Ouvrir le menu principal

ASVEL Lyon-Villeurbanne

club de basketball villeurbannais et lyonnais
LDLC ASVEL
Logo du LDLC ASVEL
Généralités
Nom complet LDLC ASVEL
Surnoms ASVEL
Noms précédents ASVEL Lyon-Villeurbanne
Fondation
Couleurs
Salle Astroballe
(5 560 places)
Siège ASVEL Lyon-Villeurbanne
451 cours Emile Zola
69100 Villeurbanne
Championnat actuel Jeep Elite
EuroCup
Président Drapeau : France Tony Parker
Entraîneur Drapeau : Monténégro Zvezdan Mitrović
Site web asvelbasket.com
Palmarès principal
National[1] Championnat de France (18)
Coupe de France (9)
Semaine des As (1)
Championnat de France Espoirs (2)

Maillots

 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile
 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur

Actualités

Voir l’image vierge
Le club est basé à Villeurbanne.

L'ASVEL Lyon-Villeurbanne (ASVEL) est un club français de basket-ball situé à Villeurbanne nommé officiellement, pour raison de parrainage, LDLC ASVEL depuis 2018.

Le club, section du club omnisports l'Association sportive de Villeurbanne Éveil lyonnais (ASVEL), évolue en Jeep Elite, soit l'élite du championnat de France. Il en détient d'ailleurs le plus beau palmarès en ayant gagné le plus de titres de champion de France (18).

Le club s'est également illustré en coupe d'Europe lorsqu'il termine finaliste de la Coupe des coupes en 1983.

Depuis 2014, le club est dirigé par le joueur NBA Tony Parker et a fait le choix du naming, le , auprès de son partenaire officiel pour l'appellation de son équipe professionnelle sous le nom de LDLC ASVEL.

Sommaire

HistoriqueModifier

1948-1965 : les années André BuffièreModifier

Le club a été fondé en 1948 par la fusion de l'Éveil lyonnais — un patronage affilé à la Fédération sportive de France dont l'ASVEL est champion fédéral de 1949 à 1959 (sauf 1951 et 1958) laissant ensuite le champ libre à l'Alsace de Bagnolet de 1960 à 1970[2] — et de l'AS Villeurbanne, un club laïc affilié à la Fédération sportive et gymnique du travail. L'équipe, dont le premier président est M. Millet, évolue à la salle Raphaël de Barros (maison des sports de Villeurbanne).

L'ASVEL remporte son premier titre de champion de France en 1949, championnat alors désigné sous le nom championnat Excellence[3], puis l'édition suivante, désormais nommée Nationale. Le club remporte également les éditions de 1952, et trois éditions consécutives, de 1955 à 1957. Durant ces années 1950, l'équipe dispute également deux autres finales, en 1954 et 1959. Les joueurs majeurs de l'équipe sont notamment André Buffière, François Nemeth et Raymond Sahy, ainsi qu'Édouard Gagneux. Ils sont rejoints de 1949 à 1955 par plusieurs internationaux : Henri Grange, Gérard Sturla et Henri Rey, et évoluent sous la conduite de l'entraîneur Georges Darcy.

Après une période de six saisons sans titre, de 1958 à 1963, l'ASVEL retrouve le chemin de la victoire avec un nouveau président, Raphaël de Barros, un nouvel entraîneur, André Buffière, et à partir de 1965 un nouveau joueur plein de talent et déjà international : Alain Gilles.

1965-1989 : les années Alain GillesModifier

 
Alain Gilles, 8 fois champion de France avec l'ASVEL.

En tant que joueur, Alain Gilles conduit l'ASVEL à huit titres de champion de France de 1966 à 1981 (par la suite, il n'obtient pas de titre de champion en tant qu'entraîneur). Avec lui, plusieurs joueurs ont remporté au moins trois titres de champion de France pendant cette période : Alain Durand, Michel Duprez, Gilbert Lamothe, Bruno Recoura, Michel Le Ray, Jean-Pierre Castellier, Serge Fino, Gérard Moroze, Gérard Lespinasse et Bernard Magnin.

Bien que dominante en France, l'équipe ne parvient pas à briller sur la scène européenne. Le président Raphaël de Barros refuse alors de suivre la mode qui consiste à recruter des Américains, ou de rechercher des joueurs de grande taille[4]. Après avoir longtemps résisté, l'ASVEL cède à son tour en 1970 en recrutant John Rucker mais les deux joueurs majeurs de l'équipe restent Alain Gilles et Alain Durand.

L'arrivée en 1972 d'un autre Américain plus performant, Bob Purkisher, permet à l'ASVEL d'être champion de France en 1975, après son départ l'ASVEL remporte le titre en 1977 et est finaliste en 1976 et 1978.

Dans les compétitions européennes, l'ASVEL parvient en demi-finale de la Coupe Korać en 1974, elle est éliminée par Cantù qui remporte le titre cette année-là. En 1976, les verts se qualifient pour les demi-finales de la Coupe des clubs champions, leur victoire contre le Real Madrid au match retour ne suffit pas pour être qualifié en finale (77-113, 101-99). Deux ans plus, l'ASVEL termine troisième de la poule unique désignant les deux finalistes[4].

Le dernier titre de champion de France de l'époque Alain Gilles est obtenu en 1981, le club devant ensuite attendre 2002 pour obtenir un nouveau titre de champion.

L'ASVEL dispute sa première finale européenne en Coupes des coupes en 1983 les verts battent Den Bosch en demi-finale mais s'inclinent en finale contre Scavolini Pesaro (111-99) ; Philippe Szaniel et Larry Boston se distinguent avec respectivement 26 et 24 points[Note 1],[5].

En 1986, Alain Gilles devient entraîneur de l'ASVEL après avoir disputé 21 saisons avec les verts en tant que joueur.

Les verts parviennent à nouveau en demi-finale de la Coupes des coupes en 1987 mais sont battus par le Cibona Zagreb de Dražen Petrović.

1989-1992 : Le déclin et le sauvetageModifier

Alain Gilles part du club en 1989 pour Montpellier. Charles Hernu qui avait pris la présidence du club en 1988, meurt le , Philippe Charvieux, son successeur à la présidence, meurt dans un accident de la route en février 1990, son père Gaston Charvieux prend la tête du club à ce moment-là. À la fin de la saison 1991-1992, le club villeurbannais accuse une dette de 17 millions de francs[6], mais il est sauvé de justesse par Marc Lefèbvre (l'ancien kinésithérapeute du club), Francis Allimant et la mairie de Villeurbanne[7] mais passe par un dépôt de bilan[8]. L'ASVEL passe donc par un plan d'épurement du passif sur 5 ans[8].

1992-2001 : Delaney Rudd et le Final FourModifier

Marc Lefèbvre prend la présidence du club villeurbannais en 1992. Gregor Beugnot arrive au club également en 1992. La green team de 1992 est une équipe construite par Greg Beugnot autour de jeunes joueurs du club. Elle est pronostiqué dernière mais n'est plus reléguable dès Noël et se qualifie pour une coupe européenne. Delaney Rudd et Ron Curry signent à l'ASVEL en 1993 et le club voit émerger Alain Digbeu dans les années 1993 à 1995. Ainsi, les classements du club dans ces années là sont les suivants : 7e sur 18 (21 victoires - 13 défaites) en 1989-1990[9], 7e sur 16 (16 victoires - 14 défaites) en 1990-1991[10], 10e sur 16 (11 victoires - 19 défaites) en 1991-1992[11], 10e sur 15 (9 victoires - 17 défaites) en 1992-1993[12], 7e sur 14 (13 victoires - 13 défaites) en 1993-1994[13] et 7e sur 14 (15 victoires - 11 défaites) en 1994-1995[14].

À partir de 1995, l'équipe évolue à l'Astroballe, une salle de 5 600 places. Depuis 1992 et jusqu'en 2001, Gregor Beugnot est l'entraîneur de l'ASVEL.

Le titre de champion de France échappe pendant plusieurs années à l'ASVEL, mais les verts évoluent régulièrement dans les épreuves européennes. En 1996, l'ASVEL élimine l'Alba Berlin en quart de finale de la Coupe Korać mais sa route s'arrête en demi-finale face à Milan[Note 2].

 
La salle de l'Astroballe où joue l'ASVEL depuis 1995.

Elle fait mieux l'année suivante en se qualifiant pour le Final Four de l'Euroligue 1997 sous la conduite de Delaney Rudd. Pour se qualifier, l'ASVEL obtient des victoires chez des clubs prestigieux comme le Panathinaikos et le FC Barcelone, grâce notamment à la réussite de Rudd qui marque respectivement 31 et 35 points. En quart de finale, l'ASVEL réussit l'exploit de battre Efes Pilsen à Istanbul lors du troisième match (62-57) — alors que les deux équipes avaient remporté chacune un match — et de se qualifier ainsi pour son premier Final Four. Lors de celui-ci, les verts sont battus par le FC Barcelone (77-70) puis par l'Olimpija Ljubljana (86-79) lors de la petite finale[15]. Les joueurs majeurs de l'équipe sont alors Delaney Rudd, Brian Howard, Alain Digbeu, Georgy Adams, Ronnie Smith et Jim Bilba[Note 3]

Les verts atteignent les quarts de finale de l'Euroligue en 1998-1999[Note 4], puis à nouveau en 1999-2000 l'ASVEL ne s'incline en quarts de finale que de deux points, contre Efes Pilsen Istanbul, lors d'un match d'appui (85-93, 77-60, 66-68)[16],[Note 5].

En 2000-2001, l'ASVEL parvient pour la troisième année consécutive en quarts de finale de l'Euroligue avec une équipe notablement renouvelée, mais qui a conservé Jim Bilba et Laurent Pluvy, elle peut compter sur l'adresse de Bill Edwards qui marque en moyenne 19,9 points[Note 6]. L'équipe remporte la coupe de France face à Pau-Orthez.

Si l'ASVEL ne remporte pas de titre de champion de France pendant 21 ans, après celui de 1981, elle parvient cependant très près du but à de nombreuses reprises, en étant sept fois finaliste en 1985, 1986, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, battu trois fois par le Limoges CSP, trois fois par Pau-Orthez et une fois par Paris.

2001-2007 : Adecco ASVELModifier

L'ASVEL Lyon-Villeurbanne devient l'Adecco ASVEL en 2001. Le Président Marc Lefebvre à l'origine de la renaissance de l'ASVEL et la plus grande partie de l'encadrement technique sont évincés à la suite d'un « putsch économique » (menace de retrait du sponsor principal). L'arrivée des nouveaux dirigeants, plus proches des milieux d'affaires que de celui du basket, marque une rupture dans l'histoire de l'ASVEL. L'esprit populaire du club en sera durablement affecté, son standing européen également.

Alors que le mythique Limoges CSP est en pleine période de déboires, l'ASVEL revient sur le devant de la scène en dominant le championnat avec son nouveau rival Pau-Orthez durant quatre saisons.

 
L'entraineur Bogdan Tanjević, champion de France 2002 avec l'ASVEL.

Un entraîneur de renommée internationale arrive au club : Bogdan Tanjević, qui a amené l'Italie au titre de champion d'Europe 1999 et le club de Sarajevo à son premier titre d'Euroligue en 1979.

 
Nikola Vujčić, symbolise le retour en force de l'ASVEL.

La saison 2002 est bien maîtrisée et l'équipe se classe 2e de saison régulière. L'ASVEL remporte son seizième titre de champion de France en 2002 en battant Pau-Orthez en finale par deux victoires à zéro (77-68 et 65-64). Villeurbanne avait battu Cholet en demi-finale (94-74 et 82-72) et Le Mans en quarts de finale (81-71, 72-73, 89-81). Les meilleurs réalisateurs (à la moyenne de points par match) de l'ASVEL sont : Nikola Vujčić, Yann Bonato, Kyle Hill, Nikola Radulović, Reggie Freeman et Harold Mrazek[17]. Selon une légende locale, l'ASVEL et l'Olympique lyonnais n'obtiendraient pas de bons résultats en même temps, elle est mise en défaut en 2002 car l'OL remporte le Championnat de France de football en 2002 pour la première fois de son histoire. Une nouvelle finale oppose les deux rivaux villeurbannais et palois en coupe de France mais l'avantage tourne cette fois ci du côté de Pau-Orthez.

En 2003, les verts terminent de nouveau deuxièmes de saison régulière 2003 mais doivent s'incliner devant Pau-Orthez, leur rival de l'époque avec qui ils viennent de disputer les 3 dernières finales de Pro A. En Euroligue, l'ASVEL parvient à se qualifier pour le top 16 en terminant quartième de son groupe juste devant le grand Real Madrid.

Entre 2004 et 2007, la belle dynamique enclenchée depuis 2001 se brise et les résultats dégringolent. L'ASVEL n'atteint plus de finale malgré une belle saison 2005 stoppée en demi-finale de Pro A par la surprenante équipe de Strasbourg et quelques performances européennes notamment un quart de finale en Eurocoupe 2006.

2007-2014 : le nouvel ASVELModifier

En 2007, l'ASVEL crée un nouveau logo et retire Adecco de son nom. Le club remporte la coupe de France en 2008 face à Cholet sur le score de 86-76, après six années sans titre[18].

Tony Parker, joueur en équipe de France et en NBA, annonce le qu'il entre dans le capital de l'ASVEL, à hauteur de 10 % (il devient donc le deuxième actionnaire du club), 10 % supplémentaires le et 20 % supplémentaires « quand il le souhaitera » dans l'optique de devenir président à terme. Il avait déjà tenté l'expérience avec le Paris Basket Racing, mais celle-ci s'est révélée infructueuse. Il était courtisé par Rouen et Lille mais a choisi l'ASVEL car « en collaboration avec les dirigeants actuels, on peut en faire un des tous meilleurs clubs d'Europe et que c'est le mieux structuré de France ». Cette action s'inscrit dans la continuité du projet CAP 2010 de construction d'une salle de 15 000 places et d'un centre de formation européen sur Lyon. Le , le choix du site des anciennes ABB à Villeurbanne plutôt que le site du Puisoz à Vénissieux pour la construction de cette infrastructure est annoncé[19]. Par ailleurs, la légitimité du projet se trouve également renforcé par l'intérêt porté par la société Lagardère Unlimited[20] ainsi que par les conclusions de la Commission Grandes Salles - ARENAS 2015 qui soutient la construction de grandes salles multifonctionnelles[21].

 
Ali Traore, champion de France 2002 et 2009 avec l'ASVEL.
 
Laurent Foirest, champion de France 2009 avec l'ASVEL.

La saison 2008-2009 est encore plus belle car, autour de joueurs comme Laurent Foirest, Amara Sy et Ali Traore, l'ASVEL remporte le championnat après avoir fini premier de la saison régulière. La finale jouée à Bercy contre Orléans voit la green team l'emporter 55-41 et obtenir son dix-septième titre national.

Les arrivées de Curtis Borchardt, Mindaugas Lukauskis ou encore Kristjan Kangur montrent les ambitions de l'ASVEL pour cette nouvelle saison, qui sera très décevante, avec l'absence de l'ASVEL du Top 16 de l'Euroligue et en play-offs du championnat mais avec toutefois un trophée puisque l'ASVEL remporte la Semaine des AS 2010 en évoluant à domicile en battant encore une fois Orléans sous le score de 70 à 69.

La saison suivante, l'ASVEL renouvelle largement son effectif en signant des joueurs réputés Ángel Daniel Vassallo, Andrija Zizic et Davon Jefferson[22]. Cependant, comme la saison passée, les résultats ne sont pas à la hauteur des objectifs : l'ASVEL échoue lors du tour de qualification de l'Euroligue (face à un autre club français, Le Mans), puis commence la saison de championnat par quatre défaites en six rencontres, ce qui met un terme à la carrière de Vincent Collet à la tête de l'équipe[23]. Après Vassallo licencié pour des problèmes de comportement, Zizic est également « coupé » (libéré de son contrat) après la Semaine des As. À la suite de ces départs Nordine Ghrib prend l'équipe en main et voit l'arrivée de Matt Walsh et de Pops Mensah-Bonsu. Après une sixième place en saison régulière, l'ASVEL remporte son quart de finale face à Chalon en trois manches. L'ASVEL termine sa saison sur une défaite de demi-finale du championnat face au futur champion, Nancy.

Avec le lock-out de la National Basketball Association (NBA), l'ASVEL reçoit le renfort de Tony Parker, puis de Ronny Turiaf. Ce renfort s'achève après la huitième journée[24] avec le préaccord entre les propriétaires et joueurs de NBA. À la fin de la saison 2011-2012, le club finit douzième et ne joue pas les play-offs.

Lors de la saison 2012-2013, l'ASVEL termine à la troisième place du championnat grâce à une victoire au buzzer face à Chalon-sur-Saône lors de la dernière journée, et obtient ainsi l'avantage du terrain pour les quarts de finale des play-offs. L'ASVEL est opposé au Mans, et se qualifie après une belle, pour les demi-finales. L'ASVEL est éliminée après deux défaites sèches face à Strasbourg.

La saison 2013-2014 démarre mal pour l'ASVEL avec le départ de son meneur titulaire Pierre Jackson une semaine avant le début du championnat et quatre défaites lors des quatre premières journées. L'ASVEL se classe en milieu de classement durant toute la saison, et se qualifie pour les plays-offs en terminant septième de la saison régulière. Le club affronte Limoges CSP en quart de finale et est éliminé après deux défaites.

Depuis 2014 : l'ASVEL de Tony ParkerModifier

Actionnaire minoritaire depuis 2009, Tony Parker annonce le qu'il devient l'actionnaire majoritaire de l'ASVEL en rachetant les parts de Gilles Moretton et prend la présidence du club dès l'intersaison suivante. Il souhaite que le club devienne l'un des plus grands clubs en Europe[25]. Pour cela, il est en contact avec les maires de Lyon et de Villeurbanne pour envisager la construction d'une nouvelle salle[26].

 
David Andersen, recrue phare de l'ASVEL en 2014.

Le , Tony Parker devient officiellement président de l'ASVEL, son ami Gaëtan Müller devenant président délégué et Pierre Vincent cumulant le rôle d'entraîneur avec celui de manager général. Il annonce l'arrivée de nouveaux investisseurs au club, notamment Michael Finley et Corey Maggette et un partenariat renforcé avec les Spurs de San Antonio[27].

Le club réalise un gros recrutement avec la signature de l'ancien Pivot NBA et triple vainqueur de l'Euroligue David Andersen. Invitée à participer au tour préliminaire de l'Euroligue, qui met aux prises huit équipes et qualifie une seule équipe[28], l'équipe de l'ASVEL élimine Ostende puis Strasbourg, avant de s'incliner sur le score de 88 à 79 face au favori de ce tour préliminaire, le club russe de l'UNICS Kazan[29]. Le club est ainsi reversé en EuroCoupe. Le démarrage en Pro A est compliqué, l'équipe nage dans le ventre mou du classement après 10 journées. Le , après une nouvelle défaite en EuroCoupe contre Gran Canaria, Pierre Vincent, entraîneur à l'ASVEL depuis 2011, est démis de ses fonctions. Son assistant Nordine Ghrib se charge de l'intérim en attendant la nomination d'un nouvel entraîneur. En décembre, le poste d'entraîneur est confié à JD Jackson[30]. Quelques jours plus tard, Edwin Jackson, meilleur marqueur de l'ASVEL quitte le club pour rejoindre le FC Barcelone[31], puis l'américain Travis Bader recruté en juillet est licencié 3 jours plus tard.

Pour compenser ces 2 départs, l'ASVEL engage un autre extérieur américain Alex Acker qui a déjà joué pour le club lors des playoffs 2013. Après une élimination dès le premier tour en Eurocoupe, le parcours en coupe de France s'arrête au stade des quarts de finale face au Portel qui évolue en Pro B. Le club remonte la pente avec des belles victoires en Pro A mais conclue sa saison 2015 en dessous des espérances avec une 5e place de saison régulière et une élimination dès les quarts de finale des play-off face à l'équipe du Mans.

 
Casper Ware, MVP des finales de Pro A 2016, accompagne l'ASVEL vers son 18e titre.

Lors de l'inter-saison 2015, l'ASVEL officialise les arrivées de, Darryl Watkins au poste 5, Nicolas Lang et DJ Newbill au poste 2, le All Star Charles Kahudi au poste 4 et Édouard Choquet au poste 1. L'ASVEL se classe cinquième de Pro A et accède à la finale des play-off. Opposée à Strasbourg, la Green Team perd ses deux premiers match au Renhus mais égalise à deux rencontres partout grâce à une victoire sur le fil (60-59) à l'Astrobale. L'ASVEL est sacré champion de France au Rhénus après une victoire (77-80) à Strasbourg et remporte son 18e titre de champion de France.

Lors de l'intersaison, Tony Parker explique vouloir également la création d'une équipe féminine qui jouerait à l'Astroballe[32].

À la fin de la phase des matchs aller, l'ASVEL occupe la cinquième place et se qualifie pour la Leaders Cup.

Le club élimine Chalon-sur-Saône en quart puis Pau en demi-finale. L'ASVEL perd la finale face à Monaco, tenant du titre, qui réalise un doublé.

Suite au départ de Trenton Meacham et à la blessure d'Adrian Uter pour le reste de la saison, le club recrute trois joueurs de l'équipe championne de France 2016 : Casper Ware, David Andersen et Livio Jean-Charles.

Le , Nicolas Batum annonce son entrée au capital du club et dans l'organigramme en tant que « directeur des opérations basket ». Il travaillera sur la détection des talents, le recrutement et le centre de formation avec JD Jackson, Yohann Sangaré et Tony Parker[33].

L'ASVEL termine le championnat à la huitième place et se qualifie pour les playoffs. Elle élimine Monaco, premier de la saison régulière, en quarts de finale et retrouve Strasbourg en demi-finales. Malgré deux victoires lors des deux premiers matchs à l'extérieur, l'ASVEL est éliminée au terme du match 5.

Pour la saison 2017-2018, l'ASVEL possède le plus grand budget du championnat, ainsi que la plus grande masse salariale. Ceci se traduit par un recrutement de forts joueurs bien connus du championnat de Pro A : John Roberson, AJ Slaughter et David Lighty entre autres.

L'ASVEL participe cette saison à l'Eurocup, deuxième compétition européenne. Elle finit premier de son groupe lors du premier tour et se qualifie donc pour le TOP 16.

Le , deux jours après une défaite de 32 points contre l'Élan Chalon, alors dernier du championnat et à la suite d'un bilan de 8 victoires et 8 défaites, JD Jackson est relevé de ses fonctions d'entraîneur. Il est remplacé par son ancien assistant TJ Parker. À l'aube de la saison 2018-2019, Zvezdan Mitrović arrive en tant que coach principal et le club prend un virage majeur de son histoire en signant un naming d'une durée de dix ans, avec son partenaire majeur, le groupe LDLC, pour prendre le nom de LDLC ASVEL.

L'ASVEL doit disposer pour septembre 2019 dans le quartier Gerland d'une académie avec des salles de cours, des terrains de basket, avec une grande salle pour l’entraînement du club de basket de Lyon-Villeurbanne et un mini-campus étudiant de 400 places[34]. Le , l’Olympique lyonnais apporte plus de 3 millions d’euros au capital de l’ASVEL pour un peu plus de 20% des parts, avec un engagement conséquent en tant que partenaire également, puisque le Groupe OL injectera 2,5 millions d'euros par an pendant cinq ans. Cela aura pour but de passer d'une dimension nationale à une dimension internationale. L’ASVEL pourra disputer ses matchs d’Euroleague dans la salle que l’Olympique lyonnais va construire et qui sera prête à l’horizon 2023.[35]

PalmarèsModifier

Palmarès de l'ASVEL
Compétitions nationales Compétitions internationales

Effectif et staff actuel[Quand ?]Modifier

EffectifModifier

 ASVEL Lyon-Villeurbanne v · d · m 
Joueurs Entraîneurs
Pos. # Nat. Nom Prénom Taille Âge Au club depuis Club précédent
5 5   Adreian Payne 2,08 28 2019 Panathinaïkos
1 6   Théo Maledon 1,92 18 2017 Centre Fédéral
5 7   Alpha Kaba 2,08 22 2017 Mega Leks
2 8   A.J. Slaughter 1,91 31 2017 Strasbourg
1 9   Mantas Kalnietis 1,96 31 2018 Milan
4 12   Amine Noua 2,03 21 - -
5 14   Khadim Sow 2,10 18 2017 Réal Madrid 2
5 15   Miro Bilan 2,13 29 2018 Strasbourg
4 17   Livio Jean-Charles 2,06 23 2018 Formé au club
3 19   Charles Galliou 2,02 22 2014 Lille
2/1 20   DeMarcus Nelson 1,93 32 2016 Unicaja Málaga
3 23   David Lighty 1,98 30 2017 Dinamo Basket Sassari
2 24   Sofiane Briki 1,93 19 2017 Centre Fédéral
3 55   Charles Kahudi 1,99 32 2015 Le Mans
Entraîneur
Assistant
Légende 
  • Pos. : Poste
  • # : Numéro de maillot
  • Nat. : Nationalité
  •   : Capitaine
  •   : joueur blessé actuellement
  • (E) : Espoir (centre de formation)

StaffModifier

 ASVEL Lyon-Villeurbanne v · d · m 
Staff
Fonctions Représentants
Manager Général Yohann Sangaré
Entaineur Zvezdan Mitrovic
Assistant Coach TJ Parker
Assistant Coach Elric Delord
Assistant Coach Joseph Gomis
Conseiller Sportif Mirko Ocokoljic
Kinésithérapeute Yohann Casin
Préparateur Physique Manu Lacroix
Staff médical William Oziat
Intendant Pascal Tanzilli

Les joueursModifier

Joueurs emblématiquesModifier

La liste ci-après donne les noms de quelques joueurs qui ont marqué l'histoire de l'ASVEL :

  André Buffière : 1948-1958
  Henri Grange : 1954-1969
  Alain Durand : 1963-1972
  Alain Gilles : 1965-1985
  Bob Purkisher : 1971-1979
  Alain Vincent : 1976-1983
  Jacques Monclar : 1978-1986[36]
  Philip Szanyiel : 1979-1986
  Willie Redden : 1983-1992
  Norris Bell : 1984-1988
  Éric Beugnot : 1986-1989
  Alain Digbeu : 1991-1999
  Laurent Pluvy : 1992-2001
  Delaney Rudd : 1993-1999
  Brian Howard : 1995-1997
 -  Ronnie Smith : 1995-1997
  Jim Bilba : 1996-2001
  Ali Traore : 2000-2004 2008-2010
  Yann Bonato : 2000-2003
  Róbert Gulyás : 2002-2004
  Nebojša Bogavac : 2009-2010
  Chevon Troutman : 2006-2009
  Andrija Zizic : 2010-2011
  Tony Parker : 2011-2012
  Edwin Jackson : 2007-2008 et 2010-2014
  Amara Sy : 2000-2002, 2006-2007, 2009 et 2013-2015

Alain Gilles, Henri Grange, André Buffière et Delaney Rudd ont été nommés dans le cinq des légendes de l'ASVEL. Ils sont accompagnés de l'ancien président Raphaël de Barros.

Numéros retirésModifier

 Numéro porté par Alain Gilles et Delaney Rudd, il est considéré comme légendaire par les supporteurs, et donc intouchable. Une banderole est d'ailleurs constamment étendue en leur hommage dans l'enceinte de l'Astroballe.
4

RecordsModifier

Le tableau suivant donne les détenteurs de quelques records obtenus à l'occasion de matchs disputés uniquement avec l'ASVEL[37]. On retrouve quatre joueurs qui ont marqué l'histoire du club : le Français Alain Gilles et les Américains Willie Redden, Norris Bell et Delaney Rudd.

Statistique Nom du joueur Période Nombre
Meilleur marqueur Alain Gilles 1965-1986 6141 points
Meilleure moyenne Points/Match Norris Bell 1984-1988 21,8 points/match
Meilleur passeur Delaney Rudd 1993-1999 1208 passes décisives
Meilleure moyenne Passes/Match Delaney Rudd 1993-1999 7,32 passes décisives/match
Meilleur rebondeur Willie Redden 1983-1992 1472 rebonds
Meilleure moyenne Rebonds/Match Willie Redden 1983-1992 8,46 rebonds/match
Matchs joués Alain Gilles 1965-1986 372 matchs

Le tableau ci-après donne la liste des joueurs de l'ASVEL qui ont remporté le plus grand nombre de titres de champion de France, Alain Gilles est le joueur le plus titré.

Joueur Nombre de titres Période
1 Alain Gilles 8 1965-1986
2 Henri Grange 7 1955-1969
3 Raymond Sahy 6 1948-1957
4 Alain Durand 5 1963-1972
Henri Rey 1949-1960
Michel Duprez 1968-1977
Gilbert Lamothe 1959-1971
Bruno Recoura 1967-1975
9 André Buffière 4 1948-1955
Michel Le Ray 1967-1973
Gérard Sturla 1951-1960
Jean-Pierre Castellier 1963-1969
Gérard Moroze 1967-1975

Effectifs successifsModifier

Entraîneurs successifsModifier

Présidents successifsModifier

Liste des présidents de l'ASVEL
# Période Nom
1 1948 - 1963   Pierre Millet
2 1963 - 1988   Raphaël de Barros
3 1988 - 1990   Charles Hernu
4 janvier 1990 - février 1990   Philippe Charvieux
5 1990 - 1992   Gaston Charvieux
6 1992 - 2001   Marc Lefebvre
7 2001 - 2014   Gilles Moretton
8 2014 - aujourd'hui   Tony Parker

Bilan par saisonModifier

Saison Championnat Coupe de France Coupe d'Europe As / LC
Niveau Nb Bilan PV Classement Phase régulière Play-offs
2010-2011 Pro A 30 17V-13D 57 % 6e Demi-finale Quart de finale 3e du groupe B du 1er tour de l'EuroCoupe Demi-finale
2011-2012 Pro A 30 13V-17D 43 % 12e Non qualifié 8e de finale 3e du groupe J du TOP16 de l'EuroCoupe Non qualifié
2012-2013 Pro A 30 18V-12D 60 % 3e Demi-finale Demi-finale - Quart de finale
2013-2014 Pro A 30 17V-13D 57 % 7e Quart de finale 8e de finale 5e du groupe C du 1er tour de l'EuroCoupe Non qualifié
2014-2015 Pro A 34 19V-15D 56 % 5e Quart de finale Quart de finale 5e du groupe B du 1er tour de l'EuroCoupe Non qualifié
2015-2016 Pro A 34 21V-13D 62 % 5e Champion Finaliste 8e de finale de la Coupe d'Europe FIBA Demi-finale
2016-2017 Pro A 34 19V-15D 56 % 8e Demi-finale 8e de finale Quart de finale de la Champions League Finaliste
2017-2018 Pro A 34 19V-15D 56 % 6e Quart de finale Quart de finale
Nb : Nombre de matches de saison régulière
PV : Pourcentage de victoires en saison régulière

AffluenceModifier

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile de l'ASVEL depuis 2002
 

Modifier

Évolution du logo

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'équipe de l'ASVEL contre Pesaro en 1983 : Philip Szanyiel, Alain Gilles, Larry Boston, Lloyd Batts, Lionel Rigo, Saint-Ange Vébobe, Alain Vincent, Patrick Haquet, Bruno Servolle, Patrick Cazemajou (C : Alain Gilles)
  2. L'ASVEL en coupe Korac 1995-96 : Delaney Rudd, Brian Howard, Ronnie Smith, Alain Digbeu, Rémi Rippert, Laurent Pluvy, Jimmy Nébot, Christophe Lion, Jim Galla, Christophe Evano
  3. L'équipe de l'ASVEL en Euroligue 1997 : Delaney Rudd, Brian Howard, Alain Digbeu, Jim Bilba, Georgy Adams, Laurent Pluvy, Rémi Rippert, Jimmy Nébot, Ronnie Smith, Olivier Bourgain, Thomas Andrieux, Karim Ouattara (C : Gregor Beugnot).
  4. L'ASVEL en Euroligue 1998-99 : Delaney Rudd, Darren Henrie, Alain Digbeu, Jim Bilba, Moustapha Sonko, Crawford Palmer, Laurent Pluvy, Georgy Adams, Joakim Blom, Jean-Gaël Percevaut, Salomon Sami
  5. L'équipe de l'ASVEL en Euroligue 1999-2000 : Marlon Maxey, Moustapha Sonko, Jay Larranaga, Jim Bilba, Shea Seals, Laurent Pluvy, Joakim Blom, Jean-Gaël Percevaut, Stéphane Lauvergne, Salomon Sami
  6. L'ASVEL en 2000-2001 : Bill Edwards, Art Long, Laurent Sciarra, Zakhar Pashutin, Jim Bilba, Laurent Pluvy, David Frigout, Joakim Blom, Peter Hoffman, Joe Stephens, Amara Sy, Frédéric Miguel

RéférencesModifier

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Jean-Marie Jouaret 1999, p. 389
  3. ASVEL, p. 186
  4. a et b ASVEL, p. 189
  5. Finale coupe Saporta 1983
  6. Maxi Basket no 110, août-septembre 1992, Mutations masculine A1 (A.S. Villeurbanne E.L.), p.  106
  7. « Historique de l'ASVEL », sur asvelbasket.com (consulté le 17 août 2015)
  8. a et b Maxi Basket no 200, mars 2001, ASVEL : Un monument national, p.  9
  9. « Bilan 1990 », sur basketarchives.fr (consulté le 17 août 2015)
  10. « Bilan 1991 », sur basketarchives.fr (consulté le 17 août 2015)
  11. « Bilan 1992 », sur basketarchives.fr (consulté le 17 août 2015)
  12. « Bilan 1993 », sur basketarchives.fr (consulté le 17 août 2015)
  13. « Bilan 1994 », sur basketarchives.fr (consulté le 17 août 2015)
  14. « Bilan 1995 », sur basketarchives.fr (consulté le 17 août 2015)
  15. European Cup 1996-1997, sur eurobasket.com
  16. Euroleague 1999-2000, sur eurobasket.com
  17. Loriot (2002), p. 137
  18. L'ASVEL retrouve le sommet, sur lequipe.fr
  19. « L'ASVEL restera à Villeurbanne », sur Site d'information M Lyon (consulté le 10 juin 2010)
  20. « Tony Parker et l'Asvel saluent l'intérêt de Lagardère pour leur projet de grande salle », sur Site d'information Le Point (consulté le 24 septembre 2010)
  21. « Rapport de la « Commission Grandes Salles » ARENAS 2015 », sur Ministère de la Santé et des Sports (consulté le 25 septembre 2010)
  22. « Vassallo, plus belle l'Asvel ! », Sports.fr, (consulté le 11 juillet 2010)
  23. « Vincent Collet écarté », L'Équipe, (consulté le 4 décembre 2011)
  24. « Basket: Parker et Turiaf ont joué leur dernier match avec Villeurbanne », Libération, (consulté le 4 décembre 2011)
  25. « Tony Parker : Imposer ma vision », sur lequipe.fr, .
  26. « Basket :Tony Parker prend les rênes de l'Asvel », sur leparisien.fr, .
  27. Alexandre Lacoste, « ITW Tony Parker, ses projets pour l'ASVEL », sur bebasket.fr=1er juillet 2014 (consulté le 27 septembre 2014)
  28. Xavier Colombani, « L'ASVEL et Strasbourg sont déjà sur le pont », sur lequipe.fr, .
  29. William Buzy, « L'ASVEL s'écroule et ne disputera pas l'Euroligue », sur lequipe.fr, .
  30. « ASVEL JD Jackson, nouvel entraîneur de l'ASVEL », sur lequipe.fr,
  31. « Communiqué officiel du club », ASVEL,
  32. Thibuat Lasser, « Tony PARKER : « Le basket féminin a toujours été dans nos projets » », postup.fr, (consulté le 21 septembre 2016)
  33. http://www.leprogres.fr/sports/2017/03/29/nicolas-batum-rejoint-tony-parker-a-l-asvel
  34. Alain Piffaretti, « A Lyon, le quartier Gerland accueillera la Tony Parker Academy », lemonde.fr, (consulté le 3 décembre 2017)
  35. https://www.lequipe.fr/Basket/Actualites/L-ol-au-capital-de-l-asvel-jean-michel-aulas-et-tony-parker-se-sont-dit-oui/1032613
  36. à l'exception de 1982-1983
  37. (es) Records donnés sur basketpedya.com, voir Equipos
  38. a b c d e et f http://www.basketarchives.fr/
  39. http://www.lnb.fr/fr/Pro-A/200004/Classement
  40. a b et c « Les éperons de Villeurbanne ! », sur thedesignsc.blogspot.fr, (consulté le 31 décembre 2018).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • David Loriot, Basket, Le livre d'or 2002, Solar, 2002, (ISBN 978-2-263-03415-2)
  • Serge Galichet, l'ASVEL, la vie en vert, Horvath, 1989
  • Collectif, La grande histoire du basket français, L'Équipe, , 224 p. (ISBN 9782915535563), « Villeurbanne le géant vert », p. 186-191.
  • Jean-Marie Jouaret, Petite histoire partielle et partiale de la Fédération sportive et culturelle de France (1948-1998), t. 1, Paris, FSCF (à compte d’auteur, imp. Déja-Glmc), (ISBN 2-9528-3870-4, notice BnF no FRBNF41363915).  

Liens externesModifier