Ouvrir le menu principal

Armand Bernard

comédien et chanteur, composa et dirigea de nombreuses musiques de film
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard et Armand Bernard (peintre).
Armand Bernard
Nom de naissance Armand Joseph Bernard
Naissance
Colombes, France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 75 ans)
Paris
Profession Acteur

Armand Bernard est un acteur français, également compositeur, chanteur[1] et chef d'orchestre, né le à Colombes (département de la Seine, aujourd'hui Hauts-de-Seine), mort le à Paris.

Sommaire

BiographieModifier

Sorti du Conservatoire en 1916 avec un 2d prix de tragédie[2], il effectue un bref passage à la Comédie-Française[3].

En 1921, il obtient un grand succès au cinéma dans le rôle de « Planchet », valet de d’Artagnan[4], dans la version des Trois Mousquetaires d'Henri Diamant-Berger. Il joue ensuite, entre autres, dans Le Miracle des loups (1924) et Le Joueur d'échecs (1927), films muets de Raymond Bernard, ou encore dans le Napoléon (1927) d'Abel Gance.

Après l'avènement du parlant, il figure dans plus d'une centaine de films, le plus souvent dans des comédies où sa diction grave et son air digne apportent une note comique. Il joue notamment dans : Le Million de René Clair avec Annabella (1931) ; deux films réalisés en 1938 par Christian-Jaque : Les Disparus de Saint-Agil avec Erich von Stroheim et Michel Simon, et Raphaël le tatoué avec Fernandel ; Destins de Richard Pottier avec Tino Rossi (1946), ou encore Souvenirs perdus de Christian-Jaque en 1950. Étant juif, il est déchu en 1940 de la nationalité française par la législation de Vichy et se cache prés de Grenoble.

Armand Bernard chante dans quelques-uns de ses rôles, dont celui qu'il interprète dans Dactylo de Wilhelm Thiele (1931)[4], et il contribue à la création de musiques de films, soit comme compositeur : Pension Mimosas de Jacques Feyder (1935) ; comme arrangeur : Sous les toits de Paris de René Clair (1930) ; ou comme chef d'orchestre : L'Âge d'or de Luis Buñuel (1930), À nous la liberté de René Clair (1931).

Parallèlement à sa carrière au cinéma, il se produit au théâtre. Il apparait pour la dernière fois sur les écrans en 1963.

De nombreux disques de marque Columbia enregistrés dans les années 1930 témoignent d'une activité de chef d'orchestre lyrique ; tandis que d'autres chez Ultraphone, se font l'écho de sa carrière de chanteur fantaisiste.

Mort à Paris en juin 1968, Armand Bernard a été inhumé à Asnières-sur-Seine.

FilmographieModifier

ActeurModifier

Période muette
Période 1930 - 1939
Période 1940 - 1949
Période 1950 - 1963

Musique de filmModifier

ThéâtreModifier

Discographie - ChanteurModifier

  • Miaou (Musique de Oberfeld - Paroles de J. Dramont) Fox-trot du film La Margoton du bataillon par M. Armand Bernard, créateur du film, orchestre sous la direction d'A. Valsien ODEON 166 643 (Ki5951)
  • La Margoton du bataillon (Musique de Oberfeld - Paroles de Ch.L Pothier et R. Pujol) Marche du film La Margoton du bataillon par M. Armand Bernard, créateur du film, orchestre sous la direction d'A. Valsien ODEON 166 643 (Ki5952)

Discographie - Chef d'orchestreModifier

  • Le Cor (Flégier) par Armand Narçon de l'Opéra, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA RFX 20 (LX 1402)
  • Les Trois Hussards (Nadaud arrangement L Fournier) par Armand Narçon de l'Opéra, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA RFX 20 (LX 1401)
  • Les Deux Grenadiers (Shumann) par Armand Narçon de l'Opéra, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA RFX 32 (LX 1447)
  • Le Vallon (Gounod) par Armand Narçon de l'Opéra, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA RFX 32 (LX 1591)
  • La Mascotte (Audran) air : Ces envoyés du paradis par Georges Villier de l'Opéra-comique, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA RF 3 (L1970)
  • Les Mousquetaires au couvent (Varney) air : Pour faire un brave mousquetaire par Georges Villier de l'Opéra-comique, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA RF 3 (L1971)
  • Les trois Vagabonds (paroles de P Humbourg et Darto - musique de Darto et Karpoff) par M. Grandini des Concerts Parisiens, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA DF 629 (L3261)
  • Vieille Maison (paroles de Jean Loysel - musique de C A Cazals) par M. Grandini des Concerts Parisiens, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA DF 629 (L3262)
  • La Mascotte (Audran) duetto : J'aime bien mes dindons par Marthe Coiffier et Georges Villier de l'Opéra-Comique, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA DF 475 (L 2818)
  • La petite Mariée (Lecocq) Duo du Rossignol par Marthe Coiffier et Georges Villier de l'Opéra-Comique, orchestre direction Armand Bernard COLUMBIA DF 475 (L 2820)
  • La Chauve-souris (Strauss II) Fragments de l'ouverture par Armand Bernard et son grand orchestre SOFRADI S 3015 (S2539)
  • Roses du Sud (Strauss) par Armand Bernard et son grand orchestre SOFRADI S 3015 (S2540)

Notes et référencesModifier

  1. « La vache et l'oiseau (René Bussy) Armand Bernard », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le 8 février 2018)
  2. Anne Bongrain, Le Conservatoire de Paris, 1900-1930 : documents historiques et administratifs, Paris, Vrin, , 750 p. p. (ISBN 978-2-7116-2398-3), p. 476
  3. Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir & Blanc, 250 acteurs du cinéma français 1930-1960, Flammarion, 2000 (ISBN 2-08-067877-9) p. 68
  4. a et b Olivier Barrot et Raymond Chirat, op.cit., p. 69

Liens externesModifier