Élections générales espagnoles de 2004

Élections générales espagnoles de 2004
350 sièges du Congrès des députés
(Majorité absolue : 176 sièges)
208 sièges (sur 259) du Sénat
Type d’élection Élection législative
Corps électoral et résultats
Population 42 717 064
Inscrits 34 571 831
Votants 26 155 436
75,66 %  +7
Votes exprimés 25 891 299
Votes nuls 264 137
Zapatero cornella-cropped.jpg PSOE – José Luis Rodríguez Zapatero
Voix 11 026 163
42,59 %
 +8,4
Députés élus 164  +39
Sénateurs élus 89  +29
Mariano Rajoy 2003 (cropped).jpg PP – Mariano Rajoy
Voix 9 763 144
37,71 %
 −6,8
Députés élus 148  −35
Sénateurs élus 102  −25
Gaspar Llamazares 2008 (cropped).jpg IU – Gaspar Llamazares
Voix 1 284 081
4,96 %
 −1
Députés élus 5  −4
Sénateurs élus 0  0
Josep Antoni Duran i Lleida 2006 (cropped).jpg CiU – Josep Antoni Duran i Lleida
Voix 835 471
3,23 %
 −1
Députés élus 10  −5
Sénateurs élus 4  −4
Congrès des députés
Diagramme
Sénat
Diagramme2
Président du gouvernement
Sortant Élu
José María Aznar
PP
José Luis Rodríguez Zapatero
PSOE
infoelectoral.mir.es

Les élections générales espagnoles de 2004 (en espagnol : Elecciones generales de España de 2004, désignées sous le numéronyme 14-M) se tiennent le dimanche , afin d'élire les 350 députés et 208 des 259 sénateurs de la VIIIe législature des Cortes Generales.

Après une législature marquée notamment par la participation de l'Espagne à la guerre en Irak, le président du gouvernement José María Aznar, au pouvoir depuis 1996, respecte son engagement de ne pas postuler pour un troisième mandat. Le Parti populaire (PP) qu'il préside investit pour lui succéder le ministre de la Présidence Mariano Rajoy. Il se trouve principalement opposé au secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol José Luis Rodríguez Zapatero, élu à ce poste en 2000 avec une courte avance sur le candidat de l'appareil socialiste, José Bono.

Trois jours avant l'ouverture des bureaux de vote, un attentat terroriste frappe plusieurs trains de banlieue à Madrid, faisant près de 200 morts. Le gouvernement accuse immédiatement les indépendantistes basques d'ETA, mais la piste s'oriente rapidement vers le terrorisme islamiste. L'exécutif est alors mis en cause par plusieurs manifestations.

Au soir du scrutin, le PSOE remporte la majorité relative face au PP, après huit ans dans l'opposition. Zapatero obtient un mois plus tard l'investiture du Congrès des députés et forme le premier gouvernement paritaire de l'histoire espagnole.

ContexteModifier

Majorité absolue du Parti populaireModifier

Lors des élections générales du 12 mars 2000, le Parti populaire (PP) du président du gouvernement José María Aznar, au pouvoir depuis 1996, remporte plus de 44 % des suffrages exprimés et 183 députés sur 350, soit la majorité absolue des sièges au Congrès des députés, une première pour un parti de centre droit[1]. Alors que l'abstention progresse en raison d'une démobilisation des électeurs de centre gauche, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de l'ancien ministre Joaquín Almunia réalise à l'époque son plus mauvais résultat depuis 1977 tandis que Izquierda Unida (IU) de Francisco Frutos (es) perd plus de la moitié de ses voix[2].

À l'ouverture de la VIIe législature des Cortes Generales le , le PP et le PSOE s'entendent pour la formation des bureaux des assemblées. Luisa Fernanda Rudi est ainsi élue présidente du Congrès des députés par 329 voix, le deuxième meilleur résultat depuis 1977, et Esperanza Aguirre est reconduite comme présidente du Sénat avec 223 voix[3],[4].

Désigné le candidat à la présidence du gouvernement par le roi Juan Carlos Ier[5], José María Aznar est investi par le Congrès le par 202 voix favorables, bénéficiant du soutien de Convergence et Union (CiU) et de la Coalition canarienne (CC)[6]. Il forme son second gouvernement dès le lendemain, qui compte 16 ministres dont huit nouveaux et seulement trois confirmés dans leurs fonctions, dont le ministre de l'Économie Rodrigo Rato. Le ministre de l'Industrie Josep Piqué est nommé ministre des Affaires étrangères et le ministre de l'Éducation Mariano Rajoy devient premier vice-président du gouvernement et ministre de la Présidence[7].

Changement de dirigeant au Parti socialisteModifier

Au soir même de sa déroute électorale, Joaquín Almunia décide de remettre sa démission immédiate et irrévocable du secrétariat général du PSOE[8]. Dix jours après les élections, le comité fédéral du Parti socialiste constitue une direction provisoire de 15 membres, dont la présidence revient au président de la Junte d'Andalousie Manuel Chaves[9]. En prévision du XXXVe congrès fédéral du parti, quatre candidats se présentent au secrétariat général : le président de la Junte des communautés de Castille-La Manche José Bono, les députés José Luis Rodríguez Zapatero et Matilde Fernández, et la député européenne Rosa Díez[10]. Bien que soutenu par l'appareil du parti, notamment la puissante fédération andalouse (PSOE-A), Bono est défait de neuf votes par Zapatero, qui bénéficie des manœuvres de l'ancien numéro deux Alfonso Guerra, ce dernier ayant dévié une partie des voix destinée à sa candidate, Fernández, au profit du vainqueur[11]. Après cette victoire étriquée, le nouveau secrétaire général obtient le soutien sans faille de son principal concurrent et la direction qu'il forme remporte la confiance de plus de 90 % des délégués au congrès[12].

Gouvernement contestéModifier

Le , l'Union générale des travailleurs (UGT) et les Commissions ouvrières (CCOO) annoncent qu'elles convoquent une grève générale — la septième depuis le retour de la démocratie mais la première depuis l'arrivée d'Aznar au pouvoir — afin de protester contre les volontés gouvernementales de réforme de l'assurance chômage[13]. En réaction, le président du gouvernement fait adopter dès le lendemain en conseil des ministres son projet de réforme par décret-loi[14]. Au soir du , les syndicats affirment que plus de 80 % de la population active a cessé le travail[15], tandis que l'exécutif évoque un chiffre de 17 %, considérant qu'il ne s'est rien passé de particulier ce jour-là[16]. Le président du gouvernement annonce le l'organisation imminente d'un remaniement ministériel au cours duquel il remplace le ministre du Travail Juan Carlos Aparicio par le président de la Généralité valencienne Eduardo Zaplana[17].

Au début de l'année 2003, José María Aznar s'aligne avec sept autres dirigeants européens sur la volonté de George W. Bush de déclencher la guerre d'Irak[18]. Alors que plus de 90 % des Espagnols se déclarent opposés à ce conflit et à la participation de leur pays à celui-ci[19], des manifestations géantes rassemblent plus d'un million de personnes à Madrid, Barcelone, Séville, La Corogne ou encore Oviedo le [20]. Le , le Congrès des députés approuve — avec les seules voix du PP — la résolution parlementaire appuyant la position de soutien aux États-Unis tenue par l'exécutif, et rejette la résolution de l'opposition qui appelle à de nouvelles inspections internationales de l'arsenal militaire irakien[21]. Une nouvelle manifestation organisée à Madrid rassemble de 20 000 à un million de personnes le [22].

Succession de José María AznarModifier

Conformément à une promesse faite le [23], José María Aznar confirme à la fin du mois d' qu'il ne sera pas candidat à sa propre succession aux prochaines élections générales et qu'il a l'intention de proposer sous peu un candidat à sa succession : les trois vice-secrétaires généraux Jaime Mayor Oreja, Mariano Rajoy et Rodrigo Rato font alors figure de favori pour prendre sa suite[24]. Il choisit finalement Rajoy, alors premier vice-président du gouvernement, ministre de la Présidence et porte-parole du gouvernement, qui est investi secrétaire général du Parti populaire et candidat à la présidence du gouvernement le à la quasi-unanimité[25]. En conséquence, le président du gouvernement organise le un remaniement ministériel pour redistribuer les fonctions de Rajoy : Rodrigo Rato devient donc premier vice-président, Javier Arenas est nommé second vice-président et ministre de la Présidence, et Eduardo Zaplana est désigné porte-parole du gouvernement[26].

Mode de scrutinModifier

Pour le Congrès des députésModifier

Le Congrès des députés est composé de 350 sièges pourvus au scrutin proportionnel plurinominal à listes fermées dans 52 circonscriptions correspondant aux 50 provinces du pays ainsi qu'aux villes autonomes de Ceuta et de Melilla. Le nombre de députés qui leur est alloué est variable en fonction de leur population, avec néanmoins un minimum de deux sièges par province, à l'exception des villes autonomes qui n'ont chacune en tout qu'un seul siège et pour laquelle les élections se tiennent donc de facto au scrutin uninominal majoritaire à un tour[27].

Après décompte des voix, les sièges sont répartis selon la méthode d'Hondt dans chacune des circonscriptions. Ne peuvent prétendre à la répartition des sièges que les listes ayant franchi le seuil électoral de 3 % des suffrages exprimés. Dans la pratique, ce seuil se révèle plus élevé dans les circonscriptions ayant peu de sièges à pourvoir. Il est ainsi en réalité de 25 % dans les provinces ne comptant que trois sièges. Le vote blanc est reconnu et comptabilisé comme suffrage exprimé, ce qui élève légèrement le seuil réel par rapport à un système classique où ils ne sont pas reconnus[27].

Répartition des sièges à pourvoir par circonscription[28]
Circonscriptions Députés
Madrid (  1) 35
Barcelone 31
Valence 16
Séville (  1) 12
Alicante 11
Málaga 10
Biscaye, Cadix, La Corogne et Murcie 9
Asturies (  1), Îles Baléares (  1), Las Palmas (  1) 8
Cordoue, Grenade, Pontevedra (  1), Santa Cruz de Tenerife et Saragosse 7
Badajoz, Gérone (  1), Guipuscoa, Jaén, Tarragone 6
Almería, Cantabrie, Castellón, Ciudad Real, Huelva, León, Navarre, Tolède et Valladolid 5
Álava, Albacete, Burgos, Cáceres (  1), Lérida, Lugo, Ourense, La Rioja et Salamanque 4
Ávila, Cuenca, Guadalajara, Huesca, Palencia, Ségovie, Soria, Teruel et Zamora 3
Ceuta et Melilla 1

Pour le SénatModifier

 
Le palais du Sénat, siège du Sénat.

Le Sénat est composé de 259 sénateurs dont 208 élus au scrutin direct, les 51 restants étant élus par les parlements des 17 communautés autonomes.

Les sénateurs élus par la population le sont au scrutin majoritaire plurinominal dans 59 circonscriptions plurinominales correspondants aux provinces du pays et à Ceuta et Melilla, à l'exception des deux communautés autonomes archipélagiques. Les principales îles des archipels des Baléares et des Canaries sont en effet dotées de leurs propres circonscriptions. Il y a ainsi quatre sénateurs pour chacune des 47 provinces de la péninsule, trois sénateurs pour les îles de Grande Canarie, Majorque et Tenerife, deux sénateurs respectivement pour Ceuta et Melilla, et un sénateur pour les îles de Minorque, Fuerteventura, La Gomera, Ibiza-Formentera, El Hierro, Lanzarote, et La Palma.

Les assemblées législatives des communautés autonomes désignent aussi des sénateurs, à raison d'un de droit par communauté, plus un siège supplémentaire par tranche d'un million d'habitants. Le nombre est de ce fait variable en fonction de l'évolution démographique. Il était de 51 en . Ces élections indirectes ont lieu pour chaque assemblée communautaire peu après leurs renouvellements, et ne coïncident donc pas nécessairement avec les élections au scrutin populaire.

Campagne électoraleModifier

Principales forces politiquesModifier

Force politique Chef de file Idéologie Résultats en 2000
Parti populaire
(es) Partido Popular
PP Mariano Rajoy
Député de Pontevedra
Centre droit à droite
Libéral-conservatisme, démocratie chrétienne
44,5 % des voix
183 députés
127 sénateurs
Parti socialiste ouvrier espagnol
(es) Partido Socialista Obrero Español
PSOE José Luis Rodríguez Zapatero
Député de León
Centre gauche
Social-démocratie, progressisme
34,2 % des voix
125 députés
60 sénateurs
Izquierda Unida
Gauche unie
IU Gaspar Llamazares
Député des Asturies
Gauche à gauche radicale
Communisme, socialisme démocratique, républicanisme
5,5 % des voix
8 députés
0 sénateur
Convergence et Union
(ca) Convergència i Unió
CiU Josep Antoni Duran i Lleida
Député régional de Barcelone
Centre droit
Catalanisme, libéral-conservatisme, démocratie chrétienne
4,2 % des voix
15 députés
8 sénateurs
Parti nationaliste basque
(es) Partido Nacionalista Vasco
(eu) Euzko Alderdi Jeltzalea
EAJ/PNV Josu Erkoreka
Député de Biscaye
Centre droit
Nationalisme basque, démocratie chrétienne, régionalisme
1,5 % des voix
7 députés
6 sénateurs

SondagesModifier

Le graphique ci-dessous est une synthèse des résultats des sondages réalisés depuis les élections du 12 mars 2000.

 
Graphique représentant les résultats des sondages depuis les élections générales de 2000.
  • PP
  • PSOE
  • IU
  • CiU
  • PNV
  • BNG

Principaux événementsModifier

Attentats de MadridModifier

Le , une série d'attentats terroristes frappent des trains de banlieue à Madrid, causant près de 200 morts[29]. Le gouvernement espagnol met immédiatement en cause l'organisation séparatiste basque Euskadi ta Askatasuna (ETA). Si ETA réfute toute responsabilité dès le lendemain, le carnage est revendiqué en fin de journée par les islamistes d'Al-Qaïda. L'exécutif réaffirme néanmoins sa conviction que le massacre a été causé par le groupe terroriste basque, cherchant visiblement à éviter que le lien soit fait entre les attentats et la participation de l'Espagne à la guerre d'Irak, dans la mesure où Oussama ben Laden avait menacé le pays de représailles en octobre précédent[30],[31].

Au soir du , plus de 11 millions d'Espagnols descendent dans les rues pour signifier leur opposition au terrorisme et témoigner de leur solidarité avec les victimes. Dans plusieurs cortèges, les manifestants interpellent le gouvernement aux cris de « Qui a fait ça ? », tandis qu'à Barcelone, le chef de file du PP catalan Josep Piqué et le ministre de l'Économie Rodrigo Rato doivent être placés sous protection policière après avoir été qualifiés d'« assassins » par certains manifestants[32]. Le lendemain, environ 5 000 personnes se réunissent devant le siège du Parti populaire, rue de Gênes à Madrid, réclamant « la vérité avant de voter », la manifestation ayant été convoquée par la transmission de SMS, une première dans l'histoire espagnole et comportant plusieurs slogans hostiles à la guerre en Irak et à des accusations de manipulation de l'information par l'exécutif sortant. Le scénario se répète dans une dizaine d'autres villes en Espagne[33].

RésultatsModifier

ParticipationModifier

Taux de participation aux élections[34],[35]
Horaire 1996 2000 Différence
à 14 heures 36,50 % 41,02 %  +4,52
à 18 heures 55,45 % 63,02 %  +7,57
à 20 heures 70,00 % 77,26 %  +7,26
Final 68,71 % 75,66 %  +6,95

Au Congrès des députésModifier

Résultats définitifs des élections au Congrès des députés[35]
 
Parti ou coalition Voix % +/- Sièges +/-
Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) 9 439 415 36,46   7,26 143 / 350   35
Parti des socialistes de Catalogne (PSC) 1 586 748 6,13   1,17 21 / 350   4
Total Parti socialiste ouvrier espagnol 11 026 163 42,59   8,43
164 / 350
  39
Parti populaire (PP) 9 635 491 37,22   6,65 146 / 350   34
Union du peuple navarrais-Parti populaire (UPN-PP) 127 653 0,49   0,16 2 / 350   1
Total Parti populaire 9 763 144 37,71   6,81
148 / 350
  35
Izquierda Unida (IU) 1 049 291 4,05   1,40 3 / 350   5
Initiative pour la Catalogne Verts - Gauche unie et alternative (ICV-EUiA) 234 790 0,91   0,40 2 / 350   1
Total Izquierda Unida 1 284 081 4,96   1,00
5 / 350
  4
Convergence et Union (CiU) 835 471 4,19   0,96
10 / 350
  5
Gauche républicaine de Catalogne (ERC) 652 196 2,52   1,68
8 / 350
  7
Parti nationaliste basque (EAJ/PNV) 420 980 1,63   0,10
7 / 350
 
Coalition canarienne (CC) 235 221 0,91   0,16
3 / 350
  1
Bloc nationaliste galicien (BNG) 208 688 0,81   0,42
2 / 350
  1
Partido Andalucista (PA) 181 868 0,70   0,19
0 / 350
  1
Chunta Aragonesista (CHA) 94 252 0,36   0,03
1 / 350
 
Eusko Alkartasuna (EA) 80 905 0,31   0,12
1 / 350
 
Nafarroa Bai (NaBai) 61 045 0,24 Nv
1 / 350
  1
Bloc nationaliste valencien (BLOC) 40 759 0,16   0,09
0 / 350
 
Parti socialiste de Majorque (PSM) 40 289 0,16   0,06
0 / 350
 
Citoyens en blanc (CENB) 40 208 0,16 Nv
0 / 350
 
Aralar 38 560 0,15 Nv
0 / 350
 
Autres partis[a] 479 674 1,85 -
0 / 350
 
Vote blanc 407 795 1,58  
Suffrages exprimés 25 891 299 98,99
Votes nuls 264 137 1,01
Total 26 155 436 100 - 350  
Abstention 8 416 395 24,34
Inscrits / participation 34 571 831 75,66

Par communauté autonome et circonscriptionModifier

Au SénatModifier

 
Résultats des élections au Sénat
Parti Élus +/-
Parti populaire (PP) 97   26
Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) 89[b]   29
Parti nationaliste basque (EAJ/PNV) 6  
Convergence et Union (CiU) 4   4
Coalition canarienne (CC) 3   2
Gauche républicaine de Catalogne (ERC) 3[c]   2
Union du peuple navarrais (UPN) 3  
Initiative pour la Catalogne Verts (ICV) 1[d]   1
Union du peuple de Melilla (es) (UPM) 1   1
Union valencienne (UV) 1   1
Autres 0   1
Total 208  

AnalyseModifier

Alors que la participation progresse significativement, le Parti socialiste ouvrier espagnol parvient à opérer un spectaculaire retournement électoral en profitant pleinement de la mobilisation des abstentionnistes. Ce résultat est davantage une victoire des socialistes, qui gagnent près de trois millions de voix et obtiennt à l'époque le meilleur score lors d'élections générales, qu'une défaite du Parti populaire, qui perd seulement 700 000 voix par rapport à 2000. Les cinq points qui les séparent dans les urnes dépassent les écarts constatés lors des moments les plus difficiles pour le gouvernement au cours de la législature sortante[36],[37]. Autre grande vainqueure de la soirée, la Gauche républicaine de Catalogne pointe au quatrième rang des forces parlementaires, passant de un seul à huit sièges au Congrès, soit son meilleur résultat depuis 1977[38].

Avec 148 députés, le parti au pouvoir perd 35 sièges et est sanctionné dans les urnes pour sa communication consécutive aux attentats de Madrid[39]. Il abandonne la moitié de ses mandats en Catalogne et au Pays basque, est rattrapé en Galice où il reste le premier parti, et voit l'écart avec les socialistes s'élargir de deux à quinze députés en Andalousie[40]. Izquierda Unida (IU) est l'autre grande défaite de ce scrutin, puisqu'elle perd la moitié de ses députés, victime du vote utile en faveur du Parti socialiste, que ce dernier avait d'ailleurs recommandé tout au long de sa campagne[36].

ConséquencesModifier

Le , le Parti socialiste signe un accord avec l'ensemble des forces politiques représentées aux Cortes Generales, à l'exception du Parti populaire, afin de répartir les présidences, vice-présidences et secrétariats des chambres[41]. En vertu de ce pacte, le député socialiste Manuel Marín est élu le lendemain président du Congrès des députés par 202 voix pour et 142 votes blancs, tandis que le sénateur socialiste Javier Rojo est porté au poste de président du Sénat par 127 suffrages, contre 123 à la sénatrice conservatrice Rosa Vindel ; au Congrès, la deuxième vice-présidence revient au nationaliste catalan Jordi Vilajoana qui bénéficie de l'entente scellée la veille[42].

Après deux jours d'entretiens avec les partis représentés aux Cortes, le roi Juan Carlos Ier informe le Manuel Marín qu'il propose José Luis Rodríguez Zapatero comme candidat à la présidence du gouvernement. Lors des échanges, tous les parti — à l'exception du Parti populaire — n'a annoncé son intention de voter contre Zapatero lors de l'investiture parlementaire[43]. Le , après deux jours de débat, Zapatero est investi président du gouvernement par 183 voix pour, 148 voix contre et 19 abstentions, ayant bénéficié du vote favorable de la Gauche républicaine de Catalogne, d'Izquierda Unida, de la Coalition canarienne, du Bloc nationaliste galicien et de la Chunta Aragonesista[44]. Il est assermenté le lendemain et annonce la composition de son premier gouvernement, qui réunit 16 ministres dont huit femmes, constituant ainsi le premier exécutif paritaire espagnol[45].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. (80, moins de 0,15 % chacun)
  2. Dont 8 sénateurs du Parti des socialistes de Catalogne élus dans le cadre de l'Accord catalan pour le progrès.
  3. Élus dans le cadre de l'Accord catalan pour le progrès.
  4. Élu dans le cadre de l'Accord catalan pour le progrès.

RéférencesModifier

  1. (es) « Aznar ha duplicado su voto desde 1989, el primer año en que fue candidato a La Moncloa », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  2. (es) Joaquín Prieto, « Aznar consigue una histórica mayoría absoluta », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  3. (es) Juan González Ibañez, « Rudi, primera mujer elegida presidenta del Congreso, sin ningún voto en contra », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  4. (es) Luis R. Aizpeola, « Esperanza Aguirre se compromete a culminar en esta legislatura la reforma del Senado », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  5. (es) Luis R. Aizpeola, « Aznar expresa al Rey su voluntad de mantener el diálogo social y político », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  6. (es) Carmen del Riego et Cristina Sen, « Rato y Rajoy serán los pilares de Aznar », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  7. (es) Carmen del Riego et Cristina Sen, « Aznar amarra el centro con su nuevo equipo », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  8. (es) Anabel Díez, « Joaquín Almunia asume la derrota y dimite », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  9. (es) « El comité federal resuelve la dimisión de Almunia con un congreso ordinario y una gestora de 15 miembros », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020).
  10. (es) Anabel Díez, « La mayoría de los 998 delegados del PSOE sigue sin decantarse por ningún candidato », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mai 2020).
  11. (es) Anabel Díez, « Zapatero gana a Bono por sólo 9 votos », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  12. (es) Anabel Díez, « Zapatero recupera la unidad del PSOE », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  13. (es) Mariano Guindal, « Los sindicatos convocan para el 20-J la séptima huelga general de la democracia », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  14. (es) Mariano Guindal, « El Gobierno impone por decreto ley la reforma del subsidio de desempleo », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  15. (es) José Bejarano et Mariano Guindal, « Fidalgo y Méndez creen que es el segundo gran paro de la democracia », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  16. (es) Mar Díaz-Varela, « El Gobierno afirma que “no ha habido huelga” y que ha sido un día normal », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  17. (es) Jordi Barbeta et Cristina Sen, « Golpe de timón de Aznar en el Gobierno », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  18. (es) « Aznar y otros siete líderes europeos firman una carta de apoyo a Bush frente a Irak », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  19. François Musseau, « En Espagne, Aznar envers et contre tous », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  20. (es) « Los organizadores cifran en más de tres millones los manifestantes en Madrid y Barcelona », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  21. (es) « El Congreso aprueba la proposición de Aznar sobre Irak con el apoyo unánime de los populares », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  22. (es) Pilar Marcos et Fernando Pérez, « Madrid vuelve a decir 'no' a la guerra », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  23. (es) Victorino Ruiz de Azua, « Aznar: "Vamos a llenar de esperanza a un pueblo que no puede vivir en la resignación" », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  24. (es) Pilar Marcos et Luis R. Aizpeola, « Aznar anunciará el lunes a la dirección del PP el nombre de su sucesor », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  25. (es) Pilar Marcos, « Rajoy declara que seguirá la política de Aznar », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  26. (es) « Los nuevos ministros de Aznar juran sus cargos ante el Rey », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  27. a et b Union interparlementaire, « Congreso de los Diputados (Congrès des Députés) », sur archive.ipu.org (consulté le 29 mai 2020).
  28. Jefatura del Estado: « Real Decreto 100/2004, de 19 de enero, de disolución del Congreso de los Diputados y del Senado y de convocatoria de elecciones. », Boletín Oficial del Estado, no 17,‎ (ISSN 0212-033X, lire en ligne)
  29. (es) « Cuatro atentados simultáneos causan una matanza en trenes de Madrid », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  30. « Le 11 mars 2004, Madrid plonge dans un bain de sang », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  31. « Espagne: un mensonge d’Etat aussitôt sanctionné dans les urnes », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  32. (es) « 11 millones de españoles se echan a la calle », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  33. (es) « Miles de personas exigen en las calles españolas que se les diga la verdad antes de votar », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  34. (es) Ministère de l'Intérieur, « Congreso / Marzo 2000 », sur infoelectoral.mir.es (consulté le 1er juin 2020).
  35. a et b (es) Ministère de l'Intérieur, « Congreso / Marzo 2004 », sur infoelectoral.mir.es (consulté le 1er juin 2020).
  36. a et b (es) José Luis Martín, « El PSOE consiguió tres millones de votos más que en 2000 », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  37. (es) « Zapatero vence con casi 11 millones de votos », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  38. (es) « Espectacular subida de ERC, que no tendrá grupo parlamentario », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  39. (es) José Luis Martín, « Los españoles castigan al PP y dan el poder al PSOE », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  40. (es) Camilo Valdecantos, « Cataluña, Euskadi, Andalucía y Galicia, las que más castigan al Partido Popular », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  41. (es) « El PSOE firma un acuerdo con todos los partidos, excepto el PP, en el Congreso y el Senado », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  42. (es) José Luis Martín, « Los socialistas Manuel Marín y Javier Rojo, elegidos nuevos presidentes del Congreso y el Senado », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  43. (es) « El Rey propone a Zapatero como candidato a la Presidencia del Gobierno », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  44. (es) « Rodríguez Zapatero, elegido presidente con 183 votos », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  45. (es) « Zapatero promete su cargo como presidente y confirma su nuevo Gobierno ante el Rey », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier