Ouvrir le menu principal

Championnat de Russie de football

compétition de football
Ne doit pas être confondu avec Championnat d'URSS de football.
Championnat de Russie de football
(ru) Чемпионат России по футболу
Description de l'image Russian Premier League Logo.png.
Généralités
Sport FootballVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 1992 : Ligue suprême
1998 : Division suprême
2001 : Première Ligue
Organisateur(s) Première Ligue russe (ru) (RPL)
Périodicité Annuelle
Nations Drapeau de la Russie Russie
Participants 16 équipes
Statut des participants Professionnel
Site web officiel premierliga.ru
Hiérarchie
Hiérarchie 1er niveau
Niveau inférieur Ligue nationale de football

Palmarès
Tenant du titre Zénith Saint-Pétersbourg
Plus titré(s) Spartak Moscou (10)
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Russie Oleg Veretennikov (143)
Plus d'apparitions Drapeau : Russie Sergueï Ignachevitch (489)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la dernière compétition voir :
Championnat de Russie de football 2019-2020

Le championnat de Russie de football (en russe : чемпионат России по футболу) aussi appelé Première Ligue (russe : Премьер-Лига) est une compétition de football constituant la plus haute division du football russe. Il est organisé par la Première Ligue russe (russe : Российская премьер-лига) et se compose de seize équipes.

La première édition du championnat de Russie est lancée en mars 1992, trois mois après la dissolution de l'URSS en décembre 1991, et s'appelle alors Ligue suprême (russe : Высшая Лига). Il est par la suite renommé Division suprême (russe : Высший Дивизион) en 1998 puis enfin Première Ligue depuis 2001, du nom de l'entité qui prend au même moment le contrôle de l'organisation du championnat.

Entre 1992 et 2010, les saisons du championnat suivent un calendrier « printemps-automne » sur une seule année, généralement entre mars et novembre. Ce format est changé à partir de la saison 2011-2012 qui voit la compétition passer à un calendrier « automne-printemps » à cheval sur deux années, plus répandu dans les championnats d'Europe occidentale, et démarrant généralement en juillet pour se finir au mois de mai de l'année suivante avec une trêve hivernale de trois mois entre décembre et mars en raison des conditions climatiques.

L'actuel tenant du titre est le Zénith Saint-Pétersbourg qui remporte son cinquième titre de champion à l'issue de la saison 2018-2019. Le Spartak Moscou compte quant à lui le plus grand nombre de titres de champion avec dix championnats remportés.

Sommaire

HistoireModifier

La Ligue suprême est créée en 1992 à la suite du démantèlement de l'Union soviétique. Elle regroupe alors les six clubs russes présents dans l'ancienne Ligue suprême soviétique (Spartak Moscou, Dynamo Moscou, Torpedo Moscou, Lokomotiv Moscou, CSKA Moscou et Spartak Vladikavkaz) ainsi que quatorze autres clubs issus des divisions inférieures[1].

La première édition de ce nouveau championnat débute en mars 1992 sous la forme d'une compétition en deux phases : lors de la première, les équipes sont divisées en deux groupes de dix, les quatre premiers de chaque groupe sont qualifiées pour la poule de championnat, afin de déterminer le champion et les qualifications européennes, tandis que les autres sont repêchés dans le groupe relégation. Le championnat adopte par la suite un format à groupe et phase unique tandis qu'entre 1992 et 1994, le nombre d'équipes participantes passe de vingt à dix-huit puis à seize, nombre qui n'a plus changé depuis en-dehors des saisons 1997 et 1998[1].

Le Spartak Moscou remporte la quasi-intégralité des éditions du championnat entre 1992 et 2001, le Spartak-Alania Vladikavkaz étant la seule autre équipe à l'emporter à l'issue de la saison 1995.

À partir de la saison 2001, la compétition voit son organisation passer de la Ligue de football professionnelle russe à la Première Ligue russe qui décide de renommer le championnat Première Ligue par la même occasion[1]. Ce changement d'organisation a pour but d'offrir aux équipes du championnat une indépendance plus grande. Il coïncide par ailleurs avec la fin de l'hégémonie du Spartak Moscou, qui est successivement remplacé par la doublette CSKA et Lokomotiv Moscou entre 2002 et 2006 puis par le Zénith Saint-Pétersbourg et le Rubin Kazan entre 2007 et 2012. Les années 2010 voient également les clubs russes remporter deux compétitions européennes avec les victoires du CSKA Moscou et du Zénith Saint-Pétersbourg en Coupe UEFA en 2005 et 2008 respectivement.

Depuis la réforme du calendrier du championnat lors de la saison 2011-2012, l'hégémonie de la compétition est principalement disputée entre le CSKA Moscou et le Zénith Saint-Pétersbourg qui se partagent six des sept derniers titres de champion. La saison 2016-2017 voit le Spartak Moscou retrouver sa couronne perdue en 2001 en remportant son dixième titre de champion de Russie, tandis que le Lokomotiv Moscou fait également son retour sur le devant de la scène la saison suivante en remportant son premier titre de champion depuis 2004.

Format de la compétitionModifier

Règles de classementModifier

Les seize équipes s'affrontent chacune à deux reprises, à domicile et à l'extérieur, pour un total de trente rencontres. La victoire rapporte trois points (deux entre 1992 et 1994) tandis qu'un match nul en donne un seul et une défaite aucun. La grandeur du territoire russe et le nombre généralement élevé d'équipes issues de la Russie européenne amène régulièrement à des aménagements de calendrier pour les équipes situées dans la partie asiatique du territoire, qui sont amenées à se déplacer moins régulièrement.

Si deux équipes possèdent le même nombre de points, elles sont départagées par rapport aux confrontations directes : points, différence de buts, et buts inscrits à l'extérieur ; le critère suivant est le nombre de victoires acquises au cours de la saison, puis la différence de buts générale, le nombre de buts marqués et le nombre de buts marqués à l'extérieur. Si l'égalité persiste, une rencontre d'appui entre les équipes concernées est organisée[1].

À l'issue d'une saison de championnat, les deux derniers clubs au classement sont directement relégués en deuxième division. Des barrages de promotion-relégation font leur apparition lors la saison 2011-2012, qui voient les deux plus mauvaises équipes non-reléguées prendre part à un barrage aller-retour face au deux meilleures équipes non-promues de la deuxième division dont le vainqueur est maintenu ou promu en première division au détriment de l'autre[1].

CalendrierModifier

Le championnat suit un calendrier de type estival jusqu'en 2010, se déroulant généralement entre mars et novembre d'une même année afin d'éviter d'évoluer durant le rugueux hiver russe, en adéquation avec la plupart des autres championnats d'Europe du Nord connaissant les mêmes contraintes climatiques.

Ce format est altéré en 2011, qui voit une transition vers un calendrier « automne-printemps » plus proche des championnats d'Europe occidental, la fédération russe justifiant ce changement par la volonté de « mener le football russe à un meilleur niveau en synchronisant notre calendrier avec le calendrier européen »[2]. La saison 2011-2012 sert ainsi de saison de transition, avec un championnat étalé sur quinze mois au lieu de neuf, démarrant en mars 2011 pour se conclure en mai 2012, qui voit chaque équipe disputer un total de quarante-quatre matchs sur deux phases[1]. Le championnat retrouve son format habituel à partir de la saison suivante, qui applique désormais le calendrier actuellement utilisé démarrant en juillet pour se conclure au mois de mai de l'année suivante et comprenant une trêve hivernale de trois mois entre décembre et mars.

Qualifications européennesModifier

Jusqu'en 2010, du fait du calendrier sur une année se terminant au mois de novembre, les qualifications européennes acquises à l'issue de la saison n'étaient qualificatives que pour les compétitions européennes de la saison suivante qui démarrent entre juillet et septembre. De plus, la répartition des places qualificatives pour la saison en cours n'était établi qu'au mois de mai, soit deux mois après le début du championnat. Ces problèmes disparaissent lors du passage à un calendrier hivernal, calqué sur celui des compétitions européennes, où les places acquises à l'issue de la saison qualifient pour les compétitions de la saison suivante.

Depuis la saison 2017-2018, le championnat russe se voit attribuer deux places qualificatives directes pour la phase de groupes de la Ligue des champions ainsi qu'une place pour le troisième tour de qualification pour les trois premiers du championnat. Une place directe pour la phase de groupes de la Ligue Europa est également attribuée au vainqueur de la Coupe de Russie tandis que deux places pour le troisième tour de qualification sont attribuées au quatrième et au cinquième[1]. La place du vainqueur de la Coupe de Russie peut être réattribuée au championnat si celui-ci s'est déjà qualifié pour une compétition européenne d'une autre manière.

Limites sur les joueurs étrangersModifier

La question de l'introduction d'une limite aux joueurs étrangers dans les compétitions russes date de l'époque de l'Empire russe dès 1912, en raison notamment du grand nombre de Britanniques au sein des équipes de Moscou et Saint-Pétersbourg, ce qui conduit à la mise en place d'une limite à trois joueurs étrangers dès l'année suivante. Après la mise en place de l'Union soviétique, quasiment aucun joueur étranger ne prend part aux compétitions nationales jusqu'à l'arrivée en 1989 du Bulgare Tenyo Minchev au Krylia Sovetov Kouïbychev[3]. Après la disparition de l'Union soviétique et la mise en place des compétitions russes à partir de 1992, le nombre de joueurs étrangers augmente peu à peu au cours des années 1990, ceux-ci venant principalement des anciennes républiques soviétiques telles que l'Ukraine ou la Biélorussie. Considérés comme moins coûteux que leurs homologues russes, les joueurs étrangers deviennent vite très nombreux et poussent la fédération russe de football à limiter à partir de 1999 leur nombre au sein des deuxième et troisième divisions, avec un maximum de cinq et trois joueurs par effectif respectivement[3].

Une première limite est appliquée à la première division à partir de 2005, qui stipule l'alignement maximum de cinq joueurs étrangers à tout moment d'une rencontre de championnat, à l'exception de circonstances exceptionnelles telles qu'une blessure irremplaçable ou une exclusion, et ce sans aucune limite au niveau de l'effectif. Cette règle inclut par ailleurs une exception concernant les joueurs internationaux comptant plus de dix sélections, qui ne sont alors plus considérés comme étrangers. Cette condition permet notamment l'alignement cette même année d'une équipe titulaire composée entièrement de joueurs étrangers par le Dynamo Moscou du Brésilien Ivo Wortmann le 29 août face au FK Moscou[4]. Cette exception est par la suite supprimée dès la saison suivante, et est accompagnée en retour d'un assouplissement de la limite par match qui passe de cinq à sept joueurs étrangers au maximum sur le terrain. Cette dernière limite reste en place jusqu'en 2009, date qui la voit redescendre à six étrangers maximum avant de repasser à l'ancienne limite trois ans plus tard[3]. La limite de six joueurs est une nouvelle fois remise en place à partir de la saison 2015-2016[5].

Les clubs de la première division votent le 26 juin 2019 l'application d'une limite maximale de huit joueurs étrangers par équipe sur les vingt-cinq joueurs enregistrables dans l'effectif pour une saison de championnat, tandis qu'aucune limite n'est appliquée quant au nombre de joueurs étrangers alignés sur le terrain au cours des rencontres. Cette nouvelle limite est prévue pour entrer en application à partir de la saison 2020-2021[5].

Clubs participants pour la saison 2019-2020Modifier

Légende des couleurs
Club Présent
depuis
Classement
2018-2019
Entraîneur Stade Capacité
théorique
Zénith Saint-Pétersbourg 1996 1   Sergueï Semak Stade Krestovski 64 287
Lokomotiv Moscou 1992[n 1] 2   Iouri Siomine Stade Lokomotiv 28 800
FK Krasnodar 2011 3   Mourad Moussaïev Stade de Krasnodar 34 291
CSKA Moscou 1992[n 1] 4   Viktor Goncharenko VEB Arena 30 000
Spartak Moscou 1992[n 1] 5   Oleg Kononov Otkrytie Arena 42 000
Arsenal Toula 2016 6   Igor Tcherevtchenko Stade Arsenal 20 048
FK Orenbourg 2018 7   Vladimir Fedotov Stade Gazovik 7 500
Akhmat Grozny 2008 8   Rashid Rahimov Akhmad Arena 30 597
FK Rostov 2009 9   Valeri Karpine Rostov Arena 43 472
Oural Iekaterinbourg 2014 10   Dmytro Parfenov Stade central 25 000
Rubin Kazan 2003 11   Roman Charonov Kazan Arena 45 379
Dynamo Moscou 2017 12   Dmitri Khokhlov VTB Arena 26 700
Krylia Sovetov Samara 2018 13   Miodrag Božović Cosmos Arena 44 918
FK Oufa 2014 14   Vadim Ievseïev Stade Neftianik 15 234
FK Tambov 2019 1 (D2)   Aleksandr Grigoryan Stade Spartak 15 000
FK Sotchi 2019 2 (D2)   Aleksandr Totchiline Stade olympique Ficht 45 000
  1. a b et c N'est ici comptée que la période depuis la fondation du championnat russe en 1992, indépendamment de l'éventuelle présence dans l'ancien championnat soviétique dont il est le successeur.

PalmarèsModifier

Palmarès
Saison Champion Vice-champion Meilleur buteur (buts)
1992 Spartak Moscou Spartak Vladikavkaz   Vali Gasimov (Dynamo Moscou, 16)
  Iouri Matveïev (Ouralmach Iektarinbourg, 20)[n 1]
1993 Spartak Moscou (2) Rotor Volgograd   Viktor Pantchenko (Kamaz Naberejnye Tchelny, 21)
1994 Spartak Moscou (3) Dynamo Moscou   Igor Simutenkov (Dynamo Moscou, 21)
1995 Spartak-Alania Vladikavkaz Lokomotiv Moscou   Oleg Veretennikov (Rotor Volgograd, 25)
1996 Spartak Moscou (4) Alania Vladikavkaz   Aleksandr Maslov (FK Rostov, 23)
1997 Spartak Moscou (5) Rotor Volgograd   Oleg Veretennikov (Rotor Volgograd, 22)
1998 Spartak Moscou (6) CSKA Moscou   Oleg Veretennikov (Rotor Volgograd, 22)
1999 Spartak Moscou (7) Lokomotiv Moscou   Georgi Demetradze (Alania Vladikavkaz, 21)
2000 Spartak Moscou (8) Lokomotiv Moscou   Dmitri Loskov (Lokomotiv Moscou, 15)
2001 Spartak Moscou (9) Lokomotiv Moscou   Dmitri Viazmikine (Torpedo Moscou, 18)
2002 Lokomotiv Moscou CSKA Moscou   Rolan Goussev (CSKA Moscou, 15)
  Dmitri Kiritchenko (CSKA Moscou, 15)
2003 CSKA Moscou Zénith Saint-Pétersbourg   Dmitri Loskov (Lokomotiv Moscou, 14)
2004 Lokomotiv Moscou (2) CSKA Moscou   Aleksandr Kerjakov (Zénith Saint-Pétersbourg, 18)
2005 CSKA Moscou (2) Spartak Moscou   Dmitri Kiritchenko (CSKA Moscou, 14)
2006 CSKA Moscou (3) Spartak Moscou   Roman Pavlioutchenko (Spartak Moscou, 18)
2007 Zénith Saint-Pétersbourg Spartak Moscou   Roman Pavlioutchenko (Spartak Moscou, 14)
  Roman Adamov (FK Moscou, 14)
2008 Rubin Kazan CSKA Moscou   Vágner Love (CSKA Moscou, 20)
2009 Rubin Kazan (2) Spartak Moscou   Welliton (Spartak Moscou, 21)
2010 Zénith Saint-Pétersbourg (2) CSKA Moscou   Welliton (Spartak Moscou, 19)
2011-2012 Zénith Saint-Pétersbourg (3) Spartak Moscou   Seydou Doumbia (CSKA Moscou, 28)
2012-2013 CSKA Moscou (4) Zénith Saint-Pétersbourg   Yura Movsisyan (FK Krasnodar/Spartak Moscou, 13)
  Wánderson (FK Krasnodar, 13)
2013-2014 CSKA Moscou (5) Zénith Saint-Pétersbourg   Seydou Doumbia (CSKA Moscou, 18)
2014-2015 Zénith Saint-Pétersbourg (4) CSKA Moscou   Hulk (Zénith Saint-Pétersbourg, 15)
2015-2016 CSKA Moscou (6) FK Rostov   Fiodor Smolov (FK Krasnodar, 20)
2016-2017 Spartak Moscou (10) CSKA Moscou   Fiodor Smolov (FK Krasnodar, 18)
2017-2018 Lokomotiv Moscou (3) CSKA Moscou   Quincy Promes (Spartak Moscou, 15)
2018-2019 Zénith Saint-Pétersbourg (5) Lokomotiv Moscou   Fiodor Chalov (CSKA Moscou, 15)
  1. Iouri Matveïev termine statistiquement meilleur buteur de la compétition, mais c'est Vali Gasimov qui est officiellement titré en fin de saison car c'est le meilleur buteur a avoir pris part au groupe pour le titre lors de la deuxième partie de saison.

Bilan par clubModifier

Club Champion Vice-champion Édition(s) remportée(s)
Spartak Moscou 10 5 1992, 1993, 1994, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2016-2017
CSKA Moscou 6 8 2003, 2005, 2006, 2012-2013, 2013-2014, 2015-2016
Zénith Saint-Pétersbourg 5 3 2007, 2010, 2011-2012, 2014-2015, 2018-2019
Lokomotiv Moscou 3 4 2002, 2004, 2017-2018
Rubin Kazan 2 0 2008, 2009
Alania Vladikavkaz 1 2 1995
Rotor Volgograd 0 2
Dynamo Moscou 0 1
FK Rostov 0 1

Statistiques et recordsModifier

Les joueurs en gras sont encore en activité.

Plus grand nombre d'apparitionsModifier

Rang Joueur Matchs
1   Sergueï Ignachevitch 489
2   Sergueï Semak 456
3   Dmitri Loskov 453
4   Igor Semchov 433
5   Igor Akinfeïev 430
6   Vassili Bérézoutski 402
7   Rouslan Adjindjal 397
8   Valeri Iesipov 390
9   Aleksandr Samedov 386
10   Igor Denissov 384

Meilleurs buteursModifier

Rang Joueur Buts Matchs
1   Oleg Veretennikov 143 274
2   Aleksandr Kerjakov 139 340
3   Dmitri Kiritchenko 129 377
4   Dmitri Loskov 120 453
5   Roman Pavlioutchenko 104 309
6   Artyom Dziouba 103 310
7   Sergueï Semak 102 455
8   Andreï Tikhonov 98 346
9   Igor Semchov 98 432
10   Egor Titov 88 336

AffluencesModifier

Les pires affluences du championnat sont réalisées durant ses premières années d'existence, avec notamment une moyenne de 5 974 spectateurs pour la saison 1992. Les chiffres remontent par la suite à partir de la deuxième moitié des années 1990 pour se stabiliser aux environs de 10 000 à 12 000 spectateurs en moyenne par match[6]. La meilleure affluence est réalisée lors de la saison 2018-2019 qui voit en moyenne 16 817 personnes assister aux matchs du championnat[7].

Ce graphique représente le nombre moyen de spectateurs par match par saison.

 

Compétitions européennesModifier

Classement UEFAModifier

Le classement UEFA des fédérations permet de déterminer l'attribution des places de qualification en coupe d'Europe. La Russie est ainsi classée sixième à l'issue de la saison 2018-2019, lui octroyant trois places qualificatives pour la Ligue des champions et trois autres pour la Ligue Europa[8].

Le tableau suivant récapitule le classement du championnat de Russie au coefficient UEFA depuis 1993, année qui le voit officiellement remplacer l'Union soviétique au classement, héritant de son coefficient dans la foulée[9] :

1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
6 7 7 10 11 12 7 7 9 10 18 21 13 9 9 6 6
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
6 7 7 8 7 7 7 6 6 6

Coefficient des clubsModifier

Six clubs russes font partie des cents meilleurs clubs européens au classement UEFA à l'issue de la saison 2018-2019. Le Zénith Saint-Pétersbourg est l'équipe la mieux classée à la dix-neuvième place, suivi du CSKA Moscou qui se place trente-deuxième et du FK Krasnodar en quarante-troisième place. Les trois autres équipes se trouvent quant à elles entre la cinquantième et la centième place[10].

Classement UEFA des clubs russes
Rang
Club
2014-2015
2015-2016
2016-2017
2017-2018
2018-2019
Coefficient
19   Zénith Saint-Pétersbourg 17,000 19,000 12,000 14,000 10,000 72,000
32   CSKA Moscou 8,000 7,000 7,000 17,000 9,000 48,000
43   FK Krasnodar 5,000 9,000 8,000 1,500 11,000 34,500
54   Lokomotiv Moscou 1,500 9,000 0,000 12,000 6,000 28,500
89   Spartak Moscou 0,000 0,000 1,000 11,000 4,000 16,000
91   Dinamo Moscou 16,000 0,000 0,000 0,000 0,000 16,000

Identité visuelleModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g (en) « Championship », sur eng.rfpl.org (consulté le 5 octobre 2017)
  2. « Nouveau calendrier pour le championnat russe », sur UEFA.com, (consulté le 19 mars 2011)
  3. a b et c (ru) « Лимит на легионеров. Сто лет истории », sur sportbox.ru,‎ (consulté le 26 juin 2019)
  4. (ru) « En route pour la Russie #2 : Les Portugais du Dinamo Moscou », sur footballski.fr, (consulté le 26 juin 2019)
  5. a et b (ru) « Колобков: новый лимит на легионеров в РПЛ повысит конкуренцию среди футболистов », sur tass.ru,‎ (consulté le 26 juin 2019)
  6. (ru) « Этот чемпионат России – самый посещаемый в истории », sur sports.ru,‎ (consulté le 27 novembre 2018)
  7. (ru) « Матчи чемпионата России по футболу в этом сезоне посетило свыше 4 млн человек », sur tass.ru,‎ (consulté le 26 mai 2019)
  8. « Coefficient des associations », sur uefa.com (consulté le 19 mai 2018)
  9. « UEFA European Cup Coefficients Database » (consulté le 24 juillet 2011)
  10. « Coefficients des clubs », sur uefa.com (consulté le 21 avril 2019)

Liens externesModifier