Saint-Barthélemy-d'Anjou

commune française du département de Maine-et-Loire

Saint-Barthélemy-d'Anjou
Saint-Barthélemy-d'Anjou
Le manoir de la Ranloue.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Intercommunalité Angers Loire Métropole
Maire
Mandat
Dominique Bréjeon
2020-2026
Code postal 49124
Code commune 49267
Démographie
Gentilé Bartholoméen
Population
municipale
9 195 hab. (2017 en augmentation de 4,05 % par rapport à 2012)
Densité 631 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 06″ nord, 0° 29′ 38″ ouest
Altitude 44 m
Min. 22 m
Max. 49 m
Superficie 14,58 km2
Élections
Départementales Canton d'Angers-6
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy-d'Anjou
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy-d'Anjou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy-d'Anjou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy-d'Anjou
Liens
Site web Ville de Saint-Barthélemy-d'Anjou

Saint-Barthélemy-d'Anjou est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire. Elle se trouve dans la banlieue est d'Angers.

La viticulture, la production ardoisière, ainsi que l'occupation durant la Seconde Guerre mondiale ont marqué son histoire.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Commune angevine, Saint-Barthélemy-d'Anjou se situe dans la partie Est de l'agglomération d'Angers[1].

Elle se trouve sur les unités paysagères de la Confluence angevine et des Portes du Baugeois[2].

Communes limitrophesModifier

Superficie et altitudesModifier

La commune s'étend sur près de 15 km2 (1 458 hectares)[3] et son altitude varie de 22 à 49 mètres[3].

Voies de communication et transportsModifier

La rocade Est d'Angers, en limite de Saint-Barthélemy-d'Anjou, a été inaugurée en 1992. Elle relie l'autoroute de Nantes-Paris, au nord, à celle de Cholet-Angers, au sud[4].

Installation d'une halte du chemin de fer sur la commune en 1891 au lieu-dit Croix de Cheminée[5], puis plus tard d'une gare à la Cressonnière et une autre au Fournil[6].

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

LogementModifier

En 2016, on trouvait 4 285 logements, dont 95 % étaient des résidences principales[7].

Toponymie et héraldiqueModifier

ToponymieModifier

Formes anciennes du nom : Ecclesia Sancti Bartholomei de Verreria en 1178, Beati Bartholomei ecclesia en 1241, Sainct Berthelemer des Landes près d'Angers en 1269, St Barthelemer près Angiers en 1407, St Berthomomer de Chaufour en 1549, Saint-Barthelemy des Perrières en 1652, Bon Air nom révolutionnaire en 1793, Saint-Barthélémy en 1793 et 1801, puis Saint-Barthélemy-d'Anjou en 1922[4],[8],[9].

HéraldiqueModifier

  Blason
Écartelé : au 1er d'azur à trois fleurs de lis d'or et à la bordure de gueules, au 2e d'argent à la grappe de raisin de sinople, au 3e d'argent au bouquet de trois feuilles de chêne de sinople, au 4e de gueules au badelaire haut d'or posé en bande.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

La commune a fait réaliser un blason en 1975 qui a été abandonné au profit d'un logo en 1991[4].

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

 
Saint-Barthélemy-d'Anjou vers 1910.

Saint-Barthélemy-d’Anjou est fondée au XIe siècle. En 1009, le comte d’Anjou Geoffroy Martel fait don d’une partie de « la Terre de Verrières » qui revient ensuite au chapitre de Saint-Laud d’Angers. Le pays n'est jusqu'au XIIe siècle qu'une forêt qui s'étend de la Loire jusqu'au Loir et à la Sarthe[11].

Au siècle suivant, la plus ancienne demeure de Saint-Barthélemy, appelée « Pignonnière » — prieuré de l’abbesse de Fontevraud — est construite. L’édification de l’église remonte, d’après le premier document à l'évoquer, vers 1178 (archives de Saint-Laud). C’est une église de style roman avec une nef unique. Des modifications y seront apportées par la suite, principalement au cours du XIXe. Au XIIe siècle, un accord est conclu entre l'abbaye de Fontevrault et le chapitre Saint-Laud par lequel ce dernier conserve la dîme de la Pignonnière, sauf des vignes appartenant en propre à Fontevrault[11],[12].

Au XIIIe siècle, des établissements religieux, abbayes ou chapitres du clergé d’Angers, y acquièrent des terres pour y cultiver de la vigne. Au cours des siècles suivants, ce sont des notables et riches marchands angevins qui y font construire leur « campagne » — maison de maître ou château — proches de la grande ville où ils résident. Leurs jeunes enfants, dès après leur baptême, sont bien souvent mis en nourrice chez le closier qui exploite leurs terres.

Vignoble de Saint-Barthélemy-d’AnjouModifier

Jusqu’au XIIe siècle, les environs d’Angers sont couverts d’une immense forêt occupant la vallée de la Loire et de l’Authion ainsi que les plateaux de Saint-Barthélemy, Saint-Sylvain jusqu’aux vallées du Loir et de la Sarthe. Quand la forêt fut peu à peu défrichée, on planta surtout de la vigne, « cette terre neuve, donnée à vil prix, fut trouvée très propre à produire dans ces premiers temps et en quantité d'excellents vins blancs, d’ailleurs classés au second rang des crus d’Anjou, après la Coulée de Serrant[11].

Les établissements religieux sont à l'origine de cet essor, que ce soient les grandes abbayes angevines comme Fontevraud ou Chaloché, ou bien plus lointaines comme les évêques de Saint-Malo. Tous avaient là un domaine avec logis et vignes[13],[14],[15],[11].

Temps modernesModifier

Dès le XVIe siècle, mais principalement aux XVIIe et XVIIIe, les notables et les bourgeois d’Angers vont acquérir peu à peu des terres avec plusieurs quartiers de vigne pour y construire leurs maisons de plaisance.

La tendance s'inverse ensuite. Les belles récoltes diminuent, et à la veille de la Révolution, lors de la rédaction du cahier de doléances, les closiers se plaignent de payer une dîme toujours plus élevée alors que la terre s'épuise, produit un vin de moindre qualité et en quantité plus restreinte. Ils déplorent aussi l'état des chemins, médiocres et défoncés, qui, selon eux, entrave grandement le commerce du vin, dont la paroisse tire l'essentiel de ses revenus[11].

La paroisse dépend au XVIIIe siècle de l'archidiaconé, de l'élection, des aides et du grenier à sel d'Angers[11].

En 1709, l'hiver au froid extrême détruit blé, vignes, arbres, bétail, et des gens meurent de la disette. Une épidémie de dysenterie tue 40 personnes sur 750 en 1779[5].

Le château de Pignerolle est construit en 1776 pour le compte de Marcel Avril de Pignerolle, écuyer de la Grande écurie du roi, directeur de l'Académie d'équitation d'Angers[5].

Époque contemporaineModifier

En 1789, les habitants élisent deux délégués à l'assemblée générale de la province devant désigner les députés de l'Assemblée nationale. Rédaction d'un cahier de doléances (impôts, justice, droit de chasse, protection des cultures pillées par les perreyeurs, droit d'hospitalisation à Angers…). Élection d'un député au comité anti-gabelle (impôt sur le sel)[5]. Le , Pierre Drouin, fermier général de la Pignonnière, est le premier à porter le titre de maire de Saint-Barthélemy-d’Anjou[16].

Durant la Révolution, de nombreuses propriétés appartenant à l’Église, confisquées comme biens nationaux, seront vendues aux enchères comme la Grange, la Pignonnière, l'aumônerie, la Claverie, la Cressonnière et le presbytère[17].

En 1793, apparition des jurés populaires, participation à l'œuvre de défense nationale, armement des citoyens, réquisition pour l'armée de Loire. Les Vendéens occupent le bourg et brûlent en partie les archives de la paroisse[5]. Saint-Barthélemy prend le nom de Bon-Air[8],[9].

Les habitations se multiplient sur le territoire en 1806, la bourgeoisie possède les terres et la commune est totalement démunie. Pour payer le garde champêtre chargé de la prévention du pillage des cultures, un impôt est levé sur toutes les propriétés non closes. Pour échapper à cet impôt, nombre de champs et maisons de maîtres se ceinturent de murs d'ardoise[5].

La Restauration de la monarchie (1814-1830) est marquée par l’occupation prussienne et entraîne des réquisitions diverses et frais d’occupation. Sous le Second Empire, les premiers travaux d’urbanisme sont mis en œuvre. Vers 1870, la commune est touchée par la pauvreté grandissante, due en partie à l’effort de guerre. La situation s’aggrave pendant l’hiver 1870-1871, frappée par le grand froid, la classe ouvrière se retrouve en grande détresse.

La IIIe République (1870-1940) est marquée par l’essor des écoles au sein de la commune et par l’instauration de la laïcité dans celles-ci. Une série de grandes grèves frappe la commune de 1891 à 1913 et témoigne de la précarité dans laquelle vivent les ouvriers du secteur ardoisier.

Le moulin-tour des Hardouinières est construit en 1871. Ayant perdu ses ailes, il cesse de fonctionner en 1949[4].

ArdoisièresModifier

Au XIXe siècle, des ardoisières, situées dans la partie sud de la commune, sont encore en activité ; gisement qui se prolonge sur la commune voisine de Trélazé[17]. De nombreux Bretons, venus travailler aux ardoisières proches de Trélazé, s'installent à Saint-Barthélemy durant la seconde moitié du XIXe, augmentant ainsi sa population qui déclinait[4],[18]. La fin du XIXe et le début du XXe se caractérise par l’exploitation de l’ardoise dans les galeries souterraines de Saint-Barthélemy-d’Anjou et de Trélazé. En l’espace de 20 ans, le nombre d’ouvriers est presque multiplié par deux, soit 620 ouvriers sur la période 1850-1859 et 1 000 sur celle de 1900-1909, avec une importante communauté bretonne. De nombreuses ouvrières sont employées également par les Établissements Bessonneau (Filatures, corderies et tissages d’Angers).

L'exploitation ardoisière sur la commune est abandonnée en 1891[17].

Déclin du vignobleModifier

En 1829, le vignoble exploité par 110 viticulteurs, fait encore 166 hectares[17], essentiellement sur la partie sud de la commune ; à l’exception de quelques clos de rouge apparus vers 1860, le blanc « chenin blanc » domine à la Jaudette, à la Pellerinière, à Saint Nicolas, au Pressoir Franc, à Monfriloux, à la Lignerie.

C’est la crise du phylloxéra qui va être fatale au vignoble bartholoméen, apparu en 1876. L’alerte est donnée en août 1883, mais la maladie s’étend rapidement sur l’ensemble de la commune. Les meilleures vignes sont en partie détruites par l’insecte ravageur. Après plusieurs essais de traitement inefficaces, coordonnés par le préfet, la décision d’introduire des plants étrangers n’est prise qu’en 1890 et autorisé sur l'ensemble du canton en 1893[17].

Ce ne sera qu'après plusieurs années que le vin de Saint-Barthélemy retrouve sa réputation d’excellent vin ; mais en raison de l’augmentation des coûts d’exploitation, tout le vignoble n’est pas replanté. À l’occasion de successions, les vignes sont souvent achetées par de simples amateurs de vin : artisans, commerçants ou perreyeurs ; un morcellement qui annonce une disparition progressive.

En 1922, un arrêté accorde la nouvelle appellation « Saint-Barthélemy-d'Anjou » qui avait été proposée par le conseil municipal[5]. Paul Maisonneuve, auteur de L’Anjou, ses vignes et ses vins, mentionne l'existence à Saint-Barthélemy d'un vignoble d'une superficie de 91 hectares pour une production de 2 853 hectolitres[17]. Une production réservée à un usage quasiment domestique à partir de cépages sebel, bacot, noah, etc.

Le recensement agricole de 1942 révèle que la commune n'a plus que 24 hectares de vignes[17]. Deux appellations distinctes sont attribuées aux différentes parcelles : « Anjou » et « Anjou coteaux de la Loire ». En 1965, à l’aube de l’urbanisation intense de la commune, il n’en reste que 10. Enfin, en 1995, le Comité national des appellations n’identifie plus aucune parcelle de production de vin d’appellation.

De la Première à la Seconde Guerre mondialeModifier

 
Saint-Barthélemy d'Anjou vers 1960.

Pendant la Première Guerre mondiale, à l’initiative du maire, Joseph de Saint-Chamant et de René Bazin, une garde communale, constituée des hommes non mobilisables, est mise en place afin de protéger femmes, enfants, vieillards et aussi les récoltes. De plus, durant cette période, un bureau de bienfaisance est mis en place par le conseil municipal pour assister les familles nombreuses, les indigents, fournir des repas aux enfants pauvres dont les pères sont au front. Après la guerre, un monument aux morts sera érigé dans le cimetière pour commémorer le sacrifice des 55 Bartholoméens morts au combat.

L’entre-deux guerres est une période de modernisation, avec l’électrification de la commune en 1923 (le bourg).

La commune décide de construire en 1927, avec la Commission des Ardoisières, une cité ouvrière à l’emplacement du Clos de la Lignerie pour loger les carriers travaillant aux ardoisières de Trélazé[5],[6].

La Seconde Guerre Mondiale débute à Saint-Barthélemy-d’Anjou dès le avec la formation du 125e régiment d’infanterie, sous le commandement du colonel Tauréo, qui occupe le parc de Pignerolle et certains bâtiments. De nombreux soldats du 125e sont morts au front en 1940, 45 prisonniers étaient originaires de Saint-Barthélemy-d’Anjou[19],[20].

Le gouvernement polonais, contraint de fuir son pays, s’installe le 2 décembre dans le château de Pignerolle qui devient la résidence de Wladyslaw Raczkiewicz, président de la République polonaise. Ils choisissent ce lieu en raison de la proximité avec la capitale ainsi que les liens unissant l’Anjou et la Pologne. Le château de la Romanerie devient dans le même temps la résidence de l'ambassadeur d'Angleterre auprès du gouvernement polonais en exil. Le , les Polonais sont contraints de fuir à nouveau l’invasion allemande[19],[20].

À partir du 8 juillet, le domaine de Pignerolle est occupé par l'armée allemande. L'état-major de la Kriegsmarine, sous les ordres de l’amiral Karl Dönitz, s'y installe jusqu’au . Pignerolle accueille alors un important système de télécommunication permettant le guidage de la flottille de sous-marins évoluant dans l’Atlantique[19],[20].

Entre 1939 et 1945, la commune compte huit tués et quarante-quatre prisonniers[5].

La période d’après-guerreModifier

À la sortie de la guerre, en 1946, des habitats d'urgence sont créés dans les baraquements laissés par les troupes allemandes à Pignerolle pour loger jusqu’à 1 000 personnes sinistrées. Cette cité d'urgence ne fermera qu'en 1964[5],[6].

En 1948, le premier projet de service d’eau est amorcé. Il faut attendre 1954 pour qu’il soit achevé et que le bourg et les quartiers proches soient desservis. La commune poursuit aussi l’extension du réseau électrique, l’éclairage public, ainsi que le goudronnage progressif des chemins ruraux. À partir de 1957 la commune entreprend un effort de construction à la suite d'une forte augmentation de la population. Un lotissement de 130 pavillons est d’abord construit et appelé Cité Brigitte. En 1962, 60 logements collectifs et 40 pavillons sont bâtis à la Paperie, puis 19 maisons y sont adjointes. Enfin en 1963, une nouvelle cité est érigée à la Lignerie, comprenant 28 collectifs dans un immeuble et 126 pavillons. Les grands travaux d’urbanisme élèvent petit à petit la ville au rang de 7e cité de Maine-et-Loire à partir des années 1960-1970.

XXe-XXIe sièclesModifier

À partir des années 1960, sur les terres agricoles, la zone industrielle de l’agglomération d’Angers prend son essor. Elle atteindra les 400 hectares. Ce développement rapide se fait conjointement avec l’extension de la zone d’habitat ; le nombre de logements est multiplié par deux entre 1950 et 1990[4].

Entre 1968 et 1975, 63 % des logements en lotissement sont créés en première couronne et dans les foyers urbains de seconde couronne les mieux desservis par le réseau de communication avec Angers, comme Saint-Barthélemy-d'Anjou[21]. De nouveaux quartiers y apparaissent à partir de 1965 : la Cité-Brigitte, la Paperie, le Clos-des-Roses, la Gemmetrie… ainsi qu'une zone industrielle. Entre 1950 et 1980, la population passe de 2 500 à 9 000 habitants[5],[22].

Si la viticulture a disparu, l’agriculture est toujours un peu présente sur le territoire : élevage, maraichage, horticulture, arboriculture.

Le centre-ville est réaménagé dans les années 1980[23]. Le manoir de la Ranloue est restauré en 1978 pour en faire la bibliothèque de la commune. Un nouvel hôtel de ville, conservant la travée centrale de l’ancienne mairie, est inauguré en 1984[5],[22],[24]. Des travaux de réaménagement de la mairie sont réalisés ensuite en 2019[25].

Un musée de la communication voit le jour en 1992 au château de Pignerolle, contenant environ 1 300 pièces, dont 300 postes de radio, collectées par le collectionneur Guy Biraud. L'établissement fermera en 2015[5],[26].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Liste des maires successifs[16]
Période Identité Étiquette Qualité
21 janvier 1790   Pierre Drouin   Fermier général à La Pignonnière
12 juin 1791   François Huet    
13 novembre 1791   Michel Bechet   Fermier à La Rochette
An III   Aimé Durocher    
1796 1797 Louis Courant   Agent municipal
1798 1799 Jacques Gueret   Agent municipal
1800 1813 Aimé-Jean-Baptiste Durocher des Favries   Ancien officier, propriétaire à Pignerolle
1813 1815 Joseph-Jean de Dieusie   Ancien officier, propriétaire de la Romanerie
30 juin 1815 15 août 1815 Merlin    
1815 1818 Joseph-Jean de Dieusie    
1818 1830 Thomas-René Gendron   Avocat
1830 1863 Pierre Antoine Blancler   Négociant en textiles, propriétaire de Pignerolle
1863 1868 Louis Têtu    
1868 1870 Mathurin Richou   Propriétaire foncier
1870 1871 Auguste Le Mesnager   Intérim Mathurin Richou
1871 1881 Mathurin Richou    
1881 1908 Prosper Jamin   Administrateur des Ardoisières et propriétaire de la Morlière
1909 1930 Joseph Couderc de Saint-Chamant   Ancien officier, propriétaire de Pignerolle
1930 1935 Gaston de Beauchamp   Ancien officier, propriétaire de Vaugoyeau
1935 1947 Louis Lipreau   Ardoisier retraité, épicier
1947 1965 Joseph Sécher   Maréchal expert
mars 1965 mars 2001 Jean Gilles DVD  
mars 2001 2006 Gérard Pilet PS Conseiller général (1998-2015)
2006 mars 2014 Jean-François Jeanneteau DVD Enseignant retraité, Vice-président d’Angers Loire-Métropole
mars 2014 En cours
(au 30 mai 2020)
Dominique Bréjeon[27],[28] SE Enseignant retraité
Vice-président d'Angers Loire Métropole
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultatsModifier

IntercommunalitéModifier

La commune est intégrée à la communauté urbaine Angers Loire Métropole[29], elle-même membre du syndicat mixte Pays Loire-Angers[30].

JumelageModifier

Plusieurs associations entretiennent des relations étroites d'amitié et d'échanges avec l'étranger :

  • Amitié et échanges Saint-Barth / Gabin avec Gąbin en Pologne ;
  • Anjou Madagascar avec Madagascar ;
  • Les petits princes des sables aide à la scolarisation d'enfants Touaregs au Mali.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

Saint-Barthélemy-d'Anjou compte 135 feux en 1688, 140 feux en 1700, 144 feux en 1720, 153 feux en 1753, 142 feux en 1789 et 772 habitants en 1790[4].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[32].

En 2017, la commune comptait 9 195 habitants[Note 1], en augmentation de 4,05 % par rapport à 2012 (Maine-et-Loire : +2,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7727639141 0351 0741 0821 2251 2001 162
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2301 2601 2661 1551 2021 2481 3061 1651 267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3281 3681 2831 4021 5021 8471 9612 2072 444
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3 9384 2415 9659 1299 3699 8329 2818 8229 318
2017 - - - - - - - -
9 195--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,2 %) est en effet sensiblement supérieur au taux départemental (25,3 %) et au taux national (25,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,1 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2017, la suivante :

  • 46,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 17,4 %, 30 à 44 ans = 14,6 %, 45 à 59 ans = 20,0 %, plus de 60 ans = 30,6 %) ;
  • 53,1 % de femmes (0 à 14 ans = 14,5 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 15,2 %, 45 à 59 ans = 20,2 %, plus de 60 ans = 35,4 %).
Pyramide des âges à Saint-Barthélemy-d'Anjou en 2017 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90  ans ou +
1,8 
9,8 
75 à 89 ans
12,1 
20,0 
60 à 74 ans
21,5 
20,0 
45 à 59 ans
20,2 
14,6 
30 à 44 ans
15,2 
17,4 
15 à 29 ans
14,8 
17,5 
0 à 14 ans
14,5 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2017 en pourcentage[35].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90  ans ou +
1,9 
6,9 
75 à 89 ans
9,6 
15,2 
60 à 74 ans
15,9 
19,4 
45 à 59 ans
18,7 
18,8 
30 à 44 ans
17,9 
18,6 
15 à 29 ans
17,5 
20,4 
0 à 14 ans
18,5 

EnseignementModifier

  • Le collège de la Venaiserie, trois écoles primaires publiques et une école primaire privée.

Établissements spécialisésModifier

La commune accueille plusieurs établissements spécialisés pour l’enfance et l’adolescence. L'aide aux familles est présente sur la commune depuis le XIXe siècle, avec la création de son Bureau de bienfaisance.

  • La Claverie : Maison de plaisance du Grand séminaire d’Angers, devenue propriété de la ville d’Angers consécutivement aux lois de séparation des Églises et de l’État de 1905, est transférée aux hospices d’Angers pour y accueillir d’abord l’Institut régional d’Aveugles, de 1912 à 1926, puis un « aérium » destiné aux enfants des écoles dont l’état de santé nécessite la vie en plein air. La Claverie devient ensuite un centre aéré de la ville d’Angers[36],[11].
  • La Bélière : Maison de campagne léguée en 1908, à Mgr Baudriller, vicaire général de la cathédrale. Il y fonde L’œuvre de Bethléem, un sanatorium destiné aux enfants chétifs de la ville d’Angers et tenu par les sœurs de la Providence de La Pommeraye. La Bélière devient ensuite un institut médico-éducatif qui accueille et accompagne des enfants et adolescents de 6 à 16 ans présentant une déficience intellectuelle[6].
  • Le Colombier et La Marmitière sont deux châteaux propriété de l’Association pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (ASEA).
    • Le Colombier a appartenu pendant tout le XIXe siècle à la famille Brillet de Villemorge avant de devenir maison de campagne du collège Saint-Martin d’Angers. En 1917, c’est l’Association d’action éducative et sociale qui l’acquière pour en faire une colonie de vacances, maison de repos et école d’horticulture : « toutes œuvres d’éducation populaire » (Journal officiel du 28 novembre 1928). Racheté en 1947 par le département de Maine-et-Loire, la propriété est confiée puis vendue à l’ASEA pour en faire un centre d’observation et d’orientation de jeunes en difficulté[37].
    • La Marmitière appartient au XIIIe siècle à l’abbaye de Savigny puis à des familles de la noblesse et des notables angevins. En 1950, la propriété est vendue à l’ASEA qui en fait, en complément du Colombier, un centre éducatif et professionnel[38].

SportModifier

La commune compte plusieurs centres sportifs : le stade des Ardoises (1968), les complexes sportifs de la Venaisserie (1970), de La Gemmetrie (1975) et de la Cressionnière (1992)[39]. Le centre aquatique La baleine bleue comprend plusieurs bassins[40].

Plusieurs activités sportives sont pratiquées sur la commune comme la gymnastique, le VTT, l'athlétisme, le basket-ball, le baseball, le judo, le badminton, le tennis, le volley-ball, etc[41]. Deux sociétés de boule de fort sont également présentes, Le cercle Saint-Paul (1874) et la Société des Abeilles (1894)[39].

Le cross du Courrier de l'Ouest se déroule au parc de Pignerolle. 2019 en a été sa 45e édition[42].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

À la fin des années 1990, plusieurs manifestations se déroulent sur la commune : le cross du Courrier de l'Ouest dans le parc de Pignerolle, avec 4 000 participants en 1996, les Rencontres de collectionneurs d'objets scientifiques à l'Orangerie-Pignerolles à l'initiative du musée européen de la communication[43].

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2016, le revenu fiscal médian par ménage sur Saint-Barthélemy-d'Anjou était de 21 057 , pour une moyenne sur le département de 20 123 [7].

Economie et industrieModifier

Sur 724 établissements présents sur la commune à fin 2010, 2 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 68 % de celui du commerce et des services et 15 % du secteur de l'administration et de la santé[44]. Cinq ans plus tard, sur les 840 établissements présents à fin 2015, 1 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 11 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 69 % de celui du commerce et des services et 15 % du secteur de l'administration et de la santé[7].

Entreprises industrielles de la commune : L'entreprise Kolmi-Hopen, spécialisée en matériel médical d'usage unique, peut être citée[45],[46]. Filiale du groupe canadien Medicom, elle à en 2020 la plus importe usine de production de masques de protection en France sur la commune[47]. La distillerie Cointreau est également installée à Saint-Barthélemy-d'Anjou[48].

Zones industrielles et commercialesModifier

C'est en 1967 que la municipalité décide de créer une zone industrielle commune avec Angers. En 1992, une centaine d'entreprises y sont installées sur 170 hectares[39].

Une zone artisanale a été créée en 1986, accueillant une douzaine de petites entreprises[39].

Un centre commercial a été installé dans le centre-bourg[39].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Domaine de Pignerolle :

  • Le château de Pignerolle (classé MH) du XVIIIe siècle[49] ;
  • Les bunkers de Pignerolle édifiés durant la Seconde Guerre mondiale dans le parc, dont deux sur les onze sont visitables[50],[51] ;
  • L'Orangerie de Pignerolle, du XIXe siècle, avec grandes baies vitrées[50] ;
  • Le parc de Pignerolle ;

Demeures inscrites aux Monuments historiques :

  • Le manoir de la Ranloue (inscrit MH), gentilhommière des XVIe-XVIIIe siècles, propriété du surintendant Fouquet devenue ensuite la propriété de la commune qui y installerra sa bibliothèque[52],[53] ;
  • Le château de la Romanerie (inscrit MH) du XVIIIe siècle, avec porche daté du XVIIe siècle, bâti sur les terres d'un ancien fief et seigneurie relevant de la Pignonnière[54],[55] ;

Autres demeures anciennes[4] :

  • Les Hauts-Bois, maison de maître du XVIIe agrandie au XIXe[55] ;
  • La Claverie, ancien domaine avec maison de maître transformée au XIXe siècle par l'architecte Rocques, puis restaurée à la fin du XXe[55] ;
  • Le château de Colombier, ancienne maison noble avec chapelle, jardins et vastes clos de vigne[55] ;
  • Le château de La Jaudette, des XVIIe et XVIIIe siècles[56] ;
  • Les Grandes Héraudières, closerie composée de plusieurs maisons avec chambres basses, cellier et pressoir[55] ;
  • La Marmitière, demeure des XVIIIe et XIXe siècles, dont l'origine remonte à l'installation au XIIe siècle de l'abbaye normande de Savigny pour y cultiver des vignes[57],[11] ;
  • Le Prieuré de la Pignonnière, plus vieille demeure de Saint-Barthélemy, des XVIe et XVIIe siècles, maison de plaisance comportant au XIIe siècle une chapelle de Pétronille de Chemillé[58],[55] ;
  • Le Pressoir Franc, demeure du XVIIIe siècle[59],[55] ;
  • Les Rangeardières, maison de maître des XVIIe et XVIIIe siècles[60],[55] ;
  • La Villa des Roses, édifiée au début du XXe siècle par un marchand de matériaux originaire de Briollay, maison de maître et de vigneron, elle est constituée d'appareillages de pierre, briques et tuffeaux ouvragés[55] ;
  • La demeure de La Saillerie, du XIXe siècle, avec grand corps central à trois niveaux élevé sur une cave semi-enterrée et encadré par deux pavillons[55] ;
  • Le château de La Venaiserie, des XVIIIe et XIXe siècles, sur le site d'un rendez-vous au XIIe des comtes d’Anjou à l'orée de la forêt de Verrières[61],[55] ;

Autres ouvrages :

  • L'église Saint-Barthélemy, modifiée en 1838 avec l'ajout de deux chapelles latérales formant le transept, reconstruction de l'abside en 1873 et nouveau clocher mis en place en 1875[62] ;
  • Le monument aux morts, érigé dans le cimetière à la suite des décisions de 1919 du conseil municipal[62] ;
  • Les vestiges du moulin-tour des Hardouinières, du XIXe siècle, qui cessa de fonctionner à l'énergie éolienne en 1949, et définitivement en 1953, après avoir fonctionné quelque temps avec un moteur diésel[4],[63],[55] ;
  • Le parc des Ardoisières, situé sur les communes de Saint-Barthélemy et de Trélazé, ancien site d'exploitation de l'ardoise réaménagé au début du XXIe siècle en espace naturel de près de 100 hectares, aux abords duquel on trouve le Musée de l’ardoise de Trélazé[64] ;
  • Le parc de l'Europe ;
  • Le parc de la Jaudette.

Équipements culturelsModifier

Équipements culturels sur la commune :

  • La médiathèque, installée dans le manoir de la Ranloue en 1982[53].
  • Le Théâtre de l'hôtel de ville (THV), attenant à la mairie, ouvert en octobre 1984 (salle de 372 places)[39].
  • L'école de musique, le SIAM, qui assure des missions d'enseignement artistique[39],[65].
  • La Paperie, centre national des arts de la rue, espace d'exploration artistique pour les œuvres en espace public[66].
  • La salle de la Jaudette, rebaptisée Espace culturel Pierre-Audouys en 2013, est un ancien centre de loisirs devenu résidence pour les artistes en 2010. La structure accueille aussi l'association de l'Amicale laïque et la compagnie théâtrale La Balancine[39],[67].

La salle du complexe de La Cressonnière, ouvert en 1992, accueille toutes sortes d'évènements dont parfois des programmations du THV[68],[39].

Le Carré Cointreau est un musée dédié au producteur de liqueurs installé sur la commune[69].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pétronille de Chemillé (~1090-1149), La Pignonnière, première abbesse de Fontevraud.
  • Henri-Pierre Delaage (1756-1840), château de Vaugoyeau, général, baron d’Empire, botanophile, obtenteur de roses.
  • Prégent Brillet de Villemorge (1770-1836), Le Colombier, carrière militaire, maire d’Angers de 1816 à 1830.
  • Louis Pavie (1782-1859), Les Rangeardières, imprimeur, homme de lettres, ami de Victor Hugo, David d’Angers, et ses fils Victor Pavie (1808-1886), écrivain, poète, historien d’art et Théodore Pavie (1811-1896), grand voyageur, écrivain et orientaliste.
  • René Bazin (1853-1932), Les Rangeardières, écrivain, académicien, conseiller municipal de la commune de 1904 à 1932[5].
  • Victor Chatenay (1886-1965), La Romanerie, directeur des établissements Brisset (alimentation), résistant, maire d’Angers de 1947 à 1959, sénateur puis député entre 1948 et 1959.
  • Jean Monnier (1930-2018), ébéniste, maire d’Angers de 1977 à 1988.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Célestin Port (édition révisée par André Sarazin et Pascal Tellier), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. 4 (S à Z), Angers, H. Siraudeau, , 2e éd. (1re éd. 1878) (notice BnF no FRBNF35857376, lire en ligne), p. 26-34.
  • Jean-Luc Coifard, Saint-Barthélemy-d’Anjou, entre vigne et ardoise (1009-1982), Angers, , extraits.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. IGN et BRGM, Géoportail Saint-Barthélemy-d'Anjou (49), consulté le 14 octobre 2012.
  2. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 118 126 — Données consultables sur WikiAnjou.
  3. a et b IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2011), consulté le 14 octobre 2012.
  4. a b c d e f g h et i Célestin Port 1996, p. 27.
  5. a b c d e f g h i j k l m et n « Ville de Saint-Barthélemy-d'Anjou » (version du 14 avril 2006 sur l'Internet Archive), ajout du 22 février 2006. [précision nécessaire]
  6. a b c et d Célestin Port 1996, p. 32.
  7. a b et c « Comparateur de territoire : Commune de Saint-Barthélemy-d'Anjou (49267) », sur Insee (consulté le 15 décembre 2019).
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. a et b Yves Denéchère, « Les noms révolutionnaires des communes de Maine-et-Loire », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 106, no 2,‎ , p. 71 (DOI 10.3406/abpo.1999.4029).
  10. Jean-Luc Coifard 1983.
  11. a b c d e f g et h Célestin Port 1996, p. 30.
  12. Paul Maisonneuve, L’Anjou ses vignes et ses vins, Angers, Impr. du commerce, (notice BnF no FRBNF30863090, lire en ligne), p. 29.
  13. Daniel Gruau, Histoire du vignoble de Saint-Barthélemy-d’Anjou, Saint-Barthélemy-d'Anjou, Editeur privé, , ??. [réf. non conforme]
  14. Paul Maisonneuve, L’Anjou ses vignes et ses vins, Angers, Impr. du commerce, , ??. [réf. non conforme]
  15. Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin en France : Des origines au XIXe siècle, Paris, , p. 275.
  16. a et b Célestin Port 1996, p. 28, liste des maires de 1790 à 1995.
  17. a b c d e f et g Célestin Port 1996, p. 31.
  18. Abel Chatelain, « Les bretons en Anjou », Annales de Géographie, vol. 56, no 302,‎ , p. 141 (DOI 10.3406/geo.1947.12382).
  19. a b et c Jean-Luc Coifard, Domaine de Pignerolle, témoin d’une grande histoire, Office de tourisme d'Angers, (EAN 2000035123635), ??. [réf. non conforme]
  20. a b et c Célestin Port 1996, p. 32, selon J.-L. Coifard (Pignerolle à St-Barthélémy-d'Anjou, p. 58-74) et C.O. du 3 sept. 1979.
  21. Thierry Hodel, « 1968-1985 : 17 ans de périurbain loti. L'exemple de la périphérie angevine », Norois, no 141,‎ , p. 96 (DOI 10.3406/noroi.1989.4424).
  22. a et b Célestin Port 1996, p. 28.
  23. Célestin Port 1996, p. 27-28.
  24. Jean-René Morice, « Les châteaux et manoirs de l'agglomération angevine », Norois, no 178,‎ , p. 221 (DOI 10.3406/noroi.1998.6865).
  25. « Saint-Barthélemy-d'Anjou. L’hôtel de ville rouvre lundi », sur Le Courrier de l'Ouest, .
  26. « Le musée de la communication de St Barthélémy d'Anjou ferme ses portes », sur Saumur Kiosque, .
  27. Le Courrier de l'Ouest, Dominique Bréjeon nouveau maire, article du 5 avril 2014.
  28. « Saint-Barthélemy-d'Anjou. Dominique Bréjeon installé au poste de maire », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le 5 juillet 2020).
  29. Insee, Composition de la CU Angers Loire Métropole (244900015), consulté le 11 décembre 2017.
  30. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté DRCL no 879 du 13 décembre 2011, RAA spécial du 21 décembre 2011.
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  34. « Population par sexe et âge en 2017 - Commune de Saint-Barthélemy-d'Anjou (49267) », sur Insee, (consulté le 19 août 2020).
  35. « Population par sexe et âge en 2017 - Département de Maine-et-Loire (49) », sur Insee, (consulté le 19 août 2020)
  36. Daniel Gruau, La Claverie à Saint-Barthélemy-d’Anjou, une résidence de campagne aux destinées multiples, Saint-Barthélemy-d'Anjou, Éditeur privé, , ??. [réf. non conforme]
  37. Daniel Gruau, Le Colombier à Saint-Barthélemy-d’Anjou, une maison de plaisance devenue Institut thérapeutique éducatif et pédagogique, Saint-Barthélemy-d'Anjou, Editeur Privé, , ??. [réf. non conforme]
  38. Daniel Gruau, La Marmitière à Saint-Barthélemy-d’Anjou, huit siècles d’histoire, Saint-Barthélemy-d'Anjou, Editeur Privé, , ??. [réf. non conforme]
  39. a b c d e f g h et i Célestin Port 1996, p. 33.
  40. « Centre aquatique La baleine bleue », sur La baleine bleue (Mairie de Saint-Barthélémy-d'Anjou) (consulté le 5 janvier 2020).
  41. « Annuaire des associations sports et loisirs », sur Mairie de Saint-Barthélémy-d'Anjou (consulté le 5 janvier 2020).
  42. Tristan Blaisonneau, « Cross du Courrier de l'Ouest. Les inscriptions, c'est ici et maintenant », sur Le Courrier de l'Ouest, .
  43. Jean-René Morice, « Les châteaux et manoirs de l'agglomération angevine », Norois, no 178,‎ , p. 223 (DOI 10.3406/noroi.1998.6865).
  44. Insee, Statistiques locales du territoire de Saint-Barthélemy-d'Anjou (49), consultées le 8 mai 2013.
  45. Louisa Benchabane, « Le fabricant de masques Kolmi-Hopen fait appel aux salariés en chômage technique pour obtenir de l’aide », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  46. « Qui est Kolmi-Hopen, le fabricant français de masques que visite Emmanuel Macron ce mardi ? », L’Usine nouvelle,‎ (lire en ligne).
  47. Frédéric Bergé, « Cette PME angevine va ouvrir une deuxième usine de masques en France », sur BFM TV, (consulté le 18 aout 2020).
  48. « Angers : la distillerie Cointreau propose un nouveau parcours de visite pour découvrir l’histoire de cette liqueur », sur France 3 Pays de la Loire (FranceTvInfo), (consulté le 19 août 2020).
  49. « Château de Pignerolles », notice no PA00109254, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. a et b « L'Histoire de Pignerolle », sur Association du mémorial des bunkers de Pignerolle (consulté le 19 janvier 2020).
  51. Marianne Deumié, « Dans le parc de Pignerolle, deux bunkers bizarrement mis au jour », sur Ouest-France, .
  52. « Manoir de la Ranloue », notice no PA00109256, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. a et b Célestin Port 1996, p. 32-33.
  54. « Château de la Romanerie », notice no PA00109255, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. a b c d e f g h i j k et l Mairie de Saint-Barthélemy-d'Anjou, Demeures et maisons de Maîtres : Journées européennes du Patrimoine des 20 et 21 septembre 2008, (lire en ligne).
  56. « Château (la) Jaudette », notice no IA49009017, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. « Demeure (la) Marmitière », notice no IA49009028, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  58. « Prieuré de la Pignonnière », notice no IA49009020, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  59. « Demeure (le) Pressoir-Franc », notice no IA49009029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. « Demeure (les) Ranjardières », notice no IA49009042, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  61. « Château Venaiserie », notice no IA49009019, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  62. a et b Célestin Port 1996, p. 29.
  63. « Moulin à vent dit le moulin des Hardouinières », notice no IA49009018, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. « Parc des Ardoisières », sur Angers Loire Métropole (consulté le 19 janvier 2020).
  65. « Le SIAM et l’école de musique Vibra’Siam », sur Mairie de Saint-Barthélemy-d'Anjou (consulté le 5 janvier 2020).
  66. « La Paperie - Centre National des Arts de la Rue (CNAREP) », sur Mairie de Saint-Barthélemy-d'Anjou (consulté le 5 janvier 2020).
  67. « Espace Pierre Audouys », sur Mairie de Saint-Barthélemy-d'Anjou (consulté le 5 janvier 2020).
  68. « La Cressonnière », sur Mairie de Saint-Barthélemy-d'Anjou (consulté le 5 janvier 2020).
  69. « Carré Cointreau », sur Mairie de Saint-Barthélemy-d'Anjou (consulté le 5 janvier 2020).