Ennemi d'État

film américain de Tony Scott, sorti en 1998
Ennemi d'État

Titre québécois Ennemi de l'État
Titre original Enemy of the State
Réalisation Tony Scott
Scénario David Marconi
Musique Harry Gregson-Williams
Trevor Rabin
Acteurs principaux
Sociétés de production Touchstone Pictures
Jerry Bruckheimer Films
Scott Free Productions
No Such Productions
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 132 minutes
Sortie 1998

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ennemi d'État ou Ennemi de l'État au Québec et au Nouveau-Brunswick (Enemy of the State) est un film américain réalisé par Tony Scott et sorti en 1998.

À sa sortie, le film reçoit globalement de bonnes critiques dans la presse. L'accueil du public est également positif et le film performe au box-office.

Synopsis modifier

Pour améliorer la sécurité nationale, une nouvelle loi sur les télécommunications est proposée aux Américains. Cette loi vise à donner plus de pouvoir aux autorités compétentes, pouvoirs incluant l'utilisation de caméras de surveillance et l'écoute téléphonique dans le but de garantir la sécurité de l'État, aux dépens des libertés individuelles.

Le député Phil Hammersey s'oppose à la loi, ce qui lui vaut d'être assassiné sur ordre de Thomas Brian Reynolds (Jon Voight), le directeur adjoint de la NSA, et le meurtre est maquillé en accident. Malheureusement pour lui, l'assassinat a été enregistré par la caméra d'un zoologiste, qui prend la fuite et remet subrepticement la carte à une connaissance, l'avocat Robert Clayton Dean (Will Smith), avant de se faire tuer.

Sans savoir qu'il est en possession de l'enregistrement du meurtre, Dean se retrouve pris pour cible par la NSA, qui s'efforce de démolir systématiquement sa vie, allant jusqu'à assassiner une de ses amies et lui faire porter le chapeau. Cependant, il reçoit l’aide inattendue d’Edward Lyle (Gene Hackman), ancien employé de la NSA devenu hacker, pour contre-attaquer et faire éclater la vérité.

Synopsis détaillé modifier

Le directeur adjoint de la NSA, Thomas Reynolds, rencontre dans un parc public le membre du Congrès Phil Hammersley pour discuter d'une nouvelle législation antiterroriste qui étend considérablement les pouvoirs de surveillance des agences de renseignement américaines sur les individus et les groupes. Hammersley reste déterminé à bloquer son adoption, arguant que les avantages potentiels du projet de loi ne valent pas la peine de sacrifier les droits à la vie privée des citoyens ordinaires. Reynolds, voulant que le projet de loi soit adopté pour obtenir une promotion longtemps retardée, dispose d'une équipe d'agents qui lui sont fidèles pour assassiner Hammersley et mettre en scène sa mort comme un accident de voiture à la suite d'une crise cardiaque.

L'avocat du travail Robert Clayton "Bobby" Dean travaille avec son cabinet sur une affaire impliquant le propriétaire d'un restaurant et chef de la mafia Paulie Pintero. Dean rencontre son ex-petite amie, Rachel Banks; Rachel travaille pour "Brill", un homme que Dean engage occasionnellement pour mener des opérations de surveillance mais qu'il n'a jamais rencontré en personne. Elle livre une cassette incriminant Pintero pour racket de main-d'œuvre, avec laquelle Dean le menace pour s'assurer que le gangster accepte un règlement favorable.

Reynolds et son équipe repèrent un biologiste en train d'échanger une bande d'une caméra de surveillance de la faune à distance stationnée de l'autre côté du lac depuis la scène du meurtre. Ils l'identifient comme Daniel Zavitz. Lorsque Zavitz visionne des images du meurtre, il contacte immédiatement un journaliste pour faire connaître la bande. L'équipe de Reynolds intercepte l'appel et se précipite vers l'appartement de Zavitz. Celui-ci transfère la vidéo sur un disque et la cache dans une console de jeu NEC TurboExpress avant de s'enfuir. Il tombe sur Dean, son vieil ami de fac. Paniqué, Zavitz glisse le disque dans le sac de courses de Dean à son insu. Il se heurte à la trajectoire d'un camion de pompiers venant en sens inverse et est tué sur le coup, tandis que Reynolds fait assassiner le contact journaliste de Zavitz.

Après que l'équipe de Reynolds a identifié Dean et que Zavitz lui a glissé le disque, ils lui rendent visite déguisés en flics. Lorsque Dean refuse de les laisser fouiller ses affaires, les agents croient à tort qu'il retient sciemment le disque. Ils entrent par effraction dans la maison de Dean pendant que lui et sa famille sont sortis et installent des micros sur ses vêtements et ses effets personnels. Ils diffusent également de fausses preuves que Dean blanchit de l'argent par l'intermédiaire de son entreprise pour Pintero et a une liaison avec Rachel. Le subterfuge détruit la vie de Dean : il est renvoyé de son cabinet d'avocats, ses comptes bancaires sont gelés dans l'attente d'une enquête fédérale et sa femme, Carla, le met à la porte. Dean demande à Rachel de contacter Brill pour obtenir de l'aide. Reynolds intercepte l'appel et envoie un de ses hommes se faire passer pour Brill. Le vrai Brill sauve Dean et l'avertit que la NSA est responsable et tente de ruiner sa vie. Après que Dean a réussi à échapper à l'équipe, il est horrifié de trouver Rachel abattue chez elle pour la faire taire et qu'ils tentent de l'accuser du meurtre.

Dean trouve le disque et le montre à Brill, qui identifie Reynolds. Les agents de la NSA attaquent la cachette de Brill alors que lui et Dean s'échappent mais le disque est détruit lorsque Brill est obligé de déclencher des explosifs. Brill révèle qu'il est en réalité Edward Lyle, un ancien expert en communication de la NSA en poste en Iran pendant la révolution iranienne. Son partenaire, le père de Rachel, a été tué, mais Lyle s'est échappé et travaille secrètement depuis, employant Rachel comme coursier pour veiller sur elle. Lyle exhorte Dean à commencer une nouvelle vie, mais il insiste pour laver son nom. Dean et Lyle suivent Sam Albert, un partisan clé du projet de loi, et enregistrent une bande vidéo de lui avec sa maîtresse. Dean et Lyle cachent un appareil d'écoute de la NSA dans la chambre d'hôtel d'Albert, sachant qu'il le trouvera. Lyle pirate ensuite le compte bancaire personnel de Reynolds et dépose de grosses sommes d'argent pour donner l'impression qu'il est payé pour faire chanter Albert.

Une réunion est organisée avec Reynolds pour échanger la vidéo afin que Reynolds puisse être amené à s'incriminer. Les hommes de Reynolds tendent plutôt une embuscade à la réunion et tiennent Lyle et Dean sous la menace d'une arme, exigeant la bande. Dean, anticipant cela, ment et dit que les preuves sont cachées au restaurant de Pintero, qui est actuellement sous surveillance du FBI. Il trompe ensuite Pintero et Reynolds en leur faisant croire que l'autre homme a la "bande". La rencontre dégénère immédiatement en une fusillade mortelle au corps à corps lorsqu'un gangster tire dans le dos d'un agent de la NSA ; Pintero, ses hommes, Reynolds et les agents sont tous tués. Au cours de cette épreuve, Lyle envoie au FBI un flux en direct de l'incident pour déclencher un raid sur le restaurant avant de se déguiser. Dean est sauvé et le complot est révélé.

Le Congrès abandonne le projet de loi pour éviter le scandale, tandis que la NSA exécute une dissimulation des actions de Reynolds. Dean est innocenté de toutes les accusations et se réconcilie avec Carla. Lyle envoie à Dean un message "d'adieu" via sa télévision, se montrant partiellement en train de se détendre sur une île tropicale avec son chat.

Fiche technique modifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution modifier

Production modifier

Genèse et développement modifier

En 1991, les producteurs Don Simpson et Jerry Bruckheimer commencent à développer ce projet[3]. David Marconi passe plus de deux ans à développer son script sous. Séduit par ce dernier, Oliver Stone exprime son envie de réaliser le film. Jerry Bruckheimer préfère cependant engager Tony Scott avec lequel il a déjà collaboré par le passé[4]. Plusieurs scénaristes comme Aaron Sorkin, Henry Bean et Tony Gilroy interviennent comme script doctors non crédités au générique[5].

Attribution des rôles modifier

Le rôle de Robert Clayton Dean a été proposé entre autres à Sylvester Stallone, Mel Gibson, George Clooney et Tom Cruise, qui devait ainsi retrouver Tony Scott, après Top Gun (1986) et Jours de tonnerre (1990). Ce dernier a cependant dû décliner, car le tournage d’Eyes Wide Shut s'éternisait[3].

Alors que Sean Connery était envisagé, Gene Hackman a, quant à lui, mis du temps à accepter le rôle d'Edward « Brill » Lyle : il a fini par se laisser convaincre par Tony Scott, qui l'avait déjà dirigé dans USS Alabama[3].

Tom Sizemore et Seth Green, qui incarnent respectivement les mafieux Pintero et Shelby ne sont pas, pour une raison inconnue, crédités au générique de fin.

Tournage modifier

Le tournage a lieu à Baltimore dans le Maryland, à Pasadena et Los Angeles en Californie et à Washington[6].

Musique modifier

Enemy of the State

Bande originale de Harry Gregson-Williams et Trevor Rabin
Sortie
Durée 54:04
Genre musique de film
Compositeur Harry Gregson-Williams, Trevor Rabin
Label Hollywood Records
Critique

La musique du film est composée par Harry Gregson-Williams et Trevor Rabin.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Main Title 2:00
2. Enemy Of The State (Main Theme) 2:55
3. Brill's Theme 3:28
4. The Ferry 1:16
5. Hotel Chase Part 2 3:45
6. Zavitz Chase Part 1 2:02
7. NSA Research 2:35
8. Brill And Dean Meet 4:13
9. Free Ferry 0:37
10. Nanny Drive 1:32
11. Final Confrontation 8:43
12. Coal Yard Part 1 3:42
13. Face To Face 3:09
14. The Tunnel Part 1 1:57
15. Coal Yard Part 2 4:53
16. Rachel's Found Dead 5:18
17. Wish You Were Here 1:59

Accueil modifier

Critique modifier

Le film reçoit des critiques plutôt positives dans la presse. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 72% d'opinions favorables pour 85 critiques et une note moyenne de 6,410. Le consensus suivant résume les critiques compilées par le site : « Un thriller divertissant et d'actualité qui trouve le réalisateur Tony Scott en pleine forme et Will Smith confirmant son statut de tête d'affiche d'action[8] ». Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 67100 pour 22 critiques[9].

En France, le film obtient une note moyenne de 3,45 sur le site AlloCiné, qui recense 10 titres de presse[10].

Box-office modifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis,   Canada 111 549 836 $[1] [11] 20[11]
  France 2 063 752 entrées[12] - -

  Total mondial 250 849 789 $[1]

Distinctions modifier

Récompenses modifier

Nominations modifier

Version longue modifier

Une version longue, intitulée Unrated Extended Edition, est éditée en DVD. Elle contient environ 8 minutes de scènes supplémentaires ou rallongées[14],[15].

Autour du film modifier

La scène à Mt. Vernon Square où Dean et Rachel Banks sont écoutés à distance en place publique semble être un évident clin d'œil à Conversation secrète de Francis Ford Coppola, où une telle scène figure en introduction du film et lui sert de fil rouge. Cette impression est renforcée par la présence à l'affiche de Gene Hackman, qui ici comme dans Conversation secrète est un spécialiste des écoutes et occupe une cache dans un hangar désaffecté. De plus, lorsque l'on voit une photo « jeune » de Gene Hackman dans un dossier de la CIA, c'est une photo issue de Conversation secrète[3].

Notes et références modifier

  1. a b et c (en) « Enemy of the State », sur Box Office Mojo (consulté le )
  2. (en) Release info sur l’Internet Movie Database.
  3. a b c d et e (en) Trivia sur l’Internet Movie Database.
  4. « Writing ENEMY OF THE STATE, a talk with David Marconi-1999 », sur Scenario-vol-5-no-1-1999/page/118/mode/2up?view=theater/,
  5. « Enemy of the State (1998) » [archive du ], sur Motion State Review, (consulté le )
  6. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database.
  7. (en) « Harry Gregson-Williams / Trevor Rabin - Enemy of the State », sur AllMusic (consulté le ).
  8. (en) « Enemy of the State (1998) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  9. (en) « Enemy of the State Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  10. « Ennemi d'État - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le )
  11. a et b (en) « Enemy of the State - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le )
  12. « Ennemi d'État », sur JP's Box-office (consulté le )
  13. (en) Distinctions - Internet Movie Database
  14. (en) Alternate versions sur l’Internet Movie Database.
  15. (en) Enemy of the State - Comparison: Theatrical Version / Unrated - Movie-Censorship.com

Annexes modifier

Bibliographie modifier

  • Jacques Morice, « Ennemi d'état», Télérama no 3284-3285,Télérama SA, Paris, p. 127, , (ISSN 0040-2699)

Articles connexes modifier

Liens externes modifier