Ouvrir le menu principal

Valérie Boisgel

auteur de romans érotiques
Valérie Boisgel
Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Valérie Boisgel
Naissance
Blida, Algérie
Nationalité France Française
Décès (à 68 ans)
Paris, France
Profession Actrice, Directrice de théâtre, Attachée de presse, écrivaine
Films notables La Rose écorchée,
Sexuellement vôtre,
Le Sexe nu,
Le Feu au ventre

Valérie Boisgel est une actrice et écrivaine française née le à Blida (Algérie), et décédée le à Paris (France).

Sommaire

BiographieModifier

Vedette de l'érotisme

Après plusieurs petites apparitions au cinéma et à la télévision, Valérie Boisgel obtient un rôle plus conséquents dans La Rose écorchée (1970) où on la voit, encore brune, face à Anny Duperey. Après Dossier Prostitution de Jean-Claude Roy, la carrière de l'actrice s'oriente vers l'érotisme. Elle devient une vedette d'un genre qui connaît alors sa période faste. Elle enchaîne les rôles principaux sous la direction de José Benazeraf (Le Sexe nu, 1973), Guy Maria (Des filles expertes en jeux clandestins, 1974) ou Max Pécas (Sexuellement vôtre, 1974).

Mais l'érotisme soft est bientôt remplacé dans les salles par le hardcore. En octobre 1975, l'actrice a la désagréable surprise de voir sortir, sous le titre Le Feu au ventre, un film a tourné quelques mois auparavant truffé à son insu d'inserts hard. La pratique du « caviardage », qui se généralise dans cette période de transition, écœure l'actrice qui décide d'abandonner le cinéma érotique[1]. Refusant de tourner dans des films pornographiques, l'actrice qui naguère enchaînait les contrats se retrouve au chômage. Trop identifiée au genre, elle ne fera plus que de rares apparitions à l'écran.

Son expérience dans le cinéma érotique et le développement de la pornographie en France lui inspirent un spectacle solo intitulé La Prostituée divine et présenté au Café théâtre le Sélénite dans une mise en scène de Yan Brian, son partenaire de Le Feu au ventre.

Femme de théâtre

Passionnée de théâtre, elle a notamment joué aux côtés de Daniel Gélin dans Le Scénario de Jean Anouilh (1977). Elle a dirigé et animé pendant quatre ans l'Espace Kiron dans le 11e arrondissement de Paris puis a ouvert un cabaret, Le Pied Bleu, à Pigalle pour donner carte blanche aux comédiens, musiciens, chanteurs... Elle a également exercé les fonctions d'attachée de presse et de directrice de la communication pour différents CDN, pour des compagnies théâtrale, dans le cadre de festivals (Avignon, Cannes...), ainsi que pour une maison de production cinématographique spécialisée dans les problèmes de société (Les Films Grain de Sable)[2].

Écrivain reconnue

Depuis le début des années 2000, Valérie Boisgel se consacre essentiellement à la littérature. Ses deux premiers romans sur la passion amoureuse De l'aube à la Nuit (2004) et Captive (2005), préfacés par Pierre Bourgeade, recueillent d'excellentes critiques[3]. Elle enregistre en 2006 un CD de lecture du célèbre livre de Régine Deforges L'orage. Elle publie encore des nouvelles érotiques dans une série de recueils collectifs qui presentent également des textes de Françoise Rey, Élisabeth Barillé ou Brigitte Lahaie.

Au milieu des années 2000 Valérie Boisgel renoue avec l'Afrique du Nord de son enfance et s'installe au Maroc. En 2012, elle fait le récit de ses souvenirs dans Autobiographie d'un chat aux Éditions Édilivre. Peluche, l'héroïne à quatre pattes, raconte sa vie d'une façon drôle, espiègle, émouvante sans oublier de donner des coups de griffes sur la façon de vivre des humains[2].

FilmographieModifier

Cinéma
Télévision

ThéâtreModifier

Livre audioModifier

PhotographieModifier

  • 1975 : Sex stars system n°8, décembre 1975 (couverture, interview)

Œuvre littéraireModifier

Notes et référencesModifier

  1. Francis Moury, Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques en 16 et 35 mm, p.413, Serious Publishing 2011, sous la direction de Christophe Bier
  2. a et b Voir sur valerie-boisgel.blogspot.fr
  3. Voir sur valerie-boisgel.blogspot.fr quelques extraits de critiques signées Jean-Marc Stricker, Olivier Barrot, José Artur, Edgar Morin
  4. Tourné en 1979, le film n'a semble-t-il été projeté qu'au festival d'Hyères de 1982. Les rôles interprétés par Valérie Boisgel et Pamela Stanford ont été coupés au montage. Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques en 16 et 35 mm, p.832, Serious Publishing 2011

Liens externesModifier