Ouvrir le menu principal

Classe ouvrière

classe sociale
Mécanicien travaillant sur une pompe à vapeur, Lewis Hine, 1920.

La notion de classe ouvrière, qui est d'abord une notion politique, se détermine par l'appartenance de fait à la catégorie sociale des prolétaires, ceux qui ne disposent pas de la propriété des moyens de production et doivent vendre leur force de travail pour vivre.

DéfinitionsModifier

Lorsque le concept a été pensé au début du XIXème siècle par les socialisme utopique , les anarchisme et les marxisme, les choses paraissaient simples : la classe ouvrière se résumait aux ouvriers, c'est-à-dire aux travailleurs manuels, spécialement de l'industrie, mais aussi de l'agriculture, des mines, du bâtiment et de l'artisanat qui travaillent dans des conditions souvent très difficiles voire létales.

L'historien anglais Edward Palmer Thompson présente une classe ouvrière partie prenante de sa formation. À sa suite, d'autres historiens ont découvert une classe ouvrière qui influe sur sa propre identité et sur sa destinée dans une dimension politique, notamment au cours des révolutions, par exemple la révolte des canuts. Cette influence se marque aussi en termes de valeurs : les attentes des ouvriers et ouvrières ne sont pas si utopiques que le disent leurs opposants, mais s'ancre dans le réalité. Ils ou elles recherchent l'autonomie, se créent une culture, démarches par lesquelles se crée de la liberté. Leur condition matérielle, surtout au moment de leur émergence (au début du 19ème siècle), n'était pas forcément dramatique, et n'est pas comparable à celle de l'ouvrier moderne ; elle était organisée autour d'un métier, métier qu'il vont chercher à sauvegarder et adapter, pour protéger leur savoir-faire, leurs codes moraux, leur solidarité. Leur condition ne deviendra difficile qu'avec l'apparition des manufactures concentrées. [1]

Les évolutions techniques et sociales au cours du XXe siècle concourent à déplacer une partie des forces prolétaires sur des tâches correspondant à des fonctions tertiaires :

  • Dans les entreprises industrielles, les métiers ouvriers ont connu des évolutions, distendant en particulier le lien entre travail et production directe, la division des tâches, compte tenu de l'automatisation des processus de production. Les postes tertiaires (liés par exemple à l'entretien, à la maintenance, à la logistique...) se multiplient dans les usines ou entreprises liées à chaque secteur de la production.
  • La classe ouvrière d'aujourd'hui va du manœuvre au scientifique et se retrouve largement du simple employé au cadre supérieur et ce plus ou moins dans tous les secteurs de la production, des transports, des services en passant par le commerce, sans oublier l'associatif, qu'ils soient privés ou publics [2].
  • La fonction publique compte un certain nombre d'ouvriers, au sens de travailleurs manuels et nommés aussi techniciens, notamment dans les collectivités locales, dans les établissements scolaires ou hospitaliers ainsi que dans l'entretien des infrastructures générales.

StatistiquesModifier

 
Les raboteurs de parquet, tableau de Gustave Caillebotte (1875).

Sans considérer l'appartenance de fait, des sociologues abordent cette notion contradictoirement, en étudiant le sentiment d'appartenance ou non à la classe ouvrière, épiphénomène socio-historique confusant, voire aliénant - ce qui va du fait de ne pas avoir clairement conscience qu'on fait partie de la classe ouvrière, jusqu'au déni (endogène ou exogène) de ce statut social -. Par exemple, selon un sondage mené en 2003 auprès de personnes de plus de 18 ans en France :

Sentiment d’appartenir à une classe sociale et situation par rapport à l’emploi[3]
À quelle classe avez vous le sentiment d'appartenir ?
Classe ressentie Actifs ayant un emploi Retraités Ensemble des adultes
Classe moyenne 42 % 36 % 40 %
Classe ouvrière 24 % 24 % 23 %
Bourgeoisie 3 % 7 % 4 %
Classe défavorisée 7 % 7 % 8 %
Classe privilégiée 8 % 5 % 8 %
Un groupe professionnel 11% 11 % 9 %
Un groupe social 2 % 3 % 2 %
Autre 3 % 7 % 6 %

Notes et référencesModifier

  1. Ludovic Frobert, Les Canuts ou la démocratie turbulente, Lyon, , 2e éd., 223  p. (ISBN 978-2-917659-60-1, notice BnF no FRBNF45337511), p. 15 
  2. En France, selon la Nomenclature des Activités Françaises définie par l'INSEE.
  3. Source, Insee première, extrait de « Histoire de vie - Construction des identités », 2003, Insee.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Les grandes luttes de la France ouvrière, Alain Rustenholz, Éditions Les Beaux Jours, 2008
  • Michel Pialoux et Stéphane Beaud, Retour sur la condition ouvrière : Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Fayard,
  • Richard Hoggart, La culture du pauvre [« The Uses of Literacy:Aspects of Working Class Life »], Éditions de Minuit, , 424 p. (ISBN 978-2707301178)
  • Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Éditions Raisons d’agir, Paris, 2019, 546 pages.

VidéographieModifier

  • Les Prolos, documentaire de Marcel Trillat sur la classe ouvrière contemporaine en France