Ouvrir le menu principal

Théodore Pavie

voyageur, écrivain et orientaliste français


Théodore Marie Pavie
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Décès (à 84 ans)
Activité principale
Auteur
Mouvement Romantisme

Théodore Marie Pavie est un voyageur, écrivain et orientaliste, né à Angers en 1811, mort en 1896.

Théodore Marie Pavie parlait neuf langues (dont l'allemand, l'hébreu, l'arabe, l'hindoustani, le chinois, le mandchou) ; il rapporta de ses séjours en Amérique, au Moyen-Orient, en Inde, à l'île de La Réunion ou en Égypte, des carnets de dessins inédits ; il collabora à la Revue des deux Mondes, le Journal asiatique, signa d'autres articles dans l'Artiste, la Revue de l'Anjou, il succéda au Collège de France à Eugène Burnouf, où il fut chargé du cours de langue et de littérature sanscrit, puis donna des leçons de littérature et de langues orientales à l'Université Catholique de l'Ouest.

Sommaire

BiographieModifier

Théodore Pavie naît à Angers le 16 août 1811, son frère aîné Victor Pavie (1808-1886) a 3 ans de plus. Leur père Louis Joseph Pavie (1782-1859), imprimeur et auteur angevin, ami fidèle de David d'Angers, élève les deux enfants suite au décès de leur mère Eulalie Fabre. Théodore étudie au Collège Royal d'Angers où il obtient son baccalauréat en 1827. En 1818, son oncle Charles Pavie, colon établi en Louisiane rend visite à la famille à Angers. Charles et sa femme s'intéressent à Théodore et désirent l'emmener avec eux ; son père refuse. Leurs descriptions et ses lectures des romantiques, surtout de Chateaubriand, éveillent son intérêt pour les pays étrangers et son attrait grandissant pour les voyages ; son père résiste.

Son premier voyage a lieu en 1828 : Théodore accompagne David d'Angers et son frère Victor pour rencontrer Sir Walter Scott en 1828. En 1829-1830 il voyage en Amérique du Nord ; il se rend au Canada, à New York, et de là, descend jusqu'en Louisiane à la rencontre de sa famille. En 1832-1835, de Bordeaux, il s'embarque pour les Canaries et l'Amérique du Sud. Il se rend à Santiago, à Lima et traverse la Cordillère des Andes. En 1835 débute sa collaboration avec la Revue des deux Mondes.

Entre 1835 et 1839 Théodore Pavie se sédentarise quelques années puisqu'il est élève de Burnouf au Collège de France où il apprend le sanscrit. En 1839 il voyage en Égypte et aux Indes ; il visite Madras, Bombay, Calcutta, Pondichéry. Il retourne en Europe en 1840 via l'Ile Bourbon (maintenant Ile de La Réunion) qui lui inspire Une Chasse aux Nègres marrons, article publié en 1845. Tout au long de ses voyages, il réalise de nombreux dessins qui ont fait l'objet d'une exposition en 2009 au musée des Beaux Arts d'Angers[1]. Il épouse Cornélie Mondain Gennevraye en 1842 puis reprend les voyages dès 1845, en Espagne et à Lisbonne jusqu'en 1847.

Théodore Pavie est chargé de cours de sanscrit au Collège de France entre 1853 et 1857, d'où il démissionne suite aux conditions que veut lui imposer le ministre de l'Instruction Publique. En 1862 il se retire à La Chaufournaie (Maine-et-Loire) et, à la demande de Mgr Freppel donne des cours d'hébreu et une série de conférences aux Facultés Catholiques d 'Angers. Il collabore à la Revue des deux Mondes jusqu'en 1867.

Les récits de voyages de Théodore Pavie inspirèrent à Léo Delibes, Edmond Gondinet et Philippe Gille l'opéra Lakmé[2] à l'Opéra-Comique de Paris en 1883. Il est présenté dès 1884 à Angers.

Théodore Pavie perd son frère Victor en 1866, puis son épouse Cornélie en 1894. Il meurt en 1896.

ŒuvresModifier

  • Notice sur les travaux de M. Eugène Burnouf, Paris, Paul Dupont, 1853
  • Scènes et récits des pays d'outre-mer, Paris, Lévy, 1853
  • Ballala, Bhôdjaprabandha. Histoire de Bhôdja, roi de Mâlwa, et des Pandites de son temps, traduit du sanscrit par Théodore Pavie, Paris, Callet, 1855
  • La légende de Padmanî reine de Tchitor : d'après les textes hindis et hindouis, traduit par Théodore Pavie, Paris, Imprimerie impériale, 1856
  • Récits de terre et de mer, Paris, Lévy, 1860
  • Récits des landes et des grèves, Paris, P. Brunet, 1863
  • Victor Pavie : sa jeunesse, ses relations littéraires, Angers, Lachèse et Dolbeau, 1887
  • « Israël dans la désert » in Revue des facultés catholiques de l'Ouest, Angers, Lachèse, décembre 1896
  • La Fauvette bleue, rééd. Villegly, Encre bleue, 1998
  • Un angevin en Louisiane et au Texas en 1830 : 4 contes de Théodore Pavie (1811-1896), rééd. Le Coudray-Macouard, Cheminements, 1999

BibliographieModifier

  • Alexis Crosnier, Théodore Pavie : le voyageur, le professeur, l'écrivain, l'homme et le chrétien, Angers, Lachèse, 1897
  • André Pavie, Médaillons Romantiques, Paris : Émile-Paul, 1909
  • Herbert Eugene Bolton, éd. and trans., Athanase de Mézières and the Louisiana-Texas Frontier, 1768-1780, 2 vols., Cleveland, Arthur H. Clark, 1914
  • Germain Dufour, «Théodore Pavie et Lakmé », in La Province de l'Anjou, Angers, 1933
  • Herbert Eugene Bolton, Texas in the Middle Eighteenth Century, Austin, University of Texas Press, 1970 (rééd. de 1915)
  • Élizabeth Shown Mills, Natchitoches : Abstracts of the Catholic Church Registers of the French and Spanish Post of St. Jean-Baptiste des Natchitoches in Louisiana, 1729-1803, New Orleans, Polyanthos, 1977
  • Betje Black Klier, Pavie in the borderlands : the journey of Theodore Pavie to Louisiana and Texas, 1829-1830 includind Portions of his Souvenirs atlantiques, Baton Rouge, Louisiana state University press, 2000
  • Jacques-Guy Petit, Le voyage de Théodore Pavie au Canada (1829), Paris : Ed. du CTHS Laval, 2007
  • Lesseur (dir.), Un Angevin en voyage au temps du romantisme : les carnets de Théodore Pavie aux Amériques, en Égypte et aux Indes etre 1829 et 1840, catalogue de l'exposition, Cabinet des arts graphiques du Musée des beaux-arts d'Angers, 23 avril au 21 juin 2009, Angers, Musées d'Angers, 2009
  • Anne-Simone Dufiel (dir. de publ.), Louis, Victor et Théodore : les Pavie, une famille angevine au temps du Romantisme : actes du colloque international de 2009, Angers, Presses de l'Université d'Angers, 2010
  • William Mauxion, « Les voyages de Théodore », in Bout du Monde, n° 5, janvier-février-mars 2011
  • Anthony Glinoer, L'âge des cénacles : confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2013

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. Catherine Lesseur (dir), Un Angevin en voyage au temps du romantisme : les carnets de Théodore Pavie aux Amériques, en Egypte et aux Indes entre 1829 et 1840 [catalogue d'exposition], Angers, Musées d'Angers, , 115 p. (ISBN 9782352930138 (édité erroné), notice BnF no FRBNF45099207)
  2. Germain Dufour, « Théodore Pavie et Lakmé », La Province d'Anjou,‎