Ouvrir le menu principal

Jean-Louis de Savoie

prélat catholique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Savoie.

Jean-Louis de Savoie
Biographie
Naissance
Genève
Décès (à 35 ans)
Turin
Évêque de l’Église catholique
Administrateur apostolique de Tarentaise
Administrateur de Genève

Ornements extérieurs Archevêques.svg
Blason duche fr Savoie.svg

Jean-Louis de Savoie, né le à Genève et mort le à Turin[1], est un prélat savoyard du XVe siècle, septième fils du duc de Savoie Louis Ier et d'Anne de Lusignan[2], qui, sans jamais avoir été ordonné[1], fut successivement administrateur de l'archevêché de Tarentaise puis de l'évêché de Genève , prieur ou abbé commendataire de nombreux établissements religieux de première importance.

BiographieModifier

Ne pouvant prétendre à la succession de son père, la pratique de la commende permet à ce fils du duc de Savoie bénéficier de bénéfices ecclésiastiques. Ainsi en 1451, lorsque l'évêque de Maurienne décède, le Chapitre propose le jeune Jean-Louis pour succéder à Louis de La Palud, alors le pape Nicolas V lui préfère un prélat augustin implanté dans le sud de la France[3],[4]. Finalement, c'est le cardinal Jean de Segóvie qui sera désigné[3],[4]. Le pape consent néanmoins à accorder à Jean-Louis de Savoie, des bénéfices, que son grand-père l'antipape Félix V (l'ex duc de Savoie Amédée VIII) a obtenu lorsqu'il renonce à la tiare en faveur du pape Nicolas V, et le nomme commendataire des prieurés clunisiens de Nantua, de Payerne, et de Romainmôtier[1].

En 1456 (parfois on mentionne la date de 1458), il devient administrateur de l'archevêché de Tarentaise[1]. Le , à l'âge de 13 ans, il est transféré dans l'évêché de Genève[1]. N'ayant jamais été ordonné, il ne peut prétendre au titre d'évêque[1].

Lorsqu'il est à Genève, on lui donne pour administrateur-général, Philippe de Compois, et ensuite Antoine de Malvenda. Guidé par leurs conseils, il soutient les droits de son église. Jean-Louis se concerte avec Charles, duc de Bourgogne, et le comte de Romont, pour faire enlever Philibert, son neveu, duc de Savoie, avec Yolande, sa mère, afin de rendre Charles maître du pays. Le coup n'ayant réussi qu'en partie, par l'évasion de Philibert, le prélat se hâte de faire la paix avec le roi Louis XI, frère d'Yolande, en lui remettant les châteaux de Chambéry et de Montmélian[réf. nécessaire].

En 1468, il est premier abbé commendataire de l'abbaye d'Aulps, puis plus tard à Contamine-sur-Arve[5]. Jean de Montchenu devient son vicaire général pour Genève, de 1468 à 1477[6].

Il est investi par la régente du duché de Savoie, Yolande de France, sa belle-sœur, « Gouverneur et lieutenant-général de ses Pays deçà les Monts » (Piémont) le [1],[7]. Il meurt peu de temps après, le à Turin[1]. Son corps est inhumé dans le « prieuré » de Ripaille[8].

BibliothèqueModifier

La bibliothèque de Jean-Louis de Savoie comporte de nombreux manuscrits, dont plusieurs étaient enluminés, qu'il a fait réaliser ou qu'il a hérité de son père. Certains de ces manuscrits portent sa signature, dans laquelle il orthographie son nom « Jehan Loys de Savoye »[9].

  • Anonyme, « La Fleur des histoires » (manuscrit), Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, coll. « Manuscrits français » (no Français 299), , 848 p. (lire en ligne).  .

ArmoiriesModifier

Les armoiries de Jean-Louis de Savoie figurent sur de nombreux manuscrits dont il a été le premier propriétaire. Elle consistent en un écu de Savoie surmonté d'un chapeau ecclésiastique d'évêque ou d'archevêque[10].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h Bernard Andenmatten 2011
  2. André Palluel-Guillard 2016, Louis Ier  [lire en ligne]
  3. a et b Chanoine Ambroise Angley (18xx-18xx, historien et prêtre), Histoire du diocèse de Maurienne, Saint-Jean-de-Maurienne, impr. de J.-B. Héritier, , 500 p. (lire en ligne), « LXVII. Jean de Ségovie. Cardinal », p. 240-214.
  4. a et b Histoire de Savoie 1984, p. 381-382.
  5. Histoire de Savoie 1984, p. 387-388.
  6. Gianni Mombello 2008, p. 96.
  7. Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la Royale Maison de Savoie, Tome 1 , p. 529.
  8. Paolo Cozzo, « Stratégie dynastique chez les Savoie: une ambition royale, XVI-XVIII siècle », dans Juliusz A. Chrościcki, Mark Hengerer, Gérard Sabatier, Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle : Volume I : Le grand théâtre de la mort, Les Editions de la MSH, , 412 p. (ISBN 978-2-73511-686-7, lire en ligne), p. 228-230 (Carte).
  9. La Fleur des histoires, 406r  [lire en ligne]
  10. La Fleur des histoires, 1r  [lire en ligne]