Gouvernement Elyes Fakhfakh

gouvernement tunisien
Gouvernement d'Elyes Fakhfakh

République tunisienne

Description de cette image, également commentée ci-après
Elyes Fakhfakh, chef du gouvernement.
Président de la République Kaïs Saïed
Chef du gouvernement Elyes Fakhfakh
Élection 6 octobre 2019
Législature IIe législature
Formation
Fin
Durée 6 mois et 6 jours
Composition initiale
Coalition Courant démocrate
Mouvement du peuple
Tahya Tounes
Al Badil Ettounsi
Ettakatol
Ennahdha (2020)
Nidaa Tounes (2020)
Ministres 30
Secrétaires d'État 2
Femmes 6
Hommes 26
Moyenne d'âge 55 ans
Représentation
Assemblée des représentants du peuple
129 / 217
Drapeau de la Tunisie

Le gouvernement Elyes Fakhfakh est le gouvernement de la Tunisie du au . Il succède à celui de Youssef Chahed.

FormationModifier

Après le rejet par l'Assemblée des représentants du peuple du gouvernement proposé par Habib Jemli, le président de la République Kaïs Saïed dispose dès lors de dix jours pour désigner un nouveau chef du gouvernement[1]. Le , il désigne Elyes Fakhfakh, membre d'Ettakatol[2], qui reçoit le soutien du bloc démocrate et de Tahya Tounes[3].

Son gouvernement est annoncé le 15 février. Malgré l'attribution de plusieurs ministères à des membres d'Ennahdha, le parti annonce son intention de ne pas voter la confiance au gouvernement, du fait de la non participation d'Au cœur de la Tunisie et de la Coalition de la dignité, et en demandant la formation d'un gouvernement d'union nationale qui regroupe tout le monde « à l'exception de ceux qui s'excluent eux-mêmes »[4]. En parallèle, la commission mixte de l'assemblée adopte un projet de modification de la loi électorale imposant un seuil électoral de 5 % aux législatives. Ce projet contesté pour l'avantage qu'il fournit aux partis les plus importants leur permettrait de s'engager plus facilement vers des élections anticipées[5]. Kaïs Saïed annonce deux jours plus tard qu'à défaut d'une approbation du gouvernement présenté, il procédera à la dissolution de l'assemblée le 15 mars. Le président exclut ainsi les autres voies préconisées par Ennahdha d'une démission de Fakhfakh ou encore du vote d'une motion de censure contre le gouvernement sortant de Youssef Chahed, estimant que cette dernière option est inconstitutionnelle puisque le gouvernement expédie les affaires courantes[6]. Une version légèrement modifiée du gouvernement, sans la participation d'Au cœur de la Tunisie et de la Coalition de la dignité qui refusent d'y participer, est annoncée le 19 février[7] ; Ennahdha, voyant la non volonté de ces derniers de ne pas participer au gouvernement, accepte de voter la confiance[8].

Le 27 février, l'Assemblée des représentants du peuple accorde la confiance au gouvernement[9]. L'assermentation a lieu le même jour au palais présidentiel de Carthage[10].

Vote de confiance du [11]
Groupe   Pour   Contre   Abstention Absents
Ennahdha 52 1 0 1
Bloc démocrate 37 3 0 1
Au cœur de la Tunisie 0 34 0 4
Coalition de la dignité 0 18 0 1
Parti destourien libre 0 17 0 0
La Réforme 15 0 1 0
Tahya Tounes 13 0 0 1
Al Moustakbal 8 0 0 0
Autres 4 4 0 2
Total 129 77 1 10

Composition initialeModifier

Chef du gouvernementModifier

Image Fonction Nom Parti
  Chef du gouvernement Elyes Fakhfakh Ettakatol

Ministres d'ÉtatModifier

Image Fonction Nom Parti
  Ministre d'État, ministre auprès du chef du gouvernement chargé de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption Mohamed Abbou Courant démocrate
  Ministre d'État, ministre du Transport et de la Logistique Anouar Maârouf Ennahdha

MinistresModifier

Image Fonction Nom Parti
  Ministre de l'Intérieur Hichem Mechichi Indépendant
  Ministre de la Défense nationale Imed Hazgui Indépendant
  Ministre de la Justice Thouraya Jeribi Khémiri Indépendante
  Ministre des Affaires étrangères Noureddine Erray Indépendant
  Ministre des Finances Nizar Yaïche Indépendant
  Ministre des Affaires religieuses Ahmed Adhoum Indépendant
  Ministre des Affaires sociales Habib Kchaou Indépendant
  Ministre des Affaires culturelles Chiraz Latiri Indépendante
  Ministre de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des Seniors, porte-parole du gouvernement Asma Shiri Indépendante
  Ministre de l'Industrie Salah Ben Youssef Indépendant
  Ministre de l'Énergie, des Mines et de la Transition énergétique Mongi Marzouk Indépendant
  Ministre de l'Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques Oussama Kheriji Indépendant
  Ministre des Technologies de la communication et de la Transformation digitale Mohamed Fadhel Kraiem Indépendant
  Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Slim Choura Ennahdha
  Ministre de la Santé publique Abdellatif Mekki Ennahdha
  Ministre des Affaires locales Lotfi Zitoun Ennahdha
  Ministre de la Jeunesse et des Sports Ahmed Gaâloul Ennahdha
  Ministre de l'Équipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire Moncef Sliti Ennahdha
  Ministre des Domaines de l'État et des Affaires foncières Ghazi Chaouachi Courant démocrate
  Ministre de l'Éducation Mohamed Hamdi Courant démocrate
  Ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi Fethi Belhaj Mouvement du peuple
  Ministre du Commerce Mohamed Msilini Mouvement du peuple
  Ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale Selim Azzabi Tahya Tounes
  Ministre de l'Environnement Chokri Belhassen Tahya Tounes
  Ministre du Tourisme et de l'Artisanat Mohamed Ali Toumi Al Badil Ettounsi

Ministres auprès d'un ministreModifier

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
  Ministre chargé de la Relation avec le Parlement Chef du gouvernement Ali Hafsi Jeddi Nidaa Tounes
  Ministre chargée des Grands projets nationaux Lobna Jribi Indépendante
  Ministre chargé des Droits de l'homme et de la Relation avec des instances constitutionnelles et la société civile Ayachi Hammami Indépendant

Secrétaires d'ÉtatModifier

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
  Secrétaire d'État Ministre des Affaires étrangères Selma Ennaifer Indépendante
  Secrétaire d'État chargée des Ressources hydrauliques Ministre de l'Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques Akissa Bahri Indépendante

DémissionModifier

ContexteModifier

Elyes Fakhfakh démissionne le à la demande du président de la République (ce qui permet à ce dernier de choisir son successeur)[12], après le dépôt d'une motion de censure par 105 députés, membres notamment d'Ennahdha — qui lui a retiré sa confiance la veille[13] — et d'Au cœur de la Tunisie[14]. Lors des jours précédents, Fakhfakh avait tenté de remplacer les ministres membres d'Ennahdha[15], alors que le chef du gouvernement était sous le coup d'accusations de conflits d'intérêts[16]. Par ailleurs, alors que la Constitution permet au chef du gouvernement de remanier son gouvernement, le règlement intérieur de l'Assemblée des représentants du peuple exige un vote de confiance pour les nouveaux membres du gouvernement[17]. Pour remplacer Fakhfakh, en l'absence de Cour constitutionnelle, alors que la Constitution est floue, il y a désaccord pour savoir si le prochain chef du gouvernement doit être désigné par le parti majoritaire ou par le président de la République[18]. La présidence annonce cependant que le président de la République nommera un nouveau chef du gouvernement dans les dix jours[19]. Le soir même, Fakhfakh limoge les ministres membres d'Ennahdha et confie leurs portefeuilles à des intérimaires[20].

Le 24 juillet, le ministre des Affaires étrangères Noureddine Erray est démis de ses fonctions par le chef du gouvernement après consultation du président de la République. Il est remplacé par intérim par Selma Ennaifer[21].

Le 25 juillet, Saïed charge Hichem Mechichi de former un gouvernement[22],[23].

Composition finaleModifier

Chef du gouvernementModifier

Image Fonction Nom Parti
  Chef du gouvernement Elyes Fakhfakh Ettakatol

Ministres d'ÉtatModifier

Image Fonction Nom Parti
  Ministre d'État, ministre auprès du chef du gouvernement chargé de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption Mohamed Abbou Courant démocrate

MinistresModifier

Image Fonction Nom Parti
  Ministre de l'Intérieur Hichem Mechichi Indépendant
  Ministre de la Défense nationale Imed Hazgui Indépendant
  Ministre de la Justice Thouraya Jeribi Khémiri Indépendante
  Ministre des Finances Nizar Yaïche Indépendant
  Ministre des Affaires religieuses Ahmed Adhoum Indépendant
  Ministre des Affaires sociales,

Ministre de la Santé publique (intérim)

Habib Kchaou Indépendant
  Ministre des Affaires culturelles Chiraz Latiri Indépendante
  Ministre de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des Seniors, porte-parole du gouvernement,

Ministre de la Jeunesse et des Sports (intérim)

Asma Shiri Indépendante
  Ministre de l'Industrie Salah Ben Youssef Indépendant
  Ministre de l'Énergie, des Mines et de la Transition énergétique Mongi Marzouk Indépendant
  Ministre de l'Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques Oussama Kheriji Indépendant
  Ministre des Technologies de la communication et de la Transformation digitale,

Ministre du Transport et de la Logistique (intérim)

Mohamed Fadhel Kraiem Indépendant
  Ministre des Domaines de l'État et des Affaires foncières,

Ministre de l'Équipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire (intérim)

Ghazi Chaouachi Courant démocrate
  Ministre de l'Éducation Mohamed Hamdi Courant démocrate
  Ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi Fethi Belhaj Mouvement du peuple
  Ministre du Commerce Mohamed Msilini Mouvement du peuple
  Ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale Selim Azzabi Tahya Tounes
  Ministre de l'Environnement,

Ministre des Affaires locales (intérim)

Chokri Belhassen Tahya Tounes
  Ministre du Tourisme et de l'Artisanat Mohamed Ali Toumi Al Badil Ettounsi

Ministres auprès d'un ministreModifier

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
  Ministre chargé de la Relation avec le Parlement Chef du gouvernement Ali Hafsi Jeddi Nidaa Tounes puis indépendant
  Ministre chargée des Grands projets nationaux,

Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (intérim)

Lobna Jribi Indépendante
  Ministre chargé des Droits de l'homme et de la Relation avec des instances constitutionnelles et la société civile Ayachi Hammami Indépendant

Secrétaires d'ÉtatModifier

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
  Secrétaire d'État

Ministre des Affaires étrangères (intérim)

Ministre des Affaires étrangères Selma Ennaifer Indépendante
  Secrétaire d'État chargée des Ressources hydrauliques Ministre de l'Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques Akissa Bahri Indépendante

Féminisation du gouvernementModifier

Le gouvernement compte six femmes sur 32 membres : Thouraya Jeribi Khémiri, première femme à occuper la fonction de ministre de la Justice, Chiraz Latiri, ministre des Affaires culturelles, Asma Shiri, ministre de la Femme, de l'Enfance et des Seniors et porte-parole du gouvernement, Lobna Jribi, ministre auprès du chef du gouvernement chargée des Grands projets nationaux, Selma Ennaifer, secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères chargé des Affaires étrangères, et Akissa Bahri, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Agriculture chargé des Ressources hydrauliques.

Notes et référencesModifier

  1. « La Tunisie dans l'incertitude après le rejet du gouvernement par le Parlement », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020).
  2. « Officiel : Elyes Fakhfakh, nouveau chef du gouvernement désigné », sur mosaiquefm.net, (consulté le 20 janvier 2020).
  3. fr, « Le Bloc démocratique et Tahya Tounes voteront pour le gouvernement Fakhfakh », sur webdo.tn, (consulté le 21 janvier 2020).
  4. « Gouvernement d'union nationale : Ennahdha persiste et signe », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 28 février 2020).
  5. « En Tunisie, Elyes Fakhfakh compose un gouvernement à l'avenir incertain », sur lemonde.fr, (consulté le 16 février 2020).
  6. « Tunisie : face à la crise politique, Kaïs Saïed menace de dissoudre le Parlement », sur jeuneafrique.com, (consulté le 18 février 2020).
  7. « Officiel : la composition du gouvernement Fakhfakh », sur kapitalis.com, (consulté le 20 février 2020).
  8. « En Tunisie, le parti Ennahdha soutient le gouvernement remanié d'Elyes Fakhfakh », sur france24.com, (consulté le 20 février 2020).
  9. « Le gouvernement Fakhfakh obtient la confiance de l'ARP », sur mosaiquefm.net, (consulté le 27 février 2020).
  10. « Tunisie : le Parlement approuve le gouvernement d'Elyes Fakhfakh », sur jeuneafrique.com, (consulté le 27 février 2020).
  11. « Vote de confiance du gouvernement proposé - Elyes Fakhfakh », sur majles.marsad.tn (consulté le 3 mars 2020).
  12. « En Tunisie, la démission du chef du gouvernement renforce la crise politique », sur lemonde.fr, (consulté le 16 juillet 2020).
  13. « Le parti Ennahdha veut retirer sa confiance au gouvernement », sur lorientlejour.com, (consulté le 15 juillet 2020).
  14. « Tunisie : Elyes Fakhfakh abandonne la partie », sur kapitalis.com, 15 juille 2020 (consulté le 15 juillet 2020).
  15. « Elyès Fakhfakh décide de se séparer des ministres appartenant à Ennahdha », sur espacemanager.com, (consulté le 15 juillet 2020).
  16. « Tunisie : démission du chef du gouvernement Elyes Fakhfakh », sur rtbf.be, (consulté le 15 juillet 2020).
  17. « Fakhfakh a-t-il besoin du vote de l'ARP pour effectuer un remaniement ? », sur businessnews.com.tn, (consulté le 15 juillet 2020).
  18. « Tunisie [audio] : la crise est désormais constitutionnelle, selon Ahmed Nejib Chebbi », sur tunisienumerique.com, (consulté le 15 juillet 2020).
  19. « Tunisie : démission du premier ministre, Elyes Fakhfakh, après un bras de fer avec le parti islamo-conservateur Ennahda », sur lemonde.fr, (consulté le 15 juillet 2020).
  20. « Tunisie : le chef du gouvernement décide de limoger les ministres du parti islamiste Ennahdha », sur french.china.org.cn, (consulté le 15 juillet 2020).
  21. « Officiel : Noureddine Erray démis de ses fonctions », sur mosaiquefm.net, (consulté le 24 juillet 2020).
  22. « Tunisie : le ministre de l'Intérieur Hichem Mechichi désigné chef du gouvernement », sur france24.com, (consulté le 26 juillet 2020).
  23. « Kais Saïed charge Hichem Mechichi de former le futur gouvernement », sur mosaiquefm.net, (consulté le 25 juillet 2020).