Michel Simon

acteur suisse du théâtre et du cinéma français (1895-1975)
Michel Simon
Description de cette image, également commentée ci-après
Michel Simon à Genève en 1971
Nom de naissance François Joseph Simon
Naissance
Genève (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Décès (à 80 ans)
Bry-sur-Marne (France)
Profession Acteur
Films notables Boudu sauvé des eaux
L'Atalante
Drôle de drame
Le Quai des brumes
La Beauté du diable
Le Vieil Homme et l'Enfant

François Joseph Simon, dit Michel Simon, est un acteur suisse, né le à Genève (Suisse) et mort le à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne). Acteur caméléon à la voix tonitruante, Michel Simon est l’un des principaux monstres sacrés du théâtre et du cinéma du XXe siècle. Il a joué dans 145 films, dont L’Atalante de Jean Vigo, Le Quai des brumes de Marcel Carné, Boudu sauvé des eaux, La Chienne de Jean Renoir, Drôle de drame de Marcel Carné, La Beauté du diable de René Clair, La Poison de Sacha Guitry, Le Vieil Homme et l'Enfant de Claude Berri, et dans 150 pièces de théâtre[1]. Il a reçu de nombreux prix et des hommages de plusieurs personnalités du cinéma, en particulier celui de Charlie Chaplin le désignant comme « le plus grand acteur du monde »[2].

BiographieModifier

EnfanceModifier

 
La maison natale de Michel Simon, no 27 Grand-Rue à Genève.

François Joseph Simon naît à Genève au no 27 de la Grand-Rue en 1895[3], la même année que le cinématographe, ce qui lui fait dire qu'« un malheur n'arrive jamais seul ». Ses parents Joseph et Véronique sont charcutiers. Ils avaient à la fois la clientèle riche et protestante de la Grand-Rue et également celle catholique du quartier italien de Genève[4].

Il confie : « J’ai vécu une enfance assez étrange dans la Grand-Rue où Jean-Jacques Rousseau est né, lui au no 40 et moi au 27. Il est devenu pour moi un intime. J’ai passé mon enfance là où il avait mis ses premiers pas. Il s’est enfui de Genève à 16 ans et moi à 17 ans. Rousseau m’a profondément imprégné »[5].

La personnalité de Michel Simon se dessine dès l’enfance : il a un esprit d’une vivacité peu commune. Il est épris de liberté individuelle avec un amour éperdu de toute forme de vie et il est doté d'un sens de l’observation extrêmement aigu[6]. Il se détourne rapidement de ses études qui s'avèrent catastrophiques au collège de Genève et il se cantonne à la dernière place dans la classe[4]. Son professeur, John Copponex, lui dit : « Simon, vous êtes un cancre, mais vous irez loin. Votre avenir est sur les planches ». Après avoir quitté le collège Calvin, il travaille dans la boucherie familiale et aux abattoirs de la ville de Genève, puis il effectue un apprentissage de photogravure à Carouge dans la banlieue genevoise [7]. Le jeune Michel rêve de devenir aviateur[8] et il a une grande passion : la littérature. Cette adoration l’amène à dévorer tous les livres qui lui tombent sous la main et, peu à peu, il nourrit une fascination pour la complexité de l’être humain. À 17 ans, il part s'installer à Paris.

Vie familialeModifier

 
Son fils l'acteur François Simon, en 1972.

Michel Simon se marie le , à 21 ans, avec Yvonne Nadège Ryter. Cependant il continue de fréquenter des prostituées et son mariage ne dure que trois ans. En 1917, ils ont un fils Michel dit François Simon. C'est également un grand acteur au théâtre et au cinéma. Il est le grand-père de deux filles, Martine et Maya Simon, il devient également le géniteur de la famille B , une petite fille va naître au nom de Andrée en juin 1915.

On lui connaît de nombreuses liaisons, la plus longue est partagée avec Lucienne Bogaert, sa partenaire dans le film Vautrin. Ensuite, à 68 ans, il partage sa vie avec Denise Dax qu'il a connue au théâtre dans une comédie de Jacques Deval, Charmante soirée[9]. Il a également une grande histoire d’amour avec Margarethe Krieger (née en 1936), une artiste peintre allemande qui a réalisé de nombreux portraits de Michel Simon. Il a eu également une liaison avec Josy Goillandeau. La canadienne Jeanne Carré l’accompagne lors de ses dernières années[10]. Sa dernière conquête est Karen Nielsen qui tient un petit rôle dans son dernier film L'Ibis rouge de Jean-Pierre Mocky en janvier 1975.

RésidencesModifier

 
Michel Simon en 1948 avec sa guenon Zaza.

Il réside alternativement dans sa vieille maison de La Ciotat et dans sa propriété de Noisy-le-Grand avec pour tous compagnons, quatre guenons et un perroquet. À La Ciotat dont il était tombé amoureux, il achète une bastide dans laquelle il installe une salle de cinéma. Rachetée par la ville en 1991, elle est devenue un musée hommage au grand acteur grâce aux efforts de L'Association des Amis de Michel Simon[11],[12].

Il a vécu également longtemps à Noisy-le-Grand en Seine-Saint-Denis, c'était son jardin secret. Il a souvent promené dans des lieux publics sa guenon nommée Zaza, qu'il costumait[13]. Le domaine de cinq hectares, acheté en 1934, ayant appartenu à Alphonse Allais a été détruit en 1980 par des promoteurs. Un espace culturel municipal porte son nom, il est situé à l'esplanade Nelson-Mandela[14].

Sa passion pour le sexeModifier

Michel Simon a eu toute sa vie une grande passion pour le sexe. Durant les années 1970, il s’affiche aussi volontiers aux bras de tapineuses qu’il présente comme ses «amies». En outre, il est un fervent amateur de prostituées et de travestis et il a ses entrées dans des maisons closes comme le One-Two-Two ou le Sphinx.

Dans son livre L’album pornographique de Michel Simon, l'écrivain Alexandre Dupouy raconte : « Michel Simon se sentait laid, si laid qu’avec les filles, au moins, ça pouvait passer. Il était très complexé et puis, à cette époque, il faut quand même tenir compte du contexte : les femmes libres et affranchies, elles se vendaient »[15].

Amateur notoire de pornographie, Michel Simon possède une collection de plus de 100 000 objets en relation avec le sexe. C'est l'une des plus grandes collection au monde dans ce domaine, son fils François l'a dispersée lors de nombreuses ventes, après sa mort[16].

Fin de vieModifier

Au premier trimestre de 1975 la santé de Michel Simon se dégrade rapidement. Il ne s'alimente plus et il perd vingt kilos en un mois. Il envisage de tourner pour Bertrand Blier dans Les Valseuses. Il meurt le d'une embolie pulmonaire à l'hôpital Saint-Camille de Bry-sur-Marne, à l'âge de 80 ans. Selon ses dernières volontés, il repose au cimetière du Grand-Lancy à Genève, auprès de ses parents.

Carrière professionnelleModifier

DébutsModifier

Ses débuts dans le monde du spectacle à Paris sont modestes. Il réside à l'hôtel Renaissance, rue Saint-Martin puis à Montmartre[4]. Il exerce divers petits métiers, donne des leçons de boxe et vend des briquets de contrebande à la sauvette[4], puis il est successivement boxeur, camelot, danseur, clown et acrobate dans un numéro de danseurs, les Ribert's and Simon's. Finalement il est photographe de théâtre[5]. Michel Simon est également réputé pour dévorer tous les livres qui lui tombent sous la main avec une prédilection pour les écrits de Georges Courteline.

Mobilisé en Suisse dans l'infanterie lors de la Première Guerre mondiale, Michel Simon est un soldat suisse indiscipliné ; il passe le plus clair de son temps aux arrêts et à l'ombre des cachots. Rapidement, sa santé s'en ressent et il doit être hospitalisé dans un sanatorium à Leysin pour soigner une tuberculose.

À Genève en 1915, au cours d'une permission militaire, il voit Georges Pitoëff faire ses débuts d'acteur, en langue française, au théâtre de la Comédie de Genève dans Hedda Gabler d'Henrik Ibsen. C'est un déclic et il décide de devenir acteur à son tour mais ce n'est qu'en que Pitoëff découvre ses dons de comédien. Il l'engage dans sa troupe à la salle communale de Plainpalais de Genève et il lui confie le rôle du greffier de Mesure pour mesure de William Shakespeare. Michel Simon pratique par ailleurs en même temps son premier métier de photographe avec un certain talent.

ConsécrationModifier

 
Georges Pitoëff (1920)

En 1922, il suit la troupe des Pitoëff qui s'établit à Paris au théâtre de la comédie des Champs-Élysées. Michel Simon quitte les Pitoëff l'année suivante pour devenir un acteur de boulevard ; il joue des vaudevilles de Tristan Bernard, d'Yves Mirande et de Marcel Achard. Ce dernier le présente à Charles Dullin, en compagnie duquel Michel Simon joue la pièce de Marcel Achard, Je ne vous aime pas avec Valentine Tessier. Il se produit également dans des comédies musicales comme Le Bonheur, mesdames et Les Joies du Capitole, écrites par Albert Willemetz.

Il est ensuite engagé par Louis Jouvet qui a remplacé Pitoëff à la Comédie des Champs-Élysées. C'est avec Louis Jouvet, que Michel Simon s'impose en 1929 dans Jean de la Lune, une pièce de Marcel Achard. Son talent transforme le rôle secondaire de Cloclo pour en faire la principale attraction de la pièce. Indiscipliné et voulant tirer la couverture à lui, Michel Simon s'attire l'inimitié de Louis Jouvet.

La carrière théâtrale de Michel Simon va se poursuivre, de succès en succès, il joue William Shakespeare, George Bernard Shaw, Luigi Pirandello, Oscar Wilde, Maxime Gorki, Édouard Bourdet et Henri Bernstein. S'il se révèle inclassable (comique, dramatique, tragique, vaudeville , etc.), il s'affirme principalement dans la comédie en jouant dans plus de 150 pièces de théâtre entre 1920 et 1975[17].

ChanteurModifier

On connaît le comédien, mais un peu moins le chanteur. Son timbre de voix rocailleux ne devait pas le destiner à la chanson et pourtant il a interprété plusieurs chansons qui restent dans les mémoires[18].

En 1934, il chante deux chansons avec Arletty dans l'opérette Le Bonheur mesdames ! d'Albert Willemetz et Henri Christiné : Elle est épatante, cette petite femme-là et Amour en noir et blanc. Le spectacle est un très gros succès.

En 1961, c’est Mémère sur un texte de Bernard Dimey[19] et une musique de Daniel Wright. Jacques Brel confie : « C'est la plus belle chanson d’amour jamais écrite et qu’il avait composé — La Chanson des vieux amants — après l’avoir entendue »[20].

Dans le film Circonstance atténuantes de Jean Boyer, il chante Comme de bien entendu sur une musique de Georges van Parys avec Arletty, Dorville et Andrex. La chanson est très appréciée par le public. Elle est remise à l'honneur en 2002 par Patrick Bruel en duo avec Renaud sur l'album Entre deux.

En 1968, il interprète, en duo avec Serge Gainsbourg, la chanson L'Herbe tendre pendant le tournage du film Ce sacré grand-père de Jacques Poitrenaud. L’enregistrement s’est effectué sans accompagnement musical lors d'une scène où les deux acteurs, assis dans l'herbe en buvant des verres de vin.

En , Michel Simon se produit sur la scène de l'Olympia dans un tour de chant avec Marie Laforêt[21].

Carrière au cinémaModifier

Le cinéma muetModifier

C'est toutefois le cinéma qui va lui apporter une immense popularité. Michel Simon débute à l'écran son premier rôle en 1924 en jouant aux côtés de Ivan Mosjoukine dans Feu Mathias Pascal de Marcel L'Herbier, d'après Luigi Pirandello.

 
Timbre commémoratif édité par la Poste suisse en 1995 en l’honneur de Michel Simon (La vocation d’André Carel).

Il tient son premier grand rôle au cinéma avec le réalisateur suisse Jean Choux dans La Vocation d'André Carel. Le film est tourné en 1925 autour du lac Léman[22] selon des méthodes de productions artisanales semblables à celles dont la Nouvelle Vague française revendique l'originalité.

En 1927, il interprète le rôle d'un juge dans La Passion de Jeanne d'Arc de Carl Theodor Dreyer.

Au cinéma muet, il apporte surtout un étonnant physique et un visage peu banal, d'une exceptionnelle mobilité, capable d'expressions qu'il prend grand soin de ne pas transformer en tics. Michel Simon joue des formes de son corps avec une virtuosité infinie : de la laideur intelligente ou sympathique, de la bonté ou de la naïveté, à la laideur grotesque ou inquiétante, cocasse ou stupide, malicieuse ou cruelle. Sa vraie carrière cinématographique ne commence toutefois qu'avec le cinéma parlant quand l'on s'aperçoit que l'élocution et le timbre de voix de l'acteur sont aussi originaux que son physique et son jeu.

Collaboration avec Jean RenoirModifier

Michel Simon devient une immense vedette avec Jean Renoir, il avait déjà tourné avec lui Tire-au-flanc et On purge bébé d'après la pièce de Georges Feydeau ; c'est le troisième long métrage sonore de Michel Simon.

 
Jean Renoir réalise quatre films avec Michel Simon.

La même année, dans La Chienne, le cinéaste Jean Renoir joue sur deux registres : une comédie à tendances morales et un grand drame social ; c'est un mélange de burlesque et de tragique que Renoir appelle « un drame gai »[23]. Le film est l'un des plus grands succès du cinéma français d'avant guerre[24]. Pendant le tournage, les acteurs se prennent au jeu au point de s'identifier moralement à leurs personnages. Michel Simon devient amoureux de Janie Marèse qui flirte avec Georges Flamant. Le scénario raconte comment l'honnête caissier Legrand (Michel Simon) se trouve conduit par hasard à secourir Lulu (Janie Marèse), une petite grue que brutalisait Dédé (Georges Flamant), son souteneur[25].

Au début de l'année 1932, Michel Simon décide de fonder avec Jean Renoir une société de production cinématographique qui donne naissance à l'une des plus belles œuvres de Renoir : Boudu sauvé des eaux, d'après la pièce de René Fauchois. L'acteur-producteur avait déjà joué la pièce originale sur scène au théâtre des Mathurins en 1925 et il adorait ce personnage. Un lourd échec commercial met un terme à leurs nombreux projets en commun. "Boudu" s'ouvre sur une sorte de prologue allégorique et bouffon, avec des acteurs déguisés en Priape, Chloë, et Bacchus puis l'on bascule dans une féerie plus ou moins réaliste. Techniquement, le film est très en avance sur son temps, il peut être regardé comme annonciateur de certains procédés de la Nouvelle Vague : un tournage en décors réels, des dialogues quasi improvisés, une prise de son en direct et la caméra dissimulée dans la foule des passants[26].

Les années prolixesModifier

 
Jean Vigo dans les années 1930.

En 1934, le jeune réalisateur Jean Vigo réalise L'Atalante. Le sujet tient du roman sentimental à l'eau de rose et il s'inspire beaucoup de La Belle Marinière, une comédie dramatique de Marcel Achard. Michel Simon incarne le père Jules, un marinier bougon : c'est l'un des rôles qui comptent dans la vie d'un acteur. Sa diction singulière et son visage si particulier font de lui un acteur caméléon tout à fait à part dans le milieu du cinéma. Malgré un tournage difficile, il ne cesse d'ajouter des éléments oniriques et surréalistes sur les rapports entre les sexes mais également de critique sociale, l'opposition ville-campagne, la déshumanisation des grands ensembles industriels. Le de la même année, Jean Vigo meurt de septicémie, une semaine après que le film est retiré de l'affiche, mais, en , L'Atalante triomphe au Festival du film maudit de Biarritz[27], fondé par Jean Cocteau.

La même année (1934), il tourne son premier film avec Marc Allégret le Lac aux dames, d'après le roman de Vicki Baum, avec Jean-Pierre Aumont, Simone Simon et Odette Joyeux. Michel Simon retrouve Marc Allégret, en 1936, dans Sous les yeux d'Occident aux côtés de Pierre Fresnay, Pierre Renoir et Jean-Louis Barrault, d'après le roman de Joseph Conrad. Il interprète le rôle de Lespara, un chef révolutionnaire dans un pays d'Europe Centrale.

Toujours en 1934, Le Bonheur de Marcel L'Herbier, est un mélodrame adapté d'une pièce de théâtre d'Henri Bernstein ; le film rencontre un succès considérable avec Gaby Morlay, Charles Boyer et Jean Marais. Dans un rôle secondaire Michel Simon se fait remarquer dans son rôle d'un imprésario vénal et aimant les jeunes hommes.

 
Marcel Carné réalise avec Michel Simon Drôle de drame et Le Quai des brumes.

Drôle de drame de Marcel Carné connaît un demi-échec lors de sa sortie en 1937, mais le film n'est vraiment découvert qu'en 1951 lors de sa reprise. Les dialogues de Jacques Prévert confortent la grande qualité du film. Certaines scènes sont devenues cultes comme la séquence du célèbre souper entre Michel Simon et Louis Jouvet et le fameux « Moi j'ai dit bizarre ? Comme c'est bizarre ! ». Ils sont entourés de Françoise Rosay, Jean-Pierre Aumont et Jean-Louis Barrault. Le film est exploité en Angleterre sous le titre Bizarre, bizarre.

En 1938, il incarne un professeur de dessin, faussaire et alcoolique dans Les disparus de Saint-Agil de Christian-Jaque avec Erich von Stroheim, Armand Bernard et Robert Le Vigan. Le film est tiré du roman de Pierre Véry. Trois étudiants du collège de Saint-Agil disparaissent mystérieusement après avoir surpris un visiteur nocturne.

En 1938, Michel Simon tourne l’un des plus grands classiques du cinéma français Le Quai des brumes de Marcel Carné avec un scénario de Jacques Prévert d'après le roman de Pierre Mac Orlan. Aux côtés de Michèle Morgan, Jean Gabin et Pierre Brasseur, il interprète Zabel, le tuteur de Nelly (Michèle Morgan). On se souvient de la réplique de Jean Gabin : « T’as d’beaux yeux tu sais », et de celle de l’autodérision de Michel Simon : « Il vaut mieux avoir une sale gueule que de ne pas en avoir du tout »[28].

Durant la guerreModifier

 
Imperio Argentina et Michel Simon dans La Tosca (1941).

En 1939, il tourne plusieurs films avec de grand comédiens. Au mois de mars, les réalisateurs Claude Autant-Lara et Maurice Lehmann réunissent dans Fric Frac le trio de Michel Simon, Fernandel et Arletty. Durant le tournage Michel Simon (qui aimait improviser) et Fernandel sont entrés en rivalité et ils ne s'entendaient pas ; les deux acteurs n'ont plus jamais joué ensemble dans un film[29].

Toujours en 1939, Julien Duvivier dans La Fin du jour met en scène, dans une maison de retraite, trois vieux comédiens indigents. Une cohabitation étonnante entre Michel Simon en vieil acteur cabotin, Louis Jouvet en vieux « jeune premier » qui croit encore en son pouvoir de séduction et Victor Francen un acteur que le public n'a jamais reconnu.

En 1940, il tourne en pleine Occupation, la Comédie du bonheur sous la direction de Marcel L'Herbier avec Louis Jourdan et Micheline Presle. Il interprète le banquier Jourdain que sa famille a fait interner, s'évade de l'asile et se réfugie dans une pension de famille. Le film est sorti en France et en Italie en 1942.

De 1939 à 1942, Michel Simon tourne plusieurs films dans l'Italie fasciste. Cela ne lui apporte guère de satisfaction mis à part en 1941, La Tosca, d'après la pièce de Victorien Sardou. Le film est commencé par Jean Renoir et il est terminé par le réalisateur allemand Carl Koch, avec pour assistant Luchino Visconti.

En 1942 il se rend à Genève quelque temps pour revoir sa famille, puis il revient en France. En 1943, il tourne dans le film d'André Cayatte, Au Bonheur des Dames avec Albert Préjean et Blanchette Brunoy. Le film séduit par la qualité de la reconstitution du roman d'Émile Zola et surtout l'interprétation où Michel Simon s'illustre de façon impressionnante[30].

En 1944, il joue au théâtre Pigalle dans la pièce d'un auteur connu pour ses opinions pro-nazies : Le Portier du paradis, d'Eugène Gerber[31]. À la Libération, cela lui vaut d'être convoqué devant la commission d'épuration, il est accusé de collaboration[32]. Le comédien, profondément ulcéré par cette accusation, réplique qu'il avait été dénoncé comme juif aux premiers temps de l'Occupation puis, plus tard, comme communiste.

À la fin de l'année 1945, Michel Simon retrouve le chemin des studios pour le tournage d’Un ami viendra ce soir de Raymond Bernard avec Madeleine Sologne sur une musique d'Arthur Honegger. Pendant la Seconde Guerre mondiale, un groupe de maquisards se réfugie dans un asile d'aliénés, il interprète le rôle de Michel Lemaret.

En 1948, il retourne en Italie pour interpréter le sénateur Fabien Sévère dans la superproduction Fabiola d'Alessandro Blasetti avec Michèle Morgan et Henri Vidal se situant dans la Rome antique du IVe siècle avec 80 décors et 50 000 figurants.

René Clair et Sacha GuitryModifier

En 1950, René Clair lui propose dans La Beauté du diable un rôle extraordinaire, celui de revisiter le mythe de Faust d'après le conte populaire de Goethe. Au seuil de sa mort, le professeur d'université Faust est plein de regrets, Méphistophélès (l'incarnation du Diable) lui propose un pacte : vendre son âme en échange de la jeunesse et de la richesse et il lui montrera aussi l'avenir. Le numéro d'acteur de Michel Simon — à double face — est stupéfiant avec, d'une part le vieux professeur Henri Faust et, d'autre part, le diable sur terre Méphistophélès. C'est un face à face de légende entre Michel Simon et Gérard Philipe. René Clair écrit : « À quoi peut ressembler le Diable, sinon, dans un spectacle, à l'acteur qui l'incarne? Est-il petit, grand, gros ou maigre, jeune ou vieux? Nous avons pensé qu'il est le reflet de chacun de nous. Et puisque c'est Faust qui l'invoque, c'est de Faust lui-même qu'il est l'image »[33]. Michel Simon reçoit pour ce film le Grand Prix d'interprétation masculine au Festival de Punta del Este.

 
Michel Simon dans les années 1945

La rencontre avec le dramaturge et metteur en scène Sacha Guitry est également très importante pour Michel Simon, il ne cesse de dire qu'il s'agit de « L'un des plus grands auteurs français ». Ils tournent ensemble trois films : La Poison, La vie d'un honnête homme et Les trois font la paire.

En 1951, dans La Poison, il incarne Paul Braconnier qui n'a qu'une seule idée en tête : trouver le moyen d'assassiner sa femme Blandine (Germaine Reuver) sans risque. Dans le générique, Sacha Guitry dédicace le manuscrit de La Poison à Michel Simon, pour lequel il a écrit le film. Il l'a réalisé avec deux caméras en informant son équipe technique et ses acteurs, qu'il n'y aurait qu'une seule prise de vues par plan. Le film remporte un énorme succès financier et le tournage ne dure que onze jours.

L'année suivante dans La Vie d'un honnête homme, Sacha Guitry lui propose à nouveau d'interpréter un double rôle : les frères jumeaux Albert et Alain Ménard-Lacoste. L'un est riche et malheureux, l'autre vit plus modestement mais il est mieux dans sa peau. Quand le second meurt, le premier décide de se faire passer pour lui, personne au sein de la famille ne remarque le stratagème.

Hunebelle, Abel Gance et FrankenheimerModifier

En 1952, Michel Simon tourne dans huit films, dont Monsieur Taxi d'André Hunebelle, il interprète Pierre Verger, un chauffeur de taxi bourru, un peu anar mais avec un cœur en or. Trois ans après le cinéaste lui confie le rôle Maurice Martin, un concierge et facteur à Montmartre un peu anar, dans L'Impossible Monsieur Pipelet avec Gaby Morlay et Louis de Funès.

En 1957, il accepte par amitié pour Sacha Guitry qui est très malade, un rôle dans son dernier film Les trois font la paire avec Pauline Carton, Sophie Desmarets, Philippe Nicaud et Darry Cowl.

En 1958, Ladislao Vajda réalise Ça s'est passé en plein jour avec Michel Simon, Gert Fröbe et Heinz Rühmann. C’est une coproduction entre la Suisse, l’Allemagne de l’Ouest et l’Espagne. Le scénario original est écrit par le dramaturge Friedrich Dürrenmatt. C’est d’après son scénario original que Durrenmatt a écrit La Promesse (Das Versprechen) publié la même année que la sortie du film. L’action commence dans le canton de Berne et trouve sa conclusion dans le canton des Grisons, connu pour ses paysages alpins[34].

 
Michel Simon dans Le Train de John Frankenheimer (1964).

Durant le tournage d'Un certain monsieur Jo, en 1958, de René Jolivet, Michel Simon tombe très gravement malade à la suite d'une intoxication de teinture pour sa barbe qui s'attaque à ses nerfs cervicaux. Cela handicape gravement sa capacité de mémorisation et fait fuir les producteurs. Après deux années d'absence, il revient au cinéma en 1960 avec Pierrot la tendresse de François Villiers dans le rôle d'un tueur à gages avec Claude Brasseur, Jean-Pierre Marielle et Dany Saval.

Michel Simon tourne deux films avec le grand cinéaste Abel Gance. En 1960 une fresque à grand spectacle Austerlitz, au milieu d'une distribution impressionnante : Vittorio De Sica, Orson Welles, Claudia Cardinale, Jean Marais, Leslie Caron, Martine Carol et Pierre Mondy dans le rôle de Napoléon Bonaparte. En 1964, il interprète le duc de Mauvières dans Cyrano et d'Artagnan.

En 1964 il tourne Le Train du réalisateur américain John Frankenheimer aux côtés de Burt Lancaster et de Jeanne Moreau. Le film s'inspire du déraillement du train (dit d'Aulnay) en , dont le chargement contient des œuvres d'art de grande valeur.

Ses derniers filmsModifier

 
Jean-Pierre Mocky fait tourner Michel Simon dans son dernier film.

À 71 ans, Michel Simon fait une nouvelle rentrée réussie au cinéma en 1966 avec Le Vieil Homme et l'Enfant de Claude Berri. Durant le second conflit mondial, un petit garçon juif (Alain Cohen) est recueilli par deux personnes âgées. Dans le rôle de Pépé, il campe un ancien poilu de la Première Guerre mondiale, un gueulard anticlérical et antisémite qui ne cesse d'accuser les Juifs, les rouges et les francs-maçons d'être la cause de tous les maux de la France. Le film a obtenu l’Ours d’argent au festival international du film de Berlin.

En 1968, il récidive à nouveau dans un rôle de grand-père dans le film Ce sacré grand-père de Jacques Poitrenaud, l'adaptation du roman Je m'appelle Jéricho de Catherine Paysan. C'est en marge du tournage du film que Serge Gainsbourg et Michel Simon chantent L'Herbe tendre [35].

En 1971, le cinéaste polonais Walerian Borowczyk lui confie dans Blanche le rôle d'un vieux seigneur qui dirige son château-fort au XIIIe siècle dans une zone reculée. C'est un vaudeville, avec Georges Wilson et Jacques Perrin qui ne cesse de jouer sur les fausses pistes, Borowczyk s'amusant à manipuler le spectateur. C’est Jean-Pierre Mocky qui le fait tourner l’année de sa mort, en 1975, dans son dernier film L'Ibis rouge qui est inspiré du roman Knock Three One Two de l'écrivain américain Fredric Brown. Il interprète le rôle bouleversant d'un vieux marchand de journaux acariâtre (Zizi) aux côtés de Michel Serrault et Michel Galabru. Mocky raconte que Michel Simon a accepté de jouer dans le film parce qu'il se tournait au canal Saint-Martin sur le lieu exact où il avait tourné 40 années auparavant L'Atalante[36]. C'est sa dernière apparition au cinéma, il meurt le , soit 9 jours après la sortie en salles du film L'Ibis rouge.

DistinctionsModifier

Michel Simon a reçu de nombreux prix et hommages au cours de sa carrière :

En 1989, le Prix Michel-Simon est créé par Alain Losi au sein du festival Les Acteurs à l’Écran[39] . Il est décerné à une jeune comédienne et un jeune comédien, révélés dans un long-métrage de l'année.

FilmographieModifier

Michel Simon a joué dans 145 films, il confie à Jean-Pierre Hauttecœur [40] : « Quand on m’apporte un rôle, je m’en imprègne, je deviens quelqu’un d’autre. C’est une suite de sensations que j’éprouve en approfondissant le personnage et, tout d’un coup, je sors de ma peau. Je peux parfaitement devenir un assassin naturellement sans violer ma nature intime. J’aime assez ça, je dois dire. Mais j’ai eu des remords après le film Le Quai des brumes en pensant que ce personnage avait tellement impressionné les gens qu’il allait peut-être éveiller une vocation d’assassin. Il y a déjà une telle profusion de meurtres ».

CinémaModifier

Années 1920Modifier

Années 1930Modifier

Années 1940Modifier

Années 1950Modifier

Années 1960Modifier

Années 1970Modifier

TélévisionModifier

Carrière au théâtreModifier

Michel Simon joue dans plus de 150 pièces de théâtre. Il a joué un très large répertoire, notamment ceux de Shakespeare, George Bernard Shaw, Luigi Pirandello, Oscar Wilde, Édouard Bourdet et Henri Bernstein. En 1929, Jean de la Lune de Marcel Achard, mis en scène par Louis Jouvet, est l’un de ses plus grands succès. Il effectue un remarquable retour au théâtre en 1965 avec le rôle principal de John-Emery Rockefeller (un dur à cuire) dans Du vent dans les branches de sassafras de René de Obaldia[41].

Années 1920Modifier

  • 1920 : Les Ratés d'Henri-René Lenormand, mise en scène Georges Pitoëff, salle communale de Plainpalais : Montredon ;
  • 1920 : Mesure pour mesure de William Shakespeare, mise en scène Georges Pitoëff : un greffier ;
  • 1920 : Dans les bas-fonds de Maxime Gorki, mise en scène Georges Pitoëff, salle communale de Plainpalais : Boubnov ;
  • 1921 : Androclès et le Lion de George Bernard Shaw, mise en scène Georges Pitoëff, salle communale de Plainpalais : César ;
  • 1921 : Celui qui reçoit les gifles de Leonid Andreïev, mise en scène Georges Pitoëff, théâtre Moncey : Jackson ;
  • 1922 : Les Ratés d'Henri-René Lenormand, mise en scène Georges Pitoëff, Comédie des Champs-Élysées : Montredon ;
  • 1922 : Dans les bas-fonds de Maxime Gorki, mise en scène Georges Pitoëff, Comédie des Champs-Élysées : Boubnov ;
  • 1923 : Mademoiselle Bourrat de Claude Anet, mise en scène Georges Pitoëff, Comédie des Champs-Élysées : M. Bourrat ;
  • 1923 : Monsieur Le Trouhadec saisi par la débauche de Jules Romains, mise en scène Louis Jouvet, Comédie des Champs-Élysées : l'inspecteur de police ;
  • 1923 : Six personnages en quête d'auteur de Luigi Pirandello], mise en scène Georges Pitoëff, Comédie des Champs-Élysées ;
  • 1926 : Comme-ci (ou comme-ça) de Luigi Pirandello, mise en scène Georges Pitoëff, Théâtre Hébertot : un ami indécis ;
  • 1926 : Et dzim la la... de Marcel Achard, mise en scène Georges Pitoëff, théâtre des Arts : le Duc ;
  • 1926 : Jean Le Maufranc de Jules Romains, mise en scène Georges Pitoëff, théâtre des Arts : le comédien ;
  • 1926 : Au grand large d'après Sutton Vane, mise en scène Louis Jouvet, Comédie des Champs-Élysées : Thomson ;
  • 1927 : Le Revizor de Nicolas Gogol, mise en scène Louis Jouvet, Comédie des Champs-Élysées : le recteur ;
  • 1927 : Léopold le bien-aimé de Jean Sarment, mise en scène Louis Jouvet, Comédie des Champs-Élysées : Monsieur Ponce ;
  • 1928 : Le Coup du 2 décembre de Bernard Zimmer, mise en scène Louis Jouvet, Comédie des Champs-Élysées : Bœuf ;
  • 1928 : Siegfried de Jean Giraudoux, mise en scène Louis Jouvet, Comédie des Champs-Élysées : Pietri ;
  • 1928 : Le Cercle de William Somerset Maugham, mise en scène Lucien Rozenberg, théâtre des Ambassadeurs : Lord Barclay ;
  • 1929 : Suzanne de Steve Passeur, mise en scène Louis Jouvet, Comédie des Champs-Élysées : commandant La Hupière ;
  • 1929 : Jean de la Lune de Marcel Achard, mise en scène Louis Jouvet, Comédie des Champs-Élysées : Clotaire ;
  • 1929 : Amphitryon 38 de Jean Giraudoux, mise en scène Louis Jouvet, Comédie des Champs-Élysées : le trompette.

Années 1930Modifier

Années 1940Modifier


Années 1950Modifier

Années 1960Modifier

  • 1960 : Théodore cherche des allumettes et Boubouroche de Georges Courteline, mise en scène Georges Chamarat, théâtre des Célestins ;
  • 1961 : Alcool de Jacques Robert, mise en scène Christian-Gérard, théâtre de l'ABC ;
  • 1964 : Charmante Soirée de Jacques Deval, mise en scène de l'auteur, théâtre des Variétés : Paul ;
  • 1965 : Du vent dans les branches de sassafras de René de Obaldia, mise en scène de René Dupuy, théâtre Gramont ;
  • 1967 : Du vent dans les branches de sassafras de René de Obaldia, mise en scène René Dupuy, théâtre des Célestins.

HommagesModifier

Hommage de Genève, sa ville nataleModifier

 
Michel Simon avec sa compagne Jeanne Carré lors de l’hommage qui lui a été consacré à Genève en 1972.

Trois ans avant sa mort Michel Simon assiste, dans sa ville natale de Genève, à un magnifique hommage qui lui a été rendu du au au Centre d'Animation Cinématographique (salle Roxy) par Claude Richardet et François Roulet. Une sélection d’une trentaine de ses films les plus célèbres ont été projetés en sa présence[42]. Très ému d’être honoré par ses compatriotes genevois, il commentait les films. Il a raconté être heureux de visionner certains des films qu'il n'avait pas pu voir, car à une certaine époque il tournait plusieurs films dans la même journée et le soir il jouait au théâtre. Au total, Michel Simon a joué dans 145 films et 150 pièces de théâtre.

L'hommage de ses pairsModifier

Plusieurs personnalités du cinéma ont rendu hommage à Michel Simon par leurs citations :

  • Sacha Guitry, « Michel Simon est le plus grand acteur du monde » ;
  • Charlie Chaplin, « Je vais vous montrer le plus grand acteur du monde » et il projetait le film La Chienne de Jean Renoir ;
  • Jean Cocteau, « Michel Simon est une énigme vivante. Sa grandeur vient de ce que ni lui, ni aucun autre ne peuvent la résoudre. Il était tout à la fois Boudu et Clo-Clo, le vieil homme attendrissant de Gérard Brach dans La Maison et le solitaire inquiétant du Quai des brumes. Dans quelle peau se sentait-il le plus à l’aise ? » ;
  • Marcel Carné, « C’est en regardant tourner Michel Simon que j’ai eu devant les yeux l’image du génie humain, surtout dans Drôle de drame. Il a vraiment donné toute sa mesure au cinéma et je n’ai vraiment qu’un regret : c’est de n’avoir tourné que deux films avec lui. Il était aussi à l’aise dans le comique que dans le drame et il aurait pu faire un grand tragédien, un interprète de Shakespeare » ;
  • René Clair, « C’était une des plus grandes figures du théâtre et du cinéma français. Une personnalité unique dont le caractère bien marqué lui permettait justement de se prêter à tous les rôles. Il avait le sens du comique. Je me souviens de sa découverte dans Mesure sur mesure. Il passait sa tête par une porte et il déclenchait ainsi le rire de toute la salle » ;
  • Jacques Prévert, « C'est un seigneur d'ailleurs, un clochard étoilé, un impeccable Lord de la rue des Anglais, un génial idiot de vaudeville, un terrible assassin de Thomas de Quincey » ;
  • Jean-Louis Barrault, « Il présente son personnage avec une telle vérité, qu'il risque de faire éclater l'illusion » ;
  • Claude Berri, « J’étais persuadé que Michel Simon nous enterrerait tous. Il était d’une force prodigieuse. Lors du tournage du Vieil Homme et l’Enfant, à 74 ans, il se baignait dans les eaux glacées. Pour moi, ce film avait représenté une aventure exceptionnelle. Peut-être la plus importante de toute ma vie. Je n’en reviens pas ».
  • Michel Galabru, "Michel Simon était un génie. Je pense qu’il a été l’un des plus grands acteurs de ce siècle. Peut-être même le plus grand. Et lorsque qu'il jouait, il n’y avait pas une inflexion de sa voix, une lueur de son regard, un geste, un mouvement de son corps qui n’exprimaient pas cette espèce de vérité intégrale. (…) Plus qu’un acteur de génie ; il était monstrueusement humain".

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Film resté inédit.
  2. Film inachevé dont il ne reste que des rushes.
  3. Film dont il est également coproducteur.
  4. Film inachevé (une seule scène tournée).

RéférencesModifier

  1. Jacques Lorcey, « Michel simon, un sacré montre », sur livres-cinema.inf (consulté le )
  2. Camille Renard, « Michel Simon, écolo visionnaire », sur franceculture.fr, (consulté le )
  3. Xavier Lafargue, « Le facétieux Michel Simon met les «points» sous le «i» », sur tdg.ch/geneve, (consulté le )
  4. a b c et d Yvan Foucart, « Michel Simon (1895/1975) », sur archive.wikiwix.com, (consulté le )
  5. a et b Jean-Pierre Hauttecœur, « Le 30 mai 1975 disparaissait Michel Simon », sur la-croix.com (La Croix), (consulté le )
  6. « Michel Simon », sur moncinemaamoi.blog, (consulté le )
  7. « Premier métier de Michel Simon : photographe », sur NZNTV Street Television,
  8. Bernard Gasser, « Michel Simon », sur hls-dhs-dss.ch, Dictionnaire historique de la Suisse, (consulté le )
  9. Philippe Werth, « L’acteur tenait le rôle principal d’une pièce de théâtre de Jacques Deval », sur lamontagne.fr, La Montagne, (consulté le )
  10. Jeanne Carré 1978.
  11. Léna Lutaud, « Nouvelle vie pour la villa de Michel Simon », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  12. Monica Petit Tixier, « Les Amis de Michel Simon », sur amichelsimon.free.fr (consulté le )
  13. Jacques Mandelbaum, « Michel Simon, l’homme qui aimait les singes », sur lemonde.fre, (consulté le )
  14. « Michel Simon (1895-1975) », sur noisylegrand-tourisme.fr (consulté le )
  15. Agnès Giard, « Michel Simon, vivre de sexe et de prostituées », sur liberation.fr, (consulté le )
  16. Bernard Élie, « La collection érotique de Michel Simon », sur lemonde.fr, (consulté le )
  17. André Klopmann 1996.
  18. Daniel Bonin, « Les chansons de Michel Simon », sur musicali.over-blog.com, (consulté le )
  19. « Mémère, chanté par Michel Simon », sur wallonica.org, (consulté le )
  20. « Je n'ai rien fait que des chansons », sur parolesdedimey.free.fr (consulté le )
  21. Keystone Press, « Michel Simon fait un hit en spectacles de variétés », sur alamyimages.fr (consulté le )
  22. « La Vocation d'André Carel : un nouveau ciné-concert au Capitole », sur cinematheque.ch, (consulté le )
  23. Jean Renoir 1979, p. 85.
  24. « La chienne », sur cinematheque.fr (consulté le )
  25. Florian Bezaud, « La chienne », sur dvdclassik.com, (consulté le )
  26. Martine Cameroni, « Michel Simon, l'anticonformiste », sur rts.ch (consulté le )
  27. Faustine Chevrin, « 10 films maudits de grands cinéastes », sur lesinrocks.com, (consulté le )
  28. Gérard Crespo, « Le Quai des brumes - Marcel Carné », sur avoir-alire.com, Critique cinéma, (consulté le )
  29. « Fric-Frac », sur allocine.fr (consulté le )
  30. « Au bonheur des dames », sur programme.tv, Télé 2 semaines (consulté le )
  31. Jean Rollot, « Michel Simon, portier du paradis », sur cineressources.net, (consulté le )
  32. Gwénaëlle Le Gras, « Michel Simon chez Sacha Guitry, la figure du double idéal », Double jeu. Théâtre / Cinéma, no 3,‎ , p. 85–96 (ISSN 1762-0597, DOI 10.4000/doublejeu.1890, lire en ligne, consulté le )
  33. René Clair, « René Clair : Dans La Beauté du diable, je désirais faire oublier les brumes du Nord dont Faust s’entoure et donner un Faust méditerranéen », sur franceculture.fr, (consulté le )
  34. Olivier Père, « Ça s'est passé en plein jour de Ladislao Vadja », sur arte.tv, (consulté le )
  35. « Michel Simon et Serge Gainsbourg "L'herbe tendre" », sur INA, (consulté le )
  36. Olivier Petit, « Jean-Pierre Mocky raconte Michel Simon », sur telestar.fr, (consulté le )
  37. « "Cendrillon" de Walt Disney ouvre le 11e Festival de Venise », sur lemonde.fr, (consulté le ) : « En marge du festival [de Venise] les "nastri d'argento", les "oscars" italiens, ont été remis au cours d'une réception officielle. Les prix destinés aux meilleurs acteurs italiens, hommes et femmes, n'ont pas été attribués. Le "nastro d'argento" pour le meilleur film italien a été décerné à Cieio sulla palude, de A. Genina. Michel Simon reçoit le prix du meilleur acteur étranger pour son interprétation dans la Beauté du diable. Dans ce même film Léon Barsacq obtient le nastro pour les décors. Enfin le prix du meilleur film étranger a été attribué à Henri V, de Sir Laurence Olivier. »
  38. (en) « Berlinale : Prizes & Honours 1967 », sur berlinale.de (consulté le )
  39. Benjamin Flores, « L'histoire du prix Michel Simon », sur filmfestivals.com, (consulté le )
  40. Jean-Pierre Hauttecœur, « Le 30 mai 1975 disparaissait Michel Simon », sur La Croix, (consulté le )
  41. « Du vent dans les branches de sassafras », sur lesarchivesduspectacle.net, (consulté le )
  42. Marie-José Founier, « 30 film à revoir avec Michel Simon », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • François Billard (préf. Monica Tixier), Lumière sur Michel Simon, Marseille, Via Valeriano, , 211 p. (ISBN 978-2951983908)
  • Freddy Buache, Michel Simon : Un acteur et ses personnages, Bienne, Éditions du Panorama, coll. « Célébrités suisses », , 187 p. (ASIN B0000DXBZS)
  • Freddy Buache, Michel Simon, 1895-1975, Genève, Promoédition, , 167 p. (ISBN 978-2-88129-010-7)
  • Jeanne Carré, 728 jours avec Michel Simon, Paris, France-Empire, , 296 p. (ASIN B0000E8US5)
  • Gregory Catella, Michele Dell'Ambrogio, La vocazione di Michel Simon, Bellinzona, Circolo del cinema Bellinzona, 2003.
  • Alexandre Dupouy, L'Album pornographique de Michel Simon, Paris, La Manufacture, , 191 p. (ISBN 978-2-35887-701-5)
  • Jacques Fansten, Michel Simon, Paris, Seghers, coll. « Cinéma d'aujourd'hui », , 138 p.
  • Claude Gauteur et André Bernard, Michel Simon, Paris, PAC, coll. « Têtes d'affiche », , 283 p.
  • Claude Gauteur, Michel Simon, Monaco, Éditions du Rocher, coll. « biographie », , 238 p. (ISBN 978-2-268-05486-5)
  • Paul Guth, Michel Simon, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Masques et visages », , 146 p.
  • André Klopmann, Simon, Genève, Éditions Slatkine, , 159 p. (ISBN 978-2-051-00918-8)
  • Inconnus, Michel Simon et François Simon acteurs : Falstaff et Hamlet, Genève, Georg, , 112 p. (ISBN 978-2825704370)
  • Dominique Lacout, Michel Simon, le réfractaire absolu, Le Flâneur des Deux Rives, 2018.
  • Gwénaëlle Le Gras, Michel Simon : L'Art de la disgrâce, Paris, Scope, coll. « Jeux d'acteurs », , 128 p. (ISBN 978-2-912573-52-0)
  • Jacques Lorcey, Michel Simon : Un sacré monstre, Paris, éditions Séguier, , 340 p. (ISBN 978-2-84049-353-2)
  • Jean-Marc Loubier, Michel Simon : Roman d'un jouisseur, Paris, Ramsay, coll. « Ramsay cinéma », , 451 p. (ISBN 978-2-85956-715-6)
  • Christian Plume et Xavier Pasquini, Michel Simon, Nice, Alain Lefeuvre, , 173 p. (ISBN 978-2902639687)
  • Jean Renoir, Entretiens et Propos, Paris, Édition de l’Étoile, , 165 p. (ISBN 2859565248)
  • Myriam Tsikounas, « Comment faire carrière avec une « gueule d'empeigne » ? Michel Simon à l’écran (1924-1949) », Communications, no 60 « Beauté, laideur »,‎ , p. 109-130 (lire en ligne).
  • Myriam Tsikounas, « Michel Simon et Josiane Balasko à l’écran : une même expression de l’impur ? », La Licorne, Poitiers, Maison des Sciences de l'Homme et de la Société, UFR Langues Littératures, no 37 « L'expression du sentiment au cinéma »,‎ , p. 105-114 (ISBN 2-911044-07-X, ISSN 0398-9992, lire en ligne).
  • Anonyme, « Hommes et métiers de cinéma : Michel Simon, comédien », Téléciné no 102, Paris, Fédération des Loisirs et Culture Cinématographique (FLECC), février-, (ISSN 0049-3287)
  • Inconnus, Michel Simon et François Simon acteurs : Falstaff et Hamlet, Genève, Georg, , 112 p. (ISBN 978-2825704370).
  • Hommage à Michel Simon : Un demi-siècle de cinéma, Pontarlier, CERF, 2000 (ouvrage collectif publié dans le cadre de la 57e rencontre internationale de cinéma de Pontarlier).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :