Parti vert de l'Angleterre et du pays de Galles

principal parti politique écologiste du Royaume-Uni implant en Angleterre et au Pays de Galles, qui fait partie du Parti vert européen
Parti vert de l'Angleterre et du pays de Galles
(en) Green Party of England and Wales
(cy) Plaid Werdd Cymru a Lloegr
Image illustrative de l’article Parti vert de l'Angleterre et du pays de Galles
Logotype officiel.
Présentation
Leader Siân Berry et Jonathan Bartley (en)
Fondation
Siège The Biscuit Factory
Unit 215 J Block
100 Clements Road
Londres, SE16 4DG
Successeur du Parti vert de Grande-Bretagne
Positionnement Gauche[1],[2]
Idéologie Écologie politique[3]
Progressisme[4]
Europhilie[5]
Républicanisme[6]
Affiliation européenne Parti vert européen
Affiliation internationale Les Verts mondiaux
Adhérents 50 000 (2019)[7]
Couleurs Vert
Site web greenparty.org.uk
Représentation
Chambre des communes
1 / 650
Chambre des lords
2 / 795
Parlement gallois
0 / 60
Assemblée de Londres
2 / 25
Gouvernement local
349 / 19 698

Le Parti vert de l’Angleterre et du pays de Galles (en anglais : Green Party of England and Wales et en gallois : Plaid Werdd Cymru a Lloegr), est le principal parti politique écologiste du Royaume-Uni, implanté en Angleterre et au Pays de Galles. Il fait partie du Parti vert européen et a signé, avec les autres partis verts, la Charte des Verts mondiaux. Il est représenté à la Chambre des Communes par Caroline Lucas, et des députés verts sont élus au Parlement européen et à l'Assemblée de Londres.

HistoireModifier

Le Parti vert de l'Angleterre et du pays de Galles trouve ses origines dans le Parti GENS (People Party)[8], devenu le Parti écologique (The Ecology Party) en 1975, et enfin le Parti vert en 1985 (Green Party), après l'absorption de la petite formation Alliance verte (créée en 1978). Les difficultés que rencontre le Parti vert à croître, notamment en raison du mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour en vigueur pour les élections législatives, le pousse à adopter une programme très écologiste, tandis que les membres plus modérés rejoignent d'autres partis pour faire avancer leurs idées, notamment les Libéraux-démocrates[9].

Dans les années 1990, les membres écossais et nord-irlandais du Parti vert ont décidé d'un commun accord avec les membres anglais et gallois, de fonder leurs propres partis, le Parti vert écossais (Scottish Green Party) et le Parti vert d'Irlande du Nord (Green Party). De plus, le Parti vert du pays de Galles est devenu un parti régional autonome au sein Parti vert de l'Angleterre et du pays de Galles.

L'introduction d'un mode de scrutin proportionnel pour les élections européennes en 1999 a permis aux Verts d'obtenir depuis des élus au Parlement européen, et d'obtenir des scores bien supérieurs à ceux réalisés lors des élections générales.

Les élections générales de 2010 ont vu l'élection pour la première fois d'un membre des Verts au Palais de Westminster, Caroline Lucas, alors dirigeante du parti, remportant la circonscription de Brighton Pavilion.

De plus le parti bénéficie d'une importante implantation et d'élus locaux dans les villes de Brighton, Oxford, Lancaster, Norwich et à Londres.

Le Parti vert de l'Angleterre et du pays de Galles a en outre été représenté par l'un de ses membres à la Chambre des lords, lord Beaumont de Whitley, de 1999 à sa mort en 2008.

IdéologieModifier

OrganisationModifier

Jusqu'en 2008, le Parti vert ne possédait pas de président, pour des raisons idéologiques ; son organisation prévoyant alors deux principaux orateurs, un homme et une femme.

La direction du Parti vert a les fonctions suivantes : siège, politique, campagnes, élections, communications externes, appui local du parti, gestion, international, publications et finances. Le siège est l'organe principal vis-à-vis de la Commission électorale ; il est actuellement dirigé par Richard Mallender, conseiller à Brighton et Hove.

Selon les comptes 2004 étudiés par la Commission électorale, le Parti vert comptait 6 281 adhérents en fin d'année (alors qu'il comptait environ 20 000 militants en 1990). Son budget s’élève à environ un demi-million de livres (dont 86 794 £ pour le fonctionnement et le personnel).

DirigeantsModifier

Présidents (depuis 2008)Modifier

Résultats électorauxModifier

Élections générales britanniquesModifier

Résultats présentés à l'échelle de l'Angleterre et du pays de Galles.

Année % Mandats Opposition
1992 0,5
0 / 562
Extra-parlementaire
1997 0,2
0 / 569
Extra-parlementaire
2001 0,6
0 / 569
Extra-parlementaire
2005 1,0
0 / 569
Extra-parlementaire
2010 1,0
1 / 573
Opposition
2015 3,8
1 / 573
Opposition
2017 1,6
1 / 573
Opposition
2019 2,7
1 / 573
Opposition

Élections parlementaires galloisesModifier

Année Circonscriptions Régions Rang Mandats
Voix % Sièges Voix % Sièges
1999 1 002 0,1
0 / 20
25 858 2,5
0 / 20
5e
0 / 60
2003 30 028 3,5
0 / 20
5e
0 / 60
2007 33 803 3,5
0 / 20
7e
0 / 60
2011 1 514 0,2
0 / 40
32 649 3,4
0 / 20
6e
0 / 60

Élections européennesModifier

Résultats présentés à l'échelle de l'Angleterre et du pays de Galles.

Année % Mandats Groupe
1994 3,1
0 / 76
1999 6,3
2 / 76
Verts/ALE
2004 6,3
2 / 68
Verts/ALE
2009 8,1
2 / 63
Verts/ALE
2014 6,9
3 / 64
Verts/ALE
2019 11,8
7 / 64
Verts/ALE

Parlementaires actuelsModifier

Le Parti vert dispose de[10] :

Notes et référencesModifier

  1. (en) Nigel Morris, « Election 2015: The Green Party want to give disgruntled left-wing voters a new voice », sur The Independent, .
  2. (en) Ryan Bakker, Seth Jolly et Jonathan Polk, « Mapping Europe’s party systems: which parties are the most right-wing and left-wing in Europe? », London School of Economics / EUROPP – European Politics and Policy (consulté le 25 septembre 2015)
  3. (en) Wolfram Nordsieck, « United Kingdom », sur www.parties-and-elections.eu (consulté le 24 mai 2018).
  4. (en) « Green Party of England and Wales elects new leaders », sur europeangreens.edu, European Green Party (consulté le 31 mars 2017)
  5. (en) Rowena Mason, « Green party 'loud and proud' about backing Britain in Europe », sur theguardian.com, (consulté le 24 mai 2018).
  6. (en) « The Green Party Public Administration Policies », sur policy.greenparty.org.u (consulté le 1er mai 2018)
  7. (en) « BREAKING: Green Party membership hits 50,000 » (consulté le 10 mars 2021).
  8. (en) « Another Green World: green party hist ch1, pt 2 », sur another-green-world.blogspot.com, (consulté le 11 décembre 2019)
  9. (en) Dick Richardson et Chris Rootes, The Green challenge : the development of Green parties in Europe, Routledge, (ISBN 0-415-10649-4, 978-0-415-10649-8 et 0-415-10650-8, OCLC 30319507, lire en ligne), p. 10-11
  10. (en) « Our People », sur www.greenparty.org.uk (consulté le 11 décembre 2019)

Voir aussiModifier