Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Frank (film) ou Franz (film).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frantz.
Frantz
Description de cette image, également commentée ci-après
François Ozon, Paula Beer et Pierre Niney en septembre 2016 à une avant-première du film.

Réalisation François Ozon
Scénario François Ozon
Acteurs principaux
Sociétés de production Mandarin Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre drame
Durée 113 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Frantz est un film dramatique germano-français écrit et réalisé par François Ozon, sorti en 2016. Il est librement inspiré d'une pièce L'homme que j'ai tué de Maurice Rostand[1], qui a elle-même été reprise dans le scénario du film américain L'Homme que j'ai tué (Broken Lullaby, 1932) de Ernst Lubitsch[2].

Il est officiellement en compétition pour le prix le Lion d'or à la Mostra de Venise 2016[3].

En 2017, nommé onze fois aux César (dont ceux du meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur acteur), il reçoit celui de la meilleure photographie.

Sommaire

SynopsisModifier

 
Le Suicidé d'Édouard Manet, tableau au cœur de l'intrigue.

Peu de temps après la Première Guerre mondiale, dans la ville allemande de Quedlinbourg, Anna (Paula Beer) se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé Frantz devant laquelle se trouve, un jour, un étrange jeune homme, Adrien, (Pierre Niney)... L'homme avait un lien mystérieux avec Frantz, leur rencontre va chambouler leur vie.

Alors qu'Adrien racontait qu'il était un ami d'études de Frantz, à Paris, il avoue peu avant son retour pour la France qu'il ne le connaissait pas, mais que pendant la guerre il l'avait tué d'un coup de fusil au fond d'une tranchée dans laquelle ils s'étaient abrités seuls pendant un bombardement. Sans nouvelles d'Adrien, Anna part à sa recherche en France.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Le scénariste-réalisateur François Ozon s'est librement inspiré du film américain L'Homme que j'ai tué (Broken Lullaby) de Ernst Lubitsch sorti en 1932[2].

Distribution de rôlesModifier

En , Cineuropa dévoile la présence de Pierre Niney dans le seizième long-métrage de François Ozon, aux côtés de l'Allemande Paula Beer, Marie Gruber, Ernst Stötzner, Johann von Bülow et Anton von Lucke[6].

François Ozon a demandé à ses comédiens de visionner La Fièvre dans le sang, d'Elia Kazan et Le Ruban blanc, de Michael Haneke, afin qu'ils puissent saisir la passion et la raideur du film[7].

TournageModifier

François Ozon et l'équipe du tournage débutent discrètement leurs prises de vue le [6] en Allemagne, dont quatre semaines en Saxe[8], et en France, à Eymoutiers[9] dans le Limousin, jusqu'au [10].

Lieux de tournageModifier

MusiqueModifier

Le film reprend les musiques additionnelles telles que Nocturne n° 20 en do dièse mineur, op. posthume de Frédéric Chopin, Quatuor à cordes n° 1, op. 11. II : Andante cantabile de Tchaïkovski, Nuit d'étoiles de Claude Debussy, Shéhérazade, op. 35 de Nikolaï Rimski-Korsakov, Über den Wellen de Juventino Rosas, ainsi que La Marseillaise, Braunschweig-Polka, Frantz-Polka, Hupfpolka et Die Wacht am Rhein.

PromotionModifier

En plein tournage, fin , est dévoilée une première photographie en noir et blanc de Pierre Niney aux côtés de l'actrice Paula Beer[11].

AccueilModifier

Festivals et sortiesModifier

Ce film est projeté en avant-première mondiale à l'UGC Ciné Cité Les Halles de Paris en présence du réalisateur et de l'acteur principal[5]. Il est officiellement en compétition pour le Lion d'or à la Mostra de Venise 2016[3], avant sa sortie dans les salles obscures le en France et en Suisse romande.

Pour The Guardian, François Ozon surprend avec ce « somptueux drame de guerre »[12].

Box-officeModifier

En France et en Allemagne, le film reçoit respectivement 612 636 et 160 330 spectateurs[13].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Marie-Noëlle Tranchant, « Frantz fait un peu grise mine », sur lefigaro.fr, (consulté le 6 septembre 2016).
  2. a et b (es) Ana Capreo, « 'Frantz', tráiler y cartel del drama histórico de François Ozon », sur Difusionlibre.com, (consulté le 3 août 2016).
  3. a et b « Mostra de Venise 2016 : Kusturica, Ozon, Malick ou encore Villeneuve seront en compétition », sur Télérama, (consulté le 3 août 2016).
  4. [xls] Liste de films agréés sur le site du CNC (onglet 2015, case E123).
  5. a et b VF, « Frantz avec Pierre Niney : avant-première à Paris en présence de François Ozon », sur AlloCiné, (consulté le 3 août 2016).
  6. a et b Fabien Lemercier, « Pierre Niney dans Frantz de François Ozon », sur Cineuropa, (consulté le 24 mars 2016).
  7. Christophe Narbonne, « Paula Beer », Première n°473,‎ septembre/octobre 2016, p. 12
  8. « Pierre Niney au cœur d’un film historique pour François Ozon », sur Destination Ciné, (consulté le 24 mars 2016).
  9. Jean-François Julien, « François Ozon en tournage à Eymoutiers le 21 septembre », sur Le Populaire, (consulté le 24 mars 2016).
  10. Brigitte Baronnet, « François Ozon recrute Pierre Niney pour son nouveau film », sur AlloCiné, (consulté le 23 mars 2016).
  11. Laëtitia Forhan, « Frantz : 1ère photo de Pierre Niney chez François Ozon », sur AlloCiné, (consulté le 10 mai 2016).
  12. Frantz review: François Ozon surprises again with sumptuous period war drama, theguardian.com, 10 septembre 2016
  13. JP, « Frantz (2016)- JPBox-Office », sur Jpbox-office.com (consulté le 22 janvier 2017)

AnnexesModifier