Le Portail des croisades[modifier

1099jerusalem.jpg
Reconstruction of the temple of Jerusalem.jpg

Les croisades sont des pèlerinages armés, prêchés par le pape ou un roi et organisés par les chrétiens d'occident au Moyen Âge, en vue de reconquérir les lieux saints, occupés par les musulmans. Les croisés, collectivement nommés les Francs, une fois Jérusalem prise, s'installent en Palestine et la colonisent (création des États latins d'Orient). Il s'ensuit une présence franque pendant près de deux siècles.

À partir de 1193, d'autres croisades sont lancées contre les païens baltes. Cette mission sera confiée à un ordre créé en Terre Sainte, l'ordre Teutonique.

Après le détournement de la quatrième croisade vers Constantinople (1204), le terme de « croisade » change de sens : il ne s'agit plus de délivrer et protéger les lieux saints, mais de combattre les ennemis de la chrétienté : albigeois (1208-1229), l'empereur Frédéric II (1246), l'Aragon (1284), les Turcs (1396), les Hussites (1402-1434). En 1571, la bataille de Lépante fait également figure de croisade.


Il y a actuellement 1 728 articles liés à ce portail dont :

Éphéméride du jour[modifier

Aujourd'hui le 22 janvier :

Événements

Lumière sur ...[modifier

[modifier

... la bataille de Hattin. Après la mort de Baudouin IV le Lépreux, puis de son neveu Baudouinet, le royaume de Jérusalem passe entre les mains de Guy de Lusignan, un roi particulièrement dépourvu de sens politique et stratégique. Les exactions de Renaud de Châtillon, en rançonnant et pillant des caravanes musulmanes au mépris des traités de paix, mettent le feu aux poudres.

Saladin réunit à Damas une armée de 60 000 soldats qui marche sur le royaume. Les Francs leur opposent une armée de 25 000 hommes et la rencontre entre les deux armées a lieu à Hattin, et se solde par une écrasante défaite des Latins. De nombreux chevaliers sont tués. Renaud de Châtillon est immédiatement exécuté. Après cette victoire, Saladin n'a aucun mal à conquérir la plus grande partie de royaume, à l'exception de Tyr, défendue par Conrad de Montferrat.

Tyr peut ensuite servir de tête de pont pour la troisième croisade, qui réussit à reprendre plusieurs places fortes, dont Saint-Jean-d'Acre.