Collège Émile-Zola

école à Suresnes (Hauts-de-Seine)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zola (homonymie).

Collège Émile-Zola
Image illustrative de l’article Collège Émile-Zola
Entrée du collège Émile-Zola.
Généralités
Pays Drapeau de la France France
Académie Versailles
Coordonnées 48° 52′ 24″ nord, 2° 13′ 18″ est
Adresse 46 avenue Franklin-Roosevelt
92150 Suresnes (Hauts-de-Seine)
Site internet http://www.clg-zola-suresnes.ac-versailles.fr
Cadre éducatif
Principal Mme Steinmetz
Langues étudiées Anglais, allemand, espagnol, latin, grec
Protection Notice no IA92000196, base Mérimée, ministère français de la Culture
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine
(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le collège Émile-Zola est un collège de France situé à Suresnes (Hauts-de-Seine), dans l'académie de Versailles.

HistoireModifier

 
Buste d'Émile Zola dans les jardins du collège.
 
Terrain de basket.

L'établissement est créé en 1932, alors que le groupe scolaire Payret-Dortail, situé à proximité, ne disposait pas d'école primaire supérieure de jeunes filles. À 350 mètres de ce dernier, la commune de Suresnes aménage donc une école dans deux propriétés achetées à des particuliers en 1920 et en 1931. École primaire supérieure, elle est ensuite agrandie par l'architecte Charles Demay, qui y ajoute un enseignement commercial. Comme l'école Payret-Dortail, celle-ci prend en compte l'hygiène et valorise les jardins des anciennes maisons[1].

Lors de son inauguration, il y a 148 élèves et cinq professeurs. Il s'agit à l'époque d'une école primaire supérieure de jeunes filles, qui vise à préparer le brevet supérieur. En , elle devient un collège moderne de jeunes filles et comptes 399 élèves, réparties en douze classe de la 5e à la classe de philosophie, ainsi qu'une classe commerciale. Il y a alors 17 professeurs. En , le collège devient un lycée classique moderne et technique municipal de jeunes filles. Il compte 913 élèves, réparties en 26 classes, dont quatre d'enseignement technique. En plus d'une directrice, les jeunes filles sont supervisées par 45 professeurs, deux surveillantes générales et douze adjoints d’enseignement et surveillants. En , le lycée prend le nom d'Émile Zola, à la demande de l'association des parents d'élèves. Un buste le représentant est par ailleurs installé dans le jardin[Note 1]. Il faut aussi noter que la petite-fille de l'écrivain, Madame Le Blond-Zola y était professeur de lettres classiques[3].

En , le lycée devient le collège municipal Émile-Zola et en 1975 le collège d'État mixte nationalisé Émile-Zola. En 1980, il est placé sous la responsabilité du conseil général des Hauts-de-Seine[3].

ArchitectureModifier

Comptant plusieurs bâtiments, dont les plus élevés comptent quatre étages, le collège Émile-Zola est bâti en béton armé et en brique. Son toit est en terrasse. Depuis 1996, il est en partie inscrit au titre des monuments historiques[4].

AccèsModifier

Le collège est situé à Suresnes, près du mont Valérien. Il est desservi par la gare de Suresnes-Mont-Valérien (ligne de Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite) et la station Belvédère (ligne 2 du tramway d'Île-de-France).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Après avoir été installé sur la place Trarieux en 1908 (actuelle place du Général-Leclerc) puis dans le square de la bibliothèque municipale en 1926. Pour son histoire complète, cf. « Histoire de Suresnes »[2].

RéférencesModifier

  1. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965, p. 540-541.
  2. Suresnes, ses lieux dits et ses rues vous parlent, Société historique de Suresnes, 1968, p. 24-25.
  3. a et b « Histoire du collège », clg-zola-suresnes.ac-versailles.fr, 23 novembre 2009.
  4. « Collège dit Collège Émile-Zola », culture.gouv.fr/, consulté le 29 novembre 2018.

BibliographieModifier

  • René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965.
  • Suresnes, ses lieux dits et ses rues vous parlent, Société historique de Suresnes, 1968.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier