Ouvrir le menu principal

Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 1952

course de Formule 1
Grand Prix de Grande Bretagne 1952
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 85
Longueur du circuit 4,711 km
Distance de course 400,435 km
Conditions de course
Météo temps sec mais couvert
Résultats
Vainqueur Drapeau : Italie Alberto Ascari,
Ferrari,
h 44 min 11 s
(vitesse moyenne : 146,337 km/h)
Pole position Drapeau : Italie Giuseppe Farina,
Ferrari,
min 50 s
(vitesse moyenne : 154,178 km/h)
Record du tour en course Drapeau : Italie Alberto Ascari,
Ferrari,
min 52 s
(vitesse moyenne : 151,425 km/h)

Le Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 1952 (Vth British Grand Prix), disputé sous la réglementation Formule 2 sur le circuit de Silverstone (Northamptonshire) le , est la vingtième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la cinquième manche du championnat 1952.

Contexte avant le Grand PrixModifier

Le championnat du mondeModifier

Hormis les 500 miles d'Indianapolis, traditionnellement disputés suivant l'ancienne formule internationale, et dans l'attente de la nouvelle réglementation F1 (2500 cm3) prévue en 1954, les championnats du monde 1952 et 1953 sont organisés sous l'égide de la formule 2 (2000 cm3). Disposant de la plus puissante monoplace du plateau avec son modèle 500 F2 à moteur quatre cylindres conçu par l'ingénieur Lampredi, la Scuderia Ferrari domine largement cette catégorie. Son premier pilote Alberto Ascari est en tête du classement mondial grâce à ses deux victoires en Belgique et en France, devant ses coéquipiers Piero Taruffi (vainqueur en Suisse) et Giuseppe Farina. Rivale attendue de la Ferrari, la Maserati A6GCM n'est pas encore au point et l'usine tarde à l'engager officiellement en championnat, d'autant que son premier pilote Juan Manuel Fangio, accidenté à Monza, est indisponible pour le reste de la saison. Jusqu'alors, la principale opposition est venue de la petite équipe Gordini, Jean Behra ayant battu Ascari lors du Grand Prix de Reims, hors championnat.

Le circuitModifier

Article détaillé : Circuit de Silverstone.
 
Vue de la base aérienne en 1945. Le tracé du circuit emprunte le périmètre de l'aérodrome.

Basé sur une ancienne base de la Royal Air Force, le circuit a été légèrement modifié par rapport à l'année précédente : les stands ont été déplacés après le virage de Woodcote, et de nouvelles tribunes ont été installées dans cette zone. La sortie des stands se situe désormais juste avant le virage de Copse[1]. À la suite de ces travaux, le développement de la piste est passé de 4,649 à 4,710 km. Silverstone se caractérise par l'absence de longues lignes droites, privilégiant la souplesse des moteurs à la puissance pure.

Monoplaces en liceModifier

  • Ferrari 500 "Usine"
 
La Ferrari 500 F2, reine de la catégorie.

Avec trois voitures inscrites, la Scuderia Ferrari part une nouvelle fois favorite de la course : forte de ses 175 chevaux, la Ferrari 500 est la plus puissante des monoplaces engagées. Les pilotes attitrés sont Alberto Ascari, Giuseppe Farina et Piero Taruffi, Luigi Villoresi étant toujours indisponible à la suite d'un accident de la route. L'usine est épaulée par trois 500 privées pilotées par Roy Salvadori, Louis Rosier et Rudi Fischer, mais ces voitures ne sont pas aussi affûtées que les monoplaces officielles. Deux autres Ferrari sont également présentes : la 125 de Peter Whitehead et la 212 de l'écurie Espadon, pilotée par Peter Hirt.

  • Gordini T16 "Usine"

Jean Behra étant indisponible à la suite de son accident lors des essais du Grand Prix des Sables d'Olonne, les trois T16 à moteur six cylindres seront pilotées par Robert Manzon, Maurice Trintignant et le Prince Bira. Légères et maniables, ces monoplaces peuvent inquiéter les Ferrari, mais elles souffrent bien souvent d'un manque de préparation, la petite équipe devant faire face à un calendrier de courses (Sport et F2) très chargé[2]. Engagé à titre privé, le pilote belge Johnny Claes dispose quant à lui d'une ancienne T15 à moteur quatre cylindres.

  • HWM 52 "Usine"

L'équipe HWM engage trois modèles 52 à moteur quatre cylindres Alta d'environ 145 chevaux, deux pour ses pilotes habituels Lance Macklin et Peter Collins, le troisième châssis étant attribué pour l'occasion au Britannique Duncan Hamilton. Une quatrième voiture est présente, celle de l'Australien Tony Gaze.

  • Connaught A "Usine"

Présent en F2 depuis 1950, le petit constructeur britannique effectue à Silverstone ses débuts en championnat du monde. Les quatre voitures engagées sont équipées d'un moteur quatre cylindres Lea Francis, d'une puissance de l'ordre de 145 chevaux[3]. Elles seront pilotées par Kenneth McAlpine, Ken Downing, Eric Thompson et Dennis Poore, tous quatre habitués des courses de F2 mais n'ayant auparavant jamais participé à une épreuve mondiale.

  • ERA Type G "Usine"

Tout comme au Grand Prix de Belgique, l'usine a engagé une Type G (moteur Bristol de 130 chevaux) pour Stirling Moss.

  • Cooper T20
 
Pas moins de cinq Cooper T20 participent au meeting de Silverstone.

Deux T20 d'usine ont été engagées par l'Ecurie Richmond, pour Alan Brown et Eric Brandon. Ces petites monoplaces, très légères, disposent du six cylindres Bristol (environ 130 chevaux). Auteur d'un très beau début de saison (vainqueur à Goodwood, quatrième en Belgique pour ses débuts en championnat), Mike Hawthorn dispose de la voiture engagée et spécialement préparée par son père Leslie; grâce à l'addition de nitrométhane dans le carburant, Leslie Hawthorn parvient à extirper environ 150 chevaux du moteur Bristol[4], dont la conception date d'avant guerre. Deux autres écuries représentent la marque : l'Ecurie Ecosse (voiture pilotée par David Murray) et Archie Bryde (voiture pilotée par Reg Parnell).

  • Maserati

Malgré l'avancement de la saison de courses, l'usine n'est toujours pas prête à engager la nouvelle Maserati A6GCM à moteur six cylindres (donné pour 165 chevaux). L'équipe brésilienne Escuderia Bandeirantes, qui a acquis deux de ces monoplaces, est présente avec ses deux pilotes, Gino Bianco et Eitel Cantoni. Comme au Grand Prix de France, Enrico Platé a inscrit deux Maserati 4CLT/48 modifiées (environ 140 chevaux) pour Emmanuel de Graffenried et Harry Schell.

  • Frazer Nash

Le Britannique Peter Bell engage sa Frazer Nash à moteur Bristol (environ 140 chevaux dans sa dernière évolution[3]) pour son compatriote Ken Wharton, quatrième du Grand Prix de Suisse au volant de cette voiture. Tony Crook est également présent au volant de sa monoplace personnelle.

  • Alta F2

Graham Whitehead est engagé au volant de l'Alta personnelle de son frère Peter, dont le moteur développe environ 150 chevaux[3].

  • Aston NB41

Le pilote-constructeur Bill Aston a engagé sa propre monoplace, dont le châssis est nettement inspiré de celui de la Cooper T20. Le moteur, conçu par Archie Butterworth, est un boxer 4 cylindres refroidi par air, d'une puissance de l'ordre de 140 chevaux[3].

Coureurs inscritsModifier

Liste des pilotes inscrits[5]
no  Pilote Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneumatiques
1   Graham Whitehead Privé Alta Alta F2 Alta L4 D
2   Bill Aston WS Aston WS Aston Aston NB41 Butterworth F4 D
3   Kenneth McAlpine Connaught Engineering Connaught Connaught A Lea Francis L4 D
4   Ken Downing Connaught Engineering Connaught Connaught A Lea Francis L4 D
5   Eric Thompson Connaught Engineering Connaught Connaught A Lea Francis L4 D
6   Dennis Poore Connaught Engineering Connaught Connaught A Lea Francis L4 D
7   David Murray Ecurie Ecosse Cooper Cooper T20 Bristol L6 D
8   Reg Parnell Archie Bryde Cooper Cooper T20 Bristol L6 D
9   Mike Hawthorn Leslie Hawthorn Cooper Cooper T20 Bristol L6 D
10   Eric Brandon Ecurie Richmond Cooper Cooper T20 Bristol L6 D
11   Alan Brown Ecurie Richmond Cooper Cooper T20 Bristol L6 D
12   Stirling Moss ERA Ltd ERA ERA Type G Bristol L6 D
14   Roy Salvadori G Caprara Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 D
15   Alberto Ascari Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 P
16   Giuseppe Farina Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 P
17   Piero Taruffi Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 P
18   Louis Rosier Écurie Rosier Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 D
19   Rudi Fischer Écurie Espadon Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 P
20   Peter Hirt Écurie Espadon Ferrari Ferrari 212 Ferrari V12 P
21   Peter Whitehead Privé Ferrari Ferrari 125 Ferrari V12 D
22   Ken Wharton Scuderia Franera Frazer Nash Frazer Nash FN48 Bristol L6 D
23   Tony Crook Privé Frazer Nash Frazer Nash 421 Bristol L6 D
24   Robert Manzon Equipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
25   Maurice Trintignant Equipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
26   Prince Bira Equipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
27   Johnny Claes Écurie Belge Simca-Gordini Simca-Gordini T15 Gordini L4 E
28   Tony Gaze Privé HWM HWM 52 Alta L4 D
29   Peter Collins HW Motors HWM HWM 52 Alta L4 D
30   Duncan Hamilton HW Motors HWM HWM 52 Alta L4 D
31   Lance Macklin HW Motors HWM HWM 52 Alta L4 D
32   Emmanuel de Graffenried Enrico Platé Maserati-Platé Maserati-Platé Maserati L4 P
33   Harry Schell Enrico Platé Maserati-Platé Maserati-Platé Maserati L4 P
34   Gino Bianco Escuderia Bandeirantes Maserati Maserati A6GCM Maserati L6 P
35   Eitel Cantoni Escuderia Bandeirantes Maserati Maserati A6GCM Maserati L6 P

QualificationsModifier

Les séances qualificatives ont lieu les jeudi et vendredi précédant la course. Sans surprise, on assiste à une nouvelle domination des Ferrari, Giuseppe Farina et Alberto Ascari se montrant nettement au-dessus du lot. Lorsque les deux journées d'essais s'achèvent, tous deux ont réalisé un temps d'1 min 50 s, le chronométrage à la seconde ne permettant pas de les départager. Premier à réaliser ce chrono, Farina partira en pole position. Un peu en retrait par rapport à ses coéquipiers, Piero Taruffi réalise le troisième meilleur temps. Au volant d'une Gordini, Robert Manzon, quatrième à cinq secondes, complète la première ligne. Belle performance des Connaught pour leurs débuts en championnat, Ken Downing se qualifiant en deuxième ligne, ses coéquipiers Dennis Poore et Eric Thompson en troisième.
Les Maserati-Platé d'Emmanuel de Graffenried et Harry Schell n'ont pas participé aux qualifications, mais seront néanmoins admises au départ; elles s'élanceront de la dernière ligne. Le pilote-constructeur Bill Aston n'est pas parvenu à mettre au point son Aston Butterworth lors des essais, et déclare forfait pour la course.

Résultats des qualifications
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 16  Giuseppe Farina Ferrari 1 min 50 s  
2 15   Alberto Ascari Ferrari 1 min 50 s + 0 s
3 17   Piero Taruffi Ferrari 1 min 53 s + 3 s
4 24   Robert Manzon Gordini 1 min 55 s + 5 s
5 4   Ken Downing Connaught-Lea Francis 1 min 56 s + 6 s
6 8   Reg Parnell Cooper-Bristol 1 min 56 s + 6 s
7 9   Mike Hawthorn Cooper-Bristol 1 min 56 s + 6 s
8 6   Dennis Poore Connaught-Lea Francis 1 min 56 s + 6 s
9 5   Eric Thompson Connaught-Lea Francis 1 min 57 s + 7 s
10 26   Prince Bira Gordini 1 min 57 s + 7 s
11 30   Duncan Hamilton HWM-Alta 1 min 57 s + 7 s
12 1   Graham Whitehead Alta 1 min 58 s + 8 s
13 11   Alan Brown Cooper-Bristol 1 min 58 s + 8 s
14 29   Peter Collins HWM-Alta 1 min 58 s + 8 s
15 19   Rudi Fischer Ferrari 1 min 58 s + 8 s
16 12   Stirling Moss ERA-Bristol 1 min 59 s + 9 s
17 3   Kenneth McAlpine HWM-Alta 2 min 00 s + 10 s
18 10   Eric Brandon Cooper-Bristol 2 min 00 s + 10 s
19 14   Roy Salvadori Ferrari 2 min 00 s + 10 s
20 21   Peter Whitehead Ferrari 2 min 00 s + 10 s
21 25   Maurice Trintignant Gordini 2 min 00 s + 10 s
22 7   David Murray Cooper-Bristol 2 min 02 s + 12 s
23 27   Johnny Claes Simca-Gordini 2 min 02 s + 12 s
24 20   Peter Hirt Ferrari 2 min 03 s + 13 s
25 23   Tony Crook Frazer Nash-Bristol 2 min 03 s + 13 s
26 28   Tony Gaze HWM-Alta 2 min 05 s + 15 s
27 35   Eitel Cantoni Maserati 2 min 06 s + 16 s
28 34   Gino Bianco Maserati 2 min 07 s + 17 s
29 31   Lance Macklin HWM-Alta 2 min 08 s + 18 s
30 2   Bill Aston Aston-Butterworth 3 min 28 s + 1 min 38 s
31 32   Emmanuel de Graffenried Maserati Pas de temps -
32 33   Harry Schell Maserati Pas de temps -

Grille de départ du Grand PrixModifier

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[6]
1re ligne Pos. 4 Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1
 
Manzon
Gordini
1 min 55 s
 
Taruffi
Ferrari
1 min 53 s
 
Ascari
Ferrari
1 min 50 s
 
Farina
Ferrari
1 min 50 s
2e ligne Pos. 7 Pos. 6 Pos. 5
 
Hawthorn
Cooper
1 min 56 s
 
Parnell
Cooper
1 min 56 s
 
Downing
Connaught
1 min 56 s
3e ligne Pos. 11 Pos. 10 Pos. 9 Pos. 8
 
Hamilton
HWM
1 min 57 s
 
Bira
Gordini
1 min 57 s
 
Thompson
Connaught
1 min 57 s
 
Poore
Connaught
1 min 56 s
4e ligne Pos. 14 Pos. 13 Pos. 12
 
Collins
HWM
1 min 58 s
 
Brown
Cooper
1 min 58 s
 
G. Whitehead
Alta
1 min 58 s
5e ligne Pos. 18 Pos. 17 Pos. 16 Pos. 15
 
Brandon
Cooper
2 min 00 s
 
McAlpine
Connaught
2 min 00 s
 
Moss
ERA
1 min 59 s
 
Fischer
Ferrari
1 min 58 s
6e ligne Pos. 21 Pos. 20 Pos. 19
 
Trintignant
Gordini
2 min 00 s
 
P. Whitehead
Ferrari
2 min 00 s
 
Salvadori
Ferrari
2 min 00 s
7e ligne Pos. 25 Pos. 24 Pos. 23 Pos. 22
 
Crook
Frazer Nash
2 min 03 s
 
Hirt
Ferrari
2 min 03 s
 
Claes
Gordini
2 min 02 s
 
Murray
Cooper
2 min 02 s
8e ligne Pos. 28 Pos. 27 Pos. 26
 
Bianco
Maserati
2 min 07 s
 
Cantoni
Maserati
2 min 06 s
 
Gaze
HWM
2 min 05 s
9e ligne Pos. 32 Pos. 31 Pos. 30 Pos. 29
 
Schell
Maserati
Pas de temps
 
Graffenried
Maserati
Pas de temps
Emplacement
vide
 
Macklin
HWM
2 min 08 s

Déroulement de la courseModifier

Le temps est couvert mais la piste sèche au moment du départ. Alberto Ascari (Ferrari) effectue un superbe démarrage et prend nettement l'avantage au premier virage. À la fin du premier tour, il devance de quelques longueurs son coéquipier Giuseppe Farina et la Connaught de Dennis Poore, ce dernier ayant gagné cinq places par rapport à sa position initiale. Mal partis depuis la première ligne, Robert Manzon (Gordini) et Piero Taruffi (Ferrari) sont seulement septième et neuvième. Manzon ne va pas tarder à abandonner, sur problème d'embrayage. Ascari creuse rapidement l'écart, tandis que Taruffi commence à regagner des places; après quatre tours, il est remonté en cinquième position, à quelques secondes des deux Connaught de Poore et Downing qui effectuent un très beau début de course, et juste devant Mike Hawthorn (Cooper) qu'il vient de dépasser. Au huitième tour, Taruffi déborde Downing pour le gain de la quatrième place; il remonte sur Poore, mais ce dernier défend vaillamment sa troisième position. Toutefois, au début du quinzième tour, il dérape sur une flaque d'huile et doit laisser passer Taruffi. Les trois Ferrari sont alors en tête, Ascari comptant déjà une quinzaine de secondes d'avance sur Farina. L'écart entre les deux premiers se stabilise pendant une dizaine de tours, avant que Farina ne commence à rencontrer des problèmes d'allumage qui l'obligent à regagner les stands au vingt-septième tour. Il en repart après un changement de bougies, mais a perdu beaucoup trop de temps pour espérer un bon classement.

Ascari compte désormais une minute et demie d'avance sur son coéquipier Taruffi. Poore est troisième, à une dizaine de secondes de la deuxième Ferrari. Les autres concurrents, emmenés par Hawthorn, comptent déjà plus d'un tour de retard sur le leader. À la mi-course, les positions sont inchangées, Ascari ayant encore accru son avance sur ses poursuivants. Peu après, les pilotes Connaught sont appelés au stand pour effectuer un ravitaillement en carburant, huile et eau. Cette opération leur prend près d'une minute, permettant à Hawthorn de s'emparer de la troisième place, devant Poore, Farina revenant en cinquième position devant la Cooper de Parnell.

La fin de course n'apporte pas de changement notable, exceptée la remontée de Thompson (Connaught), septième après son arrêt ravitaillement, qui parvient à dépasser Parnell puis Farina pour le gain de la cinquième place. Ascari emporte une nouvelle victoire, franchissant la ligne d'arrivée avec plus d'un tour d'avance sur Taruffi et deux sur Hawthorn, ce dernier ayant effectué une course très régulière. Encourageants débuts en championnat pour les Connaught, Poore et Thompson terminant quatrième et cinquième.

Classements intermédiairesModifier

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, cinquième, dixième, vingtième, trentième, quarantième et soixantième tours[7],[8].

Classement de la courseModifier

Pos No Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 15   Alberto Ascari Ferrari 85 2 h 44 min 11 s 2 9
2 17   Piero Taruffi Ferrari 84 2 h 44 min 16 s (+ 1 tour) 3 6
3 9   Mike Hawthorn Cooper-Bristol 83 2 h 44 min 31 s (+ 2 tours) 7 4
4 6   Dennis Poore Connaught-Lea Francis 83 2 h 45 min 04 s (+ 2 tours) 8 3
5 5   Eric Thompson Connaught-Lea Francis 82 2 h 44 min 49 s (+ 3 tours) 9 2
6 16   Nino Farina Ferrari 82 2 h 45 min 02 s (+ 3 tours) 1  
7 8   Reg Parnell Cooper-Bristol 82 + 3 tours 6  
8 14   Roy Salvadori Ferrari 82 + 3 tours 19  
9 4   Ken Downing Connaught-Lea Francis 82 + 3 tours 5  
10 21   Peter Whitehead Ferrari 81 + 4 tours 20  
11 26   Prince Bira Gordini 81 + 4 tours 10  
12 1   Graham Whitehead Alta 80 + 5 tours 12  
13 19   Rudi Fischer Ferrari 80 + 5 tours 15  
14 27   Johnny Claes Simca-Gordini 79 + 6 tours 23  
15 31   Lance Macklin HWM-Alta 79 + 6 tours 29  
16 3   Kenneth McAlpine Connaught-Lea Francis 79 + 6 tours 17  
17 33   Harry Schell Maserati 78 + 7 tours 32  
18 34   Gino Bianco Maserati 77 + 8 tours 28  
19 32   Toulo de Graffenried Maserati 76 + 9 tours 31  
20 10   Eric Brandon Cooper-Bristol 76 + 9 tours 18  
21 23   Tony Crook Frazer-Nash-Bristol 75 + 10 tours 25  
22 11   Alan Brown Cooper-Bristol 69 + 16 tours 13  
Abd. 29   Peter Collins HWM-Alta 73 Allumage 14  
Abd. 30   Duncan Hamilton HWM-Alta 44 Moteur 11  
Abd. 12   Stirling Moss ERA-Bristol 36 Moteur 16  
Abd. 25   Maurice Trintignant Gordini 21 Boîte de vitesses 21  
Abd. 28   Tony Gaze HWM-Alta 19 Moteur 26  
Abd. 7   David Murray Cooper-Bristol 14 Moteur 22  
Abd. 24   Robert Manzon Gordini 9 Embrayage 4  
Abd. 20   Peter Hirt Ferrari 3 Freins 24  
Abd. 35   Eitel Cantoni Maserati 0 Freins 27  
Np. 2   Bill Aston WS Aston 0 Non partant    

Légende:

  • Abd.= Abandon

Pole position et record du tourModifier

Tours en têteModifier

Classement général à l'issue de la courseModifier

  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque)
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points  
SUI
 
500
 
BEL
 
FRA
 
GBR
 
ALL
 
NL
 
ITA
1   Alberto Ascari Ferrari 27 - - 9* 9* 9*
2   Piero Taruffi Ferrari 19 9* - - 4 6
3   Giuseppe Farina Ferrari 12 - - 6 6 -
4   Troy Ruttman Kuzma 8 - 8 - - -
5   Robert Manzon Gordini 7 - - 4 3 -
  Mike Hawthorn Cooper 7 - - 3 - 4
7   Rudi Fischer Ferrari 6 6 - - - -
  Jim Rathmann Kurtis Kraft 6 - 6 - - -
9   Jean Behra Gordini 4 4 - - - -
  Sam Hanks Kurtis Kraft 4 - 4 - - -
11   Ken Wharton Frazer Nash 3 3 - - - -
  Duane Carter Lesovsky 3 - 3 - - -
  Dennis Poore Connaught 3 - - - - 3
14   Alan Brown Cooper 2 2 - - - -
  Art Cross Kurtis Kraft 2 - 2 - - -
  Paul Frère HWM 2 - - 2 - -
  Maurice Trintignant Gordini 2 - - - 2 -
  Eric Thompson Connaught 2 - - - - 2
19   Bill Vukovich Kurtis Kraft 1 - 1* - - -

À noterModifier

  • 5e victoire pour Alberto Ascari.
  • 7e victoire pour Ferrari en tant que constructeur.
  • 7e victoire pour Ferrari en tant que motoriste.
  • 1er podium pour Mike Hawthorn.
  • 1er podium pour Cooper.
  • 1er Grand Prix pour BMW en tant que motoriste.
  • 1er et unique podium pour Bristol en tant que motoriste.
  • 5e et dernier Grand Prix pour Alta ; les moteurs Alta continuent par contre d'être engagés par de nombreux pilotes privés.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Ray Hutton, Silverstone 40 years, Motor racing Publications, , 144 p. (ISBN 0-947981-29-2)
  2. Christian Huet, Gordini Un sorcier une équipe, Editions Christian Huet, , 485 p. (ISBN 2-9500432-0-8)
  3. a b c et d (en) Mike Lawrence, Grand Prix Cars 1945-65, Motor racing Publications, , 264 p. (ISBN 1-899870-39-3)
  4. Chris Nixon, Mon Ami Mate, Éditions Rétroviseur, , 378 p. (ISBN 2-84078-000-3)
  5. (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct, , 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  6. a et b (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group, , 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  7. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière, , 882 p.
  8. Revue Auto course n°3 Vol II, Auto Course Ltd, 1952