Ouvrir le menu principal

Villey-le-Sec

commune française du département de Meurthe-et-Moselle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villey.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Villers-le-Sec.

Villey-le-Sec
Villey-le-Sec
Vue du village enserré dans le fort.
Blason de Villey-le-Sec
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Toul
Canton Toul
Intercommunalité Communauté de communes Terres Touloises
Maire
Mandat
Dominique Perrin
2014-2020
Code postal 54840
Code commune 54583
Démographie
Gentilé Trabecs
Population
municipale
411 hab. (2016 en diminution de 1,91 % par rapport à 2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 35″ nord, 5° 58′ 39″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 340 m
Superficie 6,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Villey-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Villey-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villey-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villey-le-Sec

Villey-le-Sec est une commune française de Lorraine, située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Sommaire

GéographieModifier

Le village est situé non loin de Nancy, dans le Toulois sur les boucles de la Moselle.

La route principale du village rejoint Dommartin-lès-Toul à Maron.

D’après les données Corine land Cover, le ban communal de 636 hectares comprend en 2011, plus de 54% de terres arables et de prairies, 22% de forêt et près de 11% de surfaces en eau, 10 % de surfaces agricoles diverses et près de 5 % de zones industrielles et urbanisées[1]. Le bourg à l'aspect typique d'un village-tas de lorraine.

Le territoire est arrosé par la Moselle et son canal à grand gabarit sur environ 4 km.[2] (Fig 1)

 
Fig1 Villey le sec (Ban communal)

ToponymieModifier

Le toponyme apparaît pour la première fois en 836 sous la forme Vitiliagus, puis Vitilacus en 869, et Videliacum au XIIe siècle : il est composé de l'anthroponyme latin Vitellius et du suffixe -acum. Ce type de toponyme est caractéristique de l'Antiquité tardive[3].

Le qualificatif le Sec, qui rappelle la situation sur un plateau, à l'écart des cours d'eau, apparaît en 1369.

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Villey-la-Montagne[4].

HistoireModifier

On a découvert des sépultures du Néolithique sur le territoire de la commune[5].

[6]«Lors de la construction de la redoute de Chaudeney, en 1875, on découvrit, sous 0 m. 80 de terre, quatre bracelets de bronze et une épingle, au milieu de débris de bois et de charbons» (F. Barthélemy.)

La datation de cette sépulture correspondrait au Halstatt final, d’après l'article de la Carte archéologique de Gaule, département 54[7]. La redoute de Chaudeney se trouve dans les faits, sur le ban de la commune de Villey le Sec[8]. En 1900, dans le bois communal, ont été découverts deux tumulus fouillés en 1904. Ces découvertes relatées par J. Beaupré sont aujourd’hui mises en relation avec des habitats de plateau antérieurs à la conquête romaine de la gaule, comme correspondant à des restes de nécropoles liées à ces occupations[9].

Le village est créé au VIIe siècle, par des moines venus de Toul. Il est une dépendance du chapitre de la cathédrale Saint-Étienne de Toul jusqu'au XVIIIe siècle[10].

En janvier 1758, le Jacobite Pierre André O'Heguerty, ancien premier conseiller au commandement suprême de l'Île Bourbon, son directeur général du commerce, membre de l'Académie Stanislas depuis sa fondation en 1750 et dont il en deviendra sous directeur puis directeur, achète la seigneurie de Villey-le-Sec. Cet homme sera tour à tour avocat, corsaire, armateur, spécialiste dans la finance, écrivain, et espion au service des rois Stuart en exil[11],[12]. Il recevra le jeune prétendant au trois trônes d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, Charles Edwdard Stuart dans son château de Villey-le-Sec. Son fils, Charles Daniel O'Heguerty, ruiné, vendra la seigneurie un peu avant la Révolution à François Louis Vallet de Bain, qui est Grand Maître des Eaux et forêts de France.

Le fort de Villey-le-Sec est un ensemble de fortins et de casemates construit dans les années 1874-1879, représentant une surface de 40 000 m2. Il avait la particularité de fortifier le village dans son ensemble.

Une partie du village a été détruite à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'église a été reconstruite en 1955.

La batterie sud a été utilisée par l'école nationale supérieure de géologie appliquée et de prospection minière de Nancy pour stocker une collection de minéraux radioactifs[13].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001   Claude Prévot    
juillet 2005 mars 2014 Michel Colin    
mars 2014 octobre 2018 Dominique Perrin    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2016, la commune comptait 411 habitants[Note 1], en diminution de 1,91 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266337344364396420425456428
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
401418378741566666640759804
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
918680279263264239193161216
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
162214233239340399416414411
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

E. Grosse évoque, dans son ouvrage, l'économie rurale et viticole du village au XIXe siècle en ces mots :

618 hect. dont 350 en labours, 40 en bois, 41 en Près et 82 en vignes, dont les produits sont assez estimés[17].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Batterie sud.

Équipements culturelsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

DU BOYS DE RIOCOUR (Nicolas-Joseph, baron\ fils d'Antoine, conseiller à la Cour souveraine)[18] et de la famille de Nicolas Dubois de Riocour

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D’azur à la bande de gueules chargée d’un V majuscule entre une crosse en chef et une croix de Lorraine en pointe, accompagnée en chef d’une tour d’argent, et en pointe d’une église de même.
Commentaires : La crosse symbolise l'évêché de Toul et la croix le duché de Lorraine[19].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Chollet J. (2015) - Les O'Heguerty, francs-maçons, agents secrets à la cour du roi Stanislas, Ed.Gérard Louis, Haroué, 224 p.
  • Chollet J. et Andriot C. (2016) - Les Mystères de la franc-maçonnerie à Lunéville, Ed. Gérard Louis, Haroué, 368 p.
  • Jolin R. et Uriot J.-P. (1981) - « Villey-le-Sec, un village du Toulois à travers les âges », Études touloises, no 22 p. 1-17, p. 18-36, p. 37-49 et p. 50-64 et no 24 p. 65-80, p. 81-93 et p. 94-99, Cercle d'études locales du Toulois, Toul

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 26 mars 2019)
  2. « La moselle [A---0060] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 26 mars 2019)
  3. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle : Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis, , 313 p. (ISBN 2-914554-43-5).
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Si Chaligny m’était conté... L’histoire avant l’histoire
  6. Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes , par le Cte J. Beaupré,..., (lire en ligne), p. 44
  7. « Carte archéologique de la Gaule, 54. Meurthe et Moselle », sur www.lcdpu.fr (consulté le 23 janvier 2019)
  8. J. Beaupré, « Les tumulus hallstattiens à sépultures marniennes superposées de Chaudeney (Meurthe-et-Moselle) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 1, no 9,‎ , p. 311–318 (DOI 10.3406/bspf.1904.11298, lire en ligne, consulté le 23 janvier 2019)
  9. Sylvie DEFFRESSIGNE et Marie-Pierre KOENIG (Inrap) UMR 7044, Promenade archéologique dans la boucle de la Moselle à l’âge du Fer (lire en ligne)
  10. Lepage, Henri, 1814-1887., Le Département de la Meurthe : statistique historique et administrative, Berger-Levrault, (ISBN 2701301866 et 9782701301860, OCLC 5891314, lire en ligne), p. 613 :

    « Villey-le-Sec, qui faisait anciennement partie du domaine de l'évêque de Toul, fut donné au chapitre de la cathédrale de cette ville, par l'évêque Ludelme, en 898. »

  11. CHOLLET Jack, Les O'Heguerty, francs-maçons, agents secrets à la cour de Stanislas., Haroué 54740, Gérard Louis, (ISBN 978-2-35763-085-7)
  12. CHOLLET Jack et ANDRIOT Cédric, Les Mystères de la Franc-maçonnerie à Lunéville, Haroué 54740, Gérard Louis, , 363 p. p. (ISBN 978-2-35763-098-7)
  13. InfoDuJour
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. Grosse, E., Dictionnaire statistique du departement de la meurthe : contenant une introduction historique ..., Nabu Press, (ISBN 1278248951 et 9781278248950, OCLC 936241814, lire en ligne), p. 576
  18. Antoine de (1866-1958) Auteur du texte Mahuet, Biographie de la Chambre des comptes de Lorraine : ouvrage orné de 10 portraits, 8 planches et 195 blasons / par le Cte A. de Mahuet,..., (lire en ligne), p. 47
  19. http://www.genealogie-lorraine.fr/info/blasons_54.php?blason=VILLEY_LE_SEC