Ouvrir le menu principal

Van Doude

acteur néerlandais
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doude et Herwijnen (homonymie).
Van Doude
Description de cette image, également commentée ci-après
Mientje Luttenberg et Doude van Herwijnen (1960).
Nom de naissance Doude van Herwijnen
Naissance
Haarlem, Pays-Bas
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Néerlandais
Décès (à 92 ans)
France
Profession Acteur
Films notables Ariane
Le Signe du Lion
À bout de souffle
Je t'aime, je t'aime

Van Doude, nom de scène de Doude van Herwijnen, est un acteur néerlandais, né le à Haarlem (Pays-Bas) et mort le en France[1],[2].

BiographieModifier

Doude van Herwijnen naît à Haarlem, aux Pays-Bas, le 28 mai 1926. Il est le 4e enfant du peintre Jan-Adrianus van Herwijnen (1889-1965) et de Madeleine Bohtlingk (1886-1944), auteur dramatique.

À sa jeunesse passée à Arnhem, dans un univers artistique, succèdent, avec l'occupation allemande, des années difficiles où sévissent les exactions et la famine, jusqu'à ce que, sous les bombes lors de la bataille alliée aéroportée sur Arnhem (opération Market Garden), le jeune homme se jette dans le Rhin pour rejoindre les lignes et l'armée du général Montgomery.

Parvenu à Paris, il entre au Conservatoire dans la classe de Louis Jouvet et apprend la langue française avec Molière et Racine. C'est Musidora, la vedette du muet de Louis Feuillade, qui lui trouve son nom de scène en gardant la particule Van suivie de son prénom frison Doude : Van Doude est né[Note 1].

En 1947, il joue au théâtre Edouard VII dans la pièce de Noël Coward, Joyeux Chagrins, et la critique est unanime : René Barjavel, alors critique théâtral, s'en souviendra en 1979[3], et Robert Kemp l'écrira dans Le Monde: « Van Doude, le meilleur acteur comique de sa génération ».

Suit un répertoire de comédies, comme KMX Labrador de Jacques Deval[Note 2] ou des pièces d'Alfred Savoir, tandis qu'au cinéma, de 1949 à 1956, il tourne des films légers sous la direction de Julien Duvivier, Henri Decoin, Gene Kelly et Billy Wilder avec Ariane (Love in the Afternoon), aux côtés d'Audrey Hepburn et Gary Cooper.

C'est Éric Rohmer avec Le Signe du Lion où "il incarne la raison, l"amitié fidèle et même la morale" (Noël Simsolo ) et Jean-Luc Godard, avec À bout de souffle où Van Doude interprète son propre rôle, qui le propulsent dans ce qui va être la Nouvelle Vague : « Les acteurs font partie de la foule. [...] Personne ne prête la moindre attention à Jean Seberg et à Van Doude et pourtant, c'est ainsi que Jean-Luc Godard et quelques autres ont accompli une révolution esthétique »[4]

En 1971 il a joué au Théâtre des Ambassadeurs la pièce d' Arthur Miller Incident à Vichy, créée en France dans la mise en scène de Michel de Ré avec Sacha Pitoëff, Ce fut un évènement théatral considérable que les critiques consacrèrent dans l'unanimité (note 5)

De sa filmographie au cinéma ou à la télévision, on retiendra sa collaboration avec François Truffaut, Roger Vadim, Yves Boisset, Claude Sautet, Édouard Molinaro, Costa-Gavras, Christian-Jaque et Alain Resnais.

Et de sa carrière internationale, Terence Young, Fred Zinnemann, Jules Dassin, Sydney Pollack, Paddy Chayefvsky, le distribuent tandis qu'il poursuit en Hollande sa collaboration avec Fons Rademakers ou Guido Peters[Note 3].

Expert en modélisme ferroviaire, il a conçu, construit et aménagé un réseau qui peut se comparer à un chef-d'œuvre — au sens des Compagnons du Devoir.

ThéâtreModifier

Les informations mentionnées dans cette section proviennent en partie de la base de données des Archives du spectacle[5].

Filmographie sélectiveModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Déclaration de Van Doude à Alberte Robert, en 1977.
  2. Adaptation de la pièce de H. W. Reed.
  3. Interprétant le rôle du père de Derek de Lint (Eric), il est crédité « Pierre Van Doude ».

RéférencesModifier

  1. « Van Doude - Avis de décès », sur Avis-de-deces.com, .
  2. « Décès de Van Doude », sur RS Doublage, .
  3. Interview du 20 juillet 1979 par Alberte Robert, in Portrait d'un Chevalier, Gérard Philipe, Antenne 2, 1979.
  4. Jacques Siclier, extrait de La Nouvelle Vague ?, éditions du Cerf, 1961, page 47, photo Impéria Distribution (Jean Seberg avec Van Doude enlacés sur les Champs-Elysées).
  5. Les Archives du spectacle.

Liens externesModifier