Ouvrir le menu principal

La Langue d'Allemagne était, avec celles de Provence, d'Italie, d'Angleterre, d'Espagne, de France, d'Auvergne, l'une des sept premières langues (ou provinces) des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Sommaire

HistoriqueModifier

La langue d'Allemagne date 1182 avec la création du grand prieuré de Bohème et du grand prieuré de Germanie en 1187. En 1217 est créé le grand prieuré de Hongrie et en 1266 celui de Dacie. Le grand bailliage de Brandebourg date de 1382. Les grands prieurés de Hongrie, de Dacie sont passés à la religion protestante en 1538 et quittent de fait la langue d'Allemagne. L'ordre de Saint-Jean de Jérusalem ne peut comprendre que des catholiques romains.

Grand prieuré de GermanieModifier

le grand prieuré de Germanie comprend 31 commanderies[1].

Liste des prieursModifier

  • Friedrich, comte de Zollern (1392-1399)
  • Hesso Schlegelholz (1399-1408)

Prieurs et princes du Saint-EmpireModifier

A partir de 1548, les prieurs de Germanie sont élevés au rang de Prince du Saint-Empire

Liste des commanderiesModifier

Commanderie Origine Création Dévolution Diocèse Protection Observations
Heitersheim
Herrenstrunden

Grand prieuré de BohêmeModifier

Liste des prieursModifier

  • Frère Bernhard (1183-1186), commandeur de Bohême, Pologne, poméranie et provinces adjacentes[2]
  • Frère Martin (1186-1194), commandeur de Bohême, de Hongrie et des provinces orientales voisines (toutes les terres situées au sud, au nord et à l'est)[3]
  • Frère Meinhard (1194-1234)
  • Frère Hughes (1234-1238)
  • Frère Mladota (1238-1245)
  • Hermann von Hohenlohe (1282-1296)
  • Berthold dit de Henneberg (1313), commandeur de la maison de l'Hôpital en Bohême, Pologne, Moravie et Autriche. Élu grand prieur de Germanie en 1325
  • Michael von Tinz (1325-1338)
  • Gallus de Lemberg (1338-1367)
  • Johannes von Zwierzetitz (1367-1372)
  • Simon von Teschen (1378-1391)
  • Marcold von Wrutitz (1391-1396)
  • Heinrich von Neuhaus (? -1420)
  • Jobst von Rosenberg (1451-1465), également évêque de Breslau
  • Othenio von Lichnowsky (1874-1887)

Liste des commanderiesModifier

Le grand prieuré de Bohême comprenait 6 commanderies (maisons conventuelles) en Bohême et 8 autres en Moravie[4] ainsi que d'autres réparties entre le duché d'Autriche, le duché puis royaume de grande Pologne et la Silésie.

Commanderie Origine Création Dévolution Diocèse Protection Observation(s)
Bautzen H -
Brno (Brünn) - Maison conventuelle (Moravie)
Brtnice (Pirnitz) H - Maison conventuelle (Moravie)
Český Dub (Bohmisch-Aicha) - Prague
Fürstenfeld H av. 1203 - Styrie
Glatz -
Grobniki (Grobnig) - Grobniki (en), commanderie principale de Haute-Silésie et du nord de la Moravie

HardegMaison paroissiale (1373)

Horažďovice (Horazdowitz) - Maison conventuelle (Bohême)
Horní Kounice (Ober-Kaunitz) - Maison conventuelle (Moravie) puis commanderie de frères chapelains
Hrádek (Erdberg) H av. 1204[5] - Hrádek (district de Znojmo). Ensuite membre de Mailberg
Ivanovice na Hané (Eiwanowitz in der Hanna) - Maison conventuelle (Moravie)
Kadaň (Kaaden) 1200[6] - Prague Maison paroissiale (1373)
Kłodzko (Glatz, Kladsko) - Maison paroissiale (1373)
Kostomlat 1357 -
Kroměříž - Maison conventuelle (Moravie)
Lossen -
Lviv (Lemberg; Lwów) H v. 1213[7] - Principauté de Galicie-Volhynie puis royaume de Pologne
Mailberg 1128 - Basse-Autriche
Manětín 1183 - Prague Couvent féminin, maison conventuelle (1373)
Melling - Styrie, Wald am Schoberpaß
Mies 1200[6] -
Mladá Boleslav (Jungbunzlau, Jung-Bunzlau) - Prague Maison conventuelle (saint-Guy, 1373) + Maison paroissiale (saint-Jean)
Mutěnice - Maison conventuelle (Moravie), Mutěnice (district de Hodonín)
Orlovice (Orlov) - Maison conventuelle (Moravie)
Pičín (Pitschin) - Maison paroissiale (1373)
Ploskovice (Ploschkowitz) - Prague Maison conventuelle (1373)
Podhrad - Couvent féminin
Podoletz (Friedrichshof) -
Polzela (Heilenstein) - Troisième fondation en Styrie, commanderie du comté de Cilli (en) (Celje)
Poznań (Posen) 1170 -
Prague H+T 1158/69 - Prague Grand prieuré (1192-1420 ; 1684-...)
Přibice (Pribitz, Preibitz) - Maison conventuelle (Moravie)
Reichenbach -
Svetla -
Strakonice (Strakonitz) - Prague Maison conventuelle (1373), grand prieuré (1420-1684)
Strzegom (Striegau) H 1200/03[8] -
Velký Týnec (Groß Teinitz) H 1189[9] - Čechovice de la période templière? Commanderie principale de Basse-Silésie
Wrocław (Breslau, Vratislav)
Zittau Maison paroissiale (1373)

Grand prieuré de HongrieModifier

D'après les publications les plus récentes, il ne dépendait pas de la langue / province d'Allemagne[10] avant le début du XVIIe siècle[11]. Lié un temps avec la Bohême, le prieuré de Hongrie-Slavonie rejoint la langue d'Italie au début du XIVe siècle[12]. Ce prieuré est également connu sous le nom de prieuré de Vrána (hr) à partir du milieu de ce siècle. Après la bataille de Mohács le grand prieuré de Hongrie ne comprenait plus que 5 commanderies[13], la plupart des commanderies perdues se trouvant dorénavant dans le territoire de la Hongrie ottomane et la perte de la forteresse de Vrana en 1538 accentua le déclin des Hospitaliers dans le royaume de Hongrie.

Liste des prieursModifier

  • Frère Martin (1186-1193)[14], prieur de Hongrie[N 1]
  • Frère N. (1208)[14], prieur de Hongrie
  • Frère Pethe (1216-1217)[14], maître / prieur de Hongrie[N 2]
  • Frère N. (1222)[14], prieur de Hongrie
  • Frère Jean (1226)[14], grand maître / prieur de Hongrie
  • Raimbaud de Voczon (1232-1254)[14], maître / prieur / grand commandeur[N 3]
  • Frère Arnold (1255-1259)[14], grand commandeur de Hongrie-Slavonie
  • Frère Ferrustan (1262), maître de Hongrie
  • Frère Heinrich von Fürstenberg (1266)[14], grand commandeur des prieurés d'Allemagne (Alémanie), Hongrie, Bohême, Pologne et Scandinavie (Dacie)
  • Frère Pons de Fay / Fayn (1267-1276)[14], maître / prieur de Hongrie-Slavonie[N 4]
  • Frère Hermann Brunshorn (1279)[14], grand commandeur[N 5]
  • Frère Albert de Reuelis (1294?-†1299)[14], prieur de Hongrie-Slavonie
  • Frère Constantius (1304)[14], maître
  • Frère Olivier (1306)[14], maître
  • Frère Loquetus Busque (1312-1314)[14], maître
  • Frère Rolando da Gragnana (1315)[14], maître
  • Frère Filippo da Gragnana (1317-1329)[14], prieur de Rome et de Hongrie
  • Pas de titulaire entre 1330 et 1335[14]
  • Pierre Cornuti (1335-1348)[15],
  • Montréal du Bar (1348/49)[14] (nommé par Louis Ier de Hongrie)
  • Baudoin Cornuti (1349-1374)[14] (désigné par les Hospitaliers)
  • Raymond de Beaumont (1374-1381, 1384)[16], également prieur de Lombardie (1379-...)
  • Grand schisme d'Occident (1378) avec une division de facto du prieuré de Hongrie: Deux prieurs en même temps, Raymond de Beaumont qui se maintient jusqu'en 1381 et qui était favorable à Urbain VI / Louis Ier de Hongrie alors que Ivan od Paližne (en) est désigné en 1379 par le grand maître Juan Fernández de Heredia du parti de l'antipape Clément VII[17],[18].
  • Ivan od Paližne (en) ((la):Joannes de Palisna) (av. 1381-1383 ; 1386/87-1391/92)[14],[19], ban de Croatie (1385-86, 1389)
  • Ivan od Hédervár[N 6] (fin 1383)[20] ou (avril 1385)[14], nommé prieur par les reines de Croatie et de Hongrie[N 7] consécutivement à la prise de la forteresse de Vrana et en réaction à la rébellion de Ivan od Paližne.
  • Emeric Bwbek[N 8] (1392-1403)[21], auparavant commandeur de Székesfehérvár (1382)
  • Bartolomeo Carraffa (1405), nommé à la suite d'Emeric Bwbek mais mort avant d'entrer en fonction[22]
  • Jean de Varras (1405)[22],
  • Michael Ferrand (1408-1417)[22],
  • Albert de Nagymihályi / de Ungh (fév 1417[N 9]-1434)[24], prieur de Hongrie-Slavonie et ban de Croatie et Dalmatie (1419-1426)[25]
  • Robert de Diana (1428-1430)[22],
  • Jean Romieu de Cavaillon[N 10] (1433-1434)[22],
  • Jacopò de Soris (1446-1475?)[22],
  • Jean Szekler de Hídvég (c.1461-c.1468)[22],
  • Bartholomé Berislavić (1475-1495 ; 1499-1512)[22],[27],
  • Andrea di Martini [27]
  • Pierre Berislavić (1513-1517)[22],
  • Pietro Bembo (1517-...), ensuite cardinal à partir de 1539
  • Matthias de Baracs (1521-1526)[22],
  • Jean de Thah (1526)[22],
  • Gabrio Serbelloni

Liste des commanderiesModifier

Commanderie Origine Création Dévolution Diocèse Protection Observation(s)
Bela H - Slavonie
Csurgó - Grand prieuré (avant Vrana)
Esztergom [28] H + T 1226 Les templiers étaient également présents à Esztergom depuis 1216.
Gora[29] T 1314
Gyánt[30] H - Domus Hospitalis de Yant (1286). Le chapitre de la province de Hongrie s'est tenu dans cette commanderie le 24 avril 1320. Ensuite membre de Székesfehérvár (XVe siècle). Voir Pincehely pour la localisation.
Győr -
Lešnik (Lesniça)[31],[32] -
Našice[33] T 1315 Lieu-dit « Martin (hr) » à l'ouest de Našice
Pakrac -
Szenta[31] -
Szentpéter[34] 1166 Uniquement une église mentionnée en 1166. Localisation exacte inconnue (comitat de Zala)
Székesfehérvár[35] c.1150
Trnava[36] H 1321/26 Château et commanderie de Trnava (hr) (Gornji Bogićevci), le château semblant dépendre intialement de Pakrac. Confisqués par Sigismond de Luxembourg, roi de Hongrie en 1403/04.
Udvarhely[31] -
Újudvar -
Vrána (hr) T Grand prieuré
Zelinaszentmárton (Szentmárton)[37] T - ? Zagreb Božjakovina (hu) (Brckovljani)

Grand prieuré de DacieModifier

Le grand prieuré de Dacie comprend 9 commanderies[1].

Liste des prieursModifier

Liste des commanderiesModifier

Commanderie Origine Création Dévolution Diocèse Protection Observations

Grand bailliage de BrandebourgModifier

Le grand bailliage de Brandebourg comprend 13 commanderies[1].

Liste des prieursModifier

Listes des commanderiesModifier

Commanderie Origine Création Dévolution Diocèse Protection Observations

NotesModifier

  1. En 1186, il apparaît comme preceptor Ungarie, Boemie et omnium aliarum terrarum ab oriente et meridie et septentrione adiacentium donc comme prieur de Hongrie, de Bohême et des terres attenantes mais à partir de 1188, on constate une séparation car il y a un autre prieur pour la Bohême, frère Bernard. Frère Martin figure dans les documents comme prieur de Hongrie jusqu'en 1193. Auparavant prévôt de Prague. cf. Hunyadi 2004, p. 77-78, 104.
  2. 1217: « P. prior domus hospitalis totus Ungarie ».
  3. Prieur de Hongrie-Slavonie (1232,), maître de Hongrie-Slavonie (1237, 1238), grand commandeur des parties au delà de la mer (1246/47), grand commandeur / maître de Hongrie et d'Italie (1250-1254).
  4. 1272: « Pontius de Fayn, Prior Hosp. per Hungariam et Slavoniam ». 1275: « Frater Pontius de Fayn, magister domorum hospitalis s. Johannis Jherosolimitani per Hungariam et Sclavoniam ».
  5. 9 oct. 1278: « fratrem Hermannum de Brunshorn, magnum preceptorem domorum Hospitalis sancti Johannis Baptiste Jerosolimitani per Boemie et Dacie regna necnon Austrie, Morawie et Polonie partes ». 11 fév. 1279: « fratris Hermanni de Brunshorn, magni preceptoris domorum ejusdem ordinis per Boemiam, Moraviam, poloniam, daciam et Austriam ». 29 mars 1279: « fratri Hermanno dicto de Brunshorn.... domus hospitalis Iherosolimitani summo preceptori per Almaniam, Morauiam Poloniam Austriam et Vngariam ». 4 mars 1280: « fratre Hermanno de Brunshem, magno preceptore domorum ejusdem Hospitalis Jerosolimitani per Alemaniam et poloniam ». 15 août 1280: « frater Hermannus de Brunshorn magnus preceptor domorum hospitalis Iherosolimitani per Alemaniam, Bohemiam, Daciam, Austriam, Poloniam, Moraviam, gerensque vices summi magistri per Ungariam » [vice-maître / Tenant lieu de maître de Hongrie]. 29 déc 1281: « fratris Hermanni de Brunshorn, magni preceptoris ipsarum domorum per Alemaniam, Boemiam, Austriam, Moraviam, poloniam [et] Daciam ».
  6. (en):John of Hédervár ; (fr): Jean de Hédervár.
  7. Élisablieth de Bosnie et sa fille Marie Ire de Hongrie.
  8. Ce prieur de Hongrie est le fils de Detre Bebek (hu), palatin de Hongrie (1397-1402) et le neveu de Emeric Bebek 1er (en), voïvode de Transylvanie (1392-1393).
  9. Fév. 1417: « fratri Alberto georgÿ de Nagmihal priori prioratus nostri Aurane seu hungarie ; Datum Constancie die duodecima mensis februari Anno incarnacionis domini Millesimo quadringentesimo decimo septimo »[23]. 1423 et 1424: Albertus de Nagmihal, 1424: Albertus de Ungh, prior Aurane. 1429: frater Adalbertus de Ungh, prior Aurane. cf. Lelja Dobronić, Viteški redovi: Templari i Ivanovci u Hrvatskoj, p. 150. L'année de son décès généralement admise est 1434 mais pas d'acte attestant qu'il a conservé ce prieuré jusqu'à sa mort.
  10. 1433: « frater Johannes Caualion aliter Romay, prior St. Egidii et Ungarie ». Il sera ensuite grand commandeur (1438-1442, 1446-...) puis sera accusé de vol et emprisonné à la fin de l'année 1442 avant d'être absous, cf. Jean Raybaud, Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles[26].

RéférencesModifier

  1. a b et c Sire 1994, p. 192-206
  2. de Salles 1889, p. 240-243
  3. de Salles 1889, p. 243-245
  4. Jan et Jesenský 1998, p. 19.1 (carte)
  5. de Salles 1889, p. 246
  6. a et b de Salles 1889, p. 245
  7. de Salles 1889, p. 247
  8. de Salles 1889, p. 246
  9. de Salles 1889, p. 244
  10. Hunyadi 2004, p. 251
  11. Hunyadi 2004, p. 21 (note 84)
    En 1603/04
  12. Hunyadi 2004, p. 22
  13. Sire 1994, p. 189
  14. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u Hunyadi 2004, p. 104-105
    Ne sont retenus à partir de cette liste que les dignitaires figurant dans les chartes en tant que prieurs, maîtres et grands commandeurs. Les procureurs (procurator) semblant s'apparenter aux "lieutenants" (littéralement: tenant lieu).
  15. Hunyadi 2017, p. 322
  16. Hunyadi 2004, p. 68, 105
  17. Hunyadi 2004, p. 208
  18. Jean Favier, Les papes d'Avignon, Fayard, , 852 p. (présentation en ligne), p. 330
    Concernant le rattachement du grand maître à Clément VII, voir en particulier le chapitre XXIII, « En marge du schisme, Heredia ».
  19. (en) Neven Budak, « John of Palisna, Hospitaller prior of Vrana », dans The Crusades and the Military Orders: Expanding the Frontiers of Medieval, Central European University Press, , 606 p. (présentation en ligne), p. 285
  20. Budak 2001, p. 286
  21. Hunyadi 2004, p. 121
    1401: « Fráter Emericus Bubek sacre domus hospitalis sancti Iohannis Iherosolimitani per Hungáriám et Sclauoniam prior humilis ».
  22. a b c d e f g h i j et k Zolst Hunyadi, « Entering the Hospital : a way to the Elite in the fifteenth century », dans Élites et ordres militaires au Moyen Âge: Rencontre autour d'Alain Demurger, Casa de Velázquez, , 478 p. (ISBN 978-8-4909-6147-6, présentation en ligne), p. 103-105
  23. I. Nagy, Codex diplomaticus patrius, t. III, (lire en ligne), p. 303-305 (n°219)
  24. Hunyadi 2017, p. 106
    cf. p. 103 pour l'année de début.
  25. László Markó, A magyar állam főméltóságai : Szent Istvántól napjainkig, (présentation en ligne), p. 459
  26. Abbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles par M. Jean Raybaud, avocat et archivaire de ce prieuré : tome I », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXVII,‎ , p. 379, 382, 387), disponible sur Gallica
  27. a et b Hunyadi 2017, p. 109
    Bartholomé Berislavić a été emprisonné par le roi Vladislas de 1495 à 1499.
  28. Hunyadi 2004, p. 131-134
  29. Hunyadi 2004, p. 161-162
  30. Hunyadi 2004, p. 143-144,
  31. a b et c Hunyadi 2004, p. 245
  32. Hunyadi 2004, p. 177
  33. Hunyadi 2004, p. 162-164
  34. Hunyadi 2004, p. 124-125
  35. Hunyadi 2004, p. 114-124
  36. Hunyadi 2004, p. 166-168
  37. Hunyadi 2004, p. 165-166

Sources et référencesModifier

  • (en) Zsolt Hunyadi, « Hungarian-Slavonian hospitaller priors », dans The Military Orders : Politics and Power, vol. 5, (ISBN 978-1-3515-4250-0, présentation en ligne), p. 321-328
  • (en) Zsolt Hunyadi, « The Military Activity of the Hospitallers in the Medieval Kingdom of Hungary », dans The Hospitallers, the Mediterranean and Europe : Festschrift for Anthony Luttrell, Ashgate Publishing Ltd., (ISBN 978-1-4094-7997-0, présentation en ligne), p. 193-203
  • (en) Zsolt Hunyadi, Hospitallers in the medieval kingdom of Hungary c.1150–1387, Central European University, (lire en ligne)
  • (en) Anthony Luttrell, The Hospitaller State on Rhodes and Its Western Provinces, 1306-1462, Ashgate, , 243 p. (présentation en ligne)
    En particulier le chapitre intitulé the Hospitaller province of Alamania to 1428.
  • (en) Libor Jan et Vít. Jesenský, « Hospitaller and Templar Commanderies in Bohemia and Moravia : their structure and architectural forms », dans Helen Nicholson, The military Orders : Welfare and Warfare, vol. 2, Asgate, (ISBN 978-0-8607-8679-5, présentation en ligne), p. 235-249
  • (en) H.J.A. Sire, The Knights of Malta, Yale University Press, (lire en ligne)
  • Félix de Salles, Annales de l'Ordre de Malte ou des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem - Chevaliers de Rhodes et de Malte. Depuis son origine jusqu'à nos jours et du Grand-Prieuré de Bohème-Autriche et du service de Santé volontaire, Vienne, (lire en ligne)

Liens internesModifier