Berthen

commune française du département du Nord

Berthen
Berthen
Village de Berthen.
Blason de Berthen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté de communes de Flandre Intérieure
Maire
Mandat
Régis Dondeyne
2020-2026
Code postal 59270
Code commune 59073
Démographie
Gentilé Berthenois
Population
municipale
551 hab. (2017 en augmentation de 8,04 % par rapport à 2012)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 47′ 00″ nord, 2° 41′ 45″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 162 m
Superficie 5,18 km2
Élections
Départementales Canton de Bailleul
Législatives Quinzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Berthen
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Berthen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berthen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berthen

Berthen est une commune française située au pied du mont des Cats, dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Berthen est située au centre des monts des Flandres, entre le mont des Cats, le mont Kokerel et le mont Noir.

La commune se trouve à 6 km de Bailleul, 45 km de Dunkerque, 16 km d'Hazebrouck, 35 km de Lille[1].

Elle compte comme hameaux ou lieux-dits des sites tels que le mont des Cats, ou encore le mont de Boeschèpe[1].

Géologie et reliefModifier

La commune se situe à une hauteur moyenne de 58 m[1].

HydrographieModifier

ClimatModifier

Voie de communication et transportModifier

ToponymieModifier

  • D'un nom de personne germanique féminin Bertina, devenu masculin[2]. Ou d'une forme du genre Berting (la terre de Berto).
  • Bertina (1123), Bertine (1182), Bertene (1423), Berthen (1793).
  • La commune se nomme Berten en néerlandais.

HistoireModifier

La commune de Berthen était située dans le diocèse d'Ypres avant la réorganisation la faisant dépendre de l'archidiocèse de Lille.

La seigneurie de Berthen a été élevée en marquisat par Philippe IV d'Espagne en 1660 en faveur de Georges de Thiennes, maître de camp[1].

Le 19 juin 1660, par lettres de Madrid (la Flandre est espagnole à cette époque), la seigneurie et terre de Berthen, ayant haute, moyenne et basse justice (justice seigneuriale), située au comté de Flandre, relevant de la cour féodale de Bailleul, est érigée en marquisat, en y annexant les terres et seigneuries de Vleminckhove, Noirmont et Houtambach, au profit de Georges de Thiennes, baron de Brouck, seigneur des dits lieux, mestre de camp entretenu, gouverneur, bailli et capitaine des ville et château d'Aire (Aire-sur-la-Lys). La maison de Thiennes est issue des ducs de Limbourg en Luxembourg et en porte les armes (« D'argent au lion de gueules armé et lampassé d'or »); elle a fourni beaucoup de gouverneurs de provinces, de places de guerres, de chefs dans les armées, d'ambassadeurs, d'écuyers tranchants, de gentilhommes de bouche, de conseillers et chambellans , savoir ː Robert de Thiennes, seigneur de Castre (Caëstre) et Berthen, conseiller et chambellan des ducs de Bourgogne Philippe le Bon, et Charles le Guerrier (Charles le Téméraire fils de Philippe le Bon), ayant eu commandement de leurs armées contre la France; Jacques de Thiennes, son fils, aussi chambellan des empereurs Maximilien Ier et Charles Quint, puis bailli de Gand, commissaire ordinaire au renouvellement des magistrats du comté de Flandre, lieutenant et capitaine du pays et comté de Hollande, ambassadeur vers le roi d'Angleterre et envoyé aussi en qualité d'ambassadeur au roi du Danemark pour lui porter la Toison d'or (Ordre de la Toison d'or); lui-même Georges de Thiennes a servi 27 ans comme alfère, colonel, capitaine de cuirassiers, commissaire général de cavalerie, mestre de camp et depuis sept ans gouverneur d'Aire, s'est trouvé aux sièges de Maestricht, à la surprise de Trèves, à la bataille du prince Thomas de Savoie, (Thomas de Savoie-Carignan), en la ville de Saint-Omer assiégée, au siège de Lens, au siège de La Bassée, où ayant pris les postes, empêcha l'ennemi d'y introduire des secours, à la défaite de l'armée de France, en la bataille d'Hancourt, etc. etc.[3].

Berthen fait partie des villages complètement détruits pendant la guerre de 1914-1918[4].

Politique et administrationModifier

Situation administrativeModifier

 
Berthen dans son canton et son arrondissement

Tendance politiqueModifier

Administration municipaleModifier

 
Mairie.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1795 Pierre Van Stavel    
1795 1799 Matthieu Wyckaert    
1799 1808 Philippe Jacques Labelle    
mars 1808 Jean Baptiste Van Dromme    
1808 1814 Nicolas Dieusaert    
1814 1817 Michel Jacques Laheyne    
1817 1831 Benoît Joseph Chirouter   Cultivateur
1831 1846 Pierre François Thorez    
1846 1854 Fidèle David   Brasseur
1854 1865 Pierre Joseph Van Stavel    
1865 1870 Constant Petitprez    
1902 Armand Edmond Evariste Vandewalle    
1902 1908 Désiré Andouche    
1908 1914[5] Henri Legillon    
1919 1929 Jules Verbaere   Cultivateur
1929 1939 Jules Vandewalle   Cultivateur
1951 1959[6] Lucien Vanrenterghem   Cultivateur
1959 1965 Maurice Huchette   Cultivateur
1965 1971 Paul Clyti   Cultivateur
1971 1986 Jules Campagne    
1986 1995 Jean-Marie Tassaert   Cultivateur
En cours Patricia Moone DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administrativesModifier

Politique environnementaleModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2017, la commune comptait 551 habitants[Note 1], en augmentation de 8,04 % par rapport à 2012 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
613641693546584565600588589
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
567583596590607660700685657
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
644667605558546508537505510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
485426406439464517503512551
2017 - - - - - - - -
551--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Berthen en 2007 en pourcentage[11].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,2 
90 ans ou +
0,8 
5,0 
75 à 89 ans
9,5 
9,2 
60 à 74 ans
10,4 
27,3 
45 à 59 ans
28,6 
20,8 
30 à 44 ans
19,1 
16,5 
15 à 29 ans
16,2 
20,0 
0 à 14 ans
15,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[12].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

SantéModifier

EnseignementModifier

Banteux fait partie de l'académie de Lille.

SportsModifier

MédiaModifier

 
Émetteur de TDF lieu-dit le Mont des Cats.

Berthen a un émetteur de TDF au lieu-dit le Mont des Cats.

CultesModifier

ÉconomieModifier

Culture et patrimoineModifier

La fête communale a lieu le 4e dimanche de juillet.

La commune maintient vivace la tradition du tir à l'arc avec la société des archers Saint-Sébastien.

Lieux et monumentsModifier

Depuis 2012, Berthen fait partie du réseau Village Patrimoine, coordonné par les Pays de Flandre.

La commune compte sur son territoire une tour de TDF de 217 m de haut.

Chapelle des FièvresModifier

Souvent aussi appelée par son nom flamand, Korse Kapelle, elle a pour vocables secondaires « chapelle de la passion » et « chapelle aux loques ». Érigée en 1857, elle ressemble à une petite église car dotée, comme telle, de vitraux et contreforts. Construite en grès ferrugineux local, elle se situe en plein milieu du bois du Mont des Cats. Le chemin de croix s'y déroulant à chaque Vendredi saint y reste très populaire.

Église Saint-BlaiseModifier

  • L'ancienne église datait de 1589, reconstruite après sa dévastation par les « gueux ». C'était une église-halle et son clocher datait de 1875. Le village est détruit le 28 mai 1940 par des bombardements. Le calvaire étant resté debout, il symbolise l'espérance aux yeux des habitants[13].
  • La nouvelle église est commencée en 1961, sous la direction de Thibaut, architecte à Lille. Elle est consacrée le 12 juillet 1964. Les cloches sont baptisées Marie Louise, Marie Paule et Anne Marie. On remarquera les vitraux de Claude Blanchet[14]

Personnalités liées à la communeModifier

  • Michel-Albert Van Merris, né à Berthen à la ferme des Dix-Sept Champs, bailli de Berthen,conseiller au bailliage Royal à Bailleul, (1732-1807)
  • Gaëlle Thibaut, spécialisée dans la ville intelligente, urbaniste de renommée grâce à son travail au sein des Nations unies dans le développement de villes africaines est née à Berthen.

HéraldiqueModifier

Les armes de Berthen se blasonnent ainsi : « D'or à la bordure d'azur, et en cœur un écusson d'argent, bordé d'azur et chargé d'un lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or ».

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1979, Tome III, Arrondissement de Dunkerque, p. 9522.
  2. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  3. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 315, lire en ligne.
  4. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1922
  5. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1909 à 1914
  6. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1952 à 1959
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. « Évolution et structure de la population à Berthen en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  13. Église Saint Blaise, Berthen, brochure, octobre 2006.
  14. Frémaux, Céline, Construire des églises en France dans la seconde moitié du XXe siècle. De la commande à la réalisation. Nord-Pas-de-Calais (1945-2000). Vol 2 p.52