior totius Hispanie) et plusieurs fois comme prieur de l'Hôpital (prior Hospitalis) sans précision géographique à la fin de cette période (1181 et 1182). Delaville le Roulx ne fait débuter la liste des prieurs de Castille et León qu'à partir de 1224 alors que García Tato 2004, p. 32 abonde dans le sens de S. Garcia Larragueta et penche pour l'existence d'un prieur de Castille, León et Portugal dès la seconde moitié du XIIe siècle.
  28. Château et villa mis en gage en 1220 aux hospitaliers d'Aliaga par Guillén de Mendoza mais en 1321 on constate que le château et la villa appartiennent à l'évêque de Saragosse.
  29. a b c et d L'ordre de Montesa fut créé à partir des biens templiers confisqués mais aussi avec les commanderies de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans cette région (Guinot Rodriguez 1999, p. 721-742). On trouve un commandeur hospitalier de Cervera et un commandeur d'Orpesa dès 1235, un commandeur de Valence en 1239, 1245, 1250, 1254 ou encore en 1280. On trouve également un commandeur de Burriana en 1237 et en 1264 ou encore de Cullera en 1245. Il y avait même un lieutenant (tenant lieu) de la châtellenie d'Amposta pour le royaume de Valence : B. de Miravalls en 1290, Pere de Solers en 1304 (Miret y Sans 1910, p. 251). La commanderie d'Orpesa n'a pas été conservée et a fait l'objet d'un échange pour des biens à Borriana en 1249 (Guinot Rodriguez 1999, p. 728).
  30. Le cas de Santalecina est un peu particulier. Le château et la villa ont appartenu aux Hospitaliers dès 1157 puis en 1184 ils deviennent la propriété des Templiers de Monzón à la suite d'un échange opéré par la reine Sanche de castille afin de permettre la fondation du monastère Sainte-Marie de Sigena. Santalecina ne redevient hospitalière qu'après la dévolution des biens de l'ordre du Temple.
  31. Dite Casa Antiga de Lleida (ca). Formellement attestée depuis 1175 avec un premier commandeur puis en 1208 (domum Hospitalis Jerosolimitani apud ilerdensem) et encore en 1365 avec Pierre de Villafranca qualifié de commandeur de Lérida et de Sant Celoni, cf. Delaville le Roulx, Mélanges sur l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1910, p. 14-15, disponible sur Gallica. Gardeny issue des biens de l'ordre du Temple parait avoir conservé son autonomie et sa propre communauté hospitalière.
  32. La commanderie de Valence et ses membres de Torrent et Picanya sont les seuls à avoir été conservés par les hospitaliers dans le royaume de Valence, les autres commanderies étant passées à l'ordre de Montesa (Guinot Rodriguez 1999, p. 723).
  33. Château et seigneurie ruinés au sud-est de Riodeva, 40° 05′ 39″ N, 1° 06′ 20″ O. Les templiers y sont présents en 1306 puis en 1358, on voit le commandeur hospitalier de Villel organiser la réparation des fortifications de Cabroncillo et Libros. En 1429, Cabroncillo ne semble plus appartenir aux Hospitaliers mais à la communauté de Teruel puis en 1495 on constate que la seigneurie est depuis dépeuplée.
  34. Commandeur de Cantavieja (1392), d'Aliaga et de Cantavieja (1402-1410) et prieur de Catalogne (1412-1414).
  35. Les deux ordres y étaient établis, les Templiers à l'Espluga Sobirana et les Hospitaliers à l'Espluga Jussana.
  36. 1340-1346 dans la liste de Miret or il tenait lieu de prieur depuis la mort de son prédécesseur en 1336/37 (Miret y Sans 1910, p. 414), au moins jusqu'au 3 octobre 1341[66]. Premier acte avec le titre officiel de prieur en 1342, cf. Miret y Sans 1910, p. 414, note 1.
  37. Président de la Généralité de Catalogne.
  38. Commanderie autonome jusqu'à ce qu'elle soit absorbée par la commanderie d'Aberin en 1428. Attestée comme commanderie à partir de 1187[77].
  39. 1298: (la) ad Hospitale Sancti Salvatoris de Laurhiuar (García Larragueta 1957 (vol. 2), p. 622, doc. 599). 1360: Pes de Mongelos, commandeur de Apathea (Aphat) et Lauribar (Garcia Larragueta 1989, p. 135).
  40. Irissary fut longtemps disputée entre les chevaliers de la langue d'Espagne et ceux de Provence[80]
  41. Aramel, Arramel, Ramel.
  42. Frère Jean de Beaumont (es) fut également chancelier du royaume de Navarre et était le frère de Louis II de Beaumont (en), comte de Lerín, marquis de Huesca et connétable de Navarre.
  43. Le château d'Algoso (pt) fut donné aux Hospitaliers en 1224 par Sanche II de Portugal. En 1231, les Templiers et les Hospitaliers signent un accord à Coimbra relatif aux possessions de Ylgoso (Algoso), Vila Chã de Braciosa (pt), Atenor (pt), Penas Róias, Paradela (pt) et autres et on trouve en 1239 un autre accord entre les maisons du Temple de Mogadouro et Penas Róias et les Hospitaliers d'Algoso[98]. En 1291 le roi Denis Ier confirme la possession d'Algoso au prieur Hospitalier D. Fernão Peres et à son commandeur Fr. Pedro Lourenço.
  44. Cet archevêque n'a pas été prieur de Portugal, il s'agit bien d'un Hospitalier mais il ne fût "que" commandeur.
  45. Il n'y a plus de grand prieur de Crato après 1834 puisque l'ordre a été aboli au Portugal à partir de cette date.
  1. Joseph Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en terre Sainte et à Chypre (1100-1310), Paris, Ernest Leroux, (lire en ligne), p. 377-380
  2. (es) Carlos Barquero Goñi, « El conflicto por los bienes templarios en Castilla y la Orden de San Juan », En la España Medieval, Universidad Complutense Madrid, no 16,‎ , p. 37-54 (ISSN 0214-3038, lire en ligne)
  3. Barquero Goñi 1999, p. 551
    La baillie templière d'Alcanadre a bien été dévolue aux Hospitaliers puisqu'un commandeur hospitalier est attesté en 1337 (frère Rodrigo Alfonso) mais en 1342, Alphonse XI de Castille donne ces anciennes possessions de l'ordre du Temple au monastère de Las Huelgas Reales de Valladolid.
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z et aa (es) Carlos de Ayala Martínez, « La Orden Militar de San Juan en Castilla y León: los Hospitalarios al norte del Sistema Central (siglos XII-XIV) », Historia. Instituciones. Documentos, no 26,‎ , p. 40 (lire en ligne)
    Carte des commanderies de Saint-Jean de Jérusalem au XIIIe siècle.
  5. (es) Carlos Estepa, « La dissolución de la orden del Temple en Castilla y León », Cuardenos de Historia, vol. 6,‎ , p. 164 (présentation en ligne) ; Ayala Martínez 1995, p. 48
  6. Ayala Martínez 1999, p. 11,31,40
    On mentionne la maison de l'Hôpital de Soria, la commanderie d'Almazán avec l'église Saint-Jean d'Acre d'Almazán ainsi que la seigneurie de Ágreda. Un commandeur commun à ces trois lieux est connu en 1243.
  7. Ayala Martinez 1995, p. 43
  8. (es) Olga Pérez Mónzon, « La presencia sanjuanista en la provincia de Soria », Celtiberia, no 76,‎ , p. 215-235
    L'auteure indique que la forteresse de Castillejo était l'unique construction militaire de la commanderie d'Almazán et Ayala Martinez cite ce château succinctement en parlant d'un cas problématique sans plus de détails dans son analyse du livre des privilèges... en 1995. Castillejo de Robledo n'a en tout cas jamais appartenu aux templiers.
  9. a b et c (es + la) Carlos de Ayala Martínez, Libro de privilegios de la orden de San Juan de Jerusalén en Castilla y León (siglos XII-XV) : Ms. H211 del Museum and Library of the Order of St. John, London, Instituto Complutense de la Orden de Malta, (présentation en ligne)
  10. (es) Isidro García Tato, Las encomiendas gallegas de la orden militar de San Juan de Jerusalén : estudio y edición documental, CSIC Press, , 697 p. (présentation en ligne)
  11. García Tato 2004, p. 209 (doc. 116)
  12. Ayala Martínez 1999, p. 30,39,40
  13. (es) Olga Pérez Monzón, « Tres Casas-Granjas Sanjuanistas: Buradon, Reinoso y Miñon », Boletín del Seminario de Estudios de Arte y Arqueología,‎ , p. 423-438 (lire en ligne)
  14. Ayala Martínez 1999, p. 6,8,13,15,19,20,30,32
  15. Barquero Goñi 1993, p. 43.
  16. Ayala Martínez 1999, p. 23 (note 128)
    Toponyme disparu proche de Fresno qui a été donné en 1219 par Alphonse IX de León.
  17. (es) Carlos Barquero Goñi, « Los hospitalarios en Andalucía durante la Baja Edad Media », Andalucía medieval: actas del III Congreso de Historia de Andalucía, Córdoba 2001, vol. 5,‎ , p. 63-76
  18. (es) Los monjes soldados. Los Templarios y otras Órdenes Militares (Codex no 12), (ISBN 978-8-4150-7246-1, présentation en ligne), p. 47
    Cette donation comprend également les châteaux de Lora del Río et de Setefilla.
  19. (es) María Gracia Gómez de terreros Guardiola, « La Arquitectura de la orden de San Juan de Jerusalén en la provincia de Sevilla », dans La Arquitectura de la Órdenes Militares en Andalucía: Conservación y Restauración, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Huelva, , 436 p. (ISBN 978-8-4166-2116-3, présentation en ligne), p. 89-90, 92
  20. García Tato 2004, p. 36, 60, 88
  21. Manuel Revuelta González, « La Bailia de Población de la Orden de San Juan de Jerusalén », Publicaciones de la Institución Tello Téllez de Meneses, no 32,‎ , p. 203-237 (lire en ligne)
  22. García Tato 2004, p. 17
    La présence des Hospitaliers pourrait dater de 1140 mais la donation officielle du monastère Santa Marina de Portomarín est du 30 octobre 1158, cf. p. 16. Le premier commandeur connu en 1179 est frère Álvaro Rodriguez.
  23. García Tato 2004, p. 35-36
  24. Ayala Martínez 1999, p. 6,9,17,25,40
  25. (es) Manuel Lucas Alvarez, El Reino de León en la Alta Edad Media, vol. IX, (présentation en ligne), p. 404
  26. Ayala Martínez 1999, p. 25 (note 137)
  27. Ayala Martínez 1999, p. 6,17,18,26,40
  28. (es) Manuel Fernández Rodriguez, Toronium : aproximación a la historia de una tierra medieval, CSIC, , 277 p. (ISBN 978-8-4000-8261-1, lire en ligne), p. 209-210
  29. Ayala Martínez 1999, p. 28,40
  30. Ayala Martínez 1999, p. 30,40
  31. (es) María del Carmen Arribas Magro, Las Merindades de Burgos 300 a.c-1560, ACCI, , 622 p. (ISBN 978-8-4165-4938-2, présentation en ligne), p. 458
  32. Pérez Monzón 1993, p. 427
  33. Barquero Goñi 1999, p. 551
    La baillie templière de Villapalmaz dont la commanderie se trouvait près de Toral de los Guzmanes fut bien dévolue aux Hospitaliers mais ils cèdent cette baillie en 1330 en échange d'une dizaine de villages situés entre Benavente et le port de Heirado.
  34. Ayala Martínez 1995, p. 94
    Le 3 juillet 1221, Alphonse IX confirme à l'ordre les possessions de Zamayón, Zamocino et Valdelosa.
  35. Ayala Martínez 1999, p. 28,36,40
  36. García Tato 2004, p. 32.
  37. a b c d e f g et h (es) C. Barquero Goñi, « Los Hospitalarios en el reino de León (siglos XII–XIII) », dans El reino de León en la alta edad media, vol. 9, coll. « Colección Fuentes y estudios de historia leonesa », (présentation en ligne), p. 357
  38. Barquero Goñi 1997, p. 357, 360
  39. Joseph Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en terre Sainte et à Chypre (1100-1310), Paris, Ernest Leroux, (lire en ligne), p. 421
  40. (es) Isidro García Tato, Las encomiendas gallegas de la orden militar de San Juan de Jerusalén : estudio y edición documental, CSIC Press, , 697 p. (ISBN 978-8-4000-8250-5, présentation en ligne)
    Ferrand Pérez Mosejo, grand commandeur d'Espagne (1288).
  41. a b et c Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule ibérique : les ordres militaires dans le royaume de Castille, 1252-1369, Casa de Velázquez, , 912 p. (ISBN 978-8-4909-6119-3, présentation en ligne), p. 498
  42. Josserand 2017, p. 402, note 74 ; P. Josserand, « Un maître politique: Fernán Rodríguez de Valbuena, prieur de l’ Hôpital en Castille au début du XIVe siècle », Revista da Faculdade de Letras-Historia, no XV,‎ , p. 1313-1344
    Grand commandeur d'Espagne (1318-1322), tenant lieu de maître en Espagne (1322)
  43. Guinot Rodriguez 1999, p. 738-739
    En 1342, le commandeur Hospitalier de Valence est le seul de ce royaume parmi les 110 chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem convoqués par Pedro IV de Aragón pour partir en guerre.
  44. a b c d e f g h et i Miret y Sans 1910, p. 248
  45. Bonneaud 2004, p. 343
  46. María Luisa Ledesma Rubio, « La colonización del maestrazgo turolense por los Templarios », dans Aragón en la Edad Media : Estudios de economía y sociedad en la Baja Edad Media, (lire en ligne), p. 69-94
  47. Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, , 1029 p. (ISBN 978-2-2136-2720-5, présentation en ligne), p. 197
  48. Francisco Castillón Cortada, « La población templario-hospitalaria de Chalamera y su monasterio de Santa María », Argensola: Revista de Ciencias Sociales del Instituto de Estudios Altoaragoneses, nos 65-70,‎ 1968-70 (lire en ligne)
  49. a b c d et e Castillón Cortada 1968-70, p. 85 (doc. 1)
    1329: « ...baiuliae Montissoni et locorum de Cofita, Arestolas, de Poyo, de Ripol, Chalamera, Estich, Lecinia, Castello dal Pont, Binyefar, Vallonga et aliorum locorum baiuliae... » ⇒ baillie de Monzón et les lieux de Cofita, Ariéstolas, de Poyo(?), Ripol (Binaced), Estiche de Cinca, Santalecina, Castello dal Pont(?), Binéfar, Valonga (Belver de Cinca) et tous les autres lieux de la baillie.
  50. Francisco Castillón Cortada, « Los Templarios de Monzon (Huesca) (siglos XII-XIII) », Cuadernos de Historia Jerónimo Zurita,‎ , p. 11-12 (lire en ligne)
  51. Carlos Barquero Goñi, La encomienda hospitalaria de Mallén durante la Edad Media (siglos XII-XV), Centro de Estudios Borjanos, , 114 p. (présentation en ligne)
  52. (es) María Luisa Ledesma Rubio, La encomienda de Zaragoza de la Orden de San Juan de Jerusalén en los siglos XII y XIII, Universidad de Zaragoza. Cátedra Zaragozana, , 619 p. (présentation en ligne)
  53. (es) Ánchel Conte Cazcarro, « La Encomienda Templaria de Huesca en los siglos XVII y XVIII », Argensola, no 118,‎ , p. 271-334 (lire en ligne)
  54. a et b Miret y Sans 1910, p. 192
  55. (es) Luis García-Guijarro Ramos, « Las cartas fundacionales del monasterio hospitalario de Santa María de Sigena, 1184-1188 », Aragón en la Edad Media, no 19,‎ , p. 201-212 (ISSN 0213-2486, lire en ligne)
  56. Miret y Sans 1910, p. 251
  57. (es) María Luisa Ledesma Rubio, « La formacion de un senorio templario y su organizacion economica y social : la Encomienda de Villel », Príncipe de Viana. Anejo,‎ , p. 441-462 (présentation en ligne)
  58. Manuel tamborero Tomas, Documentos de la encomienda de Villel (1187-1346), vol. 1, Universidad Literaria de Valencia, Facultad de Filosofía y Letras,  ; Alberto Roca Nogués, Documentos de la encomienda de Villel (1180-1345), vol. 2, Universidad Literaria de Valencia, Facultad de Filosofía y Letras, , 638 p. (présentation en ligne)
  59. Bonet Donato 1994, p. 209
  60. (es) Vidal Munoz Garrido, « Las relaciones económicas entre los Templarios y el Capítulo General de Racioneros de Teruel : fuentes para su estudio », Aragón en la Edad Media, no 16,‎ , p. 558 (ISSN 0213-2486, lire en ligne)
    Première mention en 1248.
  61. a et b Joseph Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en Terre Sainte et à Chypre, 1100-1310, (lire en ligne), p. 422-423
  62. a et b Pere Benito i Monclús, « Aux frontières de la servitude: Coutume de Cerdagne », dans Ériger et borner diocèses et principautés au Moyen Âge: Limites et frontières II, Presses Univ. Septentrion, , 252 p. (ISBN 978-2-7574-1691-4, présentation en ligne), p. 99
  63. a et b (es) Pierre Bonneaud, « Dos encomiendas hospitalàrias de la Segarra (Cervera y Granyena) a finales de la edad media », Miscellània cerverina, no 19,‎ (lire en ligne)
  64. Miret i Sans 1910, p. 297-298 ; Sans i Travé, «Relacions de la casa del Temple de Barberà amb el monestir de Santes Creus», Analecta Sacra Tarraconensia, 48, Barcelona, 1975, p. 33-74
  65. Miret y Sans 1910, p. 520-521
  66. Actes de les Primeres Jornades sobre els Ordes Religioso-militars als Països Catalans, segles XII-XIX : Montblanc, 8-10 de novembre de 1985, , 615 p. (présentation en ligne), p. 299
  67. Armand Jamme, « Juan Fernández de Heredia » dans Prier et Combattre, 2009, p. 513
  68. Bonneaud 2004, p. 89
    Miret y Sans indiquait 1381-1396. On trouve parfois dès 1372 comme régent du prieuré mais cela reste à vérifier. Le prieur officiellement nommé en 1372 était Juan Fernández de Heredia.
  69. a b et c (en) Jochen Burgtorf et Helen J. Nicholson, International Mobility in the Military Orders (twelfth to Fifteenth Centuries) : Traveling on Christ's Business, University of Alabama Press, , 218 p. (ISBN 978-0-8173-1512-2, présentation en ligne), p. 156
    Ces trois prieurs qui se succèdent ont été drapiers de l'ordre.
  70. Bonneaud 2004, p. 128-130
  71. Santos A. García Larragueta, El Gran Priorado de Navarra de la Orden de San Juan de Jerusalén; siglos XII-XIII., vol. I, Diputación Foral de Navarra, Institución "Príncipe de Viana", (présentation en ligne), p. 143
    Les maisons de l'hôpital répertoriées pour cette période sont: Cizur Menor, Bargota, Echavarri, Zufia, Cogullo, Melgar, Casanueva, Falces, Villafranca, Biurrun, Iracheta, Leache, Sangüesa, Calchetas, Tudela, Fustiñana, Cabanillas, Buñuel, Apat Hospital, Arramel et Santa Catalina.
    Santos A. García Larragueta, El Gran Priorado de Navarra de la Orden de San Juan de Jerusalén; siglos XII-XIII. : Colección diplomática, vol. II, Diputación Foral de Navarra, Institución "Príncipe de Viana", (présentation en ligne)
  72. cf. « Navarre » dans Prier et Combattre, 2009, p. 646
    Au XIIe siècle, on trouve 17 commanderies appartenant au prieuré hospitalier de Navarre, à savoir: Sangüesa, Cizur Menor, Olaz, Iracheta, Echavarri, Zufia, Melgar, Bargota, Calchetas, Casanueva, San Adrián, Falces, Tudela, Fustiñana, Cabanillas, Buñuel et Vera puis au siècle suivant, le prieuré est réorganisé en 22 maisonsqui sont: Cizur Menor, Bargota, Echavarri, Zufia, Cogullo, Melgar, Casanueva, Falces, Villafranca, Biurrun, Iracheta, Leache, Sangüesa, Calchetas, Tudela, Fustiñana, Cabanillas, Buñuel, Irissari, Apat Hospital, Aramel et pour finir Santa Catalina. Les nouvelles fondations sont en gras et on remarque que les maisons suivantes n'y figurent plus: Olaz, San Adrián et Vera et qu'à la différence de la liste de García Larragueta, Irisarri/Irisarry en fait partie.
  73. Santos Garcia Larragueta, « La orden de San Juan de Jerusalen en Navarra », dans Las Ordenes militares en el mediterráneo occidental (s. XII-XVIII), Casa de Velázquez, , 432 p. (présentation en ligne), p. 119
    Les 28 commanderies hospitalières de Navarre au XIVe siècle étaient: Aberín, Apathea, Arramel y Santa Catalina, Bargota, Biurrun, Buñuel, Cabanillas, Calchetas, Casanueva, Cizur Menor, Cogullo, Echavarri, Falces, Fustiñana, Galar, Indurain, Iracheta, Lauribar, Leache, Melgar, Murchante, Olite, Ribaforada, Sangüesa, Tafalla, Tudela, Villafranca et Zabalegui.
  74. Juan Francisco Baltar Rodriguez, « La estructura de la orden en la edad moderna », dans La Orden de Malta en España (1113-2013), , 520 p. (présentation en ligne), p. 322
  75. a b c et d Garcia Larragueta 1989, p. 109
  76. (es) Julia Pavón, Poblamiento altomedieval navarro : base socioeconómica del espacio monárquico, Ediciones Universidad de Navarra, , 424 p. (ISBN 978-8-4313-1901-4, présentation en ligne), p. 263
  77. a b et c (es) Ricardo Cierbide, « La règle et les établissements de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem d'après le manuscrit inédit du Prieuré de Navarre (1314) », dans Toulouse à la croisée des cultures : actes du Ve Congrès international de l'Association internationale d'études occitanes, Toulouse, 19-24 août 1996, (présentation en ligne), p. 76
  78. « Étude documentaire et archéologique de la commanderie d’Aphat-Ospitalia (Saint Jean le Vieux) – 1re Partie »
  79. (es + en) María Bonet Donato et Julia Pavón Benito, « Los Hospitalarios en la corona de Aragón y Navarra. Patrimonio y systema comendaticio (siglos XII y XIII) / The Hospitallers in the crown of Aragon and Navarra. Patrimony and territorial organization (in the XIIth and XIIIth centuries) », Aragón en la Edad Media, vol. 24,‎ , p. 8-9, 28 (lire en ligne)
  80. Jean-Marc Roger, « La réforme de l'Hôpital par Jean XXII », dans Helen Nicholson, On the Margins of Crusading : The Military Orders, the Papacy and the Christian world, , 224 p. (ISBN 978-1-3170-8575-1, présentation en ligne), p. 108, note 44
  81. Josserand 2017, p. 615
  82. Carlos Idoate Ezquieta, « Inventario de documentos relativos a la Orden de San Juan de Jerusalén en Navarra : I. Encomienda de Indurain », Príncipe de Viana, nos 160-161,‎ , p. 419-444 (lire en ligne)
  83. Delaville le Roulx 1904, p. 381, 424
  84. Delaville le Roulx 1904, p. 381, 422, 424
  85. Delaville le Roulx 1904, p. 422, 424
  86. Joseph Delaville le Roulx, Les archives de l'ordre de l'Hôpital dans la péninsule ibérique, , 283 p. (lire en ligne)
  87. a et b García Larragueta 1957, p. 117
  88. (es) Henri J. A. Sire, The Knights of Malta, Yale University Press, , 305 p. (ISBN 978-0-3000-5502-3, présentation en ligne), p. 102
  89. Roger 2016, p. 108, note 44
  90. Abbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles par M. Jean Raybaud, avocat et archivaire de ce prieuré : tome I », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXVII,‎ , p. 288, 295,disponible sur Gallica
  91. a b et c Joseph Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes jusqu'à la mort de Philibert de Naillac, 1310-1421, E. Leroux, , 452 p., p. 103, disponible sur Gallica
  92. Garcia Larragueta 1989, p. 125 ; Sire 1994, p. 144
  93. (es) Julia Pavón Benito, « Juan de Beaumont, prior del Hospital: promoción al cargo y control de la orden por parte de una facción nobiliaria en Navarra (1433-1451) », Medievalismo, vol. 25,‎ , p. 375 (lire en ligne)
  94. Pavón Benito 2015, p. 369-388
  95. Delaville le Roulx 1893, p. 272
    Dates parfois imprécises, en particulier pour Jean de Beaumont, cf. Pavón Benito 2015.
  96. Sire 2005, p. 137, 148
  97. Paula Pinto Costa, « Templários no condado portucalense antes do reconhecimento formal da ordem: O caso de Braga no início do séc. XII », Revista da Faculdade de Letras, vol. 12,‎ , p. 239 (lire en ligne)
    1145: commandeur d'Aboim D. Paio, cité également comme procureur de l'Hôpital dans un litige opposant d'une part la cathédrale de Braga et d'autre part le commandeur templier de Rio Frio, le chevalier D. P. Nunes avec ses hommes de Dadim (Nogueiró) (pt) et Lamaçães (pt) près de Braga à propos de eaux de Dadim. Ce document met en évidence la prédominance d'Aboim pour les Hospitaliers et de Rio Frio pour les templiers dans la province d'Entre Douro e Minho au XIIe siècle.
  98. (en) Kristjan Toomaspoeg, « The Marquis, Erdmann and Templar sources », dans The Templars and their sources, Taylor & Francis, , 402 p. (ISBN 978-1-3154-7528-8, présentation en ligne), p. 111
  99. (pt) Mário Jorge Barroca, Epigrafia medieval portuguesa : (862-1422). Corpus epigráfico medieval português, vol. 2, t. 2, Fundação Calouste Gulbenkian, , 2188 p. (lire en ligne [PDF]), p. 1766-68 (doc. 633)
    † 20 oct. 1362: Don Vasco Pais de Pereira, commandeur de Moura Morta
  100. Jorge Barroca 2000, p. 1671-75 (doc. 611)
    † 31 dec. 1346: Frère Lourenço Gil, commandeur de la baillie de São Brás de Lisbonne.
  101. Jorge Barroca 2000, p. 1591
  102. Barquero Goñi 2002, p. 144
  103. (pt) Ricardo Barbosa da Silva, « Os comendadores de Távora do século XIII: notícias e aspetos sociológicos », População e Sociedade, no 28,‎ , p. 70-85 (lire en ligne)
  104. Barquero Goñi 2002, p. 141-142
    Les commanderies dont l'existence est attestée au XVIe siècle sont: Leça (pt), Chavão (pt), Santa Marta, Távora (pt), Aboim (pt), Faia (pt), Moura Morta (pt), Poiares (pt), Corveira (pt), Ervoes (pt), S. Cristovao [?], Algoso, Barró (pt), Fontelo (pt), Vila Cova (pt), Trancoso, Ansemil, Guarda, Covilha, Oleiros, Serta, Belver (pt), Coimbra, Santarem (pt), Lisboa [São Brás], Marmelar (pt), Moura, Elvas et Crato.
  105. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x Brandão de Pinho 2017
  106. Jorge Barroca 2000, p. 948
    Afonso Pires Farinha / Alfonso Peres Farinha apparaît comme frère de l'ordre entre 1250 et 1266 et comme prieur de Portugal entre 1260 et 1276, commandeur de Leça et Lima en 1281 et conseiller du roi entre 1250 et 1279. Il fut inhumé au monastère de Vera Cruz de Marmelar (pt).
  107. a et b Jorge Barroca 2000, p. 948
    Don Estevão Vasques Pimentel est entré dans l'ordre en 1294 et passe 12 ans comme frère avant de devenir Prieur. il fut successivement commandeur de Sertã, Leça, Crato, Rio Meão et enfin Faia.
  108. Isabel Cristina Ferreira Fernandes, « Les lieux de pouvoir des ordres militaires au Portugal », dans Élites et ordres militaires au Moyen Âge : Rencontre autour d'Alain Demurger, Casa de Velázquez, , 478 p. (présentation en ligne), p. 229
    Ce prieur participa à la bataille de Tarifa (1340).

sourcesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, , 1029 p. (ISBN 978-2-2136-2720-5, présentation en ligne)
  • Pierre Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d'Aragon, 1415-1447, Etudes & Communication Editions, , 439 p. (ISBN 978-2-9117-2227-1, présentation en ligne)
  • (ca) Pierre Bonneaud, Els hospitalers catalans a la fi de l'edat mitjana : l'orde de l'Hospital a Catalunya i a la Mediterrània, 1396-1472, Pages, , 447 p. (ISBN 978-8-4977-9620-0, présentation en ligne)
  • Pierre Bonneaud, « Les Hospitaliers catalans entre Rhodes, l’Italie et la Catalogne (1420-1480) », dans Élites et ordres militaires au Moyen Âge, Casa de Velázquez, (lire en ligne), p. 347-363
  • Joseph Delaville Le Roulx, Les archives de l'ordre de l'Hôpital dans la péninsule ibérique, Paris, (lire en ligne)
  • (es) Enric Guinot Rodriguez, « El orden de San Juan del Hospital en la Valencia medieval », Aragón en la Edad Media, nos 14-15,‎ , p. 721-742 (lire en ligne)
  • (ca) Joaquín Miret y Sans, Les cases de Templers y Hospitalers en Catalunya, Casa Provincial de Caritat, , 619 p. (lire en ligne)
  • (es) Isidro García Tato, Las encomiendas gallegas de la orden militar de San Juan de Jerusalén : Estudio y Edición documental, Editorial CSIC - CSIC Press, , 697 p. (ISBN 978-8-4000-8251-2, présentation en ligne)
  • (es) María Bonet Donato, La Orden del Hospital en la corona de Aragón : poder y gobierno en la Castellanía de Amposta (ss. XII-XV), CSIC Press, , 332 p. (ISBN 978-8-4000-7404-3, présentation en ligne)
  • (es + en) Julia Pavón Benito et María Bonet Donato, « La documentación medieval del priorato Navarro de la Orden de San Juan de Jerusalén en el Archivo Histórico Nacional / The medieval documentation of the priory of Navarra of the order of Saint John in the National Historical Archives of Madrid », Huarte de San Juan. Geografía e historia,‎ , p. 209-240 (lire en ligne)
  • (es) Julia Pavón Benito et María Bonet Donato, La Orden del Hospital de San Juan de Jerusalén : contextos y trayectorias del priorato de Navarra medieval, CSIC, , 487 p. (ISBN 978-8-4313-2934-1, présentation en ligne)
  • (es) Carlos Barquero Goñi, Los caballeros hospitalarios en España durante la Edad Media: (siglos XII-XV), La Olmeda, , 293 p. (ISBN 978-8-4899-1519-0, présentation en ligne)
  • (es) Carlos Barquero Goñi, « La Orden del Hospital y la recepción de los bienes templarios en la península ibérica », Hispania Sacra, vol. 51, no 104,‎ , p. 531-556 (lire en ligne)
  • (pt) Ricardo José Barbosa da Silva, As Ordens Militares do Hospital e do Templo no Entre-Cávado-e-Minho nas inquirições de Duzentos, Faculdade de Letras da Universidade do Porto, (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier