Juno (film)

film sorti en 2007

Juno est un film américain de Jason Reitman sur un scénario de Diablo Cody, sorti en 2007.

Juno
Réalisation Jason Reitman
Scénario Diablo Cody
Acteurs principaux
Sociétés de production Fox Searchlight Pictures
Mandate Pictures (en)
Mr. Mudd
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 96 minutes
Sortie 2007


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Elliot Page y incarne le personnage principal, Juno MacGuff, une adolescente à l’esprit libre confrontée à une grossesse imprévue. Elle est entourée des acteurs Michael Cera, Olivia Thirlby, J. K. Simmons, Allison Janney, Jennifer Garner et Jason Bateman.

Le film a remporté l'Oscar du meilleur scénario original ; il était également nommé pour ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure actrice. La bande originale du film, regroupant plusieurs morceaux joués par Kimya Dawson, est la première à avoir dépassé Dreamgirls avec plus d'un million d'exemplaires vendus.

Le film a récupéré en vingt jours son budget de base (6,5 millions de dollars). Il a récolté finalement plus de 35 fois sa somme de départ, avec un total de 231 millions de dollars, ce qui en fait le film ayant produit le bénéfice le plus important relativement à son budget de départ chez Fox Searchlight Pictures. Juno a reçu des critiques majoritairement bonnes et de nombreux critiques de cinéma placent le film dans leur Top 10 des meilleurs films de l’année 2007.

Le film a suscité des éloges et des critiques contradictoires de la part des mouvements pro-vie et pro-choix concernant la manière d'aborder l'avortement.

SynopsisModifier

Juno MacGuff, élève du secondaire âgée de seize ans dans le Minnesota, apprend qu’elle est enceinte de son petit ami et admirateur de longue date, Paulie Bleeker. Elle pense d’abord se faire avorter, mais elle change d’avis et décide de faire adopter l’enfant. Avec l’aide de son amie Leah, Juno épluche les petites annonces du Pennysaver et trouve le couple idéal pour accueillir son enfant. Accompagnée par son père Mac, Juno fait la connaissance du couple, Mark et Vanessa Loring, dans leur superbe maison, et elle souhaite une adoption anonyme, c’est-à-dire que l’enfant ne connaîtra pas le nom de sa mère biologique (accouchement sous X). Quoique reconnaissante, Vanessa est un peu angoissée à l’idée que Juno puisse changer d’avis et leurs premières conversations ne sont pas faciles. Pourtant, Juno et Leah rencontrent Vanessa dans un centre commercial en train de jouer avec un enfant. Juno l’encourage à parler au bébé à travers son ventre. De l’autre côté, Juno se lie plus facilement d’amitié avec Mark avec qui elle partage les mêmes goûts musicaux et cinématographiques. Mark, qui a laissé de côté son groupe de rock lorsqu’il était jeune, travaille à domicile en tant que compositeur de musique de publicité. Juno passe quelquefois du temps avec Mark chez lui, ignorant les avertissements de sa belle-mère : elle ne devrait pas passer du temps seule avec un homme marié.

Tandis que la grossesse suit son cours, Juno lutte contre ce qu’elle ressent pour le père de son enfant, Paulie, qui est amoureux d’elle. En apparence, Juno se comporte de manière indifférente envers Paulie. Mais quand elle apprend qu’il a demandé à une autre fille d’être sa cavalière au bal de fin d’année, elle se sent blessée et lui dit ce qu’elle en pense. Paulie lui rappelle que c’est elle qui souhaitait garder une certaine distance entre eux et lui dit qu’elle lui a brisé le cœur. Il sous-entend aussi qu’elle ressent des choses pour lui mais qu’elle n’arrive pas à l’admettre.

Peu avant l’accouchement, Juno rend à nouveau visite à Mark. Cette rencontre devient très émotionnelle. Mark lui dit qu’il va bientôt quitter Vanessa. La réaction de Juno le surprend : elle est horrifiée. À ce moment-là Vanessa rentre à la maison et, à sa grande surprise, Mark lui avoue qu’il ne se sent pas prêt à être père et qu’il y a des rêves qu’il veut accomplir avant. Juno regarde le mariage des Loring s’effondrer, repart en voiture et éclate en sanglots sur le bas-côté de la route avant de prendre une décision. Elle retourne chez les Loring et laisse un mot à la porte avant de s’en aller.

Après une discussion sincère avec son père, Juno admet qu’elle aime Paulie et le lui dit. Peu après, Juno perd les eaux et file à l’hôpital où elle accouche. Elle n’avait rien dit à Paulie à cause de la compétition d’athlétisme de celui-ci. Voyant qu’elle n’est pas dans les tribunes, il court à l’hôpital et découvre que Juno a déjà accouché. Juno pleure et Paulie la réconforte. Vanessa arrive à l’hôpital où elle découvre, heureuse, son fils. Sur le mur de la nouvelle chambre du bébé, Vanessa a encadré le mot de Juno : « Vanessa, si vous êtes toujours d'accord, moi aussi. — Juno ». Le film se termine en été avec Juno et Paulie jouant une chanson à la guitare et s’embrassant à la fin du morceau.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[4] et sur VoxoFilm[5].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ProductionModifier

GenèseModifier

 
Diablo Cody a écrit le film à partir de ses propres expériences de collège.

Diablo Cody est d’abord contactée par le producteur Mason Novick pour écrire un scénario. Il avait décroché un contrat d’édition avec elle pour son autobiographie Candy Girl : A Year in the Life of an Unlikely Stripper, après avoir découvert son blog sur le striptease[6]. Il la convainc d’adapter son livre à l’écran, mais lui suggère d'en écrire d’abord un aperçu pour le présenter aux studios. Cet aperçu deviendra Juno[6]. Après avoir décidé de diriger l’histoire vers l’adoption, Cody commence à rassembler des histoires de personnes ayant été adoptées, de parents biologiques et adoptifs, dont son mari de l’époque, un enfant adopté qui a retrouvé sa famille après qu’elle a écrit le film[7]. Elle trouve aussi l’inspiration grâce à une amie proche qui est tombée enceinte au lycée, expérience dont elle réutilise certains éléments dans le film notamment lorsque Juno passe l’échographie[8],[9]. Cependant la majeure partie du film est basée sur la propre expérience de Cody lorsqu’elle était au lycée : elle est ainsi sortie avec un amoureux des Tic Tac comme Paulie[10], sa meilleure amie était pom-pom girl comme Leah et elle se servait d’un hamburger comme téléphone, identique à celui du film[6]. Après avoir écrit le scénario en sept semaines dans le coin Starbucks d’un Target de Minneapolis dans le Minnesota[11], Cody a comparé l’acte d’écrire le scénario à celui de respirer, considérant Juno comme un prolongement d’elle-même[12].

Novick envoie le scénario de Cody à son ami Jason Reitman. Lorsque Reitman arrive à la moitié du scénario, il comprend que s’il ne réalise pas ce film, il le regrettera toute sa vie[11]. Reitman a d'abord du mal à obtenir la réalisation du film car son premier long-métrage, Thank You for Smoking, n'est pas encore sorti en salles, si bien qu'il n'a pas encore de long-métrage à son actif[13]. D’autres réalisateurs, dont Jon Poll[14], sont envisagés, mais c’est Reitman qui est finalement choisi. Il s’arrête dans l'écriture de son propre script spéculatif pour réaliser Juno[15]. Cody dit avoir écrit de façon cynique le scénario (« je ne pensais pas que quelqu’un produirait le film »)[c 1],[16],[17]. Le film est repoussé à cause de problèmes financiers, confirmant son impression[17]. Les grands studios de production prennent peur en apprenant le thème du film, et c’est donc la société de production de John Malkovich, Mr. Mudd, qui récupère le projet[16].

Distribution des rôlesModifier

 
Le réalisateur Jason Reitman à la première du film au festival du film de Telluride 2007.

Comme il avait beaucoup aimé le travail d’Elliot Page (alors Ellen Page, pré-transition) dans Hard Candy, Reitman le choisit pour le rôle principal[18], déclarant que lorsqu’il lut le scénario la première fois, c’est Page qu’il imagina dans le rôle de Juno. Il est allé le voir sur le plateau du film qu’il tournait à l’époque et lui offrit le rôle[19]. Il donne aussi le scénario à J. K. Simmons, qui jouait dans son précédent film, Thank You for Smoking, sans lui dire qu’il a l’intention de lui donner le rôle de Mac. Après avoir lu le scénario, Simmons lui dit qu’il aurait aimé jouer dans le film, même pour un rôle sans répliques comme le personnage du professeur[20]. Reitman avait d’autres acteurs en tête, dont Olivia Thirlby — qui avait au départ auditionné pour le rôle de Juno — et Michael Cera[21]. Il les emmène avec Page et Simmons en Californie pour tourner 45 pages du scénario en 35 mm sur toile de fond noire. Il montre les rushes à la Fox Searchlight pour leur présenter le casting de base[22]. Il souligne l’importance de faire un essai à l’écran plutôt que des auditions individuelles, déclarant : « c’est un film qui parle des relations entre les gens et l’idée de les faire auditionner sans les faire se rencontrer ne semblait pas avoir de sens »[c 2],[22].

Reitman confirme que l'actrice Jennifer Garner, qui a accepté un salaire plus bas que d’habitude pour éviter des dépassements de budget, a rejoint le projet en [23],[24]. Garner avait travaillé avec l'acteur Jason Bateman sur Le Royaume et l'a recommandé à Reitman lors de leur première rencontre. Bateman passa une audition pour le rôle de Mark et a été pris[25]. Lucas McFadden, plus connu sous le nom de Cut Chemist, DJ et producteur de musique, fait une apparition dans le film dans le rôle du professeur de chimie. Reitman qualifie ce caméo de « parfaite ironie »[26].

TournageModifier

 
Le lycée Eric Halber Secondary School, qui sert de décor pour le lycée fictif Dancing Elk High School.

Doté d'un budget de 6,5 millions de dollars[16], le film est tourné dans et aux alentours de Vancouver en Colombie-Britannique[27], au lieu du Minnesota où le tournage est censé avoir lieu à l'origine[28]. Bien qu’il soit fréquent de tourner au Canada un film dont l'action se déroule aux États-Unis pour des raisons budgétaires[29], Reitman insiste pour choisir lui-même les lieux de tournage[27]. Les lieux de tournage incluent une maison près de White Rock, représentant la maison de Vanessa et Mark[30], le lycée Eric Halber Secondary School pour le lycée du film, Dancing Elk High School[31], et la piste d'athlétisme de South Serrey’s pour la piste d'athlétisme du lycée du film[32].

Après quelques répétitions[33], le tournage a lieu de début février à [34], sur un planning de six semaines[27], dont 30 jours consacrés au tournage[30],[32]. L’équipe du tournage avait l’intention d’importer de la neige pour les scènes qui se déroulent en hiver mais il a neigé sur place, permettant selon la deuxième assistante du réalisateur Josy Capkun d'obtenir des plans de neige beaucoup plus larges que ceux initialement prévus[27]. Le film est tourné sans ordre[27], mais la dernière scène du film était prévue pour le dernier jour de tournage. Mais après une longue période de pluie, l’équipe de tournage envisage d’arrêter la production et de reprendre quelques mois plus tard pour tourner cette scène qui se déroule en été. Finalement, la pluie fait place au beau temps et la scène peut être tournée[32]. La dernière scène montre Juno et Paulie qui chantent « Anyone Else But You (en) » des Moldy Peaches. Kimya Dawson, membre du groupe, leur rend visite pendant qu’ils s’entraînent à chanter la chanson[35].

MusiqueModifier

Le film inclut plusieurs chansons de Kimya Dawson, Antsy pants et des Moldy Peaches grâce à Page qui les suggéra à Jason Reitman[36].

 
Kimya Dawson a interprété des chansons en solo et deux chansons de deux de ses anciens groupes pour la musique du film.

Reitman se met en contact avec Dawson et après avoir lu le scénario, celle-ci accepte que Reitman utilise ses chansons dans le film et lui envoie des CD contenant 120 chansons[18]. Les chansons sont pratiquement toutes autoproduites par Dawson[11], qui déclare n'avoir rien écrit en particulier pour Juno et que toutes les chansons ont été écrites et enregistrées avant qu’elle ne soit contactée pour travailler sur le film[37]. Reitman lui demande de réenregistrer des versions instrumentales qui incluait aussi de murmurer par-dessus les paroles de certaines de ses chansons[38]. Il prit aussi contact avec Mateo Messina, compositeur, avec qui il avait précédemment travaillé sur Thank You for Smoking, pour créer la musique du film[38]. Il lui donna les chansons de Kimya Dawson et lui demanda de créer « le son du film ». Messina décida d’intégrer « une guitare acoustique qui tinte libre comme Juno. »[39] Il essaya plusieurs guitares avant de trouver le son qu’il fallait qu’il trouva grâce à « Stella », une guitare d’occasion qui appartenait au guitariste Billy Katz. Il décrivit cette guitare comme « plutôt petite, pas très bien accordée, mais qui a tous les styles de tempérament ». Katz fut engagée pour jouer la guitare acoustique et classique pour la musique du film et utilisa beaucoup « Stella »[39].

Page suggéra aussi d’intégrer Sea of Love reprise par Cat Power. Reitman était d’abord réticent car cette chanson avait déjà été utilisée dans le film Mélodie pour un meurtre de 1989. Il décida pourtant que l’inclure ajouterait de nouvelles références cinématographiques à son film[38]. Il lui sembla que Superstar reprise par Sonic Youth définissait bien la relation entre Juno et Mark : dans le film, Juno préfère la version originale de 1971 des Carpenters tandis que Mark préfère celle reprise par Sonic Youth. Reitman avait associé A Well Respected Man des Kinks à un personnage d’un autre de ses scénarios et il déclara que cela lui brisa le cœur quand il prit la décision d’utiliser cette chanson pour présenter Paulie bien qu’il sentit que la chanson allait parfaitement avec la scène[38]. Il découvrit Barry Louis Polisar (en), chanteur pour enfant, et sa chanson All I Want is You en cherchant sur iTunes pendant des heures en utilisant des mots et des noms différents dans le moteur de recherche. Il se dit que cette qualité fait-maison était parfaite pour la chanson d’ouverture[38].

À la base, Reitman avait imaginé Juno fan de glam rock. Mais il rejeta l’idée car elle ne lui semblait pas authentique. Il déclara qu’il voulait que Juno soit fan de musique authentique et vraie. Il fit d’elle une fan de punk rock dont The Runaways, Patti Smith et Iggy Pop and the Stooges[40].

Le compositeur de musique de publicité Chris Corley, avec qui Reitman avait précédemment travaillé sur le tournage de publicités pour Wal-Mart, écrivit le jingle Brunch Bowlz que Mark écrit dans le film[41].

DesignModifier

Le film est divisé selon les saisons. Jason Reitman explique que « cette idée tomba sous le sens lorsque j’ai lu le scénario car les saisons reflètent les trois trimestres de la grossesse de Juno»[42]. Comme le film fut tourné sur seulement 30 jours, de la fausse végétation fut utilisée pour marquer le changement de saison. Des feuilles marron se trouvent sur un faux arbre devant la maison de Juno et devant chez Leah un cerisier a été retouché pour donner l’impression qu’on est en automne. Un ventilateur a été utilisé sur des feuilles pour donner l’illusion qu’elles tombaient des arbres. Des fausses fleurs ont été utilisées devant la maison de Paulie à la fin du film pour faire comme si c'était l'été[26]. Reitman joua aussi avec les couleurs des personnages, par exemple la tenue de course bordeaux et doré de Dancing Elk High School ou, plus tôt dans le film, Juno porte une veste à capuche « tout en marchant dans un univers de verts et de marrons foncés. »[42].

Cody fut impressionnée par les décors que l’équipe de design du film avaient réussi à créer grâce à seulement quelques phrases du scénario. Elle décrivit la chambre de Juno comme étant « pleine de souvenirs [pour moi] car elle me rappelait tant la chambre que j’avais quand j’étais adolescente »[43]. Les murs de la chambre de Juno sont recouverts de poster de groupes de musique tandis que les murs de celle de Leah sont recouverts par des posters d’hommes plus vieux qu’elle trouve attirants. La chambre de Paulie est décorée de manière enfantine pour rappeler son innocence[26]. Steve Saklad, chef décorateur, créa la maison de Mark et Vanessa en supposant que « Vanessa a sûrement dû lire tous les magazine d’intérieur et a essayé de copier ce qu’elle y a vu le mieux qu’elle pu.»[42] La costumière Monique Prudhomme décida d’habiller Vanessa de vêtements « simple et de bon goût » mais « très méticuleux », tandis qu’elle donna un style classique à Mark ce qui complète le goût de Vanessa[42]. Page suggéra que Juno porte des chemises en flanelle et des gilets sans manche[16]. Page fut obligée de porter deux faux ventres attachés dans le dos comme un corset, et un troisième « vrai » ventre que l’on voit pendant l’échographie[44] de Juno et plusieurs couches de fausses poitrines[45]. Les images que l’on voit sur l’écran pendant l’échographie sont en fait celle du fils de Scott Sanders qui s’occupait du son, images qui furent intégrées à la scène après la production[42],[46].

Générique d’introductionModifier

Il fallut sept à huit mois au petit studio de Shadowplay (basé à Los Angeles) pour mettre en place le générique d’introduction de Juno, qui la dépeint comme dans un dessin animé marchant dans la ville avec une bouteille de Sunny Delight à la main[47]. Shadowplay créa aussi le générique du précédent film de Reitman Thank You for Smoking. Il les contacta à nouveau lorsqu’il sut qu’il allait réaliser Juno[48]. Avec pour inspiration des posters punk rock vintage des années 1970, Smith et l’artiste Jenny Lee décidèrent de créer un générique qui « a du grain et du mordant mais qui transmette aussi la chaleur du scénario. »[49] Pendant les derniers jours de tournage à Vancouver[49], on photographia Page avec un appareil photo à haute vitesse de plusieurs angles différents sur un tapis roulant buvant du Sunny Delight[47]. 900 photos de Page marchant et buvant ont été imprimées et passées plusieurs fois dans une photocopieuse pour altérer leur qualité jusqu’à ce qu’elles semblent avoir été dessinées à la main[48]. Les images furent découpées, scannées puis mises en place sur l’arrière-plan dessiné par Lee grâce à un logiciel de compositing[47] pour créer une animation en volume qui correspondait à All I Want is You de Barry Louis Polisar[38]. Shadowplay créa aussi les titres des saisons du film[26], la police d'écriture pour le générique d’introduction et de fin et collabora sur le design de la bande originale du film et le DVD[49].

Bande originaleModifier

Album de Various Artists
Sortie
Enregistré 1959-2007
Durée 46:42
Genre Rock indépendant
Musique de films
Label Rhino Records
Critique
No TitreInterprète(s) Durée
1. All I Want Is YouBarry Louis Polisar (en) 2:37
2. My RollercoasterKimya Dawson 0:53
3. A Well Respected ManThe Kinks 2:43
4. DearestBuddy Holly 1:54
5. Up The SpoutMateo Messina 0:53
6. Tire SwingKimya Dawson 3:07
7. Piazza, New York CatcherBelle and Sebastian 3:01
8. Loose LipsKimya Dawson 2:24
9. SuperstarSonic Youth 4:06
10. Sleep (instrumental)Kimya Dawson 0:52
11. Expectations (version remasterisée)Belle and Sebastian 3:35
12. Sans titreMott The Hoople 3:35
13. So Nice So SmartKimya Dawson 2:47
14. Sea Of Love (version remasterisée)Cat Power 2:20
15. Tree HuggerKimya Dawson & Antsy pants 3:14
16. I'm Sticking With YouThe Velvet Underground 2:29
17. Anyone Else But YouThe Moldy Peaches 2:58
18. VampireAntsy pants 1:20
19. Anyone Else But YouMichael Cera & Elliot Page 1:56

La bande originale du film, sortie le , contient des chansons interprétées par Kimya Dawson et ses groupes Antsy pants et The Moldy Peaches. Le choix des chansons est dû à une suggestion de Page, après que le réalisateur Jason Reitman, qui pensait dans un premier temps, faire du personnage de Juno une fan de glam-rock a sollicité l'avis de l'actrice. La BO contient également des titres déjà enregistrés comme A Well Respected Man, des Kinks et All the Young Dudes, des Mott the Hoople.

La version du titre Anyone Else But You, par Michael Cera et Elliot Page a été enregistrée le dernier jour de tournage du film dans les rues de Vancouver. Pendant la répétition, Kimya Dawson était présente pour aider le duo dans son interprétation ; a posteriori elle a déclaré qu'ils « chantent mieux » qu'elle ne l'a fait elle-même dans la version enregistrée avec son groupe, The Moldy Peaches.

Pour sa première semaine, la bande originale s'est classée huitième au Billboard US 200, puis troisième et deuxième les semaines suivantes, avant d'atteindre la première place, qu'elle a conservée pendant une semaine, avec 65 000 exemplaires vendus. L'album est depuis certifié disque de platine aux États-Unis, avec plus d'un million d'exemplaires vendus. Il s'agit du premier numéro un pour une bande originale d'un film de la 20th Century Fox depuis Titanic, en 1997[51].

AccueilModifier

PromotionModifier

 
Le téléphone en forme d'hamburger, utilisé dans le film.

Après la sortie de Juno, la Fox Searchlight envoya des téléphones en forme de hamburger aux journalistes et aux critiques pour les inciter à faire la critique du film[52]. Bien que les téléphones étaient à l’origine distribués en petit nombre aux spectateurs assistant aux événements promotionnels, des sociétés non-affiliées à la Fox Searchlight commencèrent à vendre des téléphones sur eBay et d’autres magasins en ligne[53],[54]. Le mois suivant la sortie du film, les ventes de ce téléphone augmentèrent de 759 %[54].

À noter que la scénariste Diablo Cody confie posséder ce genre de téléphone elle-même[55].

Sortie au cinémaModifier

La première de Juno eut lieu le au Festival international du film de Toronto et reçu une ovation ce qui fit dire au critique Roger Ebert « Je ne sais pas quand j’ai entendu une ovation si longue, bruyante et chaleureuse. »[56] Le film fut présenté Festival du Film d’Austin, au Festival international du film de Rome, au Festival du film de Londres, au Festival du Film des Bahamas… et gagna de nombreux prix à plusieurs reprises.

Bien que Juno devait au départ sortir en salle le , sa sortie fut avancée afin de profiter des bonnes critiques et du buzz[57]. Le film sortit dans certaines salles le  : seulement sept salles à Los Angeles et New York[58]. Le , le film sortit dans 25 salles de cinéma dans 13 villes différentes, puis d’autres salles le avant de sortir partout le [58].

Accueil critiqueModifier

Le film a bénéficié d’excellentes critiques, obtenant 93 % de commentaires positifs, en faisant du film la comédie la mieux critiquée sur Rotten Tomatoes en 2007[59],[60],[61]. Metacritic donne au film une moyenne de 81 sur 100, chiffre base sur 37 critiques[62].

Roger Ebert du Chicago Sun-Times donne 4 étoiles au film et declare que c’est le meilleur film de l’année et vante l’excellente prestation d’Elliot Page[63]. Le film est aussi classé 463e dans la liste des 500 meilleurs films de tous les temps du magazine Empire en 2008[64].

Pourtant, toutes les critiques de Juno n’ont pas été positives comme David Edelstein du New York Post[65],[66].

Box-officeModifier

Comme le film n’est sorti que dans 7 cinémas à Los Angeles et à New York, Juno a fait un bénéfice de 420 113 $ durant sa première semaine[58]. Lorsque Juno, depuis sorti dans une combinaison de salles plus importante (maximum 2 534 salles) est devenu le premier film de la Fox Searchlight à dépasser les 100 millions de dollars au box office américain, Peter Rice, président de la société, déclara que le film avait dépassé toutes leurs attentes[67] Le film a fait un bénéfice de plus de 140 millions de dollars rien qu’aux États-Unis et de plus de 87 millions de dollars à l'international, portant le total à 231 millions de dollars de recettes mondiales[68]. Le succès du film a permis d'afficher une rentabilité à 9 256 % par rapport à son budget[69].

En France, Juno démarre à la sixième place du box-office lors de sa première semaine d'exploitation avec 182 134 entrées pour une combinaison de 149 copies[70]. La semaine suivante, avec une combinaison de 166 copies (17 copies en plus par rapport à la semaine précédente), le film reste dans le Top 10, bien que se trouvant dorénavant à la huitième place, engrangeant 184 565 entrées, faisant un total de 366 699 entrées cumulés sur le territoire français[71]. Le long-métrage maintiendra sa huitième place la semaine suivante enregistrant 152 758 entrées, pour un cumul de 519 457 entrées[72].

Bien que chutant de semaines en semaines de la huitième à la dixième place[73],[74],[75] pour bientôt quitter le top 20 des meilleurs entrées en France du moment[76] avec une variation de combinaisons de copies (de 180 à 191 copies en salles), Juno a déjà enregistré 779 637 entrées, obtenant un succès surprise.

Le film continue son succès français en finissant son exploitation dans les salles françaises avec 873 420 entrées[77].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  Mondial[78] 231 450 102 USD ?
  États-Unis[79] 143 495 265 USD 28
  France[80] 875 109 entrées 19
  États-Unis
(ventes de DVD)[78]
873 420 USD
(3 267 000 unités)
15

Sortie en vidéoModifier

Le film sort le en DVD et Blu-ray. Il est disponible en édition simple (inclus : commentaire audio de Jason Reitman et de Diablo Cody, 11 scènes coupées, un bêtisier, des essais caméras). L’édition collector inclut le même contenu, avec en plus 4 documentaires exclusifs. Le Blu-ray contient en plus de tous ces bonus deux documentaires exclusifs.

DistinctionsModifier

Entre 2007 à 2009, Juno remporte 54 récompenses et 39 nominations, dont un Oscar[81],[82].

RécompensesModifier

Les récompenses concernant Elliot Page lui étant adressées avant sa transition, elles sont au nom d'Ellen Page.

Nominations et sélectionsModifier

ThèmesModifier

AvortementModifier

Certains critiques ont interprété Juno comme étant un film pro-vie, Ann Hulbert du magazine Slate considérant pour sa part que Juno est « à la fois pro-vie et pro-choix »[84], alors que Jeff Dawson du Sunday Times pense que le film fait partie du « sous-genre des grossesses non-désirée » comme En cloque, mode d'emploi et Waitress, deux autres films traitant de grossesses imprévues. A. O. Scott du New York Times est d’accord pour dire que Juno « n’a pas un message qui véhicule l’anti-avortement mais plutôt la pro-maturité »[85].

Elliot Page a déclaré[86] : « Ce qui me frustre le plus, c’est quand les gens disent que le film est pro-vie, ce qui est complètement absurde… La chose la plus importante est qu’on a le choix, et le film montre cette idée. » Cody et Page ont d'ailleurs ouvertement dit être pro-choix[87]. Pour sa part, Jason Reitman s'est, déclaré ravi que les mouvements pro-vie et pro-choix adhérent au film[88] : « Juno est comme un miroir et les gens [des deux côtés] se retrouvent dedans ».

FéminismeModifier

D’autres critiques considèrent Juno comme un film féministe à cause du portrait atypique de Juno, adolescente confiante et intelligente. L’antiféministe Phyllis Schlafly a notamment écrit que le thème de Juno « n’était ni l’amour, ni le respect pour la vie, mais le triomphe de l’idéologie féministe, c’est-à-dire que les hommes ne sont pas pertinents, surtout les pères[89]. » La scénariste a déclaré à propos du film, « les femmes sont intelligentes, drôles, vives et je voulais montrer que ces filles sont humaines et pas les adolescentes types que nous voyons souvent à la télé »[90] et qu’« il manquait des personnages de vraies adolescentes… j’ai vu l’écriture de ce scénario comme étant l’opportunité de créer une femme emblématique »[16]. Elliot Page (avant sa transition, donc en tant qu'Ellen) a fait l’éloge du film concernant sa description positive des adolescentes, décrivant le personnage de Juno comme « étant une vraie bouffée d’air frais et montrant aux jeunes filles les nouvelles possibilités qui s’offrent à elles »[86]. Il a souligné aussi que « les jeunes filles n’avaient jamais eu affaire à ce type de personnage auparavant. Nous n’avons pas notre Attrape-cœurs ». Il critique les médias et la perception qu’ils ont de son personnage, la considérant comme « forte », soutenant que si Juno avait été un homme, la force du personnage n’aurait pas été considérée remarquable[91]. Jason Reitman était intéressé par le conflit personnel/politique de Vanessa : « le féminisme a ouvert la voie à la carrière professionnelle de Vanessa, mais finalement Vanessa veut être une mère à plein temps »[42].

PostéritéModifier

L’« effet Juno »Modifier

En 2008, après que 17 lycéennes de moins de 16 ans tombèrent enceintes, le Time donna le nom de l’effet Juno[92] Le Time déclara que certains adultes niaient les statistiques qui pour eux sont un accident de courbe tandis que d’autres accusent les films comme Juno et En cloque, mode d'emploi de rendre la grossesse à l’adolescence glamour.

En , John McCain, candidat républicain à l'élection présidentielle des États-Unis, désigna Sarah Palin comme sa colistière au poste de vice-présidente des États-Unis advenant son élection. On révéla alors que la fille de Palin, Bristol, âgée de 17 ans, était enceinte, à la suite d'une liaison hors-mariage avec un adolescent[93],[94]. Certains commentateurs comparèrent Bristol à Juno.

Jason Bateman défendit le film. Il dit que « malheureusement, on a des exemples comme ceux-ci où des types tuent des gens à cause des paroles de chansons rock. Si on commence à rendre responsables les films et les chansons pour nos bonnes ou mauvaises actions, il est clair que ce ne sont pas les meilleurs références pour influencer nos vies. Je pense que les gens devraient chercher leçons et guides vers leurs parents, leurs professeurs, leurs amis… »[95].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le titre provisoire a été changé pour ne pas être confondu avec le film Junebug, en 2005, avec Amy Adams
  2. a et b Récompensé également pour son rôle dans SuperGrave (2007).
  3. Ex-æquo avec Julie Christie pour Loin d'elle (2007).
  4. Récompensée avec Coreen Mayrs (location casting) et Heike Brandstatter (location casting)

CitationsModifier

  1. (en) « I didn't ever think this film would be produced »
  2. (en) « This is a movie that's all about relationships and the idea of auditioning people outside of each other, one-on-one with the casting director, didn't make sense »

RéférencesModifier

  1. a et b (en) Dates de sortie de Juno sur l’Internet Movie Database.
  2. a b c d e f et g (fr) Juno - Fiche Voxofilm. Consulté le .
  3. a b et c (fr) Juno - Fiche RS Doublage. Consulté le .
  4. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage.
  5. « Fiche du doublage français du film », sur VoxoFilm (consulté le )
  6. a b et c (en) Karen Valby, « Diablo Cody: From Ex-Stripper to A-Lister », sur Entertainment Weekly, (consulté le )
  7. (en) Rachel Giese, « Whoa, baby. Ellen Page and Diablo Cody deliver big laughs in Juno » (version du 15 août 2009 sur l'Internet Archive), sur CBC News,
  8. (en) Jeff Dawson, « Diablo Cody, lap dancer turned ace screenwriter », sur The Sunday Times, (consulté le )
  9. (en) Associated Press, « From saucy to sweet », sur The Age, (consulté le )
  10. (en) Larry Carroll, « 'Juno' Cast, Director Credit Diablo Cody's Screenplay For Flick's Early Buzz », sur MTV News, (consulté le )
  11. a b et c (en) Edward Douglas, « Jason Reitman Tackles Teen Pregnancy in Juno », sur ComingSoon.net, (consulté le )
  12. (en) John Hiscock, « Diablo Cody:'I feel more naked writing than I did as a stripper' », sur The Daily Telegraph, (consulté le )
  13. (en) « Director Jason Reitman Talks Juno [Exclusive] », sur MovieWeb.com, (consulté le )
  14. (en) Brian Orndorf, « Jon Poll interview – CHARLIE BARTLETT », sur Collider, (consulté le )
  15. (en) Tatiana Siegel et Michael Fleming, « Jason Reitman flies ‘Up in the Air’ », sur Variety, (consulté le )
  16. a b c d et e (en) Christine Spines, « Inside the surprise hit Juno », sur Entertainment Weekly, (consulté le )
  17. a et b (en) Jen Yamato, « Elliot Page on Juno: The RT Interview » [archive du ], sur Rotten Tomatoes, (consulté le )
  18. a et b « 'Juno' Cast and Crew on Life, Babies, and Drug Habits »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  19. (en) Melissa Starker, « To know Juno » (version du 13 août 2011 sur l'Internet Archive), sur Columbus Alive,
  20. (en) Rob Vaux et Debbie Davis, « The Juno Interviews Part III: Allison Janney & J.K Simmons », sur FlipsideMovies.com, (consulté le )
  21. (en) Tim Stack, « Olivia Thirlby: Life After 'Juno' », sur Entertainment Weekly, (consulté le )
  22. a et b (en) Lisa Y. Garibay, « My Super Sweet 16 », sur Filmmaker Magazine, (consulté le )
  23. (en) Rita Braver, « "Juno" Director Follows In Dad's Footsteps », sur CBS News, (consulté le )
  24. (en) Shawn Adler et Larry Carroll, « Movie File: 'Departed' Trilogy, Jennifer Garner, Steve Carell & More », sur VH1, (consulté le )
  25. (en) Rob Vaux, « The Juno Interviews Part II: Jason Bateman », sur FlipsideMovies.com, (consulté le )
  26. a b c et d (en) Juno: Audio Commentary by Director Jason Reitman and Writer Diablo Cody, de Jason Reitman et Diablo Cody, 20th Century Fox, 2007, DVD
  27. a b c d et e (en) Glen Schaefer, « Plenty of fun and games on Juno set » [archive du ], sur The Province, (consulté le )
  28. (en) « “Juno” Considering 2007 Minnesota Location », sur Frozen Frames, (consulté le )
  29. (en) Edward Jay Epstein, « Northern Expenditure », sur Slate, (consulté le )
  30. a et b (en) Kerry Gold, « When Oscar comes knocking », sur The Globe and Mail, (consulté le )
  31. (en) Moira Macdonald, « Northwest links to Oscars », sur The Seattle Times, (consulté le )
  32. a b et c (en) John Mackie, « Vancouverites sharing in success of 'Juno' » [archive du ], sur Regina Leader-Post, (consulté le )
  33. (en) « Juno's Elliot Page and Michael Cera », sur MovieWeb.com, (consulté le )
  34. (en) Jeremy Walker, « Production begins on 'Juno,' a comedy directed by Jason Reitman from a screenplay by Diablo Cody », sur JeremyWalker.com, (consulté le )
  35. (en) Dave Maher, « Ellen Page Talks Juno Soundtrack, Kimya Dawson » (version du 10 juin 2008 sur l'Internet Archive), sur Pitchfork,
  36. Reitman, Jason, Music from the Motion Picture Juno (Liner Notes),
  37. (en) Peter Sciretta, « Juno Movie Sountrack », /Film, (consulté le )
  38. a b c d e et f (en) Jason Reitman, Elliot Page et Kimya Dawson, « Juno Soundtrack Interview (Podcast) », Rhino Entertainment (consulté le )
  39. a et b (en) « Seattlest Interview: Mateo Messina, Film and Symphony Composer », Seattlest, (consulté le )
  40. (en) Barbara Celis, « Interview: Jason Reitman (Juno) », IONCINEMA.com, (consulté le )
  41. (en) Jason Reitman, « Meep Meep », Fox Searchlight Pictures, (consulté le )
  42. a b c d e et f (en) Fox Searchlight Pictures, « Juno Press Kit » (consulté le )
  43. (en) Edward Douglas, « Juno Screenwriter Diablo Cody », ComingSoon.net, (consulté le )
  44. « Close Up: Elliot Page »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  45. (en) Kate Wharton, « Elliot Page interview », Marie Claire, (consulté le )
  46. (en) Jason Reitman, « Minority Report » [archive du ], Fox Searchlight Pictures, (consulté le )
  47. a b et c (en) Martin Morrow, « Credit where it’s due », CBC News, (consulté le )
  48. a et b « Where'd the credits go? »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  49. a b et c (en) Colin Thomas, « Forget the film, watch the titles », SubmarineChannel.com, (consulté le )
  50. allmusic: Juno, Overview
  51. Rolling Stone 1046, February 24, 2008, p. 16
  52. (en) Darren Barefoot et Julie Szabo, « Great Movie Marketing and a Hamburger Phone From Juno », SocialMediaReady.com, (consulté le )
  53. (en) Asher Moses, « Juno's hamburger phone sparks online sales », The Age, (consulté le )
  54. a et b (en) Misty Harris, « Hamburger the new accessory », The Province, (consulté le )
  55. Interrogée sur le degré d'autobiographie de son scénario, Cody avoue n'être jamais « tombée en cloque au lycée » mais posséder le même téléphone en forme de hamburger que Juno. La scénariste de “Juno”, Diablo Cody, débauchée par Hollywood… - Le fil cinéma - Télérama.fr
  56. (en) Roger Ebert, « Toronto #5: Great performances, strong stories », Chicago Sun-Times, (consulté le )
  57. (en) Peter Sciretta, « Juno’s “Due Date” Sooner Than Expected », /Film, (consulté le )
  58. a b et c « 'Juno' jolts specialty box office »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  59. (en) « Juno (2007) », Rotten Tomatoes (consulté le )
  60. (en) « Juno (2007) », Rotten Tomatoes (consulté le )
  61. (en) « 1 — Juno », Rotten Tomatoes (consulté le )
  62. (en) « Juno (2007): Reviews », Metacritic (consulté le )
  63. (en) Ebert, Roger, « Juno », Chicago Sun-Times, (consulté le )
  64. http://www.empireonline.com/500/7.asp
  65. (en) Edelstein, David, « Melodrama in Distress », New York, (consulté le )
  66. « Why "Juno" is anti-rock »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  67. (en) Joe Pompeo, « Juno Crosses the $100 Million Mark, Becomes 'Too Cool' », The New York Observer, (consulté le )
  68. (en) « Juno », Box Office Mojo (consulté le )
  69. « Juno (2007) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le ).
  70. Box-office du 6 février 2008 sur AlloCiné. Consulté le .
  71. Box-office du 13 février 2008 sur AlloCiné. Consulté le .
  72. Box-office du 20 février 2008 sur AlloCiné. Consulté le .
  73. Box-office du 27 février 2008 sur AlloCiné. Consulté le .
  74. Box-office du 5 mars 2008 sur AlloCiné. Consulté le .
  75. Box-office du 12 mars 2008 sur AlloCiné. Consulté le .
  76. Box-office du 19 mars 2008 sur AlloCiné. Consulté le .
  77. Juno - Box-office France sur JP Box Office. Consulté le .
  78. a et b (fr) Juno - TheNumbers.com. Consulté le .
  79. (en) Juno - Box-office mojo. Consulté le .
  80. (fr) Juno - Box-office français. Consulté le .
  81. (en) Juno sur IMDb. Consulté le .
  82. (en) Juno - Awards sur IMDb. Consulté le .
  83. a et b Nommé également pour son rôle dans SuperGrave (2007).
  84. (en) Ann Hulbert, « Juno and the Culture Wars », Slate, (consulté le )
  85. (en) A. O. Scott, « Seeking Mr. and Mrs. Right for a Baby on the Way », The New York Times, (consulté le )
  86. a et b (en) Peter Howell, « Juno star has a mind of her own », Toronto Star, (consulté le )
  87. (en) Edward Douglas, « The Inimitable Elliot Page on Juno », ComingSoon.net, (consulté le )
  88. (en) Nicole Sperling, « 'Juno' Has Moviegoers Bringing Up Babies », Entertainment Weekly, (consulté le )
  89. (en) Phyllis Schlafly, « Message of 'Juno': Fatherlessness rocks », WorldNetDaily, (consulté le )
  90. (en) Emma Dibdin, « Labour Day: Behind the scenes on Juno », The Cambridge Student, (consulté le )
  91. (en) Dave Maher, « Elliot Page Talks Juno Soundtrack, Kimya Dawson » [archive du ], Pitchfork, (consulté le )
  92. Kingsbury, Kathleen (June 18, 2008) “Pregnancy Boom at Gloucester High.” Time.
  93. (en) Michael Kranish, « Palin's daughter, 17, is pregnant », Boston Globe,‎ (lire en ligne, consulté le )
  94. (en) « Unplanned », Houston Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  95. (en) « Jason Bateman Defends ‘Juno’ In Wake Of Massachusetts Teen Pregnancies », Access Hollywood, (consulté le )

AnnexesModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier