Ouvrir le menu principal

Carmen Montón

personnalité politique espagnole
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Montón Giménez est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Montón ; le second, maternel, souvent omis, est Giménez.

Carmen Montón
Illustration.
Carmen Montón en .
Fonctions
Ministre espagnole de la Santé, de la Consommation et du Bien-être social

(3 mois et 5 jours)
Président du gouvernement Pedro Sánchez
Gouvernement Sánchez
Prédécesseur Dolors Montserrat
Successeur María Luisa Carcedo
Conseillère à la Santé universelle et à la Santé publique de la généralité valencienne

(2 ans, 11 mois et 8 jours)
Président Ximo Puig
Gouvernement Puig I
Prédécesseur Manuel Llombart
Successeur Ana Barceló
Députée aux Cortes Generales

(11 ans et 3 mois)
Élection
Réélection
Circonscription Valence
Législature VIIIe, IXe, Xe
Groupe politique Socialiste
Successeur Josep Santamaría
Biographie
Nom de naissance Carmen Montón Giménez
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Burjassot (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique PSOE
Diplômée de Université de Valence
Université Roi Juan Carlos

Carmen Montón
Ministres de la Santé d'Espagne

Carmen Montón Giménez [ˈkaɾmɛ̃m mõˈtõŋ xiˈmenes][1], née le à Burjassot, est une femme politique espagnole membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Née dans la province de Valence, elle adhère au PSOE en et est élue au conseil municipal de Burjassot en . Elle fait cinq ans plus tard son entrée au Congrès des députés, où elle se spécialise sur les questions relatives à l'égalité. Elle est ainsi rapporteure de la loi sur le mariage homosexuel, sur l'identité de genre et sur l'avortement. Elle obtient une réforme du règlement du Congrès autorisant le vote à distance, notamment pour les femmes enceintes.

À la suite des élections régionales de , elle est nommée conseillère à la Santé de la généralité valencienne. Elle rétablit l'universalité de l'accès à la santé, propose une loi sur le droit de mourir dans la dignité et rétablit le caractère public d'un hôpital privatisé vingt ans plus tôt. Devenue en ministre de la Santé du gouvernement espagnol, elle rétablit là encore l'accès de tous à la santé publique et engage l'abrogation du ticket modérateur des médicaments pour les retraités.

Elle est contrainte à la démission trois mois après sa prise de fonction, à la suite de révélations sur les conditions douteuses d'obtention de son master en droit public. Elle s'éloigne quelques semaines du premier plan de la vie politique, et y fait son retour en .

Sommaire

BiographieModifier

Famille et débuts en politiqueModifier

Carmen Montón Giménez est née à Burjassot, une ville moyenne de la province de Valence, le [2],[3]. Son père, Pedro Montón, est élu municipal de cette ville à la fois urbaine et rurale de la banlieue de Valence, et enseignant[3],[4].

Elle adhère aux Jeunesses socialistes d'Espagne (JSE) en et au Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) quatre ans plus tard. Aux élections municipales du , elle est élue conseillère municipale de Burjassot sur la liste socialiste qui remporte la majorité absolue des voix et des sièges[5]. Elle est ensuite nommée déléguée à la Culture[6],[7]. Celle qui est surnommée « Carmencita » par ses compagnons de parti occupe alors la même fonction que son père avant elle[3].

Elle est licenciée en médecine de l'université de Valence mais n'a jamais exercé de profession médicale[8]. En , elle devient secrétaire aux Mouvements sociaux et aux ONG de la direction du Parti socialiste du Pays valencien-PSOE (PSPV-PSOE)[6], sur décision personnelle du nouveau secrétaire général Joan Ignasi Pla[4].

Députée de Valence : déléguée à l'égalitéModifier

Dans la perspective des élections législatives du , Pla et l'ancien président de la généralité valencienne Joan Lerma, dont elle est une amie personnelle, soutiennent son investiture sur la liste socialiste dans la circonscription de Valence[4],[9].

Elle siège comme députée de Valence jusqu'en . Au cours de son mandat, elle est rapporteure de la loi autorisant le mariage pour les couples de personnes de même sexe, de la loi réformant le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) et de la loi sur l'identité de genre[10].

Loi sur le mariage homosexuelModifier

Elle est nommée en coordonnatrice fédérale de l'organisation sectorielle de la Participation citoyenne du PSOE et conserve ce poste pendant sept ans[6]. Le , elle défend le projet de loi autorisant le mariage homosexuel, à la tribune du Congrès, affirmant que ce texte offre « une opportunité réelle d'agrandir le concept de citoyenneté » et d'« étendre l'égalité ». Elle s'en prend vertement au Parti populaire (PP), qu'elle accuse d'être « impitoyable avec tout ce qui est différent », s'attirant les applaudissements des représentants du mouvement LGBT[11]. À l'occasion de l'approbation définitive le , elle déclare que cette loi « rend l'égalité possible » et « enrichit la mariage, sans l'attaquer ni le dénaturer »[12].

Loi sur l'identité de genreModifier

Elle défend en , au sein de la commission de la Justice, l'adoption du projet de loi relatif à l'identité de genre, arguant que la réforme facilitant les modifications d'état civil bénéficiera à 7 000 personnes qu'elle présente comme un groupe maltraité par le chômage, les statistiques montrant que 90 % des transsexuels sont sans emploi[13]. Se félicitant que le texte établisse « la primauté du sexe social et psychologique sur l'aspect morphologique », elle salue le « pas en avant » du gouvernement qui passe « des discours aux actes ». Elle justifie l'exclusion des mineurs de ce dispositif car « c'est une décision importante et grave », ainsi que des étrangers parce que le pays « ne peut gouverner le monde entier » et qu'il s'agit d’éviter les discordances administratives entre États[14].

Loi sur l'IVGModifier

Réélue en , elle présente en la position de son parti sur la réforme législative concernant l'interruption volontaire de grossesse (IVG), à savoir une loi autorisant l'avortement jusqu'à un certain délai — entre les 12e et 18e semaines inclusivement —, et garantissant ce droit dans le cadre du système de santé publique[15]. Réagissant cinq jours plus tard à la clôture des travaux de la sous-commission parlementaire dédiée à cette question, elle indique que cette posture sera retenue par la ministre de l'Égalité Bibiana Aído dans la rédaction de l'avant-projet de loi, alors que le Parti populaire dénonce le fait de n'avoir pas pu auditionner tous les experts ni faire réaliser tous les rapports souhaités[16].

Juste avant l'adoption du projet de loi de santé sexuelle et reproductive le , elle explique que « nous légiférons pour que soit reconnu le droit des femmes à décider sur leur maternité ». Selon elle, ce texte est bien le fruit d'un consensus puisqu'un seul groupe parlementaire — celui du Parti populaire — a voté en bloc contre le texte. Elle défend l'idée que cette loi est une norme complète, qui cherche à prévenir le recours à l'IVG et qui — pour la première fois — extrait l'avortement du Code pénal afin d'inclure des mesures de prévention et diminuer le nombre d'IVG[17].

Vote à distance au CongrèsModifier

 
Carmen Montón obtient en l'autorisation du vote à distance pour les parlementaires enceintes, en congé parental ou gravement malades.

Elle propose en une réforme du règlement du Congrès des députés autorisant le vote électronique à distance en cas de grossesse ou de congé parental. Cette réforme, élargie aux cas de maladie grave, est soumise en à l'examen des parlementaires, deux mois seulement après la naissance de sa fille. Elle explique sa démarche comme « une lutte du PSOE pour introduire un regard féministe au Congrès » et met en cause une « situation perverse » du fait de l'impossibilité de concilier le congé maternité et la présence obligatoire[18].

Elle suit en et un master en études interdisciplinaires du genre à l'université Roi Juan Carlos (URJC), dont l'obtention sera remise en cause sept ans plus tard[19].

Ascension dans l'appareilModifier

Numéro trois du groupe parlementaireModifier

 
En , Montón accuse le ministre de l'Éducation José Ignacio Wert de mener une réforme éducative classiste, machiste et homophobe.

Nommée porte-parole à la commission parlementaire de l'Égalité en [20], elle est élue le membre sans responsabilité de la commission exécutive fédérale (CEF) du PSOE en conclusion du XXXVIIe congrès[21].

Le secrétaire général du parti Alfredo Pérez Rubalcaba procède en à un remaniement fonctionnel du PSOE et de son groupe parlementaire après plusieurs crises. À cette occasion, Montón est promue secrétaire générale adjointe du groupe socialiste au Congrès des députés et se charge spécifiquement des questions liées à l'égalité[6],[22].

Elle attaque vertement en suivant le ministre de l'Éducation José Ignacio Wert sur son projet de réforme éducative. Accusant l'exécutif de vouloir revenir aux temps du franquisme et détruire le système éducatif, elle dit considérer sa réforme comme « classiste », car elle affecte d'abord les enfants des milieux populaires, « machiste », parce qu'elle « favorise la ségrégation par le sexe », et « homophobe », dans la mesure où elle fait disparaître l'éducation à la citoyenneté, qui prévoyait notamment un module de respect de la diversité. Elle met ensuite en cause « l'arrogance, l'autoritarisme et la provocation » de Wert, qui a réussi à ce que « personne ne veuille de lui comme ministre, dans son ministère ou en dehors ». Le ministre lui rétorque ironiquement qu'il la remercie pour ses « aimables considérations »[23].

Secrétaire à l'Égalité du PSOEModifier

Après que Pedro Sánchez a remplacé Rubalcaba au cours d'un congrès extraordinaire, elle est désignée secrétaire à l'Égalité de la CEF le . Elle fait alors partie des choix du nouveau secrétaire général, qui la voulait spécifiquement pour occuper ce poste[24].

Elle dénonce en la volonté du gouvernement de Mariano Rajoy de modifier la loi sur l'IVG, obligeant les mineures de 16 et 17 ans à obtenir le consentement de leurs parents avant de pratiquer un avortement, alors que la loi de leur imposait une obligation d'information. Selon elle, « le PP laisse les femmes les plus vulnérables, les plus jeunes, sans défense, ce qui les poussera à recourir à un avortement clandestin et dangereux ». Elle ajoute que « cette réforme est si honteuse qu'aucun ministre n'a voulu la porter, et il a fallu que ce soit le groupe parlementaire qui la soumette au Congrès »[25]. Deux mois plus tard, après avoir appris que le PP a l'intention de retirer toute référence au droit des femmes à la santé reproductive, elle critique un parti « qui légifère en trichant, en passant par l'entrée de service et qui ne pense qu'à ses intérêts électoraux »[26].

Une socialiste spécialiste de la santé publiqueModifier

Conseillère à la Santé du gouvernement valencienModifier

 
Ximo Puig nomme Carmen Montón conseillère à la Santé de la généralité valencienne. Elle fait notamment voter une loi de mort digne et rétablit le caractère public de l'hôpital d'Alzira, privatisé 20 ans plus tôt.

Le , Carmen Montón est nommée à 39 ans conseillère à la Santé universelle et à la Santé publique de la Communauté valencienne dans le gouvernement de coalition de gauche du socialiste Ximo Puig[27]. Prenant ses fonctions le lendemain, elle assure dès le le rétablissement du principe d'accès universel au système de santé publique, ouvrant ce droit à notamment 30 000 migrants en situation irrégulière[28]. Quand cette décision est suspendue par le Tribunal constitutionnel, elle décide de la maintenir en ayant recours à une norme de rang inférieur à la loi, qui ne peut donc être contestée devant la haute juridiction[4].

Elle annonce au mois d' le rétablissement de la délivrance gratuite de la pilule du lendemain dans les centres de santé sexuelle — supprimé en  — et rouvre le droit à la procréation médicalement assistée pour les lesbiennes et les célibataires, aboli trois ans plus tôt par le précédent gouvernement de la généralité[29],[30].

Au mois de suivant, son mari Alberto Hernández est au centre d'une polémique après que la députation provinciale de Valence a décidé de le nommer directeur général d’Egevasa, la société d'économie mixte chargée de l'approvisionnement en eau et de l'épuration sur le territoire de la province. Il renonce au poste, à la suite des critiques de l'opposition, de Compromís et València en Comú[31]. Du fait de cet épisode, les relations de Montón avec la vice-présidente de la généralité et porte-parole de Compromís Mónica Oltra se détériorent et se distendent durablement[32].

Au cours de la crise interne au PSOE de l'automne , elle ne s'associe pas aux démissions au sein de la direction, qui conduiront à la chute de Pedro Sánchez le , contrairement à Ximo Puig. Elle refuse ensuite de prendre parti pendant les primaires pour le 39e congrès du parti en , puisque le président de la généralité apporte son soutien à Susana Díaz, principale concurrente de Sánchez[4]. En conséquence, elle n'est pas rappelée au sein de la CEF le mois suivant, alors que six membres du PSPV-PSOE y font leur entrée[33].

Lors des primaires qui suivent au sein du PSPV-PSOE, elle prend position en faveur de la réélection de Puig au poste de secrétaire général, qui se trouve alors opposé à Rafa García, maire de sa ville natale[34]. Elle explique « au même titre que je souhaite voir Pedro Sánchez secrétaire général et qu'il soit président du gouvernement, je souhaite que Ximo Puig soit président de la généralité et secrétaire général » et défend « une posture de cohérence personnelle et politique », soulignant « n'avoir joué aucun rôle dans le processus du congrès fédéral »[35]. Elle est désignée le membre du conseil institutionnel, nouvel organe consultatif placé auprès de la commission exécutive, par le XIIIe congrès du PSOE valencien[36].

Elle présente le le « projet de loi des droits et garanties de la dignité de la personne dans le processus d'attention à la fin de vie », surnommé la « loi de mort digne » (en espagnol : ley de muerte digna). Sans autoriser l'euthanasie, le texte encadre l'organisation des soins palliatifs et le processus de fin de vie pour éviter la douleur et la souffrance du patient[37]. Le texte est approuvé le par le Parlement valencien[38].

Elle annonce le le retour dans le secteur public du « département de santé d'Alzira », établissement de santé réunissant un hôpital, 14 centres de santé, 31 cabinets médicaux et 250 000 patients. Privatisé dans les années 1990 par le Parti populaire, il était perçu comme le symbole du transfert de la santé publique au secteur privé. Elle engage immédiatement des renforts de personnel[39]. Un an plus tôt, elle avait déclaré que « la santé privée n'est pas mauvaise, mais elle doit être un complément de la santé publique. La santé est un droit, pas un bien économique négociable »[40].

Ministre de la SantéModifier

 
Nommée ministre de la Santé par Pedro Sánchez, Carmen Montón rétablit l'universalité de l'accès à la santé.

Après le vote de la motion de censure ayant porté Pedro Sánchez au pouvoir, la presse révèle le qu'elle sera nommée ministre de la Santé dans le futur gouvernement espagnol[41]. Elle prend ses fonctions deux jours plus tard avec le titre de « ministre de la Santé, de la Consommation et du Bien-être social »[42].

Avec le ministre de la Science Pedro Duque, elle est présentée comme une opposante farouche à l'homéopathie, ayant déclaré dans le passé que « permettre la vente d'homéopathie en pharmacie comme un médicament génère de la confusion et un risque social, pour la santé et le budget des gens ». À ce titre, elle demande le retrait de la directive européenne qui reconnaît cette équivalence, appelant à « déterrer tout ce qui n'est pas de la science »[43].

Après un entretien avec Ximo Puig deux semaines après sa prise de fonction, elle précise que sa feuille de route consiste « à revenir aux origines d'Ernest Lluch, à la loi générale de la santé de qui reconnaît la santé comme un droit universel. Et revenir également aux origines de la loi de [...] relative à l'autonomie personnelle et à la dépendance, toutes deux en vigueur mais qu'il faut appliquer ». Un mois plus tard, elle annonce que l'État va de nouveau prendre en charge les cotisations sociales de 180 000 personnes qui prennent soin d'une personne dépendante de leur famille, et a l'intention de supprimer le ticket modérateur des médicaments pour les retraités[44].

Elle obtient le la ratification par le Congrès des députés du décret-loi rétablissant l'universalité de la santé : toute personne présente sur le territoire espagnol peut de nouveau accéder aux soins de santé. Les migrants ayant moins de 90 jours de résidence doivent bénéficier de l'accord des services sociaux et le prix des médicaments pour les personnes sans-papiers est réduit de 60 %. Depuis la tribune du Congrès, elle salue « tous ceux qui ont lutté pendant les six dernières années contre l'exclusion sanitaire : les professionnels, les entités et organisations sociales »[45].

Affaire du master et démissionModifier

 
Pedro Sánchez apporte un soutien public appuyé à Carmen Montón, qui démissionne cependant quelques heures plus tard.

Le suivant, le quotidien en ligne eldiario.es révèle que l'obtention de son master en études interdisciplinaires du genre à l'université Roi Juan Carlos en est entachée de nombreuses irrégularités[46]. Elle se défend en affirmant notamment avoir suivi les enseignements à distance du fait de son mandat parlementaire à l'époque[47] mais remet immédiatement sa charge à disposition du chef de l'exécutif, qui refuse de la démettre[48]. Le journal révèle alors que le règlement du diplôme ne le permettait pas[49] et qu'une de ses notes a été modifiée après la fin de l'année universitaire[50].

Alors que Unidos Podemos, Ciudadanos et le Parti nationaliste basque en avaient fait la demande, la porte-parole parlementaire socialiste Adriana Lastra indique le lendemain que Carmen Montón a demandé à être entendue par le Congrès des députés pour fournir des explications sur l'obtention de son diplôme[51]. Le soutien public exprimé par Lastra est confirmé peu après par le ministre de l'Équipement José Luis Ábalos, alors que des voix au sein du PSOE et du gouvernement jugeaient inévitable la démission de la ministre de la Santé[52],[53]. Elle reçoit par la suite l'appui de Sánchez, qui affirme qu' « elle fait un excellent travail et elle continuera de le faire »[54].

Malgré ces déclarations de soutien, elle annonce dans la soirée avoir remis sa démission. Elle affirme avoir pris cette décision « pour que cette situation n'ait pas d'influence » sur « le magnifique président [du gouvernement] » qu'a l'Espagne[55]. Elle est remplacée par la Haute commissaire à la Lutte contre la pauvreté María Luisa Carcedo[56]. Sa décision est précipitée par la révélation par la chaîne de télévision La Sexta qu'au moins 19 pages sur 52 de son mémoire universitaire ont été copiées sur d'autres auteurs et sur Wikipédia sans qu'ils aient été expressément cités[57], un fait qu'elle avait caché à Sánchez lors de leurs échanges relatifs à cette affaire[48].

Retrait temporaire de la politiqueModifier

Ayant quitté le gouvernement « avec la conscience tranquille » selon ses proches, elle envisage d'exercer une activité médicale, du fait de sa licence en médecine. Si elle a l'intention de continuer à militer au sein du Parti socialiste, elle souhaite en revanche abandonner le premier plan de la vie politique. Elle salue « la qualité humaine » de Pedro Sánchez et son comportement au cœur de la polémique, et refuse de critiquer ceux qui ont appelé, au sein du PSOE et du gouvernement, à son départ[58].

Le suivant, la juge d'instruction Carmen Rodríguez Medel ouvre une information judiciaire des chefs de corruption passive et prévarication à son encontre[59]. Le parquet de Madrid requiert deux mois plus tard l'abandon des poursuites, affirmant ne pas voir « d'imputations délictueuses » dans les actes de Montón[60], un argumentaire suivi par la magistrate instructrice qui annonce le classement sans suite de l'affaire le [61]. Interviewée le même jour par la radio Cadena SER, Montón réfute avoir plagié son mémoire, reconnaissant « que ce n'est pas le travail dont [elle est] la plus satisfaite » et affirmant que « il n'y a pas de délit de plagiat ni de volonté d'usurper la propriété intellectuelle de qui que ce soit ». Elle ajoute que, pour elle, « il est encore tôt pour revenir au premier plan de la vie politique » mais précise que « dans tous les cas, [elle n'a] jamais quitté la politique et [n'a] pas l'intention de le faire »[62].

Elle retourne au premier rang de la scène politique au début de l'année . Après qu'il a été annoncé le qu'elle participera le à une journée de travail sur la situation du système de santé publique en Cantabrie, elle assiste le à Valence au meeting de proclamation de la candidate socialiste à la mairie Sandra Gómez : elle est alors photographiée en compagnie notamment du porte-parole du groupe socialiste au Parlement valencien Manuel Mata[63],[64].

Vie privéeModifier

Mariée avec Alberto Hernández, elle est mère d'une fille prénommée également Carmen[8].

Notes et référencesModifier

  1. Prononciation en espagnol d'Espagne retranscrite selon la norme API.
  2. (es) « Carmen Montón será ministra de Sanidad, Consumo y Bienestar Social », La Voz de Galicia,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  3. a b et c (es) « Carmen Montón: diecinueve años en la política y 97 días de ministra », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  4. a b c d et e (es) Ignacio Zafra, « Carmen Montón, la ministra que en 100 días recuperó la sanidad universal », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2018).
  5. (es) Junte électorale centrale, « Acuerdo de 15 de julio de 1999, de la Junta Electoral Central, por el que se procede a la publicación del resumen de los resultados de las elecciones locales convocadas por Real Decreto 606/1999, de 19 de abril, y celebradas el 13 de junio, según los datos que figuran en las actas de proclamación remitidas por cada una de las Juntas Electorales de Zona », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le 2 février 2019).
  6. a b c et d (es) « Carmen Montón será la nueva ministra de Sanidad », Europa Press,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  7. (es) « Los nuevos diputados », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2018).
  8. a et b (es) « 18 cosas que no sabías de Carmen Montón, la nueva ministra de Sanidad », Redacción Médica,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  9. (es) Víctor Romero, « Auge y caída de Carmen Montón, una socialista de cuna que aspiraba a todo », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2018).
  10. (es) « Sánchez apuesta por una Sanidad pública, universal y feminista con Carmen Montón al frente del Ministerio », Radiotelevisión Española,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  11. (es) María José Pérez Barco, « El respaldo del Congreso al matrimonio homosexual permitirá celebrar bodas gays antes del verano », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  12. (es) María José Pérez Barco, « Las bodas entre homosexuales podrán celebrarse en cuestión de semanas », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  13. (es) María José Pérez Barco, « Las lesbianas casadas serán ambas madres de los hijos nacidos por fecundación in vitro », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  14. (es) « El Congreso aprueba, con la oposición del PP, la Ley de Identidad de Género », El Correo Gallego,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2018).
  15. (es) « Las posturas », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  16. (es) Domingo Pérez, « El PSOE cierra con prisa la subcomisión y defiende el aborto libre hasta la semana 14 », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  17. (es) Fernando Garea, « El Congreso aprueba la reforma de la ley del aborto », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018).
  18. (es) Araceli Guede, « "A veces me he traído la niña al despacho" », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2018).
  19. (es) « La ministra Carmen Montón también se sacó un máster en la Rey Juan Carlos plagado de irregularidades », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  20. (es) Congrès des députés, « Montón Giménez, Carmen », sur congreso.es (consulté le 20 septembre 2018).
  21. (es) Anabel Díez, « Rubalcaba impulsa un nuevo PSOE centrado en la "oposición útil" », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018).
  22. (es) Vera Gutiérrez Calvo, « Rubalcaba deja el control interno del PSOE en manos de Valenciano », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018).
  23. (es) « Wert dice ahora que Ciudadanía es “extraordinariamente importante” », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  24. (es) Anabel Díez, « Una ejecutiva con peso decisivo de los barones territoriales », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018).
  25. (es) Fernando Garea, « El Gobierno cambia de forma limitada y urgente la ley del aborto », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  26. (es) Fernando Garea, « El PP cambiará la ley del aborto para acallar a los más conservadores », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  27. (es) « Carmen Montón, una médico al frente de la Conselleria de Sanidad », Levante-EMV,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  28. (es) « Es oficial: la sanidad vuelve a ser universal en la Comunitat Valenciana », El Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  29. (es) Ignacio Zafra, « Valencia da gratis la píldora del día después y plantea la “muerte digna” », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  30. (es) Ignacio Zafra, « Valencia devuelve la reproducción asistida a lesbianas y mujeres solas », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  31. (es) « El marido de la consellera Montón renuncia a la gerencia de Egevasa », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  32. (es) « Carmen Montón, la ministra que nadó entre dos aguas », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  33. (es) « Sánchez deja fuera a Montón y jubila a la vieja guardia al excluir a Lerma y Ciscar », Levante-EMV,‎ (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2018).
  34. (es) « "Ximo Puig ha puesto en marcha políticas de izquierdas, lo coherente, lo oportuno, sería refrendarlas" », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018).
  35. (es) « Primarias del PSPV: el viaje de ida y vuelta de Carmen Montón », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018).
  36. (es) Juan Nieto, « Ximo Puig crea una Ejecutiva gigante, sin cuotas ni familias, con 74 miembros para el nuevo PSPV », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018).
  37. (es) Maria Josep Serra, « El Gobierno valenciano aprueba el proyecto de la ley de muerte digna », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  38. (es) « Las Corts aprueban la ley de muerte digna », Levante-EMV,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  39. (es) Ignacio Zafra, « El hospital de Alzira y su departamento de salud vuelven a ser públicos », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  40. (es) Maria Josep Serra, « Carmen Montón: “La reversión del hospital de Alzira garantizará una gestión eficiente y sostenible” », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  41. (es) « La consellera valenciana Carmen Montón, nueva ministra de Sanidad », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  42. (es) Présidence du gouvernement, « Real Decreto 355/2018, de 6 de junio, por el que se reestructuran los departamentos ministeriales. », sur boe.es/, (consulté le 7 juin 2018).
  43. (es) Javier Salas, « El Gobierno más beligerante contra las pseudociencias », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  44. (es) Raquel Seco, « El Gobierno volverá a cotizar por 180.000 cuidadoras de familiares dependientes », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  45. (es) Raquel Seco, « Un decreto para acabar con seis años de exclusión sanitaria », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018).
  46. (es) Laura Galaup, « La ministra de Sanidad obtuvo un máster en la Rey Juan Carlos plagado de irregularidades », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  47. (es) Matías de Diego, « La ministra de Sanidad cambia su versión y dice ahora que cursó el máster a distancia », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  48. a et b (es) Luis Ángel Sanz, « Carmen Montón ocultó a Pedro Sánchez el plagio de su trabajo fin de máster », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2018).
  49. (es) Ignacio Escolar, « El máster que la ministra Montón dice que cursó "a distancia" era exclusivamente presencial », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  50. (es) Raquel Ejerique, « Las notas de la ministra Montón fueron manipuladas meses después de terminar el máster », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  51. (es) Irene Castro, « El PSOE intenta ganar tiempo ante la presión interna para que Carmen Montón dimita », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  52. (es) Juanma Romero, « Montón pide comparecer en el Congreso para frenar la presión para que dimita », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  53. (es) Juanma Romero, « El Gobierno cambia el paso y sale en defensa de Montón para sofocar la presión interna », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  54. (es) Irene Castro, « Pedro Sánchez descarta la dimisión de Carmen Montón: "Está haciendo un gran trabajo y lo va a seguir haciendo" », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  55. (es) Irene Castro, « Carmen Montón anuncia su dimisión por las irregularidades de su máster », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  56. (es) « María Luisa Carcedo, nueva ministra de Sanidad », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  57. (es) « El TFM de Carmen Montón contiene textos idénticos a los de otros autores que la ministra no cita », La Sexta,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  58. (es) Manuel Sánchez, « Montón se plantea ejercer la medicina y decide abandonar la primera línea política », Público,‎ (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2018).
  59. (es) « La juez del caso máster abre una investigación contra Carmen Montón por cohecho y prevaricación », Europa Press,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2019).
  60. (es) Alfonso Ojea, « La Fiscalía no ve delitos en el master de Carmen Montón », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2019).
  61. (es) « La jueza archiva el caso sobre el máster de la exministra Carmen Montón », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2019).
  62. (es) Fernando Rodríguez, « Carmen Montón: "Nunca me fui de la política ni tengo intención de hacerlo" », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2019).
  63. (es) « Carmen Montón participará en una jornada del PSOE de Cantabria sobre Sanidad », Europa Press,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2019).
  64. (es) David Burguera, « Carmen Montón reaparece en el mitin de Pedro Sánchez en Valencia », Las Provincias,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2019).

Articles connexesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 4 mars 2019 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 4 mars 2019 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.