Un cœur en hiver

film sorti en 1992
Un cœur en hiver
Titre original Un cœur en hiver
Réalisation Claude Sautet
Scénario Claude Sautet
Jacques Fieschi
Jérôme Tonnerre
Acteurs principaux
Sociétés de production Film par Film
Cinéas
Orly Films
SEDIF Productions
Panavision
D.A. Films
FR3 Films Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 105 minutes
Sortie 1992


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un cœur en hiver est l'avant-dernier film du réalisateur français Claude Sautet, sorti en 1992.

SynopsisModifier

Maxime et Stéphane sont amis et travaillent ensemble dans l'atmosphère feutrée d'un atelier de lutherie. Maxime, marchand de violons, est un homme accompli, actif, sans états d'âme particuliers. Stéphane, luthier, vit dans une retraite, dans un hiver du cœur dont on discerne mal les raisons.

Maxime tombe amoureux d'une jeune violoniste, Camille Kessler. Entre les trois personnages se noue une relation complexe. L'attitude retenue de Stéphane exaspère et intrigue Camille. Passivement, presque malgré lui, Stéphane entre dans un trouble jeu de séduction, dans une entreprise de manipulation dont il s'imagine maître d'œuvre — mais dont il perd le contrôle lorsque Camille le place face à l'évidence du sentiment, de la vie, qu'il avait cru pouvoir tenir à distance.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Musique et participation importante des musiciensModifier

Dans ce film, quelques œuvres de Maurice Ravel aussi jouent leur rôle très important. Surtout, le Trio avec piano[1] symbolise les trois personnages principaux, avec sa composition en trois instruments. La distribution de l'exécution réelle était[2] :

Dans l'optique de perfectionner son rôle, violoniste professionnelle, Emmanuelle Béart avait de nouveau appris à jouer du violon avec une violoniste de l'opéra de Paris pour son rôle : Carole Saint-Michel[2]. Philippe Sarde, d'habitude compositeur de musique de films, participa en qualité de directeur musical[2]. Le violon était si important dans ce film que Claude Sautet confia son conseil technique au luthier Étienne Vatelot. D'où un excellent réalisme fut parachevé[3].

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

BibliographieModifier

  • Julie Brown, Listening to Ravel, Watching Un cœur en hiver  : Cinematic Subjectivity and the Music-film, dans Twentieth Century Music, tome I-2, p. 253-275 ; ainsi qu'en ligne 2005 Cambridge University Press, Cambridge 2004 : (en)résumé en ligne

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier