Ouvrir le menu principal

Dennis Skinner

homme politique britannique

Dennis Skinner
Illustration.
Dennis Skinner en 2011.
Fonctions
Député britannique
En fonction depuis le
(49 ans, 3 mois et 3 jours)
Élection 18 juin 1970
Réélection 28 février 1974
10 octobre 1974
3 mai 1979
9 juin 1983
11 juin 1987
9 avril 1992
1er mai 1997
7 juin 2001
5 mai 2005
6 mai 2010
7 mai 2015
8 juin 2017
Circonscription Bolsover
Législature 45e, 46e, 47e, 48e, 49e, 50e, 51e, 52e, 53e, 54e, 55e, 56e et 57e
Groupe politique Travailliste
Prédécesseur Harold Neal
Biographie
Nom de naissance Dennis Edward Skinner
Date de naissance (87 ans)
Lieu de naissance Clay Cross, Angleterre (Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique Parti travailliste

Dennis Edward Skinner, né le [1] à Clay Cross (Derbyshire)[2], est un homme politique et syndicaliste britannique. Travailleur des mines de charbon, il est élu député de la circonscription de Bolsover à la Chambre des communes en 1970, et est membre du Comité exécutif national du Parti travailliste de 1979 à 2010 — président du au  — avec quelques brèves interruptions[3]. Skinner est l'une des figures marquantes de l'aile gauche du parti, défendant la cause socialiste et rejetant le New Labour de Tony Blair[4]. En 2002, la BBC le juge comme étant « l'un des députés les plus célèbres du pays »[5], notamment connu pour ses prises de position républicaines.

BiographieModifier

Il naît le troisième de neuf enfants dans une famille pauvre de la classe ouvrière. Son père est mineur et syndicaliste militant. Lorsque son père est au chômage durant la Grande Dépression (crise de 1929), sa mère lave le linge d'un commerçant du quartier afin de pouvoir nourrir sa famille. Dennis Skinner obtient d'excellents résultats à l'école. Il passe avec succès l'examen d'entrée pour une grammar school (école publique secondaire sélective), qu'il intègre à l'âge de dix ans, avec un an d'avance sur ses camarades. À l'issue de sa scolarité, à l'âge de 17 ans, écartant la possibilité d'aller à l'université, il travaille comme son père dans les mines de charbon du Derbyshire pendant vingt ans[1],[4],[6],[7],[8]. Il adhère au Parti travailliste en 1956[4]. Syndicaliste, il devient en 1964 le plus jeune président de l'Union nationale des mineurs du Derbyshire[9]. Il est élu député lors des élections législatives de juin 1970, qui portent au poste de Premier ministre le conservateur Edward Heath.

À la suite de son élection, il continue un temps à travailler comme mineur, mais est également l'un des députés les plus assidus[6]. Il décide par la suite que, étant rémunéré comme député, il se doit d'en faire son unique emploi, et s'y consacre pleinement[10]. Lorsque éclate en 2009 le scandale des dépenses des députés, la presse se penche sur les comptes de chaque député. Le journal conservateur The Daily Telegraph révèle que Skinner est le deuxième député le moins dépensier de l'argent public, derrière le conservateur Philip Hollobone), et qu'il est par ailleurs le député le plus assidu au Parlement[11].

Il est perçu comme l'un des derniers représentants des valeurs et convictions d'origine du parti, un mouvement ouvrier et syndical, fermement ancré à gauche, avant la mutation centriste du parti dans les années 1990[4]. À l'instar de son ami Tony Benn (aux origines sociales très différentes mais aux engagements politiques similaires), il est une figure nationale renommée, défendant âprement et avec conviction des positions devenues très minoritaires[6]. En 1977, alors que le Parlement rend hommage à l'ancien Premier ministre conservateur Anthony Eden qui vient de décéder, Skinner se lève pour parler des victimes d'accidents du travail dans les mines et du très faible dédommagement financier qu'obtiennent les veuves de mineurs. Il est hué par les députés conservateurs, et critiqué par la presse de droite, qui reprend le qualificatif dont l'affuble le député conservateur Andrew Faulds : Skinner est « la bête de Bolsover » (the Beast of Bolsover). Ce surnom lui reste, témoignant, selon The Guardian, de son « indépendance d'esprit obstinée »[9],[12]. Il s'assoit toujours sur les premiers bancs des backbenchers — « simple députés » — travaillistes, d'où, figure pérenne du Parlement depuis plus de quarante ans, il participe activement aux débats et interpelle ses adversaires. Il est connu pour son sens de la répartie, parfois virulent. Au cours de sa carrière, il lui est ordonné une dizaine de fois de quitter l'enceinte de la Chambre des communes pour avoir insulté l'un de ses pairs ; il accuse par exemple Jim Prior, chargé de l'Emploi en 1980 dans le cabinet de Margaret Thatcher, d'être le « ministre du chômage », le chômage connaissant alors un essor spectaculaire[9],[10], ou, le 11 avril 2016, surnomme le Premier ministre David Cameron « Dodgy Dave » (traduisible par « Dave l'esquive ») alors qu'il exige de celui-ci une réponse plus claire sur son implication dans le scandale des Panama Papers[13]. En 2012, ce dernier qualifie Skinner de « dinosaure » de la politique, avant de s'excuser[9].

Dans les années 1970 et 1980, le Parti travailliste compte de nombreux eurosceptiques. Dennis Skinner (avec Tony Benn) est l'un de ceux qui font campagne sans succès pour le « non » lors du référendum de 1975 sur le maintien du Royaume-Uni dans la Communauté économique européenne[14]. La position du parti ayant changé, il est aujourd'hui l'un des rares eurosceptiques de gauche. Dans les années 2010, il appelle, au côté de nombreux conservateurs, à un nouveau référendum permettant au Royaume-Uni de quitter l'Union européenne[14]. Il perçoit en effet l'Union européenne comme une « institutionnalisation des principes capitalistes »[5]. Partisan donc du Brexit, lors d'un vote sur une motion indicative à la Chambre des communes le 27 mars 2019 il est l'un des trois seuls députés travaillistes (avec Ronnie Campbell et Kate Hoey) à voter en faveur d'une sortie sans accord de l'Union européenne le 12 avril - motion rejetée par 400 députés, principalement travaillistes, contre 160[15],[16].

Après la mort de Gerald Kaufman en février 2017, Dennis Skinner devient le doyen des députés, à 85 ans, et l'un des deux derniers députés à siéger depuis 1970, avec le conservateur Ken Clarke[17],[18].

Interventions lors de la cérémonie d'ouverture du ParlementModifier

Outre sa défense du socialisme et des intérêts des classes ouvrières, il est républicain, partisan de l'abolition de la monarchie - une prise de position très minoritaire au Royaume-Uni, y compris au sein du Parti travailliste[4]. Partisan également de l'abolition de la Chambre des lords, il refuse chaque année de quitter les bancs des Communes pour aller écouter, à la Chambre des lords, le discours de la reine qui marque l'ouverture d'une nouvelle session parlementaire[10]. Il a toutefois agrémenté d'une nouvelle tradition le cérémoniel de cette procédure. Chaque année, le Gentilhomme huissier de la verge noire entre dans la Chambre des communes pour ordonner aux députés de venir entendre le discours de la reine (rédigé par le gouvernement). D. Skinner profite de l'occasion pour lancer un trait d'humour, provoquant les rires des députés au sein de ce moment ordinairement solennel. Le New Statesman, en 2013, a estimé que ces interventions de Dennis Skinner (souvent à connotation républicaine) font désormais partie intégrante des traditions composant la Constitution britannique[19]. Parmi ses traits d'esprit[19] :

  • « C'est pour vous que sonne le glas, Maggie ! » (1990) : allusion littéraire au poète John Donne, à l'adresse du premier ministre Margaret Thatcher, qui est sur le point de démissionner ;
  • « Dites-lui de lire The Guardian » (2000) : allusion à la campagne que mène alors ce journal en faveur d'une république ;
  • « Elle a bien fermé la porte derrière elle ? » (2003) : allusion à une série récente d'entrées par effraction dans le palais de Buckingham ;
  • « Helen Mirren est-elle prête ? » (2006) : en référence à l'actrice incarnant la reine dans le film The Queen ;
  • « Année de jubilé, de nouveau la récession, ça commence bien ! » (2012) : référence au Jubilé de diamant d'Élisabeth II, ainsi qu'à la crise économique mondiale ;
  • « Le Royal Mail (postes britanniques) mis en vente, la tête de la reine est privatisée ! » (2013) : référence au fait que les timbres-poste au Royaume-Uni sont à l'effigie de la reine ;
  • « Baroud d'honneur pour la coalition » (2014)[20] : cette ouverture du Parlement étant la dernière pour le gouvernement Cameron avant les élections législatives de 2015 ;
  • « Mettez les patins : la première course est à 14h30 » (2017) : suggérant aux députés de se hâter d'aller entendre le discours de la reine, pour qu'elle puisse se rendre ensuite à l'hippodrome d'Ascot, l'un de ses passe-temps favoris[21].

En 2015, il est silencieux durant le cérémonial (pour la première fois depuis 2002[22]), bien qu'assis à sa place coutumière sur le premier banc des simples députés de l'opposition. Il est le seul simple député à avoir, par tradition, un siège réservé dans cette chambre où les sièges ne sont pas nominatifs[23],[24]. En 2016, plutôt qu'un trait d'humour, il déclame simplement : « Pas touche à la BBC ! », en référence aux restrictions budgétaires et aux réformes imposées par le gouvernement Cameron au service public audiovisuel. Le micro au-dessus de son siège est allumé pour l'occasion et ses paroles sont clairement audibles et saluées sur les bancs de l'opposition[25],[26].

Liens externesModifier

Sites webModifier

VidéosModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) "Dennis Skinner at 80", The Guardian, 12 février 2012.
  2. (en) "MP Dennis, the Beast who's never lost his bite", Derby Telegraph, 17 novembre 2010.
  3. (en) "Mr Dennis Skinner MP", Parlement du Royaume-Uni
  4. a b c d et e (en) "Dennis Skinner MP: 'To Be a Socialist, You Have to Be an Optimist'", Huffington Post, 11 novembre 2013.
  5. a et b (en) "Dennis Skinner", BBC, 21 octobre 2002.
  6. a b et c (en) "Dennis Skinner MP: Incorruptible and Unapologetic", Huffington Post, 27 juillet 2012.
  7. (en) "Profile: The beast that roars from the pits: Dennis Skinner MP, incorruptible class act", The Independent, 12 décembre 1992
  8. (en) "Principled Skinner rises above the fray", The Independent, 28 mai 2012.
  9. a b c et d (en) "Dennis Skinner at 80: still awkward after all these years", The Guardian, 11 février 2012.
  10. a b et c (en) "Dennis Skinner: a life in politics", Derby Telegraph, 13 avril 2009.
  11. (en) "Best and worst value MPs revealed", The Daily Telegraph, 4 avril 2009.
  12. (en) "Dennis Skinner", The Guardian, 20 mars 2001.
  13. (en-GB) Source: Reuters, « Dennis Skinner suspended for 'dodgy Dave' comments – video », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 12 avril 2016).
  14. a et b (en) "EU referendum debate: Key quotes", BBC News, 5 juillet 2013.
  15. (en) "How did my MP vote on a second referendum?", The New European, 27 mars 2019
  16. (en) "EU Withdrawal and Future Relationship Votes — Motion (B) — Leave Without a Deal on 12 April 2019", They Work for You
  17. (en) "Labour’s Dennis Skinner at 83: ‘Father of the House? You must be joking’", The Guardian, 2 mai 2015.
  18. (en) "What does Father of the House of Commons mean and who is the new one?", Metro, 27 février 2017.
  19. a et b (en) "Dennis Skinner's best Queen's Speech jokes", New Statesman, 8 mai 2013
  20. (en) "Bolsover MP Dennis Skinner interrupts the Queen’s Speech – again", Derbyshire Times, 4 join 2014
  21. (en) "Queen's Speech: Brexit bills dominate government agenda", BBC News, 21 juin 2017
  22. (en) "No Heckle From Dennis Skinner At The Start Of The Queen's Speech - Are SNP To Blame?", Huffington Post, 27 mai 2015.
  23. (en) "Scottish nationalists are 'behaving like goons' in the House of Commons, says longest-serving MP", The Independent, 22 mai 2015.
  24. (en) "Dennis Skinner explains lack of Queen's speech quip: 'I was fighting Scots Nats'", The Guardian, 27 mai 2015.
  25. (en) "Pomp and ceremony for Queen's Speech", BBC News, 18 mai 2016
  26. (en) "Dennis Skinner gag: Veteran Labour MP tells Black Rod 'hands off the BBC'", The Independent, 18 mai 2016.