Philippe Henry

politicien belge

Philippe Henry
Illustration.
Fonctions
Vice-Président du Gouvernement wallon
Ministre wallon du Climat, des Infrastructures, de l'Énergie et de la Mobilité
En fonction depuis le
(1 an, 4 mois et 14 jours)
Ministre-président Elio Di Rupo
Gouvernement Di Rupo III
Prédécesseur Jean-Luc Crucke (Climat, Énergie)
Carlo Di Antonio (Mobilité)
Ministre wallon de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de la Mobilité

(5 ans et 5 jours)
Ministre-président Rudy Demotte
Gouvernement Demotte II
Législature 5e législature wallonne
Prédécesseur André Antoine (Transports, Développement territorial)
Benoît Lutgen (Environnement)
Successeur Carlo Di Antonio
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Charleroi, Hainaut
(Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Ecolo
Diplômé de Université de Liège

Philippe Henry
Membre du gouvernement wallon

Philippe Henry (né le à Charleroi) est un homme politique belge, membre du parti Ecolo. Il est actuellement ministre du Climat, des Infrastructures, de l'Énergie et de la Mobilité au sein du gouvernement Di Rupo III.

BiographieModifier

FormationModifier

Diplômé ingénieur civil en 1995, il termine également un Master en management en 1997. Pendant ses études à l'Université de Liège, il est président de la Fédé, la délégation étudiante de l'ULg, puis de la Fédération des étudiants francophones en 1994-1995[1], année de forte mobilisation étudiante en Belgique francophone[2] contre le décret "Lebrun", un décret refondant le supérieur en Hautes écoles, en fusionnant les nombreuses écoles supérieures non-universitaires[3].

De septembre 1995 à mars 1996, il est chercheur en Technology Assessment (Université de Namur)[4] et septembre 1995 à août 1997, il est assistant en algorithmique et en analyse numérique (Université de Liège). Il est ensuite Ingénieur de recherche (UCLouvain) de septembre 1997 à juillet 1999.

Parcours politiqueModifier

Ayant rejoint le parti Ecolo en 1997[5], il est élu député régional et communautaire en 1999 et le reste jusqu'en 2004.

Conseiller communal à Sprimont et Directeur politique d'Ecolo, il fut également à la suite des élections législatives du 2007 député fédéral.

Le , il devient ministre wallon de l'environnement, de l'aménagement du Territoire, de la mobilité, du transport et des sites désaffectés au sein du gouvernement Demotte II.

Réélu député wallon de l'arrondissement de Liège en 2014, il devient également sénateur de communauté. Cinq ans plus tard, lors des élections régionales du , ses 2 852 voix de préférence ne lui permettent pas d'être réélu[6]. Néanmoins, il est choisi par les militants de son parti pour rentrer dans le Gouvernement Di Rupo III, au détriment de Manu Disabato[7],[8]. Il obtient la vice-présidence du gouvernement wallon et le poste de ministre du Climat, des Infrastructures, de l'Énergie et de la Mobilité dans le gouvernement Di Rupo III. Il prête serment le [9].

RéférencesModifier

  1. Pierre Bouillon, « JEUNESSE : PHILIPPE HENRY QUITTE LE CJEF », sur lesoir.be, (consulté le 13 septembre 2020).
  2. Pierre Bouillon, « UNE GRANDE MANIF ETUDIANTE,LA SEMAINE PROCHAINE », sur lesoir.be, (consulté le 13 septembre 2020).
  3. https://www.levif.be/actualite/belgique/le-21-octobre-1994-le-jour-ou-la-fef-est-montee-au-creneau-contre-le-decret-lebrun/article-normal-1041753.html
  4. https://henry.wallonie.be/home/biographie.html
  5. http://web4.ecolo.be/?_Philippe-Henry_
  6. « Résultats officiels : Votes nominatifs - Circonscription de Liège », sur le site du SPF Intérieur (consulté le 15 septembre 2019).
  7. Corinne Toubeau, « Frameries - Manu Disabato : Déçu, Manu Disabato ne sera pas ministre: à 22 voix près! », La Nouvelle Gazette,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020).
  8. Lavenir.net, « Philippe Henry signe son retour au gouvernement wallon », L'Avenir,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020).
  9. G.G., « Le grand retour de l’Écolo liégeois Philippe Henry comme ministre », sur La Meuse, (consulté le 15 septembre 2019).