Ouvrir le menu principal

La Motte-Tilly

commune française du département de l'Aube
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Motte.

La Motte-Tilly
La Motte-Tilly
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Nogent-sur-Seine
Canton Nogent-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Nogentais
Maire
Mandat
Olivier Doussot
2014-2020
Code postal 10400
Code commune 10259
Démographie
Gentilé Mottois
Population
municipale
382 hab. (2016 en diminution de 2,05 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 28″ nord, 3° 26′ 16″ est
Altitude Min. 58 m
Max. 91 m
Superficie 11,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
La Motte-Tilly

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
La Motte-Tilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Motte-Tilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Motte-Tilly

La Motte-Tilly est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Cette commune, située à l'extrême ouest du département, à la limite avec le département de Seine-et-Marne est connue pour le château de La Motte-Tilly. Construit en 1755, restauré par le comte de Rohan-Chabot (1870-1964), sa fille Aliette de Rohan-Chabot, marquise de Maillé (1896-1972) l'a légué à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites. Après d'importants travaux, le château est ouvert au public depuis 2013 pour de nombreuses manifestations culturelles et festivités.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

La Motte-Tilly se situe complètement à l'ouest du département de l'Aube, à la limite avec le département de Seine-et-Marne

Communes limitrophesModifier

À vol d'oiseau, les cinq communes les plus proches du territoire sont Courceroy, Fontenay-de-Bossery, Gumery, Melz-sur-Seine et Le Mériot[1].

Les communes limitrophes de La Motte-Tilly sont[2] :

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 1 159 hectares ; son altitude varie entre 58 et 91 mètres[3].

HydrographieModifier

La Seine longe les jardins du château[4], le canal de la Haute-Seine traverse la commune[2].

ClimatModifier

Article connexe : Climat de l'Aube.

Tout comme le reste de la région Champagne-Ardenne, le village se situe dans un climat « tempéré océanique humide » (Cfb) d'après la Classification de Köppen. Les vents sont généralement issus de l’ouest et du sud-ouest.

La station météorologique la plus proche est celle dans la commune de Barberey-Saint-Sulpice.

Voies de communication et transportsModifier

 
L'une des entrées de la commune.

Le bourg est proche de la route départementale D 951 dont la dangerosité est importante[5] : un accident grave par an en moyenne[6], un accident mortel fin 2013[7].

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Outre le bourg, le territoire de la commune compte les trois hameaux de Champarron, Ferme d'Isle et Fréparoy[2]

LogementModifier

 
Jardin en ville.

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 194, alors qu'il était de 177 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 77,8 % étaient des résidences principales, 18,5 % des résidences secondaires et 3,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,1 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 84,4 %, en légère hausse par rapport à 1999 (78,5 %)[I 3].

Projets d'aménagementsModifier

Depuis 2013, d'importants travaux de rénovation de l'église ont été lancés[8].

ToponymieModifier

Les noms attestés sont La Mottetilly en 1793 et La Motte-Thilly en 1801[9].

HistoireModifier

La terre de La Motte-Tilly a appartenu à Pierre des Essarts, grand trésorier de France, qui fut décapité sur la place des Halles pour exactions en juillet 1413, puis pendu au gibet de Montfaucon[10],[11].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Au second tour de l'élection présidentielle de 2007, 63,90 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 36,10 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 89,40 %[12].

Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, 51,74 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 48,26 % pour François Hollande (PS), avec un taux de participation de 86,59 %[13].

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 100 et 500, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[14].

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1794   Marquis Jean Rolland    
avant 1857   Marquis    
vers 1860   Pierre Frain de la Villegontier    
mars 1995 mars 2014 Dominique Cartier[16]    
mars 2014 En cours Olivier Doussot LR Agriculteur

Instances judiciaires et administrativesModifier

La Motte-Tilly relève du tribunal d'instance de Troyes, du tribunal de grande instance de Troyes, de la cour d'appel de Reims, du tribunal pour enfants de Troyes, du conseil de prud'hommes de Troyes, du tribunal de commerce de Troyes, du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne et de la cour administrative d'appel de Nancy[17].

Finances localesModifier

De 2008 à 2013, la capacité d'autofinancement nette du remboursement en capital des emprunts, après avoir été très négative est remontée à un niveau supérieur à celui des communes de même type[18] :

Capacité d'autofinancement nette
par habitant et par an.
Année Dans la commune Moyenne de la strate[Note 1]
2008 - 278 € 112 €
2009 32 € 110 €
2010 - 108 € 112 €
2011 77 € 139 €
2012 245 € 150 €

JumelagesModifier

Au 17 mars 2014, La Motte-Tilly n'est jumelée avec aucune commune[19].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Les habitants de la commune sont appelés les Mottois[20].

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

En 2016, la commune comptait 382 habitants[Note 2], en diminution de 2,05 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
360447501470512512506509524
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
488495496493472458440441455
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
440407400371315333315331305
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
270251254275330327357361399
2016 - - - - - - - -
382--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune comporte 48,4 % d'hommes et 51,6 % de femmes. Elle présente en 2010 une structure par grands groupes d'âge légèrement plus jeune que celle de la France métropolitaine. Il existe en effet 102 jeunes de moins de 20 ans pour 83 personnes de plus de 60 ans[24].

L'indicateur de jeunesse, égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans[25], est ainsi de 1,23 pour la commune, soit 123 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France métropolitaine il est de 1,06. Cet indicateur est également supérieur à celui du département (1) et à celui de la région (1,05)[26].

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune de La Motte-Tilly en 2010[27] ainsi que, comparativement, celle du département de l'Aube la même année[28], sont représentées par les graphiques ci-dessous.

Pyramide des âges à La Motte-Tilly en 2010 en pourcentage[27].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90  ans ou +
0,0 
10,4 
75 à 89 ans
7,8 
11,9 
60 à 74 ans
12,6 
23,8 
45 à 59 ans
22,3 
19,7 
30 à 44 ans
19,4 
13,5 
15 à 29 ans
14,6 
19,7 
0 à 14 ans
23,3 
Pyramide des âges dans le département de l'Aube en 2010 en pourcentage[28].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
6,7 
75 à 89 ans
10,6 
14,7 
60 à 74 ans
15,1 
20,8 
45 à 59 ans
20,3 
19,5 
30 à 44 ans
18,5 
18,7 
15 à 29 ans
16,6 
19,1 
0 à 14 ans
17,6 

EnseignementModifier

La Motte-Tilly est située dans l'académie de Reims.

La commune n'administre ni école maternelle ni école élémentaire[29].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Chaque année depuis 2008, le Centre des monuments nationaux et la direction départementale des Archives et du patrimoine de l'Aube présentent les « Fantômes du château : rendez-vous avec l'histoire »[30].

2013 a vu l'organisation de la première édition de la « Fête du tilleul » à l'occasion de la floraison annuelle du tilleul. Cette manifestation est organisée en lien avec l'Office national des forêts qui propose de découvrir les plantes comestibles au sein du parc du château[31]. De même, ce fut la première édition « Festival du film sur le XVIIIe siècle » présidé par Josiane Balasko[32].

SportsModifier

La commune dispose d'un club des sports et des loisirs[33]. Des compétitions de cyclo-cross sont organisées à l'intérieur du parc du château sur « l'anneau bocager et sinueux du château »[34].

MédiasModifier

Le quotidien régional L'Est-Éclair assure la publication des informations locales à la commune[35].

La commune ne dispose pas de nœud de raccordement ADSL installé dans cette commune, ni de connexion à un réseau de fibre optique. Les lignes téléphoniques sont raccordées à des équipements situés à Nogent-sur-Seine[36].

CultesModifier

Seul le culte catholique est célébré à La Motte-Tilly. La commune est l'une des sept communes regroupées dans la paroisse « de Nogent sur Seine », l'une des six paroisses de l'ensemble « Forêts d’Othe et d’Armance » au sein du diocèse de Troyes, le lieu de culte est l'église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul[37].

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 35 604 €, ce qui plaçait La Motte-Tilly au 7 039e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[38].

En 2009, 34,6 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

EmploiModifier

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 237 personnes, parmi lesquelles on comptait 79,2 % d'actifs dont 73,2 % ayant un emploi et 6,1 % de chômeurs[I 5].

On comptait 38 emplois dans la zone d'emploi, contre 55 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 174, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 21,7 %, ce qui signifie que la zone d'emploi n'offre qu'un emploi pour cinq habitants actifs[I 6].

Entreprises et commercesModifier

Au 31 décembre 2010, La Motte-TIlly comptait 26 établissements : 9 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 2 dans l'industrie, 3 dans la construction, 10 dans le commerce-transports-services divers et 2 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

En 2011, une entreprise a été créée à La Motte-Tilly[I 8].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le château de La Motte-Tilly.

La commune compte deux monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[39] et aucun lieu ou monument répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[40]. Par ailleurs, elle compte un objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[41] et 29 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[42].

L'église paroissialeModifier

L'église Saint-Pierre-Saint-Paul, « inscrite » depuis le 6 juillet 1925 est datée de la première moitié du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle[43].

Cette église est remarquable par la chapelle consacrée à sainte Marguerite ; elle abrite le tombeau en marbre de l'abbé Joseph Marie Terray, dû au sculpteur Félix Lecomte, et « classé » depuis le 25 octobre 1919. Ce tombeau représente « Thémis, appuyée sur le médaillon de l'abbé Terray, accablée de la plus profonde douleur et déplorant la perte d'un magistrat si éclairé. Le génie des arts, couverte en partie d'un voile épais, et tenant d'une main le plan de la galerie où ce ministre se proposait de réunir et avait déjà presque réuni les productions de nos artistes vivants, tant sculpteurs que peintres, le pleure amèrement. Le deuil et les larmes du génie annoncent le goût du ministre pour les arts, et les regrets que lui inspire sa perte. Le bas-relief représente l'étude, la science, et la justice, qui lui donnent accès auprès du trône, où Louis XV le charge du gouvernement des finances. On remarque dans ce morceau une composition noble, sage et gracieuse : l’exécution en est soignée et fait beaucoup d'honneur à l'artiste. »[44],[10].

Par ailleurs, cette église renferme les 29 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Le châteauModifier

Le château de La Motte-Tilly, « classé » depuis le 16 septembre 1946, a été construit en 1755 sur les plans de l'architecte Nicolas Lancret[45]. Il a été restauré par le comte de Rohan-Chabot, duc de Ravèse (1870-1964) puis par sa fille Aliette de Rohan-Chabot, marquise de Maillé (1896-1972). Présidente de l'association « La sauvegarde de l'art français », elle légua ce château et l'ensemble du domaine à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites[46],[47]. Après deux années de fermeture pour travaux, le château est de nouveau accessible aux visiteurs depuis mars 2013[48].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, Nathalie Delattre-Arnould, Odette Delattre et Laëtitia Delattre-Rigaux, L'Aube, les 433 communes, Éditions Delattre, (réimpr. 2013), 240 p. (ISBN 978-2-36464-035-1)
    Ce livre consacre un chapitre à chaque commune du département de l'Aube.
  • Laurent Denajar, L'Aube, volume 10 de Carte archéologique de la Gaule, Les Éditions de la MSH, 2005, (ISBN 978-2-87754-093-3), [lire en ligne].

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Pour cette commune, la strate représente l'ensemble des communes de 250 à 500 habitants appartenant à un groupement fiscalisé (4 taxes).
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

RéférencesModifier

InseeModifier

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.

Autres sourcesModifier

  1. « La Motte-Tilly », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 17 mars 2014).
  2. a b et c « Limites administratives de la commune », sur le site Géoportail (consulté le 17 mars 2014).
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. Sandre, « La Seine » (consulté le 18 mars 2014).
  5. Sandra Roger, « La route de Bray est-elle dangereuse? », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 17 mars 2014).
  6. « Statistiques et liste des accidents survenus sur La Motte-Tilly de 2005 à 2010 », sur le site mairie.biz (consulté le 17 mars 2014).
  7. « Choc mortel entre poids lourds à La Motte Tilly », sur le site de la chaîne de télévision Canal 32, (consulté le 17 mars 2014).
  8. « L'église s'offre une cure de jouvence », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 17 mars 2014).
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. a et b Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France : contenant la statistique et la description complète des 16 départements, p. 43, F. Didot, 1838.
  11. Journal d'un bourgeois de Paris, Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », (ISBN 978-2-253-05137-4 et 2253051373).
  12. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 mars 2014)
  13. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 mars 2014).
  14. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  15. « Les maires de La Motte-Tilly », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 14 mars 2014).
  16. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  17. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du Ministère de la Justice et des Libertés (consulté le 14 mars 2013).
  18. « Les Comptes des Communes », sur le site du ministère de l’Économie et des Finances (consulté le 17 mars 2014).
  19. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 17 mars 2014).
  20. « Fiche de la commune de La Motte-Tilly », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 14 mars 2014).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  24. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la France métropolitaine en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2014).
  25. « Indicateur de jeunesse », sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2014).
  26. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la région Champagne-Ardenne en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2014).
  27. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population de La Motte-Tilly », sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2014).
  28. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population du département de l'Aube en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2014).
  29. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 mars 2014).
  30. « Les fantômes de La Motte-Tilly », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 17 mars 2014).
  31. « La Motte-Tilly organise sa première Fête du tilleul », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 17 mars 2014).
  32. J.-M. Van Houtte, « Les « Lumières » sur grand écran à La Motte-Tilly », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 17 mars 2014).
  33. « Le comité Sports et Loisirs en assemblée », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 12 mars 2014).
  34. « CYCLO-CROSS/ Nicolas Urbain crée la surprise sur le circuit du château », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 12 mars 2014).
  35. « Résultats de recherche », sur le site du quotidien L'Est-Éclair (consulté le 12 mars 2014).
  36. « L'ADSL à La Motte-Tilly », sur le portail web de référence dédié aux fournisseurs d'accès à Internet et aux offres haut-débit (consulté le 17 mars 2014).
  37. « Seine en plaine champenoise », sur le site du diocèse de Troyes (consulté le 15 mars 2014).
  38. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  39. « Liste des monuments historiques de la commune de La Motte-Tilly », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Liste des lieux et monuments de la commune de La Motte-Tilly à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Liste des objets historiques de la commune de La Motte-Tilly », base Palissy, ministère français de la Culture.
  42. « Liste des objets de la commune de La Motte-Tilly à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  43. « Église », notice no PA00078163, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Tombeau de l'abbé Terray », notice no PM10001310, base Palissy, ministère français de la Culture.
  45. « Château de La Motte-Tilly », notice no PA00078162, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. Vincent Cochet, Le château de La Motte Tilly, Éditions du Patrimoine, Centre des monuments nationaux, 2013, (ISBN 2-75770-251-3), [lire en ligne].
  47. « Page d'accueil », sur le site du château (consulté le 17 mars 2014).
  48. « Réouverture du château de La Motte-Tilly », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 17 mars 2014).