Ouvrir le menu principal

Alex Acker

joueur de basket-ball américain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Acker.

Alex Maurice Acker
Image illustrative de l’article Alex Acker
Alex Acker en février 2008
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (36 ans)
Compton, Californie
Taille 1,96 m (6 5)
Poids 84 kg (185 lb)
Situation en club
Poste Ailier
Carrière universitaire ou amateur
2001-2005 Waves de Pepperdine
Draft de la NBA
Année 2005
Position 60e
Franchise Pistons de Détroit
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
2006
2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009
2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012
2013
2013
2013-2014
2014
2015
2015-2016
2016-2017
2017-2018
2018-2019
Pistons de Détroit
Patriots de Fayetteville
Olympiakos Le Pirée
FC Barcelone
Pistons de Détroit
Mad Ants de Fort Wayne
Clippers de Los Angeles
Olimpia Milan
Le Mans
Le Mans
Asseco Prokom Gdynia
Boulazac
Lyon-Villeurbanne
Limoges
Istanbul BB
Lyon-Villeurbanne
Felice Scandone
Pallacanestro Cantù
Apóllon Pátras
Évreux
01,8
-
-
07,8
01,3
18,0
03,5
09,3
14,3
12,3
08,1
14,7
14,0
12,5
10,2
11,8
08,7
05,9
14,9
05,7

* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.

Alex Maurice Acker, né le à Compton, Californie, est un joueur américain de basket-ball. Il mesure 1,96 m et joue en position d'ailier.

BiographieModifier

Il devient rapidement la star des Waves, club sportif de l'université Pepperdine (13,6 points dès sa première saison puis 16,6 points). Acker, 20e meilleur scoreur de l'histoire de son université, décide de se présenter à la Draft 2005 de la NBA.

Il est choisi en dernière position, la soixantième, par les Pistons de Détroit. Chez un candidat sérieux au titre, Acker joue peu (seulement 5 matches, en fin de saison, avec un record de 4 points contre les Timberwolves du Minnesota). Il est envoyé un mois aux Patriots de Fayetteville avant de revenir dans le Michigan.

Acker, dont le contrat n'a pas été renouvelé, retente sa chance dans les camps de la National Basketball Association (NBA). Sans succès. En , il rejoint l'Europe pour signer à l'Olympiakos Le Pirée.

Acker explose sur la scène européenne et devient l'une des surprises de la saison. Avec des statistiques de 14,3 points, 5,6 rebonds et 2,4 passes décisives, il est un des meilleurs joueurs d'une équipe qui échoue de peu pour disputer le Final Four de l'Euroligue. En championnat grec, il marque en moyenne 12,5 points mais l'Olympiakos échoue en finale contre le Panathinaikos.

Grand, léger, Alex Acker se distingue par des capacités athlétiques hors-normes.

En , le FC Barcelone fait appel à lui pour pallier le départ de sa star Juan Carlos Navarro.

Le , il signe au Mans pour remplacer Dewarick Spencer, parti au Maroussi Athènes. Après une première saison en demi-teinte, il signe une extension de contrat d'un an à la fin de la saison[1].

En , il signe avec le club polonais de Asseco Prokom Gdynia qui dispute l'Euroligue[2]. Toutefois, ce dernier, déçu par les prestations de son joueur, 8,1 points à 43 %, 2,8 rebonds, 1,4 passe en 8 matchs en championnat national et 6,3 points à 30 %, 2,7 rebonds, 0,7 passe en 9 matchs d’Euroligue, met un terme à son contrat lors du mois de décembre[3]. Il retrouve le championnat de France en rejoignant le club de Boulazac BD en tant que pigiste médical[4]. Après la fin de la saison régulière, il signe un nouveau contrat en tant que pigiste médical avec le club de Lyon-Villeurbanne pour les playoffs[5].

Il reste en France lors de la saison suivante en 2013-2014, rejoignant le Limoges CSP. Après des débuts difficiles où il ne répond pas aux attentes de son entraîneur Jean-Marc Dupraz[6], il devient l'un des grands artisans de la victoire de son équipe en finale du championnat, dont il termine avec le titre de meilleur joueur[7].

En fin de saison, il rejoint le club turc du İstanbul Büyükşehir Belediyespor. Le , il retrouve le club de Lyon-Villeurbanne, signant un contrat le liant jusqu'à la fin de saison à l'ASVEL en remplacement d'Edwin Jackson parti au FC Barcelone[8]. Le , l'ASVEL Lyon-Villeurbanne annonce qu'Acker n'est pas conservé dans l'effectif[9].

Le , il repart en Italie où il signe au Felice Scandone[10].

Le , il s'entraîne avec Cantù[11]. Le , l'Orléans Loiret Basket lui propose un contrat de deux mois[12] mais Acker le refuse et s'engage avec Cantù pour la saison 2016-2017[13].

Le , il renforce l'ALM Evreux Basket en seconde division du championnat français[14]. Le , il est dans l'attente de la lettre de sortie de son ancien club grec pour pouvoir être qualifié en France[15]. Grâce à la FIBA qui donne son accord quant à sa lettre de sortie, il peut effectuer ses débuts avec sa nouvelle équipe le [16]. Le , après trois matches avec Évreux, il quitte le club, n'allant pas au bout de son contrat qui courait jusqu'au [17]. Le 26 novembre 2019, à 36 ans, il annonce prendre sa retraite et rejoindre l'agence italienne Omnia Sports comme directeur du scouting[18].

Clubs successifsModifier

PalmarèsModifier

En clubModifier

  • Champion de France avec Limoges en 2014

Distinctions personnellesModifier

  • MVP de la finale de Pro A en 2014
  • First-team All-WCC en 2005

Notes et référencesModifier

  1. « Alex Acker rempile au Mans », sur bebasket.fr, (consulté le 18 décembre 2018)
  2. (en) « Asseco Prokom Gdynia adds veteran Acker », sur euroleague.net,
  3. « Alex Acker coupé par Gdynia (Pologne) », sur catch-and-shoot.com,
  4. « Boulazac (24) : l'Américain Alex Acker va remplacer Roberson, blessé pour sept semaines », sur sudouest.fr,
  5. « Acker pigiste médiacal », sur lequipe.fr,
  6. « Le Limoges CSP s'active sur le marché des transferts après son revers en Coupe de France », sur lamontagne.fr, .
  7. « Alex Acker élu MVP de la finale de Pro A », sur bebasket.fr, Catch & Shoot, .
  8. « Alex Acker signe à l'ASVEL », sur lequipe.fr, .
  9. Benjamin Guillot, « L'ASVEL officialise les départs de Joseph et Acker », sur bebasket.fr,
  10. Alexandre Lacoste, « Alex Acker retourne en Italie », sur bebasket.fr, (consulté le 18 décembre 2018)
  11. Gabriel Pantel-Jouve, « Sans club, Alex Acker va s'entraîner à Cantù », sur bebasket.fr, (consulté le 18 décembre 2018)
  12. Gabriel Pantel-Jouve, « Alex Acker vers Orléans », sur bebasket.fr, (consulté le 18 décembre 2018)
  13. Gabriel Pantel-Jouve, « Alex Acker refuse l'offre d'Orléans et signe à Cantù », sur bebasket.fr, (consulté le 18 décembre 2018)
  14. Alexandre Sanson, « L'ALM Évreux rapatrie Bambale Osby et Alex Acker », sur bebasket.fr, (consulté le 18 décembre 2018)
  15. Gabriel Pantel-Jouve, « Alex Acker toujours pas qualifié », sur bebasket.fr, (consulté le 18 décembre 2018)
  16. Gabriel Pantel-Jouve, « Évreux va pouvoir aligner Alex Acker », sur bebasket.fr, (consulté le 18 décembre 2018)
  17. Gabriel Pantel-Jouve, « Alex Acker s'en va déjà », sur bebasket.fr, (consulté le 10 janvier 2019)
  18. Alexandre Sanson, « Alex Acker met un terme à sa carrière », sur bebasket.fr, (consulté le 27 novembre 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :