Incrustation

L'incrustation est une technique d'effets visuels dans le domaine du cinéma, de la télévision et de la photo. Cela consiste à intégrer dans une même image des objets filmés séparément ou des objets créés par ordinateur.

Un personnage devant un fond bleu et le résultat final après incrustation.

HistoireModifier

La généalogie de cette technique remonte aux spectacles de la lanterne magique réalisés par Henri Robin dans les années 1860, lorsqu'il faisait interagir le reflet d'acteurs cachés dans la fosse et les acteurs présents sur scène[1].

Elle est imaginée par Lawrence W. Butler en 1940 pour le tournage du film Le Voleur de Bagdad, puis grandement améliorée à partir des années 1950 par Petro Vlahos.

TechniqueModifier

Avec un film chimique (pellicule de cinéma), le procédé, qui s'appelait traditionnellement matte ou matting, se déroule de la manière suivante :

  1. on filme séparément un objet sur fond bleu/vert (blue/green screen) et un décor ;
  2. à partir de l'image de l'objet, on transforme le bleu du fond en un masque noir (chroma key, on a ainsi la silhouette de l'objet en transparent sur fond noir), ainsi qu'un masque complémentaire (on a ainsi la silhouette de l'objet en noir sur fond transparent, technique dite du « cache/contre-cache ») ;
  3. le premier masque est appliqué à l'objet (on a donc l'objet sur fond noir), le second est appliqué au décor (on a donc la silhouette de l'objet en noir sur le décor) ;
  4. cette pellicule est utilisée pour impressionner le négatif ; deux images successives (donc le décor sans l'objet et l'objet sans le décor) impressionnent la même image du négatif.
 
Studio de télévision en technique d'incrustation « green screen ».

Le choix du fond bleu ou vert s'explique par la quasi-absence de ces couleurs dans la peau humaine.

En vidéo, à la télévision et pour les réalisations cinématographiques tournées en numérique, l'incrustation peut être faite en direct ou en post-production au montage. Toutes les parties bleues ou vertes de l'image sont utilisées pour créer un signal de découpe : ce qui est bleu ou vert a une valeur de 1, alors que ce qui ne l'est pas a une valeur de 0.

Le signal de découpe représentera donc dans son ensemble une silhouette noire sur un fond blanc. Il permettra de montrer l'arrière-plan à la place du blanc, en incrustant l'image des personnages dans les zones restées noires. Si le signal de découpe a une valeur intermédiaire entre 0 et 1, il permet de superposer les deux images, par exemple pour récupérer une ombre portée. On peut aussi inverser une incrustation.

 
Un studio photographique en chromakey à Ouagadougou.

Le fond bleu se rapproche de la couleur complémentaire de la chair, donc le contraste de chrominance est optimal. Néanmoins avec la vidéo numérique, le vert est de plus en plus utilisé car c'est la couleur primaire la plus lumineuse en vidéo, elle disposera donc d'un meilleur contraste de luminance vis-à-vis de l'objet à incruster (à cause du codage YUV, le vert est directement rapporté à la luminance).

Si l'objet ou le personnage porte du maquillage ou un vêtement bleu, la partie devient « invisible ». Ce type d'effet pour la télévision a été beaucoup utilisé par Jean-Christophe Averty. En cinéma, on trouve aussi sa trace dans un film de 1966 qui se nomme Le Fantôme au Bikini invisible.

Les bords de l'objet filmé sur fond bleu posent parfois problème, notamment dans le cas de cheveux, on a alors un artefact appelé « tache bleue » (blue spill)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Thierry Lefebvre, « Lanternes éblouissantes, entretien avec Laurent Mannoni », Sociétés & Représentations,‎ , p. 204 (ISSN 1262-2966, lire en ligne)