Ouvrir le menu principal

Barousse

Vallée dans les Hautes-Pyrénées, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Barousse (fromage).

Barousse
Mauléon-Barousse
Mauléon-Barousse
Massif Pyrénées
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Communes Loures-Barousse, Mauléon-Barousse
Coordonnées géographiques 42° 58′ nord, 0° 34′ est[1]

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Barousse

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Barousse
Orientation nord-est
Longueur 20 km
Type Vallée glaciaire
Écoulement Ourse
Voie d'accès principale D 925

La Barousse est une vallée pyrénéenne de moyenne montagne dans le Sud-Ouest de la France, comprenant la vallée de l'Ourse, un affluent gauche de la Garonne, dans le département des Hautes-Pyrénées. Le territoire de la Barousse intègre également la petite vallée de Siradan. Ce terroir est géographiquement et économiquement très lié à l'arrondissement de Saint-Gaudens, dans la proche Haute-Garonne..

Les principales cités sont Loures-Barousse et Mauléon-Barousse.

ToponymieModifier

Son nom, d'un gascon pré-latin Barroça, est basé sur la racine basque ibar qui signifie « vallée » et d’une variante fermée du suffixe toponymique -oç[réf. nécessaire]. D'autres[Qui ?] ont proposé d'y voir le nom « Ourse » de la rivière.

Le fond linguistique basque est bien perceptible au travers de toponymes comme l'Ourse, Loures-Barousse, Izaourt, Sarp, Ourde, Esbareich, Sost

Les Romains ont laissé des noms de domaines comme Antichan, Samuran.

Le gascon est perçu dans les noms de Créchets (petit précipice), Bramevaque (meugle vache), Troubat (trouvé ?) ou Cazarilh (petit hameau).

Le nom d'Ilheu rappelle celui de la vallée d'Ilhéou.

GéographieModifier

TopographieModifier

La Barousse correspond principalement au bassin de l'Ourse, au nord-est du Mont Né (2 147 m). Elle s'insère entre les vallées de la Pique, à l'est, et celle du Nistos, au nord-ouest. Elle débouche sur la vallée de la Garonne à hauteur de Barbazan. La petite vallée de Siradan, qui rejoint directement la Garonne depuis le plateau de Cazarilh, est également baroussaise, aucun obstacle significatif ne la séparant de la vallée principale.

Fermé en hiver, le port de Balès (1 755 m), couramment emprunté par le Tour de France depuis 2007, permet de rejoindre la vallée d'Oueil dans le Luchonnais, au sud.

GéologieModifier

Il y a 50 000 à 60 000 ans, la vallée a été envahie par le glacier de la Garonne comme en témoignent d'imposants dépôts glaciaires qui ont créé un étranglement à mi-vallée : le verrou de Troubat.

La haute vallée est couverte de forêts alors que la partie centrale se prête bien aux prairies. Le paysage karstique nous donne à apprécier le gouffre de Saoule dans lequel l'Ourse de Ferrère plonge en cascades.

Le calcaire dolomitique était extrait d'anciennes carrières à Thèbe. À l’ouest du mont Sacon, le minerai de magnésium était extrait pour alimenter l’usine métallurgique de Marignac qui a fermé définitivement en 2009[2]. La carrière est de nouveau exploitée depuis quelques années[précision nécessaire].

La vallée est présentée comme le pays des sources tant celles-ci sont nombreuses et abondantes. Certaines sont captées pour l'approvisionnement en eau potable du sud de la Haute-Garonne et d'une partie du Gers.

HydrographieModifier

Le mont Las (1 729 m), au centre de la Barousse, sépare l’Ourse en deux affluents : l’Ourse de Sost et l’Ourse de Ferrère. Les deux torrents confluent à Mauléon-Barousse, l'Ourse passe alors entre le mont Sacon à l’ouest et la montagne de Gert à l’est.

CommunesModifier

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
km2
Population
(dernière pop. légale)
Densité
hab./km2
Anla 65012 CC Neste Barousse 2,85 97 (2016) 34
Antichan 65014 CC Neste Barousse 1,19 33 (2016) 28
Aveux 65053 CC Neste Barousse 3,08 43 (2016) 14
Bertren 65087 CC Neste Barousse 2,66 174 (2016) 65
Bramevaque 65109 CC Neste Barousse 3,77 37 (2016) 9,8
Cazarilh 65139 CC Neste Barousse 3,06 51 (2016) 17
Créchets 65154 CC Neste Barousse 1 54 (2016) 54
Esbareich 65158 CC Neste Barousse 8,68 81 (2016) 9,3
Ferrère 65175 CC Neste Barousse 57,56 43 (2016) 0,75
Gaudent 65186 CC Neste Barousse 1,57 42 (2016) 27
Gembrie 65193 CC Neste Barousse 1 76 (2016) 76
Ilheu 65229 CC Neste Barousse 2,01 39 (2016) 19
Izaourt 65230 CC Neste Barousse 2,41 258 (2016) 107
Loures-Barousse 65287 CC Neste Barousse 2,16 620 (2016) 287
Mauléon-Barousse 65305 CC Neste Barousse 5,49 95 (2016) 17
Ourde 65347 CC Neste Barousse 5,6 34 (2016) 6,1
Sacoué 65382 CC Neste Barousse 13,14 62 (2016) 4,7
Sainte-Marie 65391 CC Neste Barousse 1 68 (2016) 68
Saléchan 65398 CC Neste Barousse 4,1 265 (2016) 65
Samuran 65402 CC Neste Barousse 2,55 26 (2016) 10
Sarp 65407 CC Neste Barousse 1,82 110 (2016) 60
Siradan 65427 CC Neste Barousse 2,74 285 (2016) 104
Sost 65431 CC Neste Barousse 32,05 87 (2016) 2,7
Thèbe 65441 CC Neste Barousse 7,6 79 (2016) 10
Troubat 65453 CC Neste Barousse 2,79 73 (2016) 26

ClimatModifier

Article connexe : climat des Hautes-Pyrénées.

Territoire forestier très verdoyant, la Barousse reçoit des précipitations qui butent dès les premiers contreforts en créant différents micro-climats.

Faune et floreModifier

Par endroits, une végétation particulière peut être favorisée, comme les chênes-verts à Bagiry et à Bertren. En outre, la pluviométrie permet une forte croissance de la forêt et son extension.

 
La Barousse, une des plus importantes concentrations de cerfs en France.

Profitant des vastes forêts, le cerf est l'animal emblématique de la vallée. Il a été introduit en 1958 en provenance de la forêt de Chambord et a prospéré. De nombreux naturalistes, ou encore des groupes de curieux encadrés par des accompagnateurs expérimentés[3], arrivent entre la mi-septembre et la mi-octobre pour entendre le brame du cerf en rut.

HistoireModifier

La grotte de Troubat témoigne d'un peuplement ancien. Des fouilles ont révélé des silex, des harpons, un propulseur, des sagaies en bois de cervidés, datant de 15000 à 8000 av. J.-C. On y a découvert de nombreux restes d'escargots qui étaient utilisés comme réserve alimentaire par les Pyrénéens de l'époque. C'est aussi une grotte ornée de façon modeste.

Au Moyen Âge, la Barousse se détache du Comminges pour rejoindre le comté d'Aure et former le pays des Quatre-Vallées.

ActivitésModifier

Usine d'embouteillage de l'eauModifier

Créée en mars 1993 sur la commune de Ferrère à l'initiative du Syndicat des eaux Barousse - Comminges - Save, l'usine d'embouteillage des eaux de la source Sainte-Nérée a connu une montée en puissance jusqu'en 1995 avec 25 millions de bouteilles produites par an commercialisées sous le nom de Canyon. Elle a employé jusqu'à 25 salariés, devenant le plus important employeur de cette vallée peu peuplée. La ressource étant devenue instable, elle a fermé en juillet 2009. Une nouvelle ouverture de l'usine, bien entretenue et basée à Sarp, était à l'étude en 2015[4].

Un fromage caractéristique de la valléeModifier

Fabriqué au lait cru de brebis ou de vache ou du mélange des deux laits, le fromage de Barousse est produit dans plusieurs villages de la vallée dont le plus connu pour cette production est Sost.

Carrière de marbreModifier

La vallée de la Barousse est riche de différentes variétés de marbre. De nombreuses carrières étaient exploitées dans le passé. La commune de Sost avait des carrières de trois variétés de marbre, blanc, rose et gris marbré de rose et jaune. Les autres communes ayant eu une carrière de marbre sont Anla, Sacoué, Sarp, Gembrie, Izaourt, Saint-Nérée, Mauléon-Barousse, Troubat, Bramevaque et Ferrère.

Les sculptures les plus célèbres réalisées avec le marbre de la vallée de la Barousse sont :

Protection environnementaleModifier

Avec une faible pression humaine, la Barousse, notamment dans sa partie haute, est un territoire où l'environnement apparaît comme naturellement préservé avec de vastes domaines forestiers sur au moins 40 % de la surface. De nombreuses espèces protégées y trouvent refuge. De ce fait, le massif de la Barousse (au sud de Mauléon-Barousse) et le chaînon du sommet d'Antenac au Cap de Pouy de Hourmiguéle sont reconnus zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[7], débordant du département des Hautes-Pyrénées jusqu'à la rive gauche de la Pique, en Haute-Garonne.

Patrimoine architectural et culturelModifier

Particularisme culturelModifier

La Barousse perpétue une tradition ancestrale dans ses communes : la fête du feu du solstice d'été, partagée seulement dans un nombre limité de localités des Pyrénées centrales en Aragon, Catalogne, dans le Luchonnais et en Andorre.

Notes et référencesModifier

  1. Source : cartes IGN sur Géoportail
  2. Association Vivre en Comminges, « Usine (ex. Pechiney) de Marignac (Canton de Saint-Béat) - Vivre en Comminges », sur www.vivreencomminges.org (consulté le 2 décembre 2018)
  3. Christine Tellier, « Barousse : partez en randonnée dans les bois écouter le brame du cerf », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  4. J.- Ch. Thomas, « Un espoir pour l'usine d'embouteillage ? », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  5. « PressReader.com - Journaux du Monde Entier », sur www.pressreader.com (consulté le 21 octobre 2019)
  6. « Exposition - Hautes-Pyrénées », sur www.eterritoire.fr (consulté le 21 octobre 2019)
  7. « Massif de la Barousse et chaînon du Sommet d'Antenac au Cap de Pouy de Hourmigué », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 4 mai 2018)

Voir aussiModifier