Lucien Ganier-Raymond

image illustrant un réalisateur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Lucien Ganier-Raymond est un réalisateur français né le à Bordeaux et mort le (à 100 ans). Il est le réalisateur de deux longs métrages au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

Sommaire

BiographieModifier

Lucien Ganier-Raymond, de son nom complet André Philippe Pierre Ganier, est, pendant les années 1930, et sous le nom de Lucien Grumberg, l'assistant des réalisateurs Raymond Bernard, Jean de Limur ou Jean Choux[1]. Dans les années 1940, il réalise deux documentaires, La Boxe en France (1942) et Les Sapeurs-pompiers de Paris (1943) ainsi qu'un court-métrage, Un caprice, en 1946. Il est aussi l'auteur de deux longs-métrages : Le Père Serge d'après Léon Tolstoï, avec Louis Salou, Marcel Herrand et Mila Parély (1945), et Le Cavalier de Croix-Mort avec Madeleine Robinson et Henri Nassiet, qui interprète le rôle de Vidocq (1948). Il tourne deux autres courts-métrages dans les années 1950[1].

Son fils Philippe est « l'auteur d'un livre traitant de l'antisémitisme en France occupée, Une certaine France[1]».

FilmographieModifier

RéalisateurModifier

Assistant réalisateurModifier

Notes et référencesModifier

  1. a, b et c Claude Beylie et Philippe d'Hugues, Les Oubliés du cinéma français, préface de Jean-Charles Tacchella, Éditions du Cerf, 1999, p. 51-56

Liens externesModifier