Ouvrir le menu principal

Gouvernement Youssef Chahed

gouvernement Youssef Chahed

FormationModifier

Sa composition est dévoilée le 20 août 2016[1],[2].

Le 26 août au soir, les députés de Nidaa Tounes, d'Ennahdha, de l'Union patriotique libre, d'Afek Tounes et du bloc Al Horra[3] accordent leur confiance au gouvernement avec 167 voix pour, 22 contre et cinq absentions, sur 194 députés présents[4]. Il prête serment le lendemain au palais présidentiel de Carthage[5].

Composition initialeModifier

MinistresModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Chef du gouvernement Youssef Chahed Nidaa Tounes
  Ministre de l'Intérieur Hédi Majdoub Indépendant
  Ministre de la Défense nationale Farhat Horchani Indépendant
  Ministre de la Justice Ghazi Jeribi Indépendant
  Ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui Nidaa Tounes[6]
  Ministre des Finances Lamia Zribi Indépendante
  Ministre des Affaires religieuses Abdeljalil Ben Salem Indépendant
  Ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale Fadhel Abdelkefi Indépendant
  Ministre de l'Éducation nationale Néji Jalloul Nidaa Tounes
  Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Slim Khalbous Indépendant
  Ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle Imed Hammami Ennahdha
  Ministre de la Santé publique Samira Merai Afek Tounes[7]
  Ministre des Affaires locales et de l'Environnement Riadh Mouakher Afek Tounes
  Ministre des Affaires sociales Mohamed Trabelsi Indépendant
  Ministre des Affaires culturelles Mohamed Zine El Abidine Indépendant
  Ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance Néziha Labidi Al Moubadara
  Ministre de l'Industrie et du Commerce Zied Ladhari Ennahdha
  Ministre de l'Énergie, des Mines et des Énergies renouvelables Hela Cheikhrouhou Indépendante
  Ministre de la Jeunesse et des Sports Majdouline Cherni Nidaa Tounes[8]
  Ministre du Transport Anis Ghedira Nidaa Tounes
  Ministre de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche Samir Taïeb Voie démocratique et sociale
  Ministre de l'Équipement, de l'Habitat et de l'Aménagement territorial Mohamed Salah Arfaoui Indépendant
  Ministre du Tourisme et de l'Artisanat Selma Elloumi Nidaa Tounes
  Ministre des Technologies de l'information et de l'Économie numérique Anouar Maârouf Ennahdha
  Ministre de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption Abid Briki Indépendant

Ministres déléguésModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec le Parlement Iyed Dahmani Al Joumhouri
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits de l'homme Mehdi Ben Gharbia Alliance démocratique puis indépendant

Secrétaires d'ÉtatModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Secrétaire d'État aux Affaires locales, chargé de l'Environnement Chokri Belhassen Nidaa Tounes[6]
  Secrétaire d'État aux Mines Hachem Hmidi Nidaa Tounes
  Secrétaire d'État au Commerce Fayçal Hafiane Nidaa Tounes[6]
  Secrétaire d'État au Transport Hichem Ben Ahmed Afek Tounes[7]
  Secrétaire d'État auprès du ministre des Finances Mabrouk Korchid Indépendant
  Secrétaire d'État auprès de la ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée de la Jeunesse Faten Kallel Afek Tounes[7]
  Secrétaire d'État chargé des Sports Imed Jabri Nidaa Tounes[6]
  Secrétaire d'État chargé de l'Économie numérique Habib Debbabi Ennahdha
  Secrétaire d'État chargé de la Recherche scientifique Khalil Amiri Ennahdha
  Secrétaire d'État chargé de la Production agricole Omar Béhi Indépendant
  Secrétaire d'État à la Formation professionnelle, chargée de l'Initiative privée Sayida Ounissi Ennahdha
  Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères Sabri Bachtobji Indépendant
  Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Agriculture, chargé des Ressources hydrauliques et de la Pêche Abdallah Rabhi Indépendant
  Secrétaire d'État chargé de l'Immigration et des Tunisiens à l'étranger Radhouane Ayara Nidaa Tounes[6]

Remaniement du 6 septembre 2017Modifier

Le 6 septembre 2017, Youssef Chahed annonce un remaniement ministériel portant sur dix portefeuilles et la création d'un ministère des Grandes réformes, en plus de la séparation des ministères de l'Industrie et du Commerce et l'élèvement du secrétariat d'État aux Domaines de l'État au rang de ministère. Le nombre de ministres passe de 25 à 28. D'anciens ministres font leur retour au gouvernement comme Slim Chaker, Abdelkrim Zbidi, Ridha Chalghoum et Hatem Ben Salem[9]. Sept ministres sont nommés dont quatre nouveaux — Khaled Kaddour[A 1], Lotfi Brahem, Taoufik Rajhi et Faouzi Abderrahmane — et trois secrétaires d'État promus au rang de ministres (Omar Béhi, Radhouane Ayara et Mabrouk Korchid).

Le nombre de secrétaires d'État passe de quatorze à quinze en enregistrant le départ de deux personnalités — Abdellatif Hmam dont le départ est exigé par Nidaa Tounes et Faten Kallel remplacée au même poste par un membre de son parti — et la promotion de trois autres. Six nouveaux secrétaires d'État sont nommés dont deux parrainés par Machrouu Tounes qui promet de soutenir le gouvernement sans y être représenté directement.

Les nouveaux ministres obtiennent la confiance de l'Assemblée des représentants du peuple le 11 septembre[10] et prêtent serment le lendemain[11].

MinistresModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Chef du gouvernement Youssef Chahed Nidaa Tounes
  Ministre de l'Intérieur Lotfi Brahem Indépendant
  Ministre de la Défense nationale Abdelkrim Zbidi Indépendant
  Ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui Nidaa Tounes[6]
  Ministre de la Justice Ghazi Jeribi Indépendant
  Ministre des Finances Ridha Chalghoum Indépendant puis Nidaa Tounes[12]
  Ministre des Affaires religieuses Ahmed Adhoum Indépendant
   Ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale Zied Ladhari Ennahdha
  Ministre de l'Éducation nationale Hatem Ben Salem Indépendant puis Nidaa Tounes[12]
  Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Slim Khalbous Indépendant
  Ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle Faouzi Abderrahmane Afek Tounes
  Ministre de la Santé publique Slim Chaker Nidaa Tounes
  Ministre des Affaires locales et de l'Environnement Riadh Mouakher Afek Tounes
  Ministre des Affaires sociales Mohamed Trabelsi Indépendant
  Ministre des Affaires culturelles Mohamed Zine El Abidine Indépendant puis Nidaa Tounes[12]
  Ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance Néziha Labidi Al Moubadara
  Ministre du Commerce Omar Béhi Indépendant
  Ministre de l'Industrie et des PME Imed Hammami Ennahdha
  Ministre de l'Énergie, des Mines et des Énergies renouvelables Khaled Kaddour Indépendant
  Ministre de la Jeunesse et des Sports Majdouline Cherni Nidaa Tounes
  Ministre du Transport Radhouane Ayara Nidaa Tounes
  Ministre des Domaines de l'État Mabrouk Korchid Indépendant
  Ministre de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche Samir Taïeb Voie démocratique et sociale
  Ministre de l'Équipement, de l'Habitat et de l'Aménagement territorial Mohamed Salah Arfaoui Indépendant
  Ministre du Tourisme et de l'Artisanat Selma Elloumi Nidaa Tounes
  Ministre des Technologies de l'information et de l'Économie numérique Anouar Maârouf Ennahdha

Ministres déléguésModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec le Parlement Iyed Dahmani Al Joumhouri
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits de l'homme Mehdi Ben Gharbia Indépendant
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Grandes réformes Taoufik Rajhi Ennahdha

Secrétaires d'ÉtatModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Secrétaire d'État aux Affaires locales, chargé de l'Environnement Chokri Belhassen Nidaa Tounes
  Secrétaire d'État aux Mines Hachem Hmidi Nidaa Tounes
  Secrétaire d'État chargé des Sports Imed Jabri Nidaa Tounes
  Secrétaire d'État chargé de l'Économie numérique Habib Debbabi Ennahdha
  Secrétaire d'État chargé de la Recherche scientifique Khalil Amiri Ennahdha
  Secrétaire d'État à la Formation professionnelle, chargée de l'Initiative privée Sayida Ounissi Ennahdha
  Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères Sabri Bachtobji Indépendant
  Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Agriculture, chargé des Ressources hydrauliques et de la Pêche Abdallah Rabhi Indépendant
  Secrétaire d'État auprès du ministre du Transport Sarra Rejeb Indépendante[A 2]
  Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Diplomatie économique Hatem Ferjani Nidaa Tounes
  Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Industrie et des PME Slim Feriani Indépendant puis Nidaa Tounes[12]
  Secrétaire d'État auprès du ministre du Commerce, chargé du Commerce extérieur Hichem Ben Ahmed Afek Tounes
  Secrétaire d'État auprès du ministre de la Santé Sonia Ben Cheikh Indépendante[A 3]
  Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires sociales, chargé de l'Immigration et des Tunisiens à l'étranger Adel Jarboui Nidaa Tounes
  Secrétaire d'État auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse Abdelkoddous Saâdaoui Afek Tounes

Remaniement du 5 novembre 2018Modifier

Le 5 novembre 2018, Youssef Chahed annonce un remaniement ministériel marqué par la nomination de huit nouveaux ministres (Mohamed Karim El Jamoussi, Kamel Morjane, Abderraouf Cherif qui devient ministre de la Santé, Mokhtar Hammami, Hédi Mekni, René Trabelsi, Noureddine Selmi et Mohamed Fadhel Mahfoudh) et le départ de Ghazi Jeribi, Imed Hammami, Riadh Mouakher, Mabrouk Korchid, Majdouline Cherni, Faouzi Abderrahmane, Selma Elloumi, Mohamed Salah Arfaoui et Mehdi Ben Gharbia ; de nouvelles attributions sont attribuées à cinq sortants (Sonia Ben Cheikh, Sayida Ounissi, Hichem Ben Ahmed, Radhouane Ayara et Chokri Belhassen). Trois secrétaires d'États (Ahmed Gaaloul, Samir Bechouel et Basma Jebali) font également leur entrée alors que Habib Debbabi et Adel Jarboui voit leur attributions changer. Cette liste rejetée par le président Béji Caïd Essebsi qui avance un manque de concertation[13],[14].

MinistresModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Chef du gouvernement Youssef Chahed Nidaa Tounes puis Tahya Tounes
  Ministre de l'Intérieur Hichem Fourati Indépendant
  Ministre de la Justice Mohamed Karim El Jamoussi Indépendant
  Ministre de la Défense nationale Abdelkrim Zbidi Indépendant
  Ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui Nidaa Tounes
  Ministre des Finances Ridha Chalghoum Nidaa Tounes
  Ministre du Commerce Omar Béhi Indépendant
  Ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l'administration et des politiques publiques Kamel Morjane Al Moubadara puis Tahya Tounes
  Ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale Zied Ladhari Ennahdha
  Ministre de l'Industrie et des PME Slim Feriani Nidaa Tounes
  Ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle Sayida Ounissi Ennahdha
  Ministre du Tourisme et de l'Artisanat René Trabelsi Indépendant
  Ministre de l'Éducation nationale Hatem Ben Salem Nidaa Tounes
  Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Slim Khalbous Indépendant
  Ministre de la Santé publique Abderraouf Cherif Machrouu Tounes
  Ministre des Affaires culturelles Mohamed Zine El Abidine Nidaa Tounes puis indépendant
  Ministre de la Jeunesse et des Sports Sonia Ben Cheikh Nidaa Tounes puis Tahya Tounes
  Ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance Néziha Labidi Al Moubadara puis Tahya Tounes
  Ministre des Affaires sociales Mohamed Trabelsi Indépendant
  Ministre du Transport Hichem Ben Ahmed Nidaa Tounes puis Tahya Tounes
  Ministre des Domaines de l'État Hédi Mekni Nidaa Tounes puis Tahya Tounes
  Ministre des Affaires locales et de l'Environnement Mokhtar Hammami Indépendant
  Ministre de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche Samir Taïeb Voie démocratique et sociale puis Tahya Tounes
  Ministre de l'Équipement, de l'Habitat et de l'Aménagement territorial Noureddine Selmi Indépendant
  Ministre des Technologies de l'information et de l'Économie numérique Anouar Maârouf Ennahdha
  Ministre des Affaires religieuses Ahmed Adhoum Indépendant

Ministres déléguésModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec le Parlement Iyed Dahmani Indépendant
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé de l'Émigration et des Tunisiens à l'étranger Radhouane Ayara Nidaa Tounes
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits de l'homme Mohamed Fadhel Mahfoudh Machrouu Tounes
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Grandes réformes Taoufik Rajhi Ennahdha
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé de l'Économie sociale et solidaire Chokri Belhassen Nidaa Tounes puis Tahya Tounes

Secrétaires d'ÉtatModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Secrétaire d'État chargé des Sports Ahmed Gaaloul Ennahdha
  Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Industrie et des PME Habib Debbabi Ennahdha
  Secrétaire d'État chargé de la Recherche scientifique Khalil Amiri Ennahdha
  Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires locales et de l'Environnement Basma Jebali Ennahdha
  Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères Sabri Bachtobji Indépendant
  Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Agriculture, chargé des Ressources hydrauliques et de la Pêche Abdallah Rabhi Indépendant
  Secrétaire d'État auprès du ministre du Transport Adel Jarboui Nidaa Tounes
  Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Diplomatie économique Hatem Ferjani Nidaa Tounes
  Secrétaire d'État auprès du ministre du Commerce, chargé du Commerce intérieur Samir Bechouel Machrouu Tounes
  Secrétaire d'État auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse Abdelkoddous Saâdaoui Afek Tounes puis Tahya Tounes

Autres mouvementsModifier

Le ministre des Affaires religieuses, Abdeljalil Ben Salem, est limogé le 4 novembre 2016 pour « atteinte aux fondamentaux et aux principes de la diplomatie tunisienne » après des propos liant le wahhabisme saoudien et le terrorisme ; le ministre de la Justice Ghazi Jeribi le remplace à titre intérimaire[15].

Fin février 2017, Abid Briki annonce qu'il souhaite démissionner de son poste de ministre de la Fonction publique et de la Gouvernance. Le chef du gouvernement Youssef Chahed anticipe en le limogeant car, selon lui, il aurait « dérogé aux coutumes et usages en vigueur »[16]. Il effectue, le 25 février, un remaniement ministériel touchant deux ministères et un secrétariat d'État[17] : Khalil Ghariani remplace Briki au poste de ministre de la Fonction publique et de la Gouvernance, Ahmed Adhoum devient ministre des Affaires religieuses tandis qu'Abdellatif Hmam, directeur général de l'Office national du tourisme tunisien, succède à Fayçal Hafiane comme secrétaire d'État chargé du Commerce[18]. Certaines voix s'élèvent alors pour dénoncer ce qu'ils pensent être « une victoire pour le parti Ennahdha » car ils estiment que les personnalités nommées lui sont proches[19]. Ghariani refusant d'occuper son poste, Chahed annonce, le 3 mars, la suppression du ministère de la Fonction publique et de la Gouvernance[20],[21].

Le 30 avril 2017, la ministre des Finances, Lamia Zribi, et le ministre de l'Éducation, Néji Jalloul, sont limogés et remplacés à titre intérimaire par le ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale, Fadhel Abdelkefi, et le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Slim Khalbous[22].

Le ministre de la Santé publique, Slim Chaker, meurt le 8 octobre 2017 à l'hôpital militaire de Tunis à la suite d'une attaque cardiaque, après sa participation au marathon de l'organisation Nourane, pour la promotion de la lutte contre le cancer du sein[23],[24]. Il est remplacé, par intérim, par le ministre des Affaires sociales Mohamed Trabelsi[25]. Le 18 novembre, Imed Hammami, ministre de l'Industrie et des PME, est nommé ministre de la Santé publique, tandis que son secrétaire d'État Slim Feriani reprend son portefeuille[26],[27].

Le 6 juin 2018, le ministre de l'Intérieur Lotfi Brahem est limogé et remplacé par Ghazi Jeribi à titre intérimaire[28], avant que Hichem Fourati ne soit nommé officiellement le 24 juillet[29]. Il prête serment le 30 juillet[30].

Le 14 juillet, le ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits de l'homme, Mehdi Ben Gharbia, remet sa démission[31].

Le 6 août, l'ancien chef du gouvernement Habib Essid est nommé ministre, conseiller spécial auprès du président de la République tunisienne chargé des Affaires politiques[32].

Le 31 août, le ministère de l'Énergie et des Mines est rattaché au ministère de l'Industrie et des PME[33].

Le 10 mars 2019, Sonia Ben Cheikh est nommée ministre de la Santé par intérim après la démission d'Abderraouf Cherif[34].

Le 29 octobre 2019, le ministre de la Défense Abdelkrim Zbidi, le ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui, et le secrétaire d'État Hatem Ferjani sont limogés et remplacés par intérim, respectivement par Mohamed Karim El Jamoussi et Sabri Bachtobji[35].

Le 8 novembre 2019, un communiqué annonce la désignation par intérim des ministres suivants : Ridha Chalghoum à la tête du ministère du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale, René Trabelsi à la tête du ministère du Transport, Taoufik Rajhi à la tête du ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle et Radhouane Ayara à la tête du ministère des Domaines de l'État et des Affaires foncières[36].

Féminisation du gouvernementModifier

Le gouvernement compte originellement huit femmes sur quarante membres : Lamia Zribi, première femme à occuper la fonction de ministre des Finances et ce jusqu'au 30 avril 2017, Samira Merai, ministre de la Santé publique jusqu'au 12 septembre 2017, Néziha Labidi, ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance, Hela Cheikhrouhou, ministre de l'Énergie, des Mines et des Énergies renouvelables jusqu'au 12 septembre 2017, Majdouline Cherni, première femme à occuper la fonction de ministre de la Jeunesse et des Sports, Selma Elloumi, qui reste ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Faten Kallel, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Jeunesse et des Sports chargée de la Jeunesse jusqu'au 12 septembre 2017, et Sayida Ounissi, secrétaire d'État à la Formation professionnelle chargée de l'Initiative privée.

Le 12 septembre 2017, Sarra Rejeb devient secrétaire d'État auprès du ministre du Transport et Sonia Ben Cheikh secrétaire d'État auprès du ministre de la Santé publique, réduisant ainsi le nombre de femmes à six. Le 5 novembre 2018, Selma Elloumi, Majdouline Cherni et Sarra Rejeb quittent le gouvernement alors que Basma Jebali fait son entrée comme secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires locales et de l'Environnement, portant le nombre de femmes à quatre ; Sayida Ounissi devient ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle et Sonia Ben Cheikh ministre de la Jeunesse et des Sports.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Fils de l'ancien syndicaliste Houcine Ben Kaddour et frère du secrétaire général adjoint de l'UGTT, Anouar Ben Kaddour.
  2. Parrainée par Machrouu Tounes.
  3. Parrainée par Machrouu Tounes.

RéférencesModifier

  1. « Officiel : composition du gouvernement d'union nationale », sur businessnews.com.tn, (consulté le 21 août 2016).
  2. « Tunisie : le nouveau Premier ministre Youssef Chahed a formé son gouvernement », sur rfi.fr, (consulté le 21 août 2016).
  3. « Confiance au gouvernement Chahed : la séance peut s'étaler sur 2 jours », sur mosaiquefm.net, (consulté le 26 août 2016).
  4. « Tunisie : le gouvernement obtient la confiance du Parlement », sur rfi.fr, (consulté le 27 août 2016).
  5. « Tunisie : le nouveau gouvernement a prêté serment », sur webdo.tn, (consulté le 27 août 2016).
  6. a b c d e et f (ar) « Formation du gouvernement : liste nominale des ministres et secrétaires d'État appartenant au parti Nidaa Tounes », sur akherkhabaronline.com,‎ (consulté le 25 août 2016).
  7. a b et c (ar) « Formation du gouvernement : liste nominale des ministres et secrétaires d'État appartenant au parti Afek Tounes », sur akherkhabaronline.com,‎ (consulté le 25 août 2016).
  8. « Majdouline Cherni, Mohsen Hassen, Samir Abdelli et bien d'autres rejoignent Nidaa », sur business.com.tn, (consulté le 7 septembre 2017).
  9. Frida Dahmani, « Tunisie : la composition du gouvernement « Chahed 2 » dévoilée », sur jeuneafrique.com, (consulté le 7 septembre 2017).
  10. « Détail du vote de confiance au gouvernement Chahed II », sur businessnews.com.tn, (consulté le 12 septembre 2017).
  11. « Prestation de serment des nouveaux membres du gouvernement », sur businessnews.com.tn, (consulté le 12 septembre 2017).
  12. a b c et d « Voici les ministres qui ont rejoint Nidaa Tounes », sur espacemanager.com, (consulté le 9 janvier 2018).
  13. « Remaniement : liste des nouveaux membres du gouvernement Chahed », sur kapitalis.com, (consulté le 5 novembre 2018).
  14. « Les nouveaux visages du gouvernement Chahed : René Trabelsi au Tourisme, un prix Nobel aux Droits de l'homme, un candidat à la présidentielle à la Fonction publique », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 7 novembre 2018).
  15. « Tunisie : le ministre des Affaires religieuses limogé après avoir lié wahhabisme saoudien et terrorisme », sur jeuneafrique.com, (consulté le 4 novembre 2016).
  16. « Remaniement : Youssef Chahed explique pourquoi il a limogé Abid Briki », sur webmanagercenter.com, (consulté le 3 mars 2017).
  17. « Remaniement partiel : Khalil Ghariani succède à Abid Briki, Adhoum aux Affaires religieuses et Hmam au Commerce », sur leaders.com.tn, (consulté le 27 février 2017).
  18. « Youssef Chahed effectue un remaniement ministériel », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 3 mars 2017).
  19. Abou Sarra, « Tunisie : zones d'ombre sur le dernier remaniement ministériel », sur webmanagercenter.com, (consulté le 3 mars 2017).
  20. « Après le refus de Khalil Ghariani d'occuper le ministère de la Fonction publique : Youssef Chahed supprime le ministère », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 27 février 2017).
  21. Nadia Dejoui, « Youssef Chahed retire le ministère de la Fonction publique et de la Gouvernance », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 3 mars 2017).
  22. « Remaniement ministériel : Néji Jalloul et Lamia Zribi limogés par Youssef Chahed », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 30 avril 2017).
  23. « Décès de Slim Chaker, ministre de la Santé », sur tunisienumerique.com, (consulté le 8 octobre 2017).
  24. « Slim Chaker, n'est plus… », sur mosaiquefm.net, (consulté le 8 octobre 2017).
  25. « Mohamed Trabelsi chargé d'assurer les fonctions du ministre de la santé par intérim », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 7 novembre 2017).
  26. « Tunisie : remaniement ministériel, Imed Hammami quitte l'Industrie pour la Santé », sur tunisienumerique.com, (consulté le 19 novembre 2017).
  27. « Remaniement ministériel partiel : Slim Feriani nommé à l'Industrie, Imed Hammami à la Santé », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 11 mars 2019).
  28. « Le ministre de l'Intérieur Lotfi Brahem limogé par le chef du gouvernement », sur huffpostmaghreb.com, (consulté en 4 6 juin 2018).
  29. « Hichem Fourati nommé ministre de l'intérieur », sur tap.info.tn, (consulté le 25 juillet 2018).
  30. « Hichem Fourati prête serment à Carthage devant BCE », sur gnet.tn, (consulté le 30 juillet 2018).
  31. Yassine Bellamine, « Mehdi Ben Gharbia démissionne du gouvernement », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 30 juillet 2018).
  32. Frida Dahmani, « Habib Essid nommé conseiller à la présidence de Béji Caïd Essebsi », sur jeuneafrique.com, (consulté le 6 août 2018).
  33. « Tunisie : Youssef Chahed limoge le ministre de l'Énergie », sur jeuneafrique.com, (consulté le 1er septembre 2018).
  34. « Le chef du gouvernement nomme Sonia Ben Cheikh au poste de ministre de la Santé par intérim », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 10 mars 2019).
  35. « Tunisie. Le chef de la diplomatie et le ministre de la Défense limogés », sur ouest-france.fr, (consulté le 29 octobre 2019).
  36. « Désignation de quatre ministres par intérim », sur mosaiquefm.net, (consulté le 8 novembre 2019).