Jon Lord

compositeur, pianiste et organiste britannique
Jon Lord
Description de cette image, également commentée ci-après
Jon Lord en 2007
Informations générales
Nom de naissance John Douglas Lord
Naissance
Leicester, Angleterre
Décès (à 71 ans)
Londres, Angleterre
Genre musical Rock, hard rock, heavy metal, rock progressif, blues rock, musique classique, jazz, jazz fusion
Instruments Claviers, orgue Hammond, piano, piano électrique, synthétiseur, orgue, clavinet
Membre de The Artwoods
The Flower Pot Men
Deep Purple
Paice, Ashton & Lord
Whitesnake
The Hoochie Cochie Men
Jon Lord Blues Project
Années actives 1956-2012

John Douglas Lord (, Leicester, Londres) est un compositeur, pianiste et organiste britannique. Membre fondateur du groupe de hard rock Deep Purple, il a également collaboré avec Whitesnake et produit de nombreuses compositions classiques.

Comme Keith Emerson d'ELP et Rick Wakeman de Yes, Jon Lord est un virtuose des claviers et un innovateur qui a mélangé différents style musicaux comme rock, jazz, blues et musique classique, n'hésitant pas à utiliser orchestre, musiciens et chanteurs classiques à côté des instruments traditionnels du rock.

BiographieModifier

Jeunesse et débuts musicauxModifier

Jon Lord nait le 9 juin 1941 à Leicester au 120 Averil Road[1]. Son père, Reginald Lord joue du saxophone dans un groupe amateur local, et participe avec sa sœur à un duo appelé Reg And Molly - A Smile And A Song. Pour le tirer des jupes de sa mère Miriam, née Hudson, son père emmène Jon les après-midi dans des salons de thé dansants, lui inculquant ainsi l'amour de la musique dès son plus jeune âge[2].

Jon montre en effet un intérêt précoce pour le vieux piano droit qui traîne dans la maison familiale. Ses parents l'inscrivent alors à des cours de piano dès l'âge de sept ans. À neuf ans, il change de professeur en la personne de Frederick All, qui donne des récitals pour la BBC et joue de l'orgue à l'église. Jon dira de lui : « C'était un merveilleux enseignant. Il pouvait transmettre un amour de la musique à ses élèves et leur apprendre à la jouer. Il m'a appris à apprécier la musique et à bien jouer. »[2]

Jon fréquente la Wyggeston Grammar School for Boys (en) entre 1952 et 1958, où il étude la théorie et la composition, puis obtient un diplôme de niveau « O » en français, mathématiques et musique. À 17 ans, il passe les examens du Royal College Music, où il obtient un niveau « A » . Parallèlement à ses études d'orgue et de piano, il prend des cours d'art dramatique, rejoint la troupe Leicester Little Theatre Group, et part assister à des pièces de théâtre en dehors de Leicester. Cependant, contre la volonté de ses parents, il arrête ses études pour aller travailler comme commis dans le cabinet d'un avocat local[2].

Il commence sa carrière musicale en 1960 à Londres dans des combos jazz - il est alors très influencé par Jimmy Smith. Son premier groupe d’importance, conduit par le chanteur Art Wood, s’appelle The Artwoods. Formé de Arthur Art Wood au chant, Derek Griffiths à la guitare, Jon Lord à l'orgue, Malcolm Pool à la basse, Keith Keef Hartley à la batterie. Le groupe enregistre un album intitulé Art Gallery en 1966.

Années 1960 : débuts dans Deep PurpleModifier

En 1967, Lord rejoint The Flower Pot Men, groupe dans lequel il joue avec le bassiste Nick Simper. Tous deux entrent l'année suivante dans la composition d'un nouveau groupe avec le guitariste Ritchie Blackmore, le batteur Ian Paice et le chanteur Rod Evans : Deep Purple.

Avec cette première formation de Deep Purple, Jon Lord enregistre trois albums studio.

Puis, le , Jon Lord enregistre au Royal Albert Hall de Londres son Concerto pour Groupe et Orchestre avec les musiciens du Royal Philharmonic Orchestra dirigé par sir Malcolm Arnold, et de Deep Purple, dans lequel Ian Gillan et Roger Glover ont remplacé Evans et Simper. Si l’album est crédité au nom du groupe, Jon Lord en est l’unique compositeur et arrangeur. L’expérience est réitérée en septembre 1970 avec la Gemini Suite. D’abord enregistrée en direct avec les musiciens de Deep Purple, elle l'est à nouveau en studio l'année suivante avec Albert Lee à la guitare et Yvonne Elliman et Tony Ashton au chant. Sur les deux versions (live et studio), l'orchestre y est à nouveau dirigé par sir Malcolm Arnold. Cependant, la version en concert avec Deep Purple ne sera publiée qu'en 1993.

Années 1970 : Deep Purple, solo et WhitesnakeModifier

À partir de l'album In Rock, le son de Deep Purple évolue vers le hard rock et Jon Lord modifie le son de son orgue Hammond en le branchant sur un ampli Marshall, le rapprochant ainsi, avec la distorsion, du son de la guitare électrique de Ritchie Blackmore. Dans cette nouvelle configuration, la célèbre Mark II, Deep Purple enregistre 4 albums studio entre 1970 et 1973.

Le 1er janvier 1974 lors d'un concert à Munich, Jon Lord enregistre l'album Windows qu’il a composé en compagnie du chef d'orchestre allemand Eberhard Schoener. David Coverdale et Glenn Hughes, qui ont remplacé Gillan et Glover dans Deep Purple, y font une apparition. L'album ne contient que 2 titres mêlant rock, musique classique et jazz, durant respectivement un quart d'heure et une demi-heure. La prestation a été filmée et diffusée à la télévision allemande, mais n'a jamais fait l'objet de sortie en vidéos officielles. La version télédiffusée dure une dizaine de minutes de plus que la version audio, car elle incorpore des éléments coupés au montage sur l'album vinyle : l'introduction de Also sprach Zarathoustra de Richard Strauss avec Jon Lord à l'orgue liturgique, et poèmes en allemand narrés par Klaus Löwitsch.

Toujours à Munich en 1974, Jon Lord enregistre avec ces mêmes musiciens une version mêlant classique et rock de la messe du couronnement de Mozart, télédiffusée sous le nom Rock meet classics. Néanmoins, comme pour Windows, aucune vidéo officielle n'est publiée : les deux œuvres ne sont visibles que sur des sites comme Youtube.

En mars de la même année, Jon Lord enregistre également un disque avec Tony Ashton, First of the Big Bands (en), lequel a également joué sur Windows.

En 1973 et 1974, Jon Lord enregistre 2 albums avec la troisième formation de Deep Purple, puis en 1975, un unique album avec la 4e formation dans laquelle l'américain Tomy Bolin a remplacé Ritchie Blackmore, parti pour une carrière avec son groupe Rainbow.

Son album solo le plus reconnu, Sarabande, paraît en 1976 avec Pete York à la batterie (déjà présent sur Windows) et Andy Summers (futur membre de The Police) à la guitare. Les musiciens sont accompagnés par un orchestre philharmonique, dirigé à nouveau par Eberhard Schoener.

Cette même année, Deep Purple, qui ne compte plus que Jon Lord et son beau-frère Ian Paice comme membres originaux, se désagrège, et ces derniers forment Paice-Ashton & Lord (en) (abrégé en PAL) avec Tony Ashton, ami de Lord. Ils sont accompagnés par Bernie Marsden (futur Whitesnake) à la guitare et Paul Martinez (en) à la basse. Il en sort un unique album, Malice In Wonderland (en).

En 1978, Jon Lord intègre Whitesnake, le groupe fondé par David Coverdale, rejoint deux ans plus tard par Ian Paice. Il y jouera sur 6 albums studio.

Années 1980 et 1990 : Whitesnake, Deep Purple et soloModifier

Toujours membre de Whitesnake, Jon Lord prend le temps d’enregistrer à côté, et en 1982, sort Before I forget sur lequel participent, entre autres, des membres ou anciens membres de Whitesnake, comme Bernie Marsden, Neil Murray, Ian Paice et Cozy Powell, ainsi que Tony Ashton, Simon Phillips, et les chanteuses Vicky Brown et sa fille Sam Brown. Sur cet album, à côté de chansons rock ou ballades piano-voix, Jon Lord réinterprète à sa manière des pièces classiques : un air traditionnel de Thomas Tallis (Tender Babes), Toccata et fugue en ré mineur de Jean-Sébastien Bach (Bach onto this), et en bonus sur le CD réédité en 1999, Pavane pour une infante défunte de Maurice Ravel (Pavane).

 
Jon Lord en concert avec Deep Purple le 18 octobre 1993 à Nancy

En 1984, avec Blackmore, Gillan, Glover et Paice, il participe à la réunion de Deep Purple. Sa contribution aux compositions du groupe est constante et réelle. La deuxième formation emblématique du groupe recomposée enregistre à nouveau 3 albums studio entre 1984 et 1993, entrecoupés en 1990 par un album de le cinquième formation dans laquelle Joe Lynn Turner (qui avait chanté dans Rainbow) remplace brièvement Ian Gillan au chant.

Entre 1996 et 1998, Jon Lord enregistre deux albums avec la septième formation de Deep Purple dans laquelle Steve Morse a remplacé Blackmore à la guitare, lequel a quitté le groupe en pleine tournée, en décembre 1993, avant de reformer son groupe Rainbow, puis Blackmore's Night avec sa compagne. Blackmore avait été temporairement remplacé, en concert uniquement, par Joe Satriani, dans le cadre d'une sixième formation du groupe entre 1993 et 1994, laquelle n'enregistra aucun album ni en studio, ni en concert.

Cependant Jon Lord garde une certaine indépendance : en 1998, il sort un nouvel album solo, Pictured Within, tout empreint de romantisme. On y retrouve, entre autres, la chanteuse Sam Brown, le guitariste-chanteur Miller Anderson, le batteur Pete York, et le bassiste Colin Hodgkinson qui avait côtoyé Jon Lord dans Whitesnake.

En 1999, il réinterprète en concert son Concerto pour Groupe et Orchestre au sein de ce qui sera sa dernière formation de Deep Purple. La prestation fera l'objet d'un CD et d'un DVD sortis l'année suivante : In Concert with The London Symphony Orchestra.

Années 2000 et 2010 : l'après Deep PurpleModifier

Lors de la tournée 2001 de Deep Purple, Jon Lord, souffrant, est temporairement remplacé aux claviers par Don Airey (ex Rainbow, Whitesnake, etc..).

Cependant en 2002, après y avoir passé 25 ans dans 7 formations entre 1968 et 1975, puis à partir de 1984, Jon Lord quitte Deep Purple afin de poursuivre des projets plus personnels : il est remplacé, cette fois-ci définitivement, par Don Airey, pour la huitième et actuelle formation du groupe.

Le 14 septembre 2002, Jon Lord retrouve Deep Purple sur scène à Birmingham pour quelques morceaux en fin de concert : Perfect Stangers, Speed King, Smoke On The Water, Hush et Highway Star. Après le traditionnel solo de Don Airey qui mêle airs classiques et blues-rock, les lumières s'éteignent avant de se rallumer en laissant apparaître Jon Lord à sa place, jouant l'introduction de Perfect Strangers, sous les acclamations du public en délire ! La prestation a fait l'objet d'un DVD, Live at the Nec, sorti dans le cadre d'un coffret Around the World Live (en).

En 2003, Jon Lord rejoint The Hoochie Coochie Men (en), pour une séries de concerts, au cours desquels ils se produit notamment en Australie avec le chanteur Jimmy Barnes (en) (de Cold Chisel) et Bob Daisley (ancien bassiste de Rainbow, Ozzy Osbourne, Gary Moore, entre autres). pour un set blues sorti sur CD la même année (Live at the Basement).

En 2004, Jon Lord enregistre un nouvel album Beyond the notes, sur lequel cohabitent instruments de rock et instruments classique (flûte, saxophone, cordes, chœurs). Les fidèles Sam Brown et Pete York y sont présents, ainsi que Frida, la chanteuse du célèbre groupe ABBA.

À la fin de la décennie 2000, Jon Lord se consacre à des albums de musique classique, sur lesquels, une première, ne figurent aucun instruments, ni chanteurs ou musiciens de rock, en dehors de lui-même à l'orgue Hammond ou au piano.

En 2007, Lord compose, joue et enregistre Durham Concerto, un concerto pour orchestre et divers instruments : violon, violoncelle, orgue Hammond et Northumbrian smallpipes, genre de cornemuse. Le concerto a auparavant été interprété en public le 20 octobre 2007 dans la cathédrale de Durham, à l'occasion du 175e anniversaire de l'université.

En 2008, Lord enregistre Boom of the Tingling Strings, sur lequel figure la pièce éponyme, un concerto pour piano et orchestre. Cependant, le piano n'y est pas tenu par Jon Lord, mais par Nelson Goerner. L'album contient également Disguises, une suite orchestrale en 3 mouvements composée par Jon Lord qui, pour la première fois, ne joue pas sur un de ses albums !

En 2010, Lord compose et joue sur l'album To Notice Such Things, une suite instrumentale en 6 mouvements pour piano, flûte et orchestre. Le 11 novembre, il est intronisé en tant que membre honoraire au Stevenson College (en) à Édimbourg[3].

En 2011, Lord forme le groupe de blues Jon Lord Blues Project (en) en compagnie du batteur Pete York, du claviériste Zoot Money, de la chanteuse Maggie Bell, du guitariste Miller Anderson et du bassiste Colin Hodgkinson. Un album live est enregistré au festival de jazz de Rottweil le 14 mai. Le 15 juillet au Montfort Hall, l'université de Leicester, lui décerne un doctorat honorifique en musique[3].

2011-2012 : projet final et décèsModifier

Jon Lord annonce être atteint d'un cancer du pancréas sur son site officiel le . Il suivra des traitements médicaux en Angleterre et en Israël[4].

En 2012, bien que rongé par la maladie, Jon Lord réenregistre une version studio de son Concerto pour Groupe et Orchestre. A coté de Jon Lord à l'orgue Hammond, apparaisent les guitaristes Darin Vasilev, Joe Bonamassa et Steve Morse (un par mouvement), les chanteurs Steve Balsamo, Kasia Łaska et Bruce Dickinson (2e mouvement), le bassiste Guy Pratt (Pink Floyd, Madonna) et le batteur Brett Morgan (Jon Anderson, Sting). Le chef d'orchestre de la version de 1969, Sir Malcolm Arnold étant décédé en 2006, le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra y est dirigé par Paul Mann qui dirigeait déjà l'orchestre de la version du concerto rejouée en 1999 par Deep Purple, ainsi que l'orchestre sur Boom of the Tingling Strings. Il est à signaler que les partitions d'origine ayant été perdues, Jon Lord a du tout retranscrire avec l'aide de Marco de Goeij, un jeune étudiant en musique néerlandais.

Jon Lord peut entendre le master final de la nouvelle version de son concerto, mais il ne verra pas la sortie de l'album en octobre, car il meurt le d'une embolie pulmonaire à la London Clinic[5], peu après son 71e anniversaire.

Il est enterré au cimetière Saint Mary the Virgin Churchyard à Hambleden dans le district de Buckinghamshire. Sur sa pierre tombale une portée musicale[Laquelle ?] est gravée sous les mentions de son identité et dates de naissance et de décès[6].

HommagesModifier

À l'annonce de son décès, Rick Wakeman, ancien claviériste de Yes et ami de Jon Lord déclare qu'il était « un grand fan » en ajoutant « Nous allions écrire et enregistrer un album avant qu'il ne tombe malade. Sa contribution à la musique et au rock classique était incommensurable et il me manquera terriblement ». En 2013, Rick présentera sur la BBC une émission télévisée consacrée à Jon Lord .

Le claviériste Keith Emerson (qui mettra fin à ses jours en 2016) confie à propos de la mort de Lord : « Jon nous a quittés maintenant mais sa musique et son inspiration vivront éternellement. Je suis profondément attristé par son départ. »[7] Dans une interview ultérieure en novembre 2013, il ajoute : « Dans les premières années, je me souviens avoir été assez jaloux de Jon Lord - qu'il repose en paix. En septembre 1969, j'ai appris qu'il faisait ses débuts avec son Concerto pour groupe et orchestre au Royal Albert Hall, sous la direction de nul autre que Malcolm Arnold. Wow ! Je me devais d'y aller pour voir ça ! Jon et moi, nous nous sommes rencontrés, nous étions presque copains, mais je suis parti et j'ai pensé : "Merde, dans quelques semaines, je vais enregistrer Five Bridges Suite avec The Nice, pas à l'Albert Hall mais aux Fairfield Halls à Croydon ! Un lieu beaucoup plus prosaïque." Plus tard, Jon a voulu que je joue sur son album solo, Gemini Suite, mais c'était à peu près au moment où ELP était en train de devenir célèbre et nous tournions. C'était un gars adorable, un vrai gentleman. »[8]

En décembre 2012, le maire de Leicester, Sir Peter Soulsby inaugure une plaque bleue apposée au 120 Averill Road sur la façade de la maison où a vécu Jon Lord jusqu'à l'âge de vingt ans. La mention « Jon Lord 1941-2012 Musician/Composer Lived Here 1941-1961 » y est gravée[9].

Le 11 avril 2013, la chanteuse suédoise Frida (ABBA), qui a décrit Jon Lord comme son « ami le plus cher », lui rend hommage lors de l'édition de Zermatt Unplugged, le festival de musique annuel dont Jon et elle étaient les mécènes : « Il était gracieux, intelligent, poli, avec une forte intégrité. Il avait une forte empathie et beaucoup d'humour pour ses propres faiblesses et celles des autres. »[10]

En juin 2013, Ritchie Blackmore rend hommage à Jon Lord dans la pièce instrumentale Carry On… Jon qu'il a composée et enregistrée avec son groupe Blackmore's Night sur l'album Dancer and The Moon. À la fin de la pièce, le claviériste Bard David of Larchmont y interprète un solo d'orgue Hammond dans le style de Lord. Par la suite, Blackmore interprète quelquefois ce titre en concert avec des photographies de Jon Lord défilant sur l'écran en arrière-plan : entre 2014 et 2016 avec Blackmore's Night [11], puis entre 2017 et 2019 avec Rainbow[12], qu' il a reformé en 2016.

Le 4 avril 2014, au Royal Halbert Hall de Londres, de nombreux artistes se réunissent pour rendre hommage à Jon Lord lors d'un concert où sont interprétés, en compagnie d'un orchestre dirigé par Paul Mann, ses compositions personnelles, ainsi que des titres de différents groupes dans lesquels il a joué. Apparaissent entre autres : Steve Balsamo, Sandy Thorn, Miller Anderson, Rick Wakeman, Margo Buchanan, Jeremy Irons, Phil Cambell, Paul Weller, Micky Moody et Bernie Marsden (tous deux ex Whitesnake), Bruce Dickinson, Glenn Hughes, Ian Paice, Don Airey, ces deux derniers s'y produisant également avec la dernière formation de Deep Purple. La prestation est enregistrée et fait l'objet d'éditions en CD, DVD/Blu-ray, Coffret sous le nom de Celebrating Jon Lord.

Le 8 avril 2016, Deep Purple est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame. Jon Lord y fait son entrée à titre posthume, en même temps que Ritchie Blackmore, Ian Gillan, Roger Glover, Ian Paice, Rod Evans, Glenn Hughes et David Coverdale. Cependant, Blackmore et Evans se sont pas présents à la cérémonie.

ConcertsModifier

 
Jon Lord, derrière son orgue Hammond, en concert à Luxembourg le 23 juin 2010

Avec Deep Purple, Whitesnake et les différents groupes auxquels il a participé, Jon Lord s'est produit des milliers de fois en concert à travers la planète.

Après son départ de Deep Purple, il ne joue sur scène, sous son nom, qu'une cinquantaine de fois entre 2003 et 2011[13].

Outre ses compositions personnelles, Jon y reprend quelques titres d'autres artistes et compositeurs comme Unsquare Dance (Dave Brubeck), Det var en Gang (Eli Tanja), Little Girl Lost (Magenta), Stop ! (Sam Brown), Fog on the Highway (Miller Anderson), Here Comes the Sun (The Beatles), Fanfare for the Common Man (Aaron Copland)[13].

À partir de 2006, il incorpore dans ses concerts son célèbre Concerto pour Groupe et Orchestre, et essentiellement en rappel, quelques morceaux de Deep Purple comme Child In Time, Pictures of home ou Soldier of Fortune, ou encore Music de John Miles[13].

De 2010 à 2011, il donne des concerts dans le cadre de la tournée Performing Sarabande. Outre les titres de son album Sarabande, il y reprend quelques classiques de Deep Purple comme Child In Time, Lazy, Perfect Strangers, Pictures Of Home ou Soldier Of Fortune[14].

En 2011, il donne trois concerts en Allemagne dans le cadre de son Jon Lord Blues Project.

La même année, il participe à un concert de charité organisé au Royal Albert Hall à Londres par la fondation Sunflower Jam (en), fondée par sa belle-sœur Jacky Paice. Il y interprète ses compositions Bourée (avec la violoniste Anna Phoebe (en)) et Pictured Within (chantée par Steve Balsamo). De plus, en compagnie de Rick Wakeman, il joue Life on Mars de David Bowie (chantée par Newton Faulkner) et une composition originale Not as Big as It Was, dans laquelle Rick et lui échangent de furieux dialogues orgue Hammond et synthétiseur Minimoog, en présence du guitariste Micky Moodie, ancien compère de Lord dans Whitesnake. Enfin, Jon accompagne à l'orgue Joe Banamassa dans le titre The Ballad of John Henry. Le concert, auquel participent également, entre autres, Deep Purple et Gary Brooker, fera l'objet d'un DVD sorti en 2012 avec en bonus des titres joués lors du Sunflower Jam de 2012, mais sans Jon Lord.

Parmi les nombreux chanteurs et musiciens qui ont accompagné Jon Lord en concert, il est à signaler le chanteur Doogie White qui a été dans les années 1990 le chanteur de Rainbow, le groupe de Ritchie Blackmore, partenaire de Lord dans Deep Purple pendant plus de quinze ans !

LieuxModifier

 
Jon Lord à la fin de son unique concert en France, le 6 mai 2011 à Mulhouse

Jon Lord se produit en solo essentiellement en Allemagne (2004, 2005, 2008, 2009 et 2010) et en Angleterre (2006, 2007 et 2009)[14]. Mais il donne quelques concerts en Russie (2009 et 2011), en Hongrie (2009, 2010 et 2011), en Norvège (2003 et 2010), en Suisse (2008 et 2009), au Luxembourg (2008 et 2010), en Pologne (2008 et 2010).

Par contre, il se produit une seule fois aux Pays-Bas (2005), en Slovaquie (2009), en Irlande (2009), au Brésil (2009), en Ukraine (2010), en Bulgarie (2010), en Autriche (2010) et en France (2011).

L'unique concert de Jon Lord en France est ainsi donné le 6 mai 2011 à la Filature à Mulhouse, où accompagné par l'orchestre symphonique de Mulhouse, le guitariste Patrick Rondat, le bassiste Patrick Guers, le batteur Steve White (en), et les chanteurs Kasia Laska et Steve Balsamo, il joue son Concerto pour Groupe et Orchestre, ainsi que quelques autres compositions de son répertoire et quelques titres de Deep Purple[15].

Vie personnelleModifier

Jon Lord, a été marié de 1969 à 1981 avec Judith Feldman, avec laquelle il a eu une fille, Sara. Sa seconde épouse est Vickie Gibbs, une ancienne petite amie de Glenn Hughes, son ex-acolyte dans Deep Purple, et la sœur jumelle de Jacky Gibbs, épouse de Ian Paice, et fondatrice de l'œuvre de charité The Sunflower Jam. Jon et Vickie ont également eu une fille, Amy.

DiscographieModifier

SoloModifier

Albums studioModifier

Albums liveModifier

The ArtwoodsModifier

SinglesModifier

  • 1964 : Sweet Mary / If I Ever Get My Hands on You
  • 1965 : Oh My Love / Big City
  • 1965 : Goodbye Sisters / She Knows What to Do
  • 1966 : I Take What I Want / I'm Looking for a Saxophonist
  • 1966 : I Feel Good / Molly Anderson's Cookery Book
  • 1967 : What Shall I Do / In the Deep End
  • 1967 : Brother Can You Spare a Dime / Al's Party (sous le nom « St. Valentine's Day Massacre »)

Maxi SinglesModifier

  • 1966 : Oh My Love
  • 1966 : Jazz in Jeans

AlbumModifier

  • 1966 : Art Gallery

Deep PurpleModifier

Albums studioModifier

Mark IModifier
Mark IIModifier
Mark IIIModifier
Mark IVModifier
Mark VModifier
Mark VIIModifier

Albums LiveModifier

Mark IModifier
Mark IIModifier
Mark IIIModifier
  • 2014 : Graz 1975
Mark IVModifier
Mark VIIModifier

Tony AshtonModifier

WhitesnakeModifier

CollaborationsModifier

  • 1972 : What a Bloody Long Day It's Been de Ashton, Gardner & Dyke - Arrangements des cordes
  • 1974 : Rampant de Nazareth,- synthétiseur et piano sur Glad When You're Gone et Shanghai'd In Shanghai
  • 1975 : American Blues Legends - Artistes variés - Joue sur Biscuit Bakin' Mama et Bury Me Back in the USA
  • 1975 : Get Off II de Napra (Avec Ian Paice)
  • 1976 : Wizard's Convention de Eddie Hardin
  • 1978 : More Than Meets the Eye de Joe Breen
  • 1979 : Commercial Road de Richard Digance
  • 1979 : And About Time Too de Bernie Marsden
  • 1980 : Look at Me Now de Bernie Marsden
  • 1981 : Line-Up de Graham Bonnet - orgue Hammond sur Don't Stand in the Open
  • 1982 : Gone Troppo de George Harrison - Sur Circles
  • 1983 : Octopuss de Cozy Powell
  • 1984 : About Face de David Gilmour - Synthétiseur sur tout l'album
  • 1985 : Wind in the Willows de Eddie Hardin
  • 1986 : Detroit Diesel de Alvin Lee - Sur Ordinary Man et Let's Go
  • 1990 : April Moon de Sam Brown - Sur Contradictions
  • 1992 : Wind in the Willows – A Rock Concert (Eddie Hardin, enregistré en 1991, DVD en 2003)
  • 1992 : The Drums Are Back de Cozy Powell - Sur The Rocket et The Legend of the Glass Mountain
  • 1992 : Zoom de Alvin Lee - Sur Real Life Blues et Wake Up Moma
  • 1994 : Carnival of Light du groupe Ride - Orgue Hammond sur Moonlight Medicine
  • 1994 : How Does It Feel to Feel (EP) de Ride - Sur Journey to the End of Universe
  • 1995 : Still a Few Pages Left de Hardin & York - Sur Stuck on You
  • 2002 : Brainwashed de George Harrison - Piano sur la chanson-titre
  • 2003 : Live at the Basement des Hoochie Coochie Men - 2 CD
  • 2004 : The Sun Will Shine Again de et avec Anni-Frid Lyngstad
  • 2005 : Legends of Rock, 50 Jahre Rock (CD/DVD, enregistré live en 2004) - Sur Smoke on the water et Locomotive Breath
  • 2006 : Gillan's Inn de Ian Gillan - Sur When A Blind Man Cries, Demon's Eye et Smoke on the Water
  • 2007 : Danger. White Men Dancing des Hoochie Coochie Men - Avec Ian Gillan. 1 CD + 1 DVD
  • 2008 : Army of One de Espen Lind - Sur Sweet Love et The Music Takes You There
  • 2009 : Endangered Species, Live at Abbey Road 2000 par Tony Ashton & Friends, CD/DVD
  • 2010 : Stay Tuned de Bernhard Welz - Sur Child in Time
  • 2011 : Dance par The Smith Quartet - Compositeur de Zarabanda Solitaria
  • 2011 : Out of My Mind (CD single de charité) - Sur WhoCares
  • 2011 : The Odyssey, Live par David Bedford (enregistré en 1977)
  • 2013 : The Sunflower Jam 2012 (avec des prestations de Jon Lord de 2011)
  • 2013 : BudaBest de Mandoki Soulmates

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) « Celebrating Jon’s childhood home », sur Jon Lord - The Official Website, (consulté le )
  2. a b et c « Jon Lord - pre Deep Purple », sur www.deep-purple.net (consulté le )
  3. a et b (en) « Biography », sur Jon Lord - The Official Website, (consulté le )
  4. (en) « Lord undergoing pancreatic cancer treatment in Israel », sur Express.co.uk, (consulté le )
  5. « Jon Lord, cofondateur et claviériste de Deep Purple, est mort », sur lemonde.fr,
  6. « Jon Lord (1941-2012) - Mémorial Find a Grave », sur fr.findagrave.com (consulté le )
  7. « Emerson Lake and Palmer », sur www.emersonlakepalmer.com (consulté le )
  8. « Keith Emerson: I was jealous of Jon Lord | Features | Classic Rock », sur web.archive.org, (consulté le )
  9. (en) « Blue plaque for Jon Lord’s birthplace », sur Jon Lord - The Official Website, (consulté le )
  10. « ABBA's Anni-Frid Lyngstad's Tribute To Jon Lord ( Zermatt Unplugged 2013 ) », sur Youtube,
  11. « Blackmore's Night Tour Statistics | setlist.fm », sur www.setlist.fm (consulté le )
  12. « Rainbow Tour Statistics | setlist.fm », sur www.setlist.fm (consulté le )
  13. a b et c « Jon Lord Tour Statistics | setlist.fm », sur www.setlist.fm (consulté le )
  14. a et b « Jon Lord Concert Map | setlist.fm », sur www.setlist.fm (consulté le )
  15. « Jon Lord (Deep Purple) - Mulhouse - Musique & Concerts - La Filature », sur jds.fr (consulté le )

Liens externesModifier