Ouvrir le menu principal

35e division d'infanterie (France)

Les chefs de corpsModifier

La Première Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

Composition à la mobilisationModifier

  • 69e brigade d'infanterie
6e régiment d'infanterie
123e régiment d'infanterie
  • 70e brigade d'infanterie
144e régiment d'infanterie
57e régiment d'infanterie
  • Éléments organiques divisionnaires
1 escadron du 10e régiment de hussards
3 groupes de 75 du 24e régiment d'artillerie
compagnie 18/1 du 2e régiment du génie

Composition juillet 1915Modifier

  • 69e brigade d'infanterie
249e régiment d'infanterie
123e régiment d'infanterie
  • 70e brigade d'infanterie
144e régiment d'infanterie
57e régiment d'infanterie
  • Éléments organiques divisionnaires
1 escadron du 10e régiment de hussards
3 groupes de 75 du 24e régiment d'artillerie
compagnie 18/1 du 2e régiment du génie

HistoriqueModifier

1914 - 1915Modifier

 : attaques allemandes sur la ferme du Temple, le bois de Beau Marais et Craonnelle.
12 -  : attaques françaises sur le moulin de Vauclerc.
  • -  : mouvement de rocade et occupation d'un nouveau secteur vers Moussy-sur-Aisne et la route de Paissy à Ailles (guerre de mines) :
 : attaques allemandes.
2 -  : attaques allemandes vers la ferme du Metz, contre-attaques françaises.
 : combat vers Chivy.
 : attaque allemande sur Troyon.

1916Modifier

  • 16 -  : retrait du front, mouvement par étapes vers l'ouest d'Épernay, par Fismes, Coulonges et Breuil-sur-Marne ; repos et instruction.
  • -  : transport par V.F. dans la région de Sainte-Menehould ; repos.
  • 2 -  : transport à Verdun par camions et par V.F.. Engagée, à partir du (éléments dès le ), dans la bataille de Verdun, entre l'étang de Vaux et la ferme de Thiaumont.
11 -  : attaques allemandes.
  • -  : retrait du front ; repos vers Ligny-en-Barrois. À partir du , transport par V.F. dans la région de Sainte-Menehould.
  • -  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers le Four de Paris et le ravin de la Houyette (lieux-dits de la commune de Vienne-le-Château, Marne), étendue à gauche le jusqu'à Vienne-le-Château.
  • -  : retrait du front et transport par camions au camp de Mailly ; instruction. À partir du , mouvement par étapes vers la région de Méru, par Rhèges, Villiers-Saint-Georges, Mortcerf et Fosseuse ; repos.
  • -  : transport par camions vers le front et à partir du , occupation d'un secteur entre le nord-est de Berny et le nord-est de Belloy-en-Santerre (en liaison avec l'armée britannique).

1917Modifier

5 -  : attaques sur le plateau des Casemates.
  • 13 -  : retrait du front ; repos vers Baslieux-lès-Fismes.
  • -  : occupation d'un secteur vers le moulin de Vauclerc et la ferme Hurtebise.
  • -  : mouvement vers la région de Montmirail ; puis à partir du , transport par V.F. dans celle de Lure ; repos vers Vesoul et instruction au camp de Villersexel.
  • -  : mouvement vers Dannemarie ; puis occupation d'un secteur entre la frontière suisse et le canal du Rhône au Rhin, réduit à droite le , jusque vers Fulleren.
  • -  : repos et instruction aux environs de Belfort.
  • -  : transport par V.F. dans la région de Valmy et à partir du , occupation d'un secteur vers la cote 193 et le chemin de Souain à Sainte-Marie-à-Py.

1918Modifier

4 -  : front réduit à gauche jusqu'au ravin de la Houyette.
 : front réduit à droite jusque vers le Four de Paris.
 : front étendu à droite jusque vers la Fille Morte.
29 -  : combats sur l'Ingon.
4 -  : passage de la Somme, vers Voyennes, progression jusqu'à l'ouest de Saint-Quentin. Puis stabilisation du front, à partir du , combat vers Savy et Dallon (Bataille de Savy-Dallon).
  • -  : retrait du front, puis transport par camions dans la région de Retheuil ; repos. À partir du , mouvement vers Soissons, puis à partir du , mouvement par étapes vers La Fère.
  • -  : engagée, du 16 au dans la bataille de Mont-d'Origny, puis dans la bataille de la Serre, vers Achery et Angilcourt.
 : franchissement de la Serre ; attaques des positions allemandes au sud puis au nord de Péron, vers la Ferté-Chevresis. À partir du , organisation des positions conquises.
  • 2 -  : retrait du front ; repos dans la région de la Fère.

RattachementModifier

L'entre-deux-guerresModifier

La Seconde Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

Le , la 35e DI, sous les ordres du général Decharme, est rattachée au 12e Corps d'Armée qui est intégré à la 5e Armée.

Il comprend (entre autres), le 21e RMVE

À cette date la 35e Division d'Infanterie se compose de :

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).
  •  Robert Dufourg, La 35e division dans la bataille, 1939-1940, Bordeaux : Impr. Deniaud, [1945], 57 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier