Ouvrir le menu principal

Gouvernement Di Rupo III

gouvernement wallon (2019-)
Gouvernement Di Rupo III

Région wallonne

Description de cette image, également commentée ci-après
Ministre-président Elio Di Rupo
Élection 26 mai 2019
Législature 10e
Formation
Durée 2 mois et 2 jours
Composition initiale
Coalition
Ministres 8
Femmes 3
Hommes 5
Représentation
Parlement
55 / 75
Drapeau de la Wallonie

Le gouvernement Di Rupo III est le gouvernement de la Région wallonne depuis le , sous la 10e législature du Parlement.

Il est dirigé par l'ancien ministre-président socialiste Elio Di Rupo. Il est formé à la suite des élections régionales du 26 mai 2019 et constitué d'une « coalition arc-en-ciel » entre le PS, le MR et Ecolo. Il succède au gouvernement du libéral Willy Borsus et marque la fin de 15 ans de participation gouvernementale du CDH.

HistoriqueModifier

Dirigé par l'ancien ministre-président socialiste Elio Di Rupo, ce gouvernement est constitué et soutenu par une « coalition arc-en-ciel » entre le Parti socialiste (PS), le Mouvement réformateur (MR) et Ecolo. Ensemble, ils disposent de 55 députés sur 75, soit 73,3 % des sièges du Parlement wallon.

Il est formé à la suite des élections régionales du 26 mai 2019.

Il succède donc au gouvernement du ministre-président libéral Willy Borsus, constitué et soutenu par une « coalition orange-bleue » entre le MR et le Centre démocrate humaniste (CDH).

FormationModifier

Au cours du scrutin, le Parti socialiste, le Mouvement réformateur et le Centre démocrate humaniste subissent un revers tandis qu'Ecolo et le Parti du travail de Belgique (PTB) enregistrent un succès. La nouvelle composition du Parlement empêche de reconduire les majorités de la législature précédentes, qu'il s'agisse de la « rouge-romaine » entre le PS et le CDH conduite par Paul Magnette entre 2014 et 2017, ou l'« orange-bleue » de Willy Borsus.

Retrait du CDH et du PTBModifier

Le 5 juin, le CDH déclare qu'il restera dans l'opposition à tous les niveaux de pouvoir suite à ses mauvais résultats électoraux, réduisant les possibilités de coalitions[1].

Le PS étant le premier parti de la Région, il lui revient de mener les discussions pour constituer le nouveau gouvernement. Il cherche d'abord à mettre en place une « majorité progressiste » avec Ecolo et le Parti du travail. Le PTB quitte cependant la table des négociations dès le 11 juin, considérant qu'il ne pourra pas obtenir la politique de rupture qu'il réclame avec le PS. Malgré les protestations des socialistes (ces derniers affirmant que les discussions n'ont même pas eu le temps de commencer et proposant à plusieurs reprises aux marxistes de revenir à la table des négociations), le PTB refusera de discuter à nouveau avec les négociateurs[2].

La note « coquelicot »Modifier

Les retraits des chrétiens-démocrates et de la gauche radicale rendent donc le MR incontournable pour constituer une majorité parlementaire. Les libéraux francophones sont cependant très critiqués pour leur politique au fédéral et une « coalition violette » entre les deux partis, bien que numériquement la plus évidente, est très impopulaire[3]. Puisque les écologistes ne sont pas mathématiquement nécessaires pour réunir la majorité absolue des députés, l'alternative d'une « arc-en-ciel » ne permet pas à Ecolo de peser sur les décisions[4].

Jean-Marc Nollet, co-président d'Ecolo, propose le 17 juin la mise en place d'une coalition « coquelicot », soit un gouvernement minoritaire composé en partie de personnalités issues de la société civile[5]. Cette proposition, soutenue par le PS, est cependant assez vite critiquée par les trois autres partis, jugeant qu'un gouvernement minoritaire serait bien trop instable alors que la Wallonie a besoin de stabilité ; le cdH, en particulier, refuse de donner un soutien sans participation à un tel gouvernement, soutien pourtant espéré par Ecolo[6]. La définition de la "société civile" évoquée par Jean-Marc Nollet fait également débat tant le terme reste vague[7].

Malgré le refus annoncé des trois autres partis de soutenir un gouvernement « coquelicot », le PS et Ecolo commencent leurs négociations le 24 juin. Après plusieurs jours de négociations, parmi lesquels les socialistes et les écologistes ont rencontré plus d'une centaine de personnalités de la société civile, une note « coquelicot » est présentée aux trois autres partis[8] qui la rejettent aussitôt[9],[10],[11], rendant impossible la mise en place d'un gouvernement minoritaire PS-Ecolo.

Vers une coalition arc-en-cielModifier

Le rejet de la note "coquelicot" force le PS et Ecolo à accepter la participation du MR aux négociations. Les négociations entre les trois partis commencent dès le 11 juillet[12] et les discussions se basent sur la note "coquelicot" à laquelle les libéraux amèneront leurs idées[13].

Après deux mois de négociations, les négociations s'achèvent le 9 septembre. Le programme du nouveau gouvernement PS-MR-Ecolo est présenté à la presse dans l'après-midi[14].

La participation au gouvernement est validée par les militants des trois partis le 12 septembre. Un certain suspens était cependant de mise quant à la décision des militants d'Ecolo, ces derniers étant plutôt inquiets à l'idée de rentrer dans un gouvernement avec les libéraux et dans lequel les écologistes ne sont pas nécessaires[15]. La composition du nouveau gouvernement est peu à peu dévoilée dans le courant de la nuit. Les nouveaux ministres prêtent serment au Parlement wallon le 13 septembre[16]. Le vote de confiance a lieu le 16 septembre 2019 : 55 députés votent la confiance tandis que 20 votent contre[17].

Affaire NethysModifier

Le 13 septembre 2019, Le Soir dévoile révèle que Voo a été vendu en mai au fonds d'investissement américain Providence ; cette vente a été orchestrée par le groupe Nethys, dont la maison-mère est l'intercommunale Enodia (ex-Publifin), mais sans que cette dernière n'en soit apparemment avertie[18]. Peu après, on apprend que Win et Elicio, deux autres filiales de Nethys, pourraient également vendues à Ardentia Tech, une nouvelle société créée par François Fornieri et dont Stéphane Moreau, à la tête de Nethys, est administrateur[19]. Cette affaire rappelle l'affaire Publifin qui avait eu lieu deux ans plus tôt et fait tomber le gouvernement Magnette, Stéphane Moreau et Publifin/Enodia étant à nouveau impliqués.

Ecolo appelle alors au départ de Stéphane Moreau et de sa "bande"[20] tandis que le cdH et le PTB réclament l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire afin de faire la lumière sur les décisions prises sans assentiment des communes[21] ; le PTB dénonce également ce qu'il perçoit comme étant une privatisation d'entreprises publiques[22]. Pierre-Yves Dermagne, ministre des Pouvoirs locaux, annonce le 19 septembre vouloir faire la clarté sur les opérations de Nethys[23].

Le 6 octobre, Pierre-Yves Dermagne déclare dans une conférence de presse casser la vente de Voo, d'Elicio et de Win, considérant que le conseil d'administration de Nethys avait outrepassé le mandat de négociation confié par Enodia ; le ministre transmet alors le dossier au parquet fédéral[24] qui le transfèrera au parquet de Liège[25]. Si le cdH et le PTB déclarent être très satisfaits de la décision, le premier demande de la transparence sur l'avenir de Nethys et le second réclame le maintien du groupe dans le giron public[26]. Les membres du conseil d'administration de Nethys annoncent leur démission dans la soirée[27]. Pierre-Yves Dermagne déclare le même jour au Parlement wallon qu'il ne peut pas envoyer de commissaire spécial chez Enodia et Nethys puisque ces dernières n'ont pas refusé d'obtempérer aux décisions du gouvernement[28]. Les juristes de Nethys déclarent cependant dans la soirée que rien dans les opérations de vente du groupe n'étaient illégales[29]. Le 9 octobre, Pierre-Yves Dermagne remet en cause au Parlement wallon l'indépendance des experts de Nethys et appelle le groupe à se conformer aux décisions prises par le gouvernement wallon[30]. Dans la soirée, Le Soir révèle que Stéphane Moreau a déjà signé son départ avec indemnités[31].

Le 9 octobre, sur le plateau de À votre avis, Muriel Targnion (PS), présidente du conseil d'administration d'Enodia, défend les ventes orchestrées par Nethys, ce qui va à l'encontre de plusieurs communes actionnaires du groupe, de la décision du gouvernement wallon et de la position de son propre parti[32]. Elle démissionne de la présidence du conseil d'administration le 10 octobre après qu'Ecolo, le PTB, le PS et le MR aient appelé à son départ, mais en évoquant des raisons personnelles pour justifier son départ. Le conseil d'administration d'Enodia valide dans la soirée la nomination de Jean-Pierre Hansen, Laurent Leveux et Bernard Thiry au sein du conseil d'administration de Nethys, noms proposés par le gouvernement wallon pour y remettre de l'ordre[33].

Le 16 octobre, Le Vif révèle que la vente de Voo était déjà actée avant que le gouvernement ne casse les ventes orchestrées par Nethys[34]. Le 18 octobre, des perquisitions sont menées au nom du parquet général de Liège chez Nethys ainsi que chez François Fornieri[35]. Le même jour, il est annoncé que Stéphane Moreau et le reste du conseil d'administration de Nethys partiront sans indemnités de départ[36]. Le 23 octobre, François Fornieri déclare renoncer à l'acquisition de Win et d'Elicio[37].

CompositionModifier

Le gouvernement Di Rupo III est composé comme suit[38] :

Poste Titulaire Parti
Ministre-président Elio Di Rupo PS
Vice-président
Ministre de l’Économie, du Commerce extérieur, de la Recherche et de l’Innovation, du Numérique, de l’Aménagement du territoire, de l’Agriculture, de l’IFAPME et des Centres de compétences
Willy Borsus MR
Vice-président
Ministre du Climat, de l'Énergie, des Infrastructures et de la Mobilité
Philippe Henry Ecolo
Vice-présidente
Ministre de l'Emploi, de la Formation, de la Santé de l'Action sociale et de l'Égalité des chances
Christie Morreale PS
Ministre des Finances, du Budget, des Aéroports et des Infrastructures sportives Jean-Luc Crucke MR
Ministre du Logement et des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne PS
Ministre de la Fonction publique, du Tourisme, du Patrimoine et de la Sécurité routière Valérie De Bue MR
Ministre de l'Environnement, de la Nature, du Bien-être animal et de la Rénovation rurale Céline Tellier Ecolo

Notes et référencesModifier

  1. « Le cdH fait le choix de l'opposition », RTBF,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2019)
  2. « Entre PTB et MR, Di Rupo a fait son choix », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2019)
  3. « Edouard Delruelle : "Une coalition PS-MR en Wallonie est impensable" », RTBF,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2019)
  4. « Formation d'un gouvernement wallon: Ecolo prêt à rentrer dans un gouvernement PS-MR où il n'aurait aucun poids? », RTL,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juin 2019).
  5. « Jean-Marc Nollet (Ecolo) : "Nous lançons l'idée d'un gouvernement ouvert, avec des ministres de la société civile" », sur RTBF Info, (consulté le 17 juin 2019).
  6. « .@lecdh est de longue date un fervent défenseur de la société civile. Mais il n'est pas pertinent d’offrir à la Wallonie un scénario fragile, instable et peu pérenne tel que celui d’un gouvernement minoritaire à l’heure où d’importants défis se présentent #coquelicot », sur @lecdh, 2019t05:26 (consulté le 17 juin 2019).
  7. « Le MR devra encore attendre avant d'être rappelé à la table des négociations wallonnes », sur RTBF Info, (consulté le 20 juin 2019).
  8. « Formation wallonne : les arbitrages politiques de la note PS-Ecolo sont faits; reste à en peaufiner les détails », sur RTBF Info, (consulté le 5 juillet 2019).
  9. « Wallonie: le PTB étrille une "note coquelicot taillée sur mesure pour le cdH" », sur RTBF Info, (consulté le 7 juillet 2019).
  10. « Le gouvernement coquelicot, c’est «game over» pour le MR, dit Jean-Luc Crucke », sur Le Soir, (consulté le 8 juillet 2019).
  11. « Coalition en Wallonie: le CDH ne soutiendra pas le coquelicot PS-Ecolo », sur Le Soir, (consulté le 9 juillet 2019).
  12. « Le PS, Ecolo et le MR se sont rencontrés lors d'une première réunion au siège du gouvernement de la Communauté », sur RTBF Info, (consulté le 12 juillet 2019)
  13. R. T. L. Newmedia, « Willy Borsus et le MR acceptent de négocier mais "la note PS-Ecolo est UN DES ÉLÉMENTS" », sur RTL Info (consulté le 11 juillet 2019)
  14. « Accord pour le gouvernement wallon : "une triple ambition sociale, économique et écologique" (direct) », sur RTBF Info, (consulté le 9 septembre 2019)
  15. « Gouvernement wallon: après le MR et le PS, Ecolo donne aussi son feu vert », sur RTBF Info, (consulté le 12 septembre 2019)
  16. « Les ministres wallons ont prêté serment devant le Parlement de Wallonie », sur RTBF Info, (consulté le 13 septembre 2019)
  17. « Compte-rendu de la séance plénière du Parlement wallon du 16 septembre 2019 », sur https://www.parlement-wallonie.be/, (consulté le 15 novembre 2019)
  18. « Pourquoi Nethys a vendu secrètement Voo en mai dernier », sur Le Soir Plus, (consulté le 6 octobre 2019)
  19. « Ventes "opaques" des filiales Nethys : "Le plus important, c'est de défendre l'intérêt des communes" », sur RTBF Info, (consulté le 6 octobre 2019)
  20. « Jean-Marc Nollet sur Nethys/Voo: "Stephane Moreau et toute sa clique doivent partir" », sur RTBF Info, (consulté le 6 octobre 2019)
  21. « Vente secrète de Voo: le cdH réclame une commission d'enquête », sur RTBF Info, (consulté le 6 octobre 2019)
  22. « Le PTB refuse de vendre Nethys: "Recréons une nouvelle grande intercommunale" avec sa filiale Elicio », sur RTBF Info, (consulté le 6 octobre 2019)
  23. « Pierre-Yves Dermagne, ministre des Pouvoirs locaux: "Il faut faire la clarté sur les opérations de Nethys" », sur RTBF Info, (consulté le 6 octobre 2019)
  24. « Nethys: le gouvernement wallon casse la vente de Voo, d'Elicio et de Win », sur RTBF Info, (consulté le 6 octobre 2019)
  25. « La plainte du gouvernement wallon contre Nethys, traitée par le parquet général de Liège », sur RTBF Info, (consulté le 10 octobre 2019)
  26. La Libre.be, « Nethys: CDH et PTB saluent la décision du gouvernement mais en veulent plus », sur www.lalibre.be, (consulté le 6 octobre 2019)
  27. « Les membres du conseil d’administration de Nethys annoncent leur démission », sur RTBF Info, (consulté le 6 octobre 2019)
  28. « Nethys: l'enquête se poursuit sur les autres actifs de Nethys, assure Pierre-Yves Dermagne », sur RTBF Info, (consulté le 8 octobre 2019)
  29. « Nethys, Enodia, Publifin, Moreau, les rapports d'experts etc. : on vous raconte », sur RTBF Info, (consulté le 9 octobre 2019)
  30. « Nethys: l'indépendance des experts mandatés par Enodia pose question, estime Pierre-Yves Dermagne », sur RTBF Info, (consulté le 9 octobre 2019)
  31. « Moreau a déjà signé son départ avec indemnités », sur Le Soir Plus, (consulté le 9 octobre 2019)
  32. « Nethys: duel musclé entre socialistes sur le plateau d'"A votre avis" », sur RTBF Info, (consulté le 10 octobre 2019)
  33. « Muriel Targnion (PS), la présidente d'Enodia, démissionne », sur RTBF Info, (consulté le 10 octobre 2019)
  34. « La vente de Voo est bien actée, l'acheteur s'impatiente », sur RTBF Info, (consulté le 16 octobre 2019)
  35. « Nethys: 21 perquisitions "de grande envergure", notamment autour de Stéphane Moreau et François Fornieri », sur RTBF Info, (consulté le 18 octobre 2019)
  36. « Stéphane Moreau viré sans indemnités », sur RTBF Info, (consulté le 18 octobre 2019)
  37. La Libre.be, « François Fornieri renonce à l'acquisition de Win et Elicio, deux filiales de Nethys », sur www.lalibre.be, (consulté le 23 octobre 2019)
  38. « Gouvernement wallon 2019-2024 », sur le site de la Wallonie, (consulté le 15 septembre 2019).

Voir aussiModifier