John Hickenlooper

gouverneur du Colorado de 2011 à 2019

John Hickenlooper
Illustration.
Portrait officiel de John Hickenlooper (2021).
Fonctions
Sénateur des États-Unis
En fonction depuis le
(17 jours)
Élection 3 novembre 2020
Circonscription Colorado
Législature 117e
Groupe politique Démocrate
Prédécesseur Cory Gardner
42e gouverneur du Colorado

(7 ans, 11 mois et 28 jours)
Élection 2 novembre 2010
Réélection 4 novembre 2014
Lieutenant-gouverneur Joe Garcia
Donna Lynne
Prédécesseur Bill Ritter
Successeur Jared Polis
42e maire de Denver

(7 ans, 5 mois et 21 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Wellington Webb
Successeur Bill Vidal
Biographie
Nom de naissance John Wright Hickenlooper, Junior
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Comté de Montgomery (Pennsylvanie, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Conjoint Helen Thorpe (2000-2014)
Robin Pringle (depuis 2016)
Enfants Ted Hickenlooper
Diplômé de Université Wesleyenne
Religion Quaker

John Hickenlooper
Gouverneurs du Colorado

John Wright Hickenlooper, Jr., né le dans le comté de Montgomery (Pennsylvanie), est un homme politique américain. Membre du Parti démocrate, il est élu au Sénat des États-Unis lors des élections de 2020.

Auparavant, il est maire de Denver de 2003 à 2011 puis gouverneur du Colorado de 2011 à 2019.

BiographieModifier

Famille et carrière professionnelleModifier

John Hickenlooper grandit dans la banlieue de Philadelphie au sein de la classe moyenne[1],[2]. Il est élevé par sa mère[1], après que son père décède alors qu'il n'a que huit ans[2],[3]. Il étudie à la Haverford School et en sort diplômé en 1970[4], puis reçoit une licence d'anglais à l'université Wesleyenne en 1974 puis une maîtrise en géologie de la même université en 1980[1],[3]. Durant ses études, il participe à la fondation d'un centre de santé communautaire à Middletown (Connecticut)[3].

Il déménage dans le Colorado pour travailler comme géologue chez Buckhorn Petroleum dans les années 1980[1],[2]. Après le rachat de l'entreprise[2], il est licencié en 1986[5]. En 1988, il change de secteur d'activités et décide de fonder la brasserie Wynkoop (Wynkoop Brewing Corporation), le premier « bistrot-brasserie » du Colorado[1]. À ce titre, il œuvre pour la revitalisation du LoDo[2],[5]. Après plusieurs années, Hickenlooper acquiert une certaine fortune et ouvre une dizaine de brasseries dans le pays[2].

John Hickenlooper a un enfant (Teddy) avec sa première épouse Helen Thorpe. En secondes noces, il épouse Robin Pringle. Il est membre de la Société religieuse des Amis (quakers)[1].

Maire de DenverModifier

Après s'être engagé contre un projet de nouveau stade pour les Broncos de Denver en 1999, Hickenlooper se lance en politique en 2003 lorsqu'il candidate à la mairie de Denver, capitale du Colorado. Il fait campagne pour attirer les entreprises à Denver[2], s'opposant à des hausses d'impôts et à l'interdiction de fumer dans les lieux publics[6]. D'abord peu connu face à Don Mares, auditeur de la ville, et Ari Zavaras, ancien chef de la police locale, il réussit à se faire connaître en diffusant des publicités télévisées en sa faveur et en proposant un budget équilibré pour la ville[7]. Il arrive en tête du premier tour non partisan avec 43 % des voix, devant Mares à 22 %[6],[8]. Au terme d'une campagne particulièrement cordiale, Hickenlooper est donné largement gagnant par les sondages[6]. Il remporte le deuxième tour avec 64,6 % des suffrages[9]. En 2005, le magazine Time le classe parmi les cinq meilleurs maires d'une grande ville américaine[10]. Il est réélu en 2007 avec 87 % des voix[5]. Il demeure en fonction jusqu'à sa démission en , avant de prendre ses fonctions de gouverneur de l'État[11].

Durant son mandat, Hickenlooper assainit les finances de la ville, qui passe d'un déficit budgétaire de 70 millions de dollars à un surplus, en réduisant notamment les salaires des fonctionnaires mais sans réduire les services publics[10]. Il permet le développement des transports en commun dans l'agglomération de Denver pour 5 milliards de dollars grâce à une augmententation de la taxe sur les ventes[2],[10]. Il est également crédité pour avoir attiré la Convention nationale démocrate de 2008 à Denver[1].

Gouverneur du ColoradoModifier

 
Hickenlooper en campagne pour le poste de gouverneur en 2010.

Lors des élections de 2010, il se présente à la succession du démocrate Bill Ritter pour devenir gouverneur du Colorado. Il remporte la primaire démocrate sans opposant[12]. Après plusieurs gaffes du candidat républicain Dan Maes, l'ancien représentant républicain Tom Tancredo se présente sous les couleurs du Parti de la Constitution[13]. Le démocrate domine les sondages[14] et est considéré comme le favori face aux républicains divisés. Lors du scrutin du , Hickenlooper est facilement élu gouverneur avec 51 % des voix contre 11 % pour Maes, lui-même largement devancé par Tancredo qui obtient 37 %[15].

Le mandat du gouverneur Hickenlooper débute le [11]. Au début de son mandat, il travaille avec une législature du Colorado partagée entre une Chambre des représentants républicaine et un Sénat démocrate[16], lui permettant de ne signer que des lois faisant l'objet de compromis[17].

Malgré son opposition, les électeurs du Colorado votent en 2012 pour la légalisation du cannabis[18]. Il travaille cependant pour encadrer l'industrie après sa légalisation[5]. Lors de ces mêmes élections de 2012, les démocrates remportent les deux chambres de l'Assemblée générale du Colorado[16]. Il signe alors des lois plus progressistes visant à contrôler le port d'armes à feu (après la fusillade d'Aurora), à développer les énergies renouvelables, à autoriser les unions civiles pour les couples homosexuels ou encore à accorder des bourses à certains étudiants en situation irrégulière[16],[17],[19]. Il combat cependant les municipalités interdisant la fracturation hydraulique[20],[21] et, bien qu'il suspende indéfiniment l'exécution d'un condamné à mort[19], il intervient pour faire échouer une proposition de loi sur l'abolition de la peine de mort[22].

John Hickenlooper est candidat à un second mandat lors des élections de 2014, à l'approche desquelles il se montre davantage centriste[5]. Il met en avant ses capacités à diriger l'État, ayant répondu aux feux de forêts et aux inondations de 2013, ainsi que son bilan économique, le taux de chômage étant passé de 9,1 % à 4,7 % durant son premier mandat[19]. Bien que sa popularité décline durant la campagne, il est réélu avec 3,35 points d'avance sur le républicain Bob Beauprez dans un contexte national difficile[17]. Il est le seul démocrate à être réélu à l'échelle du Colorado[5]. Il se retrouve à nouveau face à une législature partagée, cette fois-ci entre une Chambre des représentants démocrate et un Sénat républicain[17].

Il quitte son poste de gouverneur du Colorado relativement populaire[5]. En 2020, la commission de l'éthique le condamne pour avoir violé la loi du Colorado interdisant au gouverneur de recevoir des cadeaux, en raison de vols et diners gratuits reçus en 2018[23].

Candidatures fédéralesModifier

 
Hickenlooper en campagne en Iowa en 2019.

En raison de son parcours et de sa qualité de gouverneur d'un swing state, son nom est évoqué pour la vice-présidence en vue des élections de 2016[17],[24],[25].

Le , il annonce sa candidature aux primaires démocrates en vue de l'élection présidentielle américaine de 2020. Sa campagne modérée rencontre peu d'enthousiasme et il retire sa candidature le suivant[26].

Après avoir affirmé à plusieurs reprises ne pas être fait pour être sénateur durant sa campagne présidentielle[27], il se porte finalement candidat aux élections sénatoriales américaines de 2020 face au républicain sortant Cory Gardner[28]. Il reçoit aussitôt le soutien de la direction du Parti démocrate au Sénat et plusieurs candidats se retirent en sa faveur[29]. Au printemps 2020, il distance Gardner de plus de dix points dans les sondages ; le sortant étant considéré comme le sénateur républicain le plus en danger du pays dans un État de plus en plus favorable aux démocrates[27],[30]. Après plusieurs gaffes, Hickenlooper se retrouve cependant dans une primaire plus serrée que prévue face à Andrew Romanoff, ancien président de la Chambre des représentants du Colorado et candidat de la gauche du Parti démocrate[27],[29],[31]. Le , il remporte la primaire démocrate avec 59 % des voix face à Romanoff[29].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g (en) Mina Kaji, Christine Szabo et Bobby Gehlen, « John Hickenlooper: Everything you need to know about the former 2020 presidential candidate », sur abcnews.go.com, ABC News, (consulté le 6 juillet 2020).
  2. a b c d e f g et h (en) Tim Alberta, « John Hickenlooper Is Running for President As Himself. Uh-oh. », sur politico.com, Politico, (consulté le 6 juillet 2020).
  3. a b et c (en) Cassandra Day, « Wesleyan grad Hickenlooper still has strong ties to Middletown », sur middletownpress.com, The Middletown Press, (consulté le 6 juillet 2020).
  4. (en) Michael Klein, « Denver mayor cuts his ties to the Phils », sur inquirer.com, The Philadelphia Inquirer, (consulté le 7 juillet 2020).
  5. a b c d e f et g (en) Nathaniel Rakich, « How John Hickenlooper Could Win The 2020 Democratic Nomination », sur fivethirtyeight.com, FiveThirtyEight, (consulté le 6 juillet 2020).
  6. a b et c (en) Michael Janofsky, « Denver Election Is a Model of Civility », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 7 juillet 2020).
  7. (en) Helen H. Richardson, « How John Hickenlooper defied the odds in 2003, and how he might do it again in 2020 », sur denverpost.com, The Denver Post, (consulté le 7 juillet 2020).
  8. (en) Mindy Sink, « National Briefing, Rockies, Colorado: Runoff For Mayor Of Denver », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 7 juillet 2020).
  9. (en) « Denver Mayor - Runoff Jun 03, 2003 », sur ourcampaigns.com (consulté le 7 juillet 2020).
  10. a b et c (en) Nancy Gibbs et Daren Fonda, « The 5 Best Big-City Mayors », sur time.com, Time, (consulté le 6 juillet 2020).
  11. a et b (en) Steven K. Paulson et Kristen Wyatt, « Hickenlooper Sworn In As Governor », sur denver.cbslocal.com, Columbia Broadcasting System, (consulté le 7 juillet 2020).
  12. (en) « Election 2010: Colorado Governor Profile », sur nytimes.com, The New York Times (consulté le 7 juillet 2020).
  13. (en) Steven K. Paulson, « Hickenlooper victorious in gubernatorial race », sur steamboatpilot.com, The Steamboat Pilot, (consulté le 7 juillet 2020).
  14. (en) « 2010 Colorado Governor Race », sur realclearpolitics.com, Real Clear Politics (consulté le 7 juillet 2020).
  15. (en) John Moore, « Hickenlooper wins easily », sur denverpost.com, The Denver Post, (consulté le 7 juillet 2020).
  16. a b et c (en) John Fryar, « Partisan agendas at stake in Colorado legislative elections », sur timescall.com, Longmont Times-Call, (consulté le 6 juillet 2020).
  17. a b c d et e (en) John Frank, « John Hickenlooper looks to second term after bruising campaign », sur denverpost.com, The Denver Post, (consulté le 6 juillet 2020).
  18. (en) Peter Lattman, « Election 2012: Colorado State Highlights », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 6 juillet 2020).
  19. a b et c (en) Ivan Moreno, « Colorado Gov. John Hickenlooper wins second term », sur aspentimes.com, The Aspen Times, (consulté le 6 juillet 2020).
  20. (en) Matt Taibbi, « John Hickenlooper Is the New Joe Lieberman », sur rollingstone.com, Rolling Stone, (consulté le 6 juillet 2020).
  21. (en) « Hickenlooper Threatens To Sue Any Town, City That Bans Fracking », sur denver.cbslocal.com, Columbia Broadcasting System, (consulté le 6 juillet 2020).
  22. (en) Aída Chávez et Akela Lacy, « John Hickenlooper, Establishment Pick for Colorado Senate Seat, Has an Increasingly Stale Record », sur theintercept.com, The Intercept, (consulté le 6 juillet 2020).
  23. (en) Alex Rogers, « Ethics Commission finds Hickenlooper twice violated gift rules », sur edition.cnn.com, Cable News Network, (consulté le 6 juillet 2020).
  24. (en) Nolan D. McCaskill, « Clinton spoke with Hickenlooper about VP job », sur politico.com, Politico, (consulté le 6 juillet 2020).
  25. (en) « Gov. Hickenlooper Would Have Accepted Offer To Be Clinton’s Running Mate », sur denver.cbslocal.com, Columbia Broadcasting System, (consulté le 6 juillet 2020).
  26. (en) Jason Lalljee et Aamer Madhani, « John Hickenlooper drops out of 2020 presidential race », sur usatoday.com, USA Today, (consulté le 6 juillet 2020).
  27. a b et c (en) Carl Hulse, « Hickenlooper Stumbles in Colorado Race, Complicating Democrats’ Senate Push », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 6 juillet 2020).
  28. (en) Jeff Zeleny, Dan Merica et Veronica Stracqualursi, « Hickenlooper running for Senate in Colorado », sur cnn.com, Cable News Network, (consulté le 26 mars 2020).
  29. a b et c (en) James Arkin et Ally Mutnick, « Hickenlooper rolls to victory in Colorado Senate primary », sur politico.com, Politico, (consulté le 6 juillet 2020).
  30. (en) Todd S. Purdum, « The Price of Trump Loyalty », sur theatlantic.com, The Atlantic, (consulté le 6 juillet 2020).
  31. (en) Bente Birkeland, « 1 Of Democrats' Top Senate Recruits Stumbles Amid Protests », sur npr.org, National Public Radio, (consulté le 6 juillet 2020).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :