Élection présidentielle américaine de 2020

cinquante-neuvième élection du président des États-Unis

Élection présidentielle
américaine de 2020
538 membres du collège électoral
(majorité absolue : 270 membres)
Type d’élection Élection présidentielle
Suffrage universel indirect
Corps électoral et résultats
Inscrits 239 247 182
Votants 158 383 403
66,20 % en augmentation 10,5

Joe Biden 2013.jpg Joe Biden – Parti démocrate
Colistier : Kamala Harris
Voix 81 268 924
51,31 %
Grands électeurs 306
Donald Trump official portrait (cropped).jpg Donald Trump – Parti républicain
Colistier : Mike Pence
Voix 74 216 154
46,86 %
en augmentation 0,8
Grands électeurs 232  −23,7 %
Le collège électoral en 2020
Carte
Président des États-Unis
Sortant Élu
Donald Trump
Républicain
Joe Biden
Démocrate

L'élection présidentielle américaine de 2020 a lieu le afin d'élire au scrutin indirect le président des États-Unis. Les électeurs élisent les grands électeurs, qui à leur tour éliront les prochains président et vice-président des États-Unis le . Il s'agit de la cinquante-neuvième élection présidentielle américaine, la première ayant eu lieu en 1788-1789.

Le président en fonction, Donald Trump, est candidat à un second mandat. Le candidat du Parti démocrate désigné pour lui faire face est Joe Biden, vice-président de 2009 à 2017. À respectivement 77 et 74 ans, Biden et Trump sont les deux plus vieux candidats démocrate et républicain à la présidence dans l'histoire américaine. Les colistiers de Trump et de Biden sont respectivement Mike Pence, vice-président sortant, et Kamala Harris.

L'élection, tenue lors de l'Election Day, coïncide avec les élections sénatoriales et les législatives au niveau fédéral, ainsi qu'avec de nombreux scrutins dont une centaine de référendums, les élections de 95 législatures et celles de 13 gouverneurs dans 44 États et six territoires.

L’élection est marquée par la pandémie de Covid-19, qui a des conséquences néfastes sur l’économie du pays et conduit à un nombre limité de rassemblements politiques ainsi qu’à l’hospitalisation de Donald Trump, touché par le virus à un mois du scrutin. Le nombre de votes par correspondance explose, ce qui conduit le président sortant à dénoncer un risque massif de fraudes, sans toutefois apporter de preuve d'une fraude organisée à grande échelle.

Le , les principaux médias américains annoncent la victoire de Joe Biden, qui après dépouillement remporte 306 grands électeurs contre 232 pour Trump, pour devenir président élu des États-Unis. Donald Trump perd le scrutin dans cinq États-clé (swing states) où il l'avait emporté en 2016 : la Pennsylvanie, le Michigan, le Wisconsin, l'Arizona et la Géorgie, mais refuse de concéder sa défaite. Il qualifie sans aucune preuve les résultats de frauduleux, jette auprès de ses électeurs le doute sur l'intégrité de cette élection, et lance des recours juridiques dans tous les États où le résultat a été serré en faveur de son adversaire. La quasi-totalité des recours sont rejetés dans les semaines qui suivent.

Le , alors que le processus de transition présidentielle est lancé par l'administration Trump, le président sortant persiste à affirmer qu'il a gagné, son camp continuant à porter des accusations de fraude électorale visant notamment le vote postal, et contestant les résultats de cette élection, mais sans apporter de preuves ce qui fait que les tribunaux rejettent leurs recours au niveau des États comme au niveau fédéral, y compris la Cour suprême des États-Unis. À la date du , tous les États américains ont certifié les votes, répartissant les 538 grands électeurs. Le , le collège électoral officialise la victoire de Joe Biden, par 306 voix à 232. Mais Trump et ses alliés maintiennent leurs allégations de fraudes, le président faisant également pression sur le secrétaire d'État de Géorgie, Brad Raffensperger, afin que ce dernier annule les résultats dans son État.

Le taux de participation de 66,9 % est le plus élevé depuis 1900, correspondant au plus grand nombre de votants de l'histoire des États-Unis (environ 160 millions). Joe Biden, qui engrange plus de 81 millions de voix, et Donald Trump qui en compte plus de 74 millions, sont les deux candidats ayant obtenu le plus de suffrages de l'histoire des élections présidentielles américaines, devançant tous deux Barack Obama, jusque-là détenteur du plus grand nombre de voix avec les 69,5 millions de suffrages qu'il avait obtenus lors de l'élection présidentielle américaine de 2008.

Le 6 janvier 2021, alors que le Congrès est en cours de certification des votes des grands électeurs à Washington D.C., Donald Trump organise un grand rassemblement de ses partisans devant la Maison-Blanche et tient un discours incendiaire dans lequel il leur dit de se diriger vers le Capitole ; une foule de ses partisans prend alors d'assaut le bâtiment, interrompant le processus, qui peut reprendre après plusieurs heures de chaos et déboucher sur l'annonce par le vice-président Mike Pence de l'élection de Joe Biden comme 46e président des États-Unis. Cet événement, considéré comme une insurrection ou une tentative de coup d'État, et qui cause la mort de cinq personnes, conduit au lancement d'une procédure de destitution contre Donald Trump pour « incitation à l'insurrection contre le gouvernement des États-Unis ». La majorité des deux tiers requise n’est pas atteinte lors du vote du Sénat, qui se tient après le départ de Donald Trump de la présidence. Celui-ci est donc acquitté.

ContexteModifier

 
Prestation de serment de Donald Trump le .

Lors de l'élection présidentielle de 2016, le républicain Donald Trump remporte une victoire surprenante déjouant la quasi-totalité des pronostics. Pour battre sa principale rivale, la démocrate Hillary Clinton, il a mené une campagne clivante et hors-système, qualifiée par certains de populiste, multipliant les déclarations polémiques. Il proposait notamment de construire un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique afin de bloquer l'immigration clandestine, mais aussi de renégocier certains traités de libre-échange internationaux, comme l'ALENA. Ces positions lui ont permis de remporter, non seulement des États pivots ordinaires, comme l'Ohio et la Floride, mais aussi des territoires traditionnellement acquis aux démocrates, comme la Pennsylvanie, ou encore les États du Midwest que sont le Wisconsin et le Michigan[1].

Au cours de son mandat, Donald Trump s'emploie à appliquer son programme. S'il échoue à abroger la Loi sur la Protection des Patients et les Soins Abordables (surnommée « Obamacare ») mise en place par Barack Obama, notamment à cause du vote négatif du Sénateur républicain John McCain[2], il parvient à faire adopter une loi sur les réductions d'impôt et l'emploi[3]. Il adopte ensuite un décret anti-immigration, validé par la Cour suprême, interdisant l'entrée sur le sol américain de tous les ressortissants de six pays en majorité musulmans[4]. Sur la scène internationale, Donald Trump exprime sa volonté de se retirer de l’Accord de Paris sur le climat[5] signé par 196 pays à l’occasion de la COP 21, en 2015. D'autre part, il parvient à organiser une rencontre avec le chef Nord-Coréen, Kim Jong-un, en , afin de signer un accord visant à la dénucléarisation de la péninsule coréenne[6]. Concernant le Moyen-Orient, il se retire de l'accord nucléaire iranien signé en 2015, suscitant des tensions internationales, notamment entre l'Europe et les États-Unis[7]. Il transfère également l'ambassade américaine en Israël à Jérusalem, entraînant la colère de nombreux pays arabes[8]. Fin 2018, il ordonne le retrait des troupes américaines d'Afghanistan et de Syrie[9], déclarant que l'objectif de destruction de l'État islamique sera accompli par la Turquie[10]. Le président américain a été vivement contesté, parfois au sein de son propre camp, tant pour ses décisions que pour ses propos souvent polémiques, alimentant des controverses presque quotidiennement. Par ailleurs, l'affaire du Russiagate contribue à faire peser sur ses épaules des soupçons de collusions entre son administration et son entourage avec la Russie.

Lors des élections intermédiaires du 6 novembre 2018, si les républicains parviennent à étendre leur majorité au Sénat (passant de 51 à 53 sièges), les démocrates remportent la majorité à la Chambre des représentants, entraînant une cohabitation politique. Cette situation suscite un blocage institutionnel (« Shutdown » ou arrêt des activités gouvernementales), le plus long de l'histoire américaine[11], les deux majorités ne parvenant pas à trouver un accord sur le budget de 2019. Le désaccord entre Donald Trump et les démocrates, menés par la nouvelle présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, provient de la volonté du président de prévoir dans le budget la somme de 5,7 milliards de dollars pour financer le mur à frontière mexicaine qu'il avait promis pendant sa campagne présidentielle.

Le , le Comité national républicain exprime son soutien inconditionnel (« undivided support ») pour Donald Trump[12]. Ce dernier annonce rapidement son intention de se représenter en 2020 pour obtenir un second mandat[13] et lance officiellement sa campagne présidentielle le depuis Orlando, en Floride, aux côtés de Mike Pence et de Melania Trump. Pour succéder à son slogan de campagne de 2016 « Make America Great Again » (« Rendre sa grandeur à l'Amérique »), utilisé pour la première fois en 1980 par l'ancien président Ronald Reagan, il choisit en résonance : « Keep America Great »[14] (« Préservons la grandeur de l'Amérique »). Le , il confirme qu'il choisit Mike Pence pour accomplir un second mandat comme vice-président[15].

Donald Trump semble figurer parmi les présidents américains les plus impopulaires[16]. Néanmoins, beaucoup d'observateurs prédisent qu'il pourrait à nouveau créer la surprise et être réélu, et ce en raison du manque de candidats démocrates capables de le vaincre[17] et du soutien de ses militants[18]. Certains pensent aussi que les midterms, élections de mi-mandat de , ont démontré qu'il restait solidement populaire parmi l'électorat républicain traditionnel[19] et que la situation de cohabitation politique pourrait tourner à son avantage[20].

Le , la controverse concernant Donald Trump et l'Ukraine conduit Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, initialement réticente à cette idée à l’approche de l’élection présidentielle, à accepter le déclenchement de la procédure de destitution. Le , la Chambre des représentants décide de formaliser l'enquête et le caractère public des auditions. Le , il est acquitté par le Sénat[21].

Donald Trump obtient suffisamment de délégués pour obtenir l'investiture de son parti le , après la primaire de Floride[22]. Le , Joe Biden devint le seul candidat démocrate en lice pour affronter Trump, alors que du fait de la pandémie de Covid-19, les élections primaires sont reportées[23].

À partir de , la pandémie de Covid-19 touche sévèrement les États-Unis, dont le confinement sans précédent dégrade les résultats économiques ce qui bouleverse les données[24],[25]. À la fin juillet, Donald Trump évoque la possibilité d'un report des élections au vu de la situation sanitaire due au coronavirus[26]. Dans ce contexte, le vote par correspondance s'avère important ; or, Donald Trump ne cesse d'accuser cette façon de voter qui selon lui va entraîner des fraudes massives, sans apporter de preuves de ses allégations[27], mettant de fait en doute tout le processus électoral américain[28]. Il appelle notamment ses partisans à voter deux fois par correspondance pour tester la fiabilité du système[29].

Système électoralModifier

 
Répartition des grands électeurs par États, fondée sur le recensement du peuple américain en 2010.

L'élection présidentielle américaine est une élection au suffrage universel indirect. Les citoyens électeurs américains élisent 538 grands électeurs qui vont à leur tour voter pour un candidat précis. Ces grands électeurs sont répartis à travers les différents États des États-Unis selon une clé de recensement en partie démographique (le nombre de grands électeurs d'un État est égal au nombre de représentants et sénateurs — deux par État — de cet État). Dans chaque État, la majorité simple suffit pour remporter la totalité des grands électeurs, à l'exception du Maine et du Nebraska, où chaque grand électeur est désigné dans le cadre d'un district congressionnel. Pour l'emporter, un candidat doit remporter la majorité des 538 grands électeurs, donc au moins 270. Chaque État reçoit autant de grands électeurs qu'il possède de représentants et de sénateurs au Congrès, soit respectivement 435 représentants et 100 sénateurs, auxquels s'ajoutent trois représentants du district de Columbia, donnant un total de 538.

Le nombre total d'inscrits sur les registres électoraux pour les élections en 2020 est d'environ 248 500 000 électeurs. L'élection présidentielle de 2020 a lieu, comme celles qui ont eu lieu en 2012 et en 2016, sur la base d'une répartition fondée sur le recensement de 2010.

Conditions d'éligibilitéModifier

Les conditions d'éligibilité au poste de président des États-Unis sont définies par le cinquième alinéa de la section de l'article II de la Constitution. Ne peuvent se présenter que les citoyens américains de naissance âgés d'au moins 35 ans. Il faut en outre qu'ils aient résidé pendant au moins quatorze ans aux États-Unis. Les conditions de candidature du vice-président sont identiques, mais celui-ci ne peut être un résident du même État que celui du président[30].

Le mandat est de quatre ans, renouvelable une seule fois de manière consécutive ou non. À l'origine, il n'était pas prévu de limite au renouvellement du mandat du président. C'est le XXIIe amendement de la Constitution des États-Unis, adopté par le Congrès en 1947 et ratifié en 1951, qui instaure de manière officielle une limitation à deux mandats, à la suite de la quatrième élection de Franklin Delano Roosevelt en 1944, dont la première élection avait eu lieu en .

Candidats principauxModifier

Parti républicainModifier

Candidats désignésModifier

Ticket républicain de 2020
Donald Trump Mike Pence
Président Vice-président
45e
Président des États-Unis
(2017-2021)
48e
Vice-président des États-Unis
(2017-2021)

Candidatures retirées avant les primairesModifier

Candidatures retirées pendant les primairesModifier

ChronologieModifier

  • Le Comité national républicain exprime son soutien indivisé (« undivided support ») pour Donald Trump le [réf. souhaitée].
  • William Weld annonce sa candidature le [34].
  • Donald Trump lance officiellement sa campagne le [réf. souhaitée].
  • Joe Walsh annonce sa candidature le [35].
  • Mark Sandford annonce sa candidature le [36].
  • Mark Sanford suspend sa campagne le [réf. souhaitée].
  • Joe Walsh suspend sa campagne le [réf. souhaitée].
  • Donald Trump obtient suffisamment de délégués pour sécuriser l'investiture du Parti républicain à l'issue de la primaire de Floride le [37].
  • William Weld suspend sa campagne le [réf. souhaitée].

Parti démocrateModifier

Candidats désignésModifier

Ticket démocrate de 2020
Joe Biden Kamala Harris
Président Vice-présidente
47e
Vice-président des États-Unis
(2009-2017)
Sénatrice des États-Unis
pour la Californie
(2017-2021)

Candidatures retirées avant les primairesModifier

Candidatures retirées pendant les primairesModifier

Autres candidatsModifier

Parti libertarienModifier

En , Jo Jorgensen, déjà candidate en 1996 comme colistière de Harry Browne, est désignée candidate par le Parti libertarien[70].

Candidats désignésModifier

Ticket libertarien de 2020

Jo Jorgensen Spike Cohen (en)
Présidente Vice-président
Maîtresse de conférences
à l'université Clemson
Baladodiffuseur
et homme d'affaires

Parti vertModifier

Le , Howie Hawkins est désigné comme le candidat du Parti vert des États-Unis. Dans son effort de rassembler les petits partis de gauche américains, il a également obtenu le soutien du Parti socialiste des États-Unis[71], puis, en novembre, celui du parti Solidarité (en) (Solidarity)[72],[73]. Son programme comprend le Green New Deal (nouvelle donne verte), le Medicare for All (couverture maladie pour tous), la garantie d'emploi au niveau fédéral, un salaire minimum de 20 $/heure et un revenu minimum[74], financé en partie par des réductions des dépenses militaires.

Candidats désignésModifier

Ticket vert de 2020
Howie Hawkins Angela Nicole Walker (en)
Président Vice-présidente
Cofondateur du
Parti vert des États-Unis
Syndicaliste (AFL-CIO)
et conductrice de bus

Kanye WestModifier

Le , le rappeur Kanye West annonce sur Twitter qu'il se présentera à l’élection présidentielle en tant que candidat indépendant[75]. Il organise une réunion de campagne réservée à des invités le suivant pour lancer sa campagne, où il fond en larmes. Certains médias qualifient cette réunion de confuse[76].

SondagesModifier

Moyenne des sondages
Candidats en lice
Joe Biden (Démocrate)
Donald Trump (Républicain)
Autres / indécis

CampagneModifier

Le se déroule le premier débat public entre Joe Biden et Donald Trump. Le Monde parle d'un « débat confus et virulent »[77]. Le Figaro déclare que « les échanges entre les deux adversaires évoquaient plus une rixe dans un bar qu'un débat ou un échange courtois »[78].

Le , Donald Trump déclare être touché par la Covid-19, tout comme son épouse[79]. Souffrant de « fièvre et de fatigue », il est admis à l’hôpital militaire Walter Reed[80]. Le , Donald Trump sort de l'hôpital et promet de reprendre sa campagne[81].

Avant même le , plus de 100 millions d'Américains votent de manière anticipée, que ce soit par voie postale ou en personne[82]. Au Texas, notamment, ces bulletins de vote dépassent dès le le total de ceux utilisés lors de la présidentielle de 2016 dans l’État[83].

DépouillementModifier

Les votes prennent plusieurs jours à être comptés dans certains États, en raison notamment des bulletins de vote par correspondance qui sont dépouillés à part de ceux effectués « en personne ». Les résultats prennent ainsi plusieurs jours à être rendus publics dans des États comme le Nevada ou la Pennsylvanie[84].

Associated Press[85], CNN[86] et Fox News[87] annoncent cependant la victoire de Joe Biden le , à la suite de sa victoire en Pennsylvanie, qui lui assure plus de 270 grands électeurs.

Le procureur général des États-Unis William P. Barr annonce le autoriser l'ouverture d'enquêtes sur l'élection, précisant que « si les allégations sérieuses doivent être traitées avec beaucoup de soin, les réclamations spéculatives, fantaisistes ou farfelues ne doivent pas servir de base à l'ouverture d’enquêtes fédérales[88]. »

Le , l'Agence pour la cybersécurité et la sécurité des infrastructures, organisme dépendant du département de la Sécurité intérieure affirme[89] qu'il n'y a aucune preuve qu'une fraude ou qu'une défaillance informatique ait influencé le scrutin[90]. Son directeur considère que l’élection est « la plus sûre de l’histoire des États-Unis », ce qui lui vaut dans les jours qui suivent d'être licencié par un tweet par le président Trump[91].

L'étape du Safe Harbor, c'est-à-dire la fin de la certification de tous les votes dans chaque État américain, est franchie le [92].

RésultatsModifier

Au niveau nationalModifier

Résultats de l'élection présidentielle américaine de 2020[93],[94],[95]
Candidats
et colistiers
Partis Vote populaire Grands électeurs
Voix % Voix %
Joe Biden
Kamala Harris
Parti démocrate 81 268 924 51,31 306 56,88
Donald Trump
Mike Pence
Parti républicain 74 216 154 46,86 232 43,12
Jo Jorgensen
Spike Cohen
Parti libertarien 1 865 724 1,18 0 0,00
Howie Hawkins
Angela Nicole Walker
Parti vert 405 035 0,26 0 0,00
Gloria Estela La Riva
Sunil Freeman
Indépendante 85 623 0,05 0 0,00
Kanye West
Michelle Tidball
Indépendant 70 296 0,04 0 0,00
Don Blankenship
Eric Stoneham
Parti de la Constitution 60 148 0,04 0 0,00
Brock Pierce
Karla Ballard
Liberté et prospérité 49 700 0,03 0 0,00
Brian Carroll
Amar Patel
Solidarité américaine 39 230 0,02 0 0,00
Autres candidats[a] 60 504 0,04 0 0,00
Aucun d'entre eux 14 079 0,01 0 0,00
Candidat par écrit 159 752 0,10 0 0,00
Total 158 383 403 100,00 538 100,00
Abstention 80 863 779 33,80
Inscrits / participation 239 247 182 66,20

Vote des grands électeursModifier

La réunion du collège électoral a lieu le dans chacun des cinquante états, et confirme l'élection de Joe Biden à la présidence avec 306 votes de grands électeurs contre 232 au président sortant Donald Trump[92],[96]. Après l'annonce du vote des grands électeurs de Californie, qui scelle définitivement la victoire de Biden, Donald Trump annonce le départ de son secrétaire à la Justice William P. Barr, auquel il reproche de ne pas l'avoir assez soutenu dans sa campagne pour dénoncer des fraudes électorales[96] contre lesquelles le président des États-Unis n'a jamais été en mesure d'apporter la moindre preuve.

AnalysesModifier

La participation est estimée le à environ 160 millions de suffrages, soit 66,9 % des 239 millions de personnes disposant du droit de vote. Elle est en forte hausse depuis les élections de 2016 où elle avait été de 58 %. Le dernier taux de participation aussi élevé remonte à 1900 avec 73,7 %[97].

Bien que Donald Trump ait recueilli sept millions de voix de moins que son adversaire, le système électoral américain est tel qu'il aurait pu quand même être élu s'il avait « retourné » seulement 32 507 voix dans quatre États-clés[98]. Depuis plusieurs décennies en effet, le système du collège électoral profite au camp républicain, qui a remporté trois mandats présidentiels tout en perdant six fois le vote populaire dans les sept dernières élections. Selon l'expert électoral Nate Silver, un candidat démocrate doit ainsi obtenir un écart de deux à trois points pour obtenir la même chance d'être élu que son adversaire républicain[99].

 
Carte de l'élection présidentielle de 2020 par comté.
Résultats de l'analyse sociologique d'Edison Research[100]
Catégorie Biden Trump Électorat
Total 51 % 47 % 100 %
Idéologie
Libéraux 89 % 10 % 24 %
Modérés 64 % 34 % 38 %
Conservateurs 14 % 85 % 38 %
Parti
Démocrates 94 % 5 % 37 %
Républicains 6 % 94 % 36 %
Indépendants 54 % 42 % 26 %
Sexe
Hommes 45 % 53 % 48 %
Femmes 57 % 42 % 52 %
Statut marital
Marié 45 % 53 % 56 %
Non-marié 58 % 40 % 44 %
Sexe et statut marital
Hommes mariés 43 % 55 % 30 %
Femmes mariées 48 % 51 % 26 %
Hommes non-mariés 52 % 45 % 20 %
Femmes non-mariées 62 % 36 % 23 %
Ethnie
Blancs 41 % 57 % 67 %
Noirs 87 % 12 % 13 %
Latinos 65 % 33 % 13 %
Asiatiques 63 % 36 % 4 %
Autres 55 % 41 % 4 %
Sexe et ethnie
Hommes blancs 38 % 60 % 35 %
Femmes blanches 44 % 55 % 32 %
Hommes noirs 79 % 19 % 4 %
Femmes noires 90 % 9 % 8 %
Hommes latinos 59 % 37 % 5 %
Femmes latinos 69 % 30 % 8 %
Autres 59 % 38 % 8 %
Religion
Protestants et autres chrétiens 39 % 60 % 43 %
Catholiques 52 % 47 % 25 %
Juifs 76 % 22 % 2 %
Autres religions 69 % 29 % 8 %
Aucune religion 65 % 31 % 22 %
Blancs évangélistes ou nouveau-né chrétien
Oui 24 % 76 % 28 %
Non 62 % 36 % 72 %
Âge
18−24 ans 65 % 31 % 9 %
25−29 ans 54 % 43 % 7 %
30−39 ans 51 % 46 % 16 %
40−49 ans 54 % 44 % 16 %
50−64 ans 47 % 52 % 30 %
Plus de 65 ans 47 % 52 % 22 %
Âge et ethnie
Blancs de 18−29 ans 44 % 53 % 8 %
Blancs de 30−44 ans 41 % 57 % 14 %
Blancs de 45−59 ans 38 % 61 % 19 %
Blancs de plus de 60 ans 42 % 57 % 26 %
Noirs de 18−29 ans 88 % 10 % 3 %
Noirs de 30−44 ans 78 % 19 % 4 %
Noirs de 45−59 ans 89 % 10 % 3 %
Noirs de plus de 60 ans 92 % 7 % 3 %
Latinos de 18−29 ans 69 % 28 % 4 %
Latinos de 30−44 ans 62 % 34 % 4 %
Latinos de 45−59 ans 68 % 30 % 3 %
Latinos de plus de 60 ans 58 % 40 % 2 %
Autres 59 % 38 % 8 %
Orientation sexuelle
LGBT 67 % 30 % 7 %
Non-LGBT 51 % 48 % 93 %
Primo-votants
Oui 64 % 32 % 14 %
Non 49 % 49 % 86 %
Éducation
High School ou moins 46 % 54 % 19 %
Enseignement supérieur 51 % 47 % 23 %
Associate degree 47 % 50 % 16 %
Baccalauréat 51 % 47 % 27 %
Postgraduate degree 62 % 37 % 15 %
Éducation et ethnie
Blancs avec le College graduate 51 % 47 % 32 %
Blancs sans le College degree 32 % 67 % 35 %
Non-Blancs avec le College graduate 70 % 27 % 10 %
Non-Blancs sans le College degree 72 % 26 % 24 %
Éducation, sexe et ethnie
Femmes blanches avec le College degree 54 % 44 % 14 %
Femmes blanches sans le College degree 36 % 63 % 17 %
Hommes blancs avec le College degree 48 % 50 % 17 %
Hommes blancs sans le College degree 28 % 70 % 18 %
Non-Blancs 71 % 26 % 33 %
Revenus
Moins de 30 000 $ 54 % 46 % 15 %
30 000−49 999 $ 56 % 44 % 20 %
50 000−99 999 $ 56 % 42 % 39 %
100 000−199 999 $ 41 % 58 % 20 %
Plus de 200 000 $ 48 % 48 % 7 %
Région
Est 58 % 40 % 20 %
Midwest 47 % 51 % 23 %
Sud 46 % 53 % 35 %
Ouest 57 % 41 % 22 %
Zone d'habitat
Urbaine 60 % 38 % 29 %
Banlieue 50 % 48 % 51 %
Rurale 42 % 57 % 19 %

Contestation des résultats par le camp TrumpModifier

Pendant la campagne, le soir de l'élection[101] et après que les démocrates ont été déclarés vainqueurs[102], Donald Trump et de nombreux républicains font des déclarations remettant en cause de multiples aspects du processus électoral et Trump prétend que l'élection lui a été volée[103]. L'agence fédérale chargée de la cybersécurité des élections déclare cependant que l'élection était « la plus sûre de l'histoire américaine » du point de vue de la sécurité des infrastructures électorales[104],[105]. À plusieurs reprises, Trump déclare néanmoins être le vainqueur[106] et licencie par un tweet le directeur de l'agence[107].

L'équipe de campagne de Trump et ses alliés déposent soixante recours judiciaires dans plusieurs États, qui se verront tous à l'exception d'un seul, soit refusés soit rejetés par les tribunaux chargés de les examiner[108],[109], prolongeant la « guérilla judiciaire », y compris en s'appuyant sur différentes théories complotistes[110]. Ils qualifient les résultats des swing states comme étant entachés de fraudes massives ou qualifient d'inconstitutionnelles des modifications récentes des critères de recevabilité des votes, et l'administration Trump refuse de coopérer avec la transition présidentielle pendant plus de deux semaines[111].

Les principaux médias annoncent l'élection de Biden le . L'Administration des services généraux (GSA), chargée de gérer le processus de transition présidentielle pour l'administration sortante, refuse dans un premier temps de reconnaître officiellement Biden comme président élu, ce qui empêche le processus officiel de transition de commencer[112]. Le , la GSA reconnait Biden et Harris comme vainqueurs et l'administration sortante débute le processus officiel de transition. Le président sortant déclare avoir demandé à son administration de « faire ce qui doit être fait » mais indique qu’il continue néanmoins la bataille judiciaire[113]. Deux recours auprès de la Cour suprême sont déposés par le président et par des états gouvernés par des républicains au premier rang desquels le Texas, ils sont rejetés catégoriquement par cette cour - dont la majorité des membres ont été nommés par un président républicain - quelques jours avant l'échéance du , jour de la réunion du collège électoral[114],[115].

Le , le collège électoral confirme les résultats tels que certifiés par les États et entérine ainsi l'élection à la Présidence de Joe Biden, par 306 voix contre 232[116]. Alors que la confirmation du vote par les assemblées prévue le ne devrait être qu'une formalité, des élus pro-trump annoncent qu'ils feront obstruction[117]. Un défilé de citoyens jusqu'au-boutistes est également attendu dans la capitale[117].

Début , le président Trump provoque un nouveau scandale en appelant le secrétaire d'État de Géorgie, Brad Raffensperger, pour lui demander de « trouver suffisamment de voix » pour parvenir à « recalculer » le résultat de cet État[118],[119].

Le , dans un article d'opinion publié par The Washington Post, « Dix anciens chefs du Pentagone », certains étant républicains, d'autres, démocrates, servent une « réprimande extraordinaire » à Donald Trump. Il s'agit de Dick Cheney, William Perry, Donald Rumsfeld, William Cohen, Robert Gates, Leon Panetta, Chuck Hagel, Ashton Carter, James Mattis et Mark Esper. Ils exigent que le président sortant n'utilise pas l'armée américaine pour tenter de démontrer qu'il y a fraude électorale. Par ailleurs, plusieurs haut gradés de l'armée américaine ont déclaré qu'ils ont juré loyauté à la Constitution des États-Unis et non pas à une personne[120].

Le 6 janvier 2021, alors que le 117e congrès des États-Unis est réuni au Capitole pour certifier les votes du collège électoral, Donald Trump réunit ses partisans par milliers à Washington pour la manifestation Save America autour de ses allégations fallacieuses répétées selon lesquelles « l'élection lui a été volée ». Par conséquent, ils protestent contre le résultat de l'élection présidentielle de 2020 et en soutien à la demande de Trump au Congrès et au vice-président Mike Pence (également président du Sénat) de rejeter la victoire de Joe Biden[121],[122]. Tout d'abord, les manifestants se rassemblent au parc The Ellipse, où ils entendent les discours des fils du président sortant et de Rudy Giuliani, lequel réclame un jugement par combat pour prouver le bien-fondé des accusations de fraudes, puis de Donald Trump. Dans un discours incendiaire[123],[124],[125], ce dernier les appelle à marcher sur le Capitole, en leur demandant de « se battre de toutes leurs forces », et en précisant : « Vous ne reprendrez jamais notre pays avec faiblesse. Vous devez montrer de la force et vous devez être forts »[126].

Avant la fin des discours, une foule de partisans de Trump part à l'assaut du Capitole, déborde violemment les forces de l'ordre et entre par effraction dans le bâtiment[127]. Le Congrès est en session à ce moment, conduisant le décompte des voix du collège électoral. Plusieurs bâtiments du complexe sont évacués tandis que les émeutiers franchissent les dispositifs de sécurité du Capitole, investissant salles et bureaux, et se livrant à des saccages et à des pillages[128],[129]. Quatre émeutiers perdent la vie et un policier est tué au milieu du chaos[130].

Interrompue durant plusieurs heures en raison de cet assaut, qualifié de tentative de coup d'État[131], de putsch[132], d'insurrection[133], de sédition ou de terrorisme intérieur[134],[135],[136], et dont les images font le tour du monde, la session du Congrès américain reprend dans la nuit et débouche sur la certification des résultats par le vice-président des États-Unis et président du Sénat Mike Pence (que les émeutiers ont promis de « pendre »[137]), officialisant la victoire de Biden par 306 voix contre 232[138].

La plupart des dirigeants mondiaux tiennent Donald Trump pour responsable de cet événement sans précédent dans l'histoire du pays et considéré comme une attaque contre la démocratie américaine[139],[140]. En conséquence, la Chambre des représentants vote le une seconde procédure de destitution de Donald Trump pour « incitation à l'insurrection contre le gouvernement des États-Unis. Le 14 février, le Sénat vote et le résultat est de 57 voix à 43. Sept républicains ont rejoint les démocrates unanimes. Il fallait 67 voix pour le déclarer coupable. Trump est par conséquent acquitté. Il s'agit cependant de la seule fois dans l'histoire des procès en destitution aux États-Unis où autant de sénateurs du même bord politique que l'inculpé votent pour sa culpabilité[141].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. 26 candidats. Moins de 0,01 % chacun

RéférencesModifier

  1. « Derrière le vote Trump, le spleen des Blancs du Midwest », sur Le Point, (consulté le ).
  2. « Le sénateur John McCain s’oppose à nouveau à la loi d’abrogation de l’Obamacare », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « États-Unis. La grande baisse d'impôts de Trump définitivement adoptée », sur Ouest-France, (consulté le ).
  4. « La Cour suprême valide le décret migratoire ultracontroversé de Donald Trump », sur Le Figaro, (consulté le ).
  5. « Donald Trump et Accord de Paris sur le climat », sur Le Monde, .
  6. « Sommet Trump-Kim : voici le texte de l’accord commun », sur Libération.fr, (consulté le ).
  7. « Accord nucléaire iranien : Trump se retire avec fracas et force sanctions », sur Libération.fr, (consulté le ).
  8. « Transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem: Israël double ses soldats près de Gaza et en Cisjordanie », sur RTBF Info, (consulté le ).
  9. « Après la Syrie, Trump décide un retrait "important" d'Afghanistan: son ministre de la Défense démissionne », sur RTBF Info, (consulté le ).
  10. « Erdogan assure qu'il va "éradiquer" l’État islamique en Syrie, affirme Trump », sur levif.be, (consulté le ).
  11. « Etats-Unis: 22e jour de blocage pour le «shutdown» le plus long de l'histoire », sur RFI, (consulté le ).
  12. Zeke Miller, « Republican Party to express 'undivided support' for Trump », sur AP NEWS, (consulté le ).
  13. (en) Louis Nelson, « Trump predicts he can win 95 percent of the black vote », sur Politico (consulté le ).
  14. « Donald Trump dévoile son slogan pour l'élection présidentielle de 2020 », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  15. (en) « Trump says Pence to be his running mate in 2020 », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Trump bat le record du président le plus impopulaire depuis 70 ans », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  17. « "Trump va être réélu en 2020, car il n'a pas d'opposant sérieux" estime Bruno Colmant », sur RTBF Info, (consulté le ).
  18. « Donald Trump grand favori pour 2020 », sur La Tribune (consulté le ).
  19. « Trump en position de force pour 2020 », sur Le Figaro, (consulté le ).
  20. « Donald Trump a perdu les midterms, pas la présidentielle de 2020 », sur lejdd.fr (consulté le ).
  21. « Procès en destitution : Donald Trump acquitté par le Sénat », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Trump officiellement candidat républicain à la présidentielle », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  23. « Primaires démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne pour la présidentielle américaine », sur L'Obs avec l'AFP, .
  24. « Election présidentielle US : quelles surprises attendre », sur Economie Matin, .
  25. « Le coronavirus, adversaire n°1 de Donald Trump », sur Le Temps, .
  26. « Donald Trump évoque un possible report de l'élection présidentielle », sur rts.ch, (consulté le ).
  27. « Donald Trump appelle à voter deux fois pour tester la fiabilité du vote postal états-unis : le vote par correspondance s'impose pour l'élection présidentielle, malgré les hics », sur bfmtv.com, .
  28. « Le vote par correspondance, enjeu majeur de la campagne électorale aux États-Unis », sur midilibre.fr, .
  29. « Donald Trump appelle à voter deux fois pour tester la fiabilité du vote postal », sur lesechos.fr, .
  30. « USA en bref ÉLECTIONS », sur fr.usembassy.gov (consulté le ).
  31. « Abandon d'un républicain qui voulait défier Trump à la présidentielle », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  32. « Etats-Unis : Joe Walsh, farouche détracteur républicain de Donald Trump, jette l'éponge », sur RTBF Info, (consulté le ).
  33. (en) Regina Zilbermints, « Weld drops out of GOP primary », sur TheHill, (consulté le ).
  34. Steve Brusk et Kate Sullivan, « Bill Weld officially announces he is challenging Trump for GOP nomination in 2020 », sur CNN (consulté le ).
  35. (en) « Former Rep. Joe Walsh enters race as Trump challenger », sur Fox News (consulté le ).
  36. (en) Alexander Burns, « Mark Sanford Will Challenge Trump in Republican Primary », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  37. « Trump officiellement candidat républicain à la présidentielle », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  38. (en) Dan Merica, « Richard Ojeda ends short-lived 2020 campaign », sur CNN, (consulté le ).
  39. « Etats-Unis: Eric Swalwell candidat à l'investiture démocrate pour la présidentielle », sur Le Figaro, (consulté le ).
  40. (en) Rebecca Buck, Dan Merica et Kate Sullivan, « Eric Swalwell ends presidential bid after failing to gain traction », sur CNN, (consulté le ).
  41. (en) Tessa Stuart et Tessa Stuart, « The Teens Have Officially Convinced Mike Gravel to Run for President », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  42. (en) Quint Forgey, « Gravel and his campaign teens end presidential run », sur Politico (consulté le ).
  43. « Course à la Maison Blanche : le démocrate Hickenlooper renonce », sur parismatch.com (consulté le ).
  44. « Le gouverneur du Washington Jay Inslee se retire de la primaire démocrate », sur parismatch.com (consulté le ).
  45. « Nouveau désistement démocrate dans la course à la Maison Blanche », sur Le Figaro, (consulté le ).
  46. « Primaires démocrates : le casting se resserre », sur Libération.fr, (consulté le ).
  47. « Bill de Blasio retire sa candidature de la primaire démocrate », sur Radio-Canada.ca (consulté le ).
  48. (en) « Rep. Tim Ryan ends run for president », sur ABC News (consulté le ).
  49. « Présidentielle américaine 2020: le démocrate Beto O’Rourke jette l’éponge », sur Le Soir, (consulté le ).
  50. (en) Sean Collins, « Wayne Messam, who called on Americans to #BeGreat, suspends his presidential bid », sur Vox, (consulté le ).
  51. Ouest-France, « Le démocrate Joe Sestak renonce à la présidentielle américaine », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  52. « Nouvel abandon démocrate dans la course à la Maison-Blanche », sur Le Soleil, (consulté le ).
  53. « Présidentielle américaine : la sénatrice Kamala Harris abandonne la primaire démocrate », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  54. (en) Jennifer Medina et Matt Stevens, « Julián Castro Ends Presidential Campaign », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  55. (en) Caitlin Oprysko, « Marianne Williamson drops out after becoming viral sensation in 2020 race », sur Politico (consulté le ).
  56. « L'optimiste Cory Booker, sénateur démocrate, quitte la course à la Maison Blanche », sur RTBF Info, (consulté le ).
  57. (en) « John Delaney drops out of the 2020 presidential race », sur PBS NewsHour, (consulté le ).
  58. (en) Meg Wagner, Fernando Alfonso III, Mike Hayes et Veronica Rocha, « JUST IN: Andrew Yang to suspend 2020 presidential campaign », sur CNN, (consulté le ).
  59. (en) Julie Turkewitz et Maggie Astor, « Michael Bennet Is Dropping Out of the 2020 Presidential Race », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  60. « L'ex-gouverneur Deval Patrick, proche de Barack Obama, se lance dans la course à l'investiture démocrate », sur RTBF Info, (consulté le ).
  61. « Le démocrate Deval Patrick se retire de la course à la Maison Blanche », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  62. « Le milliardaire Tom Steyer abandonne la course à la Maison-Blanche », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  63. (en) Reid J. Epstein et Trip Gabriel, « Pete Buttigieg Drops Out of Democratic Presidential Race », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  64. (en) Nick Corasaniti et Alexander Burns, « Amy Klobuchar Drops Out of Presidential Race and Plans to Endorse Biden », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  65. (en) Axios, « Michael Bloomberg to suspend presidential campaign », sur Axios (consulté le ).
  66. (en) Astead W. Herndon et Shane Goldmacher, « Elizabeth Warren, Once a Front-Runner, Will Drop Out of Presidential Race », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  67. « Tout savoir sur Tulsi Gabbard, qui vient d'abandonner la course à l'investiture démocrate face à Biden et Sanders », sur www.cnews.fr (consulté le ).
  68. (en) « He's In For 2020: Bernie Sanders Is Running For President Again », sur www.vpr.org, (consulté le ).
  69. « Bernie Sanders met fin à sa campagne pour la présidentielle américaine 2020 », sur www.lalibre.be, (consulté le ).
  70. « Présidentielle américaines : Une femme face à Trump et Biden », sur www.lesechos.fr, (consulté le ).
  71. (en) « Howie Hawkins wins Socialist Party USA nomination for 2020 presidential race » [archive du ] (consulté le ).
  72. (en) « Howie Hawkins for President », sur Solidarity.
  73. (en) « The Socialist Party is excited to announce Howie Hawkins as its presidential nominee for the 2020 election! », sur Twitter, (consulté le ).
  74. (en) Robert Harding, « Syracuse's Howie Hawkins, a lifelong activist, is Green Party's nominee for president », auburnpub.com/The Citizen,‎ (lire en ligne).
  75. « Sur Twitter, Kanye West annonce sa participation à la présidence des Etats-Unis », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  76. « Présidentielle américaine : Kanye West fait son premier meeting et fond en larmes », sur Le Parisien, (consulté le ).
  77. Gilles Paris, « Election américaine : Donald Trump torpille son premier débat avec Joe Biden », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  78. Adrien Jaulmes, « Dans la fureur du premier débat, Joe Biden tient tête à Donald Trump », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  79. Lucas Serdic, « Donald Trump évoque un possible report de l'élection présidentielle », sur ladepeche.fr, (consulté le ).
  80. « Coronavirus : Donald Trump admis dans un hôpital militaire "pour quelques jours" », sur ladepeche.fr, (consulté le ).
  81. Isabelle Hanne, « Sorti de l’hôpital, Trump minimise la menace du Covid », (consulté le ).
  82. (en)2020 General Election Early Vote Statistics.
  83. (en) « Texas early voting exceeds total of all 2016 ballots », sur AP NEWS, (consulté le ).
  84. (en) US election results 2020: When might we get a winner?
  85. « Biden wins White House, vowing new direction for divided US », sur Associated Press.
  86. « Joe Biden elected president », sur CNN.
  87. « Presidential Election Results », sur Fox News
  88. « Présidentielle américaine : Le ministre américain de la Justice autorise l’ouverture d’enquêtes sur l’élection », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  89. Communiqué officiel.
  90. « Elections américaines : “Le scrutin a été le plus sûr de l’histoire des Etats-Unis”, selon les autorités électorales », Le Monde.fr, 12 novembre 2020.
  91. (en-US) David E. Sanger et Nicole Perlroth, « Trump Fires Christopher Krebs, Official Who Disputed Election Fraud Claims », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  92. a et b (en) « JBiden Secures Enough Electors to Be President », sur The New York Times, (consulté le ).
  93. (en) « Election and voting information », sur FEC.gov (consulté le ).
  94. « Résultats officiels », sur www.fec.gov (consulté le ).
  95. (en) « 2020g - United States Elections Project », sur www.electproject.org (consulté le ).
  96. a et b « Election américaine : la victoire de Joe Biden confirmée par les grands électeurs », sur frencetvinfo.fr, (consulté le ).
  97. « 2020 US presidential election generated the highest voter turnout rate in twelve decades », sur The Economic Times,
  98. « Présidentielle américaine : malgré son retard de 7 millions de voix, Trump aurait pu l’emporter en « retournant » 32 507 voix dans quatre Etats-clés  », Le Monde, 4 janvier 2021
  99. « Les failles de la démocratie américaine, épisode 1 : comment le collège électoral profite aux républicains », sur Le Monde, .
  100. (en) « Exit Polls », sur ipsos.com (consulté le )
  101. (en) « Donald Trump Is Lying About The Early Election Results », sur BuzzFeed News (consulté le )
  102. (en-US) Ledyard King and John Fritze, « Trump attorney Rudy Giuliani says Trump won't concede, revives baseless claims of voter fraud », sur USA TODAY (consulté le )
  103. (en-US) Maggie Haberman, Nick Corasaniti, Jim Rutenberg et Alan Feuer, « Trump tries to subvert the election, inviting Michigan G.O.P. lawmakers to the White House. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  104. AUSTIN DENEAN, Sinclair Broadcast Group, « DHS agency: 'Nov. 3 election was most secure in American history' », sur WBMA, (consulté le )
  105. « Joint Statement from Elections Infrastructure Government Coordinating Council & the Election Infrastructure Sector Coordinating Executive Committees | CISA », sur www.cisa.gov (consulté le )
  106. (en-US) « Trump falsely claims he won the election; Twitter flags the tweet », sur www.cbsnews.com (consulté le )
  107. (en) « Fired director of U.S. cyber agency Chris Krebs explains why President Trump's claims of election interference are false », sur www.cbsnews.com (consulté le )
  108. Analysis by Chris Cillizza, CNN Editor-at-large, « How suing Mike Pence is the last gasp of the 'election fraud' crowd », sur CNN (consulté le )
  109. « Trump faces long odds in challenging state vote counts », sur AP NEWS, (consulté le )
  110. « « Il est temps de tourner la page » : Joe Biden élu président des Etats-Unis par les grands électeurs », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  111. (en-US) Philip Rucker, Amy Gardner et Josh Dawsey, « Trump uses power of presidency to try to overturn the election and stay in office », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le )
  112. (en-US) Lisa Rein, Jonathan O'Connell et Josh Dawsey, « A little-known Trump appointee is in charge of handing transition resources to Biden — and she isn’t budging », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le )
  113. Kristen Holmes and Jeremy Herb CNN, « First on CNN: Key government agency acknowledges Biden's win and begins formal transition », sur CNN (consulté le )
  114. (en-US) Tyler Olson, « Supreme Court declines to hear Trump-supported Texas case over election results in four other states », sur Fox News, (consulté le )
  115. Ariane de Vogue and Maegan Vazquez CNN, « Supreme Court rejects Trump's bid to overturn election », sur CNN (consulté le )
  116. « La victoire de Joe Biden confirmée par le collège des grands électeurs », sur rts.ch, (consulté le )
  117. a et b « Josh Hawley, défenseur jusqu’au-boutiste de Donald Trump au Congrès », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  118. « «Je veux simplement trouver 11.780 voix»: Trump a tenté de modifier les résultats des élections en Géorgie », sur Le Soir, (consulté le )
  119. « «Pire que le Watergate», «abus de pouvoir»: les États-Unis choqués par la tentative de Trump de changer les résultats des élections », sur Le Soir, (consulté le )
  120. Associated Press, « Dix anciens chefs du Pentagone lancent un avertissement à Donald Trump », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  121. (en) Marisa Peñaloza, « Trump Supporters Clash With Capitol Police At Protest », National Public Radio, (consulté le ).
  122. (en) Amenabar, Zauzmer, Davies, Brice-Saddler, Ruane, Chason, Tan, Olivo et Hermann, « Live updates: Hundreds storm Capitol barricades; two nearby buildings briefly evacuated; Trump falsely tells thousands he won », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  123. Cyril Bonnet, « Capitole : avant d’appeler au calme, Donald Trump avait soufflé sur les braises », sur nouvbelobs.com, (consulté le )
  124. Paul Véronique, « Violences au Capitole : Donald Trump risque-t-il des poursuites ? », sur lexpress.fr, (consulté le )
  125. Susan Cornwell et Makini Brice, « USA: La défense de Donald Trump va plaider l'acquittement », sur reuters.com, (consulté le )
  126. « Trump appelle ses partisans au calme après les avoir incités à marcher sur le Capitole », Le HuffPost,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  127. (en) Barrett, Raju et Nickeas, « Pro-Trump mob storms US Capitol as armed standoff takes place outside House chamber », CNN, (consulté le ).
  128. (en-US) Jemima McEvoy, « DC Protests Live Coverage: Entire Capitol Now On Lockdown As Protesters Enter The Building », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  129. (en-US) Brent Lang et Cynthia Littleton, « U.S. Capitol on Lockdown, Pro-Trump Protestors Breach Police Lines », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  130. (en) Eric Levenson, Amir Vera et Mallika Kallingal, « What we know about the 5 deaths in the pro-Trump mob that stormed the Capitol », CNN, (consulté le ).
  131. « États-Unis : l'intrusion au Capitole est "une tentative de coup d'État", assure Leah Pisar, ancienne conseillère du président Clinton », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  132. Arnaud Leparmentier, « Wall Street, Donald Trump et la “populace” », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  133. « Etats-Unis : Joe Biden qualifie d'"insurrection" les violences au Capitole » [vidéo], sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  134. (en) « Conservative media members erupt with anger over protesters storming Capitol: 'This is domestic terrorism' », sur Fox News.
  135. (en) Natalie Dreier, « Capitol violence: What is sedition? », sur Cox Media Group National Content Desk, .
  136. (en) Charles Trepany, « 'This is domestic terrorism': Meghan McCain, Cardi B and more react to Capitol riot », sur USA Today, (consulté le ).
  137. (en) Sonam Sheth, « A Reuters photographer says he overheard pro-Trump insurrectionists saying they wanted to hang Mike Pence at the Capitol », sur businessinsider.fr, (consulté le ).
  138. (en-US) Erik Wasson, Billy House et Daniel Flatley, « Congress Resumes Electoral Vote Tally After Mob’s Disruption », Bloomberg,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  139. (en-US) Katrin Bennhold et Steven Lee Myers, « America’s Friends and Foes Express Horror as Capitol Attack ‘Shakes the World’ », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  140. (en) Michael Peel, Sam Fleming, Sebastian Payne, Guy Chazan, Arthur Beesley et Victor Mallet, « Western democracies stunned by images of unrest in Washington », The Financial Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  141. Isabelle Hanne, « Destitution : Donald Trump acquitté par le Sénat », sur libération.fr, (consulté le )

Articles connexesModifier