Agay

lieu-dit à Saint-Raphaël, en France

Agay
Agay
Agay sur sa rade, au pied du Rastel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Commune Saint-Raphaël
Code postal 83530
Démographie
Population 1 420 hab.
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 05″ nord, 6° 51′ 50″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 287 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Agay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Agay
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 15.svg
Agay
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte administrative du Var
City locator 15.svg
Agay

Agay est un lieu-dit situé sur le territoire de la commune française de Saint-Raphaël dans le département du Var. Il appartient à la Côte d'Azur.

C'est une petite station balnéaire au fond d'une rade nichée au pied du Rastel d'Agay (287 m), montagnes aux roches rouges de l'Estérel entre Saint-Raphaël (à 9 km à l'ouest) et Cannes (à 35 km à l'est).

Agay borde tout le littoral de cette rade et est adossé aux collines qui font contrefort au Rastel.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Agay, comme l'ensemble du massif de l'Esterel, est célèbre pour ses « roches rouges »

Agay est une rade, c'est-à-dire une baie plus large que son ouverture à la mer, permettant donc aux navires de mouiller au calme. La rade d'Agay est quasiment circulaire (en deux cercles juxtaposés), orientée vers le sud, et protégée du vent par les collines qui l'entourent, culminant rapidement à 287 m (Rastel d'Agay). La baie est située en plein cœur du massif de l'Esterel, massif montagneux volcanique de faible altitude mais aux pentes raides, traversé par un important réseau de failles orientées dans deux directions perpendiculaires, nord-sud et ouest-est.

Géologie et reliefModifier

Sur le plan géologique, le socle de l'Estérel date de la formation de la chaîne hercynienne (période antécarbonifère), mais la quasi-totalité des affleurements volcaniques sont apparus à la fin du Paléozoïque, il y a 250 millions d'années (au Permien). À cette époque, les massifs des Maures et de l'Estérel, ainsi que la Corse et la Sardaigne ne forment qu'un seul et même ensemble volcanique[1]. Une intense activité volcanique règne durant 30 millions d'années avec formation de basaltes puis de roches porphyriques (rhyolites rouges — les fameuses « roches rouges ») qui, plus solides, subsistèrent après l'érosion des couches qui les avaient recouvertes[1]. À l'Oligocène, une nouvelle expulsion magmatique a déposé les laccolithes d'estérellite bleue qui traversent la baie du Dramont à la Baumette, roche décrite de la région et nommée en son honneur[1].

HydrographieModifier

Eaux doucesModifier

L'ouest de la baie est l'exutoire d'une petite rivière nommée l'Agay, prenant sa source non loin dans le massif de l'Estérel[2]. Le débit en est extrêmement faible en été, et en conséquence l'eau est saumâtre voire salée sur le territoire de la commune. Si cette rivière s'est longtemps terminée en méandres marécageux propices au paludisme, les travaux menés au XXe siècle ont abouti à l'endiguement de tout le cours d'aval, permettant l'établissement d'un petit port de plaisance sur une partie des berges ainsi que de quelques activités nautiques[réf. nécessaire].

Plages et baignadeModifier

En 2006, les analyses réalisées par la direction régionale des Affaires sanitaires et sociales (DRASS) et la direction départementale des Affaires sanitaires et sociales (DDASS) ont révélé une bonne qualité des eaux de baignade[3].

ClimatModifier

Comme Saint-Raphaël et l'essentiel de la Côte d'Azur, Agay bénéficie d’un climat méditerranéen très ensoleillé, aux étés chauds et secs et aux hivers doux. Les poussées ponctuelles[Combien ?] de mistral constituent la principale nuisance météorologique (provoquant refroidissement brutal de la mer et risques d'incendies en été), bien que la commune soit abritée par les massifs des Maures et de l’Esterel[4].

Sur l'ensemble de la commune de Saint-Raphaël, les températures maximales et minimales relevées sont de 28 °C en juillet-août et 3 °C en décembre et janvier, valeur douce grâce à la présence de la Méditerranée, qui permet la survie de certaines plantes subtropicales[réf. nécessaire].

L’ensoleillement record s’établit à 2 748 heures par an avec une pointe à 355 heures en août. Autre valeur, caractéristique du climat méditerranéen[5], les précipitations totalisent 823 millimètres sur l’année, très inéquitablement réparties avec moins de 15 mm en juillet et plus de 115 mm en octobre[6][source détournée].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Les paysages du massif de l'Estérel oriental aux reliefs tranchés et aux couleurs intenses, et donc celui de la baie d'Agay, font de lui, depuis 1966, un site patrimonial remarquable classé[7],[8],[9].

Toute la commune de Saint-Raphaël est associée au projet international de protection de l'environnement RAMOGE, signé en 1976[10].

14 000 hectares du massif de l'Esterel sont protégés par l’Office national des forêts depuis 1996[11]. De plus, le Conservatoire du littoral[12] et la loi littoral empêchent les nouvelles constructions sur une bande de cent mètres de littoral. L’Esterel et la bande côtière entre Agay et Le Trayas sont aussi reconnus comme des sites du réseau Natura 2000[13]. La rade d’Agay, le cap du Dramont, le Rastel d’Agay (309 mètres), la plage du débarquement[14] sont inscrits au titre de l’inventaire des sites remarquables. Enfin, la réserve marine du cap Roux est un cantonnement de pêche (le plus grand de France[11]), où toute exploitation, récolte ou altération du milieu est interdite sur 445 hectares[15],[16].


Parmi les espèces patrimoniales de la région, on compte la très rare tortue d'Hermann, sub-endémique du massif de l'Estérel[11].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Occupation des solsModifier

Morphologie urbaineModifier

LogementModifier

72% des logements sont des résidences secondaires[18].

Planification de l'aménagementModifier

Projets d'aménagementModifier

Voies de communication et transportsModifier

Le lieu dit d'Agay est desservi par des TER Provence-Alpes-Côte d'Azur qui effectuent des missions entre Les Arcs - Draguignan ou Saint-Raphaël et Cannes. Les gares du Dramont et d'Agay sont situées sur le lieu-dit.

ÉnergieModifier

Risques naturels et technologiquesModifier

Le massif est régulièrement exposé aux risques d’incendie. Des feux tragiques se sont développés en 1986, 2003 et 2007. En conséquence des aménagements sont réalisés par la commune et les services départementaux et nationaux pour préserver le territoire par ailleurs l'Estérel est fermé en été en cas de fort Mistral[11].

Qualité de l'environnementModifier

ToponymieModifier

Le nom Agay provient du provençal Agai (prononcé : [aˈgaj]) lui-même de l'ancien provençal[réf. nécessaire] Aguase qui est une évolution d'Agathon[19], translittération latine du nom antique grec agathonis[réf. nécessaire]. Du fait de cette étymologie, les habitants sont appelés les « agathoniens »[réf. nécessaire].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Les plus anciennes traces d'occupation du site d’Agay remontent à la préhistoire[11][Lesquelles ?].

AntiquitéModifier

Les Grecs de Massilia fréquentent la rade qu’ils nomment Agathon et qui procure à leurs navires un abri sûr ainsi qu’un potentiel d’échanges commerciaux avec les Oxybiens. En effet cette tribu celto-ligure peuplait alors le littoral entre Fréjus et Antibes, et avait pour capitale un port nommé nommé Ægytna, cité par de nombreux chroniqueurs antiques et qui pourrait avoir été Agay, mais aussi Théoule-sur-Mer ou Mandelieu-la-Napoule[20][à vérifier].

Les Romains viennent aussi vers — après avoir vaincu les tribus ligures coalisées, qui se retirent dans l’Estérel, loin du littoral — et fondent un établissement portuaire, Portus Agathonis, relié à la « Via Aurelia » (Rome-Narbonne). On a retrouvé sous l'eau des amphores romaines provenant sans doute d'un naufrage.

Moyen ÂgeModifier

Vers 400, saint Honorat se serait installé dans les grottes de la Sainte-Baume avant de fonder l'abbaye de Lérins. Les Francs s'approprient la Provence à partir du VIe siècle, où ils s'opposent aux Sarrazins à partir du IXe siècle[11]. Au Xe siècle, le comte de Provence, Guillaume le Libérateur, chasse les Sarrazins et fait don d'Agay à l’évêque de Fréjus, Riculphe. Ce n’est qu’en 1235 qu’Agay revient à Raimond-Bérenger V de Provence. À cette époque, Agay n’est plus habité à la suite des multiples incursions maritimes sarrasines.

Âge classiqueModifier

C’est Richelieu qui, en décidant la densification des fortifications sur la façade maritime au début du XVIIe siècle, redonne vie à Agay qui prend à cette époque son nom actuel. Sont alors construites deux tours, l’une à la Baumette (à l’emplacement de l’actuel phare) et l’autre au Dramont.

Une seigneurie voit le jour ainsi qu’un château fortifié. Ce château est construit en 1635-37 par Jean-Vincent de Roux, lieutenant de l’artillerie de la flotte du Levant, capitaine général des garde-côtes de Provence et de Languedoc, puis seigneur d’Agay par inféodation de l’évêque de Fréjus Barthélemy Camelin en août 1636. Il est passé à son fils Jules-Michel de Roux, major du régiment et gentilhomme du duc de Vendôme, gouverneur de Provence puis à sa petite-fille unique Gabrielle de Roux, épouse en 1704 de Jean de Giraud de La Garde, capitaine général des garde-côtes de Provence au département de Fréjus. Leur fils, François de Giraud, seigneur d’Agay et La Garde, (1715-1798), brigadier des armées navales, chevalier de Saint-Louis, le reconstruisit en 1750 d’après des plans de l’architecte marseillais Dréveton.

Révolution française et EmpireModifier

Le château d'Agay est remanié puis pillé lors de la Révolution[N 1], Les garnisons sont ôtées et Agay est rattaché à Saint-Raphaël.

En 1813, près de la pointe de la Baumette, au désormais lieu-dit « calanque des Anglais », la goélette l’Estafette et la canonnière l'Air furent attaquées par un détachement de la flotte anglaise de Nelson, dans un combat naval rocambolesque. L’Estafette fut volontairement échouée sur la plage par son commandant Pallières, puis remise à flot pour rallier Toulon. L’Air avec son commandant l'enseigne de vaisseau Bernard et son équipage furent pris par les Anglais. Les marins restèrent prisonniers des Anglais jusqu'en [21],[22],[23].

Époque contemporaineModifier

Belle Époque : une station balnéaire chère aux artistesModifier

Le XIXe siècle est marqué par l'arrivée d’un poste de douane, du phare et surtout de la voie de chemin de fer en 1864. Cela permet l’exploitation, au Dramont, des carrières de porphyre, et bientôt le développement du tourisme[24].

 
Excursion en « car » depuis l'hôtel des Roches Rouges, vers 1910.
 
La villa Bunau-Varilla, élégante bâtisse de style colonial.

Lors d'une croisière de huit jours en à bord de son cotre Bel-Ami, l'écrivain Guy de Maupassant dans son récit Sur l'eau décrit l'éclat des lieux :

« La rade d'Agay forme un joli bassin bien abrité, fermé, d'un côté, par les rochers rouges et droits, que domine le sémaphore, au sommet de la montagne, et que continue, vers la pleine mer, l'île d'Or, nommée ainsi à cause de sa couleur ; de l'autre, par une ligne de roches basses, et une petite pointe à fleur d'eau portant un phare pour signaler l'entrée. Dans le fond, une auberge qui reçoit les capitaines de navires réfugiés là par gros temps et les pêcheurs en été, une gare où ne s'arrêtent que deux trains par jour et où ne descend personne, et une jolie rivière s'enfonçant dans l'Esterel jusqu'au vallon nommé Malinfermet, et qui est plein de lauriers-roses comme un ravin d'Afrique. Aucune route n'aboutit, de l'intérieur, à cette baie délicieuse. Seul un sentier conduit à Saint-Raphaël, en passant par les carrières de porphyre du Dramont ; mais aucune voiture ne le pourrait suivre. »

— Guy de Maupassant, Sur l'eau (1888)[25].

C'est dans les années 1880 que Saint-Raphaël devient une destination prisée des touristes aristocratiques, grâce au train qui y parvient en 1863 et permet l'érection de la basilique et de nombreuses bâtisses de luxe, d'abord limitées au chef-lieu avant de s'étendre vers Boulouris (où la « Villa mauresque » naît en 1881)[11]. Dès 1896, le dramaturge et poète Maurice Donnay fait construire une maisonà Agay, la villa « Lysis »[26], et ce avant l'arrivée de la route, connue comme la « corniche d’or », au tout début du XXe siècle (1903). Des hôtels et de fastueuses villas de style Belle Époque et Art nouveau voient alors le jour tant à Agay qu’à Anthéor, le Dramont et Boulouris, et dynamisent l'activité d'architectes tels que Pierre Aublé : bien avant la mode des bains de mer, Agay est déjà un lieu qui attire des touristes fortunés venus de toute la France admirer son cadre exceptionnel et son climat idéal[11]. L'intensité des couleurs primaires qui dominent le paysage (rouge, vert, bleu) attirent également les peintres au tournant des XIXe et XXe siècles, notamment les post-impressionnistes et surtout les fauvistes. En 1897 Armand Guillaumin fréquente le lieu et peint Vue des Rochers à Agay. Il écrit en 1911 « je me régale à faire des rochers rouges et des arbres tordus. J’ai déjà usé quatre à cinq tubes de vermillon et autres couleurs rouges… »[27] Louis Valtat, admirateur de van Gogh et Gauguin s'installe en 1899[28], et est sans doute le premier à faire des paysages d'Agay un point névralgique de la naissance du fauvisme[29]. Rapidement, plusieurs piliers du mouvement fauve lui emboîtent le pas comme Albert Marquet et Charles Camoin, qui viennent peindre les falaises encore sauvages de l'Estérel. Ils exposent ces toiles aux côtés de celles de Matisse (qui peint Collioure) dans la fameuse salle VII du Salon d'automne de 1905, acte de naissance du fauvisme[30],[31].

Le ministère de la Guerre crée également en 1906 une grande maison de repos, l'hôtel des Roches Rouges, devenue depuis centre de vacances du ministère de la Défense[32] ; la poste arrive en 1910, dans une belle maison d'époque encore visible. Le tourisme est à cette époque encore essentiellement hivernal : de riches aristocrates viennent profiter de la douceur méditerranéenne, mais évitent les canicules estivales — d'où la plantation massive de mimosas, fleurissant en février[24].

D’illustres personnages séjournent à Agay comme Gaston Doumergue, Guy de Maupassant ou encore Antoine de Saint-Exupéry qui se marie au château d'Agay en 1932 avec Consuelo Suncin de Sandoval, chez son ami et beau-frère Pierre d'Agay[N 2]. Les frères Lumière y séjournèrent également, comme en témoigne la grande toile peinte par leur père exposée dans le hall de leur villa à Lyon, et représentant le rocher Saint-Barthélémy. Le romancier Albert Cohen situe également à Agay une bonne partie de l'intrigue de son célèbre roman Belle du Seigneur[33]. En 2014, le cinéaste Woody Allen tourne à Agay les scènes d'extérieur de son film Magic in the Moonlight, qui se déroule dans un milieu de riches aristocrates de l'entre-deux-guerres fréquentant la Côte d'Azur[34].

Le tourisme estival fait ses débuts dans l'entre-deux-guerres avec l'ouverture de l'hôtel de la Baumette, luxueuse bâtisse de style Art nouveau dominant la pointe Est, et rapidement prisé des artistes, intellectuels, aristocrates et autres vedettes[24].

Seconde Guerre mondiale : un site stratégique du débarquement en ProvenceModifier

 
Le village d'Agay vers 1930.

La Seconde Guerre mondiale marque un tournant défigurant pour Agay. Les Allemands détruisent le château et de nombreux autres bâtiments, incendient entièrement l’Estérel pour y débusquer les maquis, et constellent le bord de mer de bunkers. Puis, avant le débarquement de Provence, les bombardements visant le viaduc d’Anthéor détruisent la majorité des maisons ainsi que la chapelle. Des commandos ont, durant la nuit précédant le débarquement, tenté de couper la route côtière à Miramar (quartier de Théoule-sur-Mer). Les troupes débarquent sur une plage minée, cela sera un échec sanglant. Le débarquement en lui-même se déroule au matin sur les plages du Dramont et d'Anthéor. Agay sert ensuite de port pour le déchargement des renforts ; quelques traces de balles sont encore visibles dans les plus vieux arbres de la ville, comme le grand palmier situé entre la plage de l'école de voile et l'hôtel France Soleil.

XXe siècle : une station balnéaire estivaleModifier

 
Agay vu du sommet du Rastel.

Agay sort du second conflit mondial en grande partie détruite (notamment le château tant par les Allemands que par les bombardements de fin 1943 préparatifs au débarquement en Provence) et largement défigurée par de nombreux bunkers (dont certains sont encore visibles)[24]. La reconstruction sera cependant rapide, bénéficiant de l'essor de toute la région[24].

À partir des années 1960, Agay suit en effet le mouvement général de la Côte d'Azur et passe de villégiature aristocratique hivernale à station balnéaire estivale pour les classes moyennes. Une grande quantité de maisons de vacances s'y construisent, même si Agay, site classé où la construction est strictement régulée, est épargnée par les grands ensembles de béton qui ont défiguré une grande partie de la côte. Cela permet également à la baie de conserver une certaine maîtrise de sa population estivale, et donc de sa qualité de vie[35].

En 1990, à la suite d'un incendie opportun, le groupe Pierre & Vacances achète un terrain de 210 hectares[36] précédemment inconstructible sur la partie ouest de la baie pour y bâtir son plus grand village de vacances, baptisé « Cap Esterel », avec 1 694 logements et une capacité d'accueil de 8 000 vacanciers[36].

À la même période, de nombreuses villas de standing conquièrent progressivement les collines basses de la baie, certaines en lotissements à accès privatif, notamment le vaste « Domaine du Rastel d'Agay » qui s'organise en société civile immobilière (SCI) en 1999[37].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des adjoints affectés à la mairie annexeModifier

Yvonne Zucco, 13e adjointe au maire de Saint-Raphaël, est « adjointe déléguée aux quartiers d'Agay, Le Dramont, et à l'identité locale[38] ».

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Politique environnementaleModifier

Équipements et services publicsModifier

Les équipements publics d'Agay sont propres[39]. Par ailleurs une grande partie des équipements sont mutualisés avec les autres quartiers de Saint-Raphaël[réf. nécessaire].

Eau et déchetsModifier

Espaces publicsModifier

  • Une salle communale polyvalente (la salle du Togo)
  • Une base nautique municipale
  • La capitainerie du port
  • Un office du tourisme

EnseignementModifier

  • Une école maternelle et primaire

Postes et télécommunicationsModifier

  • Un bureau de poste

SantéModifier

Justice, sécurité, secours et défenseModifier

  • Un bureau municipal

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Si Agay ne compte aujourd'hui que 1 420 habitants à l'année (répartis en seulement 500 familles), plus de 15 000 touristes s'y pressent chaque été[35].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Sports et loisirsModifier

Vie associativeModifier

CultesModifier

La paroisse Notre-Dame du Sacré-Cœur appartient à l'église catholique romaine[41].

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

EmploiModifier

Entreprises et commercesModifier

Naguère, Agay vivait de l'exploitation forestière gérée maintenant par l'Office national des forêts, des carrières et de ses exploitations agricoles dont certaines sont encore en activité (vignes, fruits et légumes).

Dorénavant, Agay est essentiellement tourné vers le tourisme estival surtout depuis la construction d'un complexe touristique, Cap Esterel, sur les hauteurs des carrières du Dramont.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux, monuments et patrimoine culturelModifier

  • La fontaine du Petit Prince sur le parking du centre commercial de la bastide d'Agay[24].
  • Le phare de la Baumette avec sa stèle.
  • La corniche d'Or et ses nombreuses calanques.
  • L'ancienne poste de style Art nouveau, rénovée récemment, encore habitée aujourd'hui.
  • La place du Togo, lieu de rendez-vous des boulistes et autres événements annuels.

Personnalités liées au lieu-ditModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le château d'Agay passe à Melchior de Giraud maire de Saint-Raphaël sous la Restauration[Laquelle ?], fils du précédant propriétaire François de Giraud.
  2. Pierre d’Agay est l'époux de Gabrielle de Saint-Exupéry, sœur de l’écrivain-pilote Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944).

RéférencesModifier

  1. a b et c Le Routard 2016/2017, p. 24-25.
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Agay (Y5500540) » (consulté le ).
  3. « Direction départementale des Affaires sanitaires et sociales Carte de qualité des eaux en PACA en 2006 selon la DASS »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.paca.sante.gouv.fr.
  4. Le Routard 2016/2017, p. 72.
  5. F. Bagnouls et Henri Gaussen, « Les climats biologiques et leur classification », Annales de géographie, Malakoff, Armand Colin via Persée, vol. 66 « LXVIe année », no 355,‎ , p. 198, 200-201 (e-ISSN 1777-5884, DOI 10.3406/geo.1957.18273, lire en ligne, consulté le ).
  6. Virginie Schwarz (dir. publication), « Le Dramont : Sémaphore du Dramont » [PDF] (fiche du poste 83118002), sur donneespubliques.meteofrance.fr, Paris, Météo-France, (consulté le )[source détournée].
  7. Décret du 3 janvier 1996 portant classement de sites.
  8. Premier Ministre, Décret du 3 janvier 1996 (texte intégral du décret et les plans annexés), Paris, Ministère de l’environnement, , 24 p. (lire en ligne [PDF]).
  9. DIREN Provence-Alpes-Côte d’Azur, Massif de l’Esterel oriental : Mandelieu-la-Napoule, Théoule-sur-Mer (06), Saint-Raphael, Fréjus, Les Adrets-de-L’Esterel, Tanneron (83) (catalogue départemental des sites classés, Alpes-Maritimes et Var (fiche B)), Marseilles, Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Provence-Alpes-Côte-d’Azur, , 3 p. (lire en ligne [PDF]).
  10. RAMOGE, « Lutte contre les éléments de pollution », sur ramoge.org, Monaco, RAMOGE (consulté le ).
  11. a b c d e f g et h Le Routard 2016/2017.
  12. L’Esterel sur le site du Conservatoire du littoral.
  13. Carte du domaine Natura 2000 de l’Esterel.
  14. Plage du Dramont site du débarquement de Provence du 15 août 1944.
  15. « Réserve du cap Roux : Entretenir une activité de pêche professionnelle durable », sur www.planetemer.org, Marseilles, Planète Mer (consulté le ).
  16. Marc Giraud (dir. publication), « Nul Var ailleurs : Vivre ici / Var Estérel », Le Var, Toulon, Conseil départemental du Var, no 9,‎ , p. 52 [vue 54] (ISSN 2273-2659, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  17. « Estérel », sur protectedplanet.net, .
  18. Organisation régionale des professionnels de l'immobilier (Orpi), « Immobilier Agay, Saint-Raphaël : Agay en quelques chiffres », sur www.orpi.com, Clichy, Orpi France (consulté le ).
  19. (pro) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Tresor dóu Felibrige : ou dictionnaire provençal-français embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne [« Le Trésor du Félibrige »], vol. 1 : A-F, Raphèle-lès-Arles, , 2e éd. (1re éd. 1879), 1196 p., 2 vol. ; 25 cm (ISBN 8-4499-0563-X, lire en ligne), Agai, p. 44 col. 1.
  20. Joseph Roux, Statistique des Alpes-Maritimes, vol. 2, t. Livre deuxième : Beautés naturelles du département, Nice, Ch. Cauvin, (réimpr. 1992), 1re éd., 487 p., 2 vol. ; in-8 (lire en ligne), chap. 1 (« Arrondissement de Grasse »), p. 63-64.
  21. États de services de Joseph Toussaint Bernard, Base LEONORE, cote LH/197/54. http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore/NOMS/nom_00.htm
  22. Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la Flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. 1 : 1671-1870, Toulon, J.-M. Roche, (ISBN 2-9525917-0-9, lire en ligne), p. 13.
  23. Le combat naval d'Agay - Une épave mythique, http://raymondu38.1cd9.com/galerie-photos/18-le-semaphore-du-dramont.html
  24. a b c d e et f « L’Histoire d’Agay », sur residenceagathos.com.
  25. Guy de Maupassant (ill. Henri Lanos, grav. Georges Lemoine), Sur l'eau, Paris, Société d’éditions littéraires et artistiques, coll. « Œuvres complètes illustrées de Guy de Maupassant », , 240 p., in-16 (lire en ligne), «  », p. 88.
  26. Maurice Donnay, J'ai vécu 1900…, Paris, Librairie Arthème Fayard, coll. « C'était hier », , 295 p., 19 cm (BNF 32038224), p. 49.
  27. Annette Haudique (dir. publication) (photogr. Charles Maslard), « Guillaumin, Pins maritimes, crique au Brusc » (œuvre commentée), sur www.muma-lehavre.fr, Le Havre, Musée d'art moderne André-Malraux (consulté le ).
  28. Jean-Marie Gavalda (photogr. D. R.), « Inclassable Louis Valtat », sur www.midilibre.fr, Midi libre, Saint-Jean-de-Védas, Société du Journal Midi libre, (consulté le ).
  29. Ivonne Papin-Drastick (commisaire générale), Claudine Grammont (commissaire scientifique), Jeanne Calmont et Mireille de Lassus, Musée de Lodève et RMN (photogr. ADAGP), Louis Valtat, à l’aube du fauvisme (Dossier de presse. Exposition d’été -), s.l., Communauté de communes Lodévois et Larzac, 24 p. (lire en ligne), « Agay. Valtat fauve ? », p. 8-10.
  30. Louis Vauxcelles, « Le salon d'automne », Gil Blas, Paris « année 27 », no 9500 « supplément »,‎ , p. 1-2 (lire en ligne, consulté le ).
  31. Chris Dercon (dir. publication), « Le scandale du salon d'automne de 1905 au Grand Palais : la naissance du Fauvisme ! », sur www.grandpalais.fr, Paris, Établissement public de la Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Elysées (Rmn-GP), (consulté le ).
  32. « Agay - Les Roches Rouges », sur igesa.fr.
  33. « La baie d'Agay à St Raphaël : Estérel et mer turquoise », sur /www.esterel-cotedazur.com.
  34. Franck Leclerc, « La Côte d'Azur sublimée par Woody Allen dans "Magic in the moonlight" », sur corsematin.com, .
  35. a et b Jocelyne Joris, « Agay, trépidante en été, tranquille en hiver », sur Var-Matin, .
  36. a et b « Cap Esterel : dans les coulisses du plus grand village vacances du pays », sur LCI (consulté le )
  37. Société, « SCI Rastel d'Agay », sur www.societe.com, Paris, Société SAS (consulté le ).
  38. Christine Rahard (dir. publication), « Les élus : Conseil municipal », sur www.ville-saintraphael.fr, Saint-Raphaël, Ville de Saint-Raphaël (consulté le ).
  39. Christine Rahard (dir. publication), Cartographie des équipements (plan et coordonnées), sur www.ville-saintraphael.fr, Saint-Raphaël, Ville de Saint-Raphaël (consulté le ).
  40. Liste des sites de plongée à Saint-Raphaël.
  41. Conférence des évêques de France, « Notre-Dame du Sacré-Coeur : 83530 Agay », sur messes.info, Paris, Union des associations diocésaines de France (UADF) (consulté le ).
  42. Élisabeth Pommiès, Vincent d'Indy, 1851-1931 : au service de la musique, Anglet, Éditions Séguier, coll. « Carré musique » (no 5), , 217 p., 15 cm (ISBN 2-8404-9220-2), p. 155-156.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

BibliographieModifier