Bataille de Furnes (octobre 1793)

Bataille de Furnes

Informations générales
Date
(30 vendémiaire an II)
Lieu Furnes
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la France République françaiseDrapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Commandants
Dominique Vandamme
Jean Florimond Gougelot

Première Coalition

Batailles

Coordonnées 51° 04′ 21″ nord, 2° 40′ 05″ est
Géolocalisation sur la carte : Flandre-Occidentale
(Voir situation sur carte : Flandre-Occidentale)
Bataille de Furnes
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Bataille de Furnes

La 3e bataille de Furnes oppose, en Belgique, les troupes du Saint-Empire romain à celles de la République française le (30 vendémiaire an II).

ContexteModifier

Après la prise de Furnes le , les coalisés s'étaient encore une fois emparés de Furnes. Dunkerque était serré de près par une armée anglaise, lorsque la victoire de Hondschoote mit les Français en état de les repousser.

La batailleModifier

Trois mille impériaux étaient chargés de la défense de Furnes, mais ils remplirent mal leur mission.

Le (30 vendémiaire an II), le général Vandamme, ayant eu ordre de se porter sur cette ville, l'enveloppe : tout-à-la-fois , par trois colonnes :

Pendant qu'elles s'avancent, de leur côté, vers Furnes,

La baïonnette enlève tous les postes ennemis : les Autrichiens fuient en désordre, et laissent leur artillerie, qui tombe entre les mains des Français

Rapport historique de la dernière attaque de Furnes et détails particuliers des mouvements de la colonne commandée par le général de brigade Gougelot, fait par le citoyen F. Durutte, adjudant général, par ordre du général de division Souham, à Hondschoote, le 16 frimaire, l'an II de la République française, une et indivisible ().

.

ConséquencesModifier

La prise de Furnes permet aux troupes françaises, dans la foulée, le siège de Nieuport.

BibliographieModifier

Notes, sources et référencesModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.