Beaumont (Hainaut)

ville de Wallonie (Belgique)

Beaumont (en picard : Biômont) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Beaumont
Beaumont (Hainaut)
La ville au printemps.
Blason de Beaumont
Héraldique
Drapeau de Beaumont
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Bourgmestre Bruno Lambert (Les Engagés)
(ICI)
Majorité Intérêts Communaux Indépendants (ICI)
Sièges
ARC
UNI
ICI
19
3
2
14
Section Code postal
Beaumont
Barbençon
Leugnies
Leval-Chaudeville
Renlies
Solre-Saint-Géry
Thirimont
Strée
6500
6500
6500
6500
6500
6500
6500
6511
Code INS 56005
Zone téléphonique 071 & 060 (sud de beaumont)
Démographie
Gentilé Beaumontois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
7 173 ()
49,84 %
50,16 %
76,73 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
22,61 %
61,36 %
16,02 %
Étrangers 3,96 % ()
Taux de chômage 16,45 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 18 843 €/hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 14′ 08″ nord, 4° 14′ 18″ est
Superficie
– Terr. non-bâtis
– Terrains bâtis
– Divers
93,48 km2 (2021)
92,13 %
2,59 %
5,27 %
Localisation
Localisation de Beaumont
Situation de la ville dans l'arrondissement de Thuin et la province de Hainaut
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
Beaumont
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
Beaumont
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de la Région wallonne
Beaumont
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
Beaumont
Liens
Site officiel www.beaumont.be

Géographie

modifier

La ville compte un peu plus de 9 700 hectares. La commune est constituée des sections de Barbençon, Beaumont, Leugnies, Leval-Chaudeville, Renlies, Solre-Saint-Géry, Strée et Thirimont. Cette commune de la Botte du Hainaut, limitrophe de la France, est plus proche des villes françaises d'Avesnes-sur-Helpe, de Jeumont et de Maubeuge que de Mons, chef-lieu de la province.

Sections de commune

modifier
# Nom Superf.
(km²)[1]
Habitants
(2020)[1]
Habitants
par km²
Code INS
1 Beaumont 6,97 1.925 276 56005A
2 Barbençon 17,89 887 50 56005B
3 Renlies 14,21 535 38 56005C
4 Solre-Saint-Géry 17,58 740 42 56005D
5 Leugnies 8,55 369 43 56005E
6 Leval-Chaudeville 3,86 473 123 56005F
7 Thirimont 12,31 677 55 56005G
8 Strée 12,11 1.559 129 56005H

Communes limitrophes

modifier

Erquelinnes - Froidchapelle - Merbes-le-Château - Sivry-Rance - Thuin - Walcourt, Hestrud

Histoire

modifier
 
Beaumont, la poterne et la tour « Salamandre ».

Ville-étape, Beaumont est célèbre pour sa Tour Salamandre (qui fut brûlée par les Français en 1655 et les Anglais en 1691), ses macarons, mais aussi pour sa légende des Trois Auvergnats : En août 1549, le comte Charles II de Croÿ reçoit, en son château de Beaumont l'empereur Charles Quint. Les trois larrons, ne le reconnaissant pas, lui auraient manqué de respect. Une heure après leur arrivée en ville, l'empereur les aurait fait pendre. D'où la maxime, « Beaumont, ville de malheur. Arrivés à midi, pendus à une heure ». Cette légende fait l'objet d'une reconstitution historique tous les cinq ans[2],[3].

Au XVIe siècle, la seigneurie de Beaumont est détenue par la famille de Croÿ. En janvier 1518, la baronnie de Beaumont est érigée en comté, par lettres données à Saragosse, au profit de Guillaume de Croÿ, chevalier de la Toison d'Or, marquis d'Aerschot, seigneur de Chièvres et de Beaumont, premier chambellan du roi Charles de Castille. Le comté comprend les villes, terres, seigneuries de Beaumont, Fumay, Revin, Rausse, avec celles du Val, de Thirimont, Bersillies-l'Abbaye, avec les bois de Martinpret et de Goulot[4].

Août 1914 — La Ve Armée de Lanrezac à Beaumont —Près de 100 000 Français passent par la ville pour gagner la Sambre, où vont se dérouler de terribles combats.

La première unité qui franchit la frontière est le 1er Régiment de Zouaves à Beauwelz le 13 août ; elle est suivie par le IIIe Corps d’Armée entre le 14 et le 18 août, en provenance de Rethel, soit une marche de 70 à 80 kilomètres sous un soleil de plomb avec 40 kg d’équipement. D’autres troupes arrivent par Agimont et Gué d’Hossus.L'auteur[Qui ?] estime à près de 8.000 le nombre de soldats français tombés dans l’Entre-Sambre-et-Meuse à partir des premiers combats (à Dinant, le 15) soit une moyenne journalière de 727 [5].

Après 5 organigrammes très clairs des composantes de la Ve armée, est détaillé le passage dans chaque village de l’entité des diverses unités avec les dates de leur entrée en Belgique. Suivent les positions et les mouvements des États-Majors et de chaque unité avec l’heure d’arrivée et de départ, la progression, les combats et les pertes.

L’auteur cite la lettre poignante d’un soldat du 74e R.I. écrite le 19 août à Solre-Saint-Géry, qui, sentant proche sa fin tragique, fait des adieux déchirants à sa femme en lui demandant d’avoir beaucoup de courage et d’élever convenablement leur fils qu’il aurait bien aimé voir grandir. Il mentionne également, entre autres, des extraits de lettres de Poilus qui racontent l’accueil délirant des populations comme à Macquenoise le 17 août où le régiment défile baïonnette au canon, aux accents de la Marseillaise et de la Brabançonne, au milieu des acclamations tandis qu’on distribue à profusion vin, bière, lait, café et tabac. Des scènes identiques se déroulent à Rance, à Beaumont, à Walcourt.

Succède alors la retraite avec son cortège de misères : « Les longs et pitoyables convois des habitants, qui fuient à l’approche de l’Allemand exécré, se mêlent aux colonnes : les convois d’artillerie se croisent, se coupent, se dépassent et ajoutent encore au désordre »[6].

Armoiries

modifier
 
Blason de Beaumont. Il avait été originellement octroyé le 26 juin 1822. Aucune donnée n'a été retrouvée. Il a de nouveau été octroyé le 30 juin 1838 et le 5 septembre 1978. Beaumont avait déjà un château au XIe siècle et reçut ses droits de cité en 1246. Dans le même temps, un sceau a été créé montrant un château fortifié. Les armoiries étaient basées sur ce sceau et étaient utilisées depuis le XVe siècle. Elles avaient été originellement octroyées en 1822 et n'ont pas changé depuis lors, bien que le blasonnement soit devenu plus détaillé après les fusions de 1977[7].
Blasonnement : De gueules à un château d'argent ouvert du champ, la herse levée, doublement crénelé, soutenant un bâtiment en retrait ajouré au toit en bâtière, le portail accosté de deux tourelles à deux étages, ajourées, couvertes en poivrière et accompagné à dextre et à senestre d'une tour en saillie, à deux étages ajourés, la toiture desdites tours prolongées d'une bâtisse vue en perspective et appuyée au pignon central. L'écu sommé d'une couronne d'or à cinq fleurons[8].



Communes limitrophes

modifier

Démographie

modifier

Démographie : avant la fusion des communes

modifier
  • Source: DGS recensements population

Démographie : commune fusionnée

modifier

En tenant compte des anciennes communes entraînées dans la fusion de communes de 1977, on peut dresser l'évolution suivante:

Les chiffres des années 1831 à 1970 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

  • Source: DGS , de 1831 à 1981=recensements population; à partir de 1990 = nombre d'habitants chaque 1 janvier[9]

Lieux et monuments

modifier

Beaumont

modifier

Barbençon

modifier
  • L'Église Saint-Lambert,
  • Les chapelles (17/18/19e s.),
  • L'ancien château (ruines).

Renlies

modifier

Spécialité

modifier

Une des spécialités de Beaumont est un macaron dont la recette aurait été donnée par un cuisinier de Napoléon, qui logea sur place le 14 juin 1815 avant de se rendre à Waterloo.

Proverbe célèbre à Beaumont : « Ville de Beaumont, ville de malheur : arrivé à midi, pendu à une heure[15] ». Cette phrase aurait été prononcée par un des trois chaudronniers auvergnats qui auraient molesté l'empereur Charles Quint lors de sa venue à Beaumont en août 1549.

Galerie photos

modifier

Personnalités liées à la ville

modifier
  • Philippe François Joseph Saladin, vicaire d'Ascq et d'Halluin, curé de La Madeleine, né à Beaumont (Belgique) le et assassiné à La Madeleine le alors qu'il tentait de fuir en Belgique déguisé en femme ; il fut pendu à la lanterne du coin de la rue des Jardins[16].
  • Fernand Jacquet, né à Chimay le 2 novembre 1888 et décédé à Leval-Chaudeville (Beaumont) le 7 octobre 1947. Il fut un as de l'aviation belge de la Première Guerre mondiale avec 7 victoires homologuées. Il fut le 17 avril 1915, le premier pilote belge à remporter un combat aérien et devint le 1er février 1917, le tout premier as belge. Il fut également en 1917 le premier pilote belge à transporter sur le front le roi Albert, avec lequel il noua des liens d'amitié sincère. Qui plus est, il est le seul Belge à avoir été décoré de la Distinguished Flying Cross britannique lors de la Première Guerre mondiale.

Notes et références

modifier
  1. a et b https://statbel.fgov.be/fr/open-data/population-par-secteur-statistique-10
  2. Catherine Businaro, « Beaumont : la reconstitution de la légende de Charles Quint annulée et reportée à 2021! », sur Télésambre, (consulté le )
  3. « Trois Auvergnats pendus ce dimanche à Beaumont pour l'honneur de Charles-Quint », sur rtbf.be, (consulté le )
  4. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 147, lire en ligne
  5. Les soldats français † en août 1914 dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, Cahier du Musée de Cerfontaine n° 326, 112 pages
  6. Marcel Houyoux, 16-27 août 1914 - La Ve Armée française à Beaumont (voir Bibliographie)
  7. Heraldy of the World (https://www.heraldry-wiki.com/heraldrywiki/index.php?title=Beaumont)
  8. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia, , p. 147
  9. a et b https://view.officeapps.live.com/op/view.aspx?src=https%3A%2F%2Fstatbel.fgov.be%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2Ffiles%2Fdocuments%2Fbevolking%2F5.1%2520Structuur%2520van%2520de%2520bevolking%2FPopulation_par_commune.xlsx&wdOrigin=BROWSELINK
  10. Patrimoine monumental de Belgique, tome 10-1, p. 59
  11. Patrimoine monumental de Belgique, tome 10-1, p. 84-86
  12. Patrimoine monumental de Belgique, tome 10-1, p. 60-61
  13. Patrimoine monumental de Belgique, tome 10-1, p. 57-59
  14. Patrimoine monumental de Belgique, tome 10-1, p. 72-74
  15. « Nouvelle page 1 », sur legende-beaumont.com via Wikiwix (consulté le ).
  16. « L'abbé Philippe Saladin », « Première victime de la Révolution française », Part. 2, Appendice, pages 101 à 121, Essai de l'histoire d'Ascq et de ses environs, Pierre Delebart, Imprimerie R. Boulonnais, Ascq, 1952.

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Bibliographie

modifier
  • Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 10, t. 1 : Wallonie, Hainaut, Thuin (A-E), Liège, Pierre Mardaga, éditeur, , 906 p. (ISBN 2-8021-0045-9)
  • Théodore Bernier, Histoire de la ville de Beaumont, Beaumont, Ed. Culture et Civilisation, 1982.
  • Michel De Waha, Beaumont, fer de lance du Hainaut dans l'Entre-Sambre-et-Meuse, Agence Wallonne du patrimoine, coll. « Carnets du patrimoine » (no 78), , 64 p. (ISBN 978-2-87522-054-7)
  • Marcel Houyoux, 16-27 août 1914 - La Ve Armée française à Beaumont, Cahier du Musée de Cerfontaine n° 382, 50 pages, 2014.