Juliette (chanteuse)

chanteuse

Juliette Noureddine, plus connue sous le nom de scène de Juliette, née le dans le 17e arrondissement de Paris, est une chanteuse, parolière et compositrice française.

Juliette
Juliette en 2008.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Juliette NoureddineVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
JulietVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Auteure-compositrice-interprète, artiste d'enregistrementVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Label
Genre artistique
Site web
Distinctions
Prononciation

Biographie modifier

Famille modifier

Juliette est la fille de Jacques Noureddine (1933 Boulogne-Billancourt-1988 Glanges) et de Yvonne Breuilh[1].

Le grand-père de Juliette, Lhacène Lucien Noureddine, d'origine kabyle, né en Algérie en 1902, est arrivé en France dans les années 1920. Il intègre la police, devient inspecteur puis commissaire divisionnaire et finalement contrôleur général honoraire de la Sûreté nationale[2] ; son père, Jacques Noureddine, est saxophoniste[3]. Sa grand-mère paternelle est originaire du Limousin, tout comme ses grands-parents maternels, qui étaient agriculteurs[4],[5].

Formation et débuts modifier

Sa grand-mère institutrice la pousse à faire du piano. Elle grandit à Suresnes (Hauts-de-Seine), rue Roger-Salengro, voie dont elle tirera le titre d’une chanson ; elle étudie au collège Émile-Zola[6]. Juliette fait ses débuts à Toulouse et Auch, son père ayant été nommé à l'Orchestre du Capitole alors qu'elle avait 13 ans[7].

Après avoir passé son adolescence dans une institution religieuse, puis s'être essayée à la faculté de lettres et ensuite de musicologie, elle se produit dans les bars et les restaurants toulousains comme pianiste ou accompagnée d'un accordéoniste interprétant Jacques Brel, Édith Piaf, mais aussi Boby Lapointe, Francis Blanche, Sim et le répertoire de deux artistes qui seront déterminants dans son parcours, Jean Guidoni et Pierre Philippe[7],[8].

Parcours musical modifier

En 1985, puis en 1986, elle est présente aux Découvertes du Printemps de Bourges[7], festival représentant de jeunes talents. En 1989, elle y fait la première partie de Gilbert Laffaille. Après une tournée en Allemagne, elle fait la première partie de Jean Guidoni en 1990. C'est à cette occasion qu'elle rencontre l'écrivain et parolier Pierre Philippe, qui va devenir l'auteur des textes de nombreux titres de ses premiers albums. Elle gagne un concours de la chanson française à l'occasion d'un festival à Sarrebruck[9].

En 1991, elle remporte le prix du jury et du public au Tremplin de la chanson des Hauts-de-Seine, ce qui lui permet de produire elle-même son premier album, ¿Qué tal?[7].

Elle a remporté deux prix de l'Académie Charles-Cros (1993 et 2002), est nommée aux Victoires de la musique en 1994, et remporte le prix de la révélation de l'année, à ces mêmes Victoires de la musique, en 1997[7].

Après son cinquième album, Assassins sans couteaux (1998), elle se produit pour la première fois à l'Olympia en 1999[7] pendant six jours, à nouveau pendant deux jours en 2005 puis trois jours en 2008.

Entre 2004 et 2007, elle anime une émission de radio sur France Musique, Juliette ou la Clef des sons. Chaque samedi, elle y présente un choix de musiques éclectique et subjectif.

Elle participe en tant que comédienne à « La Collection 2009 » de Canal+, en interprétant le personnage principal du court métrage Le Rescapé de l'hippocampe de Julien Lecat.

En 2009, elle chante sur un titre de l'album À la récré (un livre-disque de chansons pour enfants) du groupe strasbourgeois Weepers Circus.

Sur l'album No Parano, sorti le , Juliette travaille pour la première fois avec le violoncelliste Vincent Ségal qui l'accompagne dans les chansons La Lueur dans l'œil et Madrigal moderne.

Proche du chanteur Bernard Joyet, avec qui elle a chanté de nombreuses fois ainsi que composé, elle interprète beaucoup de ses chansons.

Au fil de sa carrière, elle a également adapté et/ou interprété des œuvres de Henri-Georges Clouzot, Stephen Sondheim, Pierre Dac, Serge Gainsbourg, Frank Giroud ou François Morel. Elle a aussi chanté en duo avec ce dernier et Guillaume Depardieu sur l'album Mutatis mutandis.

Jeu vidéo modifier

Passionnée de jeu vidéo[7],[10], elle exprime de façon décalée son attachement à cette pratique sur France Inter en 2014[11], et est nommée en 2016 présidente de la commission du Fonds d'aide au jeu vidéo par la présidente du Centre national du cinéma et de l'image animée[12].

Vie privée modifier

Juliette est lesbienne[13]. Elle n'a jamais caché son homosexualité : elle a fait son coming-out à l'âge de treize ans[4]. En 2010, elle fait partie des premiers artistes signataires de la pétition « Pour l'homoparentalité » parue dans L'Obs[14],[15].

Elle est athée[7].

Prises de position modifier

Lors de la campagne présidentielle de 2007, elle soutient la candidate PS Ségolène Royal[7].

À l'élection présidentielle de 2017, elle soutient le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

En 2021, elle annonce sur Twitter qu'elle votera de nouveau pour La France insoumise à l'élection présidentielle de 2022[16].

Œuvre modifier

Discographie modifier

Albums personnels modifier

Contributions modifier

  • 1997 : Sur l'album collectif en public La Chanson en lumière, Juliette chante Rimes féminines.
  • 1998 : Sur l'album collectif La Comptine à Titine (Rideau rouge/Scalen), Juliette chante 3 titres : Marie la petite souris, Bison futé, Le Rock de Meudon, et La Leçon d'orthographe en duo avec Xavier Lacouture.
  • 1999 : Sur l'album Fin De Siècle de Jean Guidoni, Juliette a écrit la musique de Voluptés d'Orient.
  • 2001 : Sur l'album collectif Les Oiseaux de passage (Mercury), Juliette chante La Complainte des filles de joie de Georges Brassens. CD réédité en 2006 sous le titre Putain de toi - Un hommage à Georges Brassens, avec 10 titres supplémentaires par d'autres artistes.
  • 2002 : Sur le double album collectif Autour de Serge Reggiani (Tréma), Juliette chante Les loups sont entrés dans Paris
  • 2003 : Sur l'album J'aime pas l'amour d'Olivia Ruiz (Polydor), Juliette a écrit la chanson éponyme.
  • 2005 : Sur l'album La Femme chocolat d'Olivia Ruiz (Polydor), Juliette a écrit La Petite Voleuse.
  • 2003 : Sur l'album L'envers de l'ange, de Jehan (Récife), Juliette participe au texte final récité, Déclaration.
  • 2005 : Sur l'album À table (chansons bleues ou à poing) de Nicolas Bacchus (Mosaïc), Juliette chante Enquête Préliminaire en duo avec lui.
  • 2007 : Sur l'album Plein du monde de Bratsch (EMI), Juliette chante Paroles en l'air et pas perdus.
  • 2008 : Sur le double album Erik Satie : Avant-dernières pensées - Solos et duos d'Alexandre Tharaud (avec Eric le Sage, Jean Delescluse, Isabelle Faust et David Guerrier, chez Harmonia Mundi), Juliette interprète, avec Alexandre Tharaud, Je te veux, Chez le docteur, J'avais un ami et La Diva de l'empire.
  • 2008 : Sur l'album Le Bal des gens bien de Salvatore Adamo, Juliette chante Un air en Fa mineur, en duo avec lui.
  • 2008 : Sur l'album Chante Prévert - Étranges étrangers de Jean Guidoni (Edito mus./Mistiroux), Juliette chante avec lui Chasse à l'enfant.
  • 2009 : Sur le livre-disque pour enfants À la récré (Éveil & Découvertes/Universal Music), du groupe strasbourgeois Weepers Circus, Juliette chante L'Hélicon de Boby Lapointe.
  • 2009 : Sur le double album hommage À Boris Vian : On n'est pas là pour se faire engueuler !, Juliette chante La Complainte du progrès (Les Arts ménagers).
  • 2009 : Sur l'album Régine's Duets de Régine, Juliette chante Gueule de nuit, en duo avec elle.
  • 2010 : Pour l'album Vacarme de Manu Galure (Kiui Prod), Juliette assure la direction artistique, avec la complicité d'Alain Cluzeau à la réalisation.
  • 2010 : Sur l'album Ronchonchon et compagnie d'Alexis HK, Juliette prête sa voix à un des 3 Ronchonchons[17].
  • 2011 : Sur l'album du Weepers Circus intitulé N'importe où, hors du monde, Juliette signe un texte inédit (non mis en musique) consacré à sa propre interprétation de ce titre énigmatique de N'importe où, hors du monde. Elle est également le metteur en scène du spectacle issu de cet disque.
  • 2012 : Sur l'album Le Bœuf sur le toit d'Alexandre Tharaud.
  • 2013 : Sur l'album Pitt Ocha et la tisane de couleurs des Ogres de Barback, Juliette chante Dans la famille.
  • 2014 : Sur l'album Paris-Milan de Jean Guidoni, Juliette est en duo sur Trafiquants (auteur Allain Leprest).

Vidéographie modifier

Publications modifier

Filmographie modifier

Distinctions modifier

Récompenses modifier

Décorations modifier

Références modifier

  1. Qui est qui en France, volume 45, 2014, p. 1219.
  2. « Mon grand-père paternel était kabyle. Le certificat d'études en poche, il s'est installé à Alger, où il a lavé des tramways et passé son bac. Un avocat qui le trouvait prometteur l'a pris sous son aile et l'a aidé pour qu'il fasse ses études en France. Avec beaucoup de courage et d'énergie, il est arrivé à Marseille dans les années 1920, a réussi Sciences po, est entré dans la police et a gravi les échelons: inspecteur, commissaire divisionnaire puis directeur des RG. Dans la famille de ma grand-mère paternelle, l'intégration était obligatoire. On était intégré, point barre. Mon grand-père a demandé sa naturalisation et a changé son prénom en Lucien. Moi, je n'ai pas grandi avec ces notions de racines. A part le fait que mon grand-père cuisinait le couscous... »« Juliette : "tout est permis dans une chanson" », sur lexpress.fr, 18 ao$ut 2011 (consulté le ).
  3. Manson, « Juliette Nourredine : la dame de Toulouse », sur obiwi.fr, (consulté le ).
  4. a et b « Juliette évoque son homosexualité, sa compagne, et leur belle idylle », sur Pure People, (consulté le ).
  5. Jean-Yves Dana, « JULIETTE. L'allumeuse de réverbères », sur La Croix, (consulté le ).
  6. Matthieu Frachon, avec le concours de la Société d'histoire de Suresnes, « Le collège Emile Zola : cent ans et plusieurs vies », Suresnes Mag, no 340,‎ , p. 34-35 (lire en ligne).
  7. a b c d e f g h et i Arnaud Vaulerin, « La rosse rouge », sur Libération, (consulté le ).
  8. TV5Monde.
  9. « Juliette (2/5) : Du Printemps de Bourges au premier album », sur France Culture, (consulté le ).
  10. « Juliette : « Quand un jeu vidéo me passionne, je peux y jouer douze heures par jour » », sur Le Monde, (consulté le ).
  11. « Carte Blanche à Juliette : « Heureusement que la vraie vie n'est pas un jeu vidéo ! » », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  12. « Nouvelle composition du Fonds d’aide au jeu vidéo : la chanteuse Juliette à la présidence », sur cnc.fr, (consulté le ).
  13. « Juliette : « Je me trouve assez réussie comme garçon ! » », sur Têtu, (consulté le ).
  14. « Pour l'homoparentalité (pétition) », sur L'Obs, (consulté le ).
  15. « Page de Juliette Noureddine », sur Univers L (consulté le ).
  16. Juliette Noureddine, « tweet du  », sur Twitter (consulté le ).
  17. Site Ronchonchon.
  18. « Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres juillet 2011 », sur ministère de la Culture (consulté le ).
  19. Décret du 29 mars 2013 portant promotion et nomination.
  20. Elle est nommée chevalière le .
    Décret du 16 mai 2008 portant promotion et nomination.
  21. Décret du 15 novembre 2018 portant promotion et nomination.

Annexes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  • Jean Viau, Guidoni & Juliette : Crimes féminines, Paris, Les Belles Lettres, , 208 p. (ISBN 2-251-44255-3).
  • Juliette Noureddine, Juliette : Mensonges et autres confidences, Paris, Textuel, , 120 p. (ISBN 978-2845971547).
  • Gilles Verlant (dir.), Jean-Dominique Brierre, Dominique Duforest et Christian Eudeline, L'odyssée de la chanson française, Paris, Hors Collection, , 464 p. (ISBN 978-2258070875).
  • Yves Borowice (dir.), Les femmes de la chanson : deux cents portraits de 1850 à nos jours, Paris, Textuel, , 272 p. (ISBN 9782845973411).
  • Serge Dillaz, « Juliette, chanteuse fin de siècle », Chorus, no 23,‎ (ISSN 1241-7076).
  • Daniel Pantchenko, « Juliette, l'irrésistible », Chorus, no 47,‎ (ISSN 1241-7076).
  • Laura Marquez, « Juliette, chanteuse en liberté », FrancoFans, no 61,‎ octobre et novembre 2016 (ISSN 1766-8441).

Radio modifier

Liens externes modifier