Gabrielle Dorziat

actrice française (1880-1979)
Gabrielle Dorziat
Gabrielle Dorziat.jpg
Gabrielle Dorziat.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 99 ans)
BiarritzVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Marie Odile Léonie Gabrielle Sigrist
Surnom
La comtesse de Zogheb
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Autres informations
Distinction

Gabrielle Dorziat, de son vrai nom Marie Odile Léonie Gabrielle Sigrist, née le à Épernay et morte le à Biarritz, est une actrice française.

BiographieModifier

 
Gabrielle Dorziat par Jean Reutlinger.

Elle est élève au lycée Racine (Paris).

Elle trouve son nom de scène en étant inspiré par le nom d'un personnage dans un roman de Georges Ohnet : Doziat, auquel elle ajoute un "r"[1].

Elle monte sur les planches à moins d'un an, jouant dans Moïse sauvé des eaux lors de la distribution des prix d'un collège d'Epernay[1].

Elle se produit de nombreuses années au théâtre, son premier engagement est au théâtre du Parc de Bruxelles en 1900[1]. Denys Amiel la fait revenir d'Égypte pour interpréter Trois et une. Elle joue ensuite, en 1936, dans Espoir d'Henri Bernstein au Théâtre du Gymnase[2]. Elle fut la partenaire de Lucien Guitry et de Louis Jouvet, interpréta avec autorité Paul Bourget, Henri Bernstein, Jean Giraudoux et Jean Cocteau.

À partir de 1936, elle commence une carrière au cinéma avec de nombreux rôles de femmes de caractère et joue dans plus de 70 films. Elle obtint, en 1949, le prix féminin du cinéma de la meilleure interprète.

En 1968, elle publie ses mémoires, Côté cour, côté jardin[3], dans lesquelles elle n'oublie pas de rendre hommage à ceux et celles qui l'accompagnèrent dans ce qui restera pour elle l'une des plus belles péripéties de sa longue carrière avec Les Parents terribles de Jean Cocteau et la complicité d'Yvonne de Bray et de Jean Marais : «J'eus ainsi pendant cinq cents représentations le temps de connaître, d'apprécier mon auteur et nous sommes devenus de grands amis »[4].

Gabrielle Dorziat meurt le à Biarritz, moins de deux mois avant son centième anniversaire.

Vie privéeModifier

Officier de la Légion d'honneur, Gabrielle Dorziat épouse au Caire, en 1925, le comte Michel de Zogheb (mort en 1964), ami du roi Fouad.

Gabrielle Dorziat vivait à Paris 82, rue de l'Université[1].

Grande amatrice de mode, Gabrielle Dorziat était amie avec Coco Chanel et fut l'une des premières à arborer le chapeau Chanel en 1912.

La « comtesse de Zogheb » repose au cimetière ancien de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

FilmographieModifier

 
Gabrielle Dorziat en 1937 (photo studio Harcourt)

CinémaModifier

TélévisionModifier

RadioModifier

ThéâtreModifier

HommagesModifier

Le Théâtre à Épernay, inscrit monument historique[5] lui est dédié.

Notes et référencesModifier

Notes
Références
  1. a b c et d Télé 7 Jours n°72, semaine du 5 au 11 août 1961, page 10, portrait-interview de Gabrielle Dorziat par Jean-François Chabrun.
  2. Denys Amiel la fait revenir d'Égypte pour interpréter Trois et une. Elle joue ensuite, en 1936, dans Espoir d'Henri Bernstein au Théâtre du Gymnase.
  3. Gabrielle Dorziat, Côté cour, côté jardin, Édition La Palatina - 1968 - 243 pages
  4. Gilles Durieux, Jean Marais : Biographie , Paris, Éditions Flammarion, 2005, page 24 (ISBN 9782080684325)
  5. (en) « Plateforme du patrimoine culturel Français », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le )

Voir aussiModifier

PublicationModifier

  • Gabrielle Dorziat, Entre cour et jardin, La Palatine, Genève, 1968.

BibliographieModifier

Liens externesModifier