Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées

établissement public culturel (2011-)

Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées
logo de Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées
illustration de Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées

Création 1895
Personnages clés Chris Dercon (président)
Forme juridique Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC)
Siège social 254-256, rue de Bercy
Paris 12e
Directeurs Sylvie Hubac (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Diffusion culturelle
Produits Expositions, Édition, moulages, estampes, images, produits dérivés
Filiales Artlys (d)
Effectif 1000
Site web rmngp.fr grandpalais.fr

La Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées, appelée Réunion des musées nationaux - Grand Palais, est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC). Il est issu de la fusion de la Réunion des musées nationaux et du Grand Palais.

La Réunion des musées nationaux – Grand Palais a pour but de contribuer à la diffusion du patrimoine muséographique et au développement des publics en mettant ses capacités en ingénierie culturelle à disposition des musées. Chargée de la mise en valeur et de l’exploitation du Grand Palais, à Paris, elle y produit des expositions temporaires et des événements culturels divers. Elle est également gestionnaire du Musée du Luxembourg, à Paris.

L'établissement est placé sous la tutelle du ministère de la Culture, plus spécialement exercée par le Service des Musées de France (SMF).

HistoriqueModifier

GenèseModifier

La Réunion des musées nationaux a été initialement créée en 1896, sous l'impulsion de Raymond Poincaré et de Georges Leygues[1], pour procéder à l'acquisition d'œuvres d'art destinées à enrichir les collections nationales.

Sous la Troisième République, le rôle de l'État change. Il se reconnaît le droit d'intervenir dans la protection des créations nationales. Jules Ferry précise, dans le discours du , que l'État « a pour tâche de conserver ce que la société moderne pourrait bien laisser dépérir, de lutter enfin contre l'invasion de l'art par l'industrialisme, le péril, le fléau des sociétés riches contre la nôtre. (Il doit) récompenser les formes de l'art les plus nécessaires au maintien des traditions nationales ».

C'est la loi du , portant loi de finances pour 1896, qui reconnaît la personnalité juridique de la Réunion des musées nationaux :

  • article 52 : « est investie de la personnalité civile, sous le titre de Musées nationaux, la réunion des musées du Louvre, de Versailles, de Saint-Germain-en-Laye et du Luxembourg ».
  • article 54 : les ressources de la Caisse des musées sont constituées par « les dons et les legs ; les versements à titre de souscriptions individuelles ou collectives ; les sommes allouées par l'État à titre de subventions pour l'acquisition d'objets d'art ou d'antiquités ; le produit de la vente par ces musées des estampes, moulages et autres reproductions ; le revenu de la moitié du produit de la vente des diamants de la couronne ; toutes autres ressources qui pourraient leur être affectées par la loi »[2].

Le décret du organise le Conseil de la Réunion des musées nationaux. En 1897, le Conseil obtient le droit de statuer sur les legs en nature. Grâce à cette loi, les mécènes vont pouvoir participer à l'enrichissement du patrimoine culturel des musées de l'État.

ÉvolutionsModifier

La Réunion des musées nationaux acquiert le statut d’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) par le décret du [3]. L'établissement est alors doté de trois nouvelles missions : l'accueil du public, l'organisation d'expositions temporaires et la diffusion culturelle autour de ces expositions et des collections permanentes des musées.

Le , la Réunion des musées nationaux fusionne avec l'établissement public du Grand Palais des Champs-Élysées, qui avait été créé en 2007.

Le nouvel établissement public est désormais régi par le décret no 2011-52 du [4].

GouvernanceModifier

PrésidentModifier

Le président de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais est nommé par décret en conseil des ministres, pour une durée de cinq ans renouvelables. Il (elle) dirige l’établissement et préside le conseil d’administration.

Jean-Paul Cluzel devient le premier président de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais après la fusion des deux établissements en 2011. Sylvie Hubac lui succède en 2016. Son mandat prend fin avec sa nomination comme présidente de la section de l’intérieur du Conseil d’Etat, le .

Chris Dercon est nommé pour lui succéder à partir du et préside à ce jour l'établissement [5].

Conseil d'administrationModifier

Le conseil d'administration comprend, outre son président, dix-huit membres[6] :

  • Six représentants de l'État, membres de droit :

- Le secrétaire général du ministère de la culture ou son représentant ;

- Le directeur général des patrimoines ou son représentant ;

- Un autre responsable de la direction générale des patrimoines, désigné par arrêté du ministre de la culture, ou son représentant ;

- Le directeur général de la création artistique ou son représentant ;

- Le directeur du budget ou son représentant ;

- Le directeur général du Trésor ou son représentant ;

  • Six personnalités désignées en raison de leurs compétences par arrêté du ministre la culture, dont deux nommées sur proposition du ministre de l'économie et des finances en raison de leurs compétences dans le domaine économique ;
  • Six représentants des salariés.

Les membres du conseil d’administration sont nommés ou élus pour trois ans. Leur mandat est renouvelable.

Conseil d'orientation stratégiqueModifier

Le conseil d’orientation stratégique comprend, outre son président, quinze personnalités choisies en raison de leurs compétences scientifiques et culturelles pour une durée de trois ans renouvelables, dont cinq membres nommés par le ministre de la culture et dix nommés par le président de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

Il est consulté sur les orientations de la politique culturelle et scientifique de l’établissement, les activités de diffusion culturelle et les développements numériques et, à l'initiative de son président, sur toute question relative aux activités de l'établissement [6].         

MissionsModifier

Selon son décret de fondation, les missions de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais sont :

Diffusion des collections des muséesModifier

Depuis 1930, la Réunion des musées nationaux assure l’organisation administrative et logistique d'expositions temporaires présentées dans les musées nationaux ou partenaires. Producteur de grandes manifestations et d'événement culturels, la RMN-GP dispose depuis 2011 des Galeries nationales du Grand Palais (GNGP) où elle gère l'organisation d'expositions rétrospectives thématiques et monographiques.

La RMN co-produit également des expositions, ou intervient dans l’organisation d’expositions présentées dans des établissements qui ne sont pas des musées nationaux ; elle le fait à leur demande, mettant à leur service son expérience et son savoir-faire. Elle collabore avec une trentaine d'établissements culturels et participe à la réalisation d'environ une vingtaine d'expositions par an. C’est ainsi qu’elle travaille régulièrement avec certains musées de région, avec des établissements rattachés à la direction générale des Patrimoines, ainsi qu’avec l’Association française d'action artistique (AFAA) devenue Cultures France, pour certaines expositions internationales.

Elle doit organiser des activités pédagogiques afin d'ouvrir ces expositions au public le plus large.

Édition d'ouvrages, de moulages, d'estampes et de produits dérivésModifier

La Réunion des musées nationaux - Grand Palais est l'un des premiers éditeurs d'art en Europe : dans le cadre des expositions temporaires et des événements culturels, elle édite et diffuse des catalogues, livres et produits d'art. Deux ateliers d'art intégrés lui permettent de tirer des moulages (à partir d'une collection historique de 5000 moules) et des estampes (à partir des 13 000 plaques gravées de la collection de Chalcographie du Louvre en dépôt dans les ateliers de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais).

Elle promeut les collections permanentes en éditant des guides de musées et autres supports d'aide à la visite, sur papier, en audiovisuel et multimédia.

Elle conçoit et commercialise des produits dérivés divers (décoration, mode, bijoux, gadgets, etc.)[7] qu'elle diffuse dans ses boutiques, chez ses partenaires ou sur son site boutiquesdemusees.fr .

Acquisition d’œuvres d'artModifier

La RMN-GP gère ces acquisitions pour l'ensemble des directions patrimoniales et des établissements publics relevant du ministère de la culture et de la communication. Elle procède à des achats auprès de particuliers et de marchands ou en ventes publiques, et gère les donations et les dations.

Pour les acquisitions dépassant un certain montant, il est nécessaire de consulter le Conseil artistique des musées nationaux.

La RMN-GP apporte notamment son concours à la procédure d'achat de trésors nationaux.

Agence photographiqueModifier

L’Agence photographique de la Réunion des Musées nationaux - Grand Palais est chargée de la valorisation et la diffusion des collections conservées dans les musées nationaux de France. Elle réalise chaque année 20 000 prises de vues au sein des musées nationaux. Elle gère un fonds photographique de 800 000 images d'œuvres d'art, accessibles en ligne au grand public.

Accompagnement des musées non dotés de la personnalité juridiqueModifier

La Réunion des musées nationaux - Grand Palais a pour mission d'assurer l'accueil du public et de percevoir les droits d'entrée dans les musées nationaux non dotés de la personnalité juridique.

Les établissementsModifier

La Réunion des musées nationaux - Grand Palais met ses compétences au service de tous les musées nationaux et établissements muséographiques français et internationaux.

En France, les établissements qui bénéficient des ces compétences sont :

Les établissements administrés par la Réunion des musées nationaux - Grand PalaisModifier

Le Grand PalaisModifier

La Réunion des musées nationaux - Grand Palais gère directement le Grand Palais et ses Galeries nationales. Elle y organise des expositions, grandes monographies ou rétrospectives, ainsi que des événements culturels divers.

Le Musée du LuxembourgModifier

En 2010, le Sénat a délégué la gestion du Musée du Luxembourg à la Rmn – Grand Palais avec la mission d’y organiser des expositions. En 2019, cette délégation de service public a été renouvelée pour une période de six ans, de 2020 à 2026 [8].  

Les musées de Service à Compétence Nationale (SCN)Modifier

Au sein des musées SCN, la Réunion des musées nationaux - Grand Palais intervient dans le développement et l'installation des services proposés aux publics (accès, vestiaires, visites-conférences…). Elle produit ou co-produit également des expositions avec ces établissements.

Les musées SCN auprès desquels la Réunion des musées nationaux - Grand Palais intervient sont les suivants :

Identité visuelleModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Sallois, Les musées de France, 4e éd., Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2008, page 26.
  2. Sous la direction de Jean-Pierre Allinne, Renaud Carrier, La culture au risque du marché: le mécénat face à ses acteurs, p. 99-102, L'Harmattan, Paris (ISBN 978-2-296-11324-4) Extraits
  3. Décret no 90-1026 du 14 novembre 1990 relatif à la Réunion des musées nationaux et à l'École du Louvre, JORF no 268 du 18 novembre 1990, p. 14232–14236, NOR MCCB9000487D, sur Légifrance.
  4. Texte du décret du 13 janvier 2011 sur Légifrance.
  5. « Chris Dercon nommé à la présidence de la Réunion des musées nationaux Grand Palais », sur Connaissance des Arts, (consulté le 13 décembre 2019)
  6. a et b Décret n° 2011-52 du 13 janvier 2011 relatif à l'Etablissement public de la Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Elysées, (lire en ligne)
  7. Boutique des musées
  8. « La RMN conserve la gestion du Musée du Luxembourg - 25 juin 2019 - lejournaldesarts.fr », sur Le Journal Des Arts (consulté le 13 décembre 2019)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier