Ouvrir le menu principal

Rue de Grenelle

rue de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenelle et Rue de Grenelle-Saint-Honoré.

6e, 7e arrts
Rue de Grenelle
Image illustrative de l’article Rue de Grenelle
La rue de Grenelle vue depuis le boulevard Raspail.
Situation
Arrondissements 6e
7e
Quartiers Saint-Germain-des-Prés
Saint-Thomas d'Aquin
Invalides
Gros-Caillou
Début 44, rue du Dragon
Fin 83, avenue de La Bourdonnais
Morphologie
Longueur 2 250 m
Largeur 10−12 m
Historique
Création XIVe siècle
Ancien nom Chemin Neuf
Chemin aux Vaches
Chemin de la Justice
Chemin du Gibet
Petit chemin du Port
Grand chemin des Vaches
Grand chemin de Garnelle
Chemin de la Forest
Petit chemin de Grenelle
Rue Garanella
Chemin de Guarnelles
Rue de Guernelles
Rue de Grenelle-Saint-Germain
Rue de Grenelle-Gros-Caillou
Géocodification
Ville de Paris 4276
DGI 4314

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Grenelle
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Grenelle est située à Paris dans les 6e et 7e arrondissements.

Sommaire

Situation et accèsModifier

D'une longueur de 2 250 m, elle traverse les quartiers suivants : quartier Saint-Germain-des-Prés, nos 1-7 et 2-10 ; quartier Saint-Thomas-d'Aquin, nos 9-91 et 12-106 ; quartier des Invalides, nos 95-127 et 108-152 ; quartier du Gros-Caillou, nos 135-201 et 158-218. En sens unique, elle débute au carrefour de la Croix-Rouge et s'achève dans l'avenue de La Bourdonnais (quelques mètres avant le Champ-de-Mars auquel elle donne accès de fait puisque l'avenue n'est pas bâtie sur le carrefour).

Origine du nomModifier

Elle porte ce nom car elle reliait Paris à l'ancien village de Grenelle, qui, lui-même, tenait son nom d'une garenne (garanella), appartenant à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, dont on a fait successivement « Garnelle », « Guarnelle », « Guernelles » et enfin « Grenelle ».

HistoriqueModifier

Dès le XIVe siècle la rue existait en tant que chemin, appelé le « chemin Neuf », et est indiquée sur l'arpentage de 1529.

Elle est aussi mentionnée avec les noms de « chemin aux Vaches », « chemin de la Justice », « chemin du Gibet » ou « petit chemin du Port ».

Au XVe siècle, elle prend de l'importance et les noms de « grand chemin des Vaches » ou « grand chemin de Garnelle ».

Au XVIIe siècle, elle est dénommée « chemin de la Forest » ou « petit chemin de Grenelle ». Enfin, on l'a plus tard désignée sous les noms de « rue Garanella », « chemin de Guarnelles » ou « rue de Guernelles ».

Au XVIIIe siècle, une partie de la rue sera appelée « rue de Grenelle-Saint-Germain » et l'autre partie « rue de Grenelle-Gros-Caillou ». Chacune avait un numérotage particulier.

En vertu d'un arrêté préfectoral du 31 août 1838, ces deux parties sont réunies sous la seule et même dénomination de « rue de Grenelle-Saint-Germain », avec un nouveau numérotage.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
La rue de Grenelle au niveau de la rue de Bellechasse.
  • Nos 104-106 : ancienne abbaye de Penthemont, qui relevait de l'ordre de Citeaux (dite abbaye des Bernardines de Penthémont) et s'installa en 1671 rue de Grenelle. C'était à la fois une maison de retraite et une maison d'éducation pour les jeunes filles de la noblesse. Les anciens bâtiments conventuels qui s'alignent rue de Bellechasse sont occupés jusqu'en 2014 par le secrétariat d'État aux anciens combattants.

AutresModifier

  • La rue a laissé son nom aux accords de Grenelle, négociés au ministère du Travail (sis au no 127) en pleine crise de mai 1968.
  • Dans plusieurs romans de La Comédie humaine, Honoré de Balzac situe des hôtels particuliers de l'aristocratie la plus raffinée. Notamment dans Béatrix : « Béatrix de Rochefide avait écrit à la duchesse de Grandlieu l'histoire de Calyste, en lui annonçant qu'elle vendait sa maison de la rue du Mont-Blanc, de laquelle quelques spéculateurs offraient deux millions cinq cent mille francs. Son homme d'affaires venait de lui remplacer cette habitation par l'un des plus beaux hôtels de la rue de Grenelle, acheté sept cent mille francs[15]. » Ainsi que dans Le Père Goriot où habite la vicomtesse de Beauséant : « Aussi, madame de Nucingen laperait-elle toute la boue qu'il y a entre la rue Saint−Lazare et la rue de Grenelle pour entrer dans mon salon[16]. »
  • Au début de Meurtre sur le Léviathan du romancier Boris Akounine, le lieu du crime est un hôtel particulier de la rue de Grenelle.
  • Maupassant situe l'action de sa nouvelle, Apparition, dans un hôtel particulier situé dans la rue de Grenelle.
  • Dans L'Élégance du hérisson de Muriel Barbery, un hôtel particulier fictif, cadre du roman, est situé au no 7.
  • L'artiste américain James Abbott McNeill Whistler a réalisé en 1894 une lithographie intitulée La Fruitière de la rue de Grenelle[réf. nécessaire].
  • L'artiste peintre Jim Dine a réalisé en 1981 un tableau intitulé A Heart on the Rue de Grenelle (Un cœur sur la rue de Grenelle)[réf. nécessaire].

Notes et référencesModifier

  1. Paris. Guide bleu, Hachette livre, 1988.
  2. Présentation de l'hôtel de Galliffet sur le site de l'Institut culturel italien, www.iicparigi.esteri.it.
  3. Le 79, rue de Grenelle par le photographe Eugène Atget sur bibliotheque-numerique.inha.fr.
  4. Marion Joseph et Laure Kermanac'h, « Où les candidats ont installé leur QG de campagne 2012 », lefigaro.fr, 10 janvier 2012.
  5. Histoire de l'hôtel d'Avaray sur le site de l'ambassade des Pays-Bas, www.amb-pays-bas.fr.
  6. Claire Bommelaer et Béatrice de Rochebouët, « Les nouvelles fortunes en quête d'adresses », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », mardi 31 janvier 2017, p. 28.
  7. Visite virtuelle de l'hôtel de Rochechouart sur le site du ministère, front.education.gouv.fr.
  8. Site officiel de la mairie du 7e, www.mairie7.paris.fr.
  9. Site officiel de l'ambassade de Corée du Sud.
  10. « Paris 7e, le long de la rue de Grenelle »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), www.paristoric.com, consulté le 9 octobre 2013.
  11. « Visite et histoire de l'hôtel du Châtelet » sur le site du ministère, www.travail-solidarite.gouv.fr.
  12. Site officiel de l'ambassade de Suisse, www.amb-suisse.fr.
  13. Deux photographies du no 151 sur cambridge2000.com : 1, 2.
  14. « La jeunesse de Jules Rimet », sur www.ballon-football.com (consulté le 11 juin 2014).
  15. Édition Furne, 1845, vol. 3, p. 473.
  16. Furne, 1845, vol. 9, p. 366.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Adolphe Berty et Lazare-Maurice Tisserand, avec la collaboration de Théodore Vacquer, Topographie historique du vieux Paris, tome 3 : Région du Bourg Saint-Germain, 1876 (en ligne sur Gallica).
  • Adolphe Berty et Lazare-Maurice Tisserand, avec la collaboration de Théodore Vacquer, Topographie historique du vieux Paris, tome 4 : Région du Faubourg Saint-Germain, 1882 (en ligne sur Gallica).
  • Collectif, Exposition. Le faubourg Saint-Germain, la rue de Grenelle, Action artistique de la Ville de Paris, 1985, p. 60.
  • Jacques Silvestre de Sacy, Philippe Siguret et Yvan Christ, Le Faubourg Saint-Germain, de l'abbaye à l'École militaire, Paris, Éditions des Deux-Mondes, 1966, 411 p., p. 230-279.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :