Ouvrir le menu principal

Élections sénatoriales américaines de 2018

Élections sénatoriales américaines de 2018
35 sénateurs sur 100 à élire
Type d’élection Élections sénatoriales
Mitch McConnell 2016 crop.jpg Parti républicain – Mitch McConnell
Sièges sortants 51
Chuck Schumer official photo (cropped).jpg Parti démocrate – Chuck Schumer
Sièges sortants 47
Carte des sièges renouvelables
Carte
  •      Républicain se représentant
  •      Républicain ne se représentant pas

  •      Démocrate se représentant
  •      Indépendant se représentant (siège avec les démocrates)

  •      Pas d'élection
Leader de la majorité du Sénat
Sortant Élu
Mitch McConnell
Parti républicain
En attente (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Les élections sénatoriales américaines de 2018 sont un ensemble d'élections qui se tiennent le , dans le but de renouveler 35 sièges des 100 sièges du Sénat des États-Unis, chambre haute du Congrès des États-Unis (33 sièges dits de « classe 1 » et deux élections partielles pour cause de vacances au Minnesota et au Mississippi). Le mandat des sénateurs dure six ans ; ceux qui seront élus seront en fonction du au .

Avant les élections, les républicains disposent de 51 sénateurs, contre 47 démocrates et deux indépendants apparentés à ces derniers. Sur les 35 sièges à renouveler, seuls neuf sont occupés par des républicains, contre 24 par les démocrates (sans compter les deux indépendants), ce qui rend peu plausible la prise de la chambre haute par les démocrates. Lors des dernières élections en 2016, les démocrates avaient repris deux sièges aux républicains. Ces élections se déroulent en même temps que les élections à la Chambre des représentants (renouvellement intégral, comme tous les deux ans), qu'un grand nombre d'élections de gouverneurs (39 sièges sont à pourvoir) ainsi qu'un certain nombre d'élections pour les législatures d'une grande majorité d'États américains.

Sommaire

ContexteModifier

 
Carte des sièges en jeu en 2018, selon l'étiquette du sénateur sortant et le résultat de la présidentielle de 2016.
  •      Clinton-sénateur démocrate ou ind.
  •      Trump-sénateur démocrate
  •      Trump-sénateur républicain
  •      Clinton-sénateur républicain
  •      Pas d'élection

Avant les élections, le Parti républicain dispose d’une majorité de 51 élus sur 100. Le Parti démocrate compte quant à lui 47 membres auxquels s’ajoutent deux indépendants qui siègent dans ses rangs[1]. Les républicains peuvent seulement se permettre de perdre un siège de sénateur pour conserver une majorité de travail avec la voix du vice-président Mike Pence, prépondérante en cas d’égalité de vote.

La « carte » de ces élections est considérée comme défavorable aux démocrates. En effet, parmi les 35 sièges en jeu durant ces élections, 26 sont détenus par des démocrates ou leurs alliés[2]. Parmi ces sièges, dix se trouvent dans un État que Donald Trump a remporté en 2016, dont cinq où il devance Hillary Clinton de plus de dix points (Dakota du Nord, Indiana, Missouri, Montana et Virginie-Occidentale). Les cinq autres avaient toutefois voté pour Barack Obama en 2012 (Floride, Michigan, Ohio, Pennsylvanie et Wisconsin)[1]. Le Nevada est seul État favorable aux démocrates (Obama-Clinton) à avoir un sénateur républicain[2]. Au début du cycle électoral, le principal objectif des démocrates est d’empêcher une majorité républicaine résistant au filibuster[3] (60 sièges).

Trois républicains choisissent de ne pas se représenter : deux critiques réguliers de Donald Trump, Bob Corker (Tennessee) et Jeff Flake (Arizona), ainsi qu’Orrin Hatch (Utah), président de la commission des finances et sénateur depuis 1976[4].

En juin 2018, d’après Politico, la « carte » électorale se réduit. Si les républicains sont toujours favoris, les démocrates voient leurs chances de faire basculer le Sénat augmenter, les États de la Rust Belt semblant moins compétitifs. Selon le magazine, les responsables des deux partis s’accordent alors sur les principaux États qui feront basculer l’élection : l’Arizona, le Nevada et le Tennessee (détenus par les républicains) ainsi que le Dakota du Nord, la Floride, l’Indiana et le Missouri, voire le Montana et la Virginie-Occidentale (détenus par les démocrates)[3].

CampagneModifier

Débats autour de la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprêmeModifier

La campagne est marquée par des débats ultra-polarisés autour de la nomination controversée à la Cour suprême des États-Unis du juge conservateur Brett Kavanaugh, accusé d'agressions sexuelles.

Implication personnelle de Donald TrumpModifier

 
Donald Trump en campagne dans l'Arizona pour soutenir Martha McSally et Doug Doucey, le 19 octobre 2018.

Dès son élection à la présidence le 8 novembre 2016, Donald Trump est particulièrement actif sur le terrain, menant campagne ouvertement en vue de sa réélection en 2020[5], organisant plusieurs réunions publiques dans les États qui lui sont réputés favorables. Beaucoup voient les élections intermédiaires de 2018 comme un premier jugement du bilan de son début de mandat[6]. Le président se rend régulièrement dans les États en jeu pour soutenir les candidats républicains, tandis que d'autres personnalités démocrates susceptibles de se présenter contre lui en 2020, comme Joe Biden[7] et Bernie Sanders[8], font également campagne pour les candidats démocrates. Par ailleurs, Barack Obama a également participé à plusieurs rassemblements pour soutenir le camp démocrate, notamment dans les swing states de Floride, de l'Indiana et du Wisconsin[9].

Venue de caravanes de migrants à travers le MexiqueModifier

La fin de la campagne est aussi marquée par le thème de l'immigration, avec le voyage d'une caravane de plusieurs milliers de migrants honduriens à travers le Mexique pour rejoindre les États-Unis, et la formation d'une autre caravane d'un millier de migrants au Guatemala qui semble vouloir prendre le même chemin, dont Donald Trump se sert comme argument afin de mobiliser l'électorat républicain[10]. Le président évoquant « un assaut » contre les États-Unis, accusant « le Parti démocrate [d']encourag[er] des millions d'étrangers illégaux à enfreindre nos lois et violer nos frontières et submerger notre pays », et avançant (sans apporter de preuves) que des terroristes du Moyen-Orient et des membres du gang salvadoriens ultra-violent MS-13 auraient infiltré la caravane hondurienne[10]. Son vice-président Mike Pence accuse lui le gouvernement vénézuélien d'extrême-gauche et des groupes politiques honduriens de gauche d'avoir organisé les caravanes[10]. Il est à noter que l'immigration clandestine est une des principales préoccupations politiques des électeurs républicains alors qu'elle est l'une des moins importantes pour les électeurs démocrates[10].

Le , Donald Trump réaffirme vouloir mettre fin au droit du sol[11]. Il fait déployer 5000 soldats américains à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, qui se rajoutent aux plus de 2 000 membres de la Garde nationale et douaniers déjà présents sur place[12]

Violences d'extrême droiteModifier

Durant la fin d'octobre 2018, plusieurs attaques d'extrême-droite ont lieu aux États-Unis, et la rendent plus tendue. Seule l'une d'elle, l'affaire des colis piégés, est explicitement liée à cette campagne. Mais elle s'inscrit dans une vague plus large, qui commence avec l'assassinat de deux Afro-Américains par un suprémaciste blanc dans une épicerie de Louisville[13]

Fin octobre, plusieurs colis piégés contenant des bombes artisanales sont envoyés de manière coordonnée à des figures anti-Trump[14]. Le 23 octobre, à l'homme d'affaire George Soros ; le 24 octobre, à l'ancien président démocrate Barack Obama, à la candidate démocrate de l'élection présidentielle américaine de 2016 face à Trump Hillary Clinton, à l'ex-directeur de la CIA John O. Brennan (ce qui provoque l'évacuation des locaux new-yorkais de la chaîne d'information CNN où il travaille en tant que commentateur), à l'élue démocrate de Floride au Congrès Debbie Wasserman Schultz, à l'ex-ministre de la Justice d'Obama Eric Holder, à la députée démocrate californienne Maxine Waters[14], et au gouverneur démocrate de New-York Andrew Cuomo[15]. Tous les colis piégés ont été interceptés et désamorcés avant d'attendre leurs destinataires, aucun blessé[14]. Le 25 octobre, l'acteur Robert De Niro et l'ex-vice-président démocrate d'Obama Joe Biden sont à leur tour visés, les colis sont à nouveau interceptés et désamorcé sans faire de blessés[16]. Trump réagit en condamnant "tout acte ou menace de violence politique", mais il rejette la responsabilité sur les médias traditionnels[16]. La piste du terrorisme intérieur est privilégiée[17]. Le 26 octobre, deux autres colis piégés sont interceptés, destinés au sénateur démocrate Cory Booker et à l'ex-responsable des renseignements James R. Clapper (à nouveau via les bureaux de CNN)[18] ; le jour-même, le principal suspect est arrêté par le FBI à Plantation (Floride)[18]'[19]. Il s'agirait d'un partisan de Trump âgé de 58 ans dénommé Cesar Altieri Sayoc Jr., déjà arrêté 12 fois, dont une fois qui avait mené à sa condamnation pour menace à la bombe en 2002, après avoir menacé par téléphone de faire exploser une centrale électrique locale[19].

Le 27 octobre, un individu de l'extrême-droite antisémite et qui le revendiquait ouvertement, Robert Bowers (mais qui était anti-Trump contrairement à Cesar Altieri Sayoc), entre dans la synagogue Tree of Life de Pittsburgh et ouvre le feu en criant : « Tous les juifs doivent mourir ! ». Il tue 11 personnes juives avant l'arrivée de la police. Puis il continue la fusillade par un échange de coups de feu avec la police, au cours de laquelle 3 policiers et Bowers sont blessés, ce qui l'amène à se rendre. Il s'agit de l'attaque antisémite la plus meurtrière de l'Histoire des États-Unis. Le réseau social très utilisé par l'extrême-droite anglophone Gab, sur lequel Bowers était actif, ferme deux jours après la fusillade.

Situation par ÉtatModifier

Résultats des élections sénatoriales de 2018 par État[20]*Sénateur ne se représentant pas
État Sortant Élu Gains
Sénateur Parti Élu en Sénateur Parti R D
Arizona Flake, Jeff Jeff Flake* R 2012 Sinema, Kyrsten Kyrsten Sinema D -1 1
Californie Feinstein, Dianne Dianne Feinstein D 1992 Feinstein, Dianne Dianne Feinstein D
Connecticut Murphy, Chris Chris Murphy D 2012 Murphy, Chris Chris Murphy D
Dakota du Nord Heitkamp, Heidi Heidi Heitkamp D 2012 Kevin Cramer R 1 -1
Delaware Carper, Tom Tom Carper D 2000 Carper, Tom Tom Carper D
Floride Nelson, Bill Bill Nelson D 2000
Hawaï Hirono, Mazie Mazie Hirono D 2012 Hirono, Mazie Mazie Hirono D
Indiana Donnelly, Joe Joe Donnelly D 2012 Braun, Mike Mike Braun R 1 -1
Maine King, Angus Angus King I 2012 King, Angus Angus King I
Maryland Cardin, Ben Ben Cardin D 2006 Cardin, Ben Ben Cardin D
Massachusetts Warren, Elizabeth Elizabeth Warren D 2012 Warren, Elizabeth Elizabeth Warren D
Michigan Stabenow, Debbie Debbie Stabenow D 2000 Stabenow, Debbie Debbie Stabenow D
Minnesota Klobuchar, Amy Amy Klobuchar D 2006 Klobuchar, Amy Amy Klobuchar D
Minnesota (partielle) Smith, Tina Tina Smith D 2018[21] Smith, Tina Tina Smith D
Mississippi Wicker, Roger Roger Wicker R 2007 Wicker, Roger Roger Wicker R
Mississippi (partielle) Hyde-Smith, Cindy Cindy Hyde-Smith R 2018[22]
Missouri McCaskill, Claire Claire McCaskill D 2006 Josh Hawhley R 1 -1
Montana Tester, Jon Jon Tester D 2012 Tester, Jon Jon Tester D
Nebraska Fischer, Deb Deb Fischer R 2012 Fischer, Deb Deb Fischer R
Nevada Heller, Dean Dean Heller R 2011 Rosen, Jacky Jacky Rosen D -1 1
New Jersey Menendez, Bob Bob Menendez D 2006 Menendez, Bob Bob Menendez D
New York Gillibrand, Kirsten Kirsten Gillibrand D 2009 Gillibrand, Kirsten Kirsten Gillibrand D
Nouveau-Mexique Heinrich, Martin Martin Heinrich D 2012 Heinrich, Martin Martin Heinrich D
Ohio Brown, Sherrod Sherrod Brown D 2006 Brown, Sherrod Sherrod Brown D
Pennsylvanie Casey Jr., Bob Bob Casey Jr. D 2012 Casey Jr., Bob Bob Casey Jr. D
Rhode Island Whitehouse, Sheldon Sheldon Whitehouse D 2012 Whitehouse, Sheldon Sheldon Whitehouse D
Tennessee Corker, Bob Bob Corker* R 2006 Blackburn, Marsha Marsha Blackburn R
Texas Cruz, Ted Ted Cruz R 2012 Cruz, Ted Ted Cruz R
Utah Hatch, Orrin Orrin Hatch* R 1976 Romney, Mitt Mitt Romney R
Vermont Sanders, Bernie Bernie Sanders I 2006 Sanders, Bernie Bernie Sanders I
Virginie Kaine, Tim Tim Kaine D 2012 Kaine, Tim Tim Kaine D
Virginie-Occidentale Manchin, Joe Joe Manchin D 2010 Manchin, Joe Joe Manchin D
Washington Cantwell, Maria Maria Cantwell D 2000 Cantwell, Maria Maria Cantwell D
Wisconsin Baldwin, Tammy Tammy Baldwin D 2012 Baldwin, Tammy Tammy Baldwin D
Wyoming Barrasso, John John Barrasso R 2007 Barrasso, John John Barrasso R
Total gains sièges 1 -1

Liste des élections par ÉtatModifier

ArizonaModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Arizona
 
  Kyrsten Sinema – Parti démocrate
Voix 1 110 045
49,7 %
  Martha McSally – Parti républicain
Voix 1 071 970
48,0 %
Sénateur des États-Unis pour l'Arizona
Sortant Élue
Jeff Flake
Parti républicain
Kyrsten Sinema
Parti démocrate

Le sénateur sortant, Jeff Flake, critique de Donald Trump, a annoncé le 24 octobre 2017 qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat[23]. Jeff Flake avait obtenu 49 % des voix en 2012 lors de son élection au Sénat. L'Arizona avait été remporté par Donald Trump lors de la dernière élection présidentielle de 2016, avec plus de 48 % des suffrages exprimés. La campagne pour la primaire républicaine s'est déroulée sur fond de tensions entre les trois principaux prétendants (Martha McSally, Kelli Ward et Joe Arpaio), chaque candidat cherchant à obtenir le soutien officiel de Donald Trump. L'Arizona étant un état situé à la frontière américano-mexicaine, la question de l'immigration demeure un sujet majeur préoccupant ses habitants. Les candidats républicains ont ainsi tous soutenu officiellement le projet de construction d'un mur le long de la frontière sud des États-Unis (proposition phare de Donald Trump depuis sa campagne présidentielle de 2016). Martha McSally, favorite des sondages, est attaquée par ses rivaux Kelli Ward et Joe Arpaio, ces-derniers lui reprochant d'être trop proche de l'établissement du parti et de ne pas être totalement favorable au président et à son administration. Joe Arpaio, ancien shérif du comté du Maricopa, se décrit par ailleurs comme le « shérif le plus fort de l'Amérique »[24]. Il a fait de l'immigration clandestine son cheval de bataille et s'était opposé frontalement à Barack Obama lors de sa présidence, affirmant que le certificat de naissance qu'il avait publié pour prouver sa nationalité américaine était « un faux document »[25]. Joe Arpaio avait également été condamné pour sa gestion discriminatoire des flux migratoires en provenance du Mexique, avant d'être gracié par Donald Trump[26]. Quant à Kelli Ward, elle était soutenue par plusieurs personnalités controversées, comme Steve Bannon[27] et Steve King[28]. Plusieurs polémiques ont alimenté la fin de campagne des primaires, surtout au moment du décès de John McCain, vétéran de la guerre du Viêtnam, sénateur américain pour l'Arizona depuis 1987, candidat officiel du Parti républicain face à Barack Obama lors de l'élection présidentielle de 2008 et farouche opposant à Donald Trump. Ce-dernier se montrant peu touché par la mort de son ancien adversaire[29], il devient difficile pour les candidats de se positionner entre le président et John McCain, encore populaire dans l'État, surtout parmi les vétérans de guerre[30]. Martha McSally s'est distinguée de ses concurrents en avançant son passé de pilote de l'armée de l'air (elle est la première femme pilote à avoir combattu en Irak[31]) et en attaquant frontalement la favorite démocrate, Kyrsten Sinema, ridiculisant ses protestations en tutu rose contre l'intervention américaine en Irak[32]. Finalement, Martha McSally, représentante au Congrès, remporte la primaire républicaine le 28 août 2018, obtenant 263 734 voix (52,9 % des suffrages exprimés) face à Kelli Ward (28,2 %) et Joe Arpaio (18,9 %). Kyrsten Sinema gagne quant à elle l'investiture de son parti avec 314 108 voix (80,5 % des suffrages exprimés)[33]. Au soir de l'élection, le 6 novembre 2018, l'écart séparant Martha McSally et Kyrsten Sinema est trop serré pour pouvoir les départager. L'État d'Arizona a donc dû entreprendre un grand recompte des voix pour annoncer le vainqueur final. Le 13 novembre, c'est Kyrsten Sinema qui est annoncée vainqueur du scrutin, devançant de 40 000 voix son adversaire. Elle devient ainsi la première femme représentant l'Arizona au Sénat américain. Contestant ce résultat, qu'il perçoit comme la conséquence de corruption électorale, le président Donald Trump tweet le jour même de l'annonce de l'issue de la course « En Arizona, les SIGNATURES NE CORRESPONDENT PAS. Corruption électorale - Appel à une nouvelle élection ? Nous devons protéger notre démocratie ! »[34].

CalifornieModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Californie
 
  Dianne Feinstein – Parti démocrate
Voix 4 491 633
54,4 %
  Kevin de León – Parti démocrate
Voix 3 734 512
45,6 %
Sénateur des États-Unis pour la Californie
Sortante Élue
Dianne Feinstein
Parti démocrate
Dianne Feinstein
Parti démocrate


Depuis sa première élection en 1992, Diane Feinstein a toujours été considérée comme trop « centriste » par l’aile gauche du Parti démocrate. À l’approche des élections de 2018, la presse note que ses prises de positions se déportent vers la gauche : elle annonce désormais s’opposer à la peine de mort et souhaite que chaque État puisse légiférer sur le cannabis. Elle est alors concurrencée sur sa gauche par le sénateur local Kevin de León[35]. En février, 54 % des délégués présents à la convention du Parti démocrate de Californie votent en faveur de de León, qui échoue cependant à obtenir les 60 % des voix nécessaires pour obtenir le soutien du parti[36]. Lors des primaires non-partisanes du , les deux démocrates sont qualifiés pour l’élection générale : Feinstein qui réunit 2,9 millions de voix (soit 44 %) et de León qui en réunit 800 000 (soit 11 %)[36],[37]. Le premier républicain (James Bradley) n’arrive qu’en troisième position avec 9 % des voix et se retrouve exclu de l'élection de novembre[37]. En juillet, après une nouvelle convention, le Parti démocrate local apporte officiellement son soutien à de León. La sénatrice Feinstein reçoit néanmoins le soutien de personnalités de premier plan à l’image de l’ancien président Barack Obama, du gouverneur Jerry Brown et de l’autre sénatrice de Californie Kamala Harris[36]. Dianne Feinstein avait obtenu 62,5 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté la Californie avec près de 62 % des voix. À l'issue du scrutin, Dianne Feinstein l'emporte avec plus de 600 000 voix d'avance.

ConnecticutModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Connecticut
 
  Chris Murphy – Parti démocrate
Voix 826 747
59,5 %
Matthew Corey – Parti républicain
Voix 546 390
39,4 %
Sénateur des États-Unis pour le Connecticut
Sortant Élu
Chris Murphy
Parti démocrate
Chris Murphy
Parti démocrate

Chris Murphy, sénateur démocrate sortant, est candidat à sa propre succession. Il affronte le républicain Matthew Corey, qui a remporté la primaire de son parti le 14 août 2018, obtenant 97 023 voix, soit environ 77 % des suffrages exprimés[38]. Chris Murphy avait obtenu 55 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Connecticut avec près de 56 % des voix. Chris Murphy sort vainqueur du scrutin, rassemblement plus de 800 000 voix, soit près de 60 % des suffrages valablement exprimés.

Dakota du NordModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Dakota du Nord
 
  Kevin Cramer – Parti républicain
Voix 178 876
55,4 %
  Heidi Heitkamp – Parti démocrate
Voix 143 737
44,6 %
Sénateur des États-Unis pour le Dakota du Nord
Sortante Élu
Heidi Heitkamp
Parti démocrate
Kevin Cramer
Parti républicain

La sénatrice sortante, Heidi Heitkamp, est réputée pour ses bonnes relations avec le président Trump, qui l’a notamment envisagée pour entrer dans son gouvernement[39]. Dans cet État conservateur, elle fait notamment diffuser des publicités rappelant qu’elle vote plus de la moitié du temps en accord avec le président[40]. Trump soutient cependant la candidature du représentant républicain Kevin Cramer, qui a d’abord annoncé ne pas être candidat au Sénat. Après un échange avec le président, qui l’estime comme le meilleur candidat pour faire basculer le siège, Cramer revient sur sa décision en février 2018[39]. Lors des primaires du , Heitkamp est reconduite sans opposition tandis que Cramer remporte l’investiture républicaine avec plus de 87 % des voix face à Thomas O’Neill[41]. La sénatrice réunit alors 36 729 suffrages contre 61 529 pour Cramer[42]. Lors de son élection en 2012, la démocrate Heidi Heitkamp n’avait devancé son adversaire républicain que d’un point[39], rassemblant environ 50 % des suffrages. En 2016, Donald Trump avait remporté le Dakota du Nord avec près de 63 % des voix. Au soir du scrutin, Kevin Cramer bat largement son adversaire démocrate, récoltant 55 % des suffrages exprimés.

DelawareModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Delaware
 
  Tom Carper – Parti démocrate
Voix 217 385
60,0 %
Rob Arlett – Parti républicain
Voix 137 127
37,8 %
Sénateur des États-Unis pour le Delaware
Sortant Élu
Tom Carper
Parti démocrate
Tom Carper
Parti démocrate

Tom Carper, sénateur démocrate représentant le Delaware depuis 2001, est à nouveau candidat à sa réélection. Il affronte le républicain Rob Arlette. Lors des primaires officielles organisées le 6 septembre 2018, Tom Carper a remporté 53 633 voix, soit 64,6 % des suffrages exprimés, tandis que Rob Arlette a obtenu 25 284 voix, soit 66,8 % des suffrages exprimés[43]. Tom Carper avait obtenu 66 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Delaware avec 53 % des voix. Tom Carper gagne facilement un nouveau mandat avec plus de 60 % des voix.

FlorideModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Floride
 
  Rick Scott – Parti républicain
Voix 4 098 107
50,1 %
  Bill Nelson – Parti démocrate
Voix 4 085 545
49,9 %
Sénateur des États-Unis pour la Floride
Sortant Élu
Bill Nelson
Parti démocrate
En attente (en) 
Parti républicain

Le sénateur démocrate sortant, Bill Nelson, en place depuis 2001, est candidat à sa réélection. Il avait obtenu 55 % des voix lors sa dernière élection en 2012. La Floride avait été remportée par Donald Trump lors de la dernière élection présidentielle de 2016, avec environ 49 % des voix. Bill Nelson affronte lors de l'élection général le gouverneur de Floride, le républicain Rick Scott[44]. Ce dernier a remporté la primaire républicaine avec 1 452 554 voix, soit 88,6 % des suffrages exprimés[45]. Certains voient dans ce scrutin l'une des courses les plus compétitives des élections sénatoriales de 2018, compte tenu de la popularité des deux candidats officiels[46]. Au lendemain du 6 novembre, alors que la plupart des instituts de sondage donnaient Bill Nelson favori du scrutin, le résultat est très serré entre les deux prétendants. Au regard des résultats préliminaires, Rick Scott paraît avoir l'avantage, récoltant plus de 50 % des suffrages exprimés. Bill Nelson demande donc, comme le permet la loi de l'État de Floride dans de telles circonstances (écart de moins de 0,5 % entre les deux finalistes), un recompte des voix[47]. Rick Scott dénonce cette action en affirmant que le camp démocrate tente de voler l'élection avec des méthodes frauduleuses[48].

HawaïModifier

Élections sénatoriales de 2018 à Hawaii
 
  Mazie Hirono – Parti démocrate
Voix 276 135
71,1 %
Ron Curtis – Parti républicain
Voix 111 977
28,9 %
Sénateur des États-Unis pour Hawaii
Sortante Élue
Mazie Hirono
Parti démocrate
Mazie Hirono
Parti démocrate

Mazie Hirono est candidate à sa réélection. Elle affronte Ron Curtis, qui a remporté la primaire républicaine du 11 août 2018, avec 6 365 voix, soit environ 24 % des suffrages exprimés. Mazie Hirono, candidate incontestée dans son propre parti, a obtenu quant à elle 201 604 voix[49]. Mazie Hirono avait obtenu 63 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté Hawaï avec 62 % des voix. Mazie Hirono remporte facilement un nouveau mandat avec plus de 71 % des voix.

IndianaModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Indiana
 
  Mike Braun – Parti républicain
Voix 1 155 289
50,9 %
  Joe Donnelly – Parti démocrate
Voix 1 021 319
45,0 %
Sénateur des États-Unis pour l'Indiana
Sortant Élu
Joe Donnelly
Parti démocrate
Mike Braun
Parti républicain

Le sénateur démocrate sortant, Joe Donnelly, en place depuis 2013, est candidat à l'obtention d'un second mandat. Il affronte en novembre 2018 le républicain Mike Braun. Ce-dernier, menant une campagne hors-système, refusant l'étiquette de politicien, a remporté de façon surprenante l'investiture officielle de son parti le 8 mai 2018, face à Todd Rokita et Luke Messer, avec 208 602 voix, soit environ 41 % des suffrages exprimés. Joe Donnelly, incontesté au sein de son propre camp, a quant à lui obtenu 284 621 voix[50]. Joe Donnelly avait obtenu 50 % des suffrages exprimés lors de son élection 2012. En 2016, le président Donald Trump avait remporté l'État de l'Indiana avec près de 57 % des voix. C'est aussi l'État d'origine de l'actuel vice-président des États-Unis, Mike Pence. Alors que la moyenne des sondages les plus récents créditait Joe Donnelly de 44,3 % des intentions de vote, contre seulement 43,0 % pour Mike Braun[51], ce-dernier remporte la course au soir de l'élection avec plus de 100 000 voix d'avance. L'entrepreneur fait basculer l'Indiana, État favorable aux conservateurs, dans le camp républicain, consolidant la majorité de droite au Sénat.

MaineModifier

Élections sénatoriales de 2018 du Maine
 
  Angus King – Indépendant
Voix 277 525
55,2 %
  Eric Brakey – Parti républicain
Voix 168 003
33,4 %
  Zak Ringelstein – Parti démocrate
Voix 55 715
11,1 %
Sénateur des États-Unis pour le Maine
Sortant Élu
Angus King
Indépendant
Angus King
Indépendant

La candidature du gouverneur républicain Paul LePage (que la loi empêche de se représenter au poste de gouverneur) est un temps évoquée[52] et soutenue par le président Donald Trump[53]. LePage soutient finalement le sénateur d’État Eric Brakey[52]. En mai 2018, Angus King, sénateur sortant, annonce officiellement être candidat à un deuxième mandat[54]. Ses principaux opposants sont désignés lors des primaires du , sans adversaires face à eux ; il s’agit du républicain Eric Brakey et du démocrate Zak Ringelstein[55]. Populaire, King est considéré comme le favori de l’élection. Bien qu’indépendant, il siège avec les démocrates au Sénat ; le Parti démocrate national ne mène donc pas de campagne active contre lui. Les républicains l’accusent cependant de voter « comme Chuck Schumer et Nancy Pelosi le veulent »[54]. L'indépendant Angus King avait obtenu 53 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Maine avec près de 48 % des voix. Le sénateur sortant Angus King est réélu avec 54,4% des voix devant le représentant du Parti républicain Eric Brakey qui obtient 35,3%[56].

MarylandModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Maryland
 
  Ben Cardin – Parti démocrate
Voix 1 510 917
66,2 %
  Tony Campbell – Parti républicain
Voix 665 459
29,1 %
Sénateur des États-Unis pour le Maryland
Sortant Élu
Ben Cardin
Parti démocrate
En attente (en) 

Le , Ben Cardin, sénateur sortant, arrive largement en tête de la primaire démocrate, battant notamment Chelsea Manning[57]. Il rassemble 80,3 % des voix (soit 477 441 suffrages) contre 5,8 % pour l'ancienne analyste militaire[58]. Du côté républicain, la primaire est remportée par Tony Campbell, enseignant à l'université de Towson, qui réunit 29,2 % des voix (soit 51 426 bulletins[58]) et devance neuf candidats[57]. Ben Cardin avait obtenu 56 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Maryland avec 60 % des voix. Cardin est réélu avec plus de 66 % des suffrages exprimés.

MassachusettsModifier

Élections sénatoriales de 2018 dans le Massachusetts
 
  Elizabeth Warren – Parti démocrate
Voix 1 241 783
62,1 %
  Geoff Diehl – Parti républicain
Voix 691 839
34,6 %
Sénateur des États-Unis pour le Massachusetts
Sortante Élue
Elizabeth Warren
Parti démocrate
Elizabeth Warren
Parti démocrate

Elizabeth Warren, la sénatrice démocrate sortante, est candidate à sa réélection. Elle a remporté l'investiture de son parti lors de la primaire organisée le 4 septembre 2018. Elle affronte le républicain Geoff Diehl, qui obtenu l'investiture de son parti avec 143 735 voix, soit 55,3 % des suffrages exprimés[59]. L'indépendant Shiva Ayyadurai est également candidat. Au cours de la campagne, Elizabeth Warren a tenté de garder une image nationale, multipliant ses attaques à l'encontre du président Donald Trump et déclarant le 2 octobre 2018 qu'après les élections de novembre, elle regarderait sérieusement la possibilité de se présenter contre lui en 2020, lors de l'élection présidentielle[60]. Elle a également accepté de se soumettre à un test ADN pour prouver ses origines amérindiennes ancestrales, comme l'avait suggéré Donald Trump pour la ridiculiser[61]. Elizabeth Warren avait obtenu 54 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Massachusetts avec 60 % des voix. Elizabeth Warren obtient un nouveau mandat avec plus de 62 % des suffrages valablement exprimés.

MichiganModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Michigan
 
  Debbie Stabenow – Parti démocrate
Voix 2 206 009
52,2 %
  John James – Parti républicain
Voix 1 933 808
45,8 %
Sénateur des États-Unis pour le Michigan
Sortante Élu
Debbie Stabenow
Parti démocrate
Debbie Stabenow
Parti démocrate

La sénatrice démocrate sortante, Debbie Stabenow, est candidate à sa propre succession. Elle affronte John James, un vétéran de la guerre d'Irak, qui a remporté la primaire républicaine le 7 août 2018 avec 516 698 voix, soit environ 55 % des suffrages exprimés. John James a ainsi gagné l'investiture de son parti face à l'entrepreneur Sandy Pensler. Incontestée au sein de son propre camp, Debbie Stabenow a quant à elle obtenu 1 039 935 voix[62]. En 2012, Debbie Stabenow avait remporté son siège avec près de 59 % des suffrages exprimés. En 2016, Donald Trump était arrivé en tête dans le Michigan en obtenant environ 47 % des voix. À la suite d'une campagne surprenamment serrée entre les deux prétendants, Debbie Stabenow l'emporte avec une large marge, soit 52,2 % des voix, contre 45,8 % pour John James.

MinnesotaModifier

Élections sénatoriales de 2018 dans le Minnesota
 
  Amy Klobuchar – Parti démocrate
Voix 1 566 205
60,3 %
  Jim Newberger – Parti républicain
Voix 940 473
36,2 %
Sénateur des États-Unis pour le Minnesota
Sortante Élu
Amy Klobuchar
Parti démocrate
Amy Klobuchar
Parti démocrate

Amy Klobuchar, sénatrice démocrate sortante, est candidate à sa réélection. Elle affronte le républicain Jim Newberger. Lors des primaires officielles organisées le 14 août 2018, Amy Klobuchar a obtenu près de 555 000 voix, soit environ 96 % des suffrages exprimés, tandis que Jim Newberger a remporté près de 201 000 voix, soit environ 70 % des suffrages exprimés[63]. Amy Klobuchar avait obtenu 65 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Minnesota avec 46 % des voix. Klobuchar remporte facilement un nouveau mandat, récoltant 60 % des voix.

Minnesota (partielle)Modifier

Élections sénatoriales de 2018 dans le Minnesota
 
  Tina Smith – Parti démocrate
Voix 1 370 552
53,0 %
  Karin Housley – Parti républicain
Voix 1 095 815
42,4 %
Sénateur des États-Unis pour le Minnesota
Sortant Élu
Al Franken
Parti démocrate
Tina Smith
Parti démocrate

Accusé de harcèlement sexuel fin 2017, Al Franken a décidé de ne pas briguer de nouveau mandat et s'est immédiatement retiré du Sénat[64]. C'est Tina Smith, ancienne Lieutenant-gouverneur du Minnesota qui le remplace depuis le 3 janvier 2018. Elle est officiellement candidate à sa propre succession. Elle affronte la républicaine Karin Housley, actuelle représentante du 39e district au Sénat du Minnesota. Lors des primaires officielles organisées le 14 août 2018, Tina Smith a obtenu près de 432 000 voix, soit environ 76 % des suffrages exprimés, tandis que Karin Housley a remporté près de 182 000 voix, soit environ 62 % des suffrages exprimés[63]. Il s'agit d'une élection spéciale (ou partielle) car le mandat en cours a été interrompu avant son écoulement complet (6 ans). Le candidat élu obtient donc un mandat de 2 ans (jusque 2020), pour achever le mandat précédemment interrompu. Al Franken avait obtenu 53 % des suffrages exprimés en 2014. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Minnesota avec 46 % des voix. Tina Smith remporte la compétition avec 53 % des voix, alors que beaucoup de républicains espéraient profiter de cette élection spéciale pour gagner un nouveau siège au Sénat dans cet État traditionnellement démocrate.

MississippiModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Mississippi
 
  Roger Wicker – Parti républicain
Voix 516 334
58,7 %
  David Baria – Parti démocrate
Voix 345 052
39,3 %
Sénateur des États-Unis pour le Mississippi
Sortant Élu
Roger Wicker
Parti républicain
En attente (en) 

Alors qu’un nouvel affrontement entre le sortant et le sénateur d’État républicain Chris McDaniel est attendu, ce-dernier se présente pour le poste de Thad Cochran quand celui-ci annonce sa démission[65]. Roger Wicker, sénateur sortant, est adoubé par Donald Trump et obtient facilement la nomination républicaine[66] avec 83 % des voix face à Richard Boyanton[67]. La primaire démocrate voit Howard Sherman, investisseur et mari de l’actrice Sela Ward, récolter 32 % des suffrages et devancer les représentants David Baria (31 %) et Omeria Scott (24 %). Soutenu par l’establishment du parti et critiquant Sherman pour ses années en Californie, Baria remporte cependant le deuxième tour avec 59 % des suffrages[68]. Roger Wicker a obtenu 57 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Donald Trump a remporté le Mississippi avec 58 % des voix. Wicker gagne le scrutin sans difficulté majeure, rassemblant près de 59 % des voix.

Mississippi (partielle)Modifier

Élections sénatoriales de 2018 dans le Mississippi
 
  Cindy Hyde-Smith – Parti républicain
Voix 369 264
41,5 %
  Mike Espy – Parti démocrate
Voix 360 737
40,6 %
Sénateur des États-Unis pour le Mississppi
Sortant Élu
Thad Cochran
Parti républicain
En attente (en) 

Outre l'élection sénatoriale régulière se tenant dans le Mississippi opposant Roger Wicker à David Baria, un autre scrutin a lieu pour déterminer qui reprendra le siège sénatorial laissé vacant par Thad Cochran. Cindy Hyde-Smith, actuelle sénatrice remplaçant Thad Cochran depuis le 9 avril 2018, est candidate à la poursuite du mandat qu'elle a entamé. Elle affronte notamment le républicain dissident Chris McDaniel et le démocrate Mike Espy[69]. Il s'agit d'une "élection spéciale" (ou partielle) car le mandat en cours a été interrompu avant son écoulement complet (6 ans). Le candidat élu obtient donc un mandat de 2 ans (jusque 2020), pour achever le mandat précédemment interrompu. Thad Cochran avait obtenu 60 % des suffrages exprimés en 2014. En 2016, Donald Trump avait remporté le Mississipi avec 58 % des voix. Cindy Hyde-Smith et Mike Espy arrivent en tête du scrutin, avec 41,5 % des voix pour la candidate républicaine et 40,6 % des voix pour le candidat démocrate. Puisque aucun d'entre-eux n'a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés, un second tour est organisé le 27 novembre 2018 pour les départager.

MissouriModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Missouri
 
  Josh Hawley – Parti républicain
Voix 1 248 567
51,5 %
  Claire McCaskill – Parti démocrate
Voix 1 103 331
45,5 %
Sénateur des États-Unis pour le Missouri
Sortante Élu
Claire McCaskill
Parti démocrate
Josh Hawley
Parti républicain

La sénatrice démocrate sortante, Claire McCaskill, a annoncé être à nouveau candidate à sa réélection. Elle affronte le républicain Josh Hawley, procureur général du Missouri. Lors des primaires officielles, Claire McCaskill a remporté 500 162 voix, soit 82,6 % des suffrages exprimés, tandis que Josh Hawley a obtenu 389 006 voix, soit 58,6 % des suffrages exprimés[70]. En 2012, Claire McCaskill avait obtenu près de 55 % des suffrages exprimés. En 2016, le président Donald Trump avait remporté l'État du Missouri avec près de 57 % des voix. Alors que les observateurs et les sondeurs pensaient que le résultat du scrutin serré particulièrement serré, Josh Hawley remporte l'élection avec une majorité absolue des suffrages exprimés, récoltant 51,5 % des voix contre 45,5 % pour Claire McCaskill.

MontanaModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Montana
 
  Jon Tester – Parti démocrate
Voix 247 118
50,2 %
  Matt Rosendale – Parti républicain
Voix 231 268
47,0 %
Sénateur des États-Unis pour le Montana
Sortant Élu
Jon Tester
Parti démocrate
Jon Tester
Parti démocrate

Jon Tester, sénateur démocrate sortant, a obtenu le 5 juin 2018 l'investiture de son parti pour représenter son camp lors de l'élection générale. Il affronte Matt Rosendale, qui a remporté la primaire républicaine avec 51 859 voix, soit environ 34 % des suffrages exprimés. Jon Tester, incontesté dans son propre parti, a quant à lui obtenu 114 948 voix[71]. En 2012, Jon Tester avait obtenu plus de 48 % des suffrages exprimés. En 2016, le président Donald Trump avait remporté l'État du Montana avec près de 56 % des voix. Tester remporte le scrutin avec un peu plus de 50 % des voix, contre 47 % pour son adversaire.

NebraskaModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Nebraska
 
  Deb Fischer – Parti républicain
Voix 383 049
57,8 %
Jane Raybould – Parti démocrate
Voix 255 987
38,6 %
Sénateur des États-Unis pour le Nebraska
Sortante Élu
Deb Fischer
Parti républicain
En attente (en) 

Deb Fischer est la sénatrice sortante représentant l'État du Nebraska depuis 2013. Candidate à sa réélection, elle remporte l'investiture de son parti le 15 mai 2018, avec 128 157 voix, soit environ 78,8 % des suffrages exprimés, tandis que son opposante principale, la démocrate Jane Raybould, a obtenu 59 067 voix, c'est-à-dire 63,7 % des suffrages exprimés[72]. Deb Fischer avait obtenu 58 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Donald Trump avait remporté le Nebraska avec 59 % des voix. Deb Fischer remporte un nouveau mandat avec environ 58 % des voix.

NevadaModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Nevada
 
  Jacky Rosen – Parti démocrate
Voix 489 817
50,4 %
  Dean Heller – Parti républicain
Voix 440 868
45,4 %
Sénateur des États-Unis pour le Nevada
Sortant Élu
Dean Heller
Parti républicain
Jacky Rosen
Parti démocrate

Dean Heller, le sénateur républicain sortant du Nevada, est candidat à sa réélection. Il a remporté facilement l'investiture de son parti le 12 juin 2018, avec 99 509 voix, soit environ 70 % des suffrages exprimés. Il affronte la démocrate Jacky Rosen, qui a obtenu le soutien officiel de son camp avec 110 567 voix, soit environ 77 % des suffrages exprimés[73]. En 2012, Dean Heller avait obtenu près de 46 % des voix. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Nevada face à Donald Trump avec près de 48 % des suffrages exprimés lors de la dernière élection présidentielle. Tandis que les observateurs et les sondeurs annonçaient un scrutin serré, Jacky Rosen remporte facilement l'élection, avec plus de 50,4 % des voix, contre 45,4 % pour Dean Heller.

New JerseyModifier

Élections sénatoriales de 2018 au New Jersey
 
  Bob Menendez – Parti démocrate
Voix 1 612 231
53,7 %
  Bob Hugin – Parti républicain
Voix 1 293 942
43,1 %
Sénateur des États-Unis pour le New Jersey
Sortant Élu
Bob Menendez
Parti démocrate
Bob Menendez
Parti démocrate

Bob Menendez est candidat à sa propre succession, mais il est confronté à un scandale de corruption. Si l’affaire est été classée sans suite par la justice, le jury ne réunissant pas à rendre un verdict, le démocrate reçoit un blâme de la commission d’éthique du Sénat au mois d’avril[74],[75]. Lors de la primaire démocrate du 5 juin, il ne rassemble qu’environ 62 % des suffrages (262 477 voix[76]) face à Lisa McCormick, une candidate inconnue qui ne dépense presque aucun argent durant la campagne[74],[75]. Chez les républicains, l’ancien président de Celgene Bob Hugin remporte largement la primaire avec 75 % des voix (soit 168 052[76]) face à Brian Goldberg, dirigeant d’une société de construction[74]. Après le résultat des primaires et les nombreuses attaques télévisées diffusées par Hugin, qui dépense plusieurs millions de sa fortune personnelle, Menendez semble fragilisé malgré le fort penchant démocrate du New Jersey[75]. Bob Menendez avait obtenu 59 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le New Jersey avec 55 % des voix. Finalement, Menendez remporte un nouveau mandat avec large marge de victoire, récoltant près de 54 % des suffrages exprimés.

New YorkModifier

Élections sénatoriales de 2018 à New York
 
  Kirsten Gillibrand – Parti démocrate
Voix 3 795 943
66,5 %
  Chele Chiavacci Farley – Parti républicain
Voix 1 910 131
33,5 %
Sénateur des États-Unis pour New York
Sortante Élu
Kirsten Gillibrand
Parti démocrate
En attente (en) 

Kirsten Gillibrand, sénatrice démocrate de l'État de New York depuis 2009, est à nouveau candidate à sa propre succession. Son opposante principale est la candidate républicaine Chele Farley[77]. Kirsten Gillibrand avait obtenu 72 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté l'État de New York avec 59 % des voix. Gillibrand remporte facilement un nouveau mandat, rassemblant 66,5 % des voix.

Nouveau-MexiqueModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Nouveau-Mexique
 
  Martin Heinrich – Parti démocrate
Voix 372 218
54,0 %
Mick Rich – Parti républicain
Voix 210 940
30,6 %
  Gary Johnson – Parti libertarien
Voix 106 198
15,4 %
Sénateur des États-Unis pour le Nouveau-Mexique
Sortant Élu
Martin Heinrich
Parti démocrate
Martin Heinrich
Parti démocrate

Le sénateur démocrate sortant, Martin Heinrich, est candidat à sa propre succession. Il affronte le républicain Mick Rich. Lors des primaires officielles organisées le 5 juin 2018, Martin Heinrich a obtenu 152 145 voix et Mick Rich a remporté 67 502 voix. Les deux candidats étaient incontestés[78]. Par ailleurs, l'ancien gouverneur du Nouveau-Mexique et candidat aux élections présidentielles de 2012 et de 2016, Gary Johnson, est le candidat officiel du Parti libertarien[79]. Martin Heinrich avait obtenu 51 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Nouveau-Mexique avec 48 % des voix. Heinrich remporte le scrutin, récoltant au soir de l'élection la majorité absolue des suffrages exprimés.

OhioModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Ohio
 
  Sherrod Brown – Parti démocrate
Voix 2 303 238
53,2 %
  Jim Renacci – Parti républicain
Voix 2 033 931
46,8 %
Sénateur des États-Unis pour l'Ohio
Sortant Élu
Sherrod Brown
Parti démocrate
Sherrod Brown
Parti démocrate

Sherrod Brown, sénateur sortant de l'Ohio, est à nouveau candidat à sa propre succession. Il affronte l'actuel représentant républicain au Congrès Jim Renacci. Ce dernier a obtenu l'investiture officielle de son parti le 8 mai 2018 avec 363 622 voix, soit 47 % des suffrages exprimés, tandis que Sherrod Brown, seul candidat de son parti, a récolté 613 373 voix[80]. En 2012, Sherrod Brown avait réuni sur son nom près de 51 % des voix. En 2016, le président Donald Trump avait remporté l'Ohio avec environ 52 % des voix. Sherrod Brown obtient un nouveau mandat, obtenant au soir de l'élection 53 % des voix, contre 47 % environ pour Jim Renacci.

PennsylvanieModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Pennsylvanie
 
  Bob Casey, Jr. – Parti démocrate
Voix 2 747 345
55,6 %
  Lou Barletta – Parti républicain
Voix 2 116 110
42,8 %
Sénateur des États-Unis pour la Pennsylvanie
Sortant Élu
Bob Casey, Jr.
Parti démocrate
En attente (en) 

Le sénateur démocrate sortant, Bob Casey, est candidat à sa propre succession. Il affronte le candidat républicain Lou Barletta, actuel représentant du 11e district de Pennsylvanie. Celui-ci a remporté l'investiture de son parti le 15 mai 2018 lors d'une primaire, en remportant 433 312 voix, soit environ 63 % des suffrages exprimés. Bob Casey, seul candidat de son parti, a remporté quant à lui 752 008 voix[81]. En 2012, Bob Casey a remporté son siège avec près de 54 % des voix. En 2016, Donald Trump a remporté la Pennsylvanie avec plus de 48 % des suffrages exprimés. Casey remporte facilement un nouveau mandat, récoltant près de 56 % des voix valablement exprimées.

Rhode IslandModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Rhode Island
 
  Sheldon Whitehouse – Parti démocrate
Voix 229 765
61,5 %
Robert Flanders – Parti républicain
Voix 143 708
38,5 %
Sénateur des États-Unis pour le Rhode Island
Sortant Élu
Sheldon Whitehouse
Parti démocrate
Sheldon Whitehouse
Parti démocrate

Sheldon Whitehouse, sénateur démocrate sortant, est candidat à sa réélection. Il a remporté sans opposition l'investiture de son parti le 12 septembre 2018. Il affronte lors de l'élection générale le républicain Robert G. Flanders. Sheldon Whitehouse avait obtenu 64 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Rhode Island avec 54 % des voix. Whitehouse remporte un nouveau mandat en récoltant plus de 61 % des voix.

TennesseeModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Tennessee
 
  Marsha Blackburn – Parti républicain
Voix 1 226 661
54,7 %
  Phil Bredesen – Parti démocrate
Voix 983 822
43,9 %
Sénateur des États-Unis pour le Tennessee
Sortant Élu
Bob Corker
Parti républicain
Marsha Blackburn
Parti républicain

Le sénateur sortant, le républicain Bob Corker, a renoncé le 26 septembre 2017 à remplir un nouveau mandat[82]. Lors des primaires organisées le 2 août 2018, c'est le démocrate Phil Bredesen, ancien gouverneur du Tennessee, et la républicaine Marsha Blackburn, actuelle représentante au Congrès, qui ont remporté l'investiture de leurs partis respectifs. Phil Bredesen a obtenu environ 348 301 voix et Marsha Blackburn a remporté 610 883 voix[83] En 2012, Bob Corker avait gagné son siège au Sénat avec près de 65 % des voix. Le Tennessee avait été remporté par Donald Trump lors de la dernière élection présidentielle de 2016, avec près de 61 % des suffrages exprimés. Alors que beaucoup de démocrates espéraient créer la surprise dans cet État Marsha Blackburn remporte facilement la course en récoltant près de 55 % des voix.

TexasModifier

Élections sénatoriales de 2018 au Texas
 
  Ted Cruz – Parti républicain
Voix 4 245 773
50,9 %
  Beto O'Rourke – Parti démocrate
Voix 4 027 714
48,3 %
Sénateur des États-Unis pour le Texas
Sortant Élu
Ted Cruz
Parti républicain
Ted Cruz
Parti républicain

Ted Cruz, le sénateur républicain sortant, est candidat à sa propre succession. Il a largement remporté l'investiture de son parti le 6 mars 2018 avec 1 315 146 voix, soit 85,4 % des suffrages exprimés. Il est opposé pour l'élection générale de novembre au représentant au Congrès démocrate Beto O'Rourke. Ce dernier a obtenu 640 769 voix, soit 61,8 % des suffrages lors de la primaire démocrate[84]. En 2012, Ted Cruz avait gagné son siège au Sénat avec près de 57 % des voix. En 2016, le président Donald Trump avait remporté le Texas avec environ 52 % des voix. Beto O'Rourke, que certains comparent à un nouveau Kennedy aux allures de vedette de Rock[85], parvient à créer la surprise au cours de la campagne, se rapprochant considérablement de Ted Cruz dans les intentions de vote. Misant sur la mobilisation des jeunes électeurs et des citoyens d'origine hispanique, il menace de faire basculer l'État traditionnellement conservateur qu'est le Texas, au point que certains conseillers et élus républicains s'inquiètent d'une possible défaite de Ted Cruz[86]. Alors que les sondages lui donnent un léger avantage[87], Ted Cruz sort finalement victorieux de la compétition en récoltant 200 000 voix de plus que son adversaire, en deçà du score qu'il avait obtenu en 2012 lors de sa première élection sénatoriale.

UtahModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Utah
 
  Mitt Romney – Parti républicain
Voix 550 151
62,7 %
Jenny Wilson – Parti démocrate
Voix 273 398
31,1 %
Sénateur des États-Unis pour l'Utah
Sortant Élu
Orrin Hatch
Parti républicain
En attente (en) 

Le sénateur sortant, Orrin Hatch, a annoncé le 2 janvier 2018 qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat, en raison de son âge avancé[88]. C'est donc l'ancien gouverneur du Massachusetts et candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2012 Mitt Romney qui est devenu le candidat officiel du parti républicain. Il a battu le 26 juin son rival Mike Kennedy lors d'une primaire, avec plus de 71 % des voix. Il affronte la démocrate Jenny Wilson lors de l'élection générale. En 2012, Orrin Hatch avait remporté son siège au Sénat avec plus de 65 % des voix. En 2016, le président Donald Trump avait remporté l'Utah avec environ 45 % des suffrages exprimés. Mitt Romney remporte facilement la compétition, dans un État traditionnellement conservateur, obtenant quasiment le double des voix rassemblées par Jenny Wilson[89].

VermontModifier

Élections sénatoriales de 2018 dans le Vermont
 
  Bernie Sanders – Indépendant
Voix 163 567
67,7 %
  Lawrence Zupan – Parti républicain
Voix 65 703
27,2 %
Sénateur des États-Unis pour le Vermont
Sortant Élu
Bernie Sanders
Indépendant
Bernie Sanders
Indépendant

Bernie Sanders, sénateur sortant, est candidat à sa propre succession. Bien qu'officiellement indépendant, il a remporté la primaire démocrate le 14 août 2018 avec 63 322 voix, soit 94,4 % des suffrages exprimés[90]. Il affronte le républicain Lawrence Zupan, désigné candidat officiel de son parti à la suite du retrait de H. Brooke Paige. Bernie Sanders avait obtenu 71 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté le Vermont avec 57 % des voix. Au soir de l'élection générale, Bernie Sanders sort gagnant du scrutin, récoltant plus de 67 % des suffrages exprimés.

VirginieModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Virginie
 
  Tim Kaine – Parti démocrate
Voix 1 907 943
57,1 %
  Corey Stewart – Parti républicain
Voix 1 373 815
41,1 %
Sénateur des États-Unis pour la Virginie
Sortant Élu
Tim Kaine
Parti démocrate
Tim Kaine
Parti démocrate

Tim Kaine est Sénateur américain pour la Virginie depuis 2013. Il a également été Gouverneur de cet État entre 2006 et 2010. En 2016, il a été choisi par Hillary Clinton comme candidat au poste de Vice-président lors de la campagne présidentielle. Lors des primaires officielles organisées le 12 juin 2018, aucun candidat démocrate ne s'est opposé à Tim Kaine. Chez les républicains, Corey Stewart, un ancien dirigeant de la campagne de Donald Trump en Virginie en 2016, a remporté l'investiture de son parti avec 136 610 voix, soit environ 44,9 % des suffrages exprimés[91].Tim Kaine avait obtenu 53 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté la Virginie avec 50 % des voix. Kaine est largement réélu Sénateur au soir de l'élection, récoltant plus de 57 % des voix.

Virginie-OccidentaleModifier

Élections sénatoriales de 2018 en Virginie-Occidentale
 
  Joe Manchin – Parti démocrate
Voix 288 808
49,5 %
  Patrick Morrisey – Parti républicain
Voix 269 872
46,3 %
Sénateur des États-Unis pour la Virginie-Occidentale
Sortant Élu
Joe Manchin
Parti démocrate
Joe Manchin
Parti démocrate

Dans un État où Trump est particulièrement populaire, trois principaux candidats s’affrontent pour obtenir la nomination du Parti républicain : le représentant Evan Jenkins, le procureur général Patrick Morrisey et Don Blankenship, un homme d’affaires condamné à une année de prison pour des violations réglementaires ayant entraîné la mort de 29 mineurs. Jenkins attaque Morrisey pour son arrivée « récente » en Virginie-Occidentale (2006) tandis que Morrisey attaque Jenkins pour son passé au sein du Parti démocrate[92]. Avant la primaire, le président Trump appelle à ne pas voter pour Blankenship qui ruinerait les espoirs républicains de reprendre le siège. Morrisey remporte finalement la primaire avec 48 007 voix (34,9 % des suffrage exprimés), devant Jenkins (29,2 %) et Blankenship (20 %)[93]. Du côté démocrate, le sénateur sortant Joe Manchin est candidat pour obtenir un nouveau mandat. Joe Manchin occupe le poste de Sénateur américain pour la Virginie-Occidentale depuis 2010. Il a également été Gouverneur de l'État entre 2005 et 2010. Réputé plus conservateur que la plupart de ses collègues démocrates, il suscite parfois l'hostilité d'une partie de son camp, lui reprochant de ne pas être suffisamment progressiste. Il décroche cependant facilement la nomination démocrate face à Paula Jean Swearengin[94], qui l’attaque notamment pour son supposé manque de soutien à la classe ouvrière et sur les questions environnementales[95]. En 2012, lors de sa dernière élection, Joe Manchin avait remporté près de 61 % des voix. En 2016, le président Donald Trump avait remporté la Virginie-Occidentale avec plus de 68 % des suffrages exprimés. Tandis que les républicains espéraient créer la surprise dans cet État nettement favorable à Donald Trump, le positionnement modéré de Joe Manchin semble toujours séduire, puisqu'il obtient un nouveau mandat, récoltant plus de 49 % des voix, contre 46 % pour son adversaire Patrick Morissey.

WashingtonModifier

Élections sénatoriales de 2018 à Washington
 
  Maria Cantwell – Parti démocrate
Voix 1 665 142
58,7 %
  Susan Hutchison – Parti républicain
Voix 1 166 112
41,3 %
Sénateur des États-Unis pour l'État de Washington
Sortante Élu
Maria Cantwell
Parti démocrate
En attente (en) 

Lors de la primaire non-partisane (en anglais : top-two primary) du , un total de 29 candidats se présentent ; parmi eux, on trouve douze républicains, cinq démocrates, un libertarien, un vert et des indépendants[96]. La sénatrice sortante, la démocrate Maria Cantwell et Susan Hutchison, ancienne présidente du Parti républicain de l’État, sont considérées comme les favorites de la primaire[97]. La démocrate sortante domine largement le scrutin avec 573 017 suffrages, soit environ 55 % des voix, devant la républicaine Hutchison qui en rassemble 246 296 voix, soit 24 % des suffrages exprimés[98]. Maria Cantwell avait obtenu 61 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Hillary Clinton avait remporté l'État de Washington avec 53 % des voix. Au soir de l'élection générale, Maria Cantwell rassemble près de 59 % des voix valablement exprimées, gagnant un nouveau mandat au Sénat américain.

WisconsinModifier

Élections sénatoriales de 2018 dans le Wisconsin
 
  Tammy Baldwin – Parti démocrate
Voix 1 472 468
55,4 %
  Leah Vukmir – Parti républicain
Voix 1 183 648
44,6 %
Sénateur des États-Unis pour le Wisconsin
Sortante Élue
Tammy Baldwin
Parti démocrate
Tammy Baldwin
Parti démocrate

La sénatrice sortante, la démocrate Tammy Baldwin, est candidate à sa réélection. Elle ne rencontre pas d'opposition durant la primaire démocrate[99]. Elle est cependant considérée comme vulnérable : elle est une élue de la gauche progressiste dans un État qui a accordé ses voix à Trump et elle compte presque autant d'opinions favorables que défavorables[100]. La primaire républicaine oppose principalement la sénatrice locale Leah Vukmir à Kevin Nicholson. Les deux candidats ayant peu de différences idéologiques[99], Vukmir fait campagne sur son expérience de législateur aux côtés du gouverneur Scott Walker tandis que Nicholson se présente comme un outsider ayant fait carrière dans l'armée et les affaires[99],[101]. Nicholson est attaqué pour son ancien passé de démocrate mais estime avoir changé d'idées après ses années dans l'armée et son mariage[102]. Vukmir reçoit le soutien du Parti républicain local tandis que le principal soutien de Nicholson est le milliardaire Richard Uihlein[99],[102]. Vukmir est également soutenue par une milliardaire, Diane Hendricks. Ce duel fait de la primaire républicaine du Wisconsin la plus chère de ces élections avec plus de 12 millions de dollars dépensés[101]. Notamment portée par scores élevés dans les banlieues de Milwaukee[99], Vukmir remporte la primaire du avec 217 023 voix, soit 49 % des suffrages exprimés[103]. En 2012, Baldwin a obtenu plus de 51 % des voix. En 2016, Donald Trump a remporté le Wisconsin avec 47 % des suffrages exprimés. Au soir de l'élection générale, Baldwin gagne un nouveau mandat, récoltant 54 % des suffrages exprimés.

WyomingModifier

Élections sénatoriales de 2018 dans le Wyoming
 
  John Barrasso – Parti républicain
Voix 136 229
67,0 %
  Gary Trauner – Parti démocrate
Voix 61 261
30,1 %
Sénateur des États-Unis pour le Wyoming
Sortant Élu
John Barrasso
Parti républicain
John Barrasso
Parti républicain

Le sénateur sortant, John Barrasso, est candidat à un nouveau mandat. Il est un temps menacé par Steve Bannon et ses alliés qui souhaitent présenter un candidat face à lui, le nom d’Erik Prince est notamment évoqué. Donald Trump choisit cependant d’apporter son soutien à Barrasso[104]. Le sénateur est finalement concurrencé par Dave Dodson, qui dépense plus d’un million de dollars de sa fortune personnelle dans l’élection. Barrasso fait diffuser de nombreuses publicités rappelant les donations passées de Dodson en faveur de candidats démocrates[105]. Le sénateur remporte la primaire républicaine avec environ 65 % des voix, devançant largement Dodson à 29 %[106]. Du côté démocrate, l’homme d’affaires Gary Trauner est désigné candidat sans opposition[107] ; il avait perdu de justesse l’élection à la Chambre des représentants en 2006[105]. Barrasso avait obtenu 76 % des suffrages exprimés en 2012. En 2016, Donald Trump avait remporté le Wyoming avec 67 % des voix. Barrasso est facilement réélu Sénateur, réunissant sur son nom environ 67 % des voix.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Terence Burlij, Eric Bradner et Wade Payson-Denney, « CNN Key Races: Democrats' tough Senate map », sur edition.cnn.com, (consulté le 21 août 2018).
  2. a et b (en) Nathaniel Rakich, « Democrats’ Horrible 2018 Senate Map Couldn’t Have Come At A Better Time », sur fivethirtyeight.com, (consulté le 21 août 2018).
  3. a et b (en) Burgess Everett et James Arkin, « Shrinking map boosts Democrats in battle for the Senate », sur politico.com, (consulté le 21 août 2018).
  4. (en) Alex Seitz-Wald, « Sen. Orrin Hatch to retire, opening door for Romney », sur nbcnews.com, (consulté le 21 août 2018).
  5. (en) « PRESIDENT TRUMP ANNOUNCES 2020 CAMPAIGN MANAGER », sur donaldjtrump.com, (consulté le 28 octobre 2018).
  6. « Derrière les élections de mi-mandat, Trump a déjà 2020 en vue », sur challenges.fr, (consulté le 28 octobre 2018).
  7. (en) « Donald Trump and Joe Biden exchange blows in Nevada as midterms loom », sur theguadarian.com, (consulté le 28 octobre 2018).
  8. (en) « Sen. Bernie Sanders to campaign in nine battleground states to end 'right-wing government' », sur usatoday.com, (consulté le 28 octobre 2018).
  9. « VIDEO. États-Unis : "Nous pouvons choisir l'espoir plutôt que la peur", le message d’espoir de Barack Obama », sur francetvinfo.fr, (consulté le 6 novembre 2018).
  10. a b c et d « Face à la "caravane" de migrants, Trump tente de galvaniser son électorat », sur france24.com, (consulté le 24 octobre 2018).
  11. « Trump remet en cause le droit du sol aux USA », sur ouest-france.fr, (consulté le 31 octobre 2018).
  12. « Mise en garde de Trump », sur francais.rt.com, (consulté le 31 octobre 2018).
  13. Pierre Bouvier, « Après l’attaque antisémite de Pittsburgh, Trump et le camp républicain accusés d’attiser la haine », sur lemonde.fr, (consulté le 28 octobre 2018).
  14. a b et c « Des colis explosifs visent des figures anti-Trump en pleine campagne électorale », nouvelobs.com,‎ (lire en ligne).
  15. « Obama, Clinton, CNN… Série de colis suspects aux Etats-Unis, que sait-on ? », nouvelobs.com,‎ (lire en ligne).
  16. a et b « Robert De Niro et Joe Biden visés à leur tour par des colis suspect », nouvelobs.com,‎ (lire en ligne).
  17. « Colis piégés aux États-Unis : la piste du terrorisme intérieur », francetvinfo.fr,‎ (lire en ligne).
  18. a et b « Colis piégés aux États-Unis : la police fédérale arrête un premier suspect », sur france24.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  19. a et b « Etats-Unis : ce que l'on sait de l'homme arrêté dans l'affaire des colis piégés », sur francetvinfo.fr, (consulté le 26 octobre 2018).
  20. « CARTES. Midterms 2018 : découvrez les résultats Etat par Etat, district par district », Franceinfo,‎ (lire en ligne).
  21. Nommée par le gouverneur Mark Dayton après la démission d'Al Franken.
  22. Nommée par le gouverneur Phil Bryant après la démission de Thad Cochran.
  23. (en) « Flake announces retirement as he denounces Trump », sur Politico, (consulté le 29 juillet 2018).
  24. (en) « Another Plot Against Tough Sheriff, With a Twist », sur The New York Times, (consulté le 30 août 2018).
  25. (en) « Joe Arpaio: Obama's birth certificate is a 'phony document' », sur CNN, (consulté le 30 août 2018).
  26. « Duel électoral Trump-Sanders par procuration pour le poste de gouverneur de Floride », sur Ouest-France, (consulté le 30 août 2018).
  27. (en) « Stephen K. Bannon to Attend Kelli Ward Event with Laura Ingraham in Arizona », sur Breitbart, (consulté le 30 août 2018).
  28. (en) « Immigration hard-liner Steve King endorses Kelli Ward in Arizona's U.S. Senate race », sur eu.azcentral.com, .
  29. « Trump obstinément silencieux sur McCain, célébré par l'Amérique », sur levif.be, .
  30. (en) Hayley Miller, « Veterans Group Calls Out Trump’s ‘Outrageous’ Response To John McCain’s Death », sur huffingtonpost.com, .
  31. (en) « GOP's McSally wants military leaders held accountable », sur USA TODAY, (consulté le 30 août 2018).
  32. (en) « McSally 'pink tutu' ad hammers Sinema », sur Politico, (consulté le 30 août 2018).
  33. (en) « United States Senate election in Arizona, 2018 », sur Ballotpedia.
  34. « Midterms : victoire surprise de la candidate démocrate en Arizona », sur france24.com, (consulté le 13 novembre 2018)
  35. (en) Sarah D. Wire, « Why centrist Dianne Feinstein is moving so much to the left that she now opposes the death penalty », sur latimes.com, (consulté le 21 août 2018).
  36. a b et c (en) Adam Nagourney, « Feinstein Has Advantages in California Race. De León Now Has Party Leaders. », sur nytimes.com, (consulté le 21 août 2018).
  37. a et b (en) Zach Montellaro, « Feinstein to face De Leon in California Senate race », sur politico.com, (consulté le 21 août 2018).
  38. (en) « United States Senate election in Connecticut, 2018 », sur Ballotpedia (consulté le 15 août 2018).
  39. a b et c (en) Elana Schor, « North Dakota nasty: GOP makes Heitkamp top target for defeat », sur politico.com, (consulté le 21 août 2018).
  40. (en) Ali Vilatli et Carrie Dann, « New Heitkamp ad: "That's why I voted over half the time with President Trump" », sur nbcnews.com, (consulté le 21 août 2018).
  41. (en) John Hageman, « Heitkamp, Cramer advance to Senate showdown », sur westfargopioneer.com, (consulté le 21 août 2018).
  42. (en) North Dakota Secretary of State, « Official Results (without recounts) Primary Election - June 12, 2018 », sur results.sos.nd.gov, (consulté le 21 août 2018).
  43. (en) « United States Senate election in Delaware, 2018 », sur Ballotpedia.org.
  44. (en) « United States Senate election in Florida, 2018 », sur CNN (consulté le 29 août 2018).
  45. (en) « United States Senate election in Florida, 2018 », sur Ballotpedia.
  46. (en) « Rick Scott is the toughest challenger Bill Nelson has faced for Florida Senate, but Nelson's still a slight favorite », sur CNN, (consulté le 29 juillet 2018).
  47. (en) « Count on a recount in Florida's Nelson-Scott Senate race », sur usatoday.com, (consulté le 8 novembre 2018).
  48. « Floride: Rick Scott accuse son adversaire démocrate de fraude », sur Le Devoir (consulté le 13 novembre 2018)
  49. (en) « United States Senate election in Hawaii, 2018 », sur Ballotpedia (consulté le 15 août 2018).
  50. (en) « United States Senate election in Indiana, 2018 », sur Ballotpedia (consulté le 29 juillet 2018).
  51. (en) « Indiana Senate - Braun vs. Donnelly », sur realclearpolitics.com (consulté le 9 novembre 2018).
  52. a et b (en) The Associated Press, « LePage Endorses Brakey's U.S. Senate Run », sur mainepublic.org, (consulté le 21 août 2018).
  53. (en) Jessica Estepa, « Report: President Trump wants Maine Gov. Paul LePage to run for Senate », sur usatoday.com, (consulté le 21 août 2018).
  54. a et b (en) Kevin Miller, « Citing unfinished work, Angus King launches re-election bid for U.S. Senate », sur pressherald.com, (consulté le 21 août 2018).
  55. (en) The Associarted Press, « Unopposed challengers Brakey, Ringelstein to take on Angus King in Senate race », sur sunjournal.com, (consulté le 21 août 2018).
  56. (en) « Senate Election Results: Republicans Keep Majority », sur nytimes.com, (consulté le 9 novembre 2018).
  57. a et b (en) Deb Belt, « MD Primary Election 2018 Results: Ben Jealous To Face Gov. Hogan », sur patch.com, (consulté le 17 août 2018).
  58. a et b (en) Maryland State Board of Elections, « Official 2018 Gubernatorial Primary Election results for U.S. Senator », sur elections.maryland.gov, (consulté le 17 août 2018).
  59. (en) « United States Senate election in Massachusetts, 2018 », sur Ballotpedia.org.
  60. « Sen. Warren will take 'hard look' at 2020 run - CNN Video » (consulté le 22 octobre 2018).
  61. « Elizabeth Warren a-t-elle fourni la preuve ADN qu'elle est d'origine amérindienne? », sur libération.fr, (consulté le 22 octobre 2018).
  62. (en) « United States Senate election in Michigan, 2018 », sur Ballotpedia, (consulté le 15 août 2018).
  63. a et b (en) « 2018 Minnesota Election Results », sur Politico.
  64. « États-Unis: deux parlementaires américains démissionnent en plein scandale sexuel », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  65. (en) Geoff Pender, « Mississippi midterm Congressional elections: It's quiet, too quiet », sur clarionledger.com, (consulté le 21 août 2018).
  66. (en) The Associated Press, « Wicker faces winner of Dem runoff in Mississippi Senate race », sur wreg.com, (consulté le 21 août 2018).
  67. (en) The Associated Press, « US Sen. Wicker wins Mississippi's GOP primary », sur wapt.com, (consulté le 21 août 2018).
  68. (en) Anna Wolfe, « David Baria beats Howard Sherman in U.S. Senate Democratic runoff », sur clarionledger.com, (consulté le 21 août 2018).
  69. (en) « United States Senate special election in Mississippi, 2018 », sur Ballotpedia.org.
  70. (en) « United States Senate election in Missouri, 2018 », sur Ballotpedia (consulté le 15 août 2018).
  71. (en) « United States Senate election in Montana, 2018 », sur Ballotpedia (consulté le 29 juillet 2018).
  72. (en) « United States Senate election in Nebraska, 2018 », sur Ballotpedia.org.
  73. (en) « United States Senate election in Nevada, 2018 », sur Ballotpedia (consulté le 29 juillet 2018).
  74. a b et c (en) Jonathan D. Salant, « What the hell happened to Bob Menendez in Tuesday's primary? », sur nj.com, (consulté le 21 août 2018).
  75. a b et c (en) Nick Corasaniti, « In Deeply Blue New Jersey, an Unexpected Battle for Senate », sur nytimes.com, (consulté le 21 août 2018).
  76. a et b (en) State of New Jersey Department of State, « Results: Candidates for US Senate For PRIMARY ELECTION 06/05/2018 Election », sur nj.gov, (consulté le 21 août 2018).
  77. (en) « Republicans nominate Chele Farley to make their case against Gillibrand », sur Politico.com, (consulté le 22 octobre 2018).
  78. (en) « United States Senate election in New Mexico, 2018 », sur Ballotpedia (consulté le 16 août 2018).
  79. (en) « Libertarian Party courts Gary Johnson for Senate run », sur ABC News, (consulté le 16 août 2018).
  80. (en) « United States Senate election in Ohio, 2018 », sur Ballotpedia (consulté le 29 juillet 2018).
  81. (en) « United States Senate election in Pennsylvania, 2018 », sur Ballotpedia (consulté le 10 août 2018).
  82. (en) « Tennessee’s Bob Corker Announces Retirement from Senate », sur The New York Times, (consulté le 29 juillet 2018).
  83. (en) « 2018 Tennessee Election Results », sur Politico, (consulté le 4 août 2018).
  84. (en) « United States Senate election in Texas, 2018 », sur Ballotpedia.
  85. « Midterms 2018 : "Il a du charisme", au Texas, Beto O'Rourke, l'étoile montante des démocrates affronte le conservateur Ted Cruz », sur francetvinfo.fr, (consulté le 12 novembre 2018).
  86. (en) « Top Trump Adviser Says Ted Cruz Could Lose Texas Senate Race », sur nytimes.com, (consulté le 12 novembre 2018).
  87. (en) « Texas Senate - Cruz vs. O'Rourke », sur realclearpolitics.com (consulté le 12 novembre 2018).
  88. (en) « Sen. Orrin Hatch to retire, opening door for Romney », sur NBC News, (consulté le 29 juillet 2018).
  89. (en) « Utah Election Results », sur nytimes.com (consulté le 12 novembre 2018).
  90. (en) « United States Senate election in Vermont, 2018 », sur Ballotpedia.
  91. (en) « United States Senate election in Virginia, 2018 », sur Ballotpedia.
  92. (en) Clare Malone, « West Virginia’s Joe Manchin Is Vulnerable. But Will The GOP Blow Its Chance? », sur fivethirtyeight.com, (consulté le 21 août 2018).
  93. (en) « United States Senate election in West Virginia, 2018 », sur Ballotpedia.
  94. (en) The Associated Press, « UPDATE: Manchin wins U.S. Senate primary for Democrats », sur wdtv.com, (consulté le 21 août 2018).
  95. (en) Dave Mistich, « Outmatched in Experience and Funds, Swearengin Remains Undeterred in Primary Against Manchin », sur wvpublic.org, (consulté le 21 août 2018).
  96. (en) Jim Camden, « 28 hopefuls chase Cantwell in U.S. Senate primary », sur spokesman.com (en), (consulté le 21 août 2018).
  97. (en) Jim Brunner et Joseph O’Sullivan, « What to look for in Tuesday’s top-two primary election in Washington state », sur seattletimes.com, (consulté le 21 août 2018).
  98. (en) « United States Senate election in Washington, 2018 », sur Ballotpedia.
  99. a b c d et e (en) Mark Sommerhauser, « Leah Vukmir wins GOP US Senate primary, will face Tammy Baldwin in November », sur madison.com, (consulté le 17 août 2018).
  100. (en) Dylan Scott, « Sen. Tammy Baldwin’s fight to win back Wisconsin for Democrats, explained », sur vox.com, (consulté le 17 août 2018).
  101. a et b (en) Steven Shepard et James Arkin, « GOP megadonors clash in 2018's costliest Senate primary », sur politico.com, (consulté le 17 août 2018).
  102. a et b (en) Bill Glauber, « Leah Vukmir defeats Kevin Nicholson for GOP nomination for U.S. Senate and will meet Tammy Baldwin in November », sur jsonline.com, (consulté le 17 août 2018).
  103. (en) « United States Senate election in Wisconsin, 2018 », sur Ballotpedia.
  104. (en) Jeremy W. Peters, « Wyoming Republicans Snub Trump-Endorsed Candidate for Governor », sur nytimes.com, (consulté le 22 août 2018).
  105. a et b (en) David Weigel, « Wyo. State Treasurer Mark Gordon projected to win gubernatorial nomination, beating Trump-endorsed Foster Friess, other Republicans », sur washingtonpost.com, (consulté le 22 août 2018).
  106. (en) Heather Richards, « Barrasso beats back challenge from Dodson in Wyoming's U.S. Senate race », sur trib.com, (consulté le 22 août 2018).
  107. (en) John Verhovek, « Gordon, Throne will face off in Wyoming gubernatorial race; Dunleavy projected as GOP gov candidate in Alaska », sur abcnews.go.com, (consulté le 22 août 2018).

Articles connexesModifier