Les Femmes collantes

film de Pierre Caron, sorti en 1938
Les Femmes collantes
Réalisation Pierre Caron
Scénario Jean de Letraz
d'après l'opéra-bouffe de
Léon Gandillot
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 95 minutes
Sortie 1938


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Femmes collantes est un film français réalisé en 1938 par Pierre Caron d'après l'opéra-bouffe de Léon Gandillot (1886)

SynopsisModifier

Maître Jacques Badinois, notaire, est jeune, riche et bel homme. Ne sachant pas dire non, il se laisse courtiser par toutes les femmes qu'il rencontre. Au commencement du film, Maître Badinois a trois maîtresses, Gladys, une joueuse de billard, Eloïse une jeune veuve et Rose sa bonne.

Un entrepreneur de pompes funèbres, Séraphin Campluchard, demande de façon compulsive à être reçu par Maître Babinois au sujet d'un héritage à propos duquel il ne sait rien mais se fait régulièrement éconduire par le premier clerc du cabinet. Fou de rage, Campluchard décide de suivre Badinois dans tous ses déplacements jusqu'à ce que celui-ci consente à l'écouter.

Hippolyte Loupiot est le premier clerc de l'étude de Maître Badinois. Vieux garçon superstitieux, il arrange son mariage avec les Bourillon, dont il ne connait pas encore Monique, leur fille qui est une grande sportive multi disciplinaire. Une réunion est prévue chez Maître Badinois afin de finaliser le contrat de mariage. Loupiot en désaccord avec les termes du contrat renonce au mariage, ce qui arrange bien Monique, laquelle tombe sous le charme du notaire et réciproquement. Du coup Badbinois n'a rien contre le fait d'épouser Monique. Quelques instants plus tard Loupiot regrette sa décision précipitée, mais il est trop tard, les Bourillon ne veulent plus en entendre parler. Loupiot décide donc de se venger de son patron...

Claude Patrice est un grand couturier, son associé vient de décéder et il ignore qui va lui succéder, Maître Babinois ayant égaré le dossier.

Maître Babinois qui ne veut contrarier personne promet le mariage à ses quatre conquêtes et leur fixe la même date et la même heure pour la cérémonie. Campluchard et Patrice emportent les dossiers en instance du notaire pour les trier à la mairie dans l'espoir de dénicher les documents les concernant.

Finalement Eloïse, Gladys, Rose et leurs demoiselles d'honneur se crêpent le chignon dans la salle des mariages, Patrice découvre que son futur associé sera Campluchard, et Jacques Badinois se marie avec Monique devant le maire du 21ème arrondissement (sic) lequel ne manquera pas de leur préciser qu'ils seront bientôt cocus comme tout le monde.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

Liens externesModifier