Ouvrir le menu principal

Sonia Rykiel

créatrice de mode française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rykiel et Flis.
Chapeaux melon féminins par Sonia Rykiel en 2008.
Robe sans manches (à gauche) et robe avec manches (à droite) en tricot par Sonia Rykiel en 2008.

Sonia Rykiel, née Sonia Flis le à Paris et morte le dans sa ville natale, est une grande couturière et designer française. Fondatrice de la maison de couture Sonia Rykiel, surnommée « la reine du tricot », inventrice de la « démode », elle a fait l'apologie du noir et des rayures, inventé les coutures à l'envers, l'absence d'ourlets et de doublures, les premiers joggings sophistiqués en velours, les messages inscrits et surtout la maille qui épouse le corps des femmes[1].

BiographieModifier

OriginesModifier

Issue d'un milieu bourgeois et intellectuel d'origine juive, Sonia est née le 25 mai 1930 à Paris, d'un père roumain, Alfred Flis, horloger né à Vaslui en Roumanie, et d'une mère d'ascendance russe, Fanny, née en France[2],[3]. Sonia est l'aînée de cinq filles[4].

Débuts et familleModifier

En 1948, après avoir raté son bac et refusé de le repasser, sa mère la punit en la plaçant en stage comme étalagiste à la Grande Maison de Blanc. En 1954, elle se marie avec Samuel Rykiel, d'origine polonaise, qui a repris la boutique de confection familiale du 104, avenue du Général-Leclerc dans le 14e arrondissement de Paris, Laura[5]. C'est dans cette boutique qu'elle crée ses premiers pull-overs. Elle aura avec lui deux enfants (Nathalie en 1955 et Jean-Philippe, futur musicien, en 1961)[6],[1],[3] .

Consécration et parcoursModifier

Le pullModifier

Le pull-over ajusté est le vêtement emblématique de cette créatrice de mode.

En 1955, Sonia Rykiel, enceinte, demande au fournisseur italien de son mari de lui confectionner un pull court, ajusté et d'un gris discret. Après de nombreux échanges entre Venise et Paris, le vêtement est enfin tel qu'elle l'avait imaginé. C’est cette création, prévue pour elle seule, qui décidera de sa vocation[7]. Une journaliste passe et le prend en photo, le poor boy sweater est né. Audrey Hepburn s'en offrira 14 de toutes les couleurs[8]. En 1960, un de ses pulls fait la une du magazine Elle porté par Françoise Hardy[9],[3].

Société Sonia Rykiel et « démode »Modifier

En 1965, Sam Rykiel l'aide à créer la société Sonia Rykiel C.D.M. En dépit de leur divorce, elle fonde avec son ancien mari, en mai 1968, la griffe Sonia Rykiel et ouvre sa première boutique à Paris, au 6 rue de Grenelle, sur la Rive gauche de Paris, le 5 mai 1968[1],[3]. Elle doit la fermer à cause des manifestations, mais en profite pour broder des inscriptions révolutionnaires sur ses tricots[10].

Consacrée en 1967 par le magazine américain Women's Wear Daily « Reine du tricot dans le monde », elle invente rapidement les coutures à l’envers, le « pas d’ourlet », le « pas doublé », au nom d’une nouvelle philosophie de la mode : « la démode »[1]. Elle crée un style aux éléments indentifiables et dont les mots clés sont le noir, les rayures, la dentelle, le strass, la maille et les messages écrits sur les pulls. Ses créations sont associées à l’image d’une Parisienne « féminine, libre, sensuelle et indépendante »[11],[12].

On lui doit, en 1972, la décoration intérieure de l'hôtel de Crillon et, en 1985, du Lutetia[13].

En 1973, elle est élue vice-présidente de la chambre syndicale de la couture de la Fédération française de la couture, du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode.

En 1977, elle dessine trois modèles pour la grande diffusion dans le catalogue des 3 Suisses. Elle sera la première des créateurs de mode à initier ce type de collaboration[14].

En 1978, un premier parfum féminin, 7e sens, est créé.

En 1983, la collection Sonia Rykiel Enfant voit le jour sous l'impulsion de sa fille, Nathalie Rykiel[1].

En 1989, la ligne Inscription Rykiel, rebaptisée en 1999 Sonia By Sonia Rykiel, ligne de prêt-à-porter à prix plus doux est créée. En 1990, ce sera la ligne de prêt-à-porter et d'accessoires pour homme[8]. En 1992, le département Sonia Rykiel chaussure et les accessoires[1].

En 2000, elle travaille en collaboration avec le metteur en scène Elie Chouraqui pour son spectacle Les Dix Commandements dont elle crée les costumes[15].

En 2008, une grande soirée, en présence du maire de Paris, Bertrand Delanoë, célèbre la réouverture de la boutique du 175 boulevard Saint-Germain. Les trente plus influents créateurs de mode internationaux offrent leur vision de la femme Rykiel en clôture du défilé spectacle organisé par Nathalie Rykiel pour les 40 ans de la maison au parc de Saint Cloud. Une exposition, « Sonia Rykiel, Exhibition », se tient au Musée des Arts Décoratifs de Paris, du 20 novembre 2008 au 20 avril 2009.

Maladie et décèsModifier

Elle se sait atteinte de la maladie de Parkinson depuis la fin des années 1990. Elle aborde publiquement ce sujet pour la première fois en 2012 dans un livre N'oubliez pas que je joue[16], écrit en collaboration avec la journaliste Judith Perrignon[17].

Elle meurt le à l'âge de 86 ans, des suites de cette maladie[18].

Elle est enterrée au cimetière du Montparnasse à Paris.

HommageModifier

Le 29 septembre 2018, la ville de Paris renomme une partie du boulevard Raspail, entre la rue de Sèvres et la rue de Rennes, « Allée Sonia-Rykiel ». Elle devient alors la première créatrice de mode à donner son nom à une rue de Paris [19].

ParfumsModifier

  Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Les listes peuvent demeurer si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés.  (août 2016).
  • 1978 : 7e sens
  • 1991 : Création de la société Sonia Rykiel Parfum[1].
  • 1993 : Sonia Rykiel Le Parfum
  • 1997 : Sonia Rykiel
  • 1998 : L'Eau de Sonia Rykiel
  • 1999 : Rykiel Homme
  • 2000 : Rykiel Rose
  • 2003 : Rykiel Grey, Rykiel Woman Not for Men!
  • 2005 : Rykiel Woman Not for Men!, eau de toilette.

EntrepriseModifier

Sonia Rykiel Cdm, 175 Boulevard Saint Germain à Paris, a réalisé un chiffre d'affaires de 83 millions d'euros en 2012 (les bilans ultérieurs n'ont pas été publiés) et emploie 365 personnes dans 27 établissements[20]. Sonia Rykiel Cdm est dirigée par Jean Marc Loubier également aux commandes de la maroquinerie Delvaux.

En 2013, le groupe hongkongais Fung Brands rachète 80 % du capital de la marque[10].

Le 26 octobre 2016, Sonia Rykiel Cdm, dont l'actionnaire unique est le fonds d'investissement Chinois First Heritage Brands, dévoile un plan de licenciements concernant le 1/4 de son effectif.[21],[22],[23]

Le 30 avril 2019, la société Sonia Rykiel Cdm est placée en redressement judiciaire avant d’être mise en liquidation judiciaire le 25 juillet 2019[24]. L'entreprise se voit liquidée faute de repreneurs[25],[26].

Fin août 2019, la Mairie de Paris incite publiquement le ministère de la culture à sauvegarder le fonds Sonia Rykiel en conservant ses créations en les intégrant au musée de la mode de Paris afin que ne se perdent pas les vêtements, les accessoires ou les archives collectées par la fille de Sonia Rykiel depuis 2007[27],[28].

RelèveModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Mannequin, dès 1976, pour Sonia Rykiel, sa fille Nathalie Rykiel se consacre ensuite à la mise en scène des défilés de la marque.

Mère de trois filles, elle crée Rykiel Enfant en 1983.

En 1993, elle collabore avec Robert Altman à son film Prêt-à-Porter.

En 1995, elle est nommée directrice générale et directrice artistique, puis, en 2007, présidente de "Sonia Rykiel".

En 2002, elle crée Rykiel Woman, un concept où les sex-toys côtoient les vêtements à Saint-Germain-des-Prés.

En 2012, elle décide d'adosser la maison familiale au groupe hongkongais First Heritage Brands et quitte ses fonctions exécutives pour devenir vice-présidente du nouveau conseil d'administration.

En janvier 2016, elle démissionne de ses fonctions puis se consacre à son activité d'autrice.

PublicationsModifier

  • 1979 : Et je la voudrais nue, éditions Grasset.
  • 1988 : Célébration 20 ans de mode, éditions des femmes.
  • 1989 : La collection, éditions Grasset.
  • 1993 : Tatiana, acacia, livre de contes pour enfants, illustré par Charles Matton, éditions Flammarion 4.
  • 1994 : Collection terminée, Collection interminable, Éditions Flammarion.
  • 1996 : Les lèvres Rouges, roman, éditions Grasset (éditions Kodansha, Japon, 2000).
  • 1999 : Paris sur les pas de Sonia Rykiel, éditions Garde Temps (éditions Shueisha, Japon, 2000).
  • 2005 : L'envers à l'endroit, éditions Fayard.
  • 2005 : Casanova était une femme, correspondance entre Sonia Rykiel et Régine Deforges, illustré par Claire Bretécher, éditions Calmann-Lévy.
  • 2007 : Préface du livre de la Brasserie Lipp
  • 2009 : Sonia Rykiel exhibition, sous la direction d'Olivier Saillard, Paris, Les Arts Décoratifs, 2008, à l'occasion de l'exposition du musée de la Mode et du Textile, 19 novembre 2008-19 avril 2009. (ISBN 978-2-916914-09-1)
  • Dictionnaire déglingué, éditions Flammarion (ISBN 978-2-0812-7178-4)
  • 2012 : N'oubliez pas que je joue, coécrit avec Judith Perrignon, éditions de l'Iconoclaste.
  • 2013 : Les Filles du cahier volé : Régine Deforges, Manon Abauzit, Sonia Rykiel et Leonardo Marcos[29], Éditions de La Différence, Paris.

FilmographieModifier

  • 1994 : Prêt-à-porter, film de Robert Altman. Sonia Rykiel en inspire l'un des personnages principaux, Simone Lowenthal, dite Simone Lo, une créatrice de mode internationale interprétée par Anouk Aimée. Sonia Rykiel y joue également son propre rôle.
  • 1998 : Riches, belles, etc., film de Bunny Schpoliansky, dans lequel Sonia Rykiel interprète le rôle d'Hortense son premier rôle de composition.
  • 2008 : Sonia Rykiel, l'intranquille, documentaire de Frédéric Mitterrand, 55 min
  • 2019 : Sonia Rykiel, l'envers de la rue des saints-pères, documentaire de Nathalie Plicot, 26 min, diffusion France 5

Honneurs et distinctionsModifier

 
Plaque de l'allée Sonia-Rykiel (Paris).
  • 1967 : Sonia Rykiel est sacrée « Reine du tricot » dans le monde par le magazine américain Women’s Wear Daily.
  • 1986 : le Fashion Group International de New York lui remet un Oscar et lui rend hommage pour avoir contribué, par son extraordinaire créativité et professionnalisme, à l’épanouissement de la mode à travers le monde.
  • 1993 : le ministre de la Culture, Jack Lang, lui remet les insignes d’Officier de l’ordre des Arts et des Lettres.
  • 1994 : elle reçoit l’Award for Design Excellence du Chicago Historical Society’s Costume Committee.
  • 1996 : le ministre de la Culture, Philippe Douste-Blazy lui remet les insignes d’Officier de l’ordre national de la Légion d’Honneur.
  • 1997 : elle reçoit le Trophée Whirlpool des Femmes en or, catégorie Mode.

La société The Star Group organise un sommet réunissant les plus grandes femmes d’affaires à travers le monde, « Leading Women Entrepreneurs of the World ». Sonia Rykiel est l’une des deux françaises parmi les 50 femmes honorées lors de cette soirée organisée à l’Ambassade des États-Unis à Paris.

  • 1998 : le magazine Madame Figaro publie une série intitulée « Les dix femmes qui font bouger le monde ». Un chapitre est consacré à Sonia Rykiel.
  • 2001 : le 24 octobre à New York, lors de la 18e Night of Stars du Fashion Group International, Sonia Rykiel et Nathalie Rykiel reçoivent des mains de Robert Altman le Fashion Award qui récompense les « dynasties familiales » reconnues dans le monde entier.

Elle est décorée, en décembre, par Laurent Fabius, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, au grade de Commandeur de l’ordre national du Mérite.

  • 2002 : le 28 juin, lors du Trophée des Ambassadeurs, cérémonie honorant plusieurs personnalités françaises dont la passion pour les grands vins est reconnue, elle est intronisée Premier ambassadeur de Bordeaux par Alain Juppé, maire de la ville.

Le 10 mai, l’Association des Amis du Musée de Tel-Aviv lui décerne le titre de « Femme de l’année » lors d’un gala organisé à l’hôtel Four Seasons de Milan.

  • 2003 : Sonia Rykiel participe en tant que présidente du jury consacré à la mode aux journées du HCI (Haut Conseil à l’Intégration) qui distinguent dans plusieurs disciplines de jeunes talents issus de l’immigration.

Elle milite pour la cause des handicapés aux côtés d’autres personnalités telle Julia Kristeva en participant au Conseil National du Handicap. Sonia Rykiel soutient l’APAJH, l’association pour adultes et jeunes handicapées, et dessine la fleur symbole vendue au profit de l’association.

  • 2008 : le 14 juillet, Sonia Rykiel est promue Commandeur de l’ordre national de la Légion d’Honneur[30].
  • 2012 : le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand lui décerne les insignes de Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres. Elle reçoit également la grande médaille de vermeil de la Ville de Paris[31].
  • 2013 : le 15 mai, elle est élevée à la dignité de grand officier de l'ordre national du Mérite[32].
  • 2014 : le 6 mars, Sonia Rykiel reçoit le Prix d'honneur du Festival de Nohant (lectures musicales Chopin et George Sand)
  • 2018 : le 20 septembre, une plaque commémorative est apposée sur la façade de l'immeuble où elle vécut, rue des Saints-Pères, à Paris.
  • 2018 : le 29 septembre la maire de Paris Anne Hidalgo et Nathalie Rykiel inaugurent l'allée Sonia-Rykiel, boulevard Raspail. Sonia Rykiel devient le premier créateur de mode à donner son nom à une rue de Paris. La cérémonie est immédiatement suivie dans l'allée du défilé printemps/été 2019 de la marque, célébrant ainsi ses 50 ans.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g Philippe Dayan, « Dans les coulisses de Sonia Rykiel », Les Échos, no 30,‎ , p. 58
  2. (en) « Entretien avec Sonia Rykiel », sur www.purple.fr (consulté le 10 mars 2010)
  3. a b c et d Maryvonne Ollivry, « Liberté de ton, insolence du style, c'était Sonia Rykiel », Gala, 31 août 2016
  4. « Sonia Rykiel: Mode et Design », ina.fr, 30 décembre 1989.
  5. Olivier Wicker, « De fille en aiguille », sur liberation.fr,
  6. « Biographie Sonia Rykiel Créatrice de mode, Présidente de société », sur whoswho.fr (consulté le 25 août 2016)
  7. (en) Susannah Frankel, Visionaries : interviews with fashion designers, V&A, , p. 26
  8. a et b « Joyeux anniversaire Sonia Rykiel ! », sur Vogue,
  9. 1960 est aussi l'année de la chanson de Léo Ferré, Jolie Môme (« T'es toute nue sous ton pull... »
  10. a et b Catherine Schwaab, « Sonia Rykiel libère la femme », parismatch.com, 3 septembre 2016.
  11. « Mort de Sonia Rykiel, la couturière qui a libéré le pull », sur radiovl.fr, (consulté le 25 août 2016)
  12. lesoir.be, « Nathalie Rykiel: «L’élégance, un mythe à casser» », sur lesoir.be (consulté le 25 août 2016)
  13. « "La reine du tricot" Sonia Rykiel est morte à l'âge de 86 ans », sur francetvinfo.fr, (consulté le 25 août 2016)
  14. « Sonia Rykiel : l'histoire mode de la marque, ses derniers défilés - Elle », sur elle.fr (consulté le 25 août 2016)
  15. « Mort de Sonia Rykiel: ce qu'il faut retenir de la reine du tricot », sur LExpress.fr, (consulté le 30 janvier 2019)
  16. « Livres : "N'oubliez pas que je joue" de Sonia Rykiel », RTL,‎ (lire en ligne)
  17. Élodie Lepage, « Bas le masque », Le Nouvel Observateur, no 2477,‎ , p. 136 (ISSN 0029-4713, lire en ligne)
  18. LeHuffPost avec l'AFP, « Sonia Rykiel est morte: la grande couturière est décédée à l'âge de 86 ans » sur Le Huffington Post, 25 août 2016
  19. Sophie Fontanel, « Capitale de la mode ? », L'Obs, no 2814,‎ , p. 112 (ISSN 0029-4713, lire en ligne, consulté le 17 novembre 2018)
  20. « SONIA RYKIEL CDM (PARIS 6) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 652040817 », sur www.societe.com (consulté le 26 octobre 2016)
  21. lefigaro.fr, « Sonia Rykiel prévoit de supprimer un quart de ses effectifs », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2016)
  22. « Des suppressions de postes chez Sonia Rykiel ? », Vosges Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2016)
  23. « Sonia Rykiel envisage de supprimer 79 postes », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2016)
  24. LeMonde.fr, « Faute de repreneurs, la maison Sonia Rykiel est mise en liquidation judiciaire », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2019)
  25. « La maison Sonia Rykiel liquidée faute de repreneurs », sur FIGARO, (consulté le 27 juillet 2019)
  26. « La maison de couture Sonia Rykiel en liquidation judiciaire », sur La Tribune (consulté le 1er août 2019)
  27. « Paris veut accueillir le fonds Sonia Rykiel au Musée de la mode », sur FIGARO, (consulté le 27 août 2019)
  28. Le JDD, « Prêt-à-porter : la "deuxième mort" de Sonia Rykiel », sur lejdd.fr (consulté le 27 août 2019)
  29. vidéo : "Les Filles du cahier volé", Régine Deforges et Leonardo Marcos [La Différence TV] https://www.youtube.com/watch?v=tV3Th8hB0o4
  30. Décret du 11 juillet 2008 publié au JO du 13.
  31. « Sonia Rykiel médaillée pour l'ensemble de son parcours », sur journaldesfemmes.com (consulté le 30 juin 2016)
  32. « Décret du 14 mai 2013 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 25 août 2016)

Liens externesModifier